Skip to main content

Full text of "L'Union médicale : journal des intérêts scientifiques et pratiques, moraux et professionnels du corps médical"

See other formats





£ _ ôUv^f^ '• 


v4W CU^'S.J'idt t.-mAÂ^ 


23456789 10 






































L’DKIO^ MÉDIOALE, 


rnWOWJW^'mÆJL. 


DES IINTÉRÊTS SCIENTIFIQUES ET PRATIQUES 


MORAUX ET PROFESSIONNELS 


DU CORPS MÉDICAL. 

Rédacteur en clief : il le Ahëdée IjATOUR • 
Gérant : 11. le R1UHRE.OT. 


SIXIÈME ANNÉE. 




TOME VI. 




1852 . 


9 ô C r, 9 


PARIS, 


AU BUREAU DU JOURNAL, 

RUE DU FAUBOURG-MONTMARTRE, 56 . 








OITaSAH'IJA ajffAT 



::"mm 



■ WrsMiW€Bmm 




ii i» ' V 

*fc»tivw)»t»i!(»»i4 «ol Mie!) Mî'Jt.,- 
«ÎJ .llfjj: ,>.M 
)«•»» Ant iShWf 5 sa?,: 


Y"* 


.(t»9 .i 

?i*Mi ■»«>! \et *b M 

-t^»¥U4 « t*?r 



AKU .I1V,/.I 
• I \ll^- jMlilÿii 
1. hl lit) âJljlj 


üîûJinèrj^ 

!9 oioq.»{ , ’ifisid al ,lB7aHa 
Wli. .JJ ,aiil3us')BJ .!£ isq ,('l aot 
noims,'}) taumbià eal> astl^ns ?n£iA 
, ieiaai~ .3b,IYZ.b7Blaàa ab sitt 
savijglrn .Ibuau,'» .K sb eailaiadaiadaat eal 

H>»<<|Oi|» iseoi — .jooilBlBDinfi eiusiealq 
iT ub luaiiàlai lailaoBlq al ea*b'aup 


ss6i i)l>i»v»>q3Ba«sJ «etbaitêes s*- 
J-, iDïTi-iJ *aJS .jKSJSft -i'isk 
aibib i àofAm iaam. toausat 
-a-if aiJlauaoe wb^ j — .Çaopt: 

.8es.a^ (snqoBir 
iab>rf>»vslqaiaa> myasix sot 


saAbotenoijsoiOï eal -v- j ,vt-*7.v'I ab ')>.» '7'?'; 

OU JsU/.j 

»ai fcficti sixml »**)> .ttiMimnoi 

— .cas J\7ZJ .as> t .«.^u ¥»q ,eaiw»e9f.i ■ 
,0W ..XD .aieàil ab-aae; »,'■ 
~m'ii »b «oiJ/ST’tâMf?» afto swi 

~»a— Xé£ XZX3 .3» ,affila »b svpmuti 
3a loalaa «a b noii-.tAI 

-ofigfKl/aamsixIlorf wûfjVi «ai «net. »««« 
.ÎM3K JTJtya ab «aapirf.fetyfq 

»Jj aixNH «<:*»»»« «« tEî tnoiigaabîfinaa 
'siaq » ffiro'jqvt «ajinite «ab jnaniaiie -a 
,»TVXl .ÎI8 ,VJ3 noduJ »b Joamaiailuaij 


II!J .«iiBimiii eal t 


.aacrinm «I «b lofqmoa liismaêaaenaff .aanisS 


I ab luod U 






ïsmaeUO —.ret JIIVJX 
','ffs iiubia .aanJfiff! eI ab talqcooa joaiii 
.?£ »b JioqqET) aiom P.J ab )wnd u* ÀàajL-e 
. .m ,r/ZZ;) .(vtroUl 
.fadanoidaabnoilgJBÜb ab nyii*«iaedO linsa 


iî5F^ î®i»«!ri»sâ>n>6T;?fwfs ^iwsvwbi*ïnnn»Jr—t 


aida abioa ~ .rX£ ,ZU . 


• trs ,»DX .f 
•ùi(b aieùlualq ai ab a > :! i. 
.rü9 ,IIJ3 .eaabürsfloua)^ 
,.aJa tigiobno'h Ja Ifa. i?;' 

8ô£ ,V1/J 


lêiar-aoK— lïi' 7UX Jj^î 1£ lîq , (’b ««a; .hAI-inq («nb saupiJe 

■”’*f ■smûËmM 




e'! 3« 


-:a*ncq lat ivitb b^olqciia Aboi 1 ab X; 
.«aiïaijiaolijia «noUatiipi ;?aV ta 
'tVitusa *( aaJna aüJUi**! — .lOî 
al tn«b «sniM «ab jaaoiMiioiaa î i" 
• têl.flJX ^lasia'.ttr «it M* 
»I w» xauftniia «ai«tâ .in»i}.v,'T ^ 
<}aoi!> ito ,aop«<l3iio’<i-oi»* i..’ 


f.'na «aluleuq «al aieb uiiaiii -a e 
/'■f .iVuJ.'!) ta JalüiJgit) ,!<H s.), 
>;t:« ' '«q ,aa*Joa-eD(/« numu-in . 


*JiJlonüld-o*iiq;a#< ab 'em 
•e'J • . 


.roü .‘J f 


q «b !) 


ab / 


.Oft , 


>b aupinil.a) - 

UfD'i iib anoiubl sa m in rf 
ta abaexXna'l ab nuijunifiiffllm') 

,8W1 ,aiVJX.'> .abïfl ,K •■«f| ,al 

-os-eoae auufiaulqxa'l auü aaiomii 
.jtib al waq tnainuueni ;tui‘)mi, 
.êSt', JXXZ.'t ,«abil()E nuafiiU) „ 
3éod ot siiubèt aaiElliZEm ub m 
-oi8 ab ■utsffilsiib iib abiii'i « ,«)<■ 
•iuai DOüsxul «—.Ifir, ,3n//./. 
'ÂdU-BMiqiaao flOltEll)'))! ):: ' a? 

r«+ ,nixz:' ■, 

,inj {.K •'Xï e-ua.; ■"•• ■'*” •'’» 


' .b.;,-,.,a I,,;:./. 

’>i!.').7,-)baolEianim xuep ^ai lu-:; iii-.i. 

f .rr^.xiv. 

oouaaTlB anif lus eiioiiièM d 
ij-. ii; 3k !àn3qi)ie(Isi*qiataqqB Juaq iio ijp 
Vf. J .eoi- ,IVXX 

iifi'M ; ,ïX/J .laesioaS .!£ isq ,(ub) aiyàjJ al. 

:• •• .I ■i>-yj--.OU ,XIO,.inol«nnùa .JA isq —, KRS 
I r'< iUtisiyib al ab aupiiqinoa ,aMuob i»(nb{| 
I JC'iEd .M aeq ,aubaaib nos aluûl enab 
al. i .•) :.a.)<f (lEJioigaoa «alduob — .888 ,IJJJ® 
■J': I ; la'ioS .Vi isq ,noeiiai>B ,«qmoi xubi> ns 
: .a ; .ïrr. .miX."» 

■H. i -sn.a) alciinàg aimotsoa'b slnanialJJ .1 
i ab «aw.a'ieib! —.;)0 JT.X .{aùi/> .V, an; 

I'; 1 ,V//X!j .ailansia .K ab eaopâëtli) xut 



aaoq'aqoaeoaQHn ub aopiuila bifUJu'l 

.saeuaxàanBa eaibslsm «ab aanEiSitniiva eî i ^ -SlÆ ,JtJax .«aabo. «cousaiai 
.6S* .VJXJ làfeioia» ab aocjalsi ,a«ajUo tf 
nb a’anaaèiq «I ab ,080? tà8 o-ii?fii ' .{ilUdaiisJab Itadul .«.ab aupimia 
' ilqaiiqà iSTiSÊp m 1 JltX .a.lfl 

I • B-f^bsïipiq »aB*bani!»4Ji «Tuu 

Æ'IL, .1 i 

188 .qaiMagooJ tt y 

('1 lue aaibisriaai aallaeuoa) aupj ?,;£•:«âa ~ j îsii siov s..ieŒ araiîïsa -4. ssku 
. .JOt ,V1X/ .Joogiir.îT ;K 1Ï3 1 , 1TJ3 •iu.aicna'?. .JfcaKi£iS> 

-lOD èoiflifue ub àliaaaffla'l ah} /a^jsweaà } 

,eaupijiiidq^e ooa — ^«aupiaup «neb «i.». 

.fti.XJ .hraü 

.siol eab îiauaai uo ,li:,.bMn ( /} auaaiA 
» uaiaib 

19 altTia aofcaatam »i st aaùtiaza'I la Insm 
.£03 ,iJ3 .{9*xb:~s) îonsi? oa aiigidîni 

*3^^ abasaioî Doiuiglibsl 9b,‘j|Iiu3niA 
fjtSI'^Wït/iiqp oeiilfiqilenos sb esa enisKas 
.8+J ,VXXX .aliadsi mu.eB 
;b»!sm «al euBb {'1 ab ioiijm») nobiiiiA 
.*81 JIVXXX .vtaq 

is J -Wi»q .«iahiSiliB .«aidmara .noilBluqmA 
’ ■ "i jus îaugqsl si ab — .?.££ ,YJ ,^bi 
— U^-S ,VJX3 .avuaoaoeiEb! .Misq 
i;i f is|4 . M isq .Binaiiàqoe aiiodaim 
I •/11) anu i«q .baiq ub — .ÊÛÊ ,XIJJC 
1 JA i»q .eailenibio eibàadiq rus uoil 

. •j.,.iailBgBiisB-«Bo» — .*8* , VXD 

» bI ab — .Sre ,IIIJX3 .«ôjf-laîî .« 

.U«8 ,VJXD .«TosaooeiEli .SI isq 
lAI-inq («nb taupilei)*}» «iBifotài) eBoilBîuqmA 
‘ ■ j.àna«'l lasin&q ïaaunij 

,UVXX .lolMàa .M -œq 
( . .f* ±o^«l*i^s^Jo^ esèn 
, i .V -I- .VXJ 

nu lue J- . lî »1. jiuqqiâ ; fcarq ub 
.•lu .>Urt., Ii.n.sr.'iv'? ,K ib siiMpian 
.(«9bJl..l,.i.» ç:; l:l- ««(.g‘t«.jilBbgfiP.A 

roî ,IVXX.J - VS ..xqinB W „q 

soqqaiO la .?oi.i«»(nfci;Ki5;i 

,ni,j1âH .M IC.) V ‘)i lue 

liî ,:«at 


mmt 

i.E-.Ttn.n »ul> av.if..i i.i-'ildiWJ «iub ta ( '1 ab 
.rr.r^.vx' Iüv .;-c,l.iiK l<iiq.*èn 
ri,..*;),,. iii,..,i»;,nil).)ftii aupilduq aaociéietA 
’ .ene-.) «Aui ^ i «b uixiBvieiBifaibfi'l «neb 

^ .rît. .7JX3 

;| ai. aiwKftissaib *b wfiasiMHB'Bsb noilsi»c.eeA 
■I ,* isq làuev-aJauioa V soiag ti 

i ■.«a.,IT7X. 

<! '• -#BÀi»nrQn*i/y «ratnUfnurrn 


aibi luaJ i tàt^ièbiw Jtws ajcfatat 

ab «aaisiAà*» afc airt ) — . a.D«! 
I1AI1U3 .{Slêiakawt'". = 
njjâ aatrnod'î né .aijj «j sb-. *...) 
«i aj «oqoiq s ,B«aq *? at 3aé(a;'*.’r- 
iBîtiDoa .K ii3 ,n at *.7= 

iivzxx r*î ,irzz£ ,**« 


.181 


aoB i KnÜJueiBn an 
.liBi 5 .lO M ï*q ,x)B»9«iq b« 
amia >1 laeTU àupoeoiq — ,it£ JT, 
lUB a ipileiq eüoilBisbibaBsi àsdeii: 

.T 1,17XX .iioBüH-eütieiüJ -Jt 
b Isia'J Insboaq aiadjj aests 
loaaiaiuoaè jliluabeot» asedf 
! aijioe si eàiqs , Dobios ub 

~ .£ I -JVXXXO .Jamcdua ,» i« 
" Kl* i*q .(eabiM-J ai,i. 




(lob «S .K isq seïUoA — .flü 


ib'l ^ 




.adwsd 
.'££ .J7,) 
-a3 «9.1 ioi 


•Uawiote 

(laaibéi K 
St.* -^••1 


j Esif-iiad ia' 


! y. 


I 


SÎISÏV aaibdfelff Vfi wt nii? .1 ; 

-a!«i'l a'b iWiewfEjJt »i ai iiuquiiq »',£«.).{ :/it t 
,^XXX jBitimiiSU al»;) «1. ail ïJAuiErt. 

. Ji'i jiirr :t ■: .£.i .ivxxx iî^ t , 'sc ^ 

..-.tauJ. iqliE, 

iBq oodgtoes ïtb ao.i'iboa a'iui .ii: iu2 ditrvÆ si t; 

.678 jTl'ld*'’ b Mim ...lU. aî a 

al ab anéig^il'i H;; ^.-iwibiii.'li -m.f iaii:;.n:.?a ;•« s 

eG — .8£i',VJ .aui» I, l'iiu ... fie.3 q , 

«s! aa»B elioqqe-t ■■••f «b.il. w.iiiiwi.';:. ? ■ i .l- 

XiXj .ixt 8.,i .. 1. - 


sb eaeiib eaQ . onuiiyiiiaH 
.81 .IX 
! la a«:s aa^f^uV. .iilt)l;9«all‘ 
il arol ab aiiuil'l lailïin' 

•‘I ^9l agoU) (,A) bifi. 
"\1 IIVXX.' 



, ^ .0 .H Itq 

’X.I': .l'i'iEÎ . tf. iBq SetlsUB) 

, ; i. .■.laf. v.!;;) atclsnÀg «imolsoA 
Jf • • M isq 3ei(lBas} ,bisb 
-1 ,f ,7.:i»iî«ji)t ia ameiiaoiBoA 
siu9« .M isq ~ .tei ,11VJX 
ai.-ofn iae ub ioiqina'l sb .noiaaoA 
/.â ,eE£ ,VX\1 .eaioallionaloi eaiv 
,XXXJ .agslli» UE aeoiolda si — 
ab anisafaà.l: bI ab aiioleid , IcibuA 
e,'.j!s.ic {naoj ion i'irpeui alsiaoq 
:(l)lU>bi)IIi pb allu-.-i-.î ï! i ieeaV.ïq r.ü'!9 
j .iJD l?)ïin,s'r .1* liq ,— . E'isq tnt'i 

.:!8 .TJ.'i.'.eos .iH.ir? - i 
, , ?Dii fiseuqmaa si> «aqofai ?aupUi-ajia«A ■ 
,u"b ;î«XJ*..3HfcS -bA -K i 

iiain?;.'.: .Igoousliiîxa esfe u-stisi ■ 

.')i(i.«?af;^^!nt,t}qt «SBOiTM esaiaîlïé 


ab niuAbi. 


lus iitjqqeS .( ^jjbiBiàa .q ,W db 

î9.i9ubiii'liü«,.!a .çalnüa 
■ pujqiae.ÎE'i iu« .«aiip 


93iol ab aiBab 
iiàn allaïuoX - 


XII fiupovüiq lE 
■il.:) ,K inq aubabài» 
.qqsi as ab noieeuaffU 
„ -.£11 .nVXX .awdud 

.nlB'.a .j« «b nülmqO—.SSt ,XXX .uevm 
.1)8* ,i>E .w ab — ,881 .inx/x 

(.Il — .48'1' bi , biiinoR-xlliiiii;) ■ ,W ab 
■.a «i.b- .CAI .IVXXX .UBaqtaV .M 
mnngb i noijulo» ~ .Gbl .IVXXX ' 
•moieJ A .K inq ,(*1) sb (ioi)«.i(it> .> 
al .iiieb ,('f ab) bupatoiq' - 


I f':îi--Tÿ3 M tsa ,dnhliaq ai. af.iguti 
‘.:.nsi?-;î|it —JJVJtO,(§joodeBH2 
taiidlÿfiiulri» æI lEBtj wiuboiq tdaîla 
b/i!. ...ii»ji4K7!im noùsB insI sb ; ladla'l 
«sinàuurnEiîai «aifab eal 
;>ïb‘dls9.'giuiifi:i--.aib9aîèlaiaoe 
. .88* 

V f,l laq S'j.-îuE .‘îi.T.q sni-t'i ab amehysaA 


uBlîab—.eôE 


.88,1 lîl,î, 


.baqil, il) ■ M.q .,jk... .U, ti)Oq».7 .'la '? 
y^aioJ -If «b .(Il';' ab siBonsi ob teupis 
«ab r..^iB<j(na'. .'i-ii — .118 J'fX .11,/, 

.s>d.i af? MiiiifaïqVI '-r:. '■ nia'l sb i.a.j-.stip 
■■-BO.'i »iili;qtna — ■"/'f .'f lX .i.’eîl ./b ei.*)I 

HSibJeUa.i....)' 5f/“' .! .v.opa), ))o a>Bt(f‘.s '- 

li-l: -ü l .(.ici BJeb «•)! I ..XJ . ' . 

•.(WioïKiA'J/) eioouü .'if. saq xilb *8^*'!) '‘axiyS. _! 

-ïooiT 'M lue nupisob' i'is'.'!).'.iif)n , -.J; leicoa j -m.yt..-i.. ■/ 
.i-ftii ,iri''?JXO..tee i 

•îïioidD eBibsfBfn «al lue auBiT 1— .ilfl! .. b 

sb Baosgia «al ««sb ngàre luat uio igp «aijn '(, liUi^ 

.086 ,XX.l .oiifj.'siUfiM fl6aiK|(f»'îl << 
.ansmiJaOicmq «aC .‘aofWiloll s»l>. «n>ts!i)lj;| *W«l.,,i!'X,X.‘b 


.JAW/ïl 



M is.C* .A.^ itq.,a9riaBil *! ensb 
lû'iuejjtusàiay-oaoiiàm — .tel 
■Aj onr.i si luoq sfiolBlaqo àbaaoiq 
.. /lis— ,0J.S.,JXJ .angifigloM .M 
lE esoi iEv eal lua saupiBcuai «allae 
’iibur; ab eca ; ulatatia liua ub ™ 
.(dis .IIXXJ .(aiujanuqeonBïlBj 
■■!>« ïJ'.'P) «auplaop) sugÎB aa.gaA 
■ ! ab us JÙaBiaJisil noe 

a lud .li'i isq (beiÜBjem dpftolq ' 


sb.) 




. eafculà) 01 

.i i .IXXX3 .bitéifl .A .H is 
eau|daop) àiiGpleiia dmoJq a 
lufmlisii aoe isx la sugis a 
X jsgO-lo» ,« isq ^('J ab 
B aætas àjibuam ^supuS: 
,r< . JDX ,b«aolwA ,«,Ts/q .{ 
:a*b , (i ^ (aiqatal lœ; lu; 
rilq eMaaliiattatai «aieAï «sb; 
^—.liS.VU 
eaqiaohq si Tue euoimâ 
ias’l) «àiq cab socn si si> 
•Ca ,VX .aofflt 
ab) asupiiUiru suiaSBai^ 
,.ré8 .43 .irajB 
Il af eosb ab iotqeai si 
fA!slcai.77S acHêteo» 
ilecg,.; «S'G.SJqae- 


::ih i: 


ei.t lutioiai 

a-s ,vj: 

’a.fr:5î .11IS3 iftup aisidàiàa . 
«<(, h(ui lus) aegisslBtàad 
it/ijuanaitti ajiidirt— ,601 , 
41! iwg TffUuibi .anu i al 
ibàsq tü Bb;) Æsicidàièa — 
ii> Ji-l-siaûra ;;—. jxm asinl: 
asi æeuiq nu .elaujacus esaibi 
leK .B -roq „5(!usli*oqBd)sie 
laBnadiBita—.iJfia- ,){HVJX .1 
niiq s b la amrriodü db—«ai -aue eaai 
' isq Jeat fflanamru b sasaqea e 


•biBda1 


AiiSS ,,V] 
aorjâ uÿrasEm sib imiUErsaBS 
itca'b aa Ha i Sr , æa: as «ou/d e 


'.ÎVX2 !:a^^£A£i.ieÉiE4*iA. 


■àrq a I aeq ,P aè 3nsa»»i?u J ai 


É ,32 


• • 'ir as» aM’ .... ^ÏÎU^a SU ïlk . 

.an .!tnfH mMmrMMJfaiJÆpÀ ^iftf 


1 -vii eab ia «sikuni al. ealle-i «ab ,îaniaeiq 
,1*5- ,X.l .Uia .{£ s«q (-abea? 

-eüV'Oa-»fliBtf ai. «alBiinuiij ïob 8 earf .^lli«8 

'Oatb «sibsiodi «al «nuli fq^seu suai sb la «ag 
,17XXXJ .(udiA .-M îi«q eexluii*) .eaupio 
'Aipnoa *UBin|6ii «>b,siiiââbèin'.BÉ{ —.Ta£ ' 
•.£88 iklJXi) «KHtgBqiiBtu-Jtdfa albo A aëi 


s3 je 2Bq .BabuaBiguitid too 

.îri4ivx.3 
la {«ab biifiln’l luesoprath ajssqt ) 
-003 ,|ri3iV ab eaieiaoim lusa eab li 
.(nasaqub eaupfOBgsoeauiiasns esoisii 
-uBsaàoausV .M ssq ,a«^l£as) esiosd!. 

.208 ,J .(aoe 
linav-ib eaiia-lnaîuaq (eooeeiod eal) 1 
.liiô'ï M 3eq.‘ , eaigBiirfotnàd'b 

.808 ,15 

«‘gi.e , ({'I lib inaraalmi) alBlnani no 
^aummîme nal I9 eagnoloiq eiiiad e« 
i;f; 'diVi, *ii; sue aibiBiî ujis'b eue 
alV, - ..’a-î .'ÎXXX.3 .u9Ÿon: .Isni 
bi ÆfT ..anin»jdl.-.ü Jf. -loq ,(*J eoibi 
1 «i/uiîtüjiii liji ùi/d. (,4b niaiE^Jieti) 


aupiaisTOii; an.iinafs ;:>■ ^ ■Aeiii.i.in: . icirb ■ g.. îivn.it/,»iy. -g..' jii ab '..la i -L'i ■'/■si 

■olsns ! nu ssj.jy .souau.1! saatjes 1 «iiso ^ f Jl .ouijuiiiiaiiJI .lOc: -• ‘-t.-isfeai ab'at; 

' ''^P'dqoêobriq aim h.jimmiûil -1 a i.af ,3'.!«.-.«g , ( aaai 

,82 ,}JIX .tei-Mbi,.; J. .K aeq esiip.aup j .(.rtuvT ab) usa.oK -M isq «ï 
.IB1A..1U3 4<ai'luiuaibftaïui'iati) ,esaaaauA:| 

ooiiuii^ SBt> *awq{^Aqpii<ivi euoA I tOW ,V1CXXD .«nsincoeiiiq aah aoüa) 





























Tome VI.—1. 


SIXIÈME AXMÉE. 


{Samedi 3 daiivièr 


PRIX DE L'ABONNHEMENT : 

PVour Paris et les Départemens : 

1 An. 32 Fr. ; 

6 Mois. 17 

3 Mois. 9 

^our l’Étranger, où le port est 

double : 

6 Mois. 20 Fp. 

1 An.. 37 

[ Pour l’Espagne et le Portugal 

6 Mois. - 22 Fr. 

1 An. 40' 

- Pour l^s pays d’outre-mcr : 

- ‘.n. 50 Fr. 


L UNION MÉDICALE 


JOURNAL DES INTÉRÊTS SCIENTIFIQUES ET PRATIQUES. MORAUX ET PROFESSIONNELS 
DU CORPS jAÉDICAL. 


BUREAUX O’ABONNEMEMT : 

Bue du Eaubourg-iniontmartre. 
S» 56. 

DANS LES DÉPARTEMENS: 
Chez les principaux Libraires. 

On s’abonne aussi. 

Dans tous les Bureaux de Poste, et des 
Messageries, Nationales et Générales. 


Ce dToiirnal paraît trois fois v.iir semaine, le MtARUI, le dXCDX et 
Tout ce gui concerne la Rédaclion doit être adressé aux Bureaux du Journal, à M. le Docteur Amédée eatocr, Rédacteur en chef; tout ce qui concerne l’Administration, à M. le Gérant. 
* ' Les Lettres et Paquets doiv^t être affranchis. 


AVIS A MM. LES SOUSCRIPTEURS. 

'MM.'îes SoiiscrTp^S^es tre^rteraensTpD^sïx mois et pour un an, 
l dont l’abonnement a fini le 31 décembre dernier, sont prévenus que la 
1. traite pour le renouvellement leur sera présentée à domidle dans le mois 
F de janvier. Afin de nous éviter des frais considérables de retour, ils 
[ sont priés de donner des ordres en conséquence, en cas d’absence. 

MM. les Souscripteurs de trois mois qui veulent éviter toute interrup¬ 
tion dans l’envoi du journal, sont priés de renouveler leur abonnement 
de suite, soit parlin mandatsur la poste, soit par la voie des Messageries 
et du commerce. 

Laquittance sera présentée au domicile de nos Souscripteurs de Paris. 


gOvliWAlKC— I. Paris : Sur la séance de l'Académie de médecine. — If. 
Travaux originaux : De la fièvre typhoïde observée à Damas, et de son traite¬ 
ment par le calomel. — 111. Enseignement: Collège de France ; cours de M. Ma¬ 
gendie. — IV. Académies, société^ savantes et associations. (Académie des 
sciences). Séance du 29 novembre ; Sur la slrucliire intime du foie.—Note sur la 
possibilité et les avantages de la stapliylorapliie chez les enfans, d’après les règles 
de sa nouvelle méthode. — (Académie de médecine). Séance du 30 Décembre : 
Correspondance. — Renouvellement partiel des commissions permanentes pour 
l’année 1852. — V. Nouvelles et Faits divers. — VI. Feuilleton : Causeries 
hebdomadaires. 


PARIS, LE 2 JANVIER 1852. 

SCR LA. SÉANCE DE L’ACADÉMIE DE MÉDECINE. 

L’Académié a été officiellement informée du choix fait par 
les sections compétentes des cinq juges que la compagnie de¬ 
vait fournir au jury du concours pour la chaire d’hygiène 
vacante à la Faculté. Les membres élus sont : 

MM. Caventou, 

Soiibeiran., 

Lecanu, 

Gérardin, 

■■ Villeriné.. JT. '"'- • . . 

Les divers scrutins pour la nomination des membres sor- 
tans dans les commissions permanentes ont absorbé la plus 
grande partie de la séance. An milieu de l’agitation produite 
par cette opération, M. Pâtissier a lu un rapport général sur 
les eaux minérales dont il nous- a été impossible de saisir un 
seul mot. Nous le regrettons, car tout ce que fait cet acadé¬ 
micien aussi modeste que savant, et peut-être trop peu ap¬ 
précié par la compagnie, est marqué au coin de l’exactitude 
et d’une saine critique. Nous n’oublierons pas de lire ce rap¬ 
port dans le Bulletin de l’Acfidémie et d’en extraire ce qui 
nous paraîtra d un intérêt général. Il existe un retour marqué 
vers les études hydrologiques; I’Union médicale a fait, dans 
les limites de sa sphère d’action, ce qu’elle a pu pour encou¬ 
rager cette disposition d’esprit. La France, si riche en sour¬ 


ces variées et pouvant suffire à toutes les exigences de la 
thérapeutique, ne pouvaitplus longtemps en arrière 
de pays voisins où l’étude des eaux minérales jouit d’une 
grande faveur. 

Amédée Latodr. 

TRAVAUX ET MÉMOIRES ORIGINAUX DE MÉDECINE 
ET DE CHIRURGIE, 

DE -rHÉRAPEUTIQUE GÉNÉRALE ET APPLIQUÉE. 

DE LA FIÈVRE TYPHOÏDE OBSERVÉE A DAMAS, ET DE SON TRAI¬ 
TEMENT PAR LE CALOMEL ; par M. Ladtour , médecin sanitaire du 
gouvernement turc à Damas. 

La lièvre typhoïde se manifeste à Damas, chaque année,avec 
plus ou moins d’intensité; ordinairement elle commence à la 
fin de juillet, pour finir vers les premiers jours de novembre, 
c’est-à-dire à l’époque des pluies. 

L’année 1846, par une fatale exception, nous offrit deux 
invasions de fièvre typhoïde; la première aux mois d’avril et 
de mai, la seconde'comme à l’ordinaire, en automne. Cepen¬ 
dant la maladie du printemps de 1846 présenta ces particula¬ 
rités : qu’elle frappa un bien plus grand nombre de sujets ; 
qu’elle resta presque renfermée dans les murs de la ville ; que 
la mortalité fut considérable, si on la compare à celle des au¬ 
tres années. (L’endémie se propage annuellement dans la con¬ 
trée et frapp?également les habilans de Damas, qui vont à la 
campagne pour s’en préserver.) 

Cette fièvre diffère de la fièvre typhbïde d’Europe ; elle sem- 
.^'iS-JI-.Ptpdifier à 'mesure que avance vers l’Orient, où 
d’autrés maladies paraissent la remplacer. Telles sont, en 
Turquie, la peste ; dans l’Inde, le choléra ; en Amérique, la 
fièvre jaune. 

L’Egypte, qui de temps immémorial a été le foyer principal 
de la pegte, n’offre qu’exceptionnellement la fièvre typhoïde, 
telle que nousSjobservons en Europe. M. le docteur Willemin, 
médecin sanitaire du gouvernement français, après trois an¬ 
nées de séjour dans cette contrée, m’assure n’en avoir observé 
qu un seul cas. Ici, à Damas, nous retrouvons la fièvre ty¬ 
phoïde avec l’ensémble des caractères qu’elle présente en Eu¬ 
rope; cependant elle offre des différences que nous allons 
indiquer sommairement. ' 

La langue semble avoir moins de tendance à se sécher. Dans 
la dothinenterle du printemps de 1846, l’aridité de la langue 
ne manqua presque jamais et toujours elle fut portée à un 


haut degré. Tandis que sur les douze observations de fièvre 
typhoïde que nous allons citer et que nous avons prises parmi 
un grand nombre, nous trouvons seulement cinq cas, dans 
lesquels la sécheresse a été prononcée. Dans les sept autres, 
quand ce symptôme a existé, cê n’a été que passagèrement. 

. Quant aux taches lenticulaires, M. le docteur 'Willemin, 
depuis trois mois, n’a négligé aucune occasion de les recher¬ 
cher, soit dans la pratique des pauvres de la ville, soit dans 
les salles de l’hôpital militaire ; or, il n’a cru en reconnaître 
l’existence qu’une seule fois. 

La durée de ta maladie est, en général, bien moindre qu’en 
Europe. Le plus souvent elle ne dépasse pas huit jours, quelle 
qu’en soit la terminaison. Nous avons vu coup sur coup, dans 
ces derniers temps, plusieurs individus succomber au huitième 
jour de la maladie, et chez d’autres où l’on avait employé une 
bonne méthode de traitement, la convalescence commençait à 
la même époque : neuf de nos observations déposent en faveur 
de cette assertion ; il est facile de se rendre compte pourquoi, 
dans les autres, la maladie a duré plus longtemps. 

En Europe, la diarrhée est plus fréquente que la constipa¬ 
tion. Ici, c’est le contraire, car nous ne pouvons citer aucun 
cas où la diarrée ait été prononcée; nous l’avons toujours 
produite par le calomel ou par un autre purgatif, sans qu’elle 
ait aggravé la maladie. 

Relativement aux causes de la dothinenterîe, il faut sans 
doute les chercher dans les mêmes conditions qui ont été in> 
diquées pour l’Europe. Ainsi, en France, on a cité comme 
cause efficace l’arrivée nouvelle à Paris. Pareille chose s’ob-' 
serve.àDamas, surtout pour les Constantinopolitains. Presque 
tous les jeunes gens qui arrivent de la capitale à Damas, y 
sont atteints, ja première année de leur séjour, d’une affection 
typhoïde plus grave que celle qui attaque les gens du pays. 
Il en est de même à la Nouvelle-Orléans pour la fièvre jaune, 
comme je l’ai établi dans un mémoire sur cette maladie, 
publié dans la Gazette médicale de Constantinople (cahiers d’oc- 
tobre et de novembre 

MM. Bretonneau et Gendron ont admis la contagion de la 
dothinenlérie. A ce sujet, je répéterai ce que j’ai dit dans un 
rapport sur une épidémie de fièvre continue observée à Da¬ 
mas (voir le Journal de Constantinople, juillet A8A1) : «Cette 
* maladie fit mourir beaucoup d’individus ; mais elle se dé- 
j> Clara par toute la ville en même temps à peu près à des de- 
» grés différens d’intensité. On n’a point remarqué non plus 
J que les personiîes qui ont eu des rapports avec les malades, 


FeiiilIetoiiD 


CAUSERIES HEBDOMADAIRES. 

feuilleton à’avoir à commencer Tannée par des 
t^éliÇitaiions ! G est aux sections qui *nt eu à élire les cinq juges du pro- 
cham concours pour la chaire d’hfgiène que ces félicitations doivent 
s adiesser. Elles doivent surtout toiiber, ces félicitations, sur les hono- 
^.luposant les sections de pharmacie et de chimie. 

répandu que les pharmaciens 
Aiîrif la majorité des sections qui avaient h 

é ire les juges, s étaient entendus poui- ne nommer que des pharma- 
monc n Ce hi’iiit, pr*pagé par la malveillance, a été dé- 

menti par J événement. Le premier nom sorli de Turne a été celui de 
rigoureux hygiéniste, Messieurs les 
pharmaciens donnant ainsi Texemple de la politesse et des convenances 
Çle leurs votes à un juge véritablement com- 
pélent. Puis Messieurs les pharmaciens, interprétant les réglemens dans 
npmhppf cherché dans l’Académie tout entière les 

Pf nn.. uo distingués par des travaux spéciaux sur l’hygiène 

île afférentes au but de la chaire mise au concours; 

î ’hrs les noms de MM. Michel Lévy et Lonüe, auteurs de traités 
c lij giène populaires et classiques. Je nom de M. Méfier, dont les remar- 
quables mémoires sur les subsistances , sur les marais satans sur le 
*63 mesures sanitaires ont fondé la 
unspnfw et Messieurs les pharmaciens n’ont pas hésité 

‘^^ssavans académiciens comme juges d’un concours 
Tnni cinquième place, Messieurs les pharmaciens ne 

«n ® ™ U pliarraacien pur, ni à un médecin spécial, mais à 

l’Institut, membre du comité consultatif d’hygiène 
1 M rufe conseil de salubrité du département de la Seine, 

anlin, dont la compétence ne sera contestée par personne. 

ffue désintéressés, devaient être et ont été 
très lavorablement accueillis par l’opinion publique.' 

médecine en a reçu la notification avec un plaisir 
redniihipi^u’(T ‘^®™Pét>teurs, très honorés d’avoir de.pareilsjuges, vont 
net d efforts pour que les lutteurs soient dignes des arbitres. 
lurpc^ai^J”^ pareils actes que le mode actuel des nominations des 
B ne concours a l’Académie de médecine sortira vainqueur des cri¬ 


tiques que des esprits chagrins lui ont adressées. Le résultat prouve, du 
reste, que les sections appelées à élire sont inaccessibles à toute in¬ 
fluence de petites passions et d’intérêts éjroits. Le banc dès pharraa- 
ciens . surtout, auquel on a si injustement reproché son esprit 
cl empiètement et d’accaparement, vient de répondre noblement à ces 
nchcules attaques ; il avait une immense majorité dans le scrutin de 
ventffecU dernier; il dépendait de lui que les trois cinquièmes des ju¬ 
ges fussent pris parmi leurs membres; généreusement et délicatement 
Il n en a nommé aucun ; le feuilleton propose une mention honorable 
pour une pareille abnégation. Pouvoir se venger des malices des Guy- 
Patins de 1 Académie contre les apothicaires, siéger en nombre comme 
juges dans un concours de médecins, c’était bien tentant, bien sédui¬ 
sant; nos pharmaciens de l’Académie n’ont pas eu 'cetle faiblesse ; 
modestement ils ont élu des juges qu’ils ont cru plus compétens. 

Puisque nous sommes dans la saison des vœux, je vous souhaite, ô 
Académie de médecine, un grand nombre (le faits semblables qui puis¬ 
sent taire dire que vous êtes une compagnie véritablement savante, pré¬ 
occupée des seuls intérêts de la science, à Tabri de toute intrigue misé¬ 
rable, prenant ainsi au sérieux votre immixtion dans ce qu’il y a de plus 
pave et le plus élevé de votre rôle, votre participation au choix des 
hmnmes destinés à l’enseignement. Prenez-y garde, ô Académie ; des 
choix contestés et contestables pourraient vous faire enlever ce droit 
pnt VOTs êtes fière ajuste titre, droit utile, moyen pondérateur que la 
pculté ne subit qu’avec impatience et dont la mauvaise application lui 
tournirait contre vmiis une arme dangereuse. C’est une de vos plus bel¬ 
les prpogatives de siéger comme juge dans les concours de la Faculté; 
mais de cette prérogative il faut être jalouse; il faut l’entourer de ga¬ 
ranties et de précautions ; il faut que celte fraction de vous-même, à qui 
vous la décernez, puisse vous représenter avec honneùr et dignité; il 
tant enp que, sous aucun rapport, on ne puisse marquer un degré d’in- 
leriorité entre vos juges et ceux de la Faculté. Croyez-en le feuilleton, 
qui est plus votre ami que vous ne le croyez, 6 Académie, qui ne vous 
cpesse et ne vous flagorne pas, mais qui de temps à aulre vous dit des 
vérités utiles dont vous devriez faire profit. 

Je vous souhaite, ô Faculté de médecine, de prendre une bonne et 
généreuse résolution relativement an concours. En voici un qui com¬ 
mence presque en même tenipa que l’année; c’est le moment de faire 
pep Muye. Rompez, rompez tout pacte avec l’intrigue, le népotisme, 
le lamiliarisme; réservez la victoire pour le plus digne et pour le plus . 
capanie; éloignez-vous de ces transactions préméditées, de ces arran- 
gemens pris d avance; de ces compromis tramés de longue main qui 


faussent et vicient l’institution du concours et qui revêtent des. formes 
sacrées de la justice l’arbitraire, Je caprice et la fantaisie. Prenez-y 
garde, ô Faculté, les atteintes gravés que vous pourriez porter à la 
justice des concours tourneraient contre vous-même. On abolirait le 
concoiir.s, mais non pour y substituer le droit de présentation, mais ' 
bien le droit de nomination directe qui vous donnerait des collègues 
que vous voudriez peut-être bien ne pas avoir. 

Je vous souhaite, ô compétiteurs de ce prochain concours, de ne 
marcher que dans des voies régulières, de ne vous servir que d’influences 
légitimes, cle n’employer que des moyens moraux, de ne vous confier 
qu’à vos propres forces, et d’éloigner comme indignes de vos juges et 
de vous-mêmes ces ténébreuses manœuvres dontdeprécédens concours 
ont été trop souvent l’occasion et le prétexte. 

Je vous souhaite, 6 mes jeunes amis, élèves de la Faculté, de ne vous 
passionner que pour le mérite réel et solide, de vous tenir en garde 
«eontre un faux éclat de la forme qui masquerait la stérilité du fond, et de 
vous attacher bien plus aux qualités précieuses du jugement et de la 
critique, qu’à l’exhibition mnémonique d’arficles de dictionnaires et de 
journaux. 

Je vous souhaite à tous, iiien-aimés lecteurs, une longue suite de 
prospérités de tout genre, et permeltez-raoi de nous souhaiter à nous- 
mêmes la continuation de votre bienveillance, qui se traduira par la con¬ 
tinuation de votre abonnement. Pour obtenir ce résultat, nous allons 
redoubler d’ellbrfs et de zèle. L’ümoN Médicale vous promet, pour 
cette année, une abondante moisson de bonnes et belles choses qu’elle 
ne veut pas autrement vous indiquer, pour vous laisser tout le plaisir 
de la surprise. 

Amédée Latodr. 

NOMINATIONS. — Par un décret du président de la République en 
date du 23 décembre, M. Ville est nommé professeur de la chaire de 
chimie appliquée à l’agriculture, à Tiustitut national agronomique. 

—Par arrêté du ministre de l’agriculture et du commerce, M. 'VVuriz, 
chargé provisoirement de la chaire de chimie actuellement existante à 
l’institut national agronomique, est nommé professeur du cours de 
chimie générale audit établissement. 

— Par arrêté de M. le ministre de Tiniérieiir du 16 de ce mois M 
le docteur Smylter, médecin de la division des hommes, de Tasilé de 
Samt-Yon, est nommé médecin en chef de l’asile des aliénés de la Meuse, 




































J ou qui les ont soignés, aient été. plus exposées que d’autres 
» à la contracter. > 

Quant an diagnostic de celte affection, en général si facile 
à reconnaître, il est cependant des cas où le jugement du 
médecin peut être mis en défaut. Je cite à l’appui, une ob¬ 
servation bien remarquable de fièvre pernicieuse qui offrit, 
pour ainsi dire, tous les caractères de la fièvre typhoïde. 

Pour le traitement, j’ai employé les années précédentes la 
méthode antiphlogistique, secondée par les .purgatifs et les 
. révulsifs, suivant l’indication. Cette année, par un heureux 
hasard, j.’ai été conduit à me servir d’un nouveaiv médica¬ 
ment. 

La malade qui fait le sujet de la première observation, se 
trouvait le 6 septembre, dans l’état le plus désespéré, lorsque 
j’invitai mon honorable et savant collègue, le docteur Wîlle- 
min à une consultation. Ayant saisi l’indication avec une sa¬ 
gacité que je ne puis trop louer, il me conseilla d’administrer 
immédiatement le calomel. Je suivis cet avis ; le 8 au soir, 
la malade était revenue à l’état le plus satisfaisaut. 

Dans la même journée du 6, cinq médecins européens se 
réunirent en consultation pour une maladie semblable dont 
Son Excellence Emin-Pachâ, général en chef de l’armée d’A¬ 
rabie, se trouvait atteint. Là, éncore, M. Willemin proposa le 
calomel. La majorité des médecins consultans adopta son avis, 
mais on éluda la prescription, et le maréchal succombait dans 
la soirée du 8, à l’instant même où la malade précédente 
était calme et hors de danger. Depuis lors, je n’ai pas hésité 
à employer cette substance dans le traitement des fièvres 
typhoïdes. Les observations suivantes viendront, je l’espère, 
appuyer les faits du même genre recueillis depuis longtemps 
dans différentes contrées. 

Déjà en Europe, l’efficacité du calomel contre cette mala¬ 
die n’est plus contestée. Sa,ns parler de l’expérience ancienne 
et si vaste qu’ont acquise à cet égard les médecins anglais ; en 
Allemagne on a également employé avec succès ce médica¬ 
ment contre la fièvre typhoïde. Eu France, l’efficacité de ce 
remède a été mise hors de doute, par des expériences répé¬ 
tées. M. le docteur Taufflieb, de Bar, • a publié {Bnlletin de 
thérapeutique, 1850), un mémoire fort remarquable sur le 
traitement de la fièvre typhoïde par le calomel. M. de Larro- 
que le regarde « comme un excellent laxatif auquel il ne re- 
» proche que l’irritation de la bouche et la salivation. » 

Depuis que M. Willemin a introduit chez nous, cette médi¬ 
cation, elle a été adoptée par moi, dans ma pratique civile, et 
par M. le docteur Bosi, médecin en chef de l’hôpital militaire 
de Damas, qui a également obtenu, à l’aide de ce médicament, 
des succès notables. 

Je vais donner le sommaire de treize observations : onze 
m’appartiennent, je dois les deux autres à l’obligeance de 
M. Willemin. 

Je cite d’abord cinq observations où l’on voit une fièvre ty¬ 
phoïde, en général grave, promptement guérie par le calo¬ 
mel. 

Dans la sixième et la septième, la fièvre intermittente sBc- 
cède immédiatement à la fièvre typhoïde. Une complication 
fâcheuse survenue à la suite d’une émotion morale des plus 
vives, causa la mort chez la première de ces malades, lorsque 
déjà elle était en voie de guérison. Dans les cinq observations 
suivantes, c’est une fièvre intermittente, du type quotidien ou 
tierce, qui se transforme en fièvre typhoïde. (En cette saison 
de l’année, les fièvres paludéennes sont endémiques et très 
répandues à Damas.) Dans les trois premières observations, 
le calomel suffit à amener une guérison complète. Dans les 
deux autres, il fallut, après' avoir conjuré par ce moyen, 
les accidens graves qui étaient survenus, recourir au fébri¬ 
fuge par excellence pour triompher de l’intermittence qui 
constituait la nature primitive de l’affection. 

Le dernier cas est celui d’une fièvre pernicieuse qui pré¬ 
senta tous les caractères d’une affection typhoïde, mais où la 
marche de la maladie en fit bientôt reconnaître la véritable 
nature. 

Odsebvation I. — Fièvre typhoïde; — traitement par le calomel; 

— Guérison, 

femme Arontine, arménienne, âgée de 30 ans, d’nne belle constitu¬ 
tion, peu sujette aux maladies, eu égard au climat de Damas, fut prise» 
d’inappétence, de malaise général dans la journée du 31 août 1851. 

Le 1" septembre, au 'matin, pandiculations, frissons suivis de cha¬ 
leur; fOA pulsations. Soif ardente, langue sale, bouche amère, nau¬ 
sées, constriction épigastrique, douleurà la colonne vertébrale {vomitif.) 
Evacuation de matières bilieuses. Le soir, légère amélioration ; mais la 
céphalalgie et le malaise général persistèrent. La peau resta privée de 
transpiration. 

Le 2, anxiété extrême, peau très chaude, sèche, aride, pouls comme 
la veille. La malade se retourne sans cesse dans son lit, elle ne peut 
demeurer dans une position stable [saignée d'environ 250 grammes, 
limonade, lavemens de graine de Un.) Aucune amélioration ne s’é¬ 
tant manifestée pendant la journée, je lis appliquer 18 sangsues à l’épi¬ 
gastre. Il en résulta un peu de soulagement et même une légère trans¬ 
piration. Nouvelle exacerbation pendant la nuit. La langue, qui jusqu’a¬ 
lors avait été assez humide, devint sèche et brune vers le centre. Pouls 
h 115. Urines rares^ jaunâtres et sédimenteuses ; prostration, nuit très 
laborieuse. 

Le 3, m. Les lavemens n’ayant produit que peu d’effet [séné, 8 gi-am.; 
sulfate de soude, 15 gram,; manne, ZOgram,; eau, 160 gram,), 


celte potion amena plusieurs selles, sans produire de soulagement 
marqué. 

Le 4. La stupeur et fanxiété augmentent [limonade sulfurique; bain 
de pied à la moutarde; lavemens purgatifs). Le soir, sinapisme en¬ 
tre Jes épaules. 

Le 5. La malade est devenue, presque sourde. (Même prescription.) 
Le 6, 5 h. ni. État d’angoisse extrême, gémissemens. Dents fuligi¬ 
neuses ; langue couverte d’un enduit brunâtre, sans beaucoup de séche¬ 
resse, quoique la soif soit des plus ardentes. Pouls petit, dur, serré. 
Respiration embarrassée, sibilante. A 9 heures, elle se lève d’un air 
égaré, et l’on a beaucoup de peine à la reconduire dans son lit. 

Ce fut alors que j’invi.tai M. le docteur Willemin, nouvellement arrivé 
à Damas, à vouloir bien m’aider de ses conseils. Mon honorable collègue 
diagnostiqua une fièvre typhoïde très grave et fut d’ayis d’administrer le 
calomel. [A 11 h. m. nous prescrivîmes 60 centigrammes de celle 
substance à prendre en 6 doses, de 2 heures en 2 heures.) A 8 h. s. 
la malade était inondée de sueur. Plusieurs évacuations très fétides eu¬ 
rent lieu pendant la nuit. 

Le 7 au matin. Peau fraîche, stupeur moins prononcée, du reste, 
même état. [Même prescription.) Le soir, grande défaillance, pouls 
faible, pâleur, extrémités froides; respiration presque nulle. [Une ap¬ 
plication de sinapismes aux quatre extrémités fit revenir la ma¬ 
lade.) 

Le 8, elle paraît réveillée d’un profond sommeil. Le fades est bon et 
n’exprime plus aucune anxiété. Appétit. 

A dater de ca jour, les symptômes se dissipèrent peu à peu et la ma¬ 
lade entra en convalescence. Qepcndant le pouls marqua constamment 
. de 100 à 110 jusqu’au 15 du même mois, époque où elle partit pour la 
campagne. 

La guérison a été complète. 

Observation IL — Fièvre typhoïde ;— guérison à ta suite de l'ad¬ 
ministration du calomel. 

Wardeh Chehâdeh, servante, âgée de 40 ans, d’une constitution ro¬ 
buste, fut prise de fièvre le 1" octobre 1851. 

Le 2, 8 h. m. Anxiété, stupeur; chaleur à la peau; pouls plein à IfiO. 
Bouche amère, langue très sale, haleine fétide, nausées. Urines jaun⬠
tres, chargées. (0,3’ 07 d’émélique.) 6 vomissemens. Amélioration pas¬ 
sagère. 

Le 3 au matin. Céphalalgie violente; la malade se presse la tête entre 
les mains. Peau chaude, aride; pouls dur, à 100. Langue tendant à la 
sécheresse, soif, chaleur insupportable à l’épigastre ; ventre météorisé, 
très sensible, constipation. (15 sangsues du creux de l’estomac; lave¬ 
mens.) 

Le 4, Somnolence, gémissemens, agitation continuelle ; du reste, 
même état que la veille. (0, p’ 80 de calomel en 6 prises, de 2 heures 
en 2 4«trej.)‘Dans la nuit du 4 au 5, selles copieuses, sueur, sommeil 
fugace. 

Le 5 à midi. Langue sèche, rugueuse, soif, ventre moins ballonné, 
moins sensible. [Même prescription.) 2 selles. 

Le 6. Calme, grande faiblesse, peau fraîche ; pouls à 80. Langue noire, 
très sèche, soif inextinguible. f0p'40 decalomel; eauderiz.) 

Le 7. Le mieux continue; langue humide; appétit. [Bouillon de 
poulet.) 

A dater du 8, la convalescence marche rapidement et n’est gênée que 
par une salivation mercurielle, qui fut traitée par les purgatifs et les gar¬ 
garismes d’eau alumineuse. 

Le 13, Wardeh commençait à se lever, et le 20, elle éta'it parfaite¬ 
ment guérie. 

[La suite au prochain numéro.) 


ENSEIGNEMENT. 


COLLÈGE DE FRANGE; — COURS DE M. MAGENDIE. 

Ainsi que I’Union Médicale l’avait annoncé, M. Magendie a 
ouvert, le 17 décembre,. son cours habituel au collège de, 
France. Lesjournauxdumême jour annonçaient sa nomination 
au grade de commandeur dans l’ordre de la Légion-d’Hon- 
neur; aussi une réception sensiblement bienveillante de la 
part de l’auditoire, composé en plus grande partie de méde¬ 
cins que d’élèves, et parmi lesquels on remarquait quelques 
dames, a paru porter de suite sur le professeur une influence 
sympathique. Nous avons toujours eu soin de faire connaître 
à nos lectèurs tout ce qui ressortait d’intéressant et de nou- 
X'eau de l’enseignement de ce célèbre physiologiste. On nous 
saura assurément gré de continuer. Voici, d’abord, l’exposi¬ 
tion par laquelle il a inauguré la reprise de ses leçons du se¬ 
mestre d'hiver ; elle nous a paru assez remarquable pour la 
reproduire à peu près textuellement : c’est, en effet, une sorte 
de discours d’ouverture. 

« Messieurs, vous savez que l’enseignement (loin je suis chargé n’est 
point élémentaire; il suppose déjii des connaissances générales; c’est 
pourquoi, au lieu de m’astreindre à un plan d’ensemble,je me plais, au 
contraire, à choisir un sujet sur lequel j’ai l’espoir de jeter quelque lumière. 
L’an dernier, j’ai étudié devant vous, les phénomènes de la chaleur animale, 
et j’ai montré au-dessus et au-dessous de quel degré la vie n’est plus pos¬ 
sible. Cette année, j’ai annoncé que je trailerais des jnaladies conta¬ 
gieuses, des mesures sanitaires et delà toxicologie expérimentale. 
Ces questions m’ont paru de circonstance et en quelque sorte à l’ordre 
du jour. Les journaux de médecine et politiques, en effet, vous ont ap¬ 
pris qu’il se tenait en ce moment, au ministère des affaires étrangères, 
un congrès sanitaire composé de médecins et de consuls délégués par 
les puissances maritimes de la Méditerranée ; son but est de réglemen¬ 
ter les mesures quarantenaires que ces puissances prennent vis-à-vis les 
unes des autres, dans l’intention de prévenir l’invasion de maladies très 
meurti ièVesquise produisent surtout dans certains parages. Les hommes 
les plus éminens, soit du corps médical, soit du corps consulaire de ces 
différentes nations étant en ce moment occupés de cette œuvre, l’occa¬ 
sion me paraît opportune pour examiner la nqture de ces maladies, leur ' 


mode de transmission, et rechercher si des mesures quelconques .'cn[ 
susceptibles d’arrêter l’invasion de tels fléaux. 

« Pour élucider ces importantes questions, il faut les étudier en te. 
liant compte de toutes les connaissances, de toutes les découvertes moi 
dernes. Sous ce rapport, on peut dire que le terrain est tout à fait neu« 
L'expérimentation doit être le vrai guide ; dans ma longue carrièiffl 
scientifique, elle m’a fait modifier une foule d’idées; il en est que j* 
du abandonner entièrement. 

« Permeltez-moi, à ce sujet, de vous citer quelques exemples. U es; 
reconnu aujourd’hui que la formation et la destruction du sucre dans 
l’économie animale est une condition de la vie-, condition tout aussi in. 
dispensable que la circulation ou que la respiration. Si celte substanc?. 
cesse de se produire, ou si seulement sa quantité diminue, il èn résulte 
aussitôt divers états morbides. Il est surtout une affection qui est la con. 
séquence de son augmentation : vous avez n^mé le diabète, maladie 
incompréhensible autrefois, et sur laquelle oiftommence, à présent an 
moins, à avoir des idées rationnelles. La méihocjp expérimentale a fait 
découvrir h M. Bernard, mon collaborateur et i»on suppléant dans cet 
enseignement, qu’on pouvait à volonté augmenter ou détruire le suere 
chez les animaux. L’explication du diabète n’est pas la seule conséquence v 
(ly la découverte du glucose ou sucre prodt ihjan s l’organisme ; cette 
découverte vient encore renverser l’ingéni^fP^iéorie de Lavoisier;* 
(jui ne voyait, dans l’acte respiratoire, qu’une combustion du carbone par 
l’oxygène’ de Pair; le phénomène est évidemment bien plus complexe 
puisqu’il s’opère en 'môme temps une incessante destruction de sucre. J 
Une autre découverte des plus curieuses est l’influence de certains fer. 
mens, c’est-à-dire d’atômes d’une nature toute spéciale, et qui sont douéj 
d’une puissance extrême pour la décomposition des corps ; c’est ainsi 
que le ferment qui se trouve dans la salive mixte décompose l’amidon en 
dextrine et en sucre ; c’est encore ainsi qu’ii existe dans les voies dU 
gestives d’autres fermens, l’un propre à dissoudre la chair miisculairj 
l’autre la graisse, etc. Si ces fermens viennent à disparaître, la nutri- 
tion s’altère et la vie est compromise. Vous citerai-je ce qui se passe, à 
cet égard, pour celui du suc pancréatique : chose vraiment digne de 
tout notre intérêt ! les individus qui sont dans ce cas dépérissent en ren. 
dant par les selles les matières grasses en nature, sans que la digestion 
les ait en aucune façon entamées, M. Bernard a obtenu pour le suc pan- 
créatique un résultat analogue à celui dont je viens de parler pour le 
glucose, c est-à-dire qu’il a pu en empêcher la formation en injectant 
des matière? grasses dans le conduit excréteur du pancréas, car celte 
injection fait atrophier et disparaître même cette glande. Ces découver¬ 
tes, dues entièrement à notre méthode expérimentale, ne doivent-elles 
pas faire présager qu’èn soumqftant au même creuset les maladies conta¬ 
gieuses , miasmatiques , nous arriverons à modifier au moins les idées 
reçues jusqu’à ce jour. 

« Mais, Messieurs, pour que l’expérimentation arrive à produire tous 
les résultats désirables, il faut (ju’elle s’appuie sur deux puissances 
d’une nature bien différente, mais dont la réunion est indispensable. La > 
première, c’est la connaissance exacte des sciences physico-chimi¬ 
ques. Pour le prouver, je me bornerai à rappeler que c’est l’application 
de ces sciences qui nous a permis,au moyen de la liqueur composée par. 

M. Bareswil, d’assister, dans la profondeur et l’intimité des organes, à 
la naissance du sucre, et d’y suivre sa destruction successive. — La se¬ 
conde puissance consiste dans une logique sévère, qui n’admette pas 
une interprétation des phénomènes sans que les preuves en soient de¬ 
venues positives et en quelque façonpalpables. Je veux, pour vous faire 
apprécier la nécessité de cette méthode philosophique , vous raconter 
ce qui s’est passé récemment à l’Institut : un physicien de Berlin, du plus 
grand mérite, M. Dubois-Raymonj, avait annoncé que la contraction 
musculaire pouvait faire tourner l’aiguille aimantée. La nouvelle avait 
ému le monde savant; on avait même renchéri sur cette annonce en 
publiant que la volonté seule avait même ce pouvoir. M. Dubois-Ray¬ 
mond vint à Paris; sa découverte fit soumise à un^i commission de l’A¬ 
cadémie des sciences ; j’en faisais partie avec M. Becquerel. Nous le 
vîmes agir; il contractait violemment ses muscles, de manière à coii- 
gesiionner son visage, et l’on voyait progresser l’aiguille placée sur un 
multiplicateur très allongé. La commission, voulant reprendre ces expé¬ 
riences, fit établir un instrument électro-magnétique beaucoup plus senf 
sible qire celui de M. Dubois-Raymond. Pour savoir si les muscles en 
contraction produisaient de l’électricité, on enfonça des aiguilles dans 
ceux d’un animal, et l’approche de ces aiguilles, qu’on retirait humec¬ 
tées, imprimait une marche à l’aigiille aimantée. Mais cette humidité 
elle-mêmedes aiguilles n’était-elle pas roccasibnd’uncourant'électrique? 

Cette supposition fut, en effet, confirmée par la répétition d’anciennes 
expériences de M. Becquerel, qui, en enfonçant des aigiulles dans des 
tiges végétales, des fruits, des racises, parvenait h déterminer tantôt 
une électricité négative, tantôt une'électricité positive. Il fallait donc 
renoncer à l’explication de M. Dubois-Raymond, et il'devenait dès lors 
toiit à fait probable que la véritable cause du phénomène tenait tout 
simplement à la sécrétion cutanée que produisait cet habile physicien en 
serrant les fils, lesquels, en contact avec celte sécrétion), transmettaient 
h l’aiguille un courant électrique. L’ingénieuse expérience de M. Dubois- 
Raymond, commevousje comprenez facilement, n’en avait pas,moins un 
résultat réel; mais il fallait en trouver la cause véritable. Ceci vous H 
prouve que, on ne doit pas décider trop vite une question, ni craindre 
de multiplier les expéiûences. 

.0 L’expérimentation souvent renverse les conceptions les plus 
probables, les analogies les plus rationnelles, et nous montre que si les 
suppositions sont utiles, elles ne peuvent être tolérées que pour devenir 
le motif d’expériences tendant à les confirmer. Permettez-moi, Mes¬ 
sieurs, par quelques citations de travaux effectués dans cette enceinte et 
de ma pratique dans les hôpitaux, de vous établir la vérité de cette 
proposition. Comme il est incontestable que la sensibilité réside dans 
les nerfs, on devait, d’après cela, supposer que le nerf optique, que 
son expansion appelée rétine, devaient jouir de la plus exquise sen¬ 
sibilité, en raison surtout de la délicatesse de l’œil, aux fonctions du¬ 
quel ces nerfs président. Eh bien, cette rétine, qui sent la plus faible 
lumière, ne sent pas la pointe d’un instrument qui la pique ! Qu’on 
ne croie pas que ce phénomène soit propre aux animaux, car j’ai i 
remarqué, lorsque j’étais médecin à la Salpétrière et que j’opérais fré¬ 
quemment de la cataracte les vieilles pensionnaires, que celles-ci ne 














témoignaient pas la moindre émotion lorsqu’il m’arrivait de toucher leur 
rétine. Les expériences sur les nerfs ont, du reste, montré que cette in¬ 
sensibilité n’était pas propre seulement au nerf optique, et qu’elle s’é¬ 
tendait à ceux qui ont des propriétés spéciales, comme l’olfactif, l’au¬ 
ditif. Il y a même d’autres ner/s qui ne sont sensibles que pbrce que . 
des cordons nerveux leur transmettent la sensibilité ; c’est ce phéno¬ 
mène qui est connu sous le nom de sensibilité récurrente. ^ 

« Les faits que je viens d’énoncer, et qu’on pourrait multiplier très 
largement, nous conduisent bien loin des idées poétiques de Bichat, 
de cet homme pourtant admiré à juste titre et dont on vient de faire 
l’éloge dans une séance d’apparat. Ces mêmes faits ne font-ils pas dis¬ 
paraître toutes les espèces de sensibilités écloses dans un cerveau à vive 
imagination. 

« Les recherches sur le sang, qui m’ont occupé si longtemps, doi¬ 
vent assurément donner une base nouvelle à l’étude de beaucoup de 
maladies. On a été longtemps avant d’y attacher l’importance qu’elles 
méritaient. Je ne m’en suis pas étonné en pensant que la découverte 
elle-même d’Harvey a trouvé des opposans pendant plus de trente an¬ 
nées. A cette époque aussi, certaines gens se figuraient qu’il n’y avait 
plus rien à faire après Hippocrate. Si la ^’ésistance se trouvait en quel¬ 
ques lieux, dans d’autres il existait un enthousiasme immodéré. L’en¬ 
gouement sur la transfusion en est une preuve, car on avait été jusqu’à 
supposer que le sang en entier pouvait être renouvelé, qu’ainsi on pré¬ 
viendrait la vieillesse et l’on obtiendrait même l’immortalité. 

O Je ne me suis pas borné à étudier les altérations du sang, j’ai voulu, 
dès les débuts de ma carrière physiologique, savoir comment s’opérait 
sa progression dans tes tissus capillaires. On prétendait que l’im¬ 
pulsion du cœur ne produisait d’effet que jusqu’à ces tissus, qu’après 
ceux-ci le sang était repris par des forces occultes, qu’on qualifiait de 
propriétés plus ou moins ingénieuses. J’ai établi que le mouvement 
donné par la pompe centrale suffisait par le ramener au cœur. S’il est 
vrai qu’on trouve dans la circulation les lois de l’hydraulique, je vous 
demande ce que serait une machine qui laisserait l’eau à moitié che¬ 
min? Harvey avait mieux compris la circulation que ses successeurs ! 
Mais, en outre de la partie mécanique, il y a la partie vitale. Les tuyaux 
parcourus par le sang sont élastiques, et c’est ce qui permet de com¬ 
prendre le cours continu de ce fluide, quoique l’impulsion du cœur ne 
soit qu’alternative. Les vaisseaux capillaires ont une ténuité extrême 
qui peut aller jusqu’à un millième de millimètre. Dans l’ordre mécani¬ 
que, aucun liquide ne passerait par des vaisseaux aussi fins il faut 
pour cela une humeur comme le sang, douée dans sa composition et 
sa température, de propriétés toutes spéciales, car si de l’eau y est 
mêlée, l’humeur sanguine ne passe plus et s’infiltre, ainsi qu’on le voit 
dans les expériences. » 

( La suite à un prochain numéro). 


ACADÉMIES, SOCIÉTÉS SAVANT ES ET ASSOCIATIONS. 

ACADËiUIE DES SCIENCES. 

Séance du 29 Décembre. — Présidence de M. Rayer. 

M. Lerebotolet, professeur à la Faculté de médecine de Strasbourg, 
transmet le résumé suivant d’un travail sur la structure intime du 
foie, qu’il a présenté le 27 février 1851, à l’Académie de médecine de 
Paris, pour le concours pour le prix Portai. Ce résumé comprend les 
67 propositions suivantes : 

1° Les organes préparateurs du liquide biliaire sont des cellules, 
c’est-à-dire des élémens organiques creux, analogues aux utricules des 
végétaux. Ce fait est aujourd’hui hors de contestation. 

2° Le foie des mollusques et celui des crustacés (écrevisse) renfer¬ 
ment deux sortes de cellules : des cellules biliaires et des cellules grais¬ 
seuses. 

3“ Ces deux sortes de cellules se multiplient par génération endogène, 

4° Les cellules graisseuses ne me paraissent être que transitoires. Je 
crois qu’elles se transforment elles-mêmes en cellules biliaires par dépôt 
de granules biliaires et par disparition de la graisse qu’elles renfermaient. 

6“ Le foie des vertébrés est composé de lobules, c’est-à-dire de petits 
amas d’élémens sécréteurs, groupés pour former des granulations de 
dimension variable, mais qui dépassent rarement 2 millimètres. 

Ces lobules ou granulations hépatiques se confondent souvent les uns 
avec les autres. C’est dans le foie du porc qu’on les distingue le mieux, 
parce qu’ils sont entourés d’une enveloppe spéciale en continuation di¬ 
recte avec la capsule de.Glissen, 

Dans le foie de l’homme, les lobules sont toujours plus ou moins con¬ 
fondus. 

6” Les deux couleurs du foie ne tiennent pas à l’existenee de deux 
Substances distinctes, ni par conséquent h l’accumulation plus ou moins 
grande de la bile dans ses canaux sécréteurs ; elles dépendent unique¬ 
ment du degré de réplétion des vaisseaux portes périlobulaires ou des 
veines hépatiques qui occupent le centre des lobules (veines centrales). 
Lorsque le sang stase dans les veinules portales,^a périphérie du lo¬ 
bule est plus foncée que le centre ; c’est le contraire, lorsque les vei¬ 
nules portâtes sont plus ou moins vides, tandis que le réseau central est 
encore rempli de sang, comme on le voit dans diverses altérations pa¬ 
thologiques, particulièrement dans le foie gras. 

7° Il existe dans le foie de porc, autour de chaque lobule sécréteur, 
une véritable enveloppe celluleuse, que l’on peut facilement mettre en 
évidence et qui sépare nettement les lobules les uns des autres. Les élé¬ 
mens fibrillaires qui forment cette capsule se continuent avec les gaines 
celluleuses des vaisseaux (capsules de Glisson). Dans l’homme 'on ne 
peut démontrer aucune trace de cette enveloppe lobulaire. 

8“ Le lobule hépatique est à lui seul un petit foie, composé de cellules 
sécrétoires, de réseaux capillaires sanguins afférens. 

9» Les cellules sécrétoires ou biliaires des animaux vertébrés sont, 
comme celles des animaux sans vertèbres, de véritables utricules, A la 
vérité, les parois opposées de ces sacs fermés de toutes parts sont plus 
ou moins appliquées l’une contre l’autre, mais on peut les gonfler et les 
rendre ovoïdes en les traitant par le chloroforme ; d’un autre côté, 
l’étude des cellules graisseuses fait voir que la graisse se développe dans 
leur intérieur et soulève leurs parois. 

10“ Ces cellules contiennent habituellement : 1” un noyau sphérique 


3 

avec un nombre variable de petits nucléoles punctiformes transparen¬ 
tes; 2» des granulations grises ou fauves, éparses dans la cellule ou 
accumulées en petits tas (granules biliaires) : 3“ des vésicules grais¬ 
seuses très petites, répandues au milieu des granules précédentes. 

11“ L’existence de ces divers élémens dans l’intérieur des cellules 
n’est pas constante. Le noyau manque assez souvent ; les granules bi¬ 
liaires ne sont pas toujours amoncelées et les vésicules graisseuses ne 
sont pas toujours distinctes. 

12“ Les dimensions du noyau sont assez constantes ; cependant j’ai 
rencontré plusieurs fois des noyaux beaucoup plus gros que de cou¬ 
tume, et que l’on pourrait très bien regarder comme des cellules in¬ 
cluses. 

13“ On trouve quelquefois des cellules contenant deux noyaux d’é- 
gafe grandeur-; cette circonstance, rare dans les foies sains, paraît 
plus commune dans certains cas de maladie de ce viscère, 

14“ Quoique j’aie observé quelques cellules endogènes dans le foie 
de l’homme, je ne puis allirmer que ces sortes de cellules existeut à 
l’état normal. Elles sont du moins toujours très rares-dans l’homme et 
dans les mammifères ainsi que dans les oiseaux. 

15“ Les cellules endogènes existent positivement dans les reptiles 
(grenouilles et salamandres) et dans les poissons. 

16“ C’est dans le foie des poissons seulement que j’ai trouvé des cel¬ 
lules graisseuses distinctes des cellules biliaires, encore les vésicules 
graisseuses contenues dans ces cellules étaient-elles petites et peu nom¬ 
breuses. 

17“ Dans le foie des fœtus des mammifères, il existe deux sortes de 
cellules, des cellules graisseu.ses en grand nombre, et des cellules bi¬ 
liaires endogènes, toujours plus petites que les précédentes. 

18“ Les cellules graisseuses, qui composaient la presque totalité du 
foie d’un fœtus de lapin de quinze jours, étaient remplies de vésicules 
d’égale grandeur. 

19“ Dans un fœtus humain à terme, je n’ai plus trouvé de cellules 
graisseuses particulières, mais j’ai vu encore quelques cellules hilaires 
endogènes. 

20“ La prédominence des cellules graisseuses dans le foie du fœtus 
non encore à terme et l’existence de ces cellules dans le foie des pois¬ 
sons et des animaux sans vertèbres, me confirment dans l’opinion que 
j’ai énoncée plus haut (n“ 4), que ces cellules graisseuses sont le pre¬ 
mier état des cellules biliaires. • 

21“ Le grand nombre des cellules endogènes (graisseuses ou biliaires) 
dans les animaux inférieurs et dans les fœtus, et la rareté de ces cellules 
dans les vertébrés supérieurs, nous autorise à regarder les cellules bi¬ 
liaires de ces derniers comme ayant atteint le terme de leur évolution. 

22“ Les cellules biliaires sont disposées à la suite les unes des autres, 
de manière à former des séries longitudinales qui convergent toutes vers 
le centre du lobule. Ces séries longitudinales sont unies par des séries 
transversales plus courtes, de manière à représenter un réseau à mailles 
polygonales ou arrondies vers la périphérie des lobules, tandis que ces 
mailles sont allongées dans sa partie centrale. 

23“ Chaque cordon du réseau est double, c’est-à-dire formé par deux 
rangées de cellules qui se touchent par leurs bords et ne laissent entre 
elles qu’un intervalle linéaire. 

24“ Mais ces deux fhngées de cellules ne sont que juxtaposées ; elles 
se séparent facilement à la plus légère traction. 

25“ Les cellules qui constituent les séries sont, au contraire, très ad¬ 
hérentes les ilnes aux autres ; voilà pourquoi on rencontre souvent de 
ces séries simples de cellules encore adhérentes quand on racle une 
portion de la substance du foie. 

26“ Les séries de cellules ou chaînettes ne sont pas des tubes comme 
le croit M. E.-H. Weber ; les cellules qui les composent ne s’ouvrent 
pas les unes dans les autres; elles sont au contraire parfaitement cir¬ 
conscrites et indépendantes. 

27“ Le réseau formé par les doubles chaînettes ou doubles rangées 
de cellules biliaires occupe toute l’épaisseur du lobule, depuis les vais¬ 
seaux périphériques jusqu’au vaisseau central. 11 est donc inexact de 
dire que la sécrétion se fait exclusivement à la périphérie. 

28” Les mailles du réseau biliaire sont remplies par les cordons des 
vaisseaux sanguins du lobule. 

29“ Les doubles cordons du réseau biliaire sont probablementœn- 
tourés d’une" membrane propre qui constituerait la membrane fonda¬ 
mentale des tubes sécréteurs ; mais celle-ci est tellement adhérente à la 
paroi des vaisseaux sanguins, qu’il est impossible de la préparer et de 
la mettre en évidence, de manière h faire voir que les cellules biliaires 
ne sont que des cellules épithéliales. 

30“ A l’état naturel, les tubes secréteurs sont donc pleins, c’est-à- 
dire entièrement occupés par les cellules secrétoires ; la cavité de ces 
tubes est simplement linéaire. 

31“ Quand on fait pénétrer une matière à injection dans les voies 
biliaires, cette matière distend les intervalles linéaires dont il vient 
d’être question, comprime les cellules et fait voir un réseau de ca- 
nalicules qui prend la place du réseau de cellules décrit plus haut (n“» 
22 et suivons.) 

32“ Les canalicules biliaires du lobule sont donc produits mécanique¬ 
ment par l’injection; ces canalieules en effet n’oht pas de parois pro¬ 
pres; la matière injectée est en contact immédiat avec les cellules sé¬ 
crétoires. 

33“ Le reste du lobule est occupé par un réseau vasculaire formé 
par la veine porte et par les racines des veines hépatiques. 

34“ Les mailles de ce réseau s’adaptent exactement aux cordons du 
réseau biliaire, et réciproquement, de manière que les deux réseaux 
sont étroitement entrelacés. * 

35“ En effet, le diamètre moyen des cordons des mailles et des mailles 
elles-mêmes est, dans l’un et l’autre réseau, de 0",015. 

36“ Les cordons du réseau sanguin sont des tubes à parois propres et 
non des canaux; on peut démontrer l’existence des parois de ces vais¬ 
seaux et étudier leur structure. 

37” Le réseau portai occupé la périphérie du lobule ; il est formé 
par de petits tubes qui se détachent à de courts intervalles des veines 
prérilobulaires et se capillarisent aussitôt. Les mailles de ce réseau sont 
polygonales. 

38. Le réseau des veines hépatiques remplit la moitié centrale du lo¬ 


bule ; ses mailles sont allongées et vont aboutir h la veine centrale, ou 
intra-lobulaire de Kiernan. 

39“ La sécrétion biliaire ne se fait donc pas dans une portion circons¬ 
crite du lobule, comme plusieurs auteurs l’ont écrit, c’est-à-dire à la 
périphérie suivant les uns, au centre suivant les autres; mais elle a lieu 
dans toute son épaisseur, puisque le lobule tout entier est composé de 
cellules sécrétoires, et que les réseaux sanguins, comme les réseaux bi- 
^iaires le remplissent aussi en totalité. 

40“ Tous les lobules ont leur axe traversé par un vaisseau veineux 
(la veine centrale) qui se termine en cul-de-sac ou se divise en plusieurs 
rameaux divergens. 

41“ Ces veines centrales s’unissent les unes aux autres pour se jeter 
dans une veine hépatique, où elles s’ouvrent directement et séparément 
dans la veine hépatique contre laquelle les lobules sont adossés. 

42“ Si l’on ouvre une veine hépatique, on voit à l’œil nu ou à la loupe 
les orifices des veines intralobulaires situés presque toujours au centre 
des lobules dont on distingue le contour à travers les parois de la veine. 

43“ Les canaux biliaires extralobulaires ou les conduits excréteurs 
qui sortent des lobules sont toujours multiples. Ils naissent sur tous les 
points de la surface du lobule, et, après s’être réunis un grand nombre 
de fois comme les racines d’un arbre, ils abandonnent le lobule et for¬ 
ment un ou plusieurs conduits principaux qui s’entourent avec les troncs 
correspondans de la veine porte et de l’artère hépatique, de la gaine 
cellulaire connue sous le nom de capsule de Glisson. 

44“ La veine porte, après s’être divisée au milieu de la gaine qui 
l’entoure avec l’artère hépatique et les canaux biliaires, fournit des ra¬ 
meaux qui contournent les lobules, mais qui ne forment jamais autour 
de chacun d’eux un anneau vasculaire unique et complet. Chaque lo¬ 
bule reçoit plusieurs rameaux des veinules portales voisines, et c’est la 
réunion de ces rameaux périlobulaires qui forme l’anneau vasculaire 
plus ou moins marqué d’où part le réseau portai lobulaire. 

45“ L’artère hépatique qui accompagne partout la veine porte, ne 
concourt pas directement h la formation du lobule. Les ramifications 
se perdent dans les parois des vaisseaux et dans la capsule de Glisson 
et elle se capillarise surtout à la surface du foie, dans le tissu fibreux 
sous-péritonéal. 

46“ Cependant les capillaires produits par l’artère hépatique commu¬ 
niquent avec les capillaires de la veine porte ; les injections passent fa¬ 
cilement du premier vaisseau dans le second, surtout à la surface du 
foie. 

47. Les réseaux que forme l’artère hépatique à la surface du foie ne 
diffèrent pas des réseaux de*la veine porte sous-jacente; ils ont exacte¬ 
ment les mêmes dimensions, et l’on peut s’assurer facilement que les deux 
réseaux se continuent l’un dans l’autre et n’en forment en réalité qu’un 
seul. 

48“ Le sang de l’artère hépatique ne paraît donc pas concourir à la 
sécrétion de la bile, ou du moins le rôle qu’il joue dans cette sécrétion 
est très secondaire et sans importance. 

49” Les parois des conduits hépatiques du canal cholédoque, delà 
vésicule biliaire et du canal cystique sont doublées de follicules clos, 
ovoïdes, qui, par leur réunion, forment de petits sacs granuleux collés 
contre la paroi extérieure de ces conduits et munis d’un canal excréteur 
qui s’ouvre dans leur intérieur. ^ 

50“ Les organes que M. Weber a décrits sous le nom de vasa aber- 
rantia fosses tranverscs, comme des canaux biliaires à extrémités bor¬ 
gnes, ne sont autres que ces sacs glanduleux dont M, Theile avait déjà * 
fait connaître la nature. 

51. Les élémens de ces sacs glanduleux ou les follicules clos eux- 
mêmes sont tapissés Intérieurement par un épithélium vésiculeux formé 
de petites sphères granuleuses. 

52“ La dégénérescence graisseuse du foie est due à l’accumulation de 
la graisse (Tans les cellules biliaires elles-mêmes. 

53“ Dans cette altération du foie, il ne se forme pas de cellules grais¬ 
seuses particulières, car s’il en était ainsi, on devrait trouver des cel¬ 
lules biliaires normales au milieu des cellules graisseuses, ce qui n’a ja¬ 
mais lieu. 

54“ Rien ne nous autorise à admettre que la graisse se développe en 
dehors des cellules dans leurssinterstices. 

55“ Les cellules biliaires pouvant doubler et tripler de volume par 
suite de l’accumulation de !a graisse. 

56“ Ce développement des cellules explique l’augmentation de volume 
des foies gras. 

57“ Les cellules graisseuses perdent entièrement leur caractère de 
cellules secrétoires ; elles ne renferment plus de granules biliaires et la 
secrétion biliaire est entravée. Aussi la vésicule est-elle ratatinée et 
contient peu de bile, 

58“ La dégénérescence graisseuse produit une décohration de la 
substance du foie, qui marche de la périphérie du lobule vers son cen¬ 
tre et qui donne au foie un aspect réticulé ou piqueté, 

59” Cette décoloration provient du développement des cellules grais¬ 
seuses, cjui compriment les veinules portales et entravent la circulation 
du sang dans ces veinules. 

60“ La marche de la décoloration semble indiquer que la dégénéres¬ 
cence graisseuse commence par la périphérie du lobule hépatique. 

61“ Dans l’engraissement artificiel des ores, le foie ne se charge de 
graisse que lorsque lesdifférens organes du corps et surtout les viscères 
abdominaux en sont pour ainSi dire saturés. 

62“ Les cellules des foies d’oies engraissées diffèrent des cellules 
graisseuses pathologiques, en ce que la graisse qui remplit les premières 
reste sous la forme de gouttelettes distinctes accumulées dans la cellule, 
tandis que dans les cellules pathologiques, la graisse se réunit en gouttes 
de plus en plus volumineuses, et finit par former, le plus souvent, une 
grosse goutte unique qui distend la cellule comme un ballon. 

63“ Les cellules graisseuses des oies ressemblent, sous le rapport de 
la disposition de la graisse dans leur intérieur, aux cellules graisseuses 
physiologiques des fœtus ou à celles des animaux inférieurs. 

64“ Le noyau des cellules nonnales disparaît dès que commence la 
dégénérescence graisseuse ; il en est de même des granules biliaires. 

65“ La dégénérescence se fait simultanément dans touterl’étendue de 
la glande ; mais toutes les cellules n’offrent pas le même degré de déve- 
lop'ttement. 












GG* Le changement des cellules biliaires en cellules graisseuses n’a 
pas seulement lieu dans la phthisie pulmonaire; on l’observe encon 
dans le cancer, la cirrhose du foie. 

67» Le développement de la graisse dans les cellules paraît étroitement 
lié h un ralentissement dans le travail nutritif, et par conséquent à la 
combustion organique qui est la première condition de ce travail. Lors¬ 
que la quantité d’oxyxène absorbée est moindre qu’à l’état normal 
(phthisie, tuberculeuse, cancer et probablement toutes les maladies de* 
la nutrition) ; ou lorsque les aliraens respiratoires (fécules et autres) 
sont dans une proportion trop forte; la combustion de ces substances 
est incomplète et les élémens chimiques qui les composent se combi¬ 
nent pour former de la graisse qui se dépose dans les cellules biliaires. 

M. Sédillot adresse une note sur la possibilité et les avantages 
de la staphyloraphie chez les énfans , d'après les règles'desa nou¬ 
velle méthode. 

Toutes les personnes opérées de la staphyloraphie ne recouvrent pas 
le libre exercice de la parole; leur voix reste souvent nasonnée, et la 
prononciation de certains mots est difficile et vicieuse. 

Cet état s’explique par l’inaptitude des malades à bien parler et par 
la malformation de leurs organes. 

Si l’on n’a pas appris une langue dans son enfance, seule époque de 
la vie où les prononciations s’acquièrent avec une merveilleuse facilité, 
il est fort rare d’arriver jamais à perdre tout accent d’origine étrangère. 
Non seulement la voix se refuse à exprimer certains sons, mais l’oreille 
ne les distingue pas ; et si un maître exercé nous les fait entendre, 
les répétons tout différemment, sans le soupçonner, 

La plupart des opérés de la staphyloraphie se trouvent dans des con¬ 
ditions semblables. Ils^doivent apprendre lenr propre langue qu’ils n’ont 
jamais su prononcer, et ils éprouvent les mêmes difficultés pour une 
langue étrangère. 

On parvient h leur faire exprimer assez clairement tous les mots sans 
nasonnement marqué, mais dès qu’on n’est plus là pour les guider, la 
prononciation redevient irrégulière et défectueuse. 

C est là un des inconvéniens de l’âge avancé auquel on a pratiqué la 
staphyloraphie jusqu’à ce jour, et il était fort à désirer que l’on pût exé¬ 
cuter cette opération sur des sujets plus jeunes et plus aptes-à en re¬ 
cueillir les bénéfices. 

Les diverses parties d’un même appareil se produisent et se dévelop¬ 
pent dans un état de dépendance réciproque, et les vices d’organisation 
de l’une d’elles impriment des modifications plus ou moins profondes 
aux organes congénères. 

Les qpvités buccale et nasale subissent cet ordre d’influence chez les 
personnes atteintes de division congénitale du voile du palais. Les ailes 
du nez, pour nous borner à cet exemple particulier, se resserrent et 
tendent à rétrécir l’orifice nasal dans tous les cas où l’air doit être re¬ 
tenu pour l!j formation de la parole. 

On conçoit dès lors que plus on aura retardé la staphyloraphie et 
moins les malades en profiteront en général, puisqu’ils auront ensuite 
a lutter contre des vices d’organisation très difficiles à corriger. 

L’indication à remplir consisterait à pratiquer la staphyloraphie dès 
les premières années de la vie, et il n’est pas, sans doute, impossible que 
l’on y parvienne. 

Jusqu’à ce jour, les difficultés du manuel opératoire, celles encore 
plus grandes de la réunion immédiate du voile du palais et la force de 
volonté nécessaire aux malades pour rester plusieurs jours sans même 
avaler leur salive, avaient foit retarder l’opération jusqu’à l’âge de 15 à 


16 ans, et pour plus de sûreté, les parens exagéraient ce retard et pou- 
Yaient se croire fondés, d’après l’opinion commune, à espérer ainsi de 
meilleures chances de succès.. 

C’est une erreur qu’il importe de détruire aujourd’hui que nous pou¬ 
vons opérer beaucoup plus tôt les malades en suivant les règles de notre 
méthode, et j’attendais avec impatience le moment d’en établir expéri¬ 
mentalement la preuve. 

Cette occasion m’a été dernièrement fournie par un de mes honora¬ 
bles confrères et amis, M. le docteur Schneider, qui m’a appelé à 
traiter une jeune enfant de 10 ans atteinte de division congénitale et 
complète du voile du palais. 

La staphyloraphie pratiquée le 12 novembre de cette année réussit 
parfaitement, et la parole est déjà devenue (25 décembre) plus claire et 
plus nette qu’elle ne l’était au bout de plusieurs mois chez un jeune 
comte allemand; âgé de 25 ans, que j’ai opéré en été. 

La staphyloraphie rendue applicable h l’enfance et donnant des ré¬ 
sultats plus avantageux et plus certains, nous parait conslituer un véri¬ 
table progrès. 


AGADÉIUIE DE MÉDECIIVE. 

Séance du 30 Décembre 1851.— Présidence de M. Okfil.\. 

Le procès-verbal de la dernière séance est lu et adopté. 

La correspondance comprend : 

1» Un rapport de M. le docteur Boisson père, médecin des épidémies 
de l’arrondissement de Lure, sur l’épidémie de dyssenterie qui a régné 
dans la commune de Corbenay (Haute-Saône). 

2» Un rapport de M. le docteur de St-Amand, médecin dos épidémies 
de l’arrondissement de Meaux, sur l’épidémie de fièvres diverses qui a 
régné récemment dans la commune de Monteaux, ' 

3» Un rapport de M. le docteur Herrgolt, médecin des épidémies de 
l’arrondissement de Belfoi-t, sur l’épidémie de fièvre typhoïde qui a ré¬ 
gné cette année dans la commune de Montreux-Château. 

4° Un rapport de M. Reydellet, chirurgien de la marine, sur une 
épidémie de variole développée à bord du Constant. (Commission des 
épidémies.) 

5° Un rapport de M. le docteur Don, médecin-inspecteur des eaux 
minérales des Camoins (Bouches-du-Rhône), sur le service médical de 
cet établissement pendant l’année 1851, 

6» Un rapport de M. le docteur Finaz , médecin-inspecteur des eaux 
minérales de Charbonnière (Rhône), sur le service médical de cet éta¬ 
blissement pendant la même année. 

(Commission des eaux minéiales.) 

^ 7“ Un mémoire de M. Abeille, médecin en chef de l’hôpital militaire 
d’Ajaccio, sur l’emploi du copahii et du poivre cubèbe dans le traite¬ 
ment des fièvres intermittentes. 

8» Une notice de M. le docteur Zandyek, de Dunkerque , sur une 
épidémie de rougeole qui a régné dans cette ville en 1851. 

7° Une note de M”» Messager, sage-femme,'sur deux cas de stéri¬ 
lité occasionnés l’iin par l’étroitesse, l’autre par l’oblitération du méat 
utérin. — (Comm. MM. Cazeaux et Hervez de Chégoin.) 

8» Enfin deux lettres des ministres du commerce et de l’instruction 
publique qui informent l’Académie qu’ils recevront ses membres à l’oc¬ 
casion du renouvellement de l’année. 

M. LE Président lire au sort la liste des membres qui devront faire 
partie de la députation chargée d’aller complimenter le président de la 


République à l’occasion du nouvel an. i 

M. Gérardin rend compte des opérations des trois sections rêiini«,A 
d’hypène, de physique et chimie médicale et de pharmacie pou,. ? ? 
noininnfinn rîp rîiirr niomhfac __• ji._ j._. 1 


U UC pnysique et cmmie médicale et de pharmacie pou,. ,7 

nomination de cinq membres devant faire periie du jury de concoull 
pour la chaire d’hygiène qui doit s’ouvrir à la Faculté de médecine d"| 
Paris, le 5 janvier prochain. Les cinq membres désignés par le scruâ!" 
sont MM. Caventou, Soubeirah, Lecanu, Gérardin et Villerraé. *■ ' 


-- \jwiaiuiii CL VillCllllt;. 

M. PATISSIER commence la lecture d’un rapport très étendu sur | 
185^^ établissements thermaux pour les années 1849 e'j 

Pendant cette lecture, l’Académie procède au scrutin pour le renon,’ 
vcllement partiel des commissions permanentes pour l’année I853 
’i^olci le résultat de ces élections : ' 

1“ COMMISSION DES EAUX MINÉRALES. 

Membre ortans. Membres nommés. 

MM. Caventou. mm. Gaultier de Claubry (H.) 

Martm-Solon. Chevallier. 

2“ REMÈDES SECRETS. 

Gaultier de Claubry. , Caventou. i 

Dèzé. Poiseuille. ' • 

3» ÉPIDÉMIES. 

Gaultier de Claubry. Bricheteaii. 

Gaultier de Claubry. 

’ 4° VACCINE. 

Huguier. Gibert. 

Emery. cazeaux. 

5“ TOPOGRAPHIE. 

P«iseuille. Renauldin. 

Duval. £„jery. 

6° COMITÉ DE publication. 

MM. Roche, Laugier, Boutron, Delafond et Bousquet. 

La séance est levée à quatre heures et demie. 


NOUVELLES. — FAITS DIVERS. 


CONSTATATION DES NAISSANCES. — La municipalité de Lille vientde 
prendre une mesure qui devrait être mise h exécution partout. A l’a- 
venir, les nouveau-nés ne seront plus transportés au bureau de l’état | 
civil pour la constatation des naissances. La déclaration devra toujours f 
y être faite comme de coutume; mais des médecins désignés pour cet 1 
office se rendront à domicile, afin de vérifier ladite déclaration. P 
— M. Casper continue ses recherches statistiques sur la mortalitédes f 
médecins en Prusse. Des 100 médecins promus l’année dernière, il n’en 
reste plus en vie que 33. Pas un médecin sur 100 n’arrive à l’âge de % i 
ans. En somme, la durée de la vie est beaucoup plus courte chez les j 
médecins que dans les autres classes de la population. | 

•— Par arrêté de M. le ministre de l’instruction publique et des cul- ] 
tes; M. Grenier, professeur h la Faculté des sciences et à l’école pré- i 
paratoire médicale de Besançon, est suspendu de ses fonctions avec i 
privation de traitement, et déféré au conseil académique du Doubs I 
conformément à la loi du 15 mars 1850. ' ’■ | 


Le gérant, Richelot. 


LA PERCEPTION GÉNÉRALE DES RECOUVREMENS, fondée en 18l4 
s occupe spécialement de ceux de MM. les médecins et pharmaciens’ 
Directeur, M. Debacq, ancien notaire, rue des Petites-Ecuries, 6. 


TMITEMEKfT WR L’IODE 


D APBÉS la méthode et avec les nouveaux PRODUITS^préparés par le docteur OUESNEVILLE, 


POUDRES D’iODÜRE d’AMIDON. 

L’Iodbee d’amidon (1), nouveau produit médicinal que 
le docteur Quesneville vient de faire connaître aux méde- 
cius, est un compose iodé destiné à remplacer l’iode et les 
lodures dans tous les cas où ces derniers sont employés à 
1 intérieur. 

L’iode, là où il n’est pas destiné à agir comme irritant à 
I étal de lemtureaqueuse ou alcoolique, comme on l’emploie 
dans 1 hydrocèle ou dans quelques abcès froids scrofuleux, 
doit être alors employé à l’état d’iodure d’amidon, car les 
.lodurcs n agissant bien à l’intérieur qu’au tant qu’ils se 
translorment facilement en acide hydriodiqûe, nul composé 
n est plus propre à se transformer ainsi comme l’iodure 
d’amidon. 

Par suite de celte décomposition intérieure si facile et si 
prompte, le travail qui se produit intérieurement ne cause 
au malade aucune fatigue; les organes absorbenltout l’iode 
qui leur est offert en combinaison avec l'amidon, et comme 
rien n’est rejelé, on peut, ce qui est un avantage immense, 
obtenir des guérisons promptes et complètes avec très peu 
de médicament. De là possibilité d? guérir des maladies sy¬ 
philitiques graves et anciennes avec ce composé, là où l’io- 
durede potassium échoue complètement, ou, s’il n’échoue 
pas, là où il cause à côté du mal principal une autre ma¬ 
ladie aussi grave, des inflammations sourdes et profondes. 
— rr\x du flacon de poudre de 50 grammes : 3 fr. 

SIROP d’iodure d’amidon soluble. 

Un des emplois les plus heureux que le douleur Qdesne- 
viLLE ait fait du sirop d’iodure d’amidon, est sa substitu¬ 
tion a 1 huile de foie de morue dans toutes les maladies où 
celte huile est receramandée. 11 est reconnu aujourd’hui que 
Je sirop d lodure d’amidon agit beaucoup plus favorable¬ 
ment et plus promptement que l’huile de foie de morue, qui 
d après 1 Académie, ne doit d’ailleurs sa vertu qu’à un neii 
diode qu’elle renferme nalurellemenl. Voici, du reste com¬ 
ment s'exprime,sur le sirop d’indure d’amidon, un médecin 
fort compétent, qui, malade, l’a expérimenté sur lui-même • 
«Votre sirop d’iodure d’amidon fait merveille ici ; ie n’ai 
lu supporter l’huile de foie de morue, et cette préparation 
[ueje lui ai siihslitnén m’.-i fait 


TABLETTES d’iODURE d’AMIDON. 

A tous ceux qui sont jaloux , de se conserver en bonne 
santu, nous conseillerons comme mesure hyqiénique, cha¬ 
que matin ou dans la journée, une tablelle ou deux d’io- 
aiire d amidon du docteur Qdesneviiee-, mais à ceux oui 
atteints de la poitrine, qui ont le 
seruie de la scrofule, nous conseillerons comme'une iiéces- 
Lrop^ 4 l’iodure d’amidon, soit en lableltcs ou en 

Les labletlfis d’iodure d’amidon conviennent donc un peu 
deZVcAtt^î^P pastilles de précaution. Prix 

ÉTHER HYDRIODIQUE. 

L’Ether hydriodiqûe (iodhydrique) a été essayé avec 
succès par plusieurs médecins, d’une manière toute spé¬ 
ciale, contre la phlhisie pulmonaire, et il y a produit des 
certains et très heureux ; il agit encore d’une manière 
constante dans la toux, qu il fait cesser; les quintes devien- 
neni peu a peu plus rares,»moins pénibles et exemples de la 
uouieui; vive et brûlante qui les accompagne souvent; l'ex- 
pectoralion devient plus facile, la respiration plus ample; 
les malades se senlent mieux respirer, comme ils le disent, 
cei ei.ner ne s emploie que sous forme d’inhalation, à l’aide 
d un appareil particulier très simple, de l’invention du doc¬ 
teur Quesneville. 

‘’u.u- d’ôllKT hydriodiqûe dans le traile- 
neni de la phlhisie pulmonaire est aujourd’hui un fait ac¬ 
quis a la science et à la Ihérapeuliquede l’iode. Des praticiens 
éminens, des professeurs de Facultés, des médecins des hô- 
pilaux, en ont conslalé le Résultat et la préférence qu’on 
doit lui accorder sur la vapeur d’iode qui irrile et est dange- 


ÉTÜDES Slip les MâLADIES DES FEiBES 

qu on observe le plus fréquemment dans la pratique ; parle d' 
Alexis Favrot.— Un volume in-S” de 423 pages. Prix 6 Ir.- 
Libraipiemedicale de Gcrmer-Baillière.riie de l’Ecole-de-Méde 


Les maladies décriles dans le livre dé M. Favrot soi 
affections des organes génitaux externes. - Le plilegmon. 
éruptions de toutes sortes qui sont si communes et si rebelles. 
- Viennent ensuite les Cux divers du canal vulvo-iitérin. - 
Quelques faits curienx d’introduction de corps étrangers. — Les 
granulations et les ulcérations du col de la matrice. — Une dis¬ 
cussion sur la queslion encore si obscure des engorgemens et des 
af, “ne ùernièresection estconsacréc àl’examen 

des kystes et des corps fibreux de l’ovaîre. 


d un EtabUsseraent d aliénés, servant à l’alimentation forcée des 
aliènes, se trouve chez Charrière, rue de l’Ecole-de-Médedne, 6 


INSTITUT OPHTHALMI 0 ÜE 


* yuin, «i. iwiç UC ululuc, CL celle pfeparaiioi 
lagcment' »* éprouver beaucoup de soU' 


Le sirop d’iodure d’amidon est conseillé aux personnes 
(jui cra!§^nent d être alteinles de la poitrine, ou qui même 
déjà ont le germe des tubercules. Ce sirop est encore le soé- 
cifique, le plus sur de tout état scrofuleux. Les personnes 
qui ont la peau luisante, gonflée, dont les glandes sont en ¬ 
gorgées, devront surtout faire usage de ce sirop. Dépuratif 
puissant. Il devra aussi être recommandé pour purifier le 
sang. R donne du ton aux organes, aide au jeu des fonc¬ 
tions, et aux personnes qui ont des tendances à la scrofule 
nous conseillernns le régime du sirop d’iodure d’amidon 
comme une nécessité. — Prix du flacon Oè sirop : 3fr.-, 
la bouteille de 1 kü. ,8 fr. ri-, 


(1) Nous prépaeons deux espèces d’iodiires d’amidon, l’un 
soluble, 1 autre non soluble. — Résoluble sert à faire des 
sq utioiis pour le sirop. — Le non soluble, des pastille.s, des 
pilules ou des bols. Quand ou veut prendre l’iodure d’ami- 
w? “ c HZ®-’ “Z* P»"'!'’® «on solu¬ 

ble.—Nous désigner lequel des deux iodures on veut. Le 

pîiM’maciens^'”^ ’ divisionspoiir 


Prix du flacon : 4 fr. Appareil pour le respirer : 5 f. 

HUILE IODÉE (formule de l'Académie.) 
L’iqdedissout dans l’huile, non à l’élal desimpie mélange 
mais à l-état de combinaison pariiculière, est-il, sous celle 
forme,un bon médicamenlîM.Guibourgaflirme que oui, élit 
viîeiir iodée est un médicament d’une haute 

L’huile iodée que nous préparons contient un demi pour 
Sf-n® a’ cJa®® P®® "®®ons de 125 grammes ou par 
bouteilles de 600 grammes; elle ne se délivre que sous notre 
cachet et revêtue de notre étiquette. ^ 

Prix du flacon. 1 f. 50; de la bouteille : 6 f. 

Comme les médicamens à base d'iode peuvent être dan¬ 
gereux quand ils sont mal préparés, il ne faut avoir con- 
hance que dans les flacons qui porteront le cachet et l’éli- ■ 
quelle du docteur QUESNEVILLE. <■ lui 

S’adresser à la maison d'expédition fabrique de produits 
chimiques de Qoesnevilee, passage Sainté-Croix-de-la-Bre- 
lonnene, 6, Pans. Et pour la venteaux malades, àlaphar- 
macie. rue Jacob, 30. — A Lyon, chez Bruny. — A Mar¬ 
seille, chez Camoin frères, — A Strasbourg, chez Muller._ 

A Besançon, chez Goguely. — A Bayonne, chez Poyio, — 
A LiUe, chez Flament. — A Rouen, chez Esprit. —ANanles 
chezi,eray-Lepré. — A Toulouse, chez Abbadie.—A Mont¬ 
pellier, chez Bonne! et Eymar. 

Hardy et Cie. - Ma- 
O*”®"’ Dalmas.—Constantinople, Olloni, 

çalleja. Seront nos déposilaires brevetés, en France et à 
l é ranger, ceux qui nous adresseront des demandes de pro- 


DE L¥0]V. 

Maison de santé spécialement consacréé aux Maladies 
des yeux et aux Opérations qui leur conviennent. — 
Situation saine et agréable. — Prix modérés. 

. S’adresser, pour les renseignemens, au cabinet du 
docteur rivaud-landraü , oculiste, 26, rue du Pérat 
a Lyon. ’ 



: iff TJi' Srd7co;7e.;alLTde'ëe7pm,res 

» tftin de scftrrvf P“P“4 dans le But- 


> ietin de st__ „ 

Exiger le cacher d argent réactif et la signature. 

s : 4 FR. LE FLACON 


PAffi _FERRUGINEP 


Un rapport de l’Académie, du 30 avril 1841, constare qi 
celle préparation, le sel de fer n’est point altéré, et que c’est lé 
lu,le.i.(,i,t le pLis sûr et le plus commode. — Pharmacie Pre¬ 
mier, rue Saint-Honoré, 276, à Paris, 




r/cf"“^7" ’ '•‘■'‘’f ® l’asperge, d’après la formule du p?o. 
fesseur Bropsais, le seul quiait été employé dans les expérience 
de la comnmssioii de l’Académie de médecine, se i d 
ment rue Caumartin, 6, à Paris. aciueiie- 

Dans la séance de rAcadémie de médprinp vin 9 owi.ii <000 n 

^ 5 ^ préparé d4pris^s’a i 

pnarm icieo, et dans les Annales de 

préparé chez M. Johnson, ph 


*s pbs^rtations^ ralentir ^les p^l 




la^“a,"larorceSbàtS^^^ ]' ' " 'i 

gane,ontcté60uventcalméesD..”2àj!l’n.« " 


■ ' ...-“'““"'«““«“irop.pîfsdanilesziljeure» 

Un grand nombre de faits attestent les avantages qu’il a pro¬ 
ues, a la meme dose, dansl e traitement des affections nerveu- 


wv, .. Mwuc, uduai c irüjieiiienc ÜCS ail 

ainsi que les toux opiniâtres, les bronchites, lercoqueiiichès 
qui avaient résisté à tous les moyens préconisés. H est donc iml 
portant dene pas con fondie le siropjohnsonavccles contrefaçons. 


NOUVEIIES CEINTURES i 

de POUILLIEN, bamiagiste. 


APPAREILS ÉLASTIQUES 

le Montmartre, 68, à Paris. 

Rapport officiel 


de l’Académie 
de médecine. 
Ceinture pour ai 
téversions et an 
léflexions de Pu 



mètre transversal du bandage, 
Tissu caoutcliouc-cotoi 
Tissu caoutchouc-soie. 


ChezsïLAWCAKH», pliarma- 
■■^cien, rue de Seine, n« 51, à Paris, 
etdanstouteslesbonnespharmacies. 


BANDAGES de WIC^HAM et HART, cliirurg.-ber- 


taw niaircs, brev.,r. St-Honoré, 257, à Paris, 
a vis de pression , sans sous-cuisses, et ne comprimant pas les han- 
ches; ceintures hypogastriques et ombilicales.— Suspensoirs, etc. 


MAISON DE SANTÉ DU D'LEï, 

Avenue Montaigne, n» 45 (ancienne allée des Veuves). 


Cet établissement, fondé depuis 25 ans, est destiné aux Irai- 
temens des maladies aiguës et chroniques, aux opérations chi- 
rurpcales et aux accoucliemens, vient d’ajouter aux bains de 
tou e espèce que l’on y trouve, l’application de la méthode hy¬ 
drothérapique, MM. les docteurs pourront suivre et diriger 
comme Us le jugeront convenable l’emploi de ce moyen.-Vaste 

I traites par les médecins de leur choix. ' 



! d’être considéré comme remède secret 

. nm efr" ‘a® kpériences 
» ont eu UN PLEIN SBCCES. Le KOÜSSO est plus facile à prendre 
» et surtout plus clBace que tous les autres moyens II est 
• ® ‘‘««‘■■er qu’il soit mis à la disposition de nos pra- 

successeur de Labarbaqub, 
h ’ 4Paris.—(Docmnenso/’/îcirixet Instruc¬ 

tion avec chaque dose ; à part 1 franc. Expédition; affranchir.j 


. -- typographie FÉLIX MAITESTE Eï COUP 
Rue des Pcux-Pirtes-St-Sauvciir, 22. ’’ 























































Tome vt.— nr" 


SiXifellE AXXÉE. 


Hardi I» Janvier 


PRIX DE L’AMNNNEMENT : 

ï»»ir ■Paris et les Départemens ; 

ÎXn. 32 Fr.: 

6 Mois. 

3 Mois.. • • • • H 

Peur l’Étranger, où le port est 
double: . 

6 Mois. I® 

Peur l’Espagne e‘ *® 

6 Mois... 2- Fr. 

1 An. ■10 

Pour les pays d’outre-mer : 

1 An. 50 Ff- 


LÜNION 



JOmNAl DES INTÉRÊTS SGIENTIFIO» ET Pl|llTl(!IlES, MORM ET PROFESSIONNEIS 
DTJ CORPS MÉDICàb. 


BUREAUX D’ABONNEMENT : 

Bue du Paubani.g-lllontniai.trét 
56. 

DANS LES DÉPARTEMENSî 
Chez les principaux Libraires. 

On s’abonne aussi. 

Dans tous les Bureaux de Poste, et des 
Messageries Nationales et Générales. 


Ce Journal paraît tPois fols par semaine, le MAKM, le JCCDI et le SAHIEDI. 


l 


Tout ce qui concerne la Rédaclion doit être adressé aux Bureaux du Journal, à M. le Docteur Amédée eaxoc», Rédacteur en chef; tout ce qui concerne l’Administration, à M. le Gérant. 

Les Lettres et Paquets doivent être affranchis. 


iSOinaiAlllE. — I. PARIS : Du mouvement de la population en France d’après 
y Annuaire du bureau des longitudes.— 11. Travaux originaux : De la fièvre 
lypho'iiie observée à ohmàs, et de son traitement par le calomel. - lit. Ensei¬ 
gnement: Collège de France ; cours de M. Ma gendie. — IV. Académies, socié¬ 
tés SAVANTES ET ASSOCIATIONS. SocUté de chirurgie de Pans : Quelques mots 
sur les tumeurs hydatiques. — Correspondance. — Du traitement de rophlhalmie 
granuleuse belge par les préparations du tanin. — Société médico-chirurgicale: 
Artérite oblitérante à marche aigue. - Rapport sur une brochure intitulée : Sur 
la nature du suicide. — Composition du bureau pour 1852. — V. NOuvelies et 
Faits divers. 



PARIS, LE 5 JANVIER 1852. 


DV MOUVEMENT DE LA POPULATION EN FRANCE D’APRÈS L’AN¬ 
NUAIRE DU BUREAU DES LONGITUDES. 

Au nombre des publications scientifiques Jes plus impor¬ 
tantes publiées au commencement de chaque année, on peut 
placer l’Annuaire du bureau des longitudes. Outre une foule 
de renseignemens précieux et de tables utiles pour les hom¬ 
mes qui cultivent les sciences physiques, on y trouve quelque¬ 
fois des notices sur des questions qui intéressent particulière¬ 
ment la médecine. Cesnotices ne ressemblent pas ordinairement 
à ce qu’on lit'dans nos journau)!'spéciaux, ou dans nos livres, 
où les chiffres occupent un rang accessoire. L’Annuaire étant 
rédigé par des mathématiciens, le chiffre, le calcul se trouve 
partout. Il y a de ces notices qui présentent, en effet, une 
sorte de statistique complète sur un ordre de faits qu’il appar¬ 
tient à l’hygiéniste, au physiologiste, au philosophe de savam¬ 
ment interpréter. L’Annuaire de cette année contient une 
Notice sur le mouvement de la population en France, par 
M. Mathieu. C’est une question quktient à beaucoup d’autresr 
Si la population augmente ou diminue, suivant des conditions 
particulières, dépendant de l’état social qui la régit et de 
l’état physique des lieux 'qu’elle habite, ce qui est incontes¬ 
table, cette question se lie à une foule de considérations d'un 
ordre élevé, et il appartient au médecin surtout de dire son 
mot sur elle. Nous croyons donc bien faire en ne les passant 
pas sous silence ; ce serait une omission que nous nous repro¬ 
cherions. 

Les appréciations étant faites sur une période de 33 ans, 
elles présentent dans leurs conclusions une somme de proba¬ 
bilité suffisante pour en tirer des conséquences d’une assez 
grande portée. 

Pendant cette période de 33 ans, il est né en France 
16,459,349 garçons et 15,504,541 filles; ce qui fait entre le 
premier nombre et le second un rapport de 17 à 16. Il y a un 
excédant entre les naissances des garçons et des filles, mais il est 
d’une trop faible importance pour qu’on puisse lui donner 
quelque signification. La distribution des naissances par an¬ 
née n’a pas toujours eu lieu dans les mêmes rapports. Ainsi, 
il est arriyç que pendant les 33 ans, les naissances annuelles des 
filles ont surpassé celles des garçons, et ce fait s’est reproduit 
44 fois dans un certain nombre de départemens. La place que 
ces circonscriptions territoriales occupent sur le sol français 
ne peut donner lieu à aucune Considération. Ainsi, tantôt 
celte supériorité des naissances des filles a eu lieu dans les 
départemens qui touchent aux Alpes, tantôt à ceux qui tou¬ 
chent aux Pyrénées, puis à ceux qui bordent la frontière du 
Nord, à ceux enfin de la lisière de l’Océan et des régions cen¬ 
trales de la France. Quant aux proportions relatives des nais¬ 
sances dans le Nord ou dans le Midi, on conçoit que quelques 
différences devraient se présenter. L’influence du climat ne 
peut pas être nulle. Elle est grande sur le caractère physio¬ 
logique de la race, sur le tempérament, sur les autres condi¬ 
tions qui font de l’homme du Midi un être si différent de l’hom¬ 
me du Nord; ne s’exerce-t-elle pas réellement sur la généra¬ 
tion, et ne donne-t-elfe pas dans telle région, une somme de 
naissances plus faible ou plus élevée que dans une région où 
règne un autre climat? 

La réponse à cette question n’est pas celle assurément à 
laquelle on pourrait s’attendre. La voici telle que la donnent 
les chiffres pris comme on le sait sur une base assez large pour 
présenter quelque valeur. 


Somme. Le groupe méridional reQferme l’Ariége, l’Aude, les 
Bouches-du-Rhône, le Gard, l’HérSati, Landes, les Basses- 
Pérénées, les Hautes-Pyrénées, les Pyrénées-Orientales, le 
Tarn, le Tarn-et-Garonne, le Var et Vaucluse. Chacun d’eux 
compte de 130 à 140,000 naissances par an, et en prenant la 
somme pour la période de 33 ans, on a les chiffres suivans : 
pour le groupe septentrional, 2,307,704 garçons et 2,172,283 
filles; pour le groupe méridional, 2,305,631 garçons, et 
2,175,620 filles. La différence est trop faible assurément entre 
ces chiflres, pour que le climat paraisse influer avec quelque 
force sur la proportion des naissances de telle région sur telle 
autre, ou sur la supériorité du nombre des garçons sur celui 
desTilles. Cependant le climat a une action réelle, pourquoi la 
statistique ne la montre-t-elle pas ? 

Il ne s’agit pas toujours de compter, il s’agit aussi de peser 
les observations. Cette vérité, qui peut être classée au nombre 
des principes les plus essentiels en médecine, trouve ici son 
application. 

Il est à remarquer une chose connue, du reste, que les in¬ 
fluences physiques ont d’autant plus d’action sur l’homme, que 
les influences morales en ont peu. Lorsque en France, il y avait 
une soi te d’indépendance réciproque entre les provinces qui 
les composaient, que les races ne se voyaient ni ne se mê¬ 
laient, et que Paris était un mythe pour la plus grande partie 
des habitans, chaque région gardait son cachet et son carac¬ 
tère. De plus, dans ces périodes de calme et de vie de famille 
où l’exercice de la pensée ne nuisait pas à la vie végétative 
qu’on retrouve encore au fond de quelques-uns de nos dépar- 
teurens, lercKinat s'imprimait aveepiits de forée sur riftdividu. 
Celui-ci ne luttait pas, en effet, contre lui, ni par les voyages, 
ni par la vie active, ni par un régime différent du régime 
traditionnel, ni même par la pensée qui imprime avec le temps 
sur l’économie une sorte de tempérament particulier. Pour 
donner une portée réelle aux chiffres, il fallait en demander à 
cette période, pendant laquelle il n’a malheureusement pas été 
possible d’en recueillir d’assez complets. En les comparant 
avec les 33 ans de la période actuelle, on aurait noté des dif¬ 
férences et vu comment le climat se comporte lorsque son ac¬ 
tion est favorisée et lorsqu’elle est en grande partie neutralisée. 
C’est de cette manière qu’on parvient à faire articuler à la sta¬ 
tistique, des vérités au lieu d’erreurs. 

Nous passons sous silence d’autres considérations pour ar¬ 
river au grand fait de la durée moyenne de la vie, qui est dû 
principalement à la médecine. Sans la vaccine, sans les règles 
d’hygiène successivement appliquées dans la construction des 
villes, dans l’aménagement des^habitations et jusque dans les 
habitudes de la vie de famille, le Français n’aurait pas plus de 
temps à lui sur cette terre que ses ancêtres moins favorisés. 
Dans ce cas, du reste, la comparaison est facile et ne conduit 
pas à une illusion, car les deux termes existent l’un pris avant 
la première révolution, l’autre depuis le commencement du 
siècle, celui-là présenté par les tables de Duvillard, celui-ci 
tiré des chiffres fournis par les 33 dernières années (de 1817 à 
1849). Les premières tables ne donnent que 28 ans 3/4 pour la 
durée de la vie moyenne, il y a 70 ans ; tandis que celles qui 
comprennent une période plus récente présentent, dans cet 
accroissement de la vie, une progression bien faite pour exci¬ 
ter la surprise. Ainsi la moyenne était de 31 ans, 8, en l’année 
1817, ce qui montre qu’elle avait déjà gagné*3 ans à peu près. 
Seize années plus tard, elle était montée de 3 ans encore : elle 
était à 33 ans, 9. Maintenant, elle a atteint près de 3 ans de 
plus que dans la période précédente; elle est de 36 ans, plus 
un dixième. Qu’on suppose un progrès proportionnel q celui 
qui s’est produit de 1817 à 1849, il est évident qu’il faudrait 
moins d’un siècle, pour que la vie moyenne fût portée à 50 ans. 
Nous faisons peut-être un rêve doré, car toute amélioration a 
ses limites. Mais pour peu qu’il se réalise, il est évident que les 
sciences médicales auront contribué comme elles l’ont fait 
en bien des choses, à ce merveilleux résultat. 

Il y a d’autres considérations à tirer de la notice substan¬ 
tielle de M. Mathieu ; nous y reviendrons plus tard. 


Deux groupes de départemens ont été formés comme moyens 
de comparaison , l’un pris dans le Nord, l’autre dans le Midi. 
Le premier groupe comprend l’Aisne, les Ardennes, la Mosel¬ 
le, le Nord, l’Oise, le Pas-de-Calais, la Seine-Inférieure et la 


Dr Ed. Carrière. 


TRAYAEX EX MÉMOIRES, .ORIGINAUX DE ^iDECINE 
ET DE cÉRÎUSgÎË , 

DE THÉRAPEUTIQUE GÉNÉRALE ET APPLIQUÉE. 

DE LA FIÈVRE TYPHOÏDE OBSERVÉE A DAMAS, ET DE SON TRAI¬ 
TEMENT PAR LE calomel; par M. Lautour , médecin sanitaire du 

gouvernement turc à Damas. 

(Suite. — Voir le numéro du 3 Janvier.) 

Observation III. — Fièvre typhoïde grave ; — guérie par le ca-i 
lomel. 

Le 4 octobre 1851, je trouvai couché dans la rue, un pauvre, nommé 
Michaël Zakhlawi. Cet homme est âgé d’environ 35 ans, d’une constitu¬ 
tion grêle, nerveuse ; il a abusé des liqueurs fortes. Il est malade depuis 
douze jours; atteint de lièvre continue, accablé parle mal de tête, dé¬ 
voré de soif, affaissé sous la douleur, n’ayant rien au monde, pas même 
de domicile ; il a dû rester ainsi dans la rue pour implorer la charité 
despassans. 

Le 4 octobre. Prostration extrême, maigreur effrayante, figure dé¬ 
composée. Céphalalgie violente. Peau chaude et sèche. Pouls petit, dé¬ 
primé à 120. Dyspnée. Lèvres sèches, ridées, crevassées ; langue noire, 
râpeuse et tremblottante ; soif ardente ; ventre météorisé ; borborygmes 
presque continuels. Constipation opiniâtre. (Og^SO de calomel en 6 
paquets, à prendre del enl heures. Lavemens émolliens.) • 

Le 5. Même état (même traitement). Après midi, évacuations abon¬ 
dantes très fétides, suivies de soulagement. Sueur. 

Le 6. Tête libre, calme, peau moins chaude, pouls à 110. Langue hu¬ 
mide. Selles, comme la veille. Sommeil réparateur. (0 g” 40 de calomel. 
Potage au riz.) 

Le 7. Température normale. Évacuations moins fréquentes. Appétit. 

Le 8 et le 9, l’amélioration continue. 

Dès le 4, j’avais fait admettre cet homme â l’hospice des Lépreux, 
faute de meilleur endroit. Il fut placé dans une très petite chambre, mal 
aérée, infectée la nuit par les excrémens du malade, enlevés seulement 
le matin... Malgré ces circonstances défavorables, il sortit le 12, en voie 
de guérison. 

Observation IV (communiquée par M. le docteur ’Willemin). — Fièvre 

typhoïde;— administration du calomel; —prompte guérison. 

Haschfé, femme d’Elias Mastabé, chrétienne, âgée de 36 ans, d’une 
bonne constitution, tempéramment bilioso-nerveux ; mère de plusieurs 
enfans, tous plus ou moins lymphatiques ; atteinte autrefois de lièvre 
intermittente, tombe malade le 19 septembre 1851. Elle est prise de 
fièvre avec céphalalgie, vertiges, vomissemens répétés, constipation. 
Après l’emploi de plusieurs purgatifs, il y eut, à ce qu’il paraît, une 
amélioration suivie d’une prompte rechute : céphalalgie intense et cons¬ 
tante, faiblesse extrême. 

Cette femme se présenta à ma consultation le 6 octobre ( IS”' jour 
de la maladie). Elle pouvait h peine se traîner; sa face blême, portait 
l’empreinte de la souffrance et de la stupeur ; la malade accuse un mal 
de tête violent, du vertige, des bourdonnemens d’oreilles. Le pouls est 
h 84, faible, régulier; chaleur normale, ou plutôt diminuée; langue 
rosée, humide, ventre indolore. Constipation. A la palpation, je trouve 
une hypertrophie de la rate qui dépasse au moins de trois travers de 
doigt le rebord des fausses côtes. La respiration est gênée, accélérée, 
chaque inspiration s’accompagne d’un mouvement de soulèvement des 
narines ; point de toux ; rien à l’auscultation. (0, g' 60 de calomel en 4 
paquets.) 

Le 7. Malgré ma recommandation, la malade se présente elle-même 
chez moi; même état que la veille. (Même prescription.) 

Le 8. État sensiblement le même; pouls toujours à 84. Langue hu¬ 
mide. Une seule selle. Quelques nausées, prostration ; vertige dès que la 
malade essaye de se soulever. ( Même prescription.) Le bouillon que 
j’avais permis n’a pas été'pris par dégoût. 

Le 9. Depuis cette nuit, les gencives sont devenues douloureuses, 
ainsi que le pharynx ; cependant on n’y voit que peu de gonflement et 
une rougeur modérée. L’expression de la face est meilleure, l’œil moins 
abattu ; le pouls est tombé à 64, langue rosée, humide. Une selle hier. 
La faiblesse est toujours grande. Appétit. {Potage au riz.) 

Le 10. Pouls à 72. Peau fraîche, langue chargée, haleine fétide; cons¬ 
tipation. Gonflement modéré des gencives ; la glande sous-maxillaire 
droite est tuméfiée et sensible. {Sulfate de soude, hü gram.; rhubarbe, 
1 gramme. Bouillon.) 

Le 11. Le purgatif a produit trois selles. Je trouve la malade assise 
dans son lit: faciès excellent; langue encore chargée, glande sous-maxil¬ 
laire toujours sensible, pouls à 68. 

Le 12. La malade ne se plaint que de ses gencives (qui sont un peu 
tuméfiées), de mauvais goût de la bouche, de faiblesse de tête. 

Le 14. Elle vient me trouver ; sa démarche est un peu chancelante. 
La langue chargée, l’haleine fétide. Le faciès très satisfaisant. {Sulfate 
de soude, 30 grammes.) Plusieurs selles. 

Le 17. Elle se plaint encore de ses gencives (n’a pas fait usage du gar¬ 
garisme alumiiié prescrli). État générai très salisfaisauL 



























I 


1 


Le 20. Rétablissement complet. — Dix jours ne s’étalent pas écoulés, 
que celte femme est prise de fièvre intermittente. (Son mari, ses deux 
filles en sqnt atteints également.) 

Observation V (communiquée parM. Willemin). —-Fièvre typhoïde; 
— administration du calomel; — prompte guérison. —  la fiè¬ 
vre typhoïde succède immédiatement une fièvre intermittente. 

Wardeh Escherawy, 12 ans, d’une belle constitution, non encore ré¬ 
glée, un peu lymphatique, atteinte précédemment et h plusieurs reprises 
de fièvres intermittentes, me consulta il y a une dixaine de Jours pour 
une affection que je jugeai être de nature chlorotique. Quelques doses 
de sous-carbonate de fer firent cesser momentanément la douleur épi¬ 
gastrique. Il y a quatre jours, elle fut prise de fièvre violente, avec cé¬ 
phalalgie vive et endolorissement général : ni vomissement, ni diarrhée. 
Le lendemain, la fièvre continuant, on lui appliqua à l’épigastre 12 sang¬ 
sues, qui n’amenèrent aucun soulagement. 

Le 20 octobre, h h. s. Je la trouvai dans l’état suivant : décubilus dor¬ 
sal ; expression de stupeur et de souffrance ; peau chaude, pouls à 120, ' 
développé. Langue jaunâtre, avec tendance à la sécheresse ; dents sè¬ 
ches, luisantes, abdomen partout sensible à la pression, particulière¬ 
ment dans la fosse iliaque droite. Rate très développée, dépassant de 
quatre travers de doigt le rebord des fausses côtes. Pas de selle aujour¬ 
d’hui (on en avait obtenu la veille par des lavemens).*La malade se plaint 
surtout de céphalée, de bourdonnemens dans les oreilles ; elle a déliré 
chaque nuit. (0, 80 de calomel, en 3 prises.) Point d’évacuations. 

Depuis minuit la malade, qui avait été très agitée, a eu un sommeil tran¬ 
quille. 

Le 21. Calme, face pâle, pouls à 68. Plaintes beaucoup plus rares. 
Langue jaunâtre, humide, avec des stries noirâtres le long des bords. 
Ventre météorisé ; point de selles. (0, g' 80 de calomel en h prises ; la- 
vemens émolliens. Eau d'orge.) — 6 h. s. Une seule selle naturelle ; 
pouls à 84, peau fraîche ; face calme. Langue jaunâtre, humide ; l’endo¬ 
lorissement de l’abdomen a beaucoup diminué. 

Le 22. Pouls à 72, peau fraîche; une selle. Commencement de dou¬ 
leur aux gencive», sans tuméfaction appréciable. {Calomel 0, g' 50 en 
3 prises.) 

Le 23. État général très satisfaisant. Apyrexie. Langue jaunâtre, hu¬ 
mide ; trois selles hier. Légère tuméfaction des gencives. Je supprime le 
calomel. {Gargarisme alumineux.) 

Le 24. Même état. L’endolorissement des gencives a augmenté. (La 
malade n’a pas fait usage du gargarisme.) 

Le 26. La jeune fille a quitté le lit depuis hier. Je la trouve debout, 
encore faible, mais dans l’état le plus satisfaisant. Les gencives sont tou¬ 
jours un peu douloureuses. Une selle par jour. 

Le 27. {Sulfate de soude, 30 grammes.) A la suite de cette prise, 
la malade a plusieurs é.vacuations. 

N’ayàitt pu retourner chez elle que le 30, je la trouve de nouveau en 
proie à la fièvre. On m’apprend que dès le 28, elle est retombée malade; 
que chaque matin, elle a éprouvé du froid, suivi de chaleur dans l’après- 
midi. 

Le pouls est petit, concentré, à 100. La température de la peau peu 
élevée ; la langue blanchâtre, humide ; le ventre libre. La malade se 
plaint surtout de céphalée et de douleur lombaire. {Sulfate de quinine 
0, g' 40, à prendre dans la soirée.) J-a malade s’étant refusée à faire 
usage du médicament, je cessai de la voir. 

Observation VI. — Fièvre typhoïde avantageusement traitée par 
le calomel, immédiatement suivie de fièvre intermittente quoti¬ 
dienne; — accidens graves à la suite d’une émotion vive et mort. 

Arès Babo, arménienne, âgée de 24 ans, d’une belle constitution, 
mère de quatre enfans, fut prise de malaise le 31 août 1851, dans la 
matinée. 

Le 1" septembre, il se déclara de la fièvre. Les médecins arabes trai¬ 
tèrent la malade par des saignées et des purgatifs. 

Le 11, je reconnus l’état suivant : anxiété, céphalalgie intense. Teint 
■pâle, yeux hagards ; parole brève, nette, stridente. Peau sèche et brû¬ 
lante. Pouls vibrant à 120. Respiration normale, petite toux sèche par 
quintes. Lèvres crevassées ; langue tremblottante un peu aride ; soif ar¬ 
dente, irritation gutturale, région précordiale sensible, ventre ballonné ; 
borborygmes; constipation. Urines rougeâtres. Sensation de grande pe¬ 
santeur dans les reins. Insomnie presque continuelle depuis le commen¬ 
cement de la maladie. {Eau gommeuse; lavemens.) 

Le 12, 6 h. m. Même état. (0, g' 60 de calomel en 6 paquets, de 2 
heures en 2 heures.) 

Le 13. Aucune amélioration (même prescription.) Dans la nuit du 13 
au 14 il y eut de nombreuses évacuations. 

Le 14. Céphalalgie légère, calme: peau fraîche, pouls à 110, langue 
humide. Les selles continuent. (0, g' 30 de calomel en 4 doses.) 

Le 15, au matin. Le mieux continue. Ballonnement du ventre eon- 
sidérablement diminué. Sommeil réparateur, cessation de la toux. Ap¬ 
pétit. {Bouillon de poulet.) 

Le 16. Calme. Langue humide, appétit croissant. (Même régime.) 

Le 17 8 h. matin. Frissons suivis de chaleur et de sueurs abondan¬ 
tes. Cet accès dura de 4 à 5 heures et laissa un peu de mal de tête. 

Le 18. Retour de la fièvre à la même heure. (0, g' 40 de sulfate de 
quinine en deux doses.) 

Le 19. Fièvre. (Même prescription.) 

Le 20. Accès léger. (Continuation de la quinine.) 

Une discussion grave s’éleva pendant ce jour entre la malade et sa 
mère ; il en résulta une réaction fébrile suivie de frissons et d’évanouis- 
semens qui firent craindre une suffocation. 

Je ne fus informé de l’accident qu’à ma visite du 21 au matin, et j’ob¬ 
servai ce qui suit : dyspnée des plus viole ntes ; râle très sonore. Con¬ 
tractions du cœur fortes et précipitées; pouls dur, fréquent, irrégulier. 
{Looch pectoral, vésicatoire à chaque b ras, sinapisme au dos.) 

Les symptômes de suffocation augment ent pendant la nuit. 

Le 22, au matin. La toux qui a repmru depuis deux jours devient 
plus fréquente, la malade n’expectore que des mucosités spumeuses, 
L’afl'aissement augmente de plus en plu;?. {Large vésicatoire sur la 
poitrine.) 

Mort le soir. 


6 

Observation VII. — Fièvre tiphoïde se résolvant en fièvre inter¬ 
mittente quotidienne; —guérison par le calomel suivi de l'em¬ 
ploi du sulfate de quinine. 

Femme Isha, juive, âgée de 35 ans, vivant dans les conditions hygié¬ 
niques les plus défavorables, lympathique, atteinte d’une amygdalite 
chronique, fut prise de malaise dans la soirée du 27 octobre 1851. 

Le 28, au matin. Stupeur, pandiculations, frissons passagers ; cha¬ 
leur à la peau, pouls à 100 ; bouche remplie de mucosités ; langue 
sale, très humide. Toux, expectoration fréquente ; 2 selles. {Tisane 
d'orge.) 

Le 29, Prostration, anxiété, plaintes continuelles, faciès décomposé, 
chaleur modérée de la peau; pouls déprimé, très petit. Langue sèche, 
rugueuse, soif, nausées, constriction épigastrique, ventre ballonné. 
(0,p'60 de calomel en 6 paquets à prendre de 2 heures en 2 heures.) 
Le soir. Augmentation des symptômes indiqués plus haut. Bouche p⬠
teuse, langue humide. Sommeil pénible pendant la nuit. 

Le 30, 8 h. matin. Stupeur et anxiété comme la veille, délire, yeux 
effarés, peau chaude, très sèche et aride; pouls faible à 90. Langue 
tendant à la sécheresse, soif. Toute la région abdominale sensible au 
toucher. (Même prescription). Le soir, soulagement, une selle. 

Le 31. Calme, peau fraîche ; pouls à 72. Langue sèche présentant 
deux raies brunâtres, allongées, soif, coliques. (0, g" 30 de calomel.) 
Le soir calme ; température normale, langue humide. 3 selles. 

Le 1" novembre. Etat satisfaisant, seulement la langue est sèche, 
.noire et aride au centre. Pouls à.75. 

3 h. s. Abattement, céphalée, extrémités froides ; pouls imperceptible, 
langue humide. Trois selles. (0, g' 60 de quinine.) — 8 h. s. Céphalalgie 
violente, grande stupeur, peau chaude et sèche; pouls filiforme à 100. 
Langue aride, un peu sèche, nausées. Bon sommeil après minuit; sueur. 

Le 2,7h, m. Point de chaleur, pouls petit à 80. Langue sèche, of¬ 
frant au centre une plaque noire ; soif. ( Même prescription.) Le soir ; 
réaction fébrile moins prononcée que la veille. Très bonne nuit. Sueurs 
copieuses. 

Le 3 et le 4. L’amélioration continue. La fièvre revient chaque jour 
à la même heure et de plus en plus faible. Appétit. La malade se lève. 
(0, g'25 de sulfate de quinine; bouillon de poulet.) 

Le 5. Cette femme est en voie de guérison certaine, et le 8, le réta¬ 
blissement est complet. 

Observation VIII. — Fièvre intermittente prenant le caractère ty¬ 
phoïde ; — guérison par le calomel. 

Lucie Farah, âgée de 11 ans, d’une constitution débile, d’un teint 
pâle, très sujette aux affections vermineuses, fut atteinte de fièvre inter¬ 
mittente le 27, le 28, le 29 et le 30 septembre 1851. 

Appelé le 1" octobre au matin, j’observai l’état suivant : vertiges, gé- 
missemens, frayeurs subites exprimées par des crisperçans ; faciès terne 
et décomposé, yeux hagards. Contractions du cœur fortes et précipi¬ 
tées ; pouls dur à 100, peau chaude et sèche. Dyspnée. Langue jaupÿtre, 
nausées, ventre sensible partout et légèrement météorisé. Constipation. 
Douleur prononcée à la colonne vertébrale. Urines chargées, produi¬ 
sant une sensation de chaleur et de cuisson lors de leur émission. (Og'OS 
d’émétique et 0, g”60 d'ipéca.) Vomissemens bilieux, deux selles. Som¬ 
meil de deux heures, vers le soir; sueur : mieux passager. 

Le 2. Développement subit d’un érythème très vif. Du reste, même 
état que la veille. (0,g'40 \de calomel en 6 doses, à prendre de 2 
heures en 2 heures. Infusion de bourrache. Lavemens émolliens.) 

Le 3. L’érythème a complètement disparu. Céphalée, stupeur pro¬ 
noncée ; peau brûlante ; pouls à 130. Langue sèche et brune : dents fu¬ 
ligineuses, soif ardente ; borborygmes fréquens, coliques. (Même pres¬ 
cription.) Le soif, trois évacuations alvines. 

Le 4, 7 h. m. Même état que la veille. (0, g' 25 de calomel en h do¬ 
ses.) Coliques violentes. Les évacuations entraînent des débris de ver 
solitaire. {Eau de riz.) 

Le 5. Calme, appétit. Peu de chaleur à la peau ; pouls à 110. Déjec¬ 
tions incessantes, sans coliques, amenant toujours des fragmens de tœnia. 

Le 6. Langue noire et très sèche; soif; diairhée moins abondante. 
L’appétit augmente. {Eau de riz, comme la veille. Lavemens de têtes 
de pavot.) A midi, sommeil paisible. ^ 

Le 7. Cessation de la diarrhée. {Potage de riz.) 

Le 8. L’amélioration continue ; température normale; langue humide 
et nette. La malade ne se plaint que de faiblesse.' (BoiiiUon de poulet.) 

Le 9, le 10 et le 11. État très satisfaisant, qui se continue sans inter¬ 
ruption jusqu’au 20, époque où le rétablissement ne laisse plus rien à 
désirer. 

{La suite au prochain numéro.) 


ENSEIGNEMENT. 


COLLÈGE DE FRANGE; COURS DE M. MAGENDIE. 

(Suite du discours d'ouverture. — Voir le numéro du 3 Janvier 1852.) 

» Quelles que soient les matières que l’on ingère, insolubles, grasses 
ou autres, elles sont modifiées par le système capillaire digestif, de 
telle façon qu’elles peuvent sans danger pénétrer dans le sang. Mais 
si ces substances, telles, par exemple, que l’amidon, la gomme, l’huile, 
sont injectées dans les veines, elles obstruent les vaisseaux capillaires, 
soit parce que leurs molécules ne sont pas en rapport avec le calibre de 
ces vaisseaux, soit parce que leurs qualités sont impropres à leur pas¬ 
sage. Cependant, lorsque la nature du corps introduit dans le sang ne 
lui est pas antipathique, les vaisseaux capillaires semblent se charger de 
réduire ce corps à un volume convenable pour que son passage puisse 
s’effectuer. On sait que les globules sanguins varient suivant les 
diverses espèces d’animaux. Ceux des reptiles, qui sont plus gros que 
dans les mammifères, injectés dans le sang de ceux-ci, ne pro¬ 
duisent pas le moindre inconvénient. Ayant fait cette expérience sur des 
chiens, je m’attendais à voir survenir des accidens d’obstruction, des 
gangrènes ; ces animaux, contre mes prévisions, ne se ressentaient de 
rien. J’ai varié ces expériences ; j’ai pris du sang d’oiseau, dont les glo¬ 
bules sont elliptiques, et j’en ai Injecté un quart de litre dans les veines 
d’un chien. La forme seule différant, j’avais à rechercher si cette forme 
s’était maintenue en traversant les capillaires. Au bout de peu de mi¬ 
nutes, j’ai sacrifié l’animal ; mais j’ai en beau rechercher avec un grand 


soin, même dans les poumons, les globules elliptiques, qui devaient ôti p' 
faciles à distinguer des globules ronds des mammifères, ils avaient dis¬ 
paru. Il faut évidemment conclure de ce qui précède que le système ca¬ 
pillaire a la propriété de modifier le volume et la forme des globales 
étrangers au sang de l’animal, afin que l’assimilation s’en fasse mieux. 

La connaissance des faits relatifs à la circulation n’est pas sans appica- 
tion pratique. C’est ainsi, pour revenir à la transfusion dont j’ai dit un 
mot et qu’on semble vouloir ressusciter, que le plus souvent, si on 
ne réussit pas, c’est qu’on ne tient pas assez compte de toutes les jiro- 
priétés du sang. Une fois que ce liquide est sorti de la veine, il tend 
tellement à se solidifier, que, malgré les efforts qu’on fait pour le te- | 
nir chaud, il cesse d’être propre à la circulation. Il faudrait qu’on pût 
recueillir du sang artériel en introduisant le bout de la seringue dans 
une artère; le jet qui agiterait ce sang empêcherait la coagulation; de 
suite après on l’injecterait dans une veine préparée à cet effet. Dans 
mes essais sur les animaux, j’ai remarqué que ce procédé avait moins 
d’inconvénient que les autres. 

U II est surtout uu état du sang qui a les plus grands rapports avec 
les maladies dont s’occupe la conférence sanitaire ; c’est celui dans le¬ 
quel cette humeur perd sa coagulabilité. Nous le produisons à volonté 
■ dans nos expériences. Lorsqu’on injecte, dans le torrent circulatoire, 
soit des matières fermentescibles, soit des alcalis à dose non vénéneuse, 
le sang perd la propriété de se coaguler ; ,11 passe h travers les parois 
des vaisseaux, produit des infiltrations et des hépatisations pulmonaires; 
les animaux manifestent en même temps les symptômes propres aux 
fièvps graves. Ce qu’on produit expérimentalement sur les chiens, nous ■ 
le voyons naturellement dans certaines épizooties. J’ai l’honneur de pré, 
sider une commission nommée à ce sujet ; des fonds ont été alloués i 
pour des recherches sur les bestiaux. Vous avez sans doute entendu 
dire qu’il existe, depuis quelques années, une affection grave dans l’es¬ 
pèce bovine ; on la qualifie de pneumonie. Cette maladie a sans doute 
besoin d’être étudiée, mais je me crois fondé à penser que le sang i| 
perdu la faculté de se coaguler, et que les hépatisations dont les pou¬ 
mons sont atteints tiennent à l’altération de ce liquide. L’homme est 
souvent affecté de lésions analogues, et quand les médecins les com- 
battent par une foule de moyens, sans penser à reconstituer le sang; 
croyez-vous qu’ils soient dans la véritable voie ? i 

« Je vous ai dit que j’avais étudié, dans mes derniers cours, les 
effets de la chaleur extérieure sur l'exercice des fonctions. J’ai 
reconnu que cet agent avait la plus grande influence sur la circu- 
lalion, la respiration et la sensibilité. — La température des animam( 
ne peut être diminuée ni élevée impunément. Si on l’abaisse de 
38 h 15 degrés centigrades, aucun moyen ne peut les faire revenir à la 
vie ; la circulation s’arrête. Qu’on examine alors un de leurs membres, 
on remarquera qu’il est décoloré, que le battement des artères y a cessé; 
dans l’incision qu’on y fait, le sang ne s’écoule pas. A 21 degrés, l’ani¬ 
mal ne peut se réchauffer de lui-même, mais on peut y parvenir artifi¬ 
ciellement; on voit alors la circulation reparaître petit à petit. La 
vie dépend donc du réchauffement du corps. Chaque jour, ces ob¬ 
servations trouvent à être appliquées. Lorsqu’un homme tombe à l’eau, 
sa température diminue considérablement, et le premier soin auquel on 
doit se livrer, c’est de la rétablir. Sans doute il faut aussi s’occuper de 
faire respirer le malheureux qu’on veut sauver ; mais on aurait beau lui 
insufller de l’air, comprimer et relâcher alternativement sa poitrine, si 
cet air n’est pas chaud, si la température du corps ne se relève pas, la 
circulation n’aura pas lieu, et, sans elle, il u’y aura pas non plus de res-^ 
piration. Ces préceptes devraient être bien enseignés aux personnes 
qui sont chargées d‘e donner des secours aux asphyxiés par submer¬ 
sion. De telles études. Messieurs, vous montrent surabondamment l’u- 
tilité de nos vêtemens d’hiver, le danger de s’exposer sans défense à 
un froid rigoureux et continu, pourquoi le naturel d’un climat tempéré 
ne peut s’habituer à un climat glacial, pourquoi le Lapon lui-même ne 
peut s’élever dans le Nord au-delà d’un certain degré. Enfin si certains 
animaux peuvent vivre dans la neige, tandis que l’homme y succombe 
nécessairement, c’est qu’ils ont une organisation plus simple et toute 
spéciale, 

« Un phénomène, dont j’ai été d’autant plus heureux de voir l’appli¬ 
cation en chirurgie qu’il est la conséquence de nos expérimentations 
physiologiques, c’est l'insensibilité qui résulte de l’abaissement de la 
température animale. On a vu, l’an dernier, à mes leçons, qu’un chien, 
dont la chaleur normale était abaissée de 6 ou 7 degrés, pouvait être 
incisé sans qu’il s’en aperçut; mais qu’il manifestait de la sensibilité si 
cette température était relevée de quelques degrés. On peut donc cal¬ 
culer, d’une manière précise, le point' nécessaire pour pratiquer une 
opération chirurgicale. Un tel moyen ne vaut-il pas cent fois mieux, 
puisque son action est locale, que d’introduire dans l’organisme un 
agent toxique, comme le chloroforme, dont je ne veux pas nier les bons 
résultats, mais qui a produit de nombreux accidens, et, dans certains 
cas, la mort, avant même que l’opération ait été commencée ? 

« L’excès de la température sur les animaux a des inconvénienS 
encore plus grands que son abaissement; 4 degrés de plus, et l’oxy¬ 
génation ne peut plus se faire dans les poumons. Vous avez remarqué, 
Messieurs, l’appareil dressé à ma droite, et, il n’y a qu’un instant, 
ma parole a été interrompue par les cris de détresse que poussait un 
lapin, dans l’étuve où il était enfermé depuis trois quarts d’heure. C’était 
le moment de son asphyxie; à ce poinyl’élévalion de sa température, 
la circulation pulmonaire cessait d’être possible. Veuillez examiner les 
poumons de cet animal que mon préparateur vient d’extraire et qu’il 
vous présente; ces organes sont en partie infiltrés de sang ; ce liquide, 
qu’on a retiré des vaisseaux, n’est plus coagulable ; il est comme siru¬ 
peux et ressemble à du jus de groseillb. Que de rapprochemens on peut 
faire entre ces simples résultats et les maladies des pays chauds ! Chei 
l’Européen, qui en éprouve les symptômes, le sang est décomposé sous 
l’influence du calorique, tandis que le naturel de ces pays, par le fait 
de l’habitude, et peut-être aussi d’une organisation particulière, u’en 
éprouve aucun inconvénient. 

‘ « 11 faudrait passer en revue toutes les fonctions pour reconnaître sur 

elles l’influence de la température. Je vous ai parlé de là production 
et de la destruction du sucre. Ces phénomènes ne peuvent s’exécuter 
que dans certaines limites : il suffit d’élever ou d’abaisser cette tem¬ 
pérature de quelques degrés pour qu’ils ne cessent d’avoir lieu. La di- 















7 


Besiion elle-même ne saurait s’effectuer au-dessus ou au-dessous d’un e 
certaine température. La chaleur donnée au lapin de l’expérience ci- 
dessus avait empêché qu’on trouvât du sucre dans le sang de sa veine 
porte, ainsi qu’on vient de le constater. Je ferai remarquer, h ce sujet, 
que les corps des animaux se réchauffent et,se refroidissent plus vite 
que les corps inertes ; cet effet ne se produit dans leurs cadavres que 
de proche en proche, tandis que sur le vivant la chaleur, au mojen de 
la circulation, arrive vite dans la profondeur des organes. 

« Tous les phénomènes relatifs à la température animale, sont en¬ 
core bien loin d’être connus ; le sujet est trop vaste pour être si vite 
épuisé; il captive même mon intérêt à tel point qu’il m’a fallu une cir¬ 
constance toute particulière pour que je l’interrompisse pendant ce se¬ 
mestre. Sur ce point, comme sur tout autre, il y a énormément h faire. 
Que nos successeurs ne s’inquiètent pas de leur avenir ! Je leur lègue 
le corps thiroïde, le thymus, les capsules surrénales, le grand sympati¬ 
que, etc., etc., dont les fonctions sont totalement inconnues. 

« Je dois maintenant me résumer. Messieurs. Je vous ai prouvé, par 
des exemples irréfragables l’utilité de l’expérimentation, la nécessité de 
l’appuyer sur les sciences exactes et sur une logique rigoureuse, car 
les analogies sont loin, très souvent, d’être confirmées par-ces deux 
puissances. En vous présentant quelques résultats de nos études sur le 
sang, j’ai voulu surtout vous faire apprécier comraent'ils peuvent éclai- 
fer la nature des maladies et leur mode de traitement. Quant aux phé¬ 
nomènes de la température du corps animal, vous avez compris facile¬ 
ment que leur détermination est non seulement curieuse, mais qu’elle 
peut engendrer les applications pratiques les plus variées. 

- «N’est-ce pas à la méthode que j’ai préconisée toute ma vie'que 
nous devons la rénovation de la physiologie ? Et comme la médecine 
proprement dite ne peut jeter de véritables fondemens que sur cette 
base, les vieilles croyances et l’empirisme ancien ne doivent-ils pas 
faire place à des doctrines émanant des nouvelles découvertes? Si la 
plupart des maladies ont besoin d’être revues sous ce rapport, aucunes 
ne l’exigent plus impérieusement que les maladies dites contagieuses, 
contre lesquelles ont été prises les mesures quarantenalres quïl s’agit 
de modifier aujourd’hui par un traité international. Dans leur examen, 
vous ne vous attendez sans doute pas à me voir abandonner la méthode, 
qui seule, selon moi, peut faire sûrement progresser la science, et dont 
je viens de vous faire connaître les avantages et les nombreux résul¬ 
tats. Ce n’est pas à mon âge qu’on change sa manière, et, à toute autre 
époque, d’ailleurs, il m’aurait peu convenu de repéter chaque'année les 
mêmes choses, quel que fût leur intérêt ou leur importance. Nous étu¬ 
dierons donc ensemble ; je soumettrai à l’expérience et mes propres 
idées et celles que vous pourrez me suggérer ; c’est ainsi que je com¬ 
prends le haut enseignement qui m’est confié. A l’imitation de quelques 
devanciers, je prendrais volontiers pour devise : Doceo ut discam, » 

{La suite à un prochain no.) 


ACADÉMIES, SOCIÉTÉS SAVANT ES ET ASSOCIATIONS. 

SOGIËTË DE CHIKCKGIE DG PARIS. 

Séance du 31 Décembre 1851. — Présidence de M. LJlRBEt. 

Quelques mots sur les tumeurs hydatiques. 

Dans la dernière séance, M. Marjolin avait présenté un malade qui 
offrait sur le bras, près du pli du coude, une tumeur de nature dou¬ 
teuse, mais cependant paraissant formée par des hydatides. A ce 
propos, M. Lenoir cite un fait remarquable de tumeur hydatique volu¬ 
mineuse, située dans la région lombaire. M. Demarquay, qui fait actuel¬ 
lement des recherches sur les tumeurs hydatiques des muscles, dit avoir 
vu un cas dans lequel la tumeur était développée dans l’épaisseur du 
muscle psoas et venait faire saillie à l’aine ; on avait diagnostiqué un 
abcès par congestion. 

M. Michon a vu et soigné, avec M. Monod, un jeune homme qui 
portait sur la partie latérale et postérieure du cou une tumeur qui, si¬ 
tuée profondément et bridée par des muscles, paraissait solide. 

M. Forget dit que cette tumeur a été vue en dernière analyse par 
M. Jobert, qui l’a crue solide. J’assistais à l’opération ; la tumeur était 
formée par une hydatide volumineuse, dont le kyste exigea une dissec¬ 
tion qui porta jusque sur les apophyses transversales des vertèbres cer¬ 
vicales. 

M. Lenoir fait ressortir l’importance, dans ces cas douteux, de la 
ponction exploratrice. Ainsi, pour le fait de M. Jobert ', une ponction 
eût permis d’éviter une opération grave. 

M. Bouvet dit que quelquefois la ponction peut ne pas faire recon¬ 
naître la nature de la tumeur. Ainsi, les kystes hydatiques sont très sou¬ 
vent divisés en loges, et dans une loge il peut y avoir suppuration, tan¬ 
dis que dans une loge voisine on trouve encore des hydatides vivantes. 
M. Boinet, en terminant, annonce que le malade qu’il a opéré à la Cha¬ 
rité, pour une tumeur hydatique du foie, est mort. L’observation com¬ 
plète sera communiquée à la Société. 

M. Lebeht fait remarquer, à propos de la suppuration des tumeurs 
hydatiques, que cette suppuration est excessivement rare et qu’on ne la 
rencontre que dans quelques régions seulement. Il insiste sur la néces¬ 
sité de recourir à la ponction exploratrice. 

Correspondance. — M. Sédillot adresse un mémoire manuscrit 
intitulé : Observation d’une tumeur cancroïde ayant détruit la lèvre et 
«ne partie du nez; réparation autoplastique. M. Sédillot demande la 
faveur d’être nommé membre correspondant. (Comraiss. MM. Michon, 
Larrey et Robert, rapporteur.) 

M. Bayard adresse un nouveau mémoire sur la cataracte. 

M. Robert dépose sur le bureau une observation de luxation du 
coude en arrière, avec fracture de l’olécrâne. .Cette observation est 
adressée à la Société par M. Joseph Beyran, docteur de la Faculté de 
Pans, médecin de l’hôpital impérial de Tershané, chirurgien en chef de 
Yede-Coulé, à Constantinople. 

Hu traitement de l’ophthalmie granuleuse belge par les prépara- 
rations de tanin. 

M. Demarquay fait un rapide exposé d’une brochure adressée à la 
ociété sur ce sujet par M. Hairion, médecin belge. Nous n’insisterons 


‘ pas sur cette analyse, le mémoire étant imprimé. 

, M. Larrey demande si, dans son travail, l’auteur parle de l’occlu¬ 
sion des paupières par le collodion. 

M. Demarquay répond négativement. 

A la suite s’engage une discussion sur l’ophthalmie granuleuse. 

Le travail de M. Hérion contient huit observations bien complètes et 
très exactement exposées, dans lesquelles paraît démontrée la bonté des 
médicamens qu’il préconise. 

M. Demarquay fait ressortir les inconvéniens déjà signalés des col¬ 
lyres minéraux. Ainsi les poudres ou cristaux métalliques se fixent sur 
la conjonctive et restent dans les intervalles que séparent les granulations 
devenant, par leur présence, une cause incessante d’irritation. Les ma¬ 
lades sont quelquefois plusieurs mois avant de pouvoir se débarrasser 
de ces corps étrangers. 

M. Lenoir a vu aussi le collyre pulvérulent de plomb s’infiltrer dans 
les fongosités de la conjonctive. 

Quant à l’occlusion, M. Lenoir rappelant que son application n’est pas 
nouvelle, signale les inconvéniens qu’elle présente. Ainsi il a vu à l’hô¬ 
pital de la Pitié, dans le service d’un médecin qui y avait recours, des 
cas de perforation complète de la cornée par des ulcérations qu’on n’a¬ 
vait pas soupçonnées. En disjoignant les paupières au moment où l’on 
espérait la guérison, on reconnaissait seulement la perle absolue de 
l’œil. 

M. Giraldès a vu aussi des collyres métalliques déterminer des dé¬ 
pôts de cristaux sur la conjonctive et rendre la maladie bien plus grave. 

M. Larrey est partisan de l’occlusion, mais seulement après la pé¬ 
riode de suppuration, lorsque déjà les ulcérations sont en voie de cica¬ 
trisation. 

M. Michon, revenant sur les granulations de la conjonctive, dit que 
cette Iproduction n’est pas la maladie, mais bien le résultat de la ma¬ 
ladie; c’ast un état pathologique secondaire. Il faut, pour obtenir la 
guérison, s’attaquer surtout à la constitution du malade; il voudrait que 
M. Demarquay insistât beaucoup dans l’analyse du mémoire de M. Hal- 
rlon sur les conditions dans lesquelles étaient les malades, il faudrait sa¬ 
voir si la guérison a persisté. C’est très important', car les granulations 
de la conjonctive font, par leur ténacité, le désespoir du médecin. 

M. Michon, jugeant ensuite l’occlusion, dit qu’elle agit par l’immobi¬ 
lité surtout. Car le mouvement des paupières excite le développement 
des granulations; elle est bonne seulement à la fin de la maladie, quand 
il n’y a plus de suppuration. 

M. Larrey pense que chez les Belges les granulations ne sont pas 
identiques h celles que l’on remarque en France. Ainsi les Belges sem¬ 
blent prédisposés h l’ophthalmie ; ils présentent des granulations rudi¬ 
mentaires assez marquées pour qu’on ait proposé de cautériser préven¬ 
tivement ces granulatious chez les malades offrant un peu d’ophthalmie. 
Ces granulations rudimentaires, qui précèdent les granulations,'patholo¬ 
giques proprement dites, ne se remarquent, suivant M. Larrey, que 
quatre ou cinq fois sur cent malades en France. En Belgique, on peut 
retourner la proportion. 

M. Giraldès ne partage pas l’opinion de M. Larrey sur la prétendue 
différence 'qui existerait entre les Belges et les Français. On trouve en 
France tout aussi fréquemment les granulations rudimentaires. On les 
voit avec facilité sur les personnes offrant de la conjonctivite en renver¬ 
sant la paupière inférieure; elles existent dans le repli oculo-palpé- 
bral. Ces granulations ne sont pas formées, comme on l’a dit, par des 
follicules qui n’existent pas; elles ne sont autre chose que l’exagération 
de l’état papillaire de la muqueuse. Ce sont donc des papilles hypertro¬ 
phiées. On rencontre très fréquemment cette altération chez les per¬ 
sonnes qui remuent et manient des livres; la poussière fine qui s’en 
échappe les produit facilement. 

La guérison doit être cherchée dans les moyens hygiéniques et dans 
un traitement général, 

D' Ed. Laborie. 


SOCIÉTÉ lUÉDIGO-CHIRURGICALE DE PARIS 

{ancienne Société médicale du Temple). 

Séances du quatrième trimestre de 1851. — Présidence de M. Gbry. 

M. Forget a la parole pour une communication, — Il y a trois se¬ 
maines, dit-il, j’ai été appelé par notre collègue, M. Dreyfus, près d’un 
malade auquel il donnait des soins depuis douze jours. C’était un homme 
de 50 ans, fort, ayant joui jusqu’alors d’une bonne santé, n’offrant au¬ 
cun signe d’une affection du cœur. Naturellement grand marcheur, il 
avait fait, quelques jours avant de tomber malade, une longue prome¬ 
nade dans la forêt de Fontainebleau ; et il en était revenu avec une pe¬ 
tite excoriation à l’orteil gauche. La douleur qui s’ensuivit l’obligea de 
couper le dessus de son soulier et ensuite de garderie lit. Il survint de la 
fièvre, de la rougeur, du gonflement. La veine saphène externe pré¬ 
senta un développement marqué. Il y avait dans le pied une douleur 
profonde, qui bientôt s’étendit à la jambe. La peau se décolora sur les 
orteils, qui se refroidirent. En même temps que la jambe gonflait, des 
plaques gangréneuses parurent sur le pied. La figure offrait alors un 
air de stupeur, la langue était fuligineuse et sèche. Au moment où M. 
Forget vit le malade pour la première fois, il y avait depuis les malléoles 
jusqu’au genou du gonflement avec chaleur et teinte brune de la peau. 
L’épiderme se soulevai^, et au-dessous des phlyctènes, on constatait une 
gangrène sèche, profonde, qui permettait de percer le pied, presque de 
part en part, sans douleur ni écoulement de sang. Depuis l’aine jusqu’à 
l’anneau crural, l’artère fémorale a des battemens assez durs, quoique à 
peuprèsà l’état normal. Plus bas, au contraire, l’artère poplité donne la 
sensation d’un tube solide dans lequel on percevrait les vibrations pro¬ 
duites par le passage de la colonne de sang qui la traverse en heurtant 
ses parois. M. Forget en conclut qu’il s’agit d’une artérite oblitérante à 
marche très aiguë et que l’amputation n’est pas proposable en pareil cas. 
Rajoute que l’oblitération dé l’artère est clairement démontrée par le dé¬ 
veloppement considérable des veines superficielles. — Antérieurement 
à la consultation, M. Dreyfus avait employé les moyens les plus ration¬ 
nels pour combattre les accidens. Il avait eu recours aux émissions san¬ 
guines locales, aux onctions mercurielles, aux purgatifs. 


M. Ségalas : L’autopsie n’ayant pas été faite, on peut se demander 
s’il s’agit réellement d’une artérite ou d’une phlébite, ou bien encore si 
le malade aurait été piqué par une vipère dans la forêt de Fontainebleau. 
Autre remarque, lorsqu’on lie une artère, on ne voit pas survenir de 
gonflement dans les veines, il faut qu’il y ait autre chose que l’obstacle 
existant dans la circulation artérielle. Quelle est donc la cause de cette 
gangrène spontanée ? 

M. Forget : Le malade eut bien à l’orteil une légère excoriation, mais 
jamais il n’a pensé avoir été mordu par une vipère. On dit qu’une liga¬ 
ture d’artère n’occasionne pas de gonflement dans les veines, ce qui est 
vrai en général de la ligature des petites artères ou de celles qui, quoi¬ 
que grosses,|peuvent être facilement suppléées par des collatérales. J’ai 
vu, au contraire, ce gonflement survenir chez un malade auquel Lis- 
franc avait lié l’iliaque externe. Chez notre malade, la question d’origine 
de la gangrène ne me paraît pas douteuse, elle provient de l’artérite 
oblitérante. Et comme tout le système artériel était à' la fois entrepris, 
il y a eu un gonflement des veines qui a disparu de lui-même au bout 
de quelques jours, ce qui n’aurait pas eu lieu dans la supposition d’une 
phlébite. 

M. Géry partage entièrement l’opinion de M. Forget, l’amputation ne 
devait pas être faite dans le cas qu’il vient de citer. Mais lorsque la gan¬ 
grène spontanée est exclusivement due à une cause traumatique, l’opé¬ 
ration peut être indiquée. Il en cite un exemple de sa pratique particu- 
culière. Un maître d’école, assis, chez un charron, sur un banc à trois 
pieds, tombe en appuyant le poignet sur le tranchant d’une plane, es¬ 
pèce de couteau à main. Il se coupe jusqu’aux os. Les artères radiales 
et cubitales divisées fournissent une hémorrhagie abondante. Le garde 
champêtre, comme premier secours, arrête .l’hémorrhagie par une liga¬ 
ture fortement serrée autour du poignet. Un médecin, appelé en toute 
hâte, coupe cette ligature, et voyant reparaître l’hémorrhagie, place au 
bras une compresse graduée sur tout le trajet de l’artère humérale et y 
exerce qne forte compression. Il survient un gonflement énorme de 
l’avant-bras, qui tombe en sphacèle. Vers le quatrième jour, M. Géry 
et un autre médecin se trouvent réunis en consultation avec le con¬ 
frère qui avait commencé à soigner le malade. La gangrène avait alors 
envahi une partie du bras ; il y avait des symptômes généraux très gra¬ 
ves. On avait affaire à un homme de 24 ans, fort et bien constitué; néan¬ 
moins les trois consultans se disposaient à partir le regardant comme 
perdu, M. Géry, ayant déjà le pied à l’étrier, propose à ses confrères 
de pratiquer l’amputation. On discute cet avis, on l’adopte, et le malade 
accepte l’opération. Celle-ci fut pratiquée, faute d’autres instrumens sous 
la main, à l’aide de deux couteaux de table fraîchement repassés et d’une 
Scie d’horloger. La guérison fut prompte et facile à obtenir. Cet homme 
est aujourd’hui chantre à sa paroisse et d’une très belle santé. 

M. Moreau (de Tours), chargé d’analyser une brochure adressée à 
la Société par M. le docteur Bourdin, sur la nature du suicide, lit un 
rapport que le défaut d’espace ne nous permet ;pas d’insérer textuelle¬ 
ment, mais dont je citerai les points principaux : 

Messieurs, 

Dans la brochure qui a été offerte à la Société par M. le docteur 
Bourdin, et sur laquelle vous m’avez chargé de faire un rapport, M. 
Bourdin se borne à répondre à diverses objections qui auraient été fai¬ 
tes à un travail publié récemment par lui sur le suicide. 

Les réflexions que j’ai à vous soumettre se trouvent, par cela même, 
fort limitées ; j’ai dû négliger les détails et m’appesantir exclusivement 
sur l’idée principale, celle qui a été l’objet de l’jttaque et de la défense. 

Ce n’est pas d’aujourd’hui. Messieurs, que la question à la solution 
de laquelle est consacré le travail de notre confrère, fait son apparition 
dans la science. 

Depuis longtemps, les médecins qui font de l’aliénation mentale l’ob¬ 
jet de leurs méditations, s’étalent demandé jusqu’à quel point l’acte du 
suicide, en général, ne devait pas être considéré comme un acte de 
folie. 

Jusqu’ici, des doutes seulement avaient éfé émis sur celte question 
extrêmement délicate ; ceux qui se l’étaient posée n’avaient pu trouver 
soit dans Æ raisonnement à priori, soit dans l’enseignement des faits, 
des motifs suffisans pour se prononcer pour ou contre. 

« M. Esquirol, —j’ai déjà eu occasion d’en faire la remarque, il y a 
près de six ans, — inclinait vers l’affirmative, et il se fondait sur une 
multitude de faits dont sa longue expérience l’avait rendu témoin. Il en 
tirait des inductions relativement aux autres faits que certaines appa¬ 
rences tendaient à faire interpréter autrement ; il avait vu tant d’indivi¬ 
dus faire des tentatives de suicide, dans un véritable état de folie qui, 
jusque-là, n’avait pas même été soupçonné !... Et, par folle, Esquirol, 
entendait parler de folie bien dessinée, le plus souvent à forme lypéma- 
niaque. Il est plus explicite encore, lorsque, en parlant du suicide aigu, 
il déclare que toute passion arrivée à un certain degré constituant, à 
ses yeux, un véritable délire, les actes qui en émanent ne sauraient être 
d’une nature différente. » Le délire des passions, dit-il expressément, 
permet-il de réfléchir? Toutes les lois n’acquittent-elles pas celui qui a 
commis, dans le premier emportement d’une passion véhémente, une 
action qui eût été criminelle sans cette circonstance? Les actions d’un 
homme emporté par une passion vive sont regardées comme faites sans 
liberté morale, et sont jugées comme l’effet d’un délire passager. » 

Après le iqédecin célèbre que je viens de nommer, qu’on nous par¬ 
donne de nous citer nous-même, et de rappeler sommairement ce que 
nous imprimions en 1845. 

« La plupart des suicides, sans excepter ceux exécutés par des in¬ 
dividus jusque-là parfaitement réputés^ sains d’esprit, ceux même 
qui étaient la conséquence logique d’une situation critique, difficile, et, 
si l’on veut, désespérée, paraissaient le plus naturels, sont de véritables 

actes de folie. 

.Quand on songe à la multitude de causes qui 

peuvent produire l’excitation; quand on connaît bien toute l’importance 
et, pour ainsi dire l’immense valeur étiologique de prédispositions hé-' 
réditaires ou acquises ; quand on sait que chez les individus prédispo¬ 
sés, il suffit d’une préoccupation un peu vive, d’une impression brus¬ 
que et inattendue, d’une légère émotion, d’un dérangement quelconque 
des fonctions, d’un peu de retard dans une évacuation habituelle, etc,, 
pour développer l’excitation, 
















1 


1 


$ 


N’est-il pas évident que le nombre de cas où l’on pourra affirmer, 
sans crainte d’erreur, que tel individu eif se donnant la mort, n’était 
pas aliéné, c’est-à-dire a agi dans toute la plénitude de sa conscience et 
de son libre arbitre, sera excessivement'limité ? 

L’auteur de la brochure que nous examinons a cru pouvoir aller 
beaucoup plus loin que ses prédécesseurs : plus de doute, plus d’hési¬ 
tation : le suicide, selon M. Bourdin, est « constamment » un acte de 
folie, ce mot pris dans toute la rigueur de son acception scientifique. 

Mais quelles raisons notre honorable confrère apporte-t-il à l’appui 
d’une opinion aussi décidée, d’une affirmation aussi absoiue ? Ces rai¬ 
sons sont-elles de nature à lever tous les doutes au-delà desquels per¬ 
sonne, avant luij n’avait osé s’aventurer ? 

Nous ne le pensons pas. 

Incontestablement, il est infiniment probable que, dans la très grande 
majorité des cas, le suicide au moment où il accomplit son acte, ne 
jouit pas de l’intégrité de ses facultés, de ce self-power, de cette pléni¬ 
tude de liberté morale qui seuls nous rendent responsables de nos ac¬ 
tions devant Dieu et les hommes ; 

Incontestablement, encore, les faits de cet ordre n’ont été que très 
exceptionnellement étudiés avec la rigueur, la sévérité que la science 
exige de nos jours. On a surtout négligé de tenir compte de ces condi¬ 
tions d’hérédité que nous rappellions plus haut', de ces causes prédis¬ 
posantes qui permettent de croire, jusqu’à un certain point, à la trans¬ 
formation imprévue, instantanée d’un individu raisonnable en un indi¬ 
vidu privé de raison. 

On ne s’est pas informé si telle personne qui paraissait jouir de son 
bon sens en se suicidant, n’appartenait pas, à quelques égards, à cette 
catégorie d esprits dont j’ai essayé de donner une idée dans un travail 
publié récemment. 

Tout cela est vrai; mais en résulte-t-il qu’aucun fait de suicide n’é¬ 
chappe aux conditions dont nous venons de parler, qu’aucun ne puisse 
s expliquer en vertu des seules lois constitutives de notre intelligence, et 
que tous, au contraire, sans exception, reconnaissent la même parenté, 
la même filiation morbide ? 

_ La prenve directe, expérimentale de folie, faisant absolument défaut, 
pour un certain nombre de suicides, les ralsonnemens qu’emploie 
M. Bourdin pour combler cette lacune sont-ils assez puissans pour qu’on 
puisse passer outre et conclure affirmativement en l’absence de cette 
preuve ? 

Examinons la question : 

L’objection qui se présente tout d’abord à l’esprit est celle qui a été 
faite par deux de ses contradicteurs, MM. les docteurs Petit et Etoc-De- 
mazy. « L’instinct de conservation, disent ces deux honorables confrè¬ 
res, peut être dominé par la misère, le remords, le déshonneur; les 
souffrances physiques, les douleurs morales, et tont ce qui tend à faire 
naître le dégoût de la vie. » On comprend pourquoi un homme jouis¬ 
sant de sa raison peut se détruire quoiqu’il aime la vie, c’est que, alors, 
entre la vie et son moi, il y a un tiers avec lequel ce moi ne peut plus se 
concilier. 

A cette objection M. Bourdin répond quelaquestion n’est pas de savoir 
si tel instinct, telle passion peut dominer tel autre instinct, telle autre 
passion. Il y a, selon lui, dans l’acte du suicide, suppression d’une fonc¬ 
tion intellectuelle, et le fait de cette suppression constitue un acte de 
folie. B La difficulté qui nous occupe vient, dit-il, du défaut de distinc- ^ 
tinction entre la simple direction et la suppression d’une fonction. Entre 
ces deux termes, il y a la différence de l’affirmation à la négation, de la 
vie à la mort. Que l’on diffère sur l’interprétation des degrés d’aliéna¬ 
tion d une fonction sur les limites de son existence physiologique, cela se 
conçoit; mais peut-on discuter sur le fait de l’annihilation de cette fonc¬ 
tion?... a 

M. Bourdin se méprend, et nous dirons, à notre tour, que c’est lui qui 
déplace la question. Que parle-t-il d’annihilation, de suppression d’une 
faculté,- d’un instinct, d’un'pouvoir intellectuel quelconque? 

De ce que, dans une circonstance donnée de l’existence, l’instinct de 
conservation est dominé, maîtrisé par des sentimens d’une autre nature, 
est-ce à dire, pour cela, que cet instinct soit anéanti, supprimé? Il a 
cédé, et si j’ose m’exprimer ainsi, il a battu une retraite devant plus fort 
que lui ; voilà tont. Le résultat final de la lutte a été la mort de l’individu, 
cela est vrai ; mais ici, la mort n’est qu’un fait matériel, un accident de 
l’être physique d’où il n’est permis de tirer aucune conclusion relative¬ 
ment à la situation réelle de l’être moral. Ne serait-ce pas cette der¬ 
nière circonstance qui aurait fait illusion à notre honoré confrère? 

Placé entre le désir de conserver son honneur, de ne pas être plongé 


à jamais dans la misère, en proie à des souffrances physiques Intoléra-' 
blés, etc., et le désir de vivre, tout individu, selon nous, peut parfaite¬ 
ment, librement choisir entre telle ou telle résolution; et de quelque 
côté qu’il finisse par être entraîné, je ne vois nulle raison de déclarer 
qu’il était fou, pathologiquement fou, c’est-à-dire comprenant le bien, 
hors d’étât de faire différemment qu’il ne faisait, fatalement, irrésistible¬ 
ment, automatiquement. 

Il n’en est pas autrement dans une foule de circonstances de notre 
vie : entre deux biens, entre deux maux, il faut nécessairement choisir ; 
tiraillé en sens contraire parle désir de vivre, et par l’horreur que luj 
inspire une vie déshonorée, misérable, l’homme s’agite sur son lit de 
douleur sans pouvoir trouver le repos, « versât et reversât, dit un 
père de l’Église, dura sunt omnia. » A tort ou à raison, il voit dans 
la mort un remède à ses maux, il se tue; de deux maux il a choisi le 
moindre, précisément en vertu de son libre arbitre qu’on lui dénie. 

Au point de vue où s’est placé M. Bourdin, tout individu qui cède àune 
passion mauvaise se iivre à des actions que sa conscience réprouve, pour¬ 
rait, tout aussi bien et au même titre que celui qui se donne la mort, 
être taxé de folie. Chez celui dont le front sait encore rougir, au mo¬ 
ment où il va faire le mal, commettre un vol, trahir la foi jurée, etc., 
deux passions sont en lutte : celle de rester honnête homme., de garder 
son honneur, l’estime de lui-même et celle dont la satisfaction est insé¬ 
parable d’une bassesse ; en cédant à cette dernière il devient criminel, 
mais il ne fait pas preuve de folie. 

Encore une fois il est inexact de dire que l’acte du suicide implique 
la suppression, l’anéantissement de l’un des pouvoirs constitutifs de l’in- 
teiligence. Si cela était, l’opinion de M. Bourdin ne souffrirait aucune ob¬ 
jection, car alors celui qui met fin à son existence aurait sa place mar¬ 
quée, je ne dis pas parmi les aliénés, mais parmi ces êtres à organisa¬ 
tion à peine ébauchée qu’on appelle des idiots. 

Rien de tout cela n’est vrai. Le suicide, au moment où il se jette en¬ 
tre les bras de la mort, chérit encore la vie; l’instinct de conservation 
proteste jusqu’à la fin. Entraîné qu’il est par un instinct plus puissant, à 
la poursuite d’un bien supérieur à celui de l’existence, le suicide meurt, 
pour ainsi dire, tout en regrettant de ne pouvoir continuer de vivre. 

Je borne ici. Messieurs, mes réflexions sur le travail de M. Bourdin. 
Nous regrettons de n’avoir pu donner notre approbation aux idées qu’il 
contient. L’amour de la vérité l’a emporté sur tout autre sentiment. Mais 
si l’amitié qui nous lie à notre honoré confrère, si l’estime sincère que 
nous professons pour son talent ont été momentanément réduits au si¬ 
lence, croyez bien que ces deux sentimens n’ont été pour ceia ni sup¬ 
primés, ni anéantis. 

Nous avons cru. devoir faire une opposition franche et loyale à des 
opinions que nous ne saurions partager. Ce n’est pas à dire' que nous 
ne rendrions pas justice aux qualités que renferme d’aiiieurs le travail de 
M. Bourdin. 

Il faut savoir gré à ce confrère d’avoir soulevé une question qui de¬ 
vrait, pour ainsi dire, rester à l’ordre du jour tant que la solution n’en 
sera pas trouvée. Le travail de M. Bourdin contient des vérités d’une haute 
importance ; ces vérités y sont exposées avec une clarté et un talent de 
discussion qui ne permettront pas qu’elles restent plus longtemps sous 
le boisseau. 

. Après celte lecture, les conclusions du rapport sont mises aux voix 
et adoptées. En conséquence, M. le docteur Bourdin est nommé mem¬ 
bre correspondant de la Société médico-chirurgicale de Paris. 

Il est ensuite procédé à l’élection des membres du bureau, qui, pour 
l’année 1852, se composera ainsi qu’il suit : 

Président, M. Moreau (de Tours) ; 

Vice-président, M, Ségalas; 

Secrétaire général, M. Collomb ; 

Secrétaire adjoint, M. Thibault ; 

Trésorier archiviste, M. Poulenc. 

MM. Mialhq et Forget continueront de former le comité de rédaction. 

Le secrétaire général : D' Collomb. 


NOUVELLES. — FAITS DIVERS. 

coivcoDBS D’iiYGiÊivE. —Le jury du concours d’hygiène s’est cons¬ 
titué hier. Voici sa composition : MM. Gavarret, Orfila, Richard, Bé- 
rard, Adelon, Requin, Andral, Trousseau, Rostan, Chomel, pour la Fa¬ 
culté; MM Caventou, Soubeiran, Lecanu, Gérardin, Villermé, pour 
l’Académie. Les candidats, au nombre de sept, étaient M. Tardieu, Bé- 


clard, Guérard, Marchai (deCalvi), Bouchardat, Fleury,Sanson (Alph.j 
De ces sept candidats un seul s’est retiré, c’est M. Fleury. Par suite dj 
la retraite de M. Richard, parent'de l’un des candidats et de l’absence 
de MM. Chomel et Andral, on a dû procéder au tirage de trois non 
veauxjuges. Le sort a désigné MM, Laugiçr, Denonvilliers et Bouillaud,' 
Un incident inattendu a marqué la fin de la séance. Au moment dà 
l’on tirait de l’urne le nom de M. Bouillaud, M. Andral, retenu à rii,^ 
titutpour une nomination académique, est arrivé à la Faculté. Les can- 
didats ont demandé à l’unanimité que l’honorable professeur reprît sa 
place dans le jury. Après délibération, la composition du jury a éi^ 
maintenue telle que nous venons de la faire connaître. 

La composition écrite aura lieu mercredi prochain et les lectures 
commenceront lundi à quatre heures de l’après-midi. Les séances au- ' 
ront lieu les lundi, mercredi et vendredi à U heures. 

COMCOÜBS DE L’IKTERIÏAT.—Voici les noms des S2 élèves qui ont \ 
été nommés internes en médecine et en chirurgie des hôpitaux. Ce sont ' 
MM. Caron, Henry, Marsé, Zapfle, Boucher, Duchaussoy, Leplat, Re, j 
milly, Desnor, Masson, Arrachar, Codet, Bidard, Thomas, Gaujot,Bnc. 
quoy, Massans, Pied-NoëJ, Boscredon, Lafargue, Turner, Maurice 
Titon, Gaube, Zambaco, Bourean, Dticluzeaux, Dolbeau, Isambert' 
Cadet-Gassicourt, Blache, Charrier. 

Ont été nommés internes provisoires : MM. Liégard, Billoir, Garrean 
Bignon, Dupuy, Collot, Tarnier, Parret, Rabaud, Fauvel, Blachez’ 
Amen, Bourcy, Vaullet, Olivier, Fleurot, Luys, Moisant, Quentin’ i 
Voisin, Amestoy, Fréminean, Margerie, Boutequoy, Vidal, Godart. ’ ' 
tvoMiSATiows. — M, de Sénarmont a été nommé hiet; membre 
l’Institut, dans la section de minéralogie, par 29 voix contre 28 donné® 
à son compétiteur, M. Ebelmen. 

— Au nombre des réceptions qui ont eu lieu hier soir à l’Elysée; J 1 
faut ajouter la commission internationale sanitaire, représentée par de 1 
si nombreuses illustrations étrangères et nationales dans la diplomatie i 
et dans la science. . , .S 

nEgrologie. — M. le baron Pasquier, inspecteur, membre du con¬ 
seil des armées, commandeur de l’ordre delà Légion-d’Honneur, est dé- 
cédé hier, à la suite d’une courte maladie. 

Ses obsèques auront lieu le mardi 6 courant, à midi très précis, à 
l’église St-Roch. 

SOCIÉTÉS SAVABITES. — La Société médicale d’émulation de Paris a 
procédé, dans la dernière séance de l’année qui vient définir, au renou- 
vellement de son bureau. 

11 se trouve constitué, pour 1852, de la manière suivante : 

Président, M. Caffe ; 

Président honoraire, M, Depaul. 

Vice-Président, M. Barth. 

Secrétaire général et archiviste, M. Cherest. 

Secrétaires particuliers, MM. Destrem e.t Hillairet. 

Trésorier, M. de Laurès. 

Membres du comité de publication : MM. Barth, Larrey et le secré¬ 
taire général. 

— La Société entomologiqne de France vient de renouveler son bu¬ 
reau pour l’année 1852 (21' de sa fondation). Ont été nommés : prési- 
dent, M. le colonel Goureau ; vice-président, M. le docteur Boisduyalj 
secrétaire, M.E, Desmarest; secrétaire-adjoint, M. H.Lucas; trésorieri I 
M. L. Buquet ; trésorier-adjoint, M. L. Fairmaire ; archiviste, M, Doüéj ^ 
archiviste-adjoint, M. Bellier de la Chavignerie. 

ÉPIDÉMIES. — M. Sénéchault, conseiller à la Cour d’appel de la 
Martinique, vient de succomber à la fièvre jaune, qui sévit en ce mo- 
ment à Fort-de-France. Au nombre des victimes emportées par la mala¬ 
die, nous avons la douleur de citer M. Sentelez, capitaine d’artillerie; 

M. Martin, lieutenant d’infanterie; M. Dordé, chirurgien de marine; M. 
Curet, commis d’administration, embarqué sur le Castoriei M. Curet, 
aide-commissaire, employé au bureau des fonds. 


Le gérant, Richelot. 



Sirop de Garrigues contre la goutte. — Dépôt général chez M. Ro¬ 
ques, 166, rue St-Antoine. Pour donner la preuve de l’efficacité de ce 
sirop, M. Roques enverra gratis un flacon à tout médecin qui lui en fera 
la demande par écrit. — Dépôts chez MM. Justin, pharmacien, rue du 
Vieux-Colombier, 36. — Debrault, rue St-Martin, 228. — Dublanc, rue 
du Temple, 139. — Et dans toutes les pharmacies, — Prix : 15 fr. 


TRAITÉ 

l'ilfectiiin calenlense du Foie et du Paucréas 

(avec cinq planches lithographiées) ; 

Par V.-A. Fauconneau-Dufresne, 

Docteur en médecine de la Faculté de Paris, médecin des épidé¬ 
mies, des bureaux de bienfaisance et des crèches, membre de 
la Société demédecine de Paris, chev. de la Légion-d’Honneur. 
Un vol. format anglais. — Prix : 4 fr. 50 c. 

Paris, chez Victor Masson, libraire, rue de l’Ecole-de-Méde- 
citic, 17, et dans les bureaux de Vünion Médicale. 


TRA8TE PRATIQUE par W. Mackensie, profes- 

seurd’oplithalmologie à l’Université deGlascow; traduitde l’an¬ 
glais, avec notes et additions, par G. Richelot et S. Laugier, 
docteurs en médecine de ia Faculté de Paris. Un fort volume 
in-8. Prix: 6 fr. 

Chez Masson, libraire, place de rEcole-de-Médeclne,n”17. 

ASSAINISSEf^ENT hes HABITATIONS 

On recommande à MM. les médecins qui connaissent tous les 
dangers de l’humidité dans les logemens, le Parquet sur bi¬ 
tume inventé par M. Godrguechon. Ce parquet plus durable, 
plus solide, moins coûteux et aussi bien fait que le parquet ordi¬ 
naire, garantit de l’humidité les logemens les plus insalubres. Il 
convient surtout pour les bibliotlièques, pour les pharmacies et 
laboratoires, pour toutes les pièces où l’on veut conserver des 
objets à l’abri de l’humidité, car ce système s’applique aussi sur 
les murs. On peut voir et apprécier ce parquet qui est breveté 
(s.g. d.g.) dans plusieursétablissemens publics, entre autres au 
rez-de-chaussée du nouvel hôtel du timbre, à l’église de Pan- 
themont, dans piusieurs chapelles des églises de Paris, etc. — 
S’adresser, franco, rue d’Enfer, n» lü2, à Paris. ^ 


VINGT-TROISIÈME ANNÉE DE PUBLICATION. 

L’ALIHAMCH GÉNÉRAL DE MÉDECINE POUR 1861 - 1852 . 

PAR DOMANGE-HUBERT. 

SE VEND : 

Chez Victor Masson, place de l’Ecole-de-Médecine, 17. 

Et dans les bureaux de Vünion Médicale, rue du Faubourg-Montmartre, 56. 

PRIX : 3 FRANCS 50 CENTIMES. 

Nota. — Les personnes qui en feront la demande recevront leurs exemplaires à domicile. (Affranchir. 


COURS DE PATHQLOOIE INTERNE, 

professe a la Faculté de médecine de Paris, par M. le professeur 
Anorae ; recueilli et publié par M. le docteur Amédée Utouu, 
rédacteur en chefdel’Pmon médicale-, tte édition entièrement 
refondue. —3 vol. in-8° de 2076 pages. Prix : 18 fr ' 

Germer-Bailllère, libraire, 17, rue de l’Ecole-de-Médecine, , 


SIROP DE DIGITALE 

DS IaABDIaOJVYO. 


Ce Sirop présente le mode d’administration le plus rationnel 
et le plus commode de la digitale. Il est employé depuis 15 ans 
par un très grand nombre de médecins qui oqt constaté qu’il 
jouit de toutes les propriétés de cette plante, soit qu’on l’em¬ 
ploie comme sédatif ou comme diurétique, et qu’il a, sur lés au¬ 
tres préparations l’avantage de ne jamais fatiguer l’estomac. 

Pharmacie rue Bourbon-ViIlcneuve, n“ 19, place dii Caire, 
à Paris, et dans pi esque toutes tes pharmacies. 


MAISON 

Avenue Montaig 
Cet établissemen 
temens des maladi 
rurgicalcs et aux 
toute espèce que 1’ 
drothérapique. Ml 
comme ilslc jugeri 
jardin. Le prix de 
traités par les raédi 


DE SANTE DU D'LEY, 

ne, n» 45 {ancienne allée des Veuves). 
t, fondé depuis 25 ans, est destiné aux trai¬ 
es aiguës et chroniques, aux opérations.chi- 
accouchemens, vient d’ajouter aux bains de 
on y trouve, l’application de la méthode hy- 
M. les docteurs pourront suivre et diriger 
int convenable l’emploi de ce moyen.—Vaste 
: la pension est modéré. Les malades y sont 
;cins de leur choix. 


fr, I 


1 


KOü$so; 


SEUL APPROUVÉ 

Parles Académies des Sciences et de Médecine de Paris. 

le cachet et la signature deBOGGIO, Mcin-phien 
•îl rue Neuve-pes-Petits-Champs. (Paris. AIT.) 


APPAREIL ÉLECTRO - KÉDICAL ™.c- 

TIONNANT SANS PILE NI LIQUIDE, de Breton frères.—Cet 
instrument, déjà si connu par les services qu’il rend tous les 
jours dans les sciences médicales, vient d’être tout nouvellement 
perfectionné. On peut, de la manière la plus facile, appliquer 
sans danger l’électricité galvanique dans les diverses et nom¬ 
breuses maladies qui nécessitent l’emploi de cet agent comme 
moyenthérapeutique; car, avec l’intensité des fortes commo¬ 
tions électriques, qui peuvent se graduer et devenir presque in¬ 
sensibles, on peut aussi maintenant en graduer le nombre à vo¬ 
lonté. Cet appareil, qui vient d’être tout récemment présenté à 
l’Académie des sciences, et dont l’usage est adopté pour le ser¬ 
vice des hôpitaux, est du prix de 140 francs. Chez MM. Breton 
frères, rue Dauphine, 25, 


„ ....... - derouet-boissière, 

Un rapport de l’Academie, du 30 avril 184t, constate que dans 
cette préparation, le sel de fer n’est point altéré, et que c’est le 
traitement le plus sûr et le plus commode. — Pharmacie Pbe- 
miER riiP Saint-Honoré. 276, à Paris. 


I chez CABiROL et c', fab*’, 


GüTTA-PERKA''a„..s.:„.„:.pS-' 

Admis à l exposition universelle de Londres. 

Sondes, bougies et autres instrumens de chirurgie eii Guita- 
Perka.inallérablesaux urines et autresagens destructeurs, ayani 
une supériorité sur ceux dils en gomme élastiques. 

Approuvés par les Académies des sciences et de médecine, el 
généralement employés dans les hôpitaux et par nos premiers 
praticiens, tels que MM. les docteurs Civiale, Robert Ricord, 
Amussat, Ségalas, Pasquier, Leroy-d’Etiolles, Pliillinns Del- 
croix. Mercier, etc., etc. ‘ ’ 


MÉDAILLE D’OR DU GOUVERNEMENT BELGE. 
MÉDAILLE DE VERMEIL DD GOUVERNEMENT DES PAYS-BAS, 

HUILE.. FOIE a, RiORUE ..“Æ», 

medecin-docteur, se trouve chez M. MÉNIER, rue Ste-Croix-dc- 
la-Bretonnerie, n» 46, dépositaire général, et dans toutes les 
bonnes pharmacies de Paris et de la France. 


. — TYPOGRAPHIE FÉLIX MÀITESTE ET COUP 

Rue des Deux-Pirtes-Sl-Sauvcur, 22. ^ 














































^ - JJ'K 

^omo VI. — M*’ 3. SIXIÈME AXXÉE, «lendî 8 JaiiTier 1$S3. g 

Üî LÜNION MÉDICALE __ 

double i '* “* ' BUREAUX D’ABONNEMÈNT : 

6 Mois 20 Fr. 2-; Bue du Vanbourg-sioutmartrc 

,J .iii,;.. J«m*i m isTiRÊTs scientifww et féTioœ. noRrn et peoeessiowis 

6 Moisi. 22 Fr. I Chez les principaux Libraires. ■ 

j An. ^ A w On s’abonne aussi. 

Pour les pays d’outre-mer; DU CORPS JlIEDICAL. Dans tous les Bureaux de Poste, et des 

Pour ^les pays a ouwe Messageries Nationales et Générales.' 

Ce dtoïirual paraît trois fois par semaine, le BAItllI; le JEUDI et le SAMEDI. 

Tout ce qui concerne la Rédaclion doit être adressé aux Bureaux du Journal, à M. le Docteur Amédée e.atoeb, Rédacteur en chef; tout ce qui concerne l’Administration, A M. le Gérant. 

Les Lettres et Paquets doivent être affranchis, 'î.;. 


SOMMAIRE_I. Pakis : Sur la séance de l’Académie de médecine. — IL 

Sur l’Académie des sciences. — III. Travaux oRieiNAox : De la fièvre typlio'ide 
observée à Damas, et de son traitement par le calomel. — IV. Thérapeotique 
CBWUIUSICALB : De la dilatatioH J»r«ée dans le traitement de la contracture anale. 
— V. Pathologie : Diagnostic de la morve aiguë. — VI. Acadéjiies, sociétés 
SAVANTES ET ASSOCIATIONS. (Académie des sciences).Séance du 5 Janvier : Recher¬ 
ches sur l’iode dans l’air, les eayx, le sel et les produils alimentaires des Alpes de 
la France et du Piémont. — Sucre dans les urines des épileptiques et des hystéri¬ 
ques. — Sur les beiminthcs et en particulier sur le ver filaire qui vit dans le sang 
du cliien domestique. — (Académie de médecine). Séance du 6 Janvier : Corres¬ 
pondance. — Rapport sur l’eau de mer concentrée comme agent thérapeutique. — 
Lectures. — VII. Nouvelles et Faits divers. — VIII. Feuilleton : Voyage 
pharmaceutique à Texposifion universelle de Londres. 


PARIS, LE 7 JANVIER 1852. 

SUR LA SÉANGB DE L’ACADÉMIE DE MÉDECINE. 

C’est par un speach de très bonne façon que M. Mêlier a 
inauguré sa présidence. Son allocution, d’une modestie d’ex¬ 
cellent goût, a été très favorablement accueillie. Nous espé¬ 
rons que, pendant sa présidence, M. Mêlier fera tous 'seS ef¬ 
forts pour diriger et pour entraîner l’Académie dans une voie 
nouvelle et vers des modifications dont l’urgence se fait sentir 
de plus en plus. La compagnie, nous le disons avec regret, 
n’a pas commencé l’année d’une manière heureuse. Un de 
sès membres, une de ses vieilles renommées, un praticien 
honoré et respecté de tous, et que, par un sentiment de 
pieuse déférénee, nous ne voulons pas autrement désigner, 
a communiqué une note dont la compagnie s’est vue dans 
la pénible nécessité de refuser l’insertion au Bulletin. Cette 
erreur, ce lapsus d’une des plus grandes réputations médi¬ 
cales de l’époque, a produit une triste impression sur l’as¬ 
sistance. 

Uu très intéressant mémoire de M. Chatin, de ce jeune sa¬ 
vant plein de zèle et d’ardeur, dont les découvertes sur la 
présence de l’iode dans des plantes, des terrains, des eaux, 
dans l’atmosphère, font pressentir des applications hygiéni¬ 
ques et thérapeutiques de la plus haute portée; ce nouveau 
travail de M. Chatin a été à peine écouté à l’Académie de 
médecine et lu devant une douzaine d’académiciens. Par une 
prudente précaution, M. Chatin en avait communiqué la 
veille les principaux résultats à l’Académie des sciences, et 
celui de nos collaborateurs qui assiste aux séances de cette 
compagnie nous en dit plus loin son opinion. 

Un pharmacien de Nantes a proposé de faire évaporer 
l’eau de la mer, de recueillir les résidus qui pourraient ser¬ 


vir après dissolution dans l’eau commune, à administrer 
partout des bains présentant la composition chimique de 
l’eau de mer. M. Jollyi. '«appoT'teur,^A fort Justement fait re¬ 
marquer que l’action d^s bains de mer était complexe, qu’il 
fallait tenir compte aussi bien de l’influence de l’air, des va¬ 
gues, de la pression que de l’influence de la composition chi¬ 
mique des eaux, et qu’il était peu légitime d’espérèr des ef¬ 
fets identiques d’un bain de résidu que d’un bain pris sur la 
plage de Dieppe ou de ïrouville. Nous partageons complète¬ 
ment l’avis de M. le rapporteur, et il est pour nous hors de 
doute que, à l’égard de l’action physiologique et thérapeuti¬ 
que des eaux minérales, les explications exclusivement fon¬ 
dées sur les propriétés chimiques, n’expliquent pas tout. 

Amédée Latour. 

SUR LA SÉANGB DE L’ACADÉMIE DES SCIENCES. 

LA COMPOSITION DU FOIE; — CONTINUATION DES RECHERCHES DE M. 

CHATIN SUR l’iode ; — Y A-T-IL OU IK’y A-T-IL PAS DO SUCRE DANS 

l’urine des hystériques et des ÉPILEPTIQUES ? 

Dans un des derniers numéros de I’Union Médicale, on a 
donné avec détail, les nombreuses propositions de M. Lere- 
boullet, professeur à la Faculté de médecine de Strasbourg, 
sur la structure intime du foie. Si on en juge par la quantité 
des propositions, qui expriment chacune une condition ana¬ 
tomique, ou un état pathologique de l’organe sécréteur de la 
bile, l’auteur doit avoir dit tout ce qu’on peut dire sur cette 
question. Nous ne reviendrons pas sur ces 67 propositions, 
car il faudrait les reproduire une à une. D’autre part, pour 
contredire ou pour discuter, il serait nécessaire que, comme 
M. Lereboullet, nous eussions fait de longues et patientes 
études d’anatomie microscopique. Nous nous bornerons donc 
à faire l’observation suivante, qui sera sans doute accueillie 
par nos lecteurs. Toutes les fois que, dans un travail, on ar¬ 
rive à des résultats dont les uns sont confirmatifs de faits con¬ 
nus, et les autres semblent annoncer des faits nouveaux; 
toutes les fois que, dans un tel travail, les propositions s’en¬ 
chaînent avec un accord, avec un ordre qui cadrent avec les 
lois de la physiologie, cette œuvre mérite assurément quelque 
attention, car elle ne peut pas être dépourvue de valeur. On 
nous permettra de prendre en exemple, une de ces proposi¬ 
tions, qui n’est pas la moins intéressante : 

» Les cellules des foies d’oies engraissées (nous transcrivons 
la 62>ne proposition) diffèrent des cellules graisseuses patholo¬ 
giques, en ce que la graisse qui remplit les premières, reste 


sous la forme de gouttelettes distinctes accumulées dans la cel¬ 
lule. Tandis que, dans les cellules pathologiques, la graisse se 
.-réunit en gouttes plus ou moins volumineuses, et finit _par 
former, le plus souvent, une goutte unique qui distend la cel¬ 
lule comme un ballon. » 

On a confondu pendant longtemps l’engraissement des oies 
avec l’engraissement pathologique. La différence anatomique 
exprimée dans la proposition qui précède, dissipe toute obs¬ 
curité sur ce point. Ce n’est pas-sans importance, puisque les 
foies gras tiennent un rang distingué dans les produits alimen¬ 
taires. 

M. Chatin, qui trouve l’iode partout, et qui est doué à cet 
égard d’un discernement chimique très remarquable, M. Cha¬ 
tin ne cesse pas de communiquer le fruit de ses recherches à 
l’Académie. Après avoir exprimé sa proposition sur l’ubiquité 
de l’iode dans les pays où le goitre n’existe pas, et son absence 
relative (car il n’est pas absolument introuvable) dans les lieux 
où cette difformité existe, il cherche à la confirmer par de 
nouvelles recherches et par des voyages faits dans différentes 
directions. Nous ne suivrons pas ce voyageur courant après 
l’iode contenu dans l’air, dissous dans l’eau, compris dans les 
plantes, mélangé dans les terres, nous ne le suivrons pas 
dans son exploration. Il faudrait faire avec lui une géographie 
de détail qui prouve la conscience qu’il met à ses travaux, 
mais qui ne peut être bien comprise que le travail de l’autre 
sous les yeux. Il s’est dirigé de Paris vers les Pyrénées, et du 
même centre vers les Alpes; et il a trouvé que l’iode dimi¬ 
nuait en quantité quand on allait de Paris vers les monta¬ 
gnes^ et que cette diminution se caractérisait surtout quand 
des plaines on des vallées on montait sur les hauteurs. A ce 
compte, les plateaux élevés de la Suisse, le sommet des Alpes 
sont dépourvus d’iode, et le sont d’autant plus qu’ils mesu¬ 
rent une plus grande élévation. Nous acceptons cette propo¬ 
sition, mais en lui opposant une observation qui nous semble 
être en contradiction avec elle. 

Le goitre et le crétinisme s’expliquent dans l’état actuel de 
la science, par l’absence de l’iode. Quand cet élément existe en 
quantité suffisante dans le milieu habité, ces difformités ne se 
remarquent pas. Il y a des lieux élevés où on les observe; 
mais sur le sol granitique des montagnes de la Suisse, l’habi¬ 
tant présente des caractères fort rassurants pour sa santé, sa 
vigueur et la régularité de ses formes. Cependant l’iode y fait 
défaut, et malgré cette absence d’un élément qui joue un si 
grand rôle comme influence physiologique, il n’y a pas de 


Feuilleton. 


VOYAGE PHARMACEUTIQUE A L’EXPOSITION UNIVERSELLE DE 
LONDRES. 

(Suite. — Voir les numépos des 16, 18, 23, 25 et 30 décembre.) 


Suifs végétaux. Suif végétal de Singapour, blanc, en boules ovoïdes 
de 100 à 600 grammes. — Suif végétai de Bornéo, blanc, contenu dans 
des gourdes. — Piney-Tallow du doop iree, matière blanche en boules 
de 50 à 1,000 grammes. — Meniake tenkawang, blanc, contenu dans 
des tubes de bambou de 1 mètre de long. — Huile dTIlipe (Bassia lon- 
gifolia), solide blanc jaunâtre ; (bassia latifolia) apparence de miel blanc, 
une autre sorte est grise. On obtient aussi une huile fluide noii âtre de la 
semence de celte espèce, qui sont grosses comme des haricots; mais 
droites, pointues aux deux extrémités, applalies, de couleur fauve, hile 
tenant tout un côté ; (bassia butyracea) blanc, sous forme de petits 
pains hémisphériques de 10 à 30 grammes. A côté de cette dernière 
était de l’acide bassique obtenu à l’aide de la saponifleation par la po¬ 
tasse, saturation de celle-ci et traitement répété par l’éther. Cet acide, 
parfaitement blanc, est cristallisé en lames accolées, brûlantes. — 
Beurre de kokum, retiré des semences du mangoslaii {garcinia purpu- 
rea), arbre de Bombay. Il est Jaunâtre, très dur et disposé en cylindre. 
Ces naturels s’en servent comme émollient et comme objet d’économie 
domestique. — Huile de coco, concrète et parfaitement blanche. 
Hune de semence de niargosa, concrète, jaunâtre (Tanjore).—Huile de 
uois de santal, concrète, blanc jaunâire (Boorg). — Huile de croton, 
concrète, jaune (?) 


T P'"'®® incolores, blondes, brunes, troubles, lim- 

U nniies, dans l’Inde , sont bien plus employées dans l’écono- 
, I “csiique que comme médicament. — Huile de kurrang, jaune, 
-’i ~ Huile de kokum, brun noirâtre (variété du beurre de ko- 
Kum ci-dessus?) — Huile de rousu'i, jaune verdâtre limpide. — Huile 
înophyllum) obtenue des semences ; verdâtre ; 
Je à l’intérieur, et à l’extérieur contre ia goutte, 


fiiHnp^^* «'n/aiîVes. -- Essence de rose (rosa glandulifera) blanche et 
— i^fsence de kftHM./cftttis [andropogon muricatus) vert loiicé. 
d’us-n-m" sumôae) d’un beau rouge. — Essence 

auggm (de boisdaloès) jaune rougeâtre. - Essence de kayu-puteli 


ou cajeput, vert bleuâtre. Cette dernière est une véritable panacée pour 
les Malais. Ils en frictionnent les parties goutteuses, rhumatismales, do- 
lorifiées, la prennent intérieurement contre la paralysie, l’épilepsie, 
l’hystérie, les coliques venteuses, l’odonlalgie, etc. 

Une foule d’hbiles fixes et volatiles inconnues et non étiquetées. 

Capour barras ou camphre de Bornéo ; en grains lamelleux et durs. 
C’est le camphre par excellence en Chine. 

Cire végétale de l’archipel indien. En briques d’environ 750 gram¬ 
mes, verdâlre, dure. Elle nous paraît être Ja nouvelle substance intro¬ 
duite dans le commerce anglais sous le nom de waxstone {cire-pierre). 
Cette cire serait à fort bon marché et aurait déjà servi à adultérer la 
cire d’abeilles à laquelle elle donne une consistance plus grande. Sous 
son véritable nom, ce corps pourra recevoir d’utiles applications. Nous 
avons vu un produit analogue en nature et sous forme de bougies, ve¬ 
nant de Montserrat (République Dominicaine.) 

Tabascheroütabashîr. Substance blanche qu’on prendrait pour dés 
débris d’ivoire. Ce sont les concrétions siliceuses des articulations du 
bambou. Médicament précieux et d’un prix très élevé dans l’Inde, où il 
est employé contre la colique, la fièvre, le flux de sang, la syphilis, etc. 

Ceylan. Cannelles. •— Mousse de Jafna. — Sucre de cacao. — Ma¬ 
nioc. Arrow-root. — Musc. — Beaucoup de pierres précieuses. 

Guyane anglaise. — Copafiu. — Résine locuste, sorte de résine 
animée. — Hyawai,arou aou ou encens de Demerari. Ce produit est 
le résultat de la solidification d’une térébenthine très fragrante qui ex¬ 
sude du tronc de Vicica heptaphylla, et qui passe pour remède effi¬ 
cace contre le rhume. 

. Trinité. Amandes du Brésil. — Copahu. — Epices. — Raiz de 
Santa-Maria, racine contournée à la manière du caïnca, mais plus 
grosse et moins foncée. — Naphte. — Petrole. — Poix minérale. 

Barrades. Bitumes divers. — Noix de Guillandina bonduc (légu¬ 
mineuses), yellovD nickars. Astringent usité dans la gonorrhée, le 
bâillement, les convulsions. Les semences qui sont tout à fait rondes, 
luisantes et grosses comme des halles, réduites en poudre sont un puis¬ 
sant tonique. 

Bahama. Eponges monstrueuses. 

Bermudes. Corraux. — Arrow-root. — Hy-yarri, substance li¬ 
gneuse ayant l’apparence de la saponaire d’Égypte. Poison pour les 
poissons. Son nom pourrait faire supposer qu’il entre dans la compo¬ 
sition du terrible poison avec lequel les peuplades sauvages empoison¬ 


nent leurs flèches et connu sous les noms de urari, worari, curare, 
mais que des auteurs, eu égard à son mode d’intoxication, considèrent 
aujourd’hui comme constitué par un venin. 

Golfe de Siam. — Gomme gutte en cylindres. — Gutta-percha., — 
Benjoin en larmes. — Mastic en grosses larmes. — Résine Dammar. — 
Cutcli, sorte de kino ou de cachou commun en grosses masses noires 
recouvertes de feuilles. 

Australie (occidentale). — Gomme kauri. Résine blanchâtre en 
gros morceaux, semi-opaque. Beau produit. — Gomme d'Australie. 
Marrons blonds, quelques autres rouges comme du sang-dragon, puis 
larmes blondes, allongées, chagrinées, d’autres blanches et ressemblant 
à de la gomme de Bassora. Essence obtenue des feuilles de l'eucalyptus 
piperita, ayant des propriétés analogues à celle de cajeput. Bon dis¬ 
solvant du caoutchouc. 

Vandiemen. — Cire d’abeilles naturelle, presque blanche. — Manne 
exsudée par suite de la piqûre d’un insecte, des feuilles et branches du 
gommier blanc, c’est-à-dire de l’acacia qui fournit la gomme au Sénégal. 
— Gomme de l’acacia mollisima. — Kino deT’eucalyptus, avec quelques 
larmes rouges ; petits morceaux translucides.— Gomme-résine de Grass 
tree (Zanlhorrea Australis), produit ronge sang-dragon. Nous avons vu 
de nombreux échantillons de cette substance dans les montres de fabri- 
cans de vernis anglais.'Etant très inflammable, ils la font surloutenlrer 
dans la composition de la cire h cacheter. (Voir plus haut, résine aca- 
roïde.) — Bois de musc. —Potasse noire et blanche. 

Chine. — Que dirons-nous des produits de la Chine? Il y avait une 
grande étagère ellipiique garnie de bocaux, malheureusement euro¬ 
péens, contenant de nombreux produits végétaux, animaux, minéraux, 
relevant de la matière médicale. Mais ces flacons portaient pour toute indi¬ 
cation un numéro. Aussin’avons-nousàénumérer que les substances que 
nous avons reconnues par nous-même etque chacun a nommées d’avance, 
ce sont : la rhubarbe, — le camphre de Bornéo, dont nous avons parlé 
plus haut, — le ginseng, aphrodisiaque ou plutôt panacée chinoise, qui 
se vend au poids de l’or, lorsqu’elle présente certains caractères. — 
Le Thé, que la légende chino-japonaise fait venir (510 ans avant J.-G.) 
de la paupière d’un prince en grande vénération dans le pays, qui, dans 
une de ses méditations contemplatives, s’étant laissé aller au sommeil, 
se lit l’ablation de cet organe afin de mieux résister à l’avenir. — 
Le vermillon au rouge éclatant; la cire végétale; le sulfure rouge 
d’arsenic ou réalgar, qui forme en Chine et au Japon des amas en sta¬ 
lactites considérables. Les habitans en font des pagodes, des petits ob¬ 
jets de fantaisie et entre autres des coupes où ils laissent séjourner du 





































différence bien notable entre cette population alpestre et 
celle des lieux les plus iodés. Que conclure de cela? ou^que 
des influences antagonistes neutralisent L’influence, patholo¬ 
gique causée par l’absence d’un élément important pour l’en- 
iretien de la normalité des fonctions, ou que l’iode n’est pas 
dans ces régions en si petite quantité que le croit M. Cha- 
lin. Il semble dès lors que cef auteur ait plutôt hasardé une hy¬ 
pothèse très ingénieuse du reste, que procédé à des expé¬ 
riences avec le soin qu’on doit y mettre. A ce compte on 
pourrait s’expliquer pourquoi il a dû se tromper. 

Ainsi M. Chatin, qui accorde beaucoup d’iode à l’atmos¬ 
phère de Paris, qui en accorde beaucoup aussi aux atmosphè¬ 
res des lieux bas, établit qu’à mesure qu’on s’élève la quantité 
d’iode diminue. .11 attribue ce fait à la pression qui accumule 
cet élément en plus grande proportion dans les lieux où elle 
est forte que dans ceux où elle l’est moins. Il y a une'appa¬ 
rence de vérité dans cette manière de présenter la question, 
mais il n’y a que cela. L’iode étant divisé à l’infini et en disso¬ 
lution très faible dans l’air en raison de la masse de ce fluide, 
il_ne présente pas assez d’homogénité dans la somme de ses 
molécules, pour que les effets de cette pression se fassent re¬ 
marquer. Il faut y joindre l’influence des mouvemens de l’air 
qui déplacent, qui dissipent, qui transportent au loin ces mo¬ 
lécules, et peuvent, en un moment donné, en porter beau¬ 
coup, soit à des niveaux, soit dans des régions où il s’en trou¬ 
vait peu auparavant. Qu’il y ait beaucoup d’iode dans l’atmos¬ 
phère de Paris, on peut l’accepter ; mais que de ce fait M. Cha¬ 
tin en puisse inférer une loi à peu près absolue comme celle 
qu’il pose, c’est moins facile, et il vaut mieux en appeler à de 
nouvelles expériences qui pourraient donner des résultats 
tout différons. 

Le chimiste qui s’est occupé avec tant de soin de mettre 
l’iode en évidence dans des composés où on était bien loin de 
le soupçonner,^n’a pas su se modérer, s’arrêter dans sa dé¬ 
couverte. Après avoir fait un travail original, il a voulu en tirer 
tout le parti possible, le développer sous tous les points de 
vue, le faire servir de texte à une foule de travaux successifs 
qui ne font que délayer l’idée première sans en montrer une 
nouvelle. C’est un tort. Le Rien de trop du moraliste est une de 
ces formules qui trouvent partout et toujours leur application, 

Y a-t-il ou n’y a-t-il pas du sucre dans les urines des épilep¬ 
tiques et des hystériques ? M. Alvaro Reynoso dit oui, M. Mi- 
chéa dit nou; M. Alvaro Reynoso a répété oui, nous ignorons 
si M. Michéa dira une seconde fois non. Mais voici comment le 
premier prouve l’affirmative. 

Lorsqu’on veut découvrir une substance dans un composé, . 
il faut s’y bien prendre. Il y a des réactifs qui ne mettent en 
évidence que les grandes quantités; il y a des opérations chi¬ 
miques qui manifestent les plus tninimes. M. Michéa a expéri¬ 
menté par la potasse ; c’est un mauvais moyen. M. Alvaro Rey¬ 
noso, qui se charge de prouver que le sien amène toujours du 
sucre, dit qu’il faut commencer par traiter les urines avec le 
sous-acétate de plomb ; qu’il faut filtrer et précipiter l’excès 
de plomb par du carbonate de soude ; enfin qu’on doit filtrer, 
concentrer et faire bouillir avec la liqueur de Rareswill, en 
opérant au moins sur 30 grammes d’urine pour avoir des réac¬ 
tions dont la netteté ne laisse pas d’incertitude. Comme M. 
Reynoso offre d’administrer la preuve à M. Michéa, il faut 
bien croire qu’il y a du sucre dans les urines des épileptiques 
et des hystériques. Pourquoi n’y en aurait-il pas? 

Dr Ed. Carrière. 


TRAVAUX ET MÉMOIRES ORIGINAUX DE MÉDECINE 
ET DE CHIRURGIE, 

DE THÉRAPEUTIQUE GÉNÉRALE ET APPLIQUÉE. 

DE LA FIÈVRE TYPHOÏDE OBSERVÉE A DAMAS, ET DE SON TRAI¬ 
TEMENT PAR LE CALOMEL j pal' M. Lautoür , mécleciii sanitaire du 
gouvernement turc à Damas. 

(Suite. — Voip ics numéros des 3 et 6 Janvier.) 

Observation IX. — Fièvre intermittente quotidienne, ayant pré¬ 
senté un caractère typhoïde grave ; —emploi avantageux du 
calomel. 

Antoune Farah, âgé de AO ans, tempérament sanguin, ordinaire¬ 
ment bien portant, est pris d’une fièvre intermittente le A octobre 1861. 

Le 6, au matin. Apyrexie complète ; bouche amère, langue jaunâtre, 
dégoût des alimens, constipation, [vomitif.) Six évacuations. Le soir. 
Retour de la fièvre. (Froid, pandiculations suivies de chaleur, nausées, 
sueur). L’accès dura 5 h 6 heures. 

Le 6, au matin. Apyrexie (0, g' AO de sulfate de quinine.) L’après- 
midi accès de fièvre plus long que les précédons. 

Le 7. Apyrexie le matin. (Même traitement). Fièvre le soir, sans 
sueur. L’accès perdit de son intensité et se continua par le mal de tête 
et la lassitude. Nuit laborieuse. 

Le 8. Impossibilité de se lever. Brisement général ; vertiges ; peu de 
chaleur h la peau, pouls fort, plein, à 100. Respiration courte et gênée. 
Langue Jaunâtre, humide, nausées, ventre douloureux; défécation pres¬ 
que nulle depuis le commencement de la maladie. [Limonade, lave- 
mens émolCiens.) 

Le soir. Paroxysme violent, stupeur, anxiété, gémlssemens, face co¬ 
lorée. Pouls vif à 136. Peau chaude et aride. Respiration bruyante ; 
contractions du cœur tumultueuses. Lqngue sèche et brune au centré, 
soif inextinguible. Sensation d’étouffement à l’épigastre, avec douleur 
poignante dans le dos. (20 sangsues au creux de l’estomac.) Soulage¬ 
ment local ; la douleur paraît se disséminer, et envahir surtout les arti¬ 
culations. 

A minuit (0, g’80 de calomel en 6 doses à prendre de 2 heures en 
2 heures.) L’état comateux dure Jusqu’au matin, alternant avec des 
soupirs et des gémissemens. 

Le 9, 8 h. du matin. AbaUeraent extrême. La douleur semble avoir 
épuisé les forces du raMade. Ventre météorisé. [Lavemens de séné 
rendus tels qu’on les a administrés.) 3 h. du soir. (Même prescrip¬ 
tion). Second paroxysme le soir, moins intense que le premier. Les 
évacuations qui ont eu lien pendant la nuit paraissent soulager le ma¬ 
lade. Il a dormi et sué beaucoup. 

Le 10. Mieux marqué. Température normale. Pouls à 80. Langue 
humide. Déjections alvines comme la veille. Le soir. Nouvelie exacerba¬ 
tion. 

Les phénomènes typhoïdes ayant été avantageusement traités par le 
calomel. Je crus devoir reprendre l’administration delà quinine pour 
combattre le principe même de la maladie. 

Le 11 au matin. Apyrexie complète (0 p' 30 de sulfate de quinine). 
Fièvre le soir. 

Le 12. (Même prescription.) La fièvre revient encore. 

Le 13. (Même traitement.) La fièvre ne reparut plus. 

Le 20. Guérison complète. 

Observation X. — Fièvre tiercepassant à l'état de fièvre typhoïde; 

— calomel; — prompte guérison. 

Saïdeh Bérouty, âgée de 12 ans, faible, de petite stature, fut prise de 
la fièvre dans la matinée de 6 octobre 1861. L’accès dura cinq heures. 

Le 6, au matin. Apyrexie, céphalée, bouche amère, langue Jaunâtre, 
constipation. 0, g-'' 03 d'émétique et 0, g' 60 d’ipéca.) ^missemens de 
liquides verdâtres. Deux selles. 

Le 7. Fièvre plus forte. 

Le 8. Apyrexie (0, g' 30 de sulfate de quinine), \e soir. 

Le 9, au matin. Fièvre qui se prolonge Jusqu’au soir et n’est point 
suivie de soulagement comme les Jours précédons. Le pouls reste à 120. 


Abattement, soif, borborygmes, constipation. 

Le 10. Même état. (30 gram. de manne; 16 de sulfate de soude 
dans 120 gram. d'eau. Lavemens de graine de lin.) Trois selles. 

Le 11. Stupeur, gémissemens, céphalalgie intense; visage livide 
contracté; yeux ternes à moitié fermés, peau chaude, pouls à 130. Lè, 
vres sèches, langue brune et râpeuse ; dents fuligineuses ; soif ardent» 
nausées, ventre endolori, météorisé. Respiration anxieuse (0 g' AO dè 
calomel en six paquets.) 

Le 12. Agitation continuelle, délire sombre, plaintes, carphologie. 
peau chaude et sèche ; pouls comme la veille. Lèvres fendillées, Lan! 
gue noire, très aride. Les liquides sont bus avec avidité, leur déglmi. 
tion est accompagnée d’un clapotement semblable à celui qu’ils prodni, 
raient en tombant dans un vase inerte. Evacuations jaunâtres. (Og'AO 
de calomel.) Sueurs froides pendant l’après-midi. 

Le 13, 8 h, du matin. (Même dose de calomel). A midi. Langue hn, 
mide, évacuations abondantes de matières noirâtres d’une fétidité ex- 
trême. Le sommeil qui. Jusqu’alors avait été presque niil ou pénible, est 
calme et se termine par une bonne sueur, [Eau de graine de coings 
pour boisson.) 

Le lA. Amélioration notable. La petite reconnaît les personnes qui 
l’entourent, et quoique très faible répond aux questions. Pouls à 100. 
Chaleur modérée. 26 à 30 selles du lA au 16. [Eau de riz.) 

Le 16. Faiblesse extrême, syncopes; pouls presque nul. [Eau de riz, 
lavemens de têtes de pavot). 10 selles Jusqu’au lendemain matin. 

Le 16. Mieux marqué. Envie de mangei'. [Potage d'arovj-root. Con¬ 
tinuation des mêmes lavemens.) 

Le 17. Calme. 3 selles depuis la veille. [Même régime.) Cessation 
des lavemens. 

La dose des alimens est graduellement augmentée les Jours suivans. 
Le 20. La malade peut quitter le lit pendant plusieurs heures. 

Le 26. Rétablissement complet. 

Observation XI. — Fièvre quotidienne passant à l’état de fièvre 
typhoïde; — administration du calomel; — Salivation, conva¬ 
lescence terminée par l’usage du sulfate de quinine. 

Abou-Serkis, arménien, âgé de A6 ans, d’une constitution lymphati¬ 
que, presque toujours indisposé ou malade, fut atteint de fièvre inter¬ 
mittente le 17, le 18 et le 19 septembre 1861. 

Le 20, 8 h, du matin. Céphalalgie, vertiges. Langue chargée d’un* 
enduit Jaunâtre. (0 g' 07 d'émétique). Vomisse mens bilieux. Ce Jour-là, 
la lièvre a fait défaut. 

Le 21. Fièvre plus forte que les Jours précédons. Stupeur, délire lo¬ 
quace, peau chaude et aride; pouls à 100; dyspnée, douleurs vagues 
au dos et aux articulations. Langue sale, nausées, vomissements ; ven- 
tre ballonné, peu sensible ; borborygmes fréquens, constipation. Uri¬ 
nes Jaunâtres très épaisses, (16 sangsues à l’épigastre, limonade, 
lavemens émolliens.) Soulagement momentané. 

Le 22. Chaleur mordicante de la peau. Pouls comme la veille. Dou- 
leur épigastrique accompagnée d’un sentiment de pesanteur dans les 
reins, La constipation persiste malgré les lavemens. (0g'60 de calo¬ 
mel.) Deux paquets de ce remède furent pris ; une exacerbation ayant 
eu lieu, elle fut attribuée à cette substance dont on ne voulut pas con¬ 
tinuer l’usage. Je cessai^ de voir le malade. 

On me fit appeler de nouveau le 26. Je désirai alors qu’on invitât 
M. Willemin à une consultation. 

Nous trouvâmes le malade dans l’état où Je l’avais laissé le 22 ; seule¬ 
ment la dyspnée avait augmenté, la fièvre et le délire continuaient. 

(0, g'80 de calomel en 6 paquets.) 

Le 27, Prostration extrême, face vultueuse, peau brûlante ; pouls pe- 
tit, très fréquent. Langue brune, tendant à la sécheresse, ventre inétéo- 
risé. Plusieurs selles eurent lieu dans l’après-midi, (Même prescription.) 

Le 28. Grande inquiétude ; le délire a cessé. Anéantissement complet 
des forces; peau froide; pouls à 76. Muqueuses pâles. Le malade ne se 
plaint que d’une grande faiblesse. ( 0,g' AO de calomel.) 

Dès le lendemain, la salivation mercurielle se déclara avec beaucoup 
d’intensité et dura huit Jours. 


jus de citron ou du vinaigre qu’ils boivent ensuite pour se purger ; ce 

qui a fait dire au célèbre minéralogiste Hauy que ces peuples avaient le 
privilège de boire ieur guérison dans des coupes empoisonnées. 

A part une monstruosité végétale étiquetée monster beau (pois 
monstre), énorme gousse cloisonnée , applatie et recourbée en sabre 
turc, trouvée dans la forêt de Gauths; à part aussi les nids d’hirondel¬ 
les, salanganes, que l’on suppose formés de divers fucus et gelidium, 
et qui constituent un mets des plus recherchés, encore dit-on que les 
Chinois vont demander ces nids aux îles hollandaises de Java ; à part 
ces deux objets, disons-nous, nous n’avons point trouvé dans l’exposi¬ 
tion de l’empire du Milieu, cette variété et cette étrangeté que nous of¬ 
frent les nombreux échantillons que nous avons en notre propre pos¬ 
session. Ces échantillons, recueillis par M. M. Yvan, ancien secré¬ 
taire de l’Assemblée nationale', lors de son voyage en .Chine en 18A6, 
comme médecin de l’ambassade française, doivent faire l’objet d’un tra¬ 
vail spécial. 

Notre remarque viendrait-elle appuyer celle déjà faite au point de 
vue des objets artistiques de l’exposition chinoise, savoir : qu’elle n’é¬ 
tait pas aussi authentiquement chinoise qu’on aurait pu le croire et dé¬ 
sirer; qu’elle n’était qu’un pacotillage, une razzia faite par des mar¬ 
chands anglais dans les bouiiques de Canton ? Si cela est, nous ne nous 
étonnons plus de n’y avoir pas observé ces objets dont l’authenticité se 
démontre par le fades même ; car quel discernement pouvaient mettre 
des négocians anglais dans le choix d’objets d’histoire naturelle mé¬ 
dicale ? 

Pour compléter riiistoire naturelle de l’exposition universelle, nous 
aurions encore à parler des minéraux, mais cela nous mènerait trop 
loin. Qu’il nous suffise donc de dire que tous les pays en ayant en¬ 
voyés ils étaient innombrables. 

INSTRÜMENS ET APPAREILS PHARMACEUTIQUES, 

Fourneau de laboratoire de pharmacie, par M. Hermann Seel, 
d’Eberfeld (Prusse). Ce fourneau, que son constructeur dit adopté par 
la plupart des pharmaciens prussiens, ce qu’il prouve, du reste, par 
une attestation officielle, nous paraît être conçu sur le même plan que 
celui de Beindorff, dont nous parlons dans l'Officine, et que nous savons 
être en effet fort répandu dans toute l’Allemagne. Il ne comporte pas 
moins d’une trentaine de pièces, alambics, bassines, casseroles, creu¬ 
sets, bains-marie, bains de sable, étuve, etc., etc., qu’un seul foyer au 
besoin fait marcher. En considérant le grand nombre de pièces de ce 
fourneau et tous les services qu’il peut rendre, nous nous sommes de¬ 


mandé s’il n’exigeait pas un véritable apprentissage pour être dirigé. 

Poteries pharmaceatico-chimiques. — De magnifiques collections 
d’appareils en grès étaient exposées par divers fabricans anglais, et no¬ 
tamment par la maison Green, de Londres. C’étaient des chaudières, des 
alambics, des serpentins monstrueux, et, malgré cela, d’une perfection 
de modelé et de détail très grande. Ces objets sont destinés h remplacer 
les mstrumens en platine, dont le prix est si considérable, et ceux de 
verre, qui sont si fragiles, dans l’évaporation et la distillation des acides, 
et de tous les corps qui ne peuvent être chauffés dans des vases métalli¬ 
ques, De l’aveu même de quelques-uns de nos fabricans, avec lesquels 
nous nous en sommes entretenu, et qui cependant se font fort de les re¬ 
produire au besoin, ces belles pièces constituent de véritables tours de 
force céramiques. Après ces grands objets, en venaient de moins im- 
portans, mais non moins parfaits ; c’étaientdes pompes etdes bouteilles à 
acides, des cornues, des creusets, des appareils de "Weulf, des fontaines- 
filtres que l’on trouve dans presque toutes les pharmacies anglaises, des 
Jares pour la préparation des alcoolés, des vases pour la conservation 
des sangsues. 

Galvano-céraines, fonte émaillée. —Si sur des vases en'porcelaine 
ou en verre, capsules cornues, etc., on /ait déposer du cuivre par la 
galvanoplastie, on obtient des vases beaucoup moins fragiles au feu ou 
par le choc ; ce sont des galvano-cérames. Nous avons vu dans la partie 
anglaise de l’exposition des cornues en verre galvanoplastisées aux¬ 
quelles on avait eu soin de ménager du Jour au sommet, afin que l’œil 
pût voir au besoin dans i’intérieur la mtîrche de l’opération. Dans la 
fonte émaillée, au contraire, c’est le vase métallique qui est tout fait. On 
applique de l’émail en pâte sur les parois intérieures, ou chauffe vigou¬ 
reusement au rouge, l’émail fond, se fixe et forme un vernis inattaqua¬ 
ble. Voilà deux heureuses inventions résolues par des industriels et qui 
certes ne l’eussent Jamais été par des théoriciens quelque peu exclusifs. 
Et pourquoi ? C’est que. se fussent-ils dit, si pareille hérésie s’était four¬ 
voyée un instant dans leur cerveau, qu’on ne peut superposer en con¬ 
tact intime et surtout dans des instrumens susceptibles d’être exposés à 
des degrés de chaleur très différens, que des corps dont la dilatation est 
la même ; or, le cuivre et la porcelaine ou l’émail et le fer ont une dila¬ 
tation bien différente, donc l’idée est absurde. Voyez cependant, ô fra¬ 
gilité de la théorie ! la fonte émaillée fonctionne aujourd’hui dans tous 
les ménages. Ce fait est bien propre à prouver une fois de plus qu’il ne 
faut pas trop s’arrêter aux théories, et que lorsque notre intellect s’est 
frappé de l’excellence d’une invention au point de vue de la pratique, 
on doit souvent, malgré un semblant d’impossibilité au point de vue 
de la théorie, pousser au-delà pour s’assurer si celle-là ne triomphera 


pas de celle-ci. On ne se méprendra pas, nous l’espérons, sur le sens 
de ces réflexions; tout ce que nous voulons dire, c’est d’être toujours 
en défiance contre les erreurs des idées spéculatives. 

Quoi qu’il en soit, la fonte émaillée a eféjà pénétré dans un certain 
nombre de laboratoires pharmaceutiques. D’ici à quelques années, elle 
existera dans tous. La préparation des sirops acides, les évaporations 
salines, les opérations avec ces nombreux liquides qui attaquent le fer, le 
cuivre, l’étain, le plomb, et nécessitent l’emploi d’ustensiles de verre ou 
de porcelaine recevront avec avantage cette innovation. Plusieurs pays 
avaient envoyé de la fonte émaillée. Pour la France, nous citerons les 
maisons Japy, Brochon, Pâlis. Nous espérons que bientôt nos fabricans 
feront exécuter des modèles exprès pour la pharmacie. 

Pilulier rotatoire en cuivre, obtenu sur modèle en bois à l’aide de la 
galvanoplastie; ingénieuse invention de,M. Viel, pharmacien à Tours. 
— Mortiers mécaniques à pommades et pâtes pharmaceutiques. Idem 
a poudres homœopathiques.—Creuxeti infusibles de la maison Deyeux 
et conip. — Poteries en kaolin rose de M. Lecoq de Clermont-Ferrand, 
qui s’adapteraient très bien à la pharmacie. — Instrumens en platine 
de la maison Quénessen. — c’est-à-dire instrument propre 

a faù-e connaître la proportion de tannin contenue dans les dissolutions 
de cet acide. — Appareils pour l’épuisement des matières extractives, 
mais dont aucun ne nous paraît présenter les avantages de l’appareiî 
que nous avons décrit et figuré dans la dernière édition de Vokeine 
[p. 786), sous le nom (rOinniMm ou extracteur à distillation con¬ 
tinue. —Appareils à eaux gazeuses. — Appareil centrifuge dit hydro¬ 
extracteur, pour la prompte déshydratation (eau d’irabibition) des subs¬ 
tances, et aujourd’hui fort employé dans quelques grandes industries, 
par exemple dans les raflineries pour séparer le sucre liquide (mélasse) 
du sucre cristallisé ;dans les teintureries pour sécher les étoffes. — 
Alambic à bain métallique pour la distillation des graisses; car au¬ 
jourd’hui, à ce qu’il paraît, les corps gras fixes ou du moins certains de 
leurs principes fixes se distillent, et que celte propriété est mise à profit 
dans la fabrication de la bougie stéarique. Voilà encore un fait prati¬ 
que qui brouille toutes les idées théoriques reçues. 

[La fin à un prochain n”) Dorvault. 


legaiaire universelle en nue-propnélé ; l’usufruit étant réservé à M le 
comte (le La Riboisière. Ce legs, dont l’importance paraît être de près 
de 8 millions, est fait à la condition, par la ville de Paris, de fonder un 
hospice qui portera le nom de La Riboisière, 






















La convaîesceacê avait commencé presque en meme temps ; elle ne 
fut interrompue que par quelques accès de fièvre intermittente, dont on 
triompha par l’usage du sulfate de quinine, 
parfaite le 8 octobre. 

Observation Xlf. — Fièvre tierce 'prenant le caractère d’une fièvre 

ttfphoïde, avantageusement combattue par le calomel;— on 

Mhève la guérison au moyen du sulfate de quinine. 

Khâiiou Kabrity, âgée de huit ans, faible de constitution, chlorotique, 
sujette aux catarrhes et aux palpitations, était malade depuis six jours, 
lorsque, le 22 septembre 1851, je fus invité à lui donner des soins. 

La maladie avait commencé par de l’iaappétence, des maux de tête, 
du frisson, des nausées suivies de vomisseraens et de la diarrhée. La 
fièvre revint sous le type tierce. 

L’accès du 20 fut marqué par un frisson de deux heures, suivi de cha¬ 
leur ; sueur presque nulle. Céphalalgie et soif îltenses ; nausées. Diarrhée 
remplacée parla constipation. 

Le 22,8 h. m. Décubitus dorsal; prostration, face colorée, surtout 
aux pommettes, yeux à moitié fermés ; peau chaude, rude au toucher ; 
pouls à 120. Dyspnée. Lèvres sèches, crevassées, langue très jaune,/m- 
mide. (0, g' ^0 de calomel en 6 doses.) 

Le 23, au matin. Même état. {Calomel à la même dose. Lavemens 
de séné et de casse.) La nuit suivante, il y eut quatre évacuations. Le 
visage était très coloré, le pouls petit, à 120, Sueurs passagères. 

Le 24. Rémission. (Même prescription.) Deux selles. 

Le 25. État comateux, face colorée, plaintes continuelles ; selles in¬ 
volontaires très fétides. Chaleur bridante à la peau, pouls très petit. 
Dyspnée. Dents serrées au point de ne pouvoir ouvrir la bouche. A 
midi, je suis appelé. (10 sangsues derrière les oreilles.) Amélioration 
subite et passagère. A deux heures, grande pâleur ; extrémités froides, 
pouls à 90. {Application de linges chauffés; infusion de bourrache.) 
Nouvelle amélioration.. 

La nuit fut très laborieuse ; tantôt la petite malade retombait dans la 
somnolence, tantôt elle s’éveillait en sursaut et délirait. Sueurs chaudes 
alternant avec les sueurs froides. Deux évacuations. 

Le 24. Calme, faiblesse. Peau fraîche. Pouls misérable, h 110. Langue 
toujours couverte d’un enduit jaunâtre, humide. {Bouilion de poidet.) 

Le soir, elle éprouve du froid et des pandiculations, suivis de cha¬ 
leur et d’une sueur abondante. 

Le 27, 8 h. m. Même état que la veille (0, g’ 25 de sulfate de qui¬ 
nine), autant pour combattre la faiblesse que pour traiter l’intermit¬ 
tence. Le soir, retour de la fièvre. - 

Le 28. Amélioration. ( La même prescription de sulfate de quinine 
fut continuée jusqu’au 30.) L’accès du 28 fut le dernier. 

Le 4 octobre, Khânou commençait à se lever, quoiqu’elle fût encore 
d’une faiblesse extrême. 

Le 10. Rétablissement complet. 

{La fin au prochain numéro.) 


THÉRAPEUTIQUE CHIRURGICALE. 

DE lA DILATATION FORCÉE DANS LE TRAITEMENT DE LA CONTRAC¬ 
TURE ANALE; 

Par.le docteur L. Le Pelletier, ex-interne des hôpitaux. 

Convaincu de l’efficacité de la dilatation forcée dans le traitement de 
la contracture du sphincter anal, j’ai plusieurs fois insisté, dans la 
presse médicale, sur les avantages réels que la science et l’humanité de- 
vaient-retirer de cette précieuse méthode opératoire. J’ai consigné dans 
ma thèse inaugurale quelques-unes des opérations sur lesquelles j’ap¬ 
puyais alors mon opinion, et émis le vœu de voir bientôt cette méthode 
vulgarisée et adoptée par les chirurgiens qui, même dès le début, s’en 
étaient montrés les adversaires. L’observation s’est prononcée ; les faits 
ont parlé plus haut que tous les raisonneniens, et le procès de la dila¬ 
tation est enfin gagné. La Société de chirurgie vient de le déclarer 
dans la séance du 17 décembre. Je suis heureux que ma thèse, sur la¬ 
quelle mon honorable maître, M. Maisonneuve, avait été chargé de 
faire un rapport, ait été le sujet d’une discussion h laquelle ont pris 
part quelques-uns des chirurgiens les plus distingués de nos hôpitaux. 

M. Maisonneuve a défendu avec succès une méthode qu’il a avanta¬ 
geusement modifiée et dont il a vulgarisé l’emploi. Je ne puis aussi pas¬ 
ser sons silence ropinion de deux hommes dont nous apprécions tous 
le talent, MM. Lenoir et Michon, et dont les noms font déjà autorité 
dans la science. M. Lenoir a déclaré qu’il ne saurait trop regretter 
l’espèce d’oubli ou d’abandon dans lequel on laisse une méthode aussi 
précieuse. Pour son compte, il l’a fréquemment employée, et toujours 
ou presque toujours avec succès. J’ai recueilli à l’hôpital Cochin, l’ob¬ 
servation d’une malade qui est un de ces insuccès dont il a parlé. 
Après avoir quitté l’hôpital Necker, elle entra dans le service de M. 
Maisonneuve, où je remplissais alors les fonctions d’interne. Je pois, 
sans crainte de blesser le talent si connu du chirurgien de l’hôpital 
Necker, lui assurer que, si la dilatation eût été plus étendue, il aurait 
observé un insuccès de moins. Le résultat d’une nouvelle opération, 
pratiquée par M, Maisonneuve, me l’a suffisamment démontré. M. Mi¬ 
chon, chirurgien de la Pitié, « a pratiqué la dilatation au moins trente 
» fois ; il a fait suivre les malades aussi longtemps que possible, et il 
» n’a vu qu’un seul cas de récidive ; il est disposé à considérer cette 
» récidive comme la suite de l’inexpérience qu’il avait encore dans 
» l’application du traitement. » Cet aveu, qui l’honore, ne doit nulle¬ 
ment étonner ceux qui connaissenî le caractère de M. Michon. Il est 
la seule réponse à faire aux praticiens qui, après cette discussion, ose¬ 
raient mettre en doute la valeur de la dilatation forcée. 

J’ai indiqué dans ma thèse, plusieurs cas, dans lesquels cette mé¬ 
thode opératoire avait donné les résultats' les plus positifs et les plus 
avantageux. La constipation opiniâtre que M. Maisonneuve avait bien 
voulu me signaler, la contracture sans fissure, la contracture compli¬ 
quée de fissure ou de tumeurs hémorrhoïdales, étaient alors les seules 
affections qui me paraissaienP nécessiter l’emploi de ce procédé. De¬ 
puis cette époque, sa sphère d’application s’est étendue sur un terrain 
nouveau et qui peut être le point de départ de recherches nombreuses 
et intéressantes. 

MM, Maisonneuve et Michon ont opéré par la dilatation forcée deux 


malades atteints de ténesme et de dyssenterie acquise dans les pays 
chauds. Cette opération a guéri et le ténesme et la dyssenterie. Si les 
faits viennent confirmer les résultats d^à obtenus, ce sera une heu¬ 
reuse application de cette méthode opératoire. 

Il est donc à désirer que cette opération soit connue et vulgarisée. 
Elle a eu malheureusement des adversaires et elle en rencontre encore 
aujourd’hui qui la jugent sans la connaître. L’esprit humain est ainsi 
fait; il précipite son jugement sans le faire précéder d’un sérieux exa¬ 
men. Je crois donc utile, surtout dans l’intérêt de nos confrères des dé- 
parteinens, d’indiquer la manière de pratiquer la dilatation telle que je 
l’ai décrite dans ma thèse. Ces détails seraient superflus, s’ils se trou¬ 
vaient consignés dans nos traités de chirurgie ou de médecine opéra¬ 
toire. 

Procédé opératoire, — Cette opération étant assez douloureuse, le 
chirurgien doit endormir le malade pour ne pas être gêné dans la ma¬ 
nœuvre par des mouvemens désordonnés. Il importe", en effet, d’éviter 
ces mouvemens qui s’opposeraient à la dilatation complète du sphincter, 
condition Indispensable de la guérison. Le malade est placé sur le bord 
du Ut, ainsi que dans l’opération de la fistule à l’anus ; pour faciliter la 
description, je le suppose côuché sur le côté gauche. Le chirurgien in¬ 
troduit avec précaution dans le rectum l’index de la main gauche graissé 
de cérat, et arrive au-dessus du sphincter de l’anus. La sensation d’une 
résistance vaincue lui apprend qu’il y est parvenu, il tourne alors le 
doigt dont il place la face palmaire en contact avec la partie postérieure 
de l’ouverture anale. L’index de la main droite, graissé de cérat, est con¬ 
duit à côté du premier, pour écarter le moins possible les parois du rec¬ 
tum et éviter de trop vives douleurs qui pourraient peut-être réveiller le 
malade. Après être arrivé au-dessus du sphincter, sa face palmaire se 
met en contact avec la partie antérieure de l’ouverture anale. Les deux 
index se touchent alors par leur face dorsale 

Ce premier temps de l’opération exécuté avec soin, le chirurgien re¬ 
courbe les deux doigts. Dans cette position, ils représentent deux cro¬ 
chets avec lesquels il saisira le sphincter et qui l’empêcheront d’échapper 
à la pression des doigts. Il les écarte alors doucement et progressive¬ 
ment en sens inverse pour opérer l’allongement des fibres musculaires ; 
il'ne s’arrête que lorsque la contracture a cédé ; enfin il les tient écartés 
quelques inslans. 

La contracture du sphincter anal est-elle trop forte, alors la dilatation 
dans le sens longitudinal est insuffisante pour la faire disparaître. Le 
chirurgien doit donner à ses index une position perpendiculaire à celle 
qu’ils avaient précédemment. La face palmaire de l’index gauche se met 
en contact avec la moitié droite du sphincter, et celle de l’index droit 
avec la moitié gauche de ce muscle. Le chirurgien les recourbe et les 
écarte selon les règles que j’ai déjà données. 

Si le malade est couché sur le côté droit, l’index de la main gauche 
sera d’abord dirigé vers la partie antérieure puis vers la moitié gauche 
de l’ouverture anale ; l’index de la main droite occupera nécessairement 
des positions inverses. 

Tel est le procédé de dilatation forcée appliqué au traitement de la 
contracture anale. 

Jusqu’à quelle limite le chirurgien doit-il porter cette dilatation ? La 
mesure de la dilatation, dit M. Maisonneuve, réside dans la sensation 
perçue par le chirurgien au moment où le resserrement est vaincu. 

Il est un fait qui m’étonne et me démontre encore la nécessité d’insis¬ 
ter sur ce procédé opératoire. Presque tous les praticiens auxquels on 
parle de la dilatation forcée la confondent avec l’opération proposée 
par M, Récamier, et à laquelle il a donné le nom de massage cadencé 
dit sphincter. Ne connaissant pas les résultats de celte méthode, je 
n’en parlerai pas ; je ferai remarquer seulement combien ces deux pro¬ 
cédés diffèrent sous le point de vue du manuel opératoire. 

Après ces cfllsidérations, sur lesquelles, j’appelle toute l’attention des 
praticiens, j’aurai, il est vrai, à examiner les suites de ce mode de trai¬ 
tement, et à le comparer aux nombreux moyens proposés depuis l’inci¬ 
sion de. Boyer! Cette étude, à laquelle j’ai consacré une partie de ma 
thèse, mérite des développemens plus étendus ; elle sera, je l’espère, le 
sujet d’un nouveau travail. 


PATHOLOGIE. 

DIAGNOSTIC DE LA MORVE AIGUE. 

Monsieur et cher confrère. 

Puisque viffl’e journal est une tribune publique où chacun peut, en 
toute liberté, discuter les points qui intéressent la science médicale, 
perraettez-mol d’en disposer pour rectifier un diagnostic mentionné dans 
votre numéro du IÇ décembre dernier, sur un cas de morve aiguë suivie 
■ de guérison. 

Jusqu’à ce jour, la science ne possède pas un seul cas de guérison de 
morve aiguë bien constatée, cela paraîtra naturel quand on saura que 
lorsque celte période de l’affection farciiio-morveuse apparaît, l’orga¬ 
nisme est profondément altéré par la présence du virus, et qu’il ne reste 
plus au malade que deux ou trois jours au plus à vivre. 

L’écoulement des narines, qui a donné le nom à la maladie, a induit 
en erreur les médecins qui croyaient que cela la constituait toute en- 
I tière. Avant la publication de l’observation de M. Mackensie, M. le duc- 

* leur Châtelain, médecin de la maison d’arrêt de Chaumont (Haute- 
Marne), avait inséré dans la Gazettf des Hôpitaux du 19 août 1845, 
l’observation d’un détenu qui avait eu une maladie semblable à celle du 
palefrenier Wilcox, et qu’il avait intitulé aussi morve aiguë suivie de 
guérison. Ces deux malades, qui étaient dans des conditions hygiéniques 
presque identiques, ont aussi présenté à peu près les mêmes phénomè¬ 
nes pathologiques; mais aucun d’eux n’a présenté les signes caractéris¬ 
tiques de la morve. C’est ce que nous allons examiner. 

L’affection farcino-morveûse se présente toujours d’une manière insi¬ 
dieuse; ce sont des accès intermittens ou des douleurs rhumatoïdes que 
l’on observe les premiers. Les médecins qui connaissent le mieux la ma¬ 
ladie y sont souvent trompés ; moi-même qui par ma position à l’école 
d’Alfort ai eu de trop fréquentes occasions de l’étudier, je me suis une 
fois trompé, j’ai pris la morve pour un rhumatisme. Remarquez bien 
que jusqu’alors rien ne saurait faire prévoir la maladie. Ce début, qui 
manque très rarement, a fait tout à fait défaut dans les deux observa¬ 
tions citées plus haut. 


Les abcès des diverses parties du corps, avec un appareil fébrile qui 
n’est pas en rapport avec la lésion matérielle ; les exacerbations de la 
nuit, l’amaigrissement, l’altération de la face qui rappelle tout à fait les 
individus atteints de résorption purulente; ne sont pas non plus men¬ 
tionnés. Dans cette période qui est plus ou moins longue, selon la force 
de résistance des individus, on voit rarement des lésions des fosses na¬ 
sales, et lorsqu’elles existent elles ont des caractères bien tranchés qui 
diffèrent absolument de ceux qu’on a observés chez Wilcox et le doc¬ 
teur Pabel, aucun des auteurs qui ont rapporté des cas de morve n’a 
vu de tumeur sublinguale. 

Les individus qui sont arrivés à cette période de la maladie sont en¬ 
core susceptibles de guérison ; mais c’est moins le traitement que la 
force dont ils sont doués qui procure cette issue heureuse. L’homme a 
été plus fort quele poison. Les toniques qu’on abeaucoup employés ont 
pu produire ce résultat, mais ils échouent si souvent, qu’il est permis 
de croire que la résistance vitale y a coopéré en grande partie. 

Les gangrènes, les pustules et l’écoulement des fosses nasales (morve 
ultime) apparaissent; le malade est voué à une mort certaine. Celte der¬ 
nière (la morve ultime) passe souvent inaperçue pendant la vie, mais 
sur le cadavre on l’observe toujours. 

Les altérations matérielles des organes et les désordres profonds des 
principales fonctions que l’on observe, dans les derniers jours de la vie, 
ne font que trop prévoir l’issue funeste d’une maladie qui agit d’une ma¬ 
nière aussi terrible sur l’organisme. 

Qu’on compare maintenant les phénomènes que je viens de déduire 
d’une manière abrégée, avec ceux observés par MM. Mackensie et Cha- 
lelain, on verra qu’ils ne ressemblent en rien à ceux de l’affection mor- 
vo-farcineuse. Les malades qu’ils ont guéris n’avaient pas la morve; ils 
- n’en ont présenté aucun des caractères pathognomoniques ; je n’ai pas 
à rectifier autrement leur diagnostic. 

Quand au mode de production de l’affection morvo-farcineuse, on 
sait positivement : 

1“ Que cette maladie ne se développe jamais spontanément chez 
l’homme ; ’ 

2“ Qu’elle passe toujours des solipèdes à l’homme ; 

3“ Qu’elle peut se transmettre de l’homine h l’homme ; 

4“ Qu’elle se transmet par infection et par contagion. 

Cela ne fait plus un doute pour personne : il faut ajouter que cette 
transmission est moins fréquente qu’on ne le croit, et que, comme cela a 
lieu dans toutes les contagions, il faut une grande aptitude du sujet pour 
contracter cette maladie. 

Agréez, etc. D' Marchant (de Charenton), 

Médecin-adjoint de l’École nalional* *vétérinaire 
d’Alfort. 


ACADÉMIES, SOCIÉTÉS SAYAST ES ET ASSOCIATIONS. 

ACADÉMIE DES SCIENCES. 

Séance du 5 Janvier. — Présidence de M. Robert. 

M. Chatin communique la deuxième partie de ses Recherches sur 
l’iode dans l’air, les eaux, le sel et les produits alinientaires des 
Alpes de la France et du Piémont. Cette deuxième partie a pour ob¬ 
jet l’étude des eaux. 

L’auteur résume ce mémoire en déduisant de la comparaison de l’air 
et des eaux : 

Que sur le sommet et dans les vallées des Alpes, l’air et les eaux 
douces, tant les eaux légères que celles où dominent les sels terreux, sont 
également pauvres en iode ; 

Qu’à une certaine distance des massifs montagneux, l’air et les eaux 
légères sont médiocrement, mais simultanément iodurées; 

Que loin des Alpes, à Paris, par exemple, l’air et les eaux légères sont 
l’un et l’autre richés en iode ; 

Que les eaux dures sont toujours peu ou point iodurées, quelque 
soit l’état de l’air ; 

Que, par conséquent, il y a toujours parallélisme entre l’air et les 
eaux potables légères, à l’exclusion des eaux dures ; d’où l’on déduit, 
comme corollaire, la possibilité de déterminer l’état de l’air par celui 
des eaux légères, et réciproquement ; 

Et enfin qte les eaux minérales, celles du moins qui paraissent se 
charger de leurs principes au-dessous de la zone de terre perméable 
aux eaux communes, sont indépendantes et de l’état d’ioduration de ces, 
dernières et de celui de l’atmosphère ; observation qui fournit un carac¬ 
tère pour distinguer les eaux minérales profondes ou vraies de celles 
qui sont superficielles ou accidentelles. 

M. Alvaro Reynoso répond à la note présentée par M. Michéa dans 
la dernière séance et dans laquelle ce médecin disait n’avoir pas trouvé 
de sucre dans les urines des épileptiques et des hystériques après 
les attaques, qu’il a reprisses expériences, et qu’il a constamment 
trouvé du sucre dans les urines. Il croit que la différence qui existe 
entre les résultats de M. Michéa et les siens lient h ce que M. Michéa 
s’est servi pour reconnaître le sucre d’un procédé beaucoup moins sen¬ 
sible que celui qu’il a employé. 

1° Le procédé par la potasse, employé per M, Michéa, offre une 
sensibilité moindre que la liqueur de M. Barreswil (tartrate cuprico- 
potassique). Pour le premier il suffit d’écraser légèrement dans un verre 
d’eau un grain de raisin sec. En prenant la moitié de cette eau et en 
la traitant par la potasse, on n’a aucune réaction, tandis que l’autre 
moitié traitée par le tartrate cuprico-potassique, donne un précipité 
abondant de protoxyde de cuivre rouge. 

2“ Il faut toujours opérer sur des urines traitées préalablement par 
l’acétate de plomb et concentrées. 

Si on prend un grain de raisin et qu’on l’écrase dans l’eau en divi¬ 
sant cette eau en deux portions, et qu’on étende l’une d’urine ordi¬ 
naire et l’autre d’une quantité d’eau égale à celle de l’urine, on verra 
qu’en faisant bouillir la portion étendue d’urine simplement avec le 
tartrate cuprico-potassique, on aura un précipité sale, peu apparent, 
tandis que si on la traite préalablement par l’acétate de plomb, on aura 
une réaction aussi nette que si on l’avait étendue d’eau seulement. 

Ainsi il faut commencer par traiter les urines par le sous-acélale de 
plomb, filtrer, précipiter l’excès de plomb par du carbonate de soude, 














filtrer, puis concentrer et faire bouillir avec la liqueur de M. Barreswil. 

Il faut opérer au moins sur 30 grammes d’urine si l’on veut avoir des 
réactions bien nettes. 

M. Delafond lit en son nom et celui de M. Gruby, un mémoire sur 
les helminthes et en particulier sur le ver filaire qui vit dans le sang 
' du chien domestique. 

Les auteurs résument leur travail dans une série de conclusions dont 
nous reproduisons celles qui nous ont paru offrir un intérêt plus spécial : 

1" Aucun fait basé sur des études helminthologiques rigoureuses ne 
démontre que le sang de l’homme bien portant ou malade, soit habité 
par des helminthes, qui y vivent constamment. Les prétendus vers qu’on 
a rencontrés dans le suc vital humain ne sont que des pseudo-hémato¬ 
zoaires. 

2° Les vaisseaux de l’homme et des animaux peuvent recéler des en- 
tozoaires appartenant à divers ordres ; mais ces vers sont étrangers au 
sang et ne circulent point avec ce fluide dans tout le torrent circulaire. 
Ce sont des hématozoaires accidentels. 

3° Les hématozoaires qui vivent d'ans le sang et sont entraînés avec 
ce fluide partout où les globules peuvent passer, ou les hématozoaires 
voyageurs ou transhumains, appartiennent à la classe des helmin¬ 
thes et des infusoires. 

4” Dans le sang de certains chiens domestiques vit et habite constam¬ 
ment un entozoaire nématoïde, appartenant au genre filaire et dejl’espèce 
papillaire. Nous donnons à cette nouvelle espèce de filaire le nom de 
filaire papillaire hématique du chien domestique. 

5“ Cette filaire se montre dans le sang sous deux états : l’état micros¬ 
copique et à l’état adulte et visible à l’œil nu. 

6“ Le développement dans le sang de la filaire microscopique est très 
lent. Le nombre de ces helminthes dans toute ia masse sanguine a pu 
être estimé,d’unemanière approximative, depuis 11,000 jusqu’à223,000. 

7» Les filaires microscopiques, de même que les filaires adultes, habi¬ 
tent constamment le sang. La filaire microscopique, dont le diamètre du 
corps est moins grand que celui des globules du sang et des globules de 
la lymphe, ne se rencontre cependant point dans cette dernière liqueur, 
fait qui tiendrait à démontrer qu’il n’existe aucune communication di¬ 
recte entre les vaisseaux capillaires sanguins et les vaisseaux capillaires 
lymphatiques. 

8“ Les liquides sécrétés normalement et anormalement par des chiens 
à sang venimeux, de même que les cavités closes, les tissus différens ne 
contiennent ni filaires microscopiques, ni filaires visibles à l’œil nu. 

9» Les diverses circonstances hygiéniques et alimentaires, les émis¬ 
sions sanguines, u’apportent aucun changement appréciable dans le dé¬ 
veloppement, l’orgnanisation et les mouvemens des filaires. 

10» Les médicamens anthelminthiques les plus renommés employés à 
forte dose à l’extérieur et à l’intérieur, l’acide arsénieux et l’acide hydro- 
cianique administrés h une dose toxique et mortelle n’influent en quoi 
que ce soit sur Texistcnce des filaires microscopiques. 

11» Les filaires microscopiques transfusées avec la liqueur globulaire 
du sang dans lequel elles vivent dans les vaisseaux de chiens n’ayant 
point de vers dans le sang, continuent à vivre chez quelques-uns de ces 
animaux pendant trois à cinq ans ou jusqu’à leur mort naturelle. 

12» La filaire microscopique transfusée dans le sang du lapin domes¬ 
tique persiste à vivre pendant un certain temps chez cet animal; trans¬ 
fusée dans le sang des grenouilles, cet helminthe meurt à l’époque où 
les globules du sang du chien s’altèrent parmi les globules du sang de 
ces batraciens. 

13» Les filaires invisibles à l’œil nu déposées avec le sang qui les ' 
charie dans les cavités des séreuses et dans le tissu cellulaire meurent 
peu de temps après avoir été placées dans ces deux nouvelles condi¬ 
tions. 


' i2 

i' 18» L’existence d’un plus ou moins grand nombre de filaires inicros- 
;.copiques ou visibles à l’œil nu dans le sang ne provoque point la nais- 
sance-de maladies spéciales. 

19° Trois chiens ayant des filaires dans leur sang ont eu des attaques 
épileptiformes. Deux en sont morts, le troisième paraît guéri depuis 
^lus d’un an, bien que le même nombre de vers se montre toujours 
'dans le sang. ^ 

— L’Académie, dans cette séance, a procédé au renouvellement de 
son bureau. M. Piobert, vice-président, est passé -président en rem¬ 
placement de M. Boyer, et a été remplacé lui-même pour les fonctions 
de vice-président par M. de Jussieu. 



14° En moyenne, on rencontre un chien dont le sang charie des filaires 
sur 20 à 25 chiens. 

15" La filaire hématique se rencontre plus particulièrement dans le 
sang des chiens de moyenne taille, adultes et vieux, quels que soient la 
race, le sexe et l’embonpoint des animaux et les diverses saisons de 
l’année. 

16» La filaire se transmet par voie héréditaire aux descendans soit de 
père, soit de mère, ayant le sang vermineux, mais ces helminthes n’ap¬ 
paraissent dans le sang des jeunes chiens que lorsqu’ils ont atteint l’àge 
de 5 à 6 mois, ' 

17° Le nombre plus ou moins considérable de filaires existant dans 
le sang ne détermine point de changemens bien appréciables dans les 
caractères physiques et chimiques de ce fluide. 


académie de médecine. 

Séance du 6 Janvier 1852. — Présidence de M. Mèlieb. 

Le procès-verbal de la dernière séance est lu et adopté. 

La correspondance comprend : 

1» Un rapport de M. Leviez , médecin des épidémies de l’arrondisse¬ 
ment d’Axras, sur l’épidémie de fièvre typhoïde qui a régné du mois 
de juillet au mois d’octobre dernier, dans la commune de Gouy-en-Ar- 
tois. (Comm. des épidémies.) 

2» Une note de MM. Devay et Guillermond fils, de Lyon, sur un 
nouveau mode de préparation de la ciguë appliquée au traitement des 
affections cancéreuses. (Comm. MM. Gibert et Soubeiran.) 

3» Une note sur la vaccine, de M. Bebourge, de Rellot (Somme). 

4° Une note relative à un nouveau produit chimique, l’iodure de qui¬ 
nine, par M. Damelon, pharmacien à Compiègne. 

5»Une lettrede M. Mathieu, fabricant d’instrumens de chirurgie, qui 
soumet à l’examen de l’Académie un tire-mame¬ 
lon, destiné à faire saillir les bouts de sein trop 
rentrés ; il peut également servir de tire-lait. Il 
est formé d’une boule creuse, en caoutchouc 
vulcanisé, munie d’une rondelle en ivoire, ou 
en toute autre substance.De même que pour les 
nises à refoulement de M. Blatin, c’est en 
pressant la boule avec les doigts qu’on fait le 
vide au degré voulu. 

M. Mêlier remercie l’Académie de l’honneur qu’elle lui a fait de 
1 appeler à la présidence, et propose de voter des remercîmens à M.Or- 
fila, président sortant, et aux trois membres sortans du conseil d’admi¬ 
nistration. (Voté par acclamation.) 

M. LE Président l’end compte ensuite des visites officielles faites au 
nom de l’Académie, par une députation, au président de la République, 
aux ministres du commerce et de l’instruction publique. 

M. Dubois, secrétaire perpétuel, lit pour M. Récamier, une note in¬ 
titulée : Recherches sur l’ammoniaque et sur le guano. 

M. JoLLY lit un rapport au nom de la commission des eaux minérales 
sur l’emploi de l’eau de mer concentrée comme agent thérapeutique, 
par M. Morille, pharmacien à Nantes. 

L’objet du travail adressé à l’Académie par M. Moride est de cher¬ 
cher a composer des bains de mer au moyen de'l’eau de la mer elle- 
meme, en la concentrant, en rapprochant ses principes minéralisateurs 
et organiques, de manière à pouvoir les conserver et les transporter à 
des distances voulues, avec autant de garantie dans leur composition que 
de confiance dans leurs propriétés thérapeutiques. L’extrait de l’eau de 
mer, ainsi obtenu par voie de concentration et d’évaporation, peut 
sei'vir a la composition du bain de mer artificiel par son seul mélange à 
1 eau simple dans des proportions déterminées ou à un degré de satura¬ 
tion convenable, soit : 5 kilog. d’eau de mer concentrée dans 160 litres 
d’eau de Seine. 

L’un des membres de la commission a analysé les produits adressés à 
1 Académie par M. Moride, lesquels consistent 1° en un résidu salin de 
consistance pâteuse et de couleur grisâtre ; 2» en un lif|»ide ambré pro¬ 
venant de l’eau mère dés marais salans. Il s’est attaché surtout à la re¬ 
cherche des principaux élémens, des élémens réellement actifs auxquels 
l’eau de mer doit snrtout ses propriétés thérapeutiques. Il résulte de cet 
examen que le.prodult de l’eau de mer puisée au Croisic et concentrée 
par les procédés de l’auteur au degré voulu pour l’expédition lointaine 
et son mélange avec l’eau simple, peut représenter d’une manière aussi 
fidèle, aussi identique que possible la même eau de mer prise à son lieu 
de puisement. Ainsi, à part la présence d’un peu de sulfate de chaux, 
qui peut n être qu’un produit de réaction, et quelques gaz qui peuvent 
s échapper dans l’opération, ce premier produit contient tous les autres 
principes constituans de l’eau de mer du Croisic, savoir : des chloru¬ 
res de sodium, de magnésium et de potassium; des sulfates alcalins et 
magnésiens en même temps que de l’acide et du brôme, à l’état de sel 
smon abondant, du moins en proportion assez sensible. La commission 
pense, en conséquence, qu’il y a lieu d’accueillir l’idée de l’auteur sous 
le double point de vue scientifique et pratique, et elle propose de lui i 


adresser des remercimens et des encouragemeiis, et de déposer . 
travail dans les archives de l’Académie. 

Ces conclusions, après quelques courtes observations de M. CIooupi 
sont mises aux voix et adoptées. ^ 

M. Chatin lit la première partie d’un mémoire sur l’iode dans 
les eaux, le sol et les produits alimentaires des Alpes, de la France et (|n 
Piémont. (C’est le même mémoire que M. Chatin a présenté à l’Acadé 
mie des sciences et dont on trouvera la deuxième partie résumée danj 
ce même numéro.Voir plus haut le compte-rendu de l’Académie des scien. 
ces. ) 

La séance est levée avant cinq heures. 


NOUVELLES. — FAITS DIVERS. 

Le banquet offert à M. Ricord par ses élèves, a eu lieu hier dans le» 
salons tle Deffieux. La table était de cent vingt couverts. Des invitations 
avaient été adressées a M. Bérard, doyen de la Faculté ; à M. Orfila f 
M. Jobert de Lamballe, au bureau de la Société de Chirurgie, à M 
J.-B. Baillière, a M. Charrière et au rédacteur en chef de I’Union Mé 
DICALE, qui se sont empressés de se rendre à cette invitation. Au nrn 
cliain numéro les détails de cette fête cosmopolite où toutes les naiiom 
civilisées étaient représentées, et où des toast ont été portés dans toutes 


Extrait de la Gazette médicale de Toulouse, 

(Livraison de Mai 185t.) 

thérapeütioue ;— emplâtre épispastioce. 

La faveur et le discrédit dont, jusqu’à ce jour, ont été entourés les 
médicamens de toute nature, proviennent de ce que leur efficacité a été 
Pins ou moins reconnue et prouvée. On conçoit, sans peine, que le iné. 
decin consciencieux ne veuille pas livrer ses malades au hasard d’une 
médication inconnue ou dont les bons effets n’auraient pas été sane- 
uonnés par 1 expérience et patronnés par des noms d’une puissante va- 

yEmplâtre épispastique dont M. Muguet, pharmacien à Muret a 
enrichi la thérapeutique depuis plusieurs années, a subi toutes les épreu- 
ves de cette Chère expérimentale, et il est sorti victorieux de la totalité 
des cas difficiles qu il avait a combattre. 

Personne ne conteste plus aujourd’hui les avantages immenses et les 
résultats avantageux que la médecine retire chaque jour de l’emnloi des 
vésicatoires. Mais souvent le praticien est arrêté dans le choix de l’ein- 
platre qu il doit employer, soit par le peu de fixité d’action, soit par le 
peu d énergie du médicament qu’il a entre les mains. Or, l’emplâtre de 
M. Muguet remplit parfaitement le but proposé dans la majorité des cas 
celui.dune action prompte, énergique, constante et peu douloureuse’ 
duii pansement facile et d’un entrbtien nul. En effet, ce vésicatoire aul 
quel on donne une forme légèrement conique, de la largeur de 5 centi¬ 
mètres a sa base et de 1 centimètre 1/2 de hauteur, s’applique sur la 
peau au moyen dune bande de toile. Il agit du sommet du cône à la 
f ,""6 vésication graduée et permanente 

pendant tout le tenjps qu en dure l’application, de manière aussi qu’à 
mesure qu une couche du principe actif est fondue, celle qui lui succède 

'«">»« 

En pharmacien aussi savant que modeste, M. Muguet n’a nas voulu 
pour propager sa bienfaisante découverte, avoir recours au charlatanisme 
de 1 annonce et du journalisme à grand éclat; il voulait laisser parler les 
faits eu.x-menies, parce que leur parole a plus de valeur aux veux des 
vrais praticiens. Maintenant que plusieurs années d’expérience ontcon 
sacré le succès de l'emplâtre deM. Muguet (1), nous croyons, en satel¬ 
lite vigi ant des progrès médicaux et pharmaceutiques, qu’il est de notre 
devoir d en faire connaître l’existence au public médical, ainsi que ses 
principales propriétés ; céphalalgies, migraines, otaigies, surdité, aman’- 
rose commençante, rhumatismes chroniques, arthrites vertébrales etc 
etc., rien n a su résister à ce puissant dérivatif. ’ ’’ 

Le plus bel éloge que nous puissions en faire, c’est qu’il est iournelle- 
men employé, avec succès, dans nos hôpitaux. Nous ne citerons pas les 
nombreuses expériences qui ont été faites; nous ne voulons pour preuve 
de 1 efficacité de ce nouvel agent thérapeutique que le certificat que M. le 
docteur Ressayre, professeur-adjointà l’Ecole de médecine deToulouse 
médecin de 1 hospice de la Grave, a délivré à l’inventeur de cet épisoas! 

r'hospiSe ffiGravœ^^''””®"''^’ 

« Comme épispastique et dérivatif, l’onguent ou emplâtre de M Mu- 
” prononcés que ffis mouches 

» de Milan employées pour satisfaire à cette double indication 
» Cet épispastique produit une sécrétion très abondante pendant toute 
>. a duree de son application. Il est accompagné d’une dSi Zu 
l àhIpTn jours, se calme bientôt et devient simmr. 

Le médecin de la Grave , Ressayre. 




L’EMPLATRE EPISPASTIQUE 

macicn à Min et (Haiite-Gar.), àla suite du rapportdel’Académie 
de médecine de Paris, vient d’être autorisé par M.le ministre de 
ra|riciiltiire et du commerce. Les vertus de ce puissant déri¬ 
vatif, sont de guérir, en très peu de temps, ies ophtiialmies, olal- 
gies, surdités , migraines , rluimalismes chroniques, arthrites 
vertébraies, etc. Il n’est délivré que sur ordonnance de l’homme 
de l’art. En envoyant un bon sur la poste, de 4 fr., I’empiatre 
et l’appareil nécessaire, ainsi que l’instruction seront envoyés 
aux domiciles des malades. 

Remise de 25 p. 100 pour les hôpitaux, l’homme de l’art, et 
les indigens. Seul dépôt chez l’Inventeur. 



En vente, chez VICTOR MASSON, libraire, place de l’ÉcoIe-de-Médecine, 17 à Paris 

ni- cUe* les Unfans «i Wâge, et des moyens de les eom- 

s, docteur en médecine, médecin- 


iLn vente, cliez VICTOR MASSON, lil 

DES ACCIDERS DE DENTITIOS VbLïsï 

dentiste de l'hospice des Enfans-Trouvés et Orphelins de Paris. 

_ Un volume in-8 avec ligures dans le texte. Prix : 3 fr 


Approuvées par l’Académie de médecine. 

O 11 n’est aucun de nos malades qui ne se soit bien trouvé de 
» l’usage du lactate de fer, et tous, à leur sortie de l’hôpital, 
» étaient dans un état des plus satisfaisans. » 

(Extrait du rapport de MM. les professeurs Bouillaud, 
Fouquier et Bally ) 

Les Dragées de Gélis et Conté ne sont vendues qu’en boîtes 
carrées, revêtues du cachet et de la signature des inventeurs.— 
Dépôt général à la pharmacie, rue Boui bon-Villeneuve, n» 19 
place du Caire, à Paris ; et dans toutes les pharmacies. 


TRAITÉ pratique ; 


r DES MALADIES DES YEÜX ; 
„ t par W. Mackensie , profes- 
o.,... U uplithalmologie à l’Université deGlascow; traduitde l’an¬ 
glais, avec notes et additions, par G. Richelot et S. Laugier, 
docteurs en médecine de la Faculté de Paris. Un fort volume 
in-8. Prix: 6 fr. 

Chez Masson, libraire, placedel’Ecole-de-Médecinc,n»17. 


AVIS. 

D'apres les jugements rendus par 
divers tribunaux, personne n’a le droit 
de prendre le nom de M. Vallet pbur 
vendre les Pilules Ferrugineuses dont il 
est l’inventeur. 

Pour éviter toute méprise, et pour se 
garantir des contrefaçons, on devra 
s'assurer que les flacons portent bien 


Asproxsvées pay l’Ajcaaémîe 
db Afédecine* 

D’après le rapport fait à l’Académie, cette 
préparation est la seule dans laquelle le carbo¬ 
nate ferreiix soit infiltérable. Aussi les méde- 
ems iui donuenr-ils U préféi^ence, dans tens les 

cas où. les ferrugineux 

par k cacliat VALLE T hma^ et 
snrrétiqncttcksigDâtnrad-côiilte./ ^ Ci/tA-Ay/j 
Bépôtime 

Et dam toutes les Tilles de iaPnmceetdâVÉ^tinger. 

^ S’adresser; B.xle Jacob.îa 

l étiquette, dont le modèle est ci-contre. 

^ Les Pilules de Vallet s’emploient prin¬ 

cipalement pour guérir les pâles couleurs, 
les pertes blanches et pour fortifier les 
tempéraments faibles. 


LE ROB ANTISYPHILITIQUE 

De B. l.AX’VKcpvB; seul autorisé, se vend 15 francs 
le litre au lieu de 25 francs. Dix à douze bouteilles sont néces¬ 
saires pour un traitement. L’on accorde 50 p. f 00 de remise 
aux médecins et aux hôpitaux qui s’adressent au docteur 
GiREAtiDEAü, 12, rue Ricliep, à Paris, 


mmn de samté maladies chiruraicales 

ux opérations gnWenT conviennent, ainsi 
maladies chroniques, dirigée par le d" P 


maladies chirurgicales 
traitement 

„ „ , 1 --7—O—,— ... » Rochard, rue 

marbeuf, 36, près les Champs-Elysées. — Situation saine et 
agréable, — soins de famille, — prix modérés. 

Les maladesysont traitéspar les médecins de leur choix. 


r HUILE IODÉE ^ 

[fl, DE J, PERSONNE, J 

APPROUVÉE PAR l’académie DE MÉDECINE. 
jeule expérimentée dans les hôpitaux. 

L Académie a déclaré que «cette huile est un 

MÉDICAMENT d’uNE HAUTE VALEUR, QUI PRÉSENTE 
BEAUCOUP D’AVANTAGES SUR L’HUILE DE FOIE DE 
MORUE. » 

L’Iniilede J. Personne a été employée par d’habiles expéri- 
menlaleiirs dans Ions les cas ou celte dernière a élé préconisée et 
toujours son action a été plus prompte et plus énergique, quoi- 
que administrée a des doses bien moins considérables ** 

Sa couleur et sa saveur diffèrent peu de celles de l’huile d’a- 

emtfpL'Sadél"^’ P*"*’ 

Afin d;éviter les imitalions plus ou moins informes dont cette 
piéparation est 1 objet, dont quelques-unes mal préparées peu¬ 
vent produire des accidens, et d’autres ne contcimnl que des 
toces diode, doivent elre sans effet, M. Personne prie MM. les 
médecins qui voudront avoir VHuile iodée qu’il prépare de 
toujours la prescrire sous le nom d’HuiiE be J. Personne’ en 
leur rappelant qu’elle n’est livrée qu’en flacon de forme rectân- 
gulairc, portant son cachet sur le bouchon et la capsule qui le 
recouvre, et i cvetiie d’une cliquette signée par lui. ** 
Dépôt générai à la pharmacie rue Bourbon-Villeneuve 19 
place du Caire, à Paris ; et dajjs toutes les pharmacies ’ ’ 


ANATOHIE BLASTIQUE Ü’-SS 

neuf, à vendre d’occasion l,500francs, avec facilités. Cesser 
a M. Antoine, rue St Germain-des-Prés, n° 2. 


I. — TYPOGRAPBIE FÉLIX MAITESTE ET COMP 

Rue des Deiix-pvrtes-Sl-Sauveur, 22, 































































'foiMC VI.—IV“ I. {SIXIÈME AXXÉE. (Samedi lO d^aiivier l©5^. 

liR-- T;ttNTON MÉTdCATJ^ 

Pour P BUREAUX D’ABONNEMENT : 

g . 30 Fr. Bue du Tanbourg-montmartre) 

‘,'ï^gàe;;iePon„Vi JOIRNAI DES INTÉRÊTS SCIENTIFIQI’ES ET PRATIftEES, MORAEX ET PROFESSIONNEIS dans les DÉpînTEMENs, 

. 22 Fr. Chez les principaux Libraires. 

“ .. 40 ' r On s’abonne aussi, 

dd corps medical. 

1 An. 

Ce donrnal paraît trois fois par semaine, le MARDI, le JEUDI et le SAMEDI. 

Tout ce qui concerne la Rédaction doit être adressé aux Bureaux du Journal, à M. le Docteur Amédée eatour, Rédacteur en chef; tout ce qui concerne l’Administration,-à M. le Gérant. 

Les Lettres et Paquets doivent être affranchis. 


s 


ïi 


lie son traitement par le calomel (fin). — lit. ToxicoiociE ; Empoisonnement 
nar le pliospliore. — IV. Académies , sociétés savantes et associations. So-. 
cîélé de chirurgie de Paris : De la mort subite pendant les suites de couclie. — 
Observation d’une nécrose étendue des os du crâne,suivie de l’élimination de larges 
portions de ces os. — V. Nodveues et Faits divers. — VI. Fediiieton : 
Causeries hebdomadaires. 


HYGIÈME PUBLIQUE. 
fondation de bains et de lavoirs publics. 


Une grande question d’hygiène publique vient d’être réso¬ 
lue par un décret da président de la République. Une subven¬ 
tion de près de 600,000 f. a été accordée pour l’établissement 
de bains et de lavoirs publics qui seront ouverts gratuitement 
aux pauvres. Le bien qui peut en lésulter pour la population 
peut être considérable; c’est à la médecine, c’est à nous qui cul¬ 
tivons cette science parlaquellelesquestions d’hygiène publique 
ont été posées et élucidées, à en faire apprécier l’importance et 
l’étendue. 

Dans l’antiquité romaine, les bains faisaient partie des 
mœurs; ils étaient considérés comme une coutume de première 
nécessité. Pauvres et riches, prolétaires et patriciens pouvaient 
se baigner avant le repas et dans la journée, car il y avait des 
élablissemens ouverts pour les uns comme pour les autres, et 
aussi splendides, aussi brillans pour ceux qui possédaient 
beaucoup que pour ceux qui n’avaient rien. L’abus des bains 
ordinaires comme des bains de vapeur ne contribua pas peu à 
l’amollissement des mœurs et au développement de cette obé¬ 
sité si bien traduite par le ciseau des artistes de la décadence. 
Mais cette coutume, assujétie à une règle, suivie avec modé¬ 
ration, ne peut produire que d’excellens effets pour la santé 
privée. Les Grecs, qui abusaient moins des bains que les Ro¬ 
mains leurs exagéraleiirs, étaient parvenus, en les secondant 
par la gymnastique, à réaliser des types de la plus brillante 
santé représentant l’alliance fa plus harmonieuse de la force 
et de la grâce. Quand le christianisme succéda au polythéisme, 
il réagit contre lui. En présence de ce culte du corps que la 
société romaine avait poussé à un si haut degré d’exagération, 
il voulut le supprimer et il y parvint en ce temps de croyance. 
Alors les élablissemens balnéaires et les coutumes qui en ré¬ 
sultaient, disparurent complètement. Comme élablissemens 
d’intérêt public, la société nouvelle ne songea guère qu’à 
fonder des hôpitaux et des hospices. 

A mesure que l’hygiène publique et privée a fait des pro¬ 


grès, on est revenu aux bains dans les villes populeuses ; on y 
est revenu avec modération, sans tomber dans cette imitation 
servile du passé, qui, au lieu d’être uffSîen, ne pouvait pro¬ 
duire qu’un mal. Mais les malheureux, les pauvres en sont 
privés. Pendant l’été, ils peuvent, à Paris, se plonger dans 
les eaux de la Seine. Le peuvent-ils, cependant, quand les 
bains à meilleur marché coûtent 4 sous? Doivent-ils le faire 
lorsque la modique somme qu’ilsyconsacreraientest indispen¬ 
sable à leur subsistance et à celle^e leur famille? La fondation 
qui va s’établir à leur profil écarte tous les obstacles. Les bains 
seront à la portée des pauvres, puisqu’ils seront gratuits pour 
tous ceux qui ne pourront pas les payer. 

Le mal que produit la privation absolue de bains n’a pas 
besoin d’être étudié dans l’histoire; nous le voyons assez clai¬ 
rement pour ne pas chercher loin de nous des argumens favo¬ 
rables et des comparaisons démonstratives. Les ouvriers qui 
manient des matières huileuses, des composés minéralisés, des 
cardeursde laines, des broyeurs de couleurs,enfin tous ceux dont 
le système eu tané souffre plus ou moins de leur industrie, ceux-là 
ont un besoin absolu de bains. S’ils n’en prennent pas de temps 
en temps, les fonctions de la peau s’altèrent et celte altéra¬ 
tion sert de point de départ, non seulement à des maladies cu¬ 
tanées, mais ce qui est plus grave, à des désordres nerveux et 
à des maladies organiques. Pour les ouvriers en général, quelle 
que soit l’innocuité de leur industrie, un métier quelconque 
engendre des souillures qu’il faut effacer par des habitudes de 
propreté. Si elles sont trop difficiles, trop coûteuses, ces ha¬ 
bitudes indispensables pourtant, elles conduisent bientôt à l’ab¬ 
sence de tout soin. On comprend les inconvéniens qui en sont 
la suite nécessaire pour les individus comme pour les popula¬ 
tions. 

Quelle que soit la difficulté d’établir la véritable étiologie 
des épidémies, il est probable, assurément, qu’une des condi¬ 
tions de leur développement tient au défaut de cette propreté 
résultant de la privation absolue de bains, dans la classe pau¬ 
vre. Qu’on suppose une famille enfermée dans un logis étroit, 
où les transpirations accumulent dans l’air des émanations pu¬ 
trides; s’il règne une constitution épidémique, cette famille ne 
pourra éviter d’en recevoir des atteintes. Nous avons vu le 
choléra dans ces derniers temps. Il a sévi dans la classe aisée, 
dans celle qui s’entoure de tous les soins, de toutes les prati¬ 
ques d’une bonne hygiène. Mais qu’on compte les victimes 
faites dans la classe pauvre, et on verra combien le nombre en 
est grand. Le défaut de propreté, la vie passée dans une atmos¬ 


phère malsaine, ne sont pas sans doute l’unique cause prédis¬ 
posante. Mais cette cause en détermine tant d’autres, ou se lie 
à un si grand nombre, qu’il faut bien lui.accorder une certaine 
valeur. 

L’état moral se lie aussi par des liens plus forts qu’on ne 
croit, aux désordres, à la négligence de l’état physique. En 
voici un exemple frappant. Dans les filatures pour la fabrica¬ 
tion des draps, la malpropreté est à l’ordre du jour; la peau 
brunie par les déchets de la laine et les impressions de l’huile, 
donne aux ouvriers un air de famille avec les types de la race 
noire. Comme ils ne s’occupent guère de se débarrasser d@cet 
enduit, leur peau finit par être altérée dans la fonction la plus 
indispensable. Il n’y a plus de transpiration insensible ; après 
un temps qui n’est jamais long,une sorte de chloro-anémie se 
déclare chez les jeunes filles, chez les enfans et même chez les 
adultes; et avec cela le triste cortège de désordres nerveuxde 
plus d’un genre. Dans cette situation, où les forces sont anéan¬ 
ties, où le moral n’est soutenu par aucune énergie, les habi¬ 
tudes de la vie régulière se dérangent aux moindres provoca¬ 
tions. Bientôt le moment vient où le malheureux appartient 
tout entier au vice. 

L’élablissefnent de lavoirs publics a une importance très 
grande, également. Il complète, en quelque sorte, les avan¬ 
tages produits par les bains mis à la portée des pauvres, et 
préparant pour eux une vie saine , en leur rendant faciles de 
saines habitudes. 

La propreté du linge est le complément de la propreté de 
la peau. Mais si les dépenses les plus nécessaires, celles de 
l’alimentation, absorbent le salaire, comment trouver l’obole 
pour le superflu! Le superflu, c’est le savon, c’est le feu, 
c’est tout ce qu’il faut enfin pour mettre le linge en état, ce qui 
entraîne une foule de complications dans les pauvres ménages 
de la classe indigente. Que d’inconvéniens, que de maux pro¬ 
duisent ces mille difficultés ! Ou on blanchit rarement le linge, 
ou lorsqu’on l’a blanchi on le porte encore humide, ou pour 
le faire sécher on l’étend dans l’étroife mansarde, qui forme 
tout le logement. Dans tous les cas, les résultats peuvent être 
graves pour la santé de l’ouvrier; on les comprend sans doute 
sans qu’il soit nécessaire d’en compter le nombre. 

Avec les lavoirs publics, le pauvre pourra porter du linge 
propre et sain, sans être obligé à dépenser pour cela l’obole 
nécessaire à sa nourriture quotidienne ; il ne sera pas forcé de 
faire un séchoir de son habitation, c’est-à-dire à ajouter à l’at¬ 
mosphère qu’il respire une humidité funeste, puisqu’elle 


FenîSIetoii. 

cadseries hebdomadaires. 

CNE FÊTE MÉOICAIE COSMOPOLITE. 

J^a médecine française contemporaine a le bonheur rare de posséder 
un homme qui, par de longues et patientes études, par une observation 
soutenue et faite sur un des plus riches théâtres des infirmités humaines, 
par une expérimentation ingénieuse et sagace, par tous les moyens, en 
un mot, impérieusement commandés par les e'xigences de la science mo¬ 
derne, a pu édifier, dans un coin du vaste domaine des sciences médi¬ 
cales livrées encore à la confusion la plus anarchique, des principes, une 
doctrine, des lois, et, ce qui vaut mieux encore, une règle de conduite 
et d’application intelligente et rationnelle ; un médecin qui, au milieu 
du scepticisme général, a des croyances et des convictions ; un clini¬ 
cien qui agit en conformité de ses dogmes; un enseigneiir qui ose en¬ 
seigner autre chose que le doute; un praticien, enfin, que le fait seul a 
conduit à la théorie, et qui n’a demandé la confirmation de sa théorie 
qu’à l’observation et à l’expérience. 

Ce médecin — ai-je besoin de le nommer — est celui qui a été le su¬ 
jet et le héros d’une fêle charmante à laquelle il m’a été donné d’assis¬ 
ter mardi dernier, c’est M. Ricord. 

Celte fête, sÿl m’est permis d’interpréter la pensée de ceux qui l’ont 
offerte, a été, en même temps qu’un acte de reconnaissance, une pro¬ 
testation contre des faits récens et connus de tous. 

Elle a été un acte de reconnaissance : M. Ricord, en effet, vient de 
terminer un cours de 'clinique syphilopathique, commencé il y a sept 
mois, et continué sans interruption tous les jours, soit au lit du malade, 
soit à raraphiihéâtre. Le hasard a voulu que ce cours, que M. Ricord 
fait du reste tous les ans, ait eu cette année pour auditeurs un très grand 
nombre de médecins étrangers, venus de toutes les Universités du monde 
civilisé. En présence de cet auditoire, que M. Ricord pouvait croire 
moins familiarisé avec ses doctrines qu’un auditoire exclusivement na¬ 


tional, le professeur s’est cru obligé à une exposition complète, métho¬ 
dique et très soignée de la syphilographie tout entière. Cette exposition, 
toujours basée sur les faits cliniques actuellement en observation dans 
les salles de l’hôpital du Midi, et toujours contrôlée par eux, cette expo¬ 
sition faite avec l’attrait et la verve qui caractérisent le talent professoral 
de M. Ricord, a vivement impressionné nos confrères étrangers. Ils ont 
été charmés de son zèle et de son dévoûment à toute épreuve; ils ont 
été touchés surtout de cette complaisance sans bornes, qui lui faisait 
répéter sous des formes variées et toujours heureuses, ce qu’ils auraient 
pu ne pas bien comprendre h une première audition. Jamais aussi, et 
M. Ricord le reconnaît lui-même, il n’avait fait son cours avec la même 
étendue et les mêmes,développemens. La publication complète et tex¬ 
tuelle de ces remarquables leçons ferait assurément un admirable traité 
de syphiiographie clinique. 

. Nos confrères étrangers — car c’est à eux que revient l’idée et l’ini¬ 
tiative de celle fêle — n’ont pas voulu quitter Paris sans témoigner leur 
reconnaissance au professeur libre, qui, spontanément et de son plein 
gré, leur a libéralement ouvert les trésors de son expérience et de son 
observation. 

Cette fête a été aussi une protestation : on a osé accuser M. Ricord 
d’intolérance, de compression et d’étouffement systématique des idées 
et des opinions contraires aux siennes, d’abuser de l’autorité de son nom 
pour paralyser les efforts de ses jeunes émules qu’il craignait, disait-on, 
d’élever au rang de rivaux dangereux, de fermer prudemment des salles 
à des regards indiscrets, et de soustraire ses malades h rinvesiigalion 
de ses adversaires. Or, ces accusations se sont produites alors que nos 
confrères étrangers ont pu voir M. Ricord introduire dans ses salles 
ceux qui se vantaient de n’y pénétrer que pour ruiner ses doctrines, 
prêter la tribune de son amphithéâtre h ceux-là même qui ne se sont 
servi de la liberté qu’il leur donnait, que poiu’lever, disait-il, et cela en 
sa présence, contre lui le drapeau de l’insurrection, que pour lui dire 
en face, dans un langage plus exalté que sage, que le moment était venu 
de monter aux barricades pour le précipiter de son autocratie usurpa¬ 


trice ; alors qu’ils ont vu, nos confrères étrangers, M. Ricord écouter 
. avec un falme plein de dignité toutes ces menaces folles, se prêter avec 
une facilité que d’aucuns ont taxée de faiblesse à tous les expériniens fal¬ 
lacieux qui passaient par la tête d’expérimentateurs illuminés; prendre 
la peine d’exposer et de discuter comme choses sérieuses des rêveries 
renouvelées de Paracelse et de Van Helmont, et donner enfin à ces in¬ 
grats contradicteurs l’importance et l’autorité de sa critique trop chari¬ 
tablement bienveillante. 

Contre ces injustices, la générosité de nos confrères étrangers s’est 
révoltée ; ils ont voulu prouver à M. Ricord leur sympathique commu¬ 
nion d’idées avec ses principes et son enseignement; mais celte protes¬ 
tation, ils l’ont voulue pacifique et hospitalière, et ils ont convié leur 
maître à la fête de mardi dernier. 

C’était pour moi un devoir de vérité et de justice d’indiquer d’abord 
qui a eu l’idée, qui a pris l’initiative de cette fête ; je regrette que tout 
cela ne soit pas éclos dans une tête française, mais j’ai à constater la 
part qu’y ont pris nos compatriotes, et c’est ce que je ferai dans le cou¬ 
rant de ce récit. 

Cette fête, offerte par des étrangers, devait avoir quelques allures 
étrangères; ce banquet, présidé par un médecin de la Grande-Breta¬ 
gne, devait se passer et s’est passé en effet selon les us et coutumes de 
l’Angleterre. L’honneur de la présidence était échu h M. le docteur 
Coslello, médecin irlandais d’une grande distinction, qui s’occupe avec 
sucçès et grand renom des maladies des voies urinaires, le Leroy- 
d’Étiolles et le Ségalas de l’Angleterre, ayant touteTingéiiiosité inventive, 
l’instrumentation brillante de l’un, la pratique prudente et habile de 
l’autre. M. Costello remplissait en même temps les fonctions de mattre 
des toast (j’ai oublié l’expression anglaise) ; fonctions difficiles, extrême¬ 
ment pénibles et laborieuses et dont M. Costello s’est acquitté avec un 
bonlieur inoui. C’était merveille de le voir et de reniendre dans les 
toast nombreux et développés qu’il a portés, varier ses tours, donner à 
chacun des convivesen faveur duquel il faisait emplir les verres, la carac¬ 
téristique de son talent, de ses services rendus, de ses découvertes, et 





























ongeh'cîre bien des maladies. La fondation de ces établisse- 
mens est donc un auxiliaire puissant ajouté à celle des bains 
publics, pour le bien-être de la classe malheureuse. On ne ré¬ 
génère pas physiquement une classe nombreuse dans les grands 
centres, où tant de causes l’ont fait déchoir, avec cette rapidité 
si désirable etj toutes choses. Mais bien commencer, c’est se 
préparer à coup sûr à bien finir. 

Ce qu’on doit considérer dans une innovation de ce genre, 
c’est le résultat final, le bien moral qui en sera certainement le 
fruit. Nous n’apprendrons rien à nos lecteurs, en leur disant 
que le bien-être physique est une excellente disposition à 
l’éducabilité. Donner la santé au corps, c’est préparer le ter¬ 
rain sur lequel on peut faire germer les nobles sentimens. 
Quand l’hygiène publique répand quelques bienfaits d'ans la 
population par des institutions comme celles dont nous ve¬ 
nons de parler, elle ne fait pas seulement une bonne œuvre; 
elle couronne encore celle-ci, par une autre plus grande, plus 
belle, par une œuvre de véritable et sérieuse civilisation. 

Dr Éd. Carrière. 


TRAVAUX ET MÉMOIRES ORIGINAUX DE MÉDECINE 
ET DE CHIRURGIE, 

DE THÉRAPEUTIQUE GÉNÉRALE ET APPLIQUÉE. 

BE LA FIÈVRE TYPHOÏDE OBSERVÉE A DAIIIAS, ET DE SON TRAI¬ 
TEMENT PAR LE calomel; par M. Lautour , médecin sanitaire du 
gouvernement turc h Damas. 

(Suite et.fin. — Voir les numéros des 3, 6 et 8 Janvier.) 

Observation XIII. — Fièvre pernicieuse ayant présenté des symp¬ 
tômes de fièvre typhoïde-, — guérie par le sulfate de quinine. 

Hélâny, femme d’Haniia Hildany, 30 ans, d’une assez bonne constitu¬ 
tion, enceinte de quatre mois, malade depuis douze jours environ. Des 
renseignemens précis sur le début de la maladie sont impossibles à ob¬ 
tenir. Il y a quelques Jours, sur l’avis d’un médecin arabe, on lui pra¬ 
tiqua coup sur coup deux saignées ; le mal augmenta. Le SO octobre, la 
malade étant constipée depuis plusieurs Jours , prit 30 grammes de sul¬ 
fate de soude, qui ne produisirent aucun effet. 

Le 31 octobre, 8 h. m. Décubitus dorsal, expression de prostration 
et de souffrance, plaintes continues. Pouls vif à 100. Température nor¬ 
male. Dents sèches et luisantes, langue sèche, couverte d’un enduit Jau¬ 
nâtre, épais; ventre météorisé, partout sensible à la pression. Petites 
quintes de toux. Céphalalgie violente. Lenteur et embarras dans les ré¬ 
ponses. {Calomel, 0, g’ 80 en 6 paquets, à prendre de 2 heures en 2 
heures. Lavement purgatif.) 

A 5 h. s. Visage décomposé, anxiété très prononcée. Extrémités 
froides, pouls très petit et fréquent. Langue collante; trois selles. La 
malade comprend, mais ne peut répondre. [Sinapisme entre les épaules-, 

0, P' 60 de sulfate de quinine.) 

Le 1" novembre, 6 h. m. Calme, parole facile et bien accentuée, 
peau fraîche; pouls faible à 80. Langue très humide et couverte d’un 
enduit blanchâtre épais. A 3 h. s. [Sulfate de quinine, 0, g' 50.) Som¬ 
meil d’une heure ; deux selles.—;5 h. s. Abattement, anxiété, céphalée. 
Chaleur à la peau, précédée de frissons. Pouls petit, irrégulier à 90; 
mutisme, langue blanchâtre, humide. Nuit agitée; deux selles involon¬ 
taires. 

Le 2, 6 h. m. Abattement, mal de tête; peau fraîche ; pouls vif, faible 
a 8li. Langue très humide, plus sale qu’à l’ordinaire ; douleurs vives par 
tout le ventre, A midi, râle bronchique; pas de chaleur; pouls petit h 
lOû, (0. P' ûO de sulfate de quinine.) Le soir, très peu de chaleur, sans 
frissons. [Sinapismes aux jambes.) 

Le 3. Amélioration ; appétit, sommeil paisible ; une selle. 

Le 4. Le mieux continue ; l’appétit se développe. Persistance du râle 
muqueux. [Vésicatoire sur la poitrine-, tisane d’orge.) 


ih 


Le 5. Peau fraîche, pouls à 80. La malade accuse une faim dévorante. 

Le G. Même état. Langue nette. 

Le 8. Guérison. 

RÉSUMÉ. 

Pour ne pas allonger cette note, je me bornerai aux consi¬ 
dérations suivantes : 

Ainsi que je l’ai dit en commençant, l’affection typhoïde, 
telle que nous l’observons le plus souvent à Damas, et dont je 
viens de citer quelques exemples, n’est pas exactement identi¬ 
que à la dothinentérie proprement dite, à cette maladie si ré¬ 
gulière dans ses symptômes et dans sa marche. Quelques-uns 
des phénomènes caractéristiques de celte fièvre en Europe 
manquent ici quelquefors ; la sécheresse de la langue est 
moins fréquente ; la diarrhée semble être très rare ; l(;s taches 
lenticulaires ne s’observent presque jamais. Je partage entiè¬ 
rement sous ce rapport l’opinion de M. le docteur Willemin, 
qui pense que l’absence de ces symptômes peut s’expliquer par 
le peu de durée deeetie fièvre. C’est précisément cette diminu¬ 
tion dans la durée qui constitue la différence la plus grande 
entre la dothinentérie d’Europe et celle que nous observons 
dans ces contrées. 

Quanta tout le cortège des autres symptômes de lamaladie, 
la ressemblance est complète : cette fièvre continue qu’on ne 
peut localiser, cet abattement profond, cette stupeur, cette 
physionomie typêoïde, en un mot, qu’il est impossible de mé¬ 
connaître; les phénomènes d’irritation constante que l’on re¬ 
marque du côté des voies digestives ; la scepticité de cette ma¬ 
ladie qui, abandonnée à elle-même dans les cas graves, se ter¬ 
mine presque infailliblement par la mort : tous ces signes doi¬ 
vent faire reconnaître l’affection que nous étudions pour une 
véritable fièvre typhoïde, modifiée sans doute par des condi¬ 
tions topographiques spéciales. 

Une circonstance toute particulière que nous rencontrons 
ici, est celle de la fièvre intermittente, l’affection dominante à 
Damas, qui vient compliquer la fièvre typhoïde. C’est ainsi 
que dans sept de nos observations on la voit former tantôt le 
début, tantôt la terminaison de ta maladie. Dans quelques-unes, 
le quinquina, employé dès le commencement, a dû être repris 
à la fin du traitement ; dans d’autres, l'affection intercurrente 
semble avoir détruit l’élément morbide primitif, l’infection 
paludéenne. 

Quant au iraîtement de l’affection typhoïde, nous croyons 
inutile d’insister sur les avantages que nous avons retirés de 
l’administration du calomel. De nos douze malades, dont l’af¬ 
fection a atteint en général un haut degré de gravité, un seul 
a succombé, et encore est-ce par suite d’une complication su¬ 
bite, étrangère à la fièvre typhoïde, et survenue lorsque la fiè¬ 
vre intermittente avait remplacé l’affection primitive. 

Comment agit ce précieux médicament dont l’administration 
est si facile? Il est impossible d’y voir, comme M. de Larroque 
semble le croire, un simple laxatif; et si nous ne sommes pas 
en mesure d’affirmer que le calomel est un spécifique contre 
l’intoxication typhoïde, du moins est-il rationnel d’attribuer à 
ces propriétés aliératiies, l’efficacité particulière dont il jouit 
contre une affection qui prélève chaque année dans tant de 
contrées un si large tribut de mortalité. 


C’est sans contredit un des plus intéressans sujets de pa¬ 
thologie médicale que l’étude des diverses influences exercées 
par les climats sur les maladies, et en particulier sur les fiè¬ 


vres. Sous ce rapport, les observations qui précèdent ne pey, 
vent manquer d’être très favorablement accueillies ; qu’il noyj 
soit permis cependant, en raison même du puissant intérêt 
qui s’attache à cette communication, de soumettre à notre 
honorable confrère de Damas quelques réflexions qui seront 
venues certainement à l’esprit de plus d’un lecteur. Nous com. 
prenons parfaitement bien que la fièvre typhoïde d’Orient 
diffère de la fièvre typhoïde qu’il nous est donné d’observer à 
Paris ; mais nous comprenons .aussi que les différences qnj 
accusent l’influence du climat doivent porter sur des symptê. 
mes de second ordre, et non sur les caractères fondamentaux 
qui servent à établir l’individualité de l’entité morbide, appe, 
lée lièvre typhoïde. S’il en était autrement, on s’exposerait 
nécessairement, surtout dans les cas où comme en Turquie 
le médecin est privé des lumières de l’anatomie pathologique^ 
à comparer non plus deux espèces d’un même genre, deux 
formes d une meme maladie, mais deux genres distincts, deux 
maladies différentes. Or c’est là, nous sommes forcé de l’a, 
vouer, l’impression générale qui est résultée pour nous de la 
lecture de la plupart des faits consignés dans le mémoire de 
M. Lautour. Une fièvre, en effet, qui ne présente ni taches 
lenticulaires rosées, ni diarrhée, ni gargouillement de la fosse 
iliaque droite, ni râle sibilant, ni épistaxis, qui ne dure ordi, 
nairement que 8 à 9 jours, qui cesse tout à coup, quelquefois 
complètement, pour reparaître bientôt escortée de symptô. 
mes graves tels que syncope, coma, délire, refroidissement 
des extrémités, sueurs froides, pouls misérable, langue sèche 
dès les premiers jours, une telle fièvre mérite-t-elle bien le nom 
de typhoïde? Je ne le crois pas, et j'ajouterai même, que s’il 
fallait la rapporter à un type connu, c’est aVec la fièvre rémit, 
tente des pays chauds quelle offrirait le plus d’analogie. Re- 
marquons, en effet, que l’auteur lui-même a le soin de nous 
avertir qu’en cette saison de l’année les fièvres paludéennes 
sont endémiques et très répandues à Damas; que dans les cas 
où la rate a été examinée, elle est notée comme ayant subi 
une hypertrophie considérable, et dépassant le rebord des 
fausses côtes de 3 à 4 travers de doigt ; que plusieurs des ma¬ 
lades ont été atteints antérieurement, à diverses reprises, de 
fièvres intermittentes ; et que presque tous ont présenté des 
rémissions, des intermissions même soit au début, soit dans 
le cours, soit à la fin de leur affection; que dans plus d’un cas 
les accidens ont manifesté une grande tendance à la récidive, 
et qu ils n’ont cédé qu’à l’administration des préparations de 
quinquina. On conviendra avec nous que toutes ces raisons 
sont bien en faveur de l’hypothèse d’une fièvre intermittente ; 
seulement, hâtons-nous de le dire, cette fièvre a emprunté au 
climat de Damas un masque un peu différent de celui qu’elle 
revet en Europe, mais tout à fait analogue à celui que l’on 
observe dans les pays chauds; c’est pour cela que nous la 
voyons passer avec une grande facilité au type rémittent et 
même pseudo-continu ; prendre la forme bilieuse (rémittente 
bilieuse) et pouvoir ainsi être avantageusement influencée par 
le calomel ; présenter enfin dans quelques cas des symptômes 
très graves qui ont pu faire Songer à une transformation en 
fievre typhoïde, mais qui nous semblent, à nous qui croyons 
peu à ces transformations de maladies, n’avoir été rien autre 
que des phénomènes pernicieux (rémittente grave, maligne, 
pernicieuse). 

Ce qui nous confirmerait au besoin dans, cette manière de 
voir, c’est la ressemblance frappante qui existe entre l’affec¬ 
tion observée par MM. Lautour et Willemin, et les fièvres 


cela sons une forme vive, souvent spirituelle, toujours piquante même 
dans son incorrection et ses anglicanismes. ■ 

Il a bu en premier lieu à M. Ricord, le héros de la fête, et son toast 
très étendu, à tout instant interrompu par des hurahs et des applaudis- 
semens, n’était rien de moins qu’une biographie attachante, qu’une ap¬ 
préciation de haute valeur, qu’une exposition détaillée de la vie, des 
travaux et des doctrines de notre excellent et savant ami. Trois hurahs 
provoqués par l’orateur ont fait retentir la salle du plus formidable en¬ 
thousiasme que Jamais J’aie entendu. 

M. Ricord, en proie a une émotion visible, a répondu modestement, 
et son cœur se mettant à battre trop fort, comme péroraison il a em¬ 
brassé le président. C’était ce qu’il y avait de plus éloquent h dire. 

M. Costelloabu ensuite h M.Bérard, doyen de la Faculté de médecine 
de Paris ; speach très développé sur l’enseignement de cette école, sur 
son lustre, sur ses gloires anciennes et modernes, passées et présentes ; 
sur sa renommée qui n’a pas de rivale, et à laquelle contribue pour une 
large part le doyen actuel, l’élégant, le correct, le lucide professeur de 
physiologie. Cette allocution a été chaudement accueillie, et l’enthou¬ 
siasme pour M. Bérard a été aussi sonore que pour M. Ricord. 

M. Bérard a répondu comme il sait répondre, avec grâce, avec es¬ 
prit, avec h-propos, et ses remercîraens ont fait partir une nouvelle et 
plus retentissante décharge de hurahs. Je signale à notre aimable phy¬ 
siologiste la différence entre la puissance dynaimque pulmonaire de nos 
voisins d’outre-Manche et la nôtre. Qu’est-ce que nos petits cris, notre 
cntliousiasme du bout des lèvres, h côté de ces explosions colossales et 
soutenues de l’enthousiasme britannique ! 

Mais, emplissez vos verres, s’écrie le maître des toast! Il s’agit de 
boire à M. Orlila, h celte gloire plus ancienne, mais toujours Jeune, 
comme a dit M. Mêlier, au rénovateur de la médecine légale, au créa¬ 
teur de la toxicologie, à celui qui a su armer la Justice .'et désarmer le 
crime, qui a su porter la terreur parmi les méchans et la sérénité dans 
les familles; h M. Orfila ! — Cette fois J’ai cm que la salle allait s’écrou¬ 
ler sous les trépignemens et les hurahs. 


M. Orfifa a répondu très dignement et même avec un certain courage 
dans les positions officielles. Il est venu s’associer h cette fête pour ren¬ 
dre un hommage libre à celui dont l’enseignement libre a Jeté un si 
grand éclat. Avec M. Bérard il regrette qu’on ait pas fait entrer les ma¬ 
tières sur lesquelles M. Ricord a répandu de si vives lumières dans les 
programmes de l’enseignement officiel. Cette fêle honore ceux qui la 
donnent et celui qui la reçoit; il est heureux d’y avoir été associé et il a 
tout quitté pour être exact au rendez-vous. —Nouvelle et plus bruyante 
explosion d’enthousiasme. 

Vos verres sont-ils pleins ? s’écrie le président. Et à la ronde ils s’em¬ 
plissent. — Qui de vous, médecins étrangers, venant puiser le com¬ 
plément de votre instruction médicale aux sources si abondantes de Pa¬ 
ris, ne visite et ne fréquente l’Hôiel-Dieu? Il y a vingt ans, quand J’y 
vins pour la première fois. J’y rencontrai Dupuytren. Aujourd’hui, vingt 
ans après. J’y ai rencontré Jobert, et la mort de Dupuytren m’a paru 
moins amère. — Ce compliment délicat et lin soulève une telle tempête 
d’enthousiasme, que les garçons épouvantés s’enfuient de la salle du 
festin. 

M. Jobert répond par quelques mots modestes et bien sentis que les 
convives acclament de nouveau. 

Puis, toujours maître de lui, et trouvant toujours des forces et des 
inspirations nouvelles, M. Coslello porte un toast à M. Charrlère. qui 
est h la chirurgie ce que la main est au cerveau; à M. J.-B. Baillière, 
l’intelligent éditeur de beaux et de savans ouvrages; à la Société de chi¬ 
rurgie, source féconde de progrès et d’instruction ; et à tous ces toast 
vivement acclamés répondent de leur mieux ceux qui en sont le sujet. 

Là ont fini tous les toast du programme; sont venus alors les toast li¬ 
bres et spontanés, et la confusion des langues a commencé. Des speach 
ont été prononcés, en français, par M. Musset, l’un des internes de M. 
Ricoi-d ; en allemand, par le docteur Kunde; en russe, par M. le doc¬ 
teur Baus ; en italien, par M. Ferrari ; en grec modeene, par M. le doc¬ 
teur Marcopolos ; en anglais des Etats-Unis, par le docteurChappuy ; en 
allemand-suisse, par M. le docteur Cornelz; en espagnol, par M.le doc¬ 


teur Vicente; etbien d’autres encore pour lesquels la mémoire, ma foi, 
■me fait défaut, car l’office, commencé h six heures et demie, s’est pro¬ 
longé Jusqu’à onze heures. 

Je désire, bien-aimé lecteur, que vous voyiez dans ce récit autre 
chose que l’intention futile de vous faire assister h une fêle gastronomi¬ 
que. Je saisis la première occasion qui se présente, et celle-ci en vaut la 
peine, d’honorer à ma manière une de nos gloires médicales contempo¬ 
raines, a laquelle des étrangers viennent de rendre un Juste tribut 
d’hommages, consacré par la participation éloquente et significative de 
plusieurs de nos illustrations médicales. J’y trouve aussi le motif d’une 
très courte allocution à mon excellent maître et ami M. Ricord et ie lui 
dis : ■’ 

Maître, 

Dans ce qui s’est passé mardi dernier, vous devez voir l’impuissance, 
la stérilité des efforts de vos contradicteurs pour ébranler les bases so¬ 
lides sur lesquelles vous avez fondé votre réputation légitime. On vous 
oppose des faits exceptionnels qu’une rigoureuse interprétation fait 
rentrer dans la règle; on vous adresse des critiques de détail sans por¬ 
tée, sans relation avec l’ensemble ; on veut vous irriter par des ta¬ 
quineries indignes de toute préoccupation scientifique. Laissez faire, 
laissez passer. Continuez vaillamment votre œuvre sans pi-endre autre 
souci de ces piètres attaques. Ne laissez pas dévier l’activité de votre es¬ 
prit des larges et correctes voies de l’observation et de l’expérience, et 
abandonnez la polémique hargneuse à ceux qui, impnissans à produire, 
ne trouvent leur bonheur que dans la destruction. 

Amédée Latour. 


— Sur la présentation du conseil d'hygiène publique et de salubrité 
• Cadet-Gassicourt a été nommé par le 
préfet de police vice-présidenl de ce conseil pour l’année 1852. 

--Les travaux du vaste hôpital en construction au clos Saint-Lazare 
sont repris a I intérieur des bàlimens. ’ 
























dont Hippocrate nous a laissé la description dans ses livres 
(les épidémies. Or, on sait que M. Littré, dans une discus¬ 
sion aussi savante qu’approfondie, n’hésite pas à ranger dans 
la catégorie des fièvres rémittentes, le caiisus, le phren'uis, le 
leihargiis et les autres formes des fièvres paludéennes de Grè¬ 
ce, que quelques auteurs modernes ont essayé, mais en vain, 
de rapporter à la fièvre typhoïde de notre pays. Au reste, 
quelle que soit l’opinion que l’on adopte dans ces difficiles 
questions, le travail de notre honorable correspondant aura 
eu ce grand avantage d’appeler l’attention des praticiens sur 
un sujet encore peu exploré quoique d’une haute importance; 
et nous formons des vœux sincères pour que M. Lautour, et 
H.led' Willemin, dont nous connaissons personnellement tout 
le zèle et le talent d’observation, veuillent bien continuer cette 
intéressante étude et communiquer à la science le résultat 
de leurs recherches. 

Approuvé par le comité de rédaction. 

Dr HéuARD, 

Médecin du bureau central des Hôpitaux, 


TOXICOLOGIE. 


EMPOISOMIVEMEIVT PAR LE PHOSPHORE. 

Paris, ie 26 décembre 1851. 


Monsieur le rédacteur. 


Malgré mon vif désir de conserver à votre estimable feuille son.véri¬ 
table but qui est l’instruction et non la polémique, permettez-moi ce¬ 
pendant de vous adresser ces lignes en réponse à la lettre que M. Le- 
fort m’a fait l’honneur de m’écrire par la même voie, dans votre numéro 
du jeudi 18 décembre 1851. 

Les principaux traits de la critique que M. Lefort m’a reprochés, 
portent sur les faits suivaiis : 

1“ M. Lefort me fait observer que j’ai d’abord attiré l’attention sur 
l’oubli que l’on a commis, en ne constatant pas pendant la vie les mar¬ 
ques de l’excitation des organes génitaux, et qu’il în’eût suffi de lire à la 
page 10 du compte-rendu des débats qui ont surgi à ce sujet, pour m’a- 
percevoirque le reproche que je lui adressais n’était pas fondé. Car il 
y est dit que si les propriétés aphrodisiaques du phosphore ont été en 
défaut, c’est que la substance a été prise à dose trop élevée. 

La citation de M. Lefort est très exacte ; mais il sait sans doute que la 
constatation du fait en question aurait dû être consignée, non dans le 
compte-rendu de la Société de médecine de Gannat, mais dans le rap¬ 
port fait à l’occasion de la mort de y..., au chapitre Exposilicn des 
faits. Car toute rédaction composée à la suite d’une consultation lé¬ 
gale doit comprendre quatre parties bien distincte»; 1° le préambule ; 
2” l’EXPOSiTioN DES FAITS; 3“ la discussion des faits; U° les conclu¬ 
sions. 

2“ M. Lefort avoue qu’il n’est pas question, dans son rapport, de la 
saturation préalable des acides nitrique et pliosphorique par la potasse; 
mais que si ce rapport ne parle pas de cette opération, il ne doit pas 
s’ensuivre pour cela qu’elle n’ait pas été faite. Il me demande ensuite si 
je pense qu’un élève en chimie, si novice qu’il soit, puisse ignorer que 
l’acide phosphorique ne fournit pas de précipités avec le nitrate d’ar¬ 
gent et le sulfate de magnésie; il me demande Iq degré de confiance 
qu’on accorderait à un e.xpertquine saurait pas que le phosphate d’ar¬ 
gent et le phosphate ammoniaco-magnésien sont solubles dans l’acide 
nitrique. 

Je répondrai à M. Lefort que les rapports judiciaires se composent 
généralement de trois parties ; le préambule, la description des faits, 
les conclusions ; et qu’il ne devrait pas, ce me semble, supprimer la se¬ 
conde partie qui ne manque pas pourtant d’une certaine utilité, puisque 
les auteurs qui ont écrit sur la toxicologie, et notamment M. Devergie 
(tome I, page 1, des certificats, des rapports et les consultations 
médico-légales) qu’il cite, recommandent de la traiter méthodique¬ 
ment et avec clarté ; les mêmes auteurs prescrivent surtout de ne pas 
oublier que le rapport doit être rédigé pour être lu par des personnes 
étrangères à la science. 

3” M. Lefort s’étonne de ce que l’on admette qu’il'y a eu empoison¬ 
nement par le phosphore, lorsqu’on trouve une dose^de ce poison va¬ 
riant de 53 à 212 milligrammes ; et, pour me prouver que je suis trop 
affirmatif, il me cite h cet égard l’article sur l’empoisonnement en géné¬ 
ral, consigné dans le 3”'’ volume de l’ouvrage de M. Devergie, article 
dans lequel ce savant toxicologue fait mention du développement de 
phosphate ammoniaco-magnésien, à la suite de la putréfaction ammo¬ 
niacale. 

J’ai tout lieu de croire que le cadavre du sieur V..., examiné par 
M. Lefort, immédiatement après le décès, n’avait pas encore eu le 
temps de subir une décomposition bien notable. 

4” M. Lefort convient ensuite avec moi qu’il n’existe pas d’acides 
phosphoreux et phosphorique libres dans l’économie ; mais il me de¬ 
mande comment je pourrai reconnaître que l’acidité du liquide de l’es¬ 
tomac, par exemple, appartient plutôt à l’acide phosphorique qu’aux 
acides chlorhydrique et lactique ; car je ne dois pas ignorer, dit-ll, que 
le suc gastrique possède une réaction acide au papier de tournesol, et 
qu’il contient toujours une petite quantité de phosphate de chaux. 

A cela je répondrai en indiquant h M. Lefort les caractères distinc¬ 
tifs des acides lactique, chlorhydrique et phosphorique : 

Acide lactique. — Cet acide est un liquide sirupeux, incolore, ino¬ 
dore, incristallisable, déliquescent h l’air, d’une saveur très acide et 
mordicante, d’une densité de 1,215 à 29'’,5 très soluble dans l’eau et 
dans l’alcool. Il dissout le phosphate de chaux des os ; à une très faible 
dose, il coagule le lait chaud ainsi que l’albumine. Si on le fait bouillir 
avec l’acétate de potasse, il en dégage l’acide acétique ; versé dans l’acé¬ 
tate de magnésie,il forme un précipité blanc grenu, et la liqueur sent 
fortement le vinaigre; sa composition est exprimée par la formule 
C®H^OSHO. Soumis h l’action delà chaleur, il abandonne son équivalent 
d’eau vers 130", et se change en acide lactique anhydre qui est 


15 

solide, fusible, très peu soluble dans l’eau, mais qui se dissout facile¬ 
ment dans l’alcool et l’éther, et qui repasse lentement, au contact de 
Vair humide, à l’état d’acide lactique hydraté. L’acide lactique anhydre 
se décompose entre 250" et 300", en laissant distiller de la lactidc, et 
en dégageant un mélange de gaz oxyde de carbone et d’acide carboni¬ 
que. Tous les lactates neutres sont solubles dans l’eau ; les lactales de 
fer, de magnésie, de zinc sont peu solubjes dans ce liquide. Celui de 
chaux y est également peu soluble, mais il est très soluble dans l’alcool, 
d’où l’on peut le précipiter par l’éther. Le lactate de cuivre n’est qu’en 
partie précipité de sa dissoluiion par la chaux, ce qui le distingue de 
l’acétate, dutartrate, du*racémate et du citrate de cuivre, dont les disso¬ 
lutions sont complètement débarrassées de leur métal au moyen du 
même réactif. 

Acide chlorhydrique. — Cet acide, à l’état de pureté, est un gaz in¬ 
colore, qui, au contact de l’air humide, répand d’épaisses vapeurs, d’une 
odeur suffocante. Ce gaz, dissous dans l’eau, constitue un liquide inco¬ 
lore, d’une odeur piquante, répandant aussi à l’air des vapeurs plus ou 
moins abondantes, suivant son degré de concentration, etplps ou moins 
visibles, selon l’humidité ou la sécheresse de l’atmosphère, rougissant 
fortement la teinture de tournesol, sans la décolorer. L’acide chlorhy¬ 
drique, même très étendu d’eau, donne par l’addition d’azotate d’argent, 
un précipité de chlorure argenlique blanc, caillebotté, lourd, insoluble 
dans l’eau et dans l’acide azotique, même à chaud, soluble dans l’ammo¬ 
niaque. Ce précipité brunit au contact de la lumière. Mêlé à du bioxyde 
de manganèse, l’acide chlorhydrique dégage du gaz chloré, reconnais¬ 
sable à sa couleur jaune-verdâtre, à son odeur forte particulière, et à 
la décoloration qu’il’ fait subir au papier bleu de tournesol. Enfin l’acide 
chlorhydrique peut être complètement évaporé sans laisser de résidu. 

Acide phosphorique. —i't déjà donné (voir I’ünion Médicale du 
11 octobre 1851) les principaux caractères de cet acide ; j’ajouterai à 
ces caractères le précieux réactif que MM. Svanberg et Struve ont lait 
connaître, et qui sert à constater la présence de fi-aces de cet acide; je 
veux parler du molybdate d)ammoniaque, qui produit un précipité jaune 
avec le phosphate de soude et un excès d’acide nitrique ou chlorhydri¬ 
que, à l’aide de la chaleur. Au surplus, si M. Lefort désire avoir des dé¬ 
tails plus étendus sur les caractères comparés de l’acide phosphorique 
et de ses modifications, il peut consulter un excellent mémoire que M. H. 
Rose a inséré dans le recueil allemand intitulé : Annalen der physik 
und chemie, t. lxxxvi, p. 1. 

5° M. Lefort, admettant que, dans quelques cas, je puisse retirer les 
acides phosphoreux et phosphorique après la mort de l’individu, me de¬ 
mande s’il ne pourra pas se faire que je ne les retrouve plus, quand la 
putréfraction ammoniacale sera opérée. Il me demande alors si la for¬ 
mation des sels ammoniacaux, qu’il appelle normaux, ne me fera pas 
adopter des conclusions toutes différentes de celles que j’aurais prises, 
si j’avais eu affaire à un cadavre qui n’aurait subi aucune décomposition. 

M. Lefort doit savoir qu’on doit toujours tenir compte des circons¬ 
tances dans lesquelles on est placé ; mais on ne doit pas ignorer que les 
circonstances dont il me parle, n’étaient pas celles où il se trouvait. 

6" M. Lefort ne parle que pour mémoire, dit-il, du conseil de recher¬ 
cher le phosphore dans les matières fécales. 11 pense que si un individu 
prenait deux ou trois grammes de phosphore, la mort suivrait de peu de 
temps l’ingestion du poison, qu’il est très probable qu’à l’autopsie, on 
obtiendrait dans l’estomac du phosphore métallique, et que dès lors, 
l’analyse des matières fécales serait superflue. 

Pour satisfaire M. Lefort, je lui dirai que le conseil de rechercher le 
phosphore dans les matières fécales a été indiqué en France, par un 
chimiste toxicologue très distingué, M. Lassaigne {Journal de chimie 
médicale, 3' série, t, vi, p. 206), et que jusqu’à présent personne n’a 
jugé à propos de le contredire sur ce point. 

Quant à ce qui concerne l’ingestion du phosphore à haute dose, je 
crois en avoir cité (voir I’ünion Médicale du samedi 11 octobre 1851, 
p. 481, 3' colonne, note première) un exemple recueilli par M.Tillois, 
sans qu’il en soit résulté d’accident. 

M. Lefort a fait erreur en plaçant le phosphore parmi les corps mé¬ 
talliques. Chacun sait, en effet, qu’on range généralement cette subs¬ 
tance parmi les métalloïdes. 

Pour ce qui regarde l’analyse des matières fécales, que M. Lefort 
considère comme superflue, alors qu’on a trouvé précédemment du 
phosphore dans l’estomac, je ferai observer que quand l’autorité con¬ 
fère à un expert la mission d’examiner diverses matières soupçonnées de 
contenir une substance toxique, s’il se trouve difl’éreiites portions du 
même cadavre à examiner séparément, et que l’expert ait trouvé du 
poison dans l’une d’elles, il est toujours de son devoir de continuer ses 
recherches et d’expérimenter sur les autres. 

7" Enfin, M. Lefort prétend ne pas s’avancer beaucoup en disant que 
les quantités de phosphates normaux sont indéterminées et qu’elles va¬ 
rient selon les individus et selon les maladies. 

Il est on ne peut plus évident que si, selon M. Lefort, les quantités de 
phosphates normauj sont indéterminées, on ne puisse affirmer qu’elles 
varient. 

Telles sont. Monsieur le rédacteur, les réflexions que j’ai cru devoir 
ajouter à la lettre de M. Lefort. Quoi qu’il en soit, la question du phos¬ 
phore normal ne me semble devoir être résolue que quand les résultats 
des intéressantes recherches de MM. Lefort et Choisy seront acquis à la 
science. Car, on conçoit bien que si l’on voulait pousser la question jus¬ 
que dans ses dernières limites, on pourrait ajouter aux phosphates nor¬ 
maux susceptibles de fournir dans telles ou telles circonstances j du 
phosphore ou des composés oxygènes toxiques phosphorés, dits nor¬ 
maux, des sulfates, des chlorures, etc., normaux, capables de don¬ 
ner naissance dans telles ou telles circonstances, h du soufre, ou à du 
chlore, ou à d’autres combinaisons, alors normales, plus on moins toxi¬ 
ques, telles que les acides sulfurique, chlorhydrique, etç. Ne pourrait-on 
pas alors attaquer également la validité des conclusions affirmatives se 
rapportant aux empoisonnemens par ces substances ? 

Agréez, etc. E. Cottebeau, chimiste. 


ACADÉMIES, SOCIÉT ÉS SAVANTE S ET ASSOCIATIONS. 

SOCIÉTÉ DE CHIRURGIE DE PARIS. 

Séance du 7 Janvier 1852. — Présidence de M. Larbev. 

De la mort subite pendant les suites de couche. 

Il existe déjà dans la science des faits malheureusement assez nom¬ 
breux de mort survenant subitement pendant les suites de couches et 
au milieu de la santé apparente la plus parfaite, sans qao rien ait pu 
faire prévoir la possibilité de cette fatale terminaison. Dans la séance de 
ce jour, M. Robert a cité des observations de ce genre en demandant 
à M. Danyau de vouloir bien dire ce que son expérience avait pu lui 
apprendre sur ces faits quant h leur cause, quant h la possibilité de les 
prévoir et de les prévenir. Voici, du reste, la communication de M. Ro¬ 
bert. 

Dans ses relations de clientèle se trouvait une jeune femme âgée de 
25 ans, déjà deux fois mère, qui, impressionnée vivement par la crainte 
des événeuieus politiques, se décida à aller faire ses couches h Versail¬ 
les. Il y a dix jours elle fut très heureusement délivrée et rien de parti¬ 
culier ne survint; la santé était des plus satisfaisantes, lorsqu’au neu¬ 
vième jour, étant assise sur son lit et se disposant à prendre un repas, 
elle s’affaissa sur elle-même etinourut subitement sans qu’il fût possible 
de lui porter le moindre secours. 

Déjà M. Robert avait vu deux cas semblables : une jeune femme non 
primipare, morte au seizième jour, tandis que, encore couchée, elle 
s’occupait de soins de toilette.Une autre femme, mère aussi de plusieurs 
enfans, succombe de môme au seizième jour, air moment où elle allait 
prendre son déjeûner. 

Rien, dans aucun de ces trois cas, ne pouvait expliquer la mort; l’au¬ 
topsie, du reste, n’a pas été faite. 

Ces faits peuvent-ils être considérés comme de simple coïncidence; 
la mort est-elle déterminée par les modifications que l’état puerpéral 
fait naître dans l’organisme ; enfin a-t-on des faits suivis d’autopsie? Tels 
sont les points sur lesquels M. Robert prie M. Danyau de vouloir bien 
l’éclairer, 

M. Danyau répond que ces faits ne sont pas très rares; il a eu plu¬ 
sieurs fois la triste occasion de les observer. Cette année, il a en une 
mort de ce genre dans sa clientèle. Enfin M. Dubois, M. Moreau et M. 
Baudeloque en ont chacun vu un exemple. Voici le fait de M. Danyau : 
il a été appelé h accoucher la femme d’un notaire ; cette dame jouissait 
d’une excellente santé; son accouchement fut-simple et les suites natu¬ 
relles. Au vingtième jour, M. Danyau la visita vers onze heures du ma¬ 
tin; elle était un peu agitée et tourmentée pour deux motifs; un qui lu[ 
était personnel : elle avait reconnu qu’elle présentait un écartement de 
la ligne blanche ; et l’autre motif était puisé dans l’intérêt qu’elle por¬ 
tait à sa belle-mère, dont la santé laissait concevoir des inquiétudes. 

M. Danyau la quitta un peu tranquillisée et se disposant h déjeûner. 
Peu d’instans après, elle passa dans une -chambre voisine, et tout à 
coup elle se plaignit d’étouffer, et s’affaissant sur elle-même, elle mourut. 

L’autopsie fut faite, on ne trouva pas d’air dans les veines ni dans le 
cœur. Le seul fait qu’on nota après avoir Interrogé avec soin tous les 
organes, fut un peu de vascularisation du péricarde et la présence d’une 
cuillerée de sérosité limpide dans celte cavité. 

M. Danyau fait remarquer que la description qu’il a donnée de la 
manière dont succombent les malades peut être appliquée à tous 
- les cas connus ; c'est toujours de la même façon aussi rapide, aussi im¬ 
prévue; et quant aux lésions, elles paraissent, jusqu’à présent, devoir 
échapper aux investigations des anatomo-pathologistes. La malade dont 
i! vient de retracer l’histoire était d’un assez remarquable embonpoint; 
elle faisait peu d’exercice d’ordinaire, et sous l’influence de la marche 
éprouvait un peu d'oppression. Le cœur était un peu graisseux. Cette 
dernière disposition du cœur a, été notée en Angleterre comme pouvant 
prédisposer à ces morts subites, et il est assez remarquable que dans 
le volume des transactions qui contient un certain nombre d’exemples 
de mort subite par le fait de l’état graisseux du cœur, on trouve deux 
observations de femmes récemment accouchées. Mais hâtons-nous de dire 
qu’on ne saurait donner une grande valeur à cette appréciation de l’é¬ 
tiologie de cet accident. Ainsi une femme morte h la Maternité, dans des 
conditions analogues, était très maigre. 

Disons donc avec M. Danyau, en terminant, que sur ces faits, on en 
est encore réduit aux hypothèses. La mort est évidemment causée par 
une syncope poussée à l’extrême. 

On ne saurait attribuer la mort à l’introduction de l’air dans les veines 
utérines immédiatement après l’accouchement. Car dans ces cas, qui 
sont loin d’être encore bien jugés, on doit comprendre que la mort de¬ 
vrait être très rapprochée du moment de l’accouchement, 

M. Robert ajoute que, dans ces derniers temps, on s’est beaucoup 
occupé de l’état du sang chez les femmes enceintes, ne pourrait-on pas 
trouver, dans un état chloro-anémique du sang, une prédisposition à 
cette syncope finale ? Dans les faits qu’il a cités, il croit se rappeler que 
les femmes étaient dans un état chlorotique apparent. 

M. Danyau, dans l’observation qui lui est propre, assure que l’état 
général de la malade n’indiquait nullement la chlorose. 

Du reste, M. Danyau signale comme un des accidens fréquens de la 
grossesse, des syncopes plus ou moins fortes. Il les a rencontrées quel¬ 
quefois poussées à un degré extrême, et, néanmoins, les accouchemens 
n’ont été influencés en rien. Il cite, entre autres, une malade chez la¬ 
quelle les syncopes étalent si violentes, qu’elle se condamna volontaire¬ 
ment h ne pas quitter Ib lit pendant toute sa grossesse. Il n’y a donc 
aucun rapport entre ces syncopes et la syncope ultime dont il est ques¬ 
tion dans cette discussion. 

M. Boinet se demande si le fait d’être couché longtemps, ce qui, 
même chez les personnes en bonne santé, détermine des étourdlsse- 
mens, ne pourrait pas, chez des malades qui auraient perdu beaucoup 
de sang, jouer un rôle dans la production de la syncope mortelle ? 

A cette demande, on peut dire que les malades se levaient depuis plu¬ 
sieurs jours. 

Observation d'une nécrose étendue des os du crâne, suivie de 
l’élimination de larges portions de ces os. 

M. Larrey donne communication de l’intéressante observation sui- 














vanté, à laquelle, ainsi que nous l’avons dit, il avait fait allusion dans 
une précédente séance : 

Thomas Blackmann, qui servait alors {18/|5) en qualité de matelot à 
bord du navire le Mutine, à Sierra-Léone, se fit, en tombant de sa hau¬ 
teur sur le bord d’une marche en pierre, une plaie contase du péri- 
crâne. On ne soupçonna pas à cette époque que l’os fût lésé. 

En octobre de la même année 1845, quand nous vîmes pour la pre¬ 
mière fois le blessé à l’hôpital de la marine à Plymouth, il nous fut fa¬ 
cile d’abord de constater une dénudation considérable de l’os occipital. 
Peu après il se déclara une inflammation érysipélateuse qui envahit tout 
le cuir chevelu et la face, et se termina par de nombreux abcès sur di¬ 
vers points de la tête. La nécrose fit des progrès de plus en plus mar¬ 
qués; on vit sourdye de la matière purulente sous les os, et quand ceux- 
ci se séparèrent les uns des autres au niveau des sutures coronale et 
sagittale, les pulsations de la masse cérébrale devinrent très manifestes 
à la vue. 

En juillet 1846, le malade est évacué sur l’hôpital Melville, à Cha- 
tham. , 

Il serait presque superflu de retracer les progrès de la maladie pen¬ 
dant six années consécutives; qu’il nous suffise de noter ici les érysi¬ 
pèles fréquemment répétés dont la tête fut le siège, et qui s’accompa¬ 
gnaient souvent d’une, excitation fébrile. La santé générale du malade 
ne fut à aucune époque sensiblement altérée. On crut cependant, pour 
prévenir les effets fâcheux d’une irritation de longue durée et d’une 
abondante suppuration, devoir prescrire un régime analeptique [géné¬ 
rons üiet), avec addition d’une légère quantité de vin ou de bière. 

Il est à remarquer, dans le développement progressif de la nécrose 
ou de la carie (car ces deux sortes d’altérations coexistaient), que la 
maladie en quelques points attaquait simultanément les deux tables de 
l’os, et en d’autres la table externe seulement. Dans le premier cas, les 
os se séparaient de la dure-înère dans de larges portions ; dans le se¬ 
cond, au contraire, quand la table externe était seule attaquée, l’élimi¬ 
nation se faisait lentement et par fragmens plus petits. L’altération alors 
aboutissait plutôt à la carie. 

Le travail morbide se poursuit en ce moment encore dans les parties 
du crâne qui ont été épargnées jusqu’ici, et nous pouvons, à cette occa¬ 
sion, faire observer qu’il ne se manifeste nulle part le plus léger effort 
de régénération osseuse. - 

En considérant l’ensemble de la tête, on voit que les tégumens ont 
perdu leurs rapports normaux, et se sont concentrés en différens points 
Sous forme de masses Irrégulières ; que la nature, dans sa prévoyance, 
a revêtu la membrane fibreuse dénudée, d’une couche délicate et émi¬ 
nemment vasculaire, à travers laquelle il est facile de distinguer les pul¬ 
sations de l’encéphale. 

Un examen plus minutieux permet de reconnaître les divers degrés 
d’altération du crâne. 

Du côté droit, l’os frontal, le pariétal et la portion écailleuse du 
temporal ont subi une perte cfe substance dans l’étendue de cinq pouces 
carrés environ. L’os occipital tout entier, jusqu’à une petite distance du 
trou occipital, est détruit, sauf une portion centrale d’environ deux 
pouces carrés, qui est détachée, mobile, et manifestement en voie d’éli¬ 
mination. 

Du côté gpuche, une grande partie du frontal, du pariétal et du tem¬ 
poral subsiste encore ; mais le travail morbide y est fixé, comme le prou¬ 
vent les nombreux orifices qui donnent issue au pus, et à travers les¬ 
quels il est facile de constater l’existence de la carie. 

Une portion de chaque pariétal, à la partie postérieure, est conser¬ 
vée, ainsi qu’une très petite étendue de la convexité du crâne, à la ré¬ 
gion du vertex. 

On ne saurait espérer que le malade sera assez heureux pour résister 
aux.,elfets fâcheux qui succéderont inévitablement tôt ou tard h une des¬ 
truction complète des os du crâne. En ce moment, sa santé est très 
bonne et à peine altérée par les progrès du mal. Ce malade continue à 
être traité dans noire hôpital. 

Deux modèles en cire, faits avec un grand soin, ont été déposés, l’un 
à l’hôpital Ilaslar, l’autre au fort Pitt, h Chatam, Ils méritent de fixer 
l’attention des praticiens qui visitent ces établissemens. 

A la suite de cette communication, M. Lenoir cite plusieurs faits de 
déperdition d’une plus ou moins grande étendue des os du crâne, 

D'Éd. Labokie. 


16 

MÉLANGES. 

LES PLgi^EDRS ARABES. — D’api’ès les obsei’vations auxquelles M. 
Berbrugger, conservateur de la bibliothèque de la ville d’Alger, s’est 
livré, en parcourant les tribus arabes du Sahara, les puits artésiens qui 
alimentent les oasis du désert sont l’objet d’une Industrie fort intéres¬ 
sante, à laquelle se mêlent des pratiques religieuses qui ont pour but 
de rendre propices les génies gardiens des eaux. Ces puits se creusent 
d’abord h larges ouvertures ; on leur donne Irois mètres en carré et on les 
soutient par un barrage solide. 

Après les avoir appronfondis d’environ dix mètres, on les rétrécit h 
la largeur d’un mètre carré, et on descend ainsi jusqu’à la nappe d’eau 
qui se rencontre assez ordinairement à trente ou quarante mètres au- 
dessous du sol, sur les bords de l’Oued-flir. Mais l’eau ne prend pas 
d’abord son niveau ; elle reste à la moitié du puits, dont le fond est en¬ 
sablé. 

Pour enlever le sable qui s’oppose à l’élévation de l’eau, des plon¬ 
geurs de profession descendent sous l’eau, y travaillent jusqu’à six mi¬ 
nutes sans respirer, et remplissent ainsi des seaux qui sont remontés au 
jour. Trois seaux seulement peuvent être ainsi remplis dans l’espace 
d’une journée. Pour descendre sous l’eau, les plongeurs de l’Oued-Rir 
se bouchent les oreilles avec de la graisse, afin de protéger leur tympan 
contre la grande pression des couches d’eau inférieures. Mais ils ne se 
mettent rien dans les narines, comme on l’a dit h tort. Ils descendent 
ensuite dans le puits en se tenant à une corde fixée solidement le long 
d’une des parois et retenue au fond par une grosse pierre ; ils mettent 
un instant la tête sous l’eau, puis la ressortent immédiatement ; ils tousg 
sent, crachent et se mouchent, jusqu’à ce que les voies aériennes soient 
bien dégagées, puis, la tête renversée en arrière, la bouche à fleur d’eau^ 
ils inspirent et expirent lentement l’air atmosphérique. 

Après s’être bien assurés du jeu facile et régulier,des poumons, ils 
aspirent peu à peu le plus d’air qu’ils peuvent; leur provision faite, ils 
descendent rapidement dans la situation verticale le long de la corde. Ils 
restent sous Teau au moins cinq minutes trois secondes, et au plus six 
minutes cinq secondes. On sait que les pêcheurs de perles n’ont jamais 
dépassé quatre minutes, et que nos plongeurs les plus habiles ne sup¬ 
portent pas la privation d’air plus de deux minutes et demie. Les plon¬ 
geurs de l’Oued-Rlr meurent presque tous dans les puits ; leur santé 
s’altère promptement, et ils n’arrivent jamais à un âge très avancé. 


NOUVELLES. — FAITS DIVERS. 

PRIX DE I-INTERNAT. — division, médaille d'or, M. Mailly. 

Médaille d’argent. — M. Axenfeld. 

Mentions honorables. — MM. Triboulet et Piachaud. 

2"' division. — Médaille d’argent, M. Duménil. 

Accessit {livres). — M. Laboulbène. 

Mentions honorables, — MM. Maingault et Grau. 

PRIX DE L’EXTERMAT. — Pna; : M, Caron (Edmond-Charles). 

Accessit : M. Henry (Alfred). 

Mentions honorables : MM. Marsé et Zapfle. 

HOPITAUX. — De nombreuses mutations viennent d’avoir lieu dans le 
personnel médical des hôpitaux, par suite du décès de MM. Beaudeloc- 
que et Honoré, et de la création d’une place de médecin h l’hôpital des 
Enfans malades. 

M. Bouvier, médecin de l’hôpital Beaujon, est nommé médecin de 
l’hôpital des Enfans malades, en remplacement de M. Baudelocque, 
décédé. 

M. Gillette, médecin de la Salpétrière, est nommé médecin de l’hô¬ 
pital des Enfans malades. 

M. le professeur Requin, médecin de l’hôpital de la Pitié, est nommé 
médecin de l’Hôtel-Dieu, en remplacement de M. Honoré, décédé. 

M. Valleix, médecin de l’hôpital Beaujon, est nommé médecin de l’hô¬ 
pital de la Pitié, en remplacement de M. Requin. 

M. Grisolle, médecin de l’hôpital St-Antoine, est nommé médecin de 
l’hôpital Beaujon, en remplacement de M. Bouvier. 

M. Barth, médecin de l'hôpital St-Antoine, est nommé médecin de 
l’hôpital Beaujon, en remplacement de M. Valleix. 

M. Guéneau de Mussy (Noël), médecin de l’hôpital Ste-Marguerite, 
est nommé médecin de l’hôpital St-Antoine, en remplacement de M. Gri¬ 
solle. 

M. Vernois, médecin de l’hôpital Bon-Secours, est nommé médecin 
de l’hôpital St-Antoine, en remplacement de M. Barth. 


' M. Barthez de Marmorières, médecin de l’hôpital de Lourcine, est 
nommé médecin de l’hôpital de Sainte-Marguerite, en remplacement de 
M. Guéneau de Mussy. 

M. Pidoux, médecin de l’hospice La Rochefoucault, est nommé méde¬ 
cin de l’hôpital Bon-Secours, en remplacement de M. Vernois. 

M. Cazalis, médecin de l’institution de Ste-Perrine, est nommé méde¬ 
cin de l’hospice de la Vieillesse (femmes), en remplacement de M. Gil. 
lette. 

M. Tardieu, médecin de la surveillance du traitement de la teigne, 
est nommé médecin de La Rochefoucauld, en remplacement de M. Pj. 
doux. 

Il reste h pourvoir h trois places de médecin, une h La Rochefoucauld, 
une à Sainte-Périnne, une au traitement des teigneux, pour lesquelles 
M. le docteur Legendre, M. le docteur Becquerel et M. le docteur 
Bouchut, Inédecins du bureau central, ont été désignés, et dont la no¬ 
mination est soumise en ce moment h l’agrément du ministre. 

GOXGODBS DE L’EXTERNAT. — Ont été nommés élèves externes en 
médecine et en chirurgie des hôpitaux les cent quatre-vingt-dix élèves 
dont les noms suivent : 

MM. Dumoux-Pallier, Billard, Colin, Devalz, Grelet de Florelle, Dé¬ 
cès, Mancel, Bourgarel, Charnal, De Castro y Berraudez, André, Par- 
rot, Salone, Parisot, Leurché, Lecorney, Leunda, Prévost, Legros, Bou- 
lay, Lallemand, Blaevoët, Boudet, Morel (Armand), Petit (Camille), 
Giuchaid, Letellier, Binet, Deschamps, Guyot-Léger (Ernest), Heurot, 
Sarazin, Besnier, Davesne, Dubresay, Leonardi, Chalvon, Daquin, Lo- 
rut, Bercioux, Mahieu, Carton, Pestel, Poisson, Rousseau, Agazzoli, 
Mercier (Zéphirin), Gabriac, Grandvillîers, Kœcklin, Mercier (Jean)’ 
Molland, Gouriet, Mollard, Bouvyer, Lhonneur, Pineau, Ramond, Gla- 
tigny, Aubrié, Leroy, Liégeois, Clairin, Fayan, Martin (Ernest), Gé¬ 
rard, Pottelain, Wieland, Pain, Barraud, Gleize, Guyot (Charles), Ne- 
veu de Rotrie, Couty de la Pommerais, Jnillard, Denover, Huguet, Le¬ 
roux, Lobligeois, Vigouroux, Deroque, Guérin (Théophile), Moineau, 
Devouges, Batailley, Masgana; Méaule, Lacollay, Chenu, Délayé, Del- 
bet, Desprez, Sirost, Suque, Bizet, Cazave, Doudement, Legendre, Le¬ 
lièvre, Lefébure, Lepaulmier, Rigal, Brunet (Jacques-Léon), Langlois, * 
Jessé, Petit (Alfred), Roudanez, Delord, Leudet, Royer, Aufray, Maître f 
Topinard, Amelot, Remy (Eugène), Rossignol, Nadaud, Desylets, Brun| ' 
Rocque, Desbons, Trotignan, (Maurel (Henri), Moretin, Cady, Fessard, l 
Fourrier, Grasset, Michon, Marcy, Guiilabert, Avia, Gilbrin, Gilles de 
la Tourette, Faray, Regnier, Fouchu-Servinières, Destouches, Dieder, 
Connétable, Martin (François), Duver, Bezine, Fossard, Vivien, Fauvel. 
Baudin, Gager, Lequoy, de Madaillon de Montatesso, Dhôtel, Fenerly, 
Robert, Laborie, Valéry, Bizerné, Muller, Violette, Champetier’ 
Guyonnar, Dumeny, Carrère, Fêvre, Roussel (Adolphe), Tassel, Weill, 
Remy (Al.), Tillot, Foley, Dartigaud, Lenoir, Fouriaux, Sylvestre, Bo- 
dereau, Chanet, Ganidel, Cominal, Dehous, Bader, Gourdeau, Perri- 
quet, Milet (Eugène), Favardin, Peton dit Bulme, Cramoisv, Ferriès, 
Houreau, Gavasse, Lajoye, Sailly, Hévin. 

— On lit dans la Gazette de Gênes : 

« Le conseil général de santé maritime de Gênes vient de décider 
qu’il adopterait les décisions du congrès sanitaire international de Paris. 

En conséquence, il admettra en libre pratique dans les ports sardes les 
provenances du Levant avec patente nette, quand le navire aura eu huit 
jours de traversée et un médecin h bord, ou dix jours de traversée sans 
médecin ; le conseil se conformera aussi aux termes de quarantaine dé¬ 
terminés par ledit congrès à l’égard de la peste, de la fièvre jaune et.dii 
choléra-morbus. 

Enfin il a décidé que l’admission en libre pratique desdites provenances 
serait précédée de la visite d’un médecin qui constaterait la bonne santé 
de toutes les personnes à bord des navires venant du Levant avec pa¬ 
tente nette. Celle dernière disposition serait suivie jusqu’à la publica¬ 
tion du règlement international définitif. 

SOCIÉTÉS SAVANTES. — La Société médico-pratique, qui lient ses 
séances à l’Hôtel-de-Ville les second et quatrième lundis de chaque mois, 
vient de constituer son bureau pour l’année 1852. Elle a nommé : 

MM. Trêves, président; 

Ameuille, vice-président ; 

Michéa, secrétaire général ; 

Perrin, secrétaire annuel ; 

Janin, trésorier; 

Smith, secrétaire trésorier; 

Charrier et Hubert-Valleroux, référendaires ; 

Tessereau, Banche et Gaide, membres de la commission de ou- 
blication. <■ 

La Société rappelle qu’elle décernera, au mois de mai, un prix de 
300 fr. au meilleur mémoire qui lui sera envoyé avant le 31 mars, en 
réponse à cette question : 

« De l’huile de foie de morue et de son usage en médecine. » 


Le gérant, Richelot. 


TRAITÉ MALADIE VÉHÊRIEHNE 

par J. Hbnter, traduit de l’anglais par le docteur G. Riciieiot, 
avec des notes et des additions par le docteur Pli. Ricord, clii- 
rurgieu de l’Iiôpital des Vénériens, membre de l’Académie de 
médecine, etc., accompagnée de 9 planclies.-^Deuxième édition, 
revue, corrigée et augmentée. Paris, 1852. — Prix : 9 fr. 

Chez J.-B. Baillière, libraire de l’Académie de médecine. 

eTüD.6...i» MALADIES DES FEMMES 

qu’on observe le plus fréquemment dans la pratique; parle d'' 
Alexis Favrot. — Un volume in-8“ de 423 pages. Prix 6 Ir.— 
Librairie médicale de Germer Baillière,rue del’Ecole-=de-Méde- 

Les maladies décrites dans le livre de M. Favrot sont : les 
affections des organes génitaux externes. — Le phlegmon.— Les 
éruptions de toutes sortes qui sont si communes et si rebelles. 
— Viennent ensuite les Cux divers du canal vulvo-utérin. — 
Quelques faits curieux d’introduction de corps étrangers. — Les 
granulations et les ulcérations du col de la matrice.— Une dis¬ 
cussion sur la question encore si obscure des engorgemens et des 
déviations.— Enfin une dernièresection est consacrée à l’examen 
des kystes et des corps fibreux de l’ovaire. 


TRAITÉ 

f élteelion eaieuieusc du Foie et du Faucréas 

(avec cinq planches lithographiées) ; 

Par V.-A. Fauconneau-Dufresne, 

Docteur en médecine de la Faculté de Paris , médecin des épidé¬ 
mies, des bureaux de bienfaisance et des crèches, membre de 
la Société de médecine de Paris, chev. de la Légion-d’Honneur. 
Un vol. format anglais. — Prix : 4 fr. 50 c. 

Paris, cliez Victor Masson, libraire, rue de t’EcoIe-de-Méde- 
(tpe, 17, et (fêos l«s hureaux de Wnion Médicale. 


TRAITÉ PRATIQUE Sïi’UTÉRüS, 

de son col et de ses annexes; par le docteur J.-H. Bennet, an¬ 
cien interne des hôpitaux de Paris, membre du Collège royal des 
médecins, et médecin-accoucheur du dispensaire général de 
l’Ouest à Londres ; traduit de l’anglais, sur la sgponde édition, 
par le docteur F.-A. Aran, ancien interne-lauréat des hôpitaux. 
1850. Un volume in-8" de plus de 400 pages, avec des gravures 
sur bois, intercalées dans le texte, et un formulaire thérapeuti¬ 
que spécial. — Prix : 6 fr. 

Table des chapitres .-Anatomie et pliysiologie de l'utérus; bu 
et division de l’ouvrage. — Inflammation du corps de Futérus, 
hors l’état de gestation (métrile aiguë , chronique, interne). — 
Inflammation et abcès des annexes de l’utérus. — Pathologie 
générale de l’inflammation, de l’ulcération et de l’hypertrophie 
du col de l’utérus. — Inflammation et ulcération du col de l’uté¬ 
rus, chez les filles vierges. — Pendant la grossesse. — Pendant 
et après l’aceouchement. Dans un âge avancé. — Dans le cas 
de polypes et de tumeurs fibreuses. — Inflammation du vagin 
et de la vulve. — Rapports entre l’inflammation et les troubles 
fonctionnels de l’utérus. — Diagnostic du cancer de Futérus.— 
Traitement de l’inflammation de Futérus, de son col et de ses 
annexes. — Appenbice -. méthodes d’exploration de Futérus et 
de ses annexes. — Formulaire thérapeutique. 

Chez Labé, libraire, place de FEcole-de-Médecine; 4. 

LDGALISATI0N..„..«..s CÉRÉBRALES 

ET DE LA FOLIE ; Mémoire sur le Tournis; Mémoire sur la 
Paralysie des aliénés; par le docteur Beiho.hme, directeur d’un 
Etablissement d’aliénés, etc., etc. 

Un fort volume In-S" de 850 pages. Prix : 15 fr. 

En vente chez Germer-Baillière,17, r. de FEcole-de Médecine . 

PRIKOIPES DE MÉDECINE Bilhnc -, tra¬ 
duction française sur la 4e édition; par le docteur Achille Che- 
REAu. — Un vol. in-8». Prix : 5 fr. 

f Chez Victor Masson , 17, rue del’Ecolç-dc-Médecine. 



cesse d'être considéré comme remède secret. 

Les deux Académies ont déclaré que : « les expériences 
ont eu UN PLEIN succès. Le Konsso est plus facile à prendre 
et surtout plus effiace que tous les autres moyens. Il es’ 


A la pharmacie de PHILIPPE, snceesseur de Lararraque, 
rp St-Martin, 125, àParis.—(DocMinens officiels et Instruc- 
tion avec chaque dose -, à part 1 franc. Expédition; affranchir.) 


mmn de santé du ley, 

Avenue Montaigne, n» 45 (ancienne allée des Veuves), 
Cet établissement, fondé depuis 25 ans, est destiné aux trai- 
temens des maladies aiguës et chroniques, aux opérations chi¬ 
rurgicales et aux accouchemens, vient d’ajouter aux bains de 
toute espèce que l’on y trouve, l’application de la méthode hy¬ 
drothérapique. MM. les docteurs pourront suivre et diriger 
comme ils le jugeront convenable l’emploi de ce moyen.— Vaste 
jardin. Le prix de la pension est modéré. Les malades y sont 
traités par les médecins de leur choix. 


PAIN FERRUGINEUX deroüet-'boÎssière, 

Un rapport de l’Académie, du 30 avril 1841, constate que, dans 
celte préparation, le sel de fer n’est point altéré, et que c’est le 
traitement le plus sûr et le plus commode. — Pharmacie Pre¬ 
mier, rue Saint-Honoré, 276, à Paris, 


WICKHAM et HART, chirurg.-her- 
maires,brev.,r, St-Honoré, 257, à Paris, 
à vis de pression, sans sous-cuisses, et ne comprimantpas les han¬ 
ches; ceintures hypogastriques et ombilicales.—Suspensoirs, etc. 


l.’ACAtïiiMïiî ffliiE MKMKCÏSK a décidé (séance du 
» 13 août 1850) ; O que le procédé de conservation de ces Pilules 
» offrant de grands avantages, serait publié dans le Bul- 
» lettn de ses travaux, n 

Les principaux ouvrages de médecine indiquent Fiodure de 
fer contre la chlorose , la leucorrhée, Famenorrhée, diffé¬ 
rens accidens de la syphilis coNSTiinTiONNECLE, les affections 
SCROFULEUSES et TUBERCULEUSES. (M. Dupasquier et autres pra- 
ticiensdistinguésonl constaté son efficacité contrôla phthisie.) 
•C’est un excellent fortifiant pour les personnes faibles, lympha 
tiques ou épuisées. 

- de fer impur ou altéré est un médicament 

infidèle et quelquefois dangereux, par suite de ta présence 
de l iode libre. Le médecin pourra toujours s’assurer de la 
pureté de ces pilules au moyen du cachet d’argent réactif 
qui est fixé à la partie inférieure du bouchon. 

Exiger le cacher d argent réactif et la signature. 

PRIX : 4 FB. LE FLACON 
Chez bijANCAru, pharma.1 
cien,rue de Seine, n» 51, à Paris, 
etdanstouteslesbonnespharinacics. 


PARIS. — TYPOGRAPHIE FÉLIX BALTESTE ET COBB,, 

Rue des Detix-p-’rtes-Sl’fiattvcur, 22, 







































rfoin^ VI*— TV" 

PRIX DE L’ABONNNEMENT : 

6 Mois. 17 

3 Mois. 9 

Tour l’Étranger, où le port est 

6 Mois. 20 Fr. 

1 An. “7 

POU, PEspagne et le Portugal 

6 Mois. 40 


SIIXIÈ91E! .AWWÉE* 


Mardfi 13 «laiivier fS53. 


L UNION MÉDICALE 

JOURNAL DES INTÉRÊTS SCIENTIFIQUES ET PRATIQUES, MORAUX ET PROFESSIONNELS 


DU CORPS MEDICAL. 


BUREAUX D'ABONNEMENT: 

Bue du Eauboui'g-Aloutuiartre', 
îi» 56. 

DANS LES DÉPAHTEMENSÎ 
Chez les principaux Libraires. 

On s’abonne aussi. 

Dans tous les Bureaux de Poste, et des 
Messageries Nationales et Générales. 


Ce Journal paraît trois.fois par semaine, le IHABDI, le JEC»I et le SABEDI. 

Tout ce qui concerne la Rédaction doit être adressé aux Bureaux du Journal, à M. le Docteur Anicitéc e.«.toiib, Rédacteur en chef; tout ce qui concerne l’Administration, à M. le Gérant, 

Les Lettres et Paquets doivent être affranchis. 


goMîiiAIM, — I. Paris : Institution de comités d’hygiène dans lesarrondis- 
semens de Paris. — II. Ciiniqde MÉnicAtE : Des indices de la phthisie pulmo¬ 
naire chez l’enfant en bas-âge. — 111. Clinique des départemens : Observation 
i,ggg _IV. Presse médicale (journaux espagnols) : De l’intoxication sa¬ 

turnine observée chez les mineurs de la Sierra de Gador, comparée avec celle qu’on 
observe chez les fabricans des diverses préparations de plomb'. — V. Nouvelles 
ET Faits divers.— VI. Feuilleton : Voyage pharmaceutique à l’exposition uni¬ 
verselle de Londres (tin). 


PARIS, LE 12 JAKVIER 1852. 

j institution dus comités D’HYGIËNE dans les arbondissemens 
DE PARIS. 

I / Un décret a paru depuis peu de j’ours, pour instituer des co- 
1- mités d’hygiène dans chacun des arrondissemens de Paris. Par 
suite de cette organisation, le conseil de salubrité, siégeant à 
I la Préfecture de Police, prend le titre de Conseil d’hygiène 

' publique et de salubrité, et forme le comité central des comi¬ 

tés d’hygiène rayonnant autour de lui. 

Cétte nécessité de fonder des comités d'hygiène en France, 
pour veiller à la santé publique, pour signaler tout ce qui 
pourrait lui nuire, pour indiquer à l’autorité les moyens de 
corriger l’insalubrité, avait été comprise, il y trois ans. Le 18 
décembre 1848, il parut en effet un décret, qui institua des 
I comités d’hygiène dans les départemens, mais ne toucha pas à 
1 l’organisation hygiénique de la capitale. Le conseil de salu- 
^ brité paraissait devoir suffire à tout et répondre aux besoins 
d’une ville aussi grande que celle qui comprend avec la ban¬ 
lieue, tout le département de la Seine. A Paris, cependant, les 
I arpondissemens sont des villes importantes. Le conseil de 

I salubrité, sans être insuffisant (on sait les services qu’il a 

; rendus), a besoin de s’appuyer sur des auxiliaires. Ces auxi- 

; liaires lui sont attribués par les comités d’arrondissement. 

L’organisation est donc complète aujourd’hui. Paris est orga- 
!; nisé comme la France ; l’unité règne dans ce vaste réseau de 

i sociétés d’hygiène qui couvre tous les départemens. Mais cela 

" ne suffit pas ; il faut aussi que la machine fonctionne pour le 

but assigné par son institution ; il faut qu’elle rende les ser¬ 
vices qu’attepdent d’elle le pays et le pouvoir. 

< La France a un grand besoin de ces comités d’hygiène qui 
doivent être en même temps des comités de surveillance et 
d’initiative ; de surveillance, pour veiller à l’exécution des rè- 
glemens de salubrité ; d’initiative, pour proposer les amélio¬ 
rations utiles ou indispensables aux conditions hygiéniques 
des lieux, et par conséquent au bien-être matériel des popu- 


.lations. Mais si là province a sous ce rapport des besoins in¬ 
contestables, croit-on que Paris en soit exempt? Les pavés de 
ses rues sont bien tenus ; les tiisttoirs s’élargissent partout ; 
les voies étroites sont agrandies ; des rectifications s’opèrent 
sur tous les points. Ainsi, l’air circule facilement dans la ville, 
et l’humidité ne persiste pas longtemps sur le sol parisien. 
C’est vrai; les améliorations ont été nombreuses dans ces der¬ 
niers temps; le Paris nouveau ne ressemble plus à celui d’il y 
a cinquante ans. Mais, si sa physionomie est changée, ses 
traits se retrouvent encore. Qu’on visite, en effet, les arron¬ 
dissemens habités par la classe pauvre, on y trouve des culs- 
de-sac, des ruelles ; et, sur ces voies étroites et malsaines où 
l’air épaissi ne permet qu’un jour douteux aux fenêtres qui- 
s’ouvrent sur elles, des maisons de chétive apparence, dans 
lesquelles vit et respire une population entassée. 

Depuis qu’on s’occupe sérieusement d’améliorer la situation 
du pauvre, quelques-unes de ces maisons signalées comme des 
foyers de maladies en temps ordinaire, et comme pouvant de¬ 
venir des foyers d’une influence bien plus redoutable en 
temps d’épidémie, quelques-unes de ces maisons ont été sup¬ 
primées. Les propyétaires ont été forcés à jeter bas ces cloa¬ 
ques pour les relever dans des conditions qui ne fissent pas 
expier aux locataires une imprudence imposée par la néces¬ 
sité. Le conseil de salubrité, tel qu’il était organisé autre¬ 
fois, pouvait signaler encore tous ces repaires d’insalubrité 
et en débarrasser le pavé de Paris. Mais, surchargé de recher¬ 
ches, d’analyses, de travaux de plus d’un genre, il est impor¬ 
tant qu’il puisse s’appuyer sur les comités d’arrondissement, 
car ceux-ci, dans bien des circonstances, peuvent faire mieux 
qu’il ne ferait lui-même. 

En effet, les comités pris dans un arrondissement connais¬ 
sent la circonscription de leur marie et sont connus de la po¬ 
pulation. Ils peuvent, par conséquent, se livrer à des recher¬ 
ches, à des investigations sans être arrêtés par des obstacles 
que trouveraient devant eux des fonctionnaires étrangers et 
d’un ordre plus élevé. Pour les questions d’hygiène publique 
et de salubrité, il y a des difficultés sans nombre. Ce n’est pas 
en parcourant la voie publique qu’on peut les résoudre, il faut 
aussi pénétrer dans les maisons, dans les pauvres ménages, et 
y prendre des renseignemens que ceux à qui on les demande, hési¬ 
tent souvent à donner. Avec des fonctionnaires connus, honorés 
et dont chacun sait le nom, ces obstacles naturels disparais¬ 
sent. Par la confiance, les inconvéniens disparaissent et la vé¬ 
rité se fait jour aux yeux"de ceux qui ont assez de zèle pour la 


chercher. L’institution des comités d’arrondissement est donc 
une institution d’une grande utilité. Par leurs concours, ils 
simplifieront les questiorts, ils faciliteront les problèmes sur 
lesquels une autorité plus haute sera appelée à décider. Si le 
bienfait.de cette création ne se dessine pas au bout de quelque 
temps, ce ne sera pas sa faute assurément, ce sera celle des 
circonstances et des hommes. 

Celle des hommes, nous ne la mettrons pas en suspicion ; 
nous croyons au zèle de ceux qui seront appelés d former ces 
comités, comme nous croyons à l’habileté des choix du gouver¬ 
nement qui n’investira de ces fonctions de haute édilité que 
des hommes reconnus capables. Mais, les circonstances, les 
conditions peuvent ne pas être assez favorables pour donner 
des résultats utiles. Ce que nous entendons par conditions, le 
voici : 

Il y a quelque chose qui s’appelle le nerf de la guerre. Ce 
nerf de la guerre s’applique à tous les genres de combats que 
l’intelligence humaine livre à l’inconnu. Sans argent, on ne 
peut rien faire. L’intelligence et la volonté sont prises dans un 
réseau de liens au milieu desquels ces facultés, si brillantes 
quand elles sont libres, s’agitent impatiemment sans pduvoir 
s’en affranchir. Quand les comités d’hygiène furent institués 
en province, il n’y eut qu’un seul département qui comprit 
cette impérieuse nécessité : ce fut le Pas-de-Calais, dont le 
conseil général vota 12,000 f. pour servir de fonds d’allocation 
au comité, pour ses recherches et ses voyages. Que fera la mu¬ 
nicipalité deParis’Ne devra-t-elle pas s’imposer afin d’éviter 
aux membres des comités des dépenses personnelles qu’on 
supporte d’abord par patriotisme, mais qu’on n’accépte pas 
longtemps? Ne faudrait-il pas aussi que des inspecteurs nom¬ 
més dans chaque arrondissement s’occupassent particulière¬ 
ment des recherches â faire et des questions à préparer, pour 
éviter les pertes de temps et d’autres embarras toujours plus 
nombreux qu’on ne pense? Et ces fonctionnaires, remplissant 
une fonction sérieuse, et des plus utiles, •ne mériteraient-ils 
pas un traitément, puisque leur travail serait à peu près per¬ 
manent? 

Nous nous bornons à montrer ce qu’il nous semble qu’on 
doit faire, car nous désirons plus que personne, et parce que 
nous connaissons l’importance du bien-être des populations 
sur leur état moral, que l’institution des comités ne soit pas 
une lettre-morte, mais une innovation qui tienne ce qu’elle 
promet. 

Dr Éd. Carrière. 


Feiollleton* 

: VOYAGE PHARMACEUTIQUE A L’EXPOSITION UNIVERSELLE DE 

i LONDRES. 

( Suite et fin. — Voir les numéros des 16, 18, 23, 25, 30 décembre et 6 janvier.) 

’ OBJETS DIVERS (iNCERTÆ SEDIS). 

Conserves alimentaires. — Il y avait à l’exposition des conserves de 
viandes, de poissons, de légumes obtenues par des méthodes différentes, 
et provenant de diff’érens pays. Le spécimen le plus propre h frapper 
! les yeux était un gros porc conservé entier, et figurant ^ l’e.xposition sur 
ses pattes avec tous ses organes, moins cependant les soies. Mais ce 
qu’il y avait de plus intéressant par la nouveauté, c’étaient les conserves 
de légumes de notre compatriote Masson, jardinier, eff chef de la So¬ 
ciété nationale d’agriculture. Les légumes, choux, épinards, céleri, ra¬ 
cines, etc., sont desséchés à l’étuve à une température de i8“, ce qui 
leur fait perdre les 78/100 de leur poids. Dans cet état, ils sont soumis à 
I la presse hydraulique qui les amène à une densité de 550 à 600 kilog. 

au mètre cube. Sous cette forme de tourteaux, les légumes se conser- 
r vent facilement et reprennent leur poids, leur odeur, leur saveur et 
l- même leur forme par une immersion dans l’eau chaude qui doit précé- 

[ der la cuisson. Cuits, ils semblent avoir été préparés à l’état frais, ils en 

ont toutes les qualités. On comprend, sans autres réflexions de notre 
part, toute l’importance de l’industrie créée par M. Masson, sur laquelle, 
du reste, les Sociétés savantes et des commissions spéciales ont pro¬ 
noncé après expérimentation. 

A propos de conserves, nous dirons, à la satisfaction des botanistes, 
que nous avons vu des spécimens de fleurs, voire même de plantes 
grasses conservées avec leurs formes naturelles par des procédés que, 
malheureusement, les auteurs ne font pas connaître. Mais c’est déjà 
’ quelque chose que de savoir que l’on est sur la voie de la conservation 

^ des plantes avec tous leurs caractères botaniques. Les procédés ne tar- 

J fieront sans doute pas à être vulgarisés. Il y avait des spécimens de plu¬ 


sieurs exposans anglais, dont un, en outre, avait exposé des plantes 
anatomisées. Un exposant français, M. Sœhné, avait envoyé des fleurs de 
dalhias. M. Lecoq, de Clermont, déjà nommé pour ses poteries eu kao¬ 
lin rose, et M. Cooke, de Londres, avaient l’un et l’autre exposé de pe¬ 
tites serres portatives, miniatures fort coquettes et fort ingénieuses. 

Éponges métalliques. — M. Chénot, depuis longues années, et avec 
une persévérance qui n’appartient qu’aux inventeurs qui veulent arriver, 
quoi qu’il puisse advenir pour eux et leur fortune, h doter l’industrie 
d’immenses ressources, poursuit un problème dont la résolution prati-„ 
que commence. M. Chénot est arrivé à calciner les minerais de fer,- 
pour ne parler que de ceux-là, et à les réduire à l’état métallique sans, 
les fondre. Le produit est poreux et comme spongieux. Le fer, ainsi 
réduit, se'trouve dans un état on ne peut plus favorable pour sa réoxy¬ 
dation ; si donc on pulvérise ces éponges et qu’on en mêle la poudre 
avec des fragmens de pierre ou de minéraux de différentes natures, et 
qu’avec de l’eau on fasse une pâte ferme du tout, au bout de quelque 
temps on aura des produits de la plus grande dureté, on aura, autre¬ 
ment dit, reconstitué les roches primitives en en dirigeant à volonté les 
teintes, et, si nous pouvons bien commettre ce mot, le mosaïsage. On 
peut donner à ces mélanges la forme de briques, de dalles, de meubles, 
et les polir à la manière du marbre, du porphyre, etc. Cette invention 
intéresse donc non seulement les arts et l’industrie, mais aussi l’hygiène 
des habitations. La pondre d’éponge de fer a été appliquée avec suc¬ 
cès par feu Marjolin sur. des plaies de mauvaise nature. Mais cette expé¬ 
rimentation aurait besoin d’être faite avec plus d’ardeur que n’en.pou¬ 
vait mettre le célèbre professeur dans les derniers instans de sa vie. 

Le fer, sous certains états, est, on le sait, un excellent antiseptique. 
Il faut attribue'r celte propriété h une action chimique. 

Wasserglass (en français eau- verre.) Tel est le nom allemand d’une 
invention de même ordre que celle dont nous venons de nous entrete¬ 
nir. L’exposant est un chimiste allemand bien connu, M. Anthon, ce 
qui doit dissiper toute crainte de mystification ou de charlatanerie. La 
brochure en attribue d’ailleurs la découverte à M. Fuchs, professeur 


de chimie à l’université de Munden. Le produit qui constitue celte iu- 
vention est un silicate de potasse, c’est-à-dire du verre, mais dans des 
conditions particulières. Ainsi, il est sous forme de pâte ou de gelée, 
forme qu’il conserve jusqu’au moment où, pour l’employer, l’étendre sur 
les objets que l’on veut vitrifier, on le mêle avec de l’eau, alors il se so¬ 
lidifie et devient comme le verre ordinaire, inaltérable aux agents ex¬ 
térieurs. On voit, par ce simple exposé, toutes les applications dont le 
wasserglass est susceptible. 11 peut, en effet, servir h enduire les bois de 
ïohstruçtion et les rendre incombustibles, à les vitrifier à l’extérieur et 
les garantir, de l’humidité ambiante et conséquemment de la moisissure; 
à délayer les couleurs en place d’huile et d’essence; comme vernis pour 
les poteries, les papiers de tenture, les statues en plâtre, les murailles ; 
à préserver les métaux de la rouille ; comme mastic, à composer des 
pierres artificielles, etc. Le wasserglass intéresse donc aussi l’hygiène 
publique. 

Sangsues mécaniques. Ily en avait de France, d’Angleterre, d’Alle¬ 
magne, de Russie et peut-êire d’ailleurs encore. Le problème de la 
substitution d’un mécanisme hjla succion de la sangsue est-il résolu ? 
La pratique de ces divers instruihens seule pourra le dire. Les sang¬ 
sues mécaniques de M. Alexandre. 'de Paris, qui semblaient cependant 
bien parfaites, ne paraissent pas faire ,de progrès dans la pratique. En 
sera-t-il de même des sangsues artificielles de MM. Khussmann et 
Georgi, qui viennent d’être l’objet d’un rapport favorable à l’Académie 
de médecine ! 

Piline et spongiopiline de M. Markwick, de Londres. Tissus spon¬ 
gieux qui, imbibés de liquides émolliens, astringens, résolutifs, etc., 
remplacent les cataplasmes ordinaires. — Cercueil hermétique pour 
la conservation intacte des cadavres. Invention américaine sur le mé¬ 
rite de laquelle uous serions embarrassé de nous prononcer. — Inha¬ 
lateur, de M. Noggerath, de Bruxelles. Instrument pour introduire par 
les voies aériennes des vapeurs résineuses. — Canne de promenade , 
contenant tout un nécessaire de malade ou de médecin, seringue, for¬ 
ceps, boîte de pilules et autres médicamens, boîte d’allumettes. Voilà 




































iS 


CLINIQUE MÉDICALE. 

Hôpital Necker. — Leçons cliniques de M. Natalis Gbillot. 

DES liVDIGES DE LA PHTHISIE PULMONAIRE CHEZ L’ENFANT EN 
BAS-AGE. 

II y a eu depuis douze jours, dans la salle des enfans^ un 
petit garçon pâle et maigre, âgé d’un an, sans une seule dent, 
et ayant été fort mal nourri depuis sa naissance. La poitrine 
était étroite et paraissait l’être encore plus en raison du déve¬ 
loppement de l’abdomen qui était tendu et rénitent. Des gaz 
et des matières fécales remplissaient évidemment l’intérieur 
du canal digestif. Les matières rendues par l’anus étaient 
vertes et diarrhéiques. 

L’enfant toussait, et l’examen de la poitrine fournissait les ca¬ 
ractères suivans : diminution de la sonoréité du côté gauche du 
thorax, comparé au côté droit; râle crépitant, diffus des deux 
côtés; pas de souffle dans l’inspiration ni dans l’expiration. A 
part quelques râles humides perçus vers le niveau des grosses 
bronches, on ne distinguait pas de gargouillement. 

La mère de cet enfant fut également l’objet d’un examen 
attentif. Elle n’avait pas allaité son enfant qui, bien que confié 
à une nourrice de campagne, n’en avait pas moins dépéri. 

Depuis sa grossesse, cette femme n’a pas de règles ; elle était 
fort irrégulièrement menstruée auparavant, et l’écoulement 
sanguin était fort peu abondant. Elle est pâle, maigre, sujette 
à des sueurs nocturnes, a des mouvemens fébriles tous les 
soirs; elle tousse constamment et crache du pus. Elle a eu des 
hémoptysies. 

Le sommet de la poitrine est mat de chaque côté, en ar¬ 
rière et en plusieurs points. Sous les clavicules, la voix reten¬ 
tit, et, à droite surtout, la pectoriloquie, le gargouillement et 
une respiration amphorique très prononcée, annoncent la pré¬ 
sence d’une vaste caverne. Cette femme, dont l’âge est de 24 
ans, est manifestement phthisique. 

Recherchons maintenant comment, à l’aide des diverses cir¬ 
constances signalées, on a pu établir le diagnostic de la phthi¬ 
sie pulmonaire chez cet enfant en particulier, et comment on 
peut être conduit à reconnaître la phthisie chez les nouveau- 
nés en général. 

Quoique fréquente, si j’en juge parles nombreuses observa¬ 
tions que j ai recueillies tant à l’hospice des Enfans-Trouvés 
que dans les salles de cet hôpital, la phthisie ne me semble pas 
avoir été 1 objet d etudes suffisantes de la part des observa¬ 
teurs qui se sont occupés des premières années de l’enfance. 
Difficiles à saisir pendant la vie, les caractères de cette mala¬ 
die n apparaissent souvent qu’après la mort, lorsqu’on en 
cherche les traces sur la matière. 

L enfant dont il est ici question offre une preuve de cette 
difficulté. Il est mort hier, et les organes respiratoires, placés 
sous nos yeux, font reconnnaître dans les poumons deux or¬ 
dres de lésions appartenant à deux ordres de détails morbides 
différons. 

D’une part, congestion des lobules pulmonaires, coloration 
irrégulière de tous ces lobules à droite et à gauche, par des 
quantités de sang variables. Ces poumons sont perméables à 
1 air en majeure partie, et peuvent flotter par fra^mens sur 
l’eau. Ils témoignent d’une pneumonie au premier degré, 
comme on le dit vulgairement. 

D’une autre part, au sommet du poumon gauche, et au cen¬ 
tre du lobe moyen du poumon droit, existent deux agglomé¬ 
rations tuberculeuses formant une sorte de noyau irrégulier. 


granuleux, blanchâtre. Ce sont des’granulations tuberculeuses 
placées près les unes des autres, serrées en une masse, du vo¬ 
lume d’une aveline environ, dont le centre, déjà ramolli, offre 
des deux côtés l’apparence d’une petite caverne irrégulière 
de la dimension de 4 à 5 millimètres. 

Dans le reste de chaque poumon, se trouvent disséminées 
d’autres granulations tuberculeuses fort petites, semées au 
milieu des tissus enflammés. 

Les ganglions bronchiques, volumineux, sont infiltrés de 
matière tuberculeuse d’une blancheur éclatante. 

' Le cadavre de cet enfant présente donc les traces de deux 
maladies, de la pneumonie et de l’affection tuberculeuse. Par 
quelles inductions a-t-on pu en annoncer l’existence pendant 
la vie? 

Chez ce petit malade, la première étude faisait découvrir, 
avant toute autre chose, les signes d’une pneumonie pure et 
simple, telle qu’on la voit chez les enfans : toux, diminution 
de la sonoréité thoracique, râle crépitant. C’est qu’en effet, 
et nous en avons la certitnde, il existait une pneumonie. 

, Mais c’est généralement la pneumonie qui tue les nouveau- 
nés et les enfans en bas-âge, tandis que l’adulte meurt de la 
phthisie elle-même et non des pneumonies intercurrentes. 

Vous verrez dans nos salles tous les petits enfans à la ma¬ 
melle, et tuberculeux, mourir par cette même raison de pneu¬ 
monie, et, à côté d’eux, dans les salles voisines, vous verrez 
des adultes phthisiques contracter plusieurs pneumonies suc¬ 
cessives, ou une plus ou moins longue série de congestions 
pulmonaires annoncées par des hémoptysies, et arriver néan¬ 
moins au dernier terme de la maladie chronique. 

L’enfant qui nous occupe ici toussait, et cette toux n’ame¬ 
nait après elle aucune expectoration. Il en est de même chez 
tous les enfans. Quelquefois seulement, et on l’a remarqué, on 
observe à la bouche une écume visqueuse teinte d'un peu de 
sang. Ce sont des crachats adhérens aux lèvres, aux gencives 
et aux dents. 

Si les matières excrétées pouvaient être recueillies pendant 
la vie, comme on peut le faire après la mort, en analysant les 
liquides que contiennent les bronches, on retrouverait chez 
l’enfant en bas-âge beaucoup des caractères que présentent 
les crachats d’adultes affectés de pneumonie. 

Pourquoi les enfans ne crachent-ils pas? Une des premières 
raisons que l’on peut donner de ce fait, c’est que l’enfant a 
une tendance particulière à avaler tout ce qui se trouve dans 
sa bouche, à moins que ce ne soient des choses d’une saveur 
absolument repoussante. 

Une autre raison, plus générale peut-être, est le défaut 
d’énergie musculaire des parois de la poitrine dans les affec¬ 
tions pectorales graves, défaut d’énergie qui se traduira si 
souvent sous vos yeux par l’accélération, et la brièveté par 
conséquent, des mouvemens respiratoires. Les chiffres sui¬ 
vans, corn parés d’après l’observation d’enfans sains et malades, 
peut donner une idée de cette accélération et de cette brièveté 
parfois si grandes : 


Fille de 11 mois, double j 
pneumonie, , . , 


Fille de h mois, double ] 
pneumonie.< 40 


Inspiralionj 

par minuie 


i, saine. . < 32 Fille de 1 an, saine. . 


Pour cracher, il faut non seulement tousser, ce qui exige m 
effort, mais encore agir pour débarrasser la bouche de pro. 
duits qui y ont été amenés. Un adulte vigoureux rend facile, 
ment ses crachats, mais s’il en est ainsi dans nombre de cas, 
ce n’est pas toujours tout à fait la même chose, lorsque le ma! 
lade a été débilité soit par le traitement, soit par les consé- 
quences de l’affection. Alors les malades n’ont quelquefois pas 
la force de tousser ou de cracher. Ils sont brisés de fatigue 
et le moindre mouvement musculaire peut déterminer des 
syncopes. 

La faiblesse n’a pas seulement pour effet de s’opposer à 
l’expulsion facile des crachats ; elle peut encore empêcher de 
reconnaître certains phénomènes locaux, tels que le souffle oa 
le râle crépitant’. Chez les individus dont la force musculaire 
est amoindrie par une cause quelconque, il peut arriver que 
là où l’on avait saisi la veille les signes de la pneumonie, on ne 
les retrouve plus le lendemain. Cette remarque a été bien sou, 
vent faite chez le vieillard. De là ces pneumonies sans signes, 
dont on apu sepréoccupêr. Dansdes cas semblables, provoquer 
la manifestation des signes que l’on ne découvre pas d’abord 
est une nécessité pour le médecin. Exciter le malade à tousser, 
à faire un effort, suffit souvent pour que l’apparition des phé¬ 
nomènes caractéristiques devienne évidente. ! 

Chez le vieillard, comme chez l’enfant, il y a défaut d’expec- ■ 
toration résultant de la faiblesse générale. Si l’enfant, plus 
que le vieillard, avale ses crachats, chez l’un et chez l’autre les 
matièresJ;erident à séjourner dans les bronches et à y faire 
obstacle au passage de l’air. 

Pourquoi n’avons-nous pas trouvé chez l’enfant soumis à 
notre examen le souffle tubaire? Comment peut-on expliquer 
celte absence d’un signe important dans ce cas particulier, 
ainsi que dans d’autres circonstances analogues à celle-ci? On 
peut supposer que le cri masque plus d’une fois le souffle pro¬ 
duit pendant l’expiration. Quant au souffle produit pendant 
l’inspiration, il a lieu difficilement, quand les bronches ou les 
parois thoraciques deviennent inertes, et on l’entend d’autant' 
moins que la respiration est plus accélérée. 

S’il a été facile d’arriver à la détermination de la pneumo¬ 
nie de cet enfant, sur quelle base a-t-on pu établir le raison¬ 
nement en vertu duquel nous avons conclu à l’existence de la 
phthisie pulmonaire? C’est à dessein que j’ai fait connaître 
l’état de la mère. Le rapport de la santé de la mère et de la 
santé de l’enfant ne saurait être négligé. Plus d’une fois, dans 
nos salles, vous me verrez en déduire d’utiles et nécessaires 
indications. Permettez que, sans approfondir ce sujet si inté¬ 
ressant d’étude, je vous expose quelques considérations ré¬ 
sultant des recherches qui me sont personnelles. 

La phthisie est héréditaire, ‘elle se transmet d’une généra¬ 
tion à l’autre, on le sait ; mais quelle loi préside à cette trans¬ 
mission? Des phthisiques naissent-ils indéfiniment les uns des 
autres, ou bien la lignée’, épuisée par une dégradation suc¬ 
cessive, va-t-elle un jour s’éteindre? Y a-t-il, en d’autres ter- 


(1) Après des cris violens. 


bien une invention anglaise. — Bouclier métallique, pour la préven¬ 
tion et la guérison de la sensibilité des mamelles {?). — Charbon arti¬ 
ficiel de Paris. Tourbe et débris végétaux divers, carbonisés puis ré¬ 
duits en cylindres au moyen de la presse hydraulique. 

RÉSUMÉ. 

A part quelques-uns de ces misérables points de détail qui viennent 
immanquablement faire tache aux plus belles choses, l’exposition univer¬ 
selle est un fait considérable. C’est le pas le plus grand, le plus solennel 
et le plus pratique à la fois qui ait été encore fait vers les idées de paix 
internationales qui commencent à prévaloir d’une manière si remar¬ 
quable dans l’esprit des peuples, et qui doivent si fort réjouir les amis de 
l’humanité. A ce titre, l’exposition universelle mérite toute l’attention 
des penseurs et des hommes d’état. 

Qu’on nous permette donc de reproduire ici les passages suivans de 
l’introduction historique au grand catalogue officiel de l’exposition uni¬ 
verselle, parce qu’ils disent notre pensée mieux que nous ne pourrions 
l’exprimer. C’est d’ailleurs pour nous tous, membres de la famille mé¬ 
dicale, l’hygiène publique prise à sa source. 

B II est impossible de calculer la somme des bienfaits que ce véritable 
congrès de la paix est destiné à répandre, non seulement sur la.généra- 
tion actuelle, mais encore sur les générations futures, et sans chercher 
à pressentir l’avenir, constatons quelques-uns des immenses résultats 
déjà obtenus. 

» Tous les pays du globe, — des colonnes d’Hercule aux bords du 
Don, de la vieille Asie, le berceau du vieux monde, à la Polynésie, qui 
est née d’hier, — ont répondu à l’appel de l’Angleterre et ont apporté 
leurs produits choisis à l’exposition universelle de Londres. C’est là que 
chaque peuple apprend ce qui lui manque, où il peut le trouver, et ce 
qu’il peut donner en échange; c’est là que son mérite relatif en agri¬ 
culture et en industrie, dans les sciences et dans les arts, est proclamé 
par l’élite des agriculteurs, des industriels, des savans et des artistes du 
monde; c’est là enfln que toutes les nations comprennent qu’elles ne for¬ 
ment qu’une seule famille dont tous les membres doivent contribuer, par 
leur travail, au capital général, c’est-à-dire aux besoins , au comfort et 
au bien-être de tout le genre humain. 

» Le palais de Hyde-Park est aussi le temple et la glorification du travail. 

Il a ouvert ses portes à tous les enfans du labeur, aux plus grands 
comme aux plus humbles;et dans cette immense cathédrale industrielle, 
Id'rang de chacun est déterminé exclusivement par le mérite de l’offrande 
qu’il y a apportée, Il enseigne aussi qu’il existe d’autres luttes que cel¬ 


les de la force brutale, qu’on peut cueillir d’autres lauriers que sur le 
champ de bataille, qu’on peut remporter d’autres succès que ceux même 
de l’intelligence. La charrue qui nous nourrit, le métier qui nous ha¬ 
bille ; la forge, le marteau et le ciseau qui nous logent ; la machine qui 
économise la force et multiplie les produits, qui ménage l’homme et le 
nourrit mieux, qui donne plus et demande moins, viennent tous cher¬ 
cher , dans le sanctuaire de l’industrie, une récompense, un prix, une 
gloire. Et c’est le plus noble triomphe auquel l’ambition humaine puisse 
aspirer. Car le vainqueur, par son travail et son génie, assure le bien- 
être de la famille , agrandit la patrie et contribue au progrès du bon¬ 
heur de tous. Enfin , les \ ainqueurs et les vaincus sortent de la grande 
arène industrielle avec une émulation vivifiée, et s’en vont propager 
dans tous les coins de la terre l’amour du travail, ce grand régénérateur 
du monde, qu’ils ont vu encouragé, récompensé et honoré par toutes 
les classes et par tous les pays. » 

C’est maintenant à nous. Français, qui les premiers avons eu l’idée 
d’une exposition universelle, en faisant progresser cette institution, de 
prouver que sans les circonstances exceptionnelles où nous nous som¬ 
mes trouvés, nous pouvions mieux qu’aucun autre peuple, les premiers 
aussi la réaliser. 

Oui, quels résultats immenses, sans parler ici de ceux de l’ordre mo¬ 
ral, découleront infailliblement pour le bien-être matériel des popula¬ 
tions, de l’exposition universelle ; quelles ressources prodigieuses elle 
ajoutera à celles déjà créées ou fécondées par l’industrie humaine, et 
dont le Palais de cristal nous a donné le sublime spectacle ! 

Oh ! diront les sceptiques, — car il y a aussi des sceptiques qui, tout 
en usant largement des améliorations produites, dénient que l’humanité 
progresse, — à quoi bon toutes ces choses ; nos ancêtres qui ne les 
connaissaient pas s’en passaient fort bien ; nous n’en avons nul souci et 
même nous demandons à revenir à la simplicité d’autrefois. On con¬ 
viendra que ce septicisme est aussi commode que le scepticisme théra¬ 
peutique dont nous avons parlé plus haut ; il évite tout travail rétros¬ 
pectif de l’esprit et^ débarrasse de toute reconnaissance envers les 
hommes d’initiative à qui nous sommes redevables des avantages dont 
nous sommes en possession. Une négation et tout est dit. 

Mais pour celui qui ne refuse pas de voir clair à la lumière, n’est-il 
pas surabondamment démontré que nous jouissons d’un bien-être gé¬ 
néral très grand comparativement à ce qui existait jadis? Au point de 
vue de la santé publique, point qui nous intéresse plus particulièrement, 
ces famines, ces épidémies, ces pestes qui ravageaient autrefois les di¬ 
verses populations de notre Europe, se reproduisent-elles aussi fréquen¬ 
tes, aussi'tejTibles? La durée moyenne de la vie ne monte-t-elle pas ’l 


tous les jours ? Bien plus, par suite des applications de la vapeur et de 
l’électricité, par suite des perfectionnemens apportés à tout ce qui con¬ 
cerne la vie de relation, l’homme, à notre époque, ne vit-il pas réel¬ 
lement plusieurs fois ? Voilà des résultats, contre lesquels personne ne 
s’inscrira en faux, bien évidemment dus aux progrès des sciences, des 
arts et de l’industrie. Et que sera-ce donc lorsque les gouvernans em- 
boiiant le pas avec les peuples, suivront leur impulsion vers les pro¬ 
grès nouveaux et la féconderont par de larges dispositions gouverne¬ 
mentales? 

Mais abandonnons ces généralités et arrivons aux applications qui 
nous intéressent plus immédiatement. 

Bien grand était le Palais de cristal, bien nombreux étaient les pro¬ 
duits qu’il abritait, nous l’avons répété bien des fois, et cependant ce¬ 
lui-là n’élBit pas encore assez vaste ni ceux-ci assez multipliés pour que 
l’on puisse juger sainement de l’état d’avancement des arts et de l’in¬ 
dustrie des nations qui s’y trouvaient représentées. Nous ferons pleine¬ 
ment ressortir la justesse de cette proposition par le côté de notre 
programme qui^e prête le mieux h une comparaison exacte. La chi¬ 
mie, sous le rapport pratique comme sous le rapport scientifique est in¬ 
contestablement plus avancée en Allemagne et en France qu’en Angle¬ 
terre, et cependant à l’exposition universelle les produits chimiques an¬ 
glais l’emportaient en nombre et en perfection sur deux d’Allemagne et 
de France ! 

Toute l’explication de ce fait se trouve dans celui-ci, savoir, que par 
suite des frais de déplacement, des difficultés de transport, de là crainte 
des contrefaçons, les individus et les Etats, à part l’Angleterre qui 
était chez elle, n’ont pas, à beaucoup près, fourni tout ce qu’ils au¬ 
raient pu. Des industries florissantes dans quelques pays n’étaient re¬ 
présentées que par quelques spécimens infimes, ou même faisaient en¬ 
tièrement défaut. 

Concluons donc de ces diverses considérations, que l’on ne pourra 
constater le niveau artislitique et industriel des nations à notre époque, 
établir des comparaisons sérieuses et valables que lorsque des exposi¬ 
tions générales auront eu lieu chez les principaux peuples, c’est-à-dire 
alors que chacun d’eux aura été vu sur son propre terrain, c’est-à-dire 
encore, là où il aura été mis à même d’user de toutes ses ressources. 

Dorvault. 


Les épreuves du concours pour la chaire d’hygiène ont commencé 
aujourd’hui, par la lecture de la composition écrite. MM. Tardieu, 
Marahal (de Cavlvi) et Bouchardat ont été appelés à lire leur composition, 


























j^es, la lignée d’un phthisique, un nombre défini ou indé¬ 
fini de générations? 

Depuis plus de vingt années, et mes premières observations 
remontent à l’année 1825, j’étudie non pas seulement les 
phthisiques, mais les lignées de phthisiques. Il est parlaite- 
jnent clair que de semblables études ne se font pas sur de 
grands nombres; on peut suivre, dans le cours de sa vie, quel¬ 
ques observations; mais quoiqu’elles soient peu nombreuses, 
elles n’en sont pas moins assez curieuses pour en appeler d’au¬ 
tres. J’en possède plusieurs d’un intérêt fort grand. Voici le 
résumé de quelques-unes. 

Un homme meurt phthisique à 66 ans. Avant l’âge de 48 ans, 
tous ses enfans, au nombre de quatre, sont morts phthisiques. 
Une fille avait succombé avant l’âge de 25 ans. Tous ces enfans 
ont été mariés. La troisième génération n’est pas parvenue à 
vivre jusqu’à l’âge delà première dentition. Les petits enfans, 
tuberculeux également, sont morts de pneumonie consécu¬ 
tive ou de méningite tuberculeuse. • 

Autre fait. Grand-père mort de la poitrine ; filles phthisi¬ 
ques. L’une est morte avant l’âge de 30 ans ; l’autre vit en¬ 
core. Mais trois petits enfans sont morts tuberculeus ou par 
suite de jineumonie consécutive, ou par suite de méningite 

tuberculeuse. 

Mes notes contiennent d’autres observations semblables que 
je résume en celles-ci pour abréger ; plus tard, lorsqu’elles se¬ 
ront encore multipliées, elles augmenteront la lumière que ré¬ 
clame cet intéressant sujet. Toutefois, elles me permettent 
déjà de supposer qu’à mesure que la phthisie descend dans 
l’échelle généalogique, la manifestation de cette maladie s’é¬ 
loigne davantage des époques avancées de la vie. Un enfant 
aura donc d’autant plus de chances de succomber aux suites 
des accidens multiples de l’affection tuberculeuse, que les 
phthisiques dont il est issu sont d’un âge moins avancé. C’est 
donc une présomption très grande au point de vue du diagnos¬ 
tic chez l’enfant, que l’existence d’une affection tuberculeuse 
chez les ascendans jeunes encore. L’importance pratique de 
cette circonstance est surtout grande en cas de pneumonie, 
tant il est commun de voir dans le premier âge des tubercu¬ 
les du poumon ou des ganglions bronchiques masqués par les 
signes de cette affection! * 

A part cette circonstance de lignée dégradée, à part la fai¬ 
blesse, la décoloration des tégumens, si manifestes chez l’en¬ 
fant dont il est ici question, quels étaient les indices de la 
phthisie pulmonaire que l’examen du cadavre nous révèle? 

On n’avait pas de produits expectorés ; l’hémoptysie, si ex¬ 
ceptionnelle chez les enfans phthisiques, n’avait pas existé 
ici. La diarrhée, accident si commun du jeune âge, n’avait pu 
être un indice d’une grande valeur ; tous les autres caractères 
séméiologiques se rapportaient à la pneumonie ; le reste était 
obscur. Cependant, sur des enfans semblables à celui-ci, un 
œil attentif peut arriver à une certaine connaissance de l’état 
de la poitrine. 

Chez la plupart des enfans nés d’ascendans phthisiques, et 
en particulier chez celui qui est soumis à votre examen, cer¬ 
tains désordres nerveux peuvent être appréciés, même aux 
époques les plus voisines de la naissance. 

Les antécédens de l’enfant dont les poumons sont placés 
sous vos yeux, vous peindront ce qui se passe chez beaucoup 
d’enfans. Des mouvemens convulsifs ont existé ici depuis l’en¬ 
fance ; chez quelques autres, ce sont des anesthésies des orga¬ 
nes des sens et surtout des yeux. Les enfans ne clignent plus 
lorsqu’on approche brusquement les doigts des orbites. Ail¬ 
leurs ce sont des spasmes du larynx, caractérisés par l’efface¬ 
ment du timbre du cri. Ailleurs ce sont des trismus partiels 
des muscles des doigts, de la mâchoire ou des membres. 

Chez un autre enfant de nos salles, qui vit encore, et dont 
la condition est la même que celle de l’enfant qui a péri, on 
peut observer l’un de ces accidens nerveux coïncidant avec 
l’existence de la phthisie pulmonaire ; on peut contrôler les 
observations que je viens de faire par l’examen de cet autre 
malade. 

Cet enfant est âgé de 8 mois. Il descend d’un père âgé'de 
30 ans et phthisique. Sa mère est saine. Depuis Ja naissance, 
l’enfant est sujet à des mouvemens convulsifs des muscles des 
membres, des yeux et de la mâchoire. La face est paralysée 
du côté gauche. La bouche est fortement déviée de ce côté. 
Cet enfant est affecté de pneumonie. Râle crépitant, souffle, 
retentissement du cri à gauche, matité fort légère du même 
côté, accélération de la respiration, fièvre, etc.'Mais il a de 
plus, au milieu et en avant du côté gauche, un gargouillemêht 
si manifeste lorsqu’il inspire ou qu’il tousse, que je ne doute 
pas de l’existence d’une petite caverne tuberculeuse en ce 
point, pas plus que je ne doute, en raison des accidens ner¬ 
veux, de la tuberculisation des ganglions bronchiques. II y 
aura malheureusement lieu de vérifier ultérieurement ce dia¬ 
gnostic. Pour moi, c’est encore un enfant phthisique affecté 
de pneumonie. 

En résumé, l’existeuce bien constatée de parens tubercu¬ 
leux, des accidens nerveux remontant à une époque plus ou 
moins éloignée, souvent ancienne, dans ces différentes cir¬ 
constances, la pneumonie, et surtout la pneumonie accompa¬ 
gnée de quelques-uns des signes physiques de la phthisie pul¬ 
monaire peuvent conduire, même dans plus d’un cas obscur, 
au diagnostic de la phthisie des premiers âges de la vie. Ces 


i9 

renseignemens'servent surtqut à découvrir l’affection tuber¬ 
culeuse des poumons chez les enfans à la mamelle, où les si¬ 
gnes physiques si caractérisés chez l’adulte n’apparaissent 
qu’avec la nuance la plus faible. 

Après ces considérations, il reste beaucoup à dire à l’occa¬ 
sion de ces enfans tuberculeux. Je n’ai voulu vous les mon¬ 
trer que comme l’expression d’une génération qui se dégrade. 
Car les lignées dépérissent et s’éteignent comme les individus. 
Races et familles disparaissent sous l’empire de ces lois de 
destruction, dont l’étude est un des objets les plus élevés de 
l’art médical. 

Dr E. Hervieux. 


CLINIQUE DES DÉPARTEMENS. 


OBSERVATION DE RAGE 

Adressée a la Société médicale d’émulation de Pads ; par M. le docteur 

Ferdinand Guyon, de Valence (Tarn-et-Garonne), membre corres¬ 
pondant. 

Le nommé Escatafal, cloutier, âgé de 30 ans, d’une robuste constitu¬ 
tion, et ayant toujours joui d’une excellente santé, fut mordu à la main 
vers la On du mois de mars par un petit chien qui était aux prises avec 
le sien dans sa boutique, et qu’il avait voulu chasser. Cet animal, après 
avoir erré quelques instants dans la rue, fut suivi par les voisins dans 
les antres parties de la ville, et pendant trois quarts d’heure, il ne donna 
aucun signe de maladie, il n’eut pas d’écume à la gueule, joua avec les 
autres chiens et rongea des os ; après ce temps, on cessa de le veil¬ 
ler , et on n’a su ce qu’il devint : mais Escatafal n’étant qu’à demi 
rassuré sur les suites de sa blessure, appela son médecin qui put cons¬ 
tater, douze minutes après l’accident, trois petites plaies, saignantes en¬ 
core, situées à la région métacarpienne du cOté gauche. Le blessé n’a¬ 
vait cessé de laver ses blessures avec de l’eau froide, de les presser 
pour en faire écouler le sang. Il refusa de se laisser cautériser avec le 
fer rouge à cause de la douleur et de l’incapacité ^de travail qui devait 
suivre cette opération. De son côté, le médecin, sur le rapport qui lui 
fut fait que le chien n’avait donné aucun symptôme suspect, n’insista pas 
beaucoup pour pratiquer cette cautérisation. Ces plaies se cicatrisèrent 
avec rapidité , mais Escatafal resta néanmoins préoccupé de cet événe¬ 
ment pendant 40 jours, terme assigné par les gens étrangers h l’art, à 
la durée de l’incubation du virus rabique. Après cette époque, ii vint 
trouver son médecin pour se féliciter d’en être quitte pour la peur, 
suivant son expression. 

Vers la fin du mois de mai, les voisins d’Escatafal s’aperçurent qu’il 
était brutal, impérieux. Il s’occupait depuis quelque temps de propa¬ 
gande socialiste, mais il était devenu d’une plus grande exaltation, ce que 
l’on attribuait à l’usage des liqueurs spiritueuses auquel il se livrait avec 
peu de modération, sans toutefois aller jusqu’à l’ivresse. Le dimanche 
8 juin, à l’occasion de la procession de la Fête-Dieu, dont il troublait 
le recueillement, il eut une altercation avec le curé, qui le fit chasser 
des rangs, ce qui parut l’impressionner vivement. Ce même jour, il se 
plaignit à sa femme d’éprouver à la gorge un sentiment de constriclion 
qui gênait le passage des alimens, mais ne l’empêchait pas de vaquer à 
ses travaux ; dans la journée du 10, et surtout dans la matinée du 11, 
cette gêne ayant augmenté, il réclama les soins de son médecin habi¬ 
tuel. Ce dernier étant absent, un autre fut appelé. 

Le malade accusait une douleur au pharynx, avait des envies de vo¬ 
mir, une sputation fréquente, et la pupille dilatée ; on crut à la présence 
de vers dans l’estomac, et on lui fit prendre de l’ipécacuanha. Dès que 
les vomissemens se furent déclarés, la déglutition devint difficile, l’an¬ 
xiété extrême, une saignée du bras fut pratiquée à 2 heures de l’après- 
midi. Cette évacuation sanguine fut suivie de quelques raomens de calme, 
■ mais l’orage un instant apaisé , se réveilla avec une nouvelle violence, 
et quand à 6 heures du même jour je fus appelé près de lui pour la 
première fois, voici l’état dans lequel je le trouvai. 

Il était assis sur son lit, en proie à une agitation extrême, ses yeux 
étaient étincelans et les pupilles considérablement dilatées; cependant 
l’impression de la lumière ne semblait pas lui être pénible. La rou¬ 
geur briquetée de ses pommettes contrastait avec la pâleur livide des 
autres parties du visage ; l’on eût dit que ses traits avaient été enduits 
d’une couche huileuse, sa physionomie portait l’empreinte d’une terreur 
profonde, mortelle, comme celle des condamnés marchant au supplice. 
Il avait le pressentimei* de sa fin prochaine, et s’écria en me voyant ; 
vous arrivez trop lard, je suis on homme mort. Sa voix était rude, so¬ 
nore, parfois rauque et voilée. Pendant que je touchais son pouls qui 
n’était pas encore fébrile, et que je m’informais des antécédens de 
sa maladie, son œil pénétrant, inquiet, cherchait à lire dans ma pen¬ 
sée. Je ne pouvais lui imposer silence, et il me racontait avec de 
grands détails tout ce qui se rapportait à son état actuel. Il ne me 
parlait nullement de sa morsure, et ce souvenir semblait être entière¬ 
ment sorti de sa mémoire. Les cicatrices de la main étaient à peine ap¬ 
parentes et nullement douloureuses. Il me répéta que depuis une dizaine 
de jours, il éprouvait à la gorge un peu de douleur, un resserrement, 
que ce mal était allé sans cesse en croissant depuis son début, mais s’é¬ 
tait considérablement exagéré depuis le vomitif. Il indiquait la région 
du larynx, comme siège du mal. Il était tourmenté par une salivation 
abondante ; ses mouvemens étalent d’une brusquerie extrême, irrégu¬ 
liers ; il ne restait pas une minute en repos. Ayant examiné avec atten¬ 
tion l’état de la bouche et du pharynx, je remarquai que toute la mu¬ 
queuse buccale, palatiné et pharyngienne était d’un rouge très vif et 
uniforme ; ces tissus n’étaient pas augmentés de volume ; les amygda¬ 
les, le voile du palais avaient leur configuration normale, et ne présen¬ 
taient de particulier que leur coloration. 

En déprimant fortement la base de la langue, je ne fus pas peu 
étonné de voir l’épiglotte redressée, sa pointeTecourbée en avant ; sa 
face supérieure devenue antérieure, avait la forme et la couleur d’une 
petite cerise ; sur la partie postérieure du pharynx, j’aperçus quelques 
stries de salive écumeuse. La pression sous l’arcade maxillaire inférieure 
déterminait un peu de douleur, il n’y avait pas de tuméfaction appa¬ 
rente ; du côté gauche seulement, il y avait un engorgement ganglion¬ 
naire de la grosseur d’une aveline, mais ce n’était pas en ce point qu’il 


y avait le plus de sensibilité à la pression. Les urines étaient pâles et 
rares, leur émission facile. Le sang obtenu par la saignée ne présen¬ 
tait pas de couenne inflammatoire ; un caillot de consistance moyenne 
nageait au milieu d’une sérosité jaunâtre. 

Avez-vous soif? lui demandai-je, oui, me dit-il, mais je ne puis boire, 
et pour me le montrer, il saisit avec avidité un verre d’eau sucrée que 
je lui présentai, le porta vivement à ses lèvres, mais dès qu’il'eut essayé 
d’exécuter le mouvement de la déglutition, il se produisit un spasme des . 
muscles qui concourent h cet acte physiologique, et le liquide qui avait 
pénétré dans la cavité buccale, s’en échappa avec violence. 

Alors commença une horrible scène ; la physionomie du malade prit 
une sinistre expression d’angoisses, ses yeux démesurément ouverts 
roulaient dans leurs orbites, les conjonctives s’injectèrent de sang, sa 
bouche et ses narines dilatées semblaient chercher avec avidité à respi¬ 
rer l’air ambiant qui n’entrait pas dans la poitrine. Il retomUh sur son 
lit, ses lèvres devinrent violettes, le thorax était agité par d’irrégulières 
secousses, la salive s’écoulait de la bouche sans pouvoir être expulsée, 
et l’asphyxie semblait éminente. Bientôt le corps fut pris d’un tremblement 
général qui dura une minute. Les dents se mirent à grincer d’une ma¬ 
nière stridente, une sueur visqueuse se déclara, après quoi la crise di¬ 
minua peu à peu, et le malade put se relever portant avec désespoir les 
mains au gosier : j’ai quelque chose là qui m’étouffe , répétait-il, et il 
ouvrait la bouche dans toute sa grandeur, pour me prier d’y regarder 
encore. Avec le manche d’une cuillère j’essayai d’abaisser l’épiglotte, et 
dès que j’y fus parvenu, il déclara qu’il ressentait un bien-être inexpri¬ 
mable, qu’il respirait avec délices, qu’il était heureux, et dans sa joie, 
il voulait me remercier en m’embrassant de lui avoir rendu la vie. 

Cet état de béatitude dura vingt minutes environ, car ayant voulu ap¬ 
procher de sa bouche le verre d’eau la crise recommença plus violente, 
et se termina, comme la première, par une abondante sueur. Puis les 
accès se reproduisirent spontanément de demi-heure en demi-heure, 
sans être provoqués par la présence d’un liquide dans le pharynx. 
Dans leur intervalle, le malade était calme, il paraissait sensible aux 
soins dont l’entouraient ses amis, et embrassait sa femme en pleu¬ 
rant. 11 était satisfait de l’explication que je lui donnais de son mal, en 
en attribuant la cause au redressement de l’épiglotte ; je l’engageais à ■■ 
rester paisible, à ne pas s’alarmer sur l’issue de cette affection, dont 
cependant j’avais compris dès les premiers momens la nature et l’incu¬ 
rabilité. Je tâchais de lui faire comprendre que ses cris augmentaient 
sa maladie, et occasionnaient le renversement de l’organe qu’il me priait 
sans cesse de lui rabattre. Je ne pouvais pas m’assurer par la vue ni 
par le toucher si mes manœuvres parvenaient, en effet, à abaisser cet 
épiglotte que chaque spasme faisait se redresser, car il ne me permet¬ 
tait d’explorer son pharynx que lorsqu’il sentait que cette sorte de sou¬ 
pape était déplacée ; mais lorsqu’avec le manche de la cuillère, ou 
avec une sonde œsophagienne je me prêtais à ce désir, il se disait sou¬ 
lagé, la crise cessait immédiatement, et il m’invitait à ne pas le quitter 
pour recommencer celte opération à chaque nouvel accès. L’intelligence 
du malade restait intacte, mais à mesure que le mal continuait sa mar¬ 
che, le pouls s’accélérait, l’exaltation de tous ses sens augmentait, et la 
crainte de la mort le préoccupait de plus en plus. 11 réclama la présence 
du prêtre qu’il avait offensé trois jours auparavant, et paraissait plein 
de repentir et de componction. Mais le retour des accidens spasmodi¬ 
ques, qui devenait plus fréquent, ne loi laissa bientôt plus de calme, 
l’expuition devint difficile et la salive s’écoulait en nappe des lèvres. 
Je trempai un peu de pain dans l’eau froide et lui en impreignai la 
bouche de temps en temps, ce qui paraissait lui prôcurer une sensation 
agréable.. Vers quatre heures du matin, je m’aperçus que ses joues 
étaient devenues le siège d’une infiltration gazeuse, qui ne tarda pas à 
envahir les tégumens du cou et de la partie antérieure de la poitrine. 
Cet épanchement augmentait considérablement le volume de ces régions, 
surtout celui du cou dont il avait à peu près doublé les diamètres. 
Bientôt son agilafion si violente fit place à un trémoussement continu, 
l’asphyxie fit des progrès rapides, ses extrémités devinrent violettes, ses 
lèvres se tuméfièrent, une sueur visqueuse se déclara plus abondante 
que celle qui terminait les premières crises, et à 6 heures le malade 
expira subitement. 

Il ne me fut pas possible de faire l’autopsie du cadavre, la famille me 
permit seulement à'examlner le gosier, ce que je fis à mon aise, en 
enlevant le larynx avec les premiers anneaux de la trachée, et la moitié 
postérieure'de la langue. 

La couleur rouge vif du pharynx et de ses dépendances était rempla¬ 
cée par une couleur rose très pâle, qui n’aurait pas laissé soupçonner 
que cette région avait été pendant la vie le siège d’une congestion des 
capillaires sanguins. L’épiglotte était d’un blanc nacré et redressée 
comme je l’avais observé avant la mort ; quand j’essayais de la rabattre, 
elle se relevait aussitôt par l’élasticité de son tissu cartilagineux. Je ne 
pus constater dans les diverses parties anatomiques qui concourent à 
former la glotte, la moindre trace d’altération ; tous ces tissus avaient 
la conformation et la densité normales. Quelques stries d’écume placées 
au fond de l’organe furent tout ce que je remarquai. Mais h la base de 
la langue, près de son insertion, existait une quinzaine de granulations 
papuleuses, légèrement déprimées dans leur centre, de la grosseur 
de très petites lentilles, d’une couleur rouge brique, disposées en plus 
grand nombre sur les bords de l’organe que sur sa partie moyenne. 
Leur texture était dense, plus serrée que le tissu sur lequel elles étaient 
placées. M. Villeite a observé et décrit quelque part une lésion analogue. 

Il est évident que ces granulations ne sont autre chose qu’un déve¬ 
loppement anormal des follicules de cette région, tel que je les ai re¬ 
marquées d’autres fois dans certaines angines chroniques, et comme 
j’ai pu l’observer hier encore chez un malade menacé de phthisie laryn¬ 
gée. Ces granulations étaient trop profondément situées chez Escatafal, 
pour que j’aie pu en reconnaître l’existence de son vivant. Je ne remar¬ 
quai pas ces pustules rabiques ou fysses, qui, suivant M. Marochetti, se 
montrent sur la face inférieure de la langue chez les hydrophobes. En 
incisant avec le scape! les tégumens du cou, le tissu cellulaire emphy¬ 
sémateux crépitait sous l’instrument, comme eût pu le faire le paren¬ 
chyme pulmonaire. Cet emphysème s’étendait jusqu’à la hauteur de la 
sixième côte. 

J’eus un grand regret de ne pouvoir pousser plus loin l’autopsie, mais 
cette observation, toute incomplète qu’elle est, ne laisse pas d’être inté- 











20 


ressante à plus d’un égard, et je vais tâcher d’en faire ressortir les prin¬ 
cipaux traits en suivant l’ordre de ma description ; 

l”!! résulte de ce cas malheureux, que le chien peut communiquer 
la rage, alors que sa maladie est encore latente, muette comme on l’a 
appelée, et que si le liquide sécrété par les glandes salivaires de l’ani¬ 
mal est le véhicule du virus ralUque, ce liquide pour être virulent, con¬ 
tagieux, n’a pas besoin de s’épancher au dehors, comme le croit le vul¬ 
gaire, sous forme de bave écumeuse. 

2° S’il était besoin d’un argument nouveau pour prouver, contraire¬ 
ment à l’opinion de feu le professeur Bosquillon, mon honoré parent, 
que le sentiment de la peur, la préoccupation morale, sont étrangers 
au développement de la rage, on le trouverait dans cette observation, 
où l’on voit que c’est quinze Jours après la cessation de toute appréhen¬ 
sion, que le malade a senti-cette affection se manifester. 

3° Ce redressement de l’épiglotte consécutif au spasme laryngé, n’a 
été, je crois, remarqué par personne, je ne sais s’il a lieu dans tous 
les cas de rage, mais il expliquerait d’une manière toute physiologique 
la production des phénomènes asphyxiques qui terminent cette maladie, 
sans qu’on ait besoin d’avoir recours à une prétendue lésion des cen¬ 
tres nerveux qui n’a jamais été anatomiquement constatée. 

4° L’emphysème du tissu cellulaire du cou, de la face, de la poitrine, 
était dû, selon toute apparence, à la rupture de quelque cellule bron¬ 
chique pendant les efforts d’une respiration convulsive, comme il se 
produit quelquefois quand un corps étranger est introduit dans le la¬ 
rynx. C’est, du reste, un exemple assez remarquable de l’existence des 
communications directes qui existent entre le tissu cellulaire général et 
celui qui entre dans la composition anatomique des poumons. 

Un emphysème semblable a été remarqué par moi l’an dernier sur 
un enfant de 5 ans; il avait été causé par la chute d’une barrique sur 
la poitrine. Le dernier compte-rendu des travaux de la Société de raé- 
pecine 'de Toulouse en fait mention, page 80. 

5" La présence des papules tîe la base de la langue, dont la texture 
serrée indiquait une organisation datant déjà de quelque temps, rend 
compte du sentiment de gêne, de constrictlon éprouvé par le malade 
pendant les dix ou douze jours qui ont précédé les symptômes (}e la rage 
- confirmée. 

Ces lésions diverses mais constantes qui existent toujours dans la ré¬ 
gion pharyngo-laryngienne, et qui ont été notées par tous les observa¬ 
teurs, ce spasme nerveux de la glotte et de ses dépendances, ce trou¬ 
ble si remarquable des fonctions de cet organe, me semblent prouver 
que si la rage est due à une infection virulente de l’organisme, c’est 
dans cette partie de l’économie que se localisent les symptômes, et que 
les désordres qu’on remarque pendant la vie du côté du cerveau ne 
sont que sympathiques, comme ceux qu’on observe après la mort dé¬ 
pendent [Compendium de médecine pratique) de l’espèce d’asphyxie 
déterminée par les convulsions au milieu desquelles succombent la plu¬ 
part des enragés. 


PRESSE MÉDICALE, 


etaceta mediea-do iHadrld. — Octobre et Novembre 1851. 

De l’intoxication saturnine observée chez les mineurs de la Sierra 
de Gador, comparée avec celle qu'on observe chez les fabricans 
des diverses préparations de plomb; par le docteur D. Francisco- 
Jose Bages. 

Ainsi que l’indique le titre de ce travail, l’auteur s’est proposé de re¬ 
chercher les analogies et les différences que présentent les affections 
saturnines chez les mineurs et chez les fabricans des diverses,prépara- 
tions de plomb. Ses recherches pourront être rapprochées des détails 
intéressans consignés sur le même sujet par notre honorable collabora¬ 
teur, M. Th. Roussel, dans ses lettres sur l’Espagne. Ayant habité pen¬ 
dant longues années dans l’AIpujarra, au voisinage dè la fameuse Sierra 
de Gador, laquelle s’élève à 7,000 pieds au-dessus du niveau de la mer, 
et qui renferme, entre autres produits minéraux, la galène ou sulfure 
de plomb qui est exploitée sur une grande échelle, aux environs des 
villes de Berja, Balias, Lauj'ar et Fondon, par une population de 12,000 
individus environ, le docteur Bages a eu l’occasion d’observer un grand 
nombre A'emplomados , comme on dit dans le pays pour désigner les 
personnes affectées de coliques de plomb. Chaque année, on les compte 
par h et 600 ; mais comme on le verra plus bas, les habitans ont rare¬ 
ment recours aux médecins , à cause d’un remède particulier et très 
efficace vendu par une famille du pays. 

De même, dit M. Bages, qu’il y a des différences très grandes relati¬ 


vement aux phénomènes observés che^ les ouvriers qui travaillent au 
mercure, suivant qu’ils soiît employés aux mines ou à la fabrication des 
diverses préparations de ce métal, il y a des différences analogues en¬ 
tre les accidens observés chez les mineurs qui travaillent à l’extraction 
de la galène et ceux qui sont employés à la fabrication des préparations 
de plomb. Ces différences peuvent se réduire à deux principales ; l’ab¬ 
sence d’accidens saturnins autres que la colique de plomb et la forme 
particulière, inflammatoire, qu’affecte dans quelques cas cette ma¬ 
ladie. 

Mais ce ne sont pas les seules différences : ainsi, contrairement à ce 
qui a lieû chez les ouvriers qui travaillent aux préparations de plomb,, 
on ne voit pas les mineurs pâles, maigris, prendre une teinte ictérique; ils 
conservent leur embonpoint et leur coloration. De même, relativement 
aux saisons, tandis que parmi nous on observe les accidens saturnins h 
toute époque de l’année, c’est en été que l’on observe le plus grand 
nombre de coliques saturnines; mais cela peut bien tenir, ainsi que le 
fait remarquer M.-Bages, à ce que l’hiver est employé à l’extraction du 
minerai et à ce que les mois de juillet, d’août et de septembre sont ré¬ 
servés pour le bocardage de la mine qui se fait à sec, de sorte que les 
ouvriers sont continuellement eu milieu d’un nuage de poussière. Ce qui 
tend à prouver que la production de la colique tient h cette dernière 
circonstance, c’est que c’est principalement dans les endroits mal venti¬ 
lés que le bocardage à sec est le plus dangereux, et que le bocardage 
humide est généralement sans danger. Il y a, du reste, de grandes dif¬ 
férences pour l’idiosyncrasie à contracter les affections saturnines. Il 
est des mineurs qui les contractent avec la plus grande facilité, et d’au¬ 
tres qui y résistent indéfiniment. L’alimentation trop riche paraît aussi 
une prédisposition à contracter la colique de plomb : les ouvriers qui 
ont une manière de vivre très grossière, à cause de leur salaire peu 
élevé, y sont bien moins sujets que les surveillans et les employés su¬ 
périeurs. 

Les animaux n’échappent pas à l’intoxication saturnine dans la mine; 
et dans toute la Sierra il n’y a qu’un seul chat qui ait pu résister à l’in¬ 
fluence plornbique.En très peu de temps, ils sont pris de tristesse, de 
paralysie du train postérieur, de tremblement des membres, de dou¬ 
leurs atroces dans le ventre et ils ne tardent pas h succomber, ce que 
1 auteur attribue aux habitudes éminemment casanières de ces animaux. 

Quant à la forme inflammatoire de la colique de plomb, dont il a été 
parlé plus haut, et dont l’auteur est tenté de rapporter le développe¬ 
ment à l’influence de la chaleur et à l’usage du vin pendant le bocar¬ 
dage à sec, elle est caractérisée par les symptômes suivans : augmenta¬ 
tion de la sensibilité de l’abdomen, ’qu’on ne peut comprimer sans 
douleur, et qui est tendu et douloureux ; vomissemens fréquens etrebelles 
de matières verdâtres ou brunâtres ; soif vive, langue sèche, dysphagie, 
ptyalisme, fétidité de l’haleine, petites ulcérations blanchâtres sur la 
muqueuse des joues ; la face gonflée et comme œdémateuse, les lèvres 
rouges, la peau injectée, les yeux colorés ; mouvement fébrile très pro¬ 
noncé, pouls fréquent et dur, battement des artères temporales et bruit 
dans les oreilles, prostration des forces. Cet état cède merveilleusement 
à la saignée, aux bains, aux fomentations émollientes, seulement il faut 
y joindre ensuite le traitement de la colique de plomb proprement dit. 
Employée dans ces circonstances et d’emblée, la tisane d'Ohanes, re¬ 
mède secret qui est d’un usage vulgaire dans le pays, détermine des 
vomissemens ; il en est de même à plusieurs reprises, jusqu’à ce que 
l’état inflammatoire ayant cédé, la tisane triomphe des accidens de la 
colique, ce qui n’a pas lieu avant le troisième ou le quatrième jour. 

M. Bages a essayé, contre la colique de plomb qu’il a observée sur 
une grande échelle, les moyens le plus généralement recommandés con¬ 
tre cette maladie, les antiphlogistiques, les bains émolliens, les acides 
citrique et sulfurique, l’alun, les narcotiques et les drastiques. Les 
antiphlogistiques n’ont été employés par lui que dans la forme inflam¬ 
matoire et poifr combattre les symptômes prédominans et non la colique 
elle-même. Les acides citrique et sulfurique, l’opium, l’huile de ricin, 
l’huile decroton, la gomme gutte ne lui ont jamais réussi à beaucoup 
près comme l’alun à ladose deôgram. dissoutdansun litre et demi d’eau, 
avec lequel il a pu calmer toujours rapidement les douleurs. Il n’hésite 
pas à reconnaître cependant que le remède vulgaire empirique, et tenu 
secret par les inventeurs, qui porte le nom de tisane de Ohanes, est 
infiniment supérieur à tous nos moyens, et mériterait d’être acheté par 
le gouvernement espagnol, pour la recette en être publiée. En six ou 
huit minutes, dans les cas appropriés, dit l’auteur, les douleurs sont 
calmées ; le malade se promène jusqu’à ce que les garderobes survien¬ 
nent, et le soir même il est presque guéri, Qutlre ou six jours de con¬ 


valescence terminent la cure. L’auteur soupçonne que la coloquiinj 
unie h l’opium let h quelques autres substances, forme la base de ce m(i! 
dicament. 


NOUVELLES. — FAITS DIVERS. | 

HOPITAUX, — La séance annuelle, pour la distribution des prix aiq u 
élèves des hôpitaux et hospices de Paris, et pour la nomination des 
internes et externes, a eu lieu ces Jours derniers sous la présidence de 
M. Davenne, directeur-général de l’administration de l’assistance pubii, 
que ; des discours ont été prononcés par M. le directeur, puis par Mifi 
les docteurs Desormeaux, Gubler et Guérin, au nom des membres dei 
jurys des différens concours de lâ52. On a proclamé ensuite les no®, 
des lauréats de l’internat et de l’externat. 

Après la distribution de ces récompenses, on a proclamé les no®, 
des internes et externes en médecine et en chirurgie, nommés à 1, " 
suite d’un concours, pour le service des hôpitaux pendant l’année 1852 ' 
et rangés par ordre de mérite. Nous les avons publiés dans notre der! 
nier numéro. ^ 

L’HOPITAL DE LA KÉPüBLioEE, — Cet hôpital est situé dans le cio, 
St-Lazare ; il occupe un terrain de plus de deux hectares de superficie; 
se compose de neuf corps de bâtimens séparés entre eux par des cours| 
préaux, jardins, etc. Les deux premiers corps de logis sont destinés à 
l’administration ; puis viennent, sur deux lignes parallèles, de chaque 
côté de la cour centrale, les six bâtimens destinés à recevoir les malades 
et élevés chacun de trois étages. Ces bâtimens, dont les jardins et préaux 
aboutissent aux murs d’enceinte, sont reliés avec ceux de l’administra- 
tion par une galerie couverte formant cloître, et qui de la porte d’entrée 
conduit jusqu’au dernier bâtiment, au centre duquel est l’église. A 
droite et à gauche de l’église sont placés la pharmacie et les bains, lé 
logement des sœurs et la buanderie. Des travaux complémentaires, re¬ 
connus iudispensables après la mise à exécution des premier plans, ont 
eu pour but de donner .plus de grandeur et d’élévation à l’église, d’éta- 1 
blir une seconde galerie découverte, et à la hauteur du premier étage, | 
pour faciliter l’accès de l’église aux malades, aux convalescens, sans que i’ 
ceux-ci soient obligés de descendre jusqu’au cloître. Aujourd’hui, non- f 
seulement tous les travaux de grosse maçonnerie sont terminés, mais, 1 
quant à l’église elle-même, il ne reste plus à faire que la décoration in- T 
térieure. f 

Les bâtimens de l’administration son} tous clos, décorés et prêts à la ^ 
recevoir ; les-salles des malades, le logement des sœurs et la pharmacie É 
sont seulement lambourdés ; ils attendent encore la pose des fenêtres, i 
des ,pai*qnets, que plus de soixante voitures ont apportés sur les lieux I 
dans les dernières semaines. fl 

L’acquisition du terrain seul a coûté 1,143,870 fr., plus 69,355 fr. de 1 
frais; soit en totalité, 1,213,225 fr. pris sur les fonds de l’administration r 
de l’assistance publique. Aux termes de l’ordonnance du 26 avril 1846; 
en effet, cette administration devait supporter, dans la dépense du nou- 
vel hôpital, la totalité des frais d’acquisition du terrain, le tiers des tra- * 
vaux de construction et la totalité de‘l’acquisition du mobilier, le reste 
étant laissé à la charge de la ville. D’après les devis primitifs, les travaux 
devaient coûter une somme de 5,384,667 fr.; mais les travaux complé- - 
mentaires reconnus depuis indispensables, et s’élevant à 751,737 fr. s 
84 c., de plus une indemnité de 40,875 fr. 16 c., réclamée par l’entre- 
preneur pour le couvrir des pertes qu’il a éprouvées en 1848 par suite 
de la suppression du marchandage, portent cette somme à 6,177,380 fr. 

En définitive, cet hôpital, avec les 600 lits complets qu’il doit conte- t 
nir, aura coûté, d’après les devis approximaiifs du montant total des ' 

trnvniiT ___ . i 


travaux. ...... .. 6,177,380 fr. i 

Four prix principal d’acqmsition et les frais. 1,212,225 i 

Plus le prix du mobilier, évalué à. 600,000 j 


Dépense totale présumée.. . . 7,990,505 


. I® mort de M. Pasquier, ancien chirurgien en 

chef des Invalides, chirurgien de Louis-Philippe et de la famille d’Or- 
léans, membre du conseil de santé des armées, nommé, il y a quelques 
jours seulement, commandeur de la Légion-d’Honneur. Il a succombé à 
une pneumonie, h peine âgé de 57 ans. Sa mort a produit une tristesse 
générale. Malgré sa nombreuse clientèle, et les places élevées qu’il n’a 
pas cessé d occuper, il laisse une famille nombreuse sans fortune. Nous 
sommes heureux d’annoncer qu’en reconnaissance des services rendus 
par M. Pasquier à la chirurgie militaire, le Président de la République 
vient généreusement d’accorder une pension de 2,000 fr. à la veuve de 
ce chirurgien éminent, et de décider que ses cinq enfans seraientélevés 
a Saint-Denis ou dans un lycée. 


Le gérant, Richelot. 


TBAITE 

l'AITection calcalease du Foie et dn Pancréas 

(avec cinq planches lithographiées) ; 

Par V.-A. Fauconneau-Düfresne, 


la Société de médecine de Paris, chev. de la Légion-d’Honneur. 
Un vol. format anglais. — Prix : 4 fr. 50 c. 

Paris, chez Victor Masson, libraire, rue de l’EcoIe-de-Méde- 
cine, 17, et dans les bureaux de l’Vnion Médicale. 


TRAITÉ-,.,. MALADIE VENERIENNE 

par J. Hunier, traduit de l’anglais par le docteur G. Richelot, 
avec des notes et dos additions par le docteur Ph. Ricord, chi¬ 
rurgien de l’hôpital des Vénériens, membre de l’Académie de 
médecine, etc., accompagnée de 9 planches.—Deuxième édition, 
revue, corrigée çt augmentée. Paris, 1852. — Prix : 9 fr. 

Chez J.-B. Baillière, libraire de l’Académie de médecine. 


fr. I 


i la dosie. 


KOUSSO 

REMÊOEüNFArLLtBLEv CONTRE' tE< 

ER SOIITMRÈ 


SEUL APPROUVÉ 

Parles Académies des Sciences et de Médecine de Paris. 
IsxasnEK le cachet et la signature de BOGGIO, M'i“-Phien, 
13, rue Neuve-pçs-Petits-Champs. (Paris. Aff.) 


COURS DE PATHOLOCIE INTERNE, 

professé à la Faculté de médecine de Paris, par M. le professeur 
Andeàl ; recueilli et publié par M. le docteur Amédée Iatour, 
rédacteur en chef del’ Union médicale ; 2® édition entièrement 
refondue. —3 vol. in-8° de 2076 pages. Prix : 18 fr. 

Germer-Baillière, libraire, 17, rue de l’KcoIe-de-Médecine. 


,, - par W. Mackensie , profes- 
seurd’oplithalmologie à l’Université deGlascow; traduitde l’an¬ 
glais, avec notes et additions,-par G. Richelot etS. Laugier, 
docteurs en médecine de la Faculté de Paris. Un fort volume 
n-8. Prix; g fr. 

Chez Masson, libraire, place de l’Ecole-de-Médecine,n“ 17. 


APPAREIL ELECTR0-MÉDICAL ,o,c. 

TIONNANT SANS PILE NI LIQUIDE, de Breton frères.-Cet 
instrument, déjà si connu par les services qu’il rend tous les 
jours dans les sciences médicales, vient d’être tout nouvrilement 
perfectionné. On peut, de la manière la plus facile, appliquer 
sans danger l’électricité galvanique dans les diverses et nom¬ 
breuses maladies qui nécessitent l’emploi de cet agent comme 
moyenthérapeutique; car, avec t’intensilé des fortes commo¬ 
tions électriques, qui peuvent se graduer et devenir presque in¬ 
sensibles, on peut aussi maintenant en graduer le nombre à vo¬ 
lonté. Cet appareil, qui vient d’être tout récemment présenté à 
l’Académie des sciences, et dont l’usage est adopté pour le ser¬ 
vice des hôpitaux, est du prix de 140 francs. Chez MM. Breton 
frères, rue Dauphine, 25. 


Lt UHILLUn~OIDCnUni , Belhojime, directeur 
d’un Etablissement d’aliénés, servant à l’alimentation forcée des 
aliénés, se trouve chez Charrière, rue de l’Ecole-de-Médecine, 6, 


VINGT-TROISIÈME ANNÉE DE PUBLICATION, 

L’ALMAMCH GÉNÉRAL DE MÉDECINE POUR 1851 - 1862 . 

PAR DOMANGE-HUBERT. 

Chez Victor Masson, place de l’Ecole-de-Médecine, 17 ’ 

Et dans les bureaux de V Union Médicale, rue du Faubourg-Montmartre. 56. 

„ PRIX : 3 francs 50 CENTIMES. 

” Pevsonnes qui en feront la demande recevront leurs exemplaires à domicile. [Affranchir. 


„ , -DEROUET-BOISSIÈRE, 

Un rapport de l’Académie, du 30 avril 1841, constate que, dans 
celte préparation, le sel de fer n’est point altéré, et que c’est le 

traitement le plus sur et le plus commode-Pharmacie Pre- 

Saint-Honoré, 276, à Paris. 


MAISON DE SANTÉ DU O'LEV, 

Avenue Montaigne, n» 45 [ancienne allée des Veuves). 

Cet établissement, fondé depuis 25 ans, est destiné aux trai- 
temens des maladies aiguës et chroniques, aux opérations chi- 
rurpcales et aux accouchemens, vient d’ajouter aux bains de 
^ trouve, l’application de la méthode hy¬ 
drothérapique. MM. les docteurs pourront suivre et diriger 
comme Us le jugeront convenable l’emploi de ce moyen.—Vaste 


MÉDAILLE D’OR DU GOUVERNEMENT BELGE. 

MEDAHLE DE VERMEIL DU GOUVERNEMENT DES PAYS-BAS 

Vi,. HUILEFOIE „ MORUE a.'Æ. 

medecin-docleur, se trouve chez M. MÉNIER, rue Ste-Croix-de- 
1»-Rrpinnnpr,» no 46^ dépositaire général, et dans toutes les 


■ maladies chirurgicales 

. . nent, ainsi qu’au tra’-- 

M- n , ,^®'*’‘?"®9“«*>'t'r>geeparledrRocHAED, rue U» 
Marbeuf, 36, près les Champs-Elysées. — Situation saine et 
agréable, — soins de famille, — prix modérés. 

Les maladesysont traitéspar les médecins de leur choix. 


î. — TYPOGRAPHIE FÉLIX MALTESTE ET COMP., 

Rue des Deiix-Piptes-Sl-Sauveur, 22. 


ASSAINISSEMENT HABITATIONS 

On recommande à MM. les médecins qui connaissent tous les 
dangers de l’humidité dans les logemens, le Parquet sur bi¬ 
tume inventé par M. Gouhguechon. Ce parquet plus durable, 
plus solide, moins coûteux et aussi bien fait que le parquet ordi¬ 
naire, garantit de 1 humidité les logemens les plus insalubres. Il 
convient surtout pour les bibliothèques, pour les pharmacies et 
laboratoires, pour toutes les pièces où l’on veut conserver des 
objets a l’abri de l’humidité, car ce système s’applique aussi sur 
les murs. On peut voir et apprécier ce parquet qui est breveté 
(s. g. d. g. ) dans plusieurs établissemens publics, entre autres au 
rez-de-chaussée du nouvel hôtel du timbre, à l’église de Pan- 
themont, dans plusieurs chapelles des églises de Paris etc — 
S’adresser, franco, rue d’Enfer, n» lü2, à Paris. ’ 








































fe L'UNION MÉDICALE_ ^ 

Pour rèlranser, où le port est -*—• ^ -®- ^ BUREAUK D’ABONNEMENT : 

double ■ 20 F K«e du Taiiboui-e-^SontHiurtre, 

!Ev'iê';;'ieWort4ai mmm des iPiTÉRÊTs sottmqees et pratpes, morm et professiomeis 

Mois. 22 Fr. On s’abonne aussi. 

. An ’ ^ laa-BTï-rww^ A ■*■ Dans tous Ics Bureaux de Poste, et des 

d’outremer* DU CODPS flî-EDÎUA.U» Messageries Nationales et Générales. 

.' > _ : 

Ce Journal paraît «rois fois par semaine, le BIAïtBI, le JÏ3I1M et le SAMKBI. 

Tout ce qui concerne la Réclaciion doit être adressé aux Bureaux du Journal, à M, le Docteur Amédée ,,ato*r, Rédacteur en chef; tout ce qui concerne l’Administration, à M. le Gérant. 

Les Lettres et Paauets doivent être affranchis. 


i 


e 


i 

1 


«'«bai»®-— 1- Sur la séance de l'Académie de médecine : Frictions mer- 

®®' .‘liesprophylactiques de la rage. — II. Travaux originaux ; Nouvelle mé- 
lie ipailemcnt des cicaù-ices.ràieuses. - III. Académies , sociétés sa- 
* OTES ET associations. (Académie des scienccs).Scancedii 12 Janvier : Influence 
milieux géographiques, géologiques et chimiques sur l’organisation de l’homme 
o d^s antoux -Recherches sur l’iode dans l'air, les eaux, le sol et les produits 
Alimentaires des Alpes de la France et du Piémont. — (Academie de medecine). 
Lance du 13 Janvier : Correspondance. — Rapport sur le traitement prophylac- 
i n ip de la rage au moyen de la métliode des frictions mercurielles. — Mémoire 
' ip les eaux potables en général, considérées dans leur constiliilion pliysique et 
chimique. - IV. Nouveeles et Faits hivers. — V. Feuiueeton : Un mallicur 

sur la ville d'Hyères. 


SUR I.A SÉANCE DE L’ACADÉMIE DE MÉDECINE. 
frictions mercurielles prophylactiqces de la rage. 


Un très remarquable rapport de M. Renault sur la rage a 
fait à peu près tous les frais de la séance de l’Académie de mé¬ 
decine. Le savant professeur d’Alfort a donné la mesure de 
tout ce qu'un rapporteur intelligent et zélé peut faire à l’occa¬ 
sion des rapports qui lui sont confiés. C’est non seulement 
une lumineuse discussion des faits, une appréciation rigou¬ 
reuse et une* critique soignée de toutes leurs circonstances, 
mais encore un excellent mémoire dans lequel M. Renault n’a 
pas craint de faire entrer et son érudition, et ses observations 
propres, et les résultats de ses expériences personnelles. 

Il s’agissait de faits relatifs à l’emploi des frictions mercu¬ 
rielles pour prévenir les terribles effets de l’inoculation du 
virus rabique. Un loup, supposé enragé, avait mordu quatre 
personnes ; de ces quatre personnes, trois ont été soumises aux 
frictions mercurielles à haute dose, et poussées jusqu’à saliva¬ 
tion abondante et même jusqu’à des accidens hydrargiriques 
assez graves; ces trois personnes ont été préservées. Une 
quatrième n’a.suivi le traitement que d’une manière incom¬ 
plète; elle a succombé, dit-on, à l’hydrophobie. Voilà le fait 
brut. 

‘Sous l’analyse savante et sévère de M..Renault, ce fait s’est 
réduit aux plus simples proportions. Rien ne prouve d’abord 
que le loup fût enragé. Un individu est mort après avoir été 
soumis à ses morsurés, mais l’histoire de sa maladie, la des¬ 
cription des symptômes, rien n’indique qu’il ait réellement 
succombé à l’affection rabique. Trois individus ont été pré¬ 
servés après avoir subi l’intoxication mercurielle, mais d’a¬ 
bord ces trois individus avaient été préalablement et immé¬ 
diatement cautérisés. Puis, quant à la valeur de l’emploi des 
frictions mercurielles, M. Renault l’a discutée en maître. Cette 


méthode n’est pas nouvelle ; les médecins du dernier siècle 
l’ont beaucoup vantée. Delasonne surtout la préconisa vive¬ 
ment, et l’on sait l’impression que p^duisirent les expérien- 
ces de Sënlî5,'’s'ûTvânrresqÜèIles u1ne proportion considérable 
de personnes mordues par un chien enragé auraient été pré¬ 
servées de l’hydropbobie après l’emploi des frictions mercu¬ 
rielles. De la discussion à laquelle s’est livré M. Renault, des 
résultats expérimentaux qu’il a fait connaître, il résulte que 
les faits de Senlis sont loin de prouver les avantages des fric¬ 
tions mercurielles. Il en est de la rage comme de toutes les 
maladies virulentes et contagieuses, tous les individus ne sont 
pas aptes à la contracter , ou plutôt, peut-être, et pour se 
servir d’un langage plus prudent, il est des dispositions par¬ 
ticulières et inconnues, de l’économie qui font qu’on est ac¬ 
tuellement réfractaire au virus rabique. Ainsi, M. Renault a 
cité des expériences qui lui sont propres; des expériences 
faites dans les Écoles vétérinaires de Toulouse et de Lyon, 
desquelles il résulte que l’inoculation rabique, pratiquée, soit 
par morsure, soit par la lancette, ne détermine la rage que sur 
une proportion à peu près toujours la même des animaux que 
l’on y soumet. Les oscillations'de cette proportion dépendent 
de l’animal qui fait les morsures et des parties qui sont mor¬ 
dues. Les morsures du loup et du clial sont plus dangereuses 
que celles du chien, parce que les premiers attaquent leur 
victime en face, mordent la figure etje cou, paj’ties plus vas¬ 
culaires et plus absorbantes que celles que le chien peut ordi¬ 
nairement atteindre. Mais le fait capital de ces expériences 
est celui-ci, que tous les individus mordus par des animaux 
enragés ne contractent pas nécessairement fa rage. 

On comprend la portée de ces expériences, relativement à 
la valeur de tels ou tels ageiis prophylactiques et .thérapeuti¬ 
ques; conclure de l’absence de li'i’age à l’efficacité de tels 
moyens, c’est faire œuvre peu sévère. M. Renault a beau¬ 
coup insisté sur cette manière imprudente et dangereuse 
de raisonneT ; dangereuse, car elle peut conduire'à négliger 
la seule précaution rationnelle qu’il faille s’efforcer de pro¬ 
pager, la cautérisation immédiate et profôîide des plaies. 

Nous serions affligé qu’on jugeât par ce résumé squeletti¬ 
que le beau rapport de M. Renault. L'académie en a volé 
l’impression à l’unanimité; nous pourrons donc y revenir. 
Quoique ce ne soit là, à vrai dire, qu’un travail négatif, quoi¬ 
que M. Renault n’ait, hélas ! que trop prouvé que la pratique 
n’est pas encore en possession d’une prophylaxie certaine 
contre la rage, ce travail n’en est pas moins digne de toute 


l’estime et de la considération de ceux qui aiment la science 
sérieuse et exacte. 

Amédée Latour. 

TRAVAUX ET MÉ.WOIRES ORIGIIXAÜX DE MÉDECUME 
ET DE CHIRURGIE, 

DE THÉRAPEUTIQUE GÉNÉRALE ET APPLIQUÉE. 

NOUVELLE MÉTHODE DE TRAITEMENT DES CICATRICES VICIEUSES5 

Par M. le docteur Lerighe , de Lyon. 

Les cicatrices vicieuses que laissent après elles certaines brû¬ 
lures dont la cicatrisation n’a pas été convenablement dirigée 
par le chirurgien ; la difformité qui en est le résultat et qui 
peut aller jusqu’à entraver les fonctions des parties brûlées, 
ont de tout temps fixé l’attention des praticiens, qui, dans le 
but de remédier aux inconvéniens que nous venons de signa¬ 
ler, ônt proposé divers procédés opératoires. 

Ces procédés reposent sur deux principes généraux ou plu¬ 
tôt se rattachent à deux méthodes. L’une consiste à enlever 
le tissu inodulaire et à'réparer la perte de substance par l'au- 
toplastie ; l’autre cherche à_ agrandir la cicatrice au moyen 
d’incisions pratiquées dans son épaisseur et la divisant com¬ 
plètement; à celte dernière méthode se rattachent les pro¬ 
cédés de Dupuytren, de Astley Gooper et de M. Goyrand, 
d’Aix. 

Dupuytren divisait en travers la peau et le cordon fibreux 
anormal dans un ou plusieurs points, pour arriver à un re¬ 
dressement facile et non douloureux de la partie rétractée. Il 
s’était fait un précepte de diviser avec soin la bride principale 
et celles qui étaient situées dans le voisinage. 

M. Goyrand'incise d’abord les tégumens dans une direction 
parallèle à la bride cicatritielle, ayant le soin de porter l’ins¬ 
trument dans toute l’étendue de cette dernière. Une fois le 
cordon mis à nu, et apparaissant sous la forme d’une cloison 
fibreuse, l’opérateur fait écarter les lèvres de la plaie, incise 
la bride en travers, d’espace en espace, ou sous un seul point, 
puis réunit les lèvres de la division par première intention. 
Enfin, Astley Gooper fait cette opération par ponction, ce qui 
rappelle assez la section de.s tendons par la méthode sous- 
cutanée'. Si on examine avec soin les divers procédés que nous 
venons de rapporter d’une manière succincte, on verra que 
tous sont loin d'offrir les conditions d’efficacité pour le but 
qu’ils veulent atteindre. Le procéd» de Dupuytren offre le 
grave inconvénient de diviser la peau dans une grande élen- 


FesBllIeîono 

UN MALHEUR SUR LA VILLE D’HYÈRES. 

Le malheur que j’ai à raconter, n’est pas un de '.ces sinistres qui dé¬ 
truisent une ville, qui la font tomber par morceaux dans la mer, comme 
Sorrente du golfe de Naples, ou qui la font disparaître comme par cet 
écroulement prétendu de la cataracte américaine de Niagara, toujours la 
même, comme on sait, pour le bonheur des amaieuis du piltoresque. 
Ce malheur consiste dans un événement bien difficilement répai able 
pour Hyères, car celle ville a perdu en grande pamie, et est menacée 
de perdre entièrement le trait par lequel elle ressemblait le plus à l’Ita¬ 
lie. Ce n’est pas le ciel, car il conserve toujours la môme sérénité et 
obéit aux caprices des mêmes venls. Ce n’est pas le ba-ssin ; il est tou¬ 
jours le même. Les îles, en effet, ferment le golfe à une courte dis¬ 
tance du boi d, etu’ontpas disparu sous l’effet de quelque travail sous- 
marin, comme-cela s’est vu bien souvent et comme cela se voit encore. 
La rive présente les mêmes contours, les collines se distinguent par les 
mêmes ondulations, les montagnes par les mêmes découpures. Cepen¬ 
dant Hyères menace de n’être bientôt plus Hyères. Que dis-je? Hyères 
a même déjà baissé, et on a presque de la peine à la reconnaître, si on 
se souvient de ce qu’elle était il y a quelques années. Que lui manque- 
t-ll pour être celte ville hospitalière bienfaisante aux malades parle cli¬ 
mat, par la situation, par la beauté de la campagne, par celte physiono¬ 
mie tout italienne qui rappelait la Péninsule ou la faisait désirer? Le 
voici, car il faut bien le dire. 

Les orangers qui formaient ces magnifiques jardins assez nombreux 
pour ceindre la ville, et s’étendre au loin danslavallée, les orangers dis¬ 
paraissent, ils ont même à peu près disparu. Ils formaient une popula¬ 
tion de 02,800 pieds, arbres bien au-dessous pour le port et la puis¬ 
sance des orangers des régions méridionales de l’Italie, mais assez beaux 
cependant pour dérouler au loin une brillante masse de verdure. Main¬ 
tenant cette verdure est en grande partie fanée. Un mal qu’on n’a pu 


combattre jusqu’ici, s’est pris à la racine de l’oranger, s’est attaqué au 
tronc ; et une fois la sève viciée dans sa composition chimique ou dans 
ses qualités nutritives, l’arbre s’altère, et les rameaux desséchés sont 
bientôt dégarnis de feuilles et de fruits. Le mal consiste dans le déve¬ 
loppement d’une plante parasite, un rhysictone, suivi de la formation 
d’un chancre qui s’étale, qui creuse dans la substance de l’écorce, et 
élabore ces produits délétères qui vont répandre la mort dans toutes les 
parties du végétal. M. Victor Rendu, inspecteur-général d’agriculture, 
est allé dresser celte symptomatologie ; c’est lui qui, dans un Mémoire 
envoyé h l’Institut, a fait connaître les caractères du mal et les effets 
destructeurs qu’il ne manque pas de produire. Celte mission est même 
venue bien tard. Déjà le mal est si grand, qu’il a tué les trois quarts,de 
celte population de 42,800 orangers qui se pressait autour d’Hyères. Le 
reste, déjà malade, ou près de l’être, n’attend que son tour pour passer 
de vie à trépas. « 

La cause du développement de cette épidémie végétale est-elle difficile 
à'signaler? M. Victor Rendu ne se hasarde pas même à essayer d’une 
explication ; et cependant il y a quelque chose à dire à ce sujet. Hyères 
a été frappé depuis un demi-siècle, par quelques terribles hivers qui ont 
fait subir de cruelles épreuves aux orangers assez vigoureux pour l ésis- 
ter à de telles attaques. Je fus surpris, pendant mon séjour dans cette 
petite ville, qui remonte déjà à plusieurs aimées, de l’état valétudinaire 
des plantations. Comparés à ceux que je venais de voir, ces arbres me 
paraissaient dépourvus de cette'force, de celle vitalité propre à ceux qui 
vivent sous leur véritable climat. J’eus bientôt l’explication de cet état de 
choses parla triste histoire qui me fut faite des hivers rigoureux et de 
leurs désastreux effets. Celte cachexie, le signe d’un désordre intérieui-, 
devait avoir les mômes conséquences chez le végétal que chez l’homme ; 
elle devait finir par le plein retour à la santé ou par le développement 
d’une maladie. L’arbre tient de plus à la terre, élément qui doit se mo¬ 
difier dans ses conditions chimiques. Si^ au lieu d’une température mo' 
dérée, 11 reçoit pendant une période de quelques années, l’atteinte ré¬ 
pétée de froids excessifs, ces deux sortes d’influences ne sont pas assu¬ 


rément étrangères à la cause de la cruelle épidémie végétale qui frappe 
à Hyères, les plantations d’orangeçs. 

On avait essayé de quelques moyens pour conjurer le mal et en arrê¬ 
ter les ravages, comme le butage des troncs. Mais cette précaution, 
très bonne dans les temps ordinaires, n’a été d’aucun ofl'et dans une si¬ 
tuation aussi grave. L’épidémie marchait du môme pas, passant rapide¬ 
ment d’un arbre à l’autre, et s’acharnant sur sa victime jusqu’à ce que 
les feuilles-jaunies et desséchées des rameaux laissassent à nu le sque¬ 
lette desséché du bois. M. Victor Rendu à pensé que pour en finir avec 
une maladie qui, dans une année peut-être, aura opéré la complète des¬ 
truction des jardins d’Hyères, il n’y avait qu’un seul moyen, res¬ 
source radicale s’il en fût, mais qui présente au moins l’avantage de 
n’ètre pas une demi-mesure. R s’agit de faire courageusement table rase 
de ce qui reste d’orangers. Puisqu’on a vu déjà disparaître les deux 
tiers des 42,800 pieds qui formaient une si brillante couronne de ver¬ 
dure autour de la ville climatérique, il est aisé de faire le sacrifice du 
reste. .Celte opération terminée, M. Rendu conseille de transformer le 
sol- en prairies pour en renouveler les conditions chimiques sous l’in¬ 
fluence d’un nouveau système de production, sauf ensuite h transfor¬ 
mer les prairies en jardins, par des plantations nouvelles^ 

Sous le rapport agricole,rien de plus simple, rien de mieux entendu. 
En soumettant la terre à une production d’une espèce différente, on la 
repose, on lui donne le temps de recouvrer une énergie altérée, on 
change ses conditions en facilitant le développement de conditions meil¬ 
leures. Mais, à Hyères, la question agricole doit être écartée ; pour cette 
ville, c’est une question secondaire. Sans doute, les oranges sont d’un 
bon rapport pour elle. Quelque redoutable que soit la concurrence faite 
par les oranges d’Italie et de la côte piéraontaise, surtout depuis que les 
frais de transport vont en diminuant chaque jour, cette production est 
d’iin revenu assez élevé, pour que toute autre ville en fut heureuse et 
satisfaite. Le revenu principal pour Hyères, ce ne sont pas les fruits, ce 
sont les malades. Et les malades iront-ils à Hyères quand les orangers 
auront entièrement disparu ? Où sera pour eux cette sentinelle avancée 

















































(lue, et par conséquent d’exposer les extrémitées de la bride 
incisée à se confondre avec les lèvres de la plaie tégumentai- 
re ; ce qui peul exposer au retour de la difformité, par suite 
de la nouvelle cicatrice. M. Goyrand, dans sa manière d'opé¬ 
rer, s’expose à ne diviser que d’une manière incomplète les 
lamelles ou cordons fibreux qui avoisinent souvent les côtés de 
la bride principale. Le procédé d’Astley Cooper a sans doute 
un grand avantage sur les autres, mais il ne peut être em¬ 
ployé que dans des cas rares où la peau a conservé sa mobi¬ 
lité. On voit, par l’insuffisance des procédés qui viennent 
d’être rappelés, que la chirurgie réparatrice n’a pas dit son 
dernier mot dans le traitement des difformités dépendant de 
cicatrices vicieuses et irrégulières. Sur ce terrain il y avait 
encore un progrès à accomplir, et c’est dans lebut d’y concou¬ 
rir, que nous proposons la méthode, dite par glissement. Quel 
que soit le nombre des cicatrices, quel que soit le lieu qu’elles 
occupent, quel que soit l’état de mobilité de la peau, le même 
procédé est applicable, et offre sur les autres l’immense avan¬ 
tage de terminer l’opération de suite, de s’opposer d’une ma¬ 
nière certaine à la reproduction plus ou moins partielle de 
la difformité, et d’abréger de beaucoup le temps de la guéri¬ 
son. Pour mieux faire comprendre notre méthode, nous rap¬ 
porterons deux exemples à l’appui du moyen que nous propo¬ 
sons. 

Observation I. — Rétraction du pied sur le tibia, à la suite d'une 
cicatrice vicieuse provenant d'une brûlure. 

Le nommé Gaubé, âgé de 6 ans, demeurant à la Mulâlière, près Lyon, 
étant en nourrice, reçut sur le pied de l’eau bouillante qui produisit 
une brûlure du second degré. Sa nourrice craignant des reproches des 
parens, n’avertit nullement ces derniers de l’accident arrivé à l’enfant, 
de manière que plusieurs mois se passèrent sans qu’il eût de secours. 
La plaie occupait la moitié de l’étendue du coude-pied et remontait sur 
la partie antérieure et inférieure de la jambe droite. A 18 mois, on re¬ 
lira l’enfant de nourrice, et c’est alors seulement que les parens appri¬ 
rent l’accident arrivé h leur enfant. Dans cet état, il fut amené à Lyon, 
on consulta un mé(Jecin qui fit panser la plaie avec une solution de 
gomme arabique. Enfin, au bout de trois ou quatre mois, la cicatrisa¬ 
tion de la plaie avait eu lieu, mais avec une' rétraction du pied sur le 
tibia, de manière à ce que l’enfant marchait sur la partie postérieure du 
talon, la plante du pied formant avec îa jambe iin angle de li5 degrés. 
C’est dans cet état qu’il nous fut amené dans le mois de mai 18û6. En 
examinant le pied on voit qu’il y a d’énormes brides qui attachent le 
pied h la jambei 

En présence de semblables accidens, aidé de M. le docteur Greppo, 
nous eûmes recours au procédé suivant pour remédier à cette diffor¬ 
mité. La jambe étant maintenue par un aide, de manière à produire 
une extension des brides, la main armée d’un bistouri, nous l’avons 
plongé au-dessus des tissus de nouvelle formation un peu au-dessous de 
l’articulation du pied, en rasant en quelque sorte les parties sous-ja¬ 
centes, et nous sommes venu ressortir au devant du tibia, puis nous 
avons étendu la jambe et le pied, de manière à ce que le membre fût 
ramené dans son état normal, et que le lambeau unique par son extré¬ 
mité supérieure vînt s’appliquer sur la plus grande partie de la plaia. 
faite par le bistouri. Il resta de la sorte au-devant du tibia une plaie 
saignante de 3 centimètres d’étendue. 

Cette manière d’opérer nous offrait cet avantage que le lambeau ap¬ 
pliqué sur l’articulation tibio-tarsienne s’opposait à ce que la cicatrisa¬ 
tion arrivant, il .se formât de nouvelles brides. Après cette opération, 
on pansa la plaie simplement h plat, on plaça une alelie en dedans et en 
dehors de la jambe, une semelle en bois à laplante du pied, de manière 
h tenir les parties dans les conditions néce.ssaires pour maintenir le re¬ 
dressement du membre et la cicatrisation du lambeau. Après quatre 
jours, 011 examina le membre, l’adhérence du lambeau était complète, 


22 _ 

la plaie supérieure était dans de bonnes conditions. On débarrassa 
l’enfant de l’appareil qu’on avait été obligé de mettre, et au bout de 
vingt-cinq jours, la plaie de la partie inférieure de la jambe était cica¬ 
trisée. L’enfant se servait de la jambe droite comme de la gauche. 
Observation II. — Brûlure de la face; — renversement de la pau¬ 
pière Inférieure droite par des brides s’étendant de la partie 
inférieure de la pommette au bord libre de la paupière. 

M'*'Blé..., âgée de 12 ans, me fut amenée par sa mère le 8 juillet 
18û9, pour me demander de remédier à la difformité qu’offrait sa fille. 
A l’âge de 5 ans, cette enfant, voulant prendre un va.se clans lequel était 
du bouillon que sa mère venait de retirer du feu, le renversa, et il lui 
en jaillit sur la joue. On pansa la plaie avec un lininient calcaire; mais 
on no put s’opposer à la formation de brides qui tenaient la paiipiere 
inférieure renversée, et donnaient à la face une expression repou.ssanle. 

Apçès avoir examiné attentivement la plaie, la main armée d’un bis¬ 
touri étroit, nous l’avons plongé à la partie inférieure de la pommette, 
base des brides, et en remontant nous avons incisé tous les légumens 
et terminé notre lambeau au bord inférieur de la paupière ; puis, ra¬ 
menant la paupière dans son état normal, nous l’avons assujélie aumoyen 
d’agglutinatifs avec la paupière supérieure. Nous avons maintenu le lam¬ 
beau sur la partie inférieure de la plaie, de manière à ce qu’au-dessus 
de la partie supérieure du lambeau il restait une plaie saignante d’un 
demi-centimètre d’étendue environ. Nous avons pansé à plat, et trois 
jours après, nous avons levé le premier appareil. Le lambeau était 
soudé. La paupière avait conservé sa position normale; la plaie com¬ 
mençait à donner de la suppuration. Nous avons continué le même pan¬ 
sement, en ayant le soin de tenir les paupières closes. Enfin, quinze 
jours après, la cicatrisation était complète, et le renversement de la 
paupière ne s’était pas représenté. 

li nous serait facile de multiplier ces exemples; mais 
comme ils ne montreraient rien de plus que ce que nous 
avons déjà fait, nous pensons qu’ils suffiront à l’intelligence 
de la méthode que nous préconisons. 


iGÂD^iîES, SOCIÉTÉS SAVANT ES ET ASSOCUIIOWS. 

ACADÉMIE DES SCIENCES. 

Séance du 12 Janvier. — Présidence de M. Piobert. 

M. Foürcault lit un mémoire sur l'influence des milieux géogra¬ 
phiques, géologiques et chimiques sur l'organisation de l'homme et 
des animaux. 

Les faits énoncés dans ce mémoire et les considérations qui s’y raita- 
cheiit, engagent l’auteur à conseiller aux agriculteurs et aux horticul¬ 
teurs qui habitent les contrées où le goître et le crétinisme sont endé¬ 
miques, de déposer des engrais ou des amendemens iodifères dans le 
sol ; de soumettre les animaux domestiques, qui donnent leur chair et 
leur lait à l’usage d’un sel iodifère. Ces mesures hygiéniques, comme 
celle qui a été conseillée par M. Boussingault et ensuite lïar M. Grange, 
me paraissent propres à diminuer les ravages du crétinisme et des scro¬ 
fules, de la consomption pulmonaire dans les conirées où ces affections 
sont endémiques, et à prévenir le goître, si fréquent dans une foule de 
localités. 

M. Chatin présente les 3“” et 4“" et dernière partie de son mé¬ 
moire sur la recherche de l’iode dans Pair, les eaux, le sol et les 
produits alimentaires des Alpes de ta France et du Piémont. 

L’auteur résume ce travail, dont l’ensemble prouve que l’air, les 
eaux, le sol et ses produits à peine indurés dans les Alpes, varient pro¬ 
portionnellement au goître et au crétinisme, par les propositions sta¬ 
tistiques suivantes : 

Négligeant les nuances intermédiaires et quelques faits spéciaux, d’ail¬ 
leurs confirmatifs des observations générales, M. Chatin divise en six 
zones les pays sur lesquels ont porté les études. 

Zone première, normale ou de Paris. — Section A. — Le goître et 
le crétinisme sont inconnus. On trouve en moyenne que, dans cette 


zone, le volume d’air respiré par un homme en vingt-quatre lieiirç 
(7,000 ou 8,000 litres, suivant M. Dumas) contient au moins 1/200 dg 
milligramme d’iode; le litre d’eau pluviale, 1/150 de milligramme; le |j, 
tre d’eau de source ou de rivière 1/300 de milligramme, et 10 grammes 
de sol arable aussi 1/200 de milligramme du même corps. 

Section B. — Aux environs de Paris, les eaux potables peuvent nç 
pas contenir de quantité sensible d’iode (ce qui arrive chez celles d’en, 
tr’elles qui sont dures), sans que le goître se manifeste dans la plupart 
des cas. Si par hasard on l’observe (vallée de Montmorency), c’est prin, 
cipalement comme dans les zones 3“' et 4”'% chez les femmes habituées 
à porter des fardeaux sur ou derrière la tête, forcée de se fléchir sur b 
glande thyroïde, ou à la suite des efforts de l’accouchement. 

Zone 2“' ou du Soissonnai^. — Le goître est assez rare ; le créti, 
nisme inconnu. Différé de la première zone par un sol sensiblement 
moins induré, par la fréquence des eaux dures et privées d’iode. 

Zone 3“' ou de Lyon. — Le goître est assez rare ; le crétinisme in. 
connu. L’air, les eaux, le sol sont à la fois médiocrement indurés ; la 
proportion de l’iode dans 8,000 litres d’air, un litre d’eau de pluie, un 
litre d’eau potable et 10 grammes de terre arable variant de 1/500 à 
1/1000 de milligramme. 

Zone 4“' ou de Turin et de Clermont. — Le goître n’est pas rare- 
le crétinisme à peu près inconnu. Diffère surtout de la zone troisième 
par l’iode des eaux potables, qui est généralement au-dessous de 1/1000 
de milligramme. 

Zone 5“'= ou des hauteurs alpines. — Le goître est assez commun, 
le crétinisme assez rare. L’air et les eaux pluviales sont parfois et irré- 
gulièrement chargés d’un peu d’iode, le sol et les eaux potables ne con. 
tiennent pas 1/1000 de milligramme de ce corps pour 50 grammes cln 
premier et un litre des secondes. 

Zone G”' ou des vallées profondes des Alpes. — Le goître et le 
crétinisme sont communs. 10,000 litres d’air, un litre d’eau pluviale, un 
litre d’eau de source bu de torrent, 50 grammes de terre, ne fournis, 
sent pas le plus léger indice d’iode, élément qui ne se trouve dès lors 
dans ces derniers corps qu’à une dose inférieure à 1/4000 de milli- 
gramme. 

On peut ramener la proportion de l’iode au type normal ou de la 
section A de Paris ; dans la section B de la zone 1" et dans la zone 
2”', en recueillant les eaux pluviales pour les substituer dans tons 
les usages domestiques aux eaux calcaires ; 

Dans les zones troisième et quatrième (à Turin notamment), en re¬ 
cueillant aussi l’eau de pluie et en faisant venir les produits alimentaires 
de contrées riches en iode, telles que la Brie, la Beauce, la Bourgogne, 
le Bordelais, les basses plaines du Piémont; 

Dans les zones cinquième et sixième, où l’emploi des eaux pluviales 
ne serait que d’une médiocre utilité, en raison du peu d’ioduration de 
l’atmosphère, on devra préférer les produits étrangers au sol, et sur¬ 
tout utiliser, après les avoir rendues potables par l’exposition h l’air, les 
eaux minérales iodo-sulfureusesqui jaillissent en grand nombre des con¬ 
trées les plus affligées par le goître et le crétinisme. Les sels indurés, 
dont l’emploi a déjà été conseillé par M. Boussingault et par M. Grange, 
fourniraient l'iode nécessaire aux populations à portée desquelles il 
n’e.xisterait ou ne serait découvert aucune source minérale indurée. 

M,, Chatin termine en recommandant d'introduire, autant que possi¬ 
ble, des produits indurés dans l’alimentation dès animaux destinés à 
fournir à l’homme une partie de sa nourflture. Autant il est facile, dit- 
il, d’approprier les eaux sulfureuses aux usages de l’homme, autant or 
trouvera d’avantages à donner aux animaux les eaux salines, pour les¬ 
quelles ils ont un goût prononcé. Le traitement à chaud des terres pat- 
une eau alcaline pourrait en outre fournir, au moins aux animaux, une 
boisson indurée ; les cendres pourraient remplacer l’alcali. Les engrais 
et les irrigations pourraient encore être des moyens efficaces, en cer¬ 
taines conirées, d’iodurerlesalimens tant de l’homme que des animaux. 
Les dépôts des sources minérales et l’emploi en irrigations de celle de 
ces dernières, qui ne pourraient être bues, ne devront pas être né¬ 
gligés. 


de l’Italie ? A quoi reconnaîtront-ils ce morceau détaché de Sorrenle ou 
d’Ischia h quelques journées du nord de la France ? Leur œil se reposera 
sur des gazons, sur des terres en friqjie, sur quelques arbres clairsemés 
dans la campagne, mais semblables à ceux qui vivent à la température 
ordinaire de la Provence et_du Languedoc. L’ennui les saisira au cœur, 
et ils partiront pour Nice; ou bien ils se dirigeront plus loin vers l’O¬ 
rient, si Nice, avec des influences trop rigides et trop capricieuses par¬ 
fois, ne les force h renoncer aux beaux aspects de son golfe et au riant 
et magnifique spectacle de ses alentours. 

Ce ne serait rien peut-être si le climat restait le même. On passerait 
sur l’inconvénient de la campagne pour goûter les avantages de l’air. 
Mais ce climat, qui mérite assurément sa réputation, bien que ses qua¬ 
lités aient été souvent exagérées soit par la reconnaissance des malades, 
soit par l’absence de termes de comparaison, se conservera-t-il tel qu’il 
est? Et d’abord, il a des défauts, si la médecine lui reconnaît des qua¬ 
lités précieuses. Le mistral, ce redoutable nord-ouest qui balaye impé¬ 
tueusement la vallée du Rhône, et dont le souille rapide et froid se fait 
sentir jusqu’aux côtes des Calabres, le mistral respecte moins Hyères 
que ne le croit M. Victor Rendu. Les monographies écrites sur le cli¬ 
mat, et les livres sp'ëciaux qui traitent celte question si vaste de la clima¬ 
tologie médicale, donnent là-dessus des renseignemens assez exacts pour 
les admettre et s’en servir. Ainsi, le mistral, qui a déjà quelqu’impor- 
tance dans les conditions atmosphériques de ce coin de la Provence, 
n’en aura-t-il pas davantage quand le sol sera dépouillé ? Les jardins ne 
grimpent pas sur les coteaux, sur les aspérités plus ou moins élevées 
qui bornent le bassin d’Hyères, mais ilssont nombreux autour de la ville 
et surtout du côté du ciiemin de Toulon, c’est-à-dire dans un arc de 
cercle compris entre le nord et l’ouest. Qu’on suppose ces jardins tom¬ 
bés sous la hache, et le sol qui les portait transformé en prairies, le 
vent, loin de diminuer dans sa force et dans sa rapidité, conservera tout 
son caractère et aggravera les conditions mauvaises que celte influence 
fait régner dans le climat. 

La nature même de l’aménageinent agricole change l’état de l’airj'Ie 


climat s’en ressent à un tel degré dans certaines conditions, qu’il s’al¬ 
tère profondément, qu’il se transforme, qu’il est loin d’être ce qu’il était. 
Tout le monde sait quelle a été l’influence sur la France de la coupe 
exagérée des forêts; il en est résulté les grandes sécheresses, et en 
partie les caprices qui se remarquent de plus en plus dans les saisons. 
On n’ignore pas non plus que les défrichemens augmentent aussi les sé¬ 
cheresses et éloignent les extrêmes de la température, de manière à oppo¬ 
ser des hivers froids à des étés chauds. Les 42,800 pieds d’orangers ne 
forment pas une vaste forêt autour d’Hyères; cette population végétale 
est môme d’une importance moins grande qn’onne pourrait le supposer, 
pour l’étendue des surfaces vertes, car les arbres sont généralement 
assez petits comparés à la taille des orangers de Nice, de Menton et des 
régions méridionales de la Péninsule, Cependant, cette masse d’oran¬ 
gers a sa mesure d’influence qu’il ne faut pas exagérer sans doute, mais 
qu’il convient d’apprécier à sa juste valeur. 

Dans l’hypothèse donc de la transformation du bassin d’Hyères en 
prairies, il arrivera deux choses : si la séchere.sse ne se fait pas sentir par 
ladiminution dans la moyenne annuelle des pluies,ellese dessinera par 
de notables différences sur l’hygromètre. Je ne crois pas, pour ma 
part, que l’air sec soit l’air le plus favorable aux malades qui vont hiver¬ 
ner à Hyères ; je pense que l’excès de ressort ne peut que nuire, et qu’il 
doit être tempéré par l’humidité. Ces opinions, qui ont acquis assez 
d’autorité pour se faire admettre, me conduisent à conclure que, sous 
le rapport de ce changement, le climat pourrait s’altérer au lieu de s’a¬ 
méliorer. Le second résultat consiste dans l’abaissement de la tempéra¬ 
ture comme conséquence du rayonnement nocturne moiiis fort dans les 
surfaces plantés d’arbres, que sur les terres non abritées ; en d’autres 
termes enfin, les hivers deviendraient plus rigoureux. J’ignore si on a 
relevé quelques observations depuis le déboisement partiel, puisque les 
orangers sont morts aux deux tiers; en supposant qu’elles ne fussent 
pas la confirmation de ce que j’avance, la faute en serait sans doute au 
petit nombre d’années écoulées depuis le commencement de la mor¬ 
talité. 


Ainsi, le malheur qui s’est attaché à la ville d’Hyères, est bien un vé¬ 
ritable malheui', un malheur presque irréparable. Si le sacrifice des 
jardins est nécessaire, et qu’il faille courber la tête sous la nécessité du 
remède radical proposé par M. Rendu, que deviendra Hyères sans ses 
malades? Sa réputation sera éclipsée, car sa population périodique 
n’ira plus l’habiter, HyèreS aurait bien sacrifié ses orangers pour con¬ 
server ses malades, mais les uns sont presqu’inséparables des autres, car 
nous avons vu que des plantations dépendaient la conservation de l’état; 
de l’air, la permanence de la température, les conditions ordinaires de 
l’hygrométrie. Cette question de climat ne s’isole pas d’une autre, très 
essentielle aussi, qui forme le côté moral de l’influence. Le malade qui: 
va demander la santé aux influences de l’atmosphère et du soleil, la 
demande aussi à celles qui agissent par la voie de la pensée et de l’ima¬ 
gination. H lui faut des impressions nouvelles, un spectacle nouveau, 
quelque chose qu’il ne connaît pas, mais qu’il désire, uir peu de celle 
Italie qu’il aurait voulu visiter, mais qui est trop loin peut-être pour ses 
forces. Les orangers manquant, la source la plus féconde d’impressions 
manque, et le malade se retrouve au milieu d’un paysage qui a la forme 
et surtout l’impuissance de ceux qui lui sont familliers. Il est vrai que 
lorsque les prairies auront fait leur temps, les orangers refleuriront sur 
la terre d’Hyères. Mais que d’années il faut pour que ces jardins repren¬ 
nent leur ancienne beauté ! Et d’ici là, une ville voisine , quelque village 
oublié sur cette côte accidentée, qui s’étend depuis Nice jusqu’à sa rivale 
de la terre de France, aura hérité peut-être de sa réputation et de la 
foule de ses cliens ! Je voudrais certainement me tromper dans ce pré¬ 
sage, car la petite cité provençale a rendu trop de services h l’art de 
guérir pour jamais être oubliée. D' Ed. Carrière. 


CONCOURS POUR LA CHAIRE D’HYCiÉNB. — Aujourd’hui, MM. Bé- 
clard, Sanson et Guérard ont été appelés à donner lecture de leur com¬ 
position écrite.—Vendredi, à4heures,commencera la deuxième épreuve, 
qui consiste en une leçon orale, après trois heures de préparation. MM. 
Bouchardat et Béclarcl sont les premiers appelés à subir celle épreuve. 
















ACADÉiUIE DE MÉDECINE. 

Séance du 13 Janvier 1852. — Présidence de M. Mêlier. 

Je ppocÈs-vei'bal de la dernière séance est lu et adopté. 

La correspondance comprend : 

.„ jjp mémoire de M. le docteur Hulin, de Mortagiie, sur le tannate 
Je qyjniiie dans le traitement des fièvres d'accès. (Comm. nommée.) 

* 00 Un mémoire de M. Mouciiet, de Bône, sur les fièvres des pays 
liauds. (Comm. MM. Gaultier de Claubry et Gérardin.) 

Qo Un mémoire de M. Cazin, de Boulogne, intitulé : De l’emploi des 
/licamens indigènes, et en particulier du sel ammoniac dans le traite- 
"îent des fièvres intermittentes. (Comm. des succédanés du quinquina.) 
*"/<>ün mémoire de M. Ollivier (d’Angers), sur les polypes utérins. 
(Comm. MM. Hervez de Chégoin et Jobert.) 
t;» Un mémoire de M. Laboulbène, interne des hôpitaux de Paris, 

; ij, Yaccine, la variole, et sur l’action qu’elles exercent l’une sur l’au- 
ire. (Commission de vaccine.) ■ 

RO Une note de M. Jourdain, pharmacien aux Thèmes, sur la prépa- 

• tion et l’emploi de quelques nouveaux médicamens, (Comm. MM. Gui- 
imuitet Bouchardat.) 

70 Une note de M. Hervieüx, sur la question de l’hérédité dans la 
phthisie pulmonaire. (Comm. MM. Louis et Grisolle.) 

M Renault, au nom d’une commission composée de MM. Barthé¬ 
lemy, Bonley jeune et Renault, rapporteur, lit un rapport sur le tràile- 
ment prophylactique de la rage au moyen de la méthode des 
frictions mercurielles. 

Les faits contenus dans le mémoire de M. Dezauneau, et les consé¬ 
quences qu’il en déduit, peuvent se résumer dans ces quelques lignes ; 

Un loup enragé mordit en plusieurs endroits de la face un nommé 
U qui, malgré la cautérisation de ses blessures et l’administration 
d’ün'remède prétendu anti-rabique, meurt vingt-deux jours après avec 
tousles symptômes de l’bydrophobie. Le même loup attaque et blesse 
plus ou moins grièvement onze animaux de différentes espèces qui sont 
tous abattus, et quatre personnes qui sont traitées par M. Dezauneau ; 
le traitement consiste dans la cautérisation des plaies 4i l’aide de l’acide 
sulfurique, et dans l’administration de frictions mercurielles poussées 
jusqu’à la salivation. De ces quatre personnes, trois, quoique ayant reçu 
des blessures profondes sur des parties nues, et se trouvaut par consé¬ 
quent dans des conditions favorables h l’action du virus rabique, ont 
guéri ; une est morte faute d’avoir suivi les prescriptions du traitement. 

Les trois personnes guéries auraient été préservées, d’après l’auteur, 
par la méthode des frictions mercurielles et la salivation abondante 
qu’elles ont produites, de la rage h laquelle a succombé G..., le pre¬ 
mier mordu, et qui n’y avait pas été soumis. Cette méthode constituerait 
donc le meilleur traitement h opposer h la rage h l’état d’incubation, et 
même lorsqu’elle a passé cette période. 

Telles sont, en substance, les conséquences explicitement ou implici¬ 
tement déduites des observations qui forment la base du travail de M. 
Dezauneau. 

M. le rapporteur, examinant si ces conclusions se déduisent rigou¬ 
reusement des faits observés, ne trouve pas dans leur relation la preuve 
que le loup dont il est question ait été bien certainement enragé. Il ne 
voit pas la preuve non plus que le nommé G..., qui a succombé après 
les morsures du loup, ait présenté les symptômes de la rage. En admet- 
'tant l’existence de la rage chez le loup, en admettant encore, ce qui ne 
lui paraît pas fondé, que les trois autres personnes mordues aient été, 
ainsi que le dit l’auteur, dans les conditions les plus favorables à l’ab¬ 
sorption du virus, M. le rapporteur examine ensuite s’il est constant, 
ainsique le croit M. Dezauneau, que c’est aux frictions mercurielles ad¬ 
ministrées h fortes doses et souvent répétées, que ces trois personnes 
ont dû d’avoir été préservées de la rage, et si cette méthode est réelle¬ 
ment la plus efficace qu’on puisse opposer au développement des effets 
du virus rabique. M. le rapporteur, afin de pouvoir juger jusqu’à quel 
point ces assertions sont fondées, rappelle quel est aujourd’hui l’état 
de la science sur celte question ; et de cet exposé il infère la mesure 
d’importance et la valeur réelle des faits produits et des opinions expri¬ 
mées par M. Dezauneau. 

De cette revue des principaux partisans et adversaires du mercure, il 
ressort : 1“ que de 1738 à 1783 il paraissait acquis à la science par une 
grande masse de faits, et il était professé par les médecins les plus haut 
placés, que les frictions mercurielles avaient une efficacité réelle, pour 
quelques-uns, comme moyen curatif; pour le plus grand nombre comme 
moyen préservatif de la rage. 

S» Que de 1783 jusqu’aujourd’hui, une véritable réaction s’est opé¬ 
rée contre ces idées, h ce point que beaucoup de praticiens éclairés ont 
été jusqu’à révoquer en doute même les vertus préservatrices, môme 
l’innocuité de cefte médication. 

■ Les raisons qui ont ébranlé des croyances reposant sur des observa¬ 
tions aussi nombreuses et étayées par d’aussi imposantes autorités, sont : 
1” le manque de preuves que les animaux qui ont mordu étaient atteints 
de la rage, et l’invocation de faits dans lesquels on cite comme ayant été 
préservées des personnes qui n’Ont même pas été mordues, et qui, évi¬ 
demment, n’ont pu être infectées; 2“ l’absence de preuve que la salive 
des animaux enragés a été déposée dans la plaie résultant de la mor¬ 
sure ; la plupart des personnes citées comme mordues ne l’ayant ôté 
qu’à travers les vêtemens, etc. ; 3° enfin, en admettant que l’animal qui 
a fait les morsures fûf enragé, et que celles-ci aient été faites à nu, il 
eût fallu, ajoute M. le rapporteur, pour argumenter rigoureusement 
des faits de préservation observés dans cés cas, qu’il fût constant que 
tous les individus mordus h nu, par des animaux enragés, deviennent 
nécessairement enragés quand on les abandonne à eux-mêmes. Or, 
parmi les obsei'vatlons rassemblées dans les divers ouvrages qui ont 
traité de la rage, les exemples abondent dans lesquels ces sortes de mor¬ 
sures sont restées sans résultat fâcheux sur des personnes ou sur des 
animaux qui n’ont subi aucun traitement. 

Cette opinion, que tous les individus niordus par des animaux enra¬ 
gés n’enragent pas, n’est donc pas nouvelle. Tous les auteurs sérieux, 
tous les bons observateurs qui ont traité de larage,l’ont consignée dans 
leurs écrits. Mais en France, du moins, il n’a été établi par aucun sur des 
données quelque peu certaines, quelle était, en moyenne, la proportion 
des cas de rage à ceux des morsures. M. Renault a entrepris ces éludes 
dont il expose en ces termes les résultats : 

i' Pour ne pas jeter de confusion dans ces calculs proportionnels et 


er- ! 


23 

conserver aux résultats leur valeur propre, il importe de faire deux sé- 
•ies des faits sur lesquels ils ont été établis. 

B Dans une pi-emière série se trouvent les cas de morsures acciden¬ 
telles, faites comme cela a lieu tous les jours, par des chiens entais ou 
suspects de l’être, à des chiens ou à d’autres animaux que leui#pro- 
priétaires ou la police envoient ensuite à Alfort pour y rester en obser¬ 
vation. On voit que les résultats des calculs faits sur les animairx de 
cette catégorie peuvent s’appliquer jusqu’à un certain point 
vations faites sur l’espèce humaine, puisque c’est ordinairement dans des 
circonstances semblables que sont mordues les personnes quisontl objet 
des observations rapportées par les médecins de l’homme. 

1) Voici, relativement aux faits de cette première série, les résultats 
de mes recherches sur l’espèce canine : 

» Dans la période décennale de 1827 à 1837, sur 225 chiens amenés 
aux hôpitaux de l’École, après avoir été mordus dans les rues par des 
chiens enragés ou regardés comme tels, et qui y sont restés plus de 
quatre mois en observation sans avoir subi aucun traitement, 

» 75 (le tiers à peu près) sont devenus enragés. 

» 130 (les deux tiers) n’ont rien éprouvé. 

» Mais on conçoit au point de vue scientifique, que ces chiffres ne 
sauraient donner la mesure d’activité ou de puissance du virus rabique, 
en ce sens 1° que la certitude de l’existence de la rage sur les chiens qui 
ont mordu n’a pas toujours existé; 2° que la trace des morsures na 
pas toujours été recherchée et reconnue sur tous les chiens déposés à 
l’École ; et que dès lors, il n’est pas démontré qu’ils ont pu être mor¬ 
dus dans des régions où l’abondance des poils aurait empêché la salive 
de pénétrer jusqu’à la plaie. 

» C’est pourquoi, pour avoir sur ce.point des élémens plus rigou¬ 
reux, j’ai fait un relevé proportionnel semblable sur une seconde série 
de faits que je vais faire connaître, et dans lesquels ne se trouvent pas 
ces causes d’incertitude et d’erreur. 

B Voici- ce que j’ai constaté ; depuis 1830 jusqu’aujourd’hui, à des 
époques différentes et dans des vues diverses, tantôt j’ai fait mordre à 
plusieurs reprises par des chiens complètement enragés que j’avais sous 
les yeux, et sur des parties où la peau est fine et dépourvue de poils, 
des chiens ou des herbivores ; tantôt j’ai puisé dans la gueule de ces 
chiens enragés, au moment de leurs plus forts accès, une certaine 
quantité de salive que j’ai inoculée sur plusieurs régions sous l’épiderme 
d’autres animaux. 

» 99 individus (chiens, chevaux ou moutons), ont été ainsi mordus ou 
inoculés. Sur ce nombre, 67 sont devenus enragés ; les 32 autres, restés 
en observation pendant plus de cent jours n’ont, rien éprouvé. 

» Ainsi, dans ce cas, où se sont trouvées réunies toutes les condi¬ 
tions favorables à la transmission, le nombre des individus mordus ou 
inoculés est à celui des individus qui ont contracté la rage : ; 3 ; 2, 

■ c’est-à-dire que les 2/3 des animaux soumis à des expériences sont de- 
avenus enragés, et que 1/3, sans avoir été soumis à aucun traitement ou 
régime préservatif quelconque, a échappé à la rage. 

» Dans le but de contrôler ces résultats, qui me paraissent d’un grand 
intérêt, j’ai consulté les professeurs de clinique des deux autres Écoles 
vétérinaires de Fi ance, pour connaître les remarques, observations ou 
expériences qu’ils auraient pu faire sur ce point ; et voici ce que j’ai 
appris : 

» D’après des relevés faits sur les registres de l’École de Lyon, M. le 
professeurRey aétabli que les proportions des animauxmordus acciden¬ 
tellement dans les rues et mis en observation à l’École, est, par rapport- 
à ceux qui deviennent enragés : 

Pour les chiens : : 5 : 1. 

Pour les chevaux : ; 4 : 1. 

» Pour les animaux qu’on a fait mordre expérimentalement ou qu’on 
a inoculés, le rapport est ; : 3 : 2 ; semblable, conséquemment, poul¬ 
ies animaux de cette catégorie, à celui que j’ai constaté à Alfort. - 
» A l’École de Toulouse, M. le professeur Lafosse n’a pu me donner 
que le résultat de 16 observations ayant trait à des .animaux mordus ac¬ 
cidentellement, et sur lesquels les morsures avaient été bien constatées. 

B Sur 16 animaux (chiens, bêtes bovines ou chevaux) qui ont été mor¬ 
dus, 5 seulement, un peu moins de 1/3 sont devenus enragés. Cette pro¬ 
portion est, comme on le voit, à peu près la même que celles consta¬ 
tées dans les mêmes circonstances à Lyon et à Alfort, 

» Voici maintenant ce qui a été observé à la clinique de l’École vété¬ 
rinaire de Berlin par le savant professeur Hert : 

8 Sur 137 chiens mordus dans les rües de la ville et amenés-aux 
hôpitaux de l’École pour y être mis en surveillance, 16 seulement sont 
devenus enragés, 121 n’ont rien éprouvé ; c’est-à-dire que le nombre 
des chiens qui sont devenus enragés a été avec le nombre de ceux qui 
ont été mordus, à peu près dans le rapport de 8 à 1. 1/8' seulement a 
contracté la rage. 

8 Sur 25 chiens qu’il a fait mordre expérimentalement, et qn’il a ino¬ 
culés avec de la salive recueillie sur deS chiens enragés pendant leurs 
accès, 10 sont devenus enragés, 15 n’ont éprouvé aucun accident. 

B On voit que, à Berlin, le nombre des cas où la rage s'est déve¬ 
loppée dans l’une et l’autre catégorie, a été sensiblement moindre qu’à 
Alfort, Lyon et Toulouse. Peut-être, mais ce n’est là qu’une supposi¬ 
tion que j’exprime, cette circonstance tient-elle à la différence des con¬ 
ditions climatériques? 

8 Quoi qu’il en soit, il résulte évidemment de ces observations faites 
dans des lieux divers, par did’érens observateurs et à des époques qui 
ne sont pas les mêmes, que, à prendre les choses au pire, les 2/3 au 
moins des individus mordus accidentellement par des chiens de rue en¬ 
ragés* ou supposés enragés, échappent à la rage, même sans aucun ti-ai- 
tement. 

8 II en résulte également, toujours, en prenant la proportion la plus 
forte parmi celles qui ont été constatées, que, dans les circonstances les 
plus favorables à la transmission, c’est-à-dire quand la salive de chiens 
manifestement enragés a été déposée par morsure à nu ou par inocula¬ 
tion, dans des plaies d’autres animaux, le tiers au moins de ces der¬ 
niers abandonnés à eux-mêmes, ne contracte pas la maladie. 

8 Or, ce sont là des faits considérables pour l’étude de la rage, dans 
les* rapports surtout avec le point que nous examinons en ce moment. 

8 Toutefois, il ne faudrait pas croire que cette moyenne des résultats 
obtenus sur un grand nombre d’observations, se représenterait pour les 


conséquences qu’on serait appelé à constater des morsures de chaque 
chien enragé ; car, et c’est là un fait que j’ai noté bien des fois, et dont 
je crois avoir trouvé la raison, il arrive souvent que tel chien bien évi¬ 
demment enragé, mord un certain nombre d’autres animaux, ou fournit 
de la salive pour les inoculer ; et que, sur ce nombre, le 1/6 ou le 1/7 
seulement contracte la rage : tandis que, à la suite de morsures ou ino¬ 
culation de la salive de tel autre chien qui paraîtra dans les mêmes con¬ 
ditions maladives, morsure,ou inoculations faites aux mômes régions, 
presque tous les individus mordus ou inoculés (les 5/6 ou les 6/7 par 
exemple) deviendront enragés. 

B Enfin, il îne paraît susceptible de faire encore une remarque relati¬ 
vement aux circonstances qui influent sur le pins ou moins de danger de 
développement de la rage à la suite de morsures d animaux cm âgés, 
c’est que, en général, il est' reconnu que les- morsures faites par les 
loups sont plus souvent suivies de la rage que celles faites par les chiens. 
Ainsi, sur 255 personnes mordues par des loups, dont j’ai relevé avec 
soin les observations dans différens auteurs qui les ont consignées, 165, 
c’est-à-dire les deux tiers à peu près, seraient devenus enragés. 

8 Or, nous avons vu que, à la suite des morsures accidentelles faites 
par les chiens, cette proportion n’était que d’un tiers. Cela tiendrait-il 
à ce que, sur les loups, la rage serait-souvent spontanée? Ou bien, ce 
qui est fort remarquable, à ce que ces animaux mordent presque tou¬ 
jours leurs victimes au visage, au cou ou sur la tête? Il est possible que 
ces deux circonstances influent sur le ré-ultat que je viens de signaler. 

8 Que si, maintenant, nous nous servons des données qui précèdent 
pour apprécier la valeur, au point de vue de la prophylaxie, des obser¬ 
vations citées comme démontrant le mieux l’efficacité préservatrice du 
mercure, nous voyons : 

8 1” Que le nombre de ces observations se trouve singulièrement 
réduit, si on en retranche toutes celles oùj’existence de la rage n’a pas 
été suffisamment constatée sur les animaux qui ont fait les morsures, 
et celles où il est évident que du virus n’a pu être déposp dans les plaies 
des individus présentés comme préservés; 

B 2' Qu’en admettant comme parfaitement vrai et exact le nombre 
des individus considérés comme préservés, après avoir été soumis au 
traitement mercuriel, on trouve que, dans celles de ces observations qui 
ont eu le plus de retentissement et qu’on a considérées comme les plus 
probantes, le chiffre des personnes préservées se trouve êfre précisé¬ 
ment, avec celui des personnes mordues, dans le rapport de 2 h 3. . 

8 En efl'et, à la suite du traitement de Senlis, qui a été tant-célêbré, 
sur 15 personnes mordues par un chien, 5 (le 1/3) sont mortes de la 
rage, et 10 ont été sauvées. 

B La proportion des personnes préservées a encore été moins forte 
entre les mains de M. Blais, qui, lui aussi, nous l’avons dit plus haut, 
a mis en usage le traitement de de Lassonne, qu’on avait employé à 
Senlis. Sur 11 personnes qu’il a traitées, 5 sont mortes de la rage; 6 
seulement en ont été préservées. Je cite ces deux observations, parce 
que ce sont elles qui ont été recueillies avec le plus d’authenticité, qui 
ont le plus occupé les médecins et le public-de l’époque, et qu’on a in¬ 
voqués comme un argument principal et décisif dans tous les ouvrages où 
l’on a préconisé la vertu préservatrice des frictions mercurielles. 

8 Or, que prouvent-elles, sinon que, dans ces résultats de Senlis et 
de Cluny, présentés comme si heureux et si favorables au traitement 
mercuriel, le chiffre des préservations a été, à Senlis, exactement le 
même que celui qui se produit quand les individus mordus ne sont sou¬ 
mis à aucun traitement ; et que, à Cluny,la proportion de ceux devenus 
enragés, a été de beaucoup plus forte. 

8 Mais, continue M. le rapporteur, pour qu’on fût fondé à reporter 
au mercure les bons effets, si bons effets il y a, des traitemens mercu¬ 
riels dont nous avons parlé, il faudrait que,, dans ces traitemens, on 
n’eût jamais associé a ce médicament, ou employé en même temps que 
lui, d’autres moyens qui, eux aussi, sont considérés par beaucoup de 
praticiens comme préservatifs de la rage. 

B Or, il est peu d’observations, parmi toutes celles invoquées en fa¬ 
veur des frictions mercurielles, dans lesquelles il ne soit dit que, avant 
de les employer, on a lotionné, fait saigner plus abondamment, on 
même, et surtout, cautérisé les plaies; où il ne soit dit aussi, qu’en 
même temps qu’on frictionnait le malade avec de l’onguent mercuriel, 
on entretenait la suppuration sur les plaies au moyen de vésicans plus 
ou moins énergiques, et on lui administrait soit du camphre, soit de 

Vopitm, soit du musc, soit des purgatifs, etc. 

8 Dès lors, pourquoi attribuait-on l’effet préservatif aux frictions plu¬ 
tôt qu’à tel ou tel des autres moyens employés ? Est-ce que, notamment, 
les scarifications des plaies avec ou sans aspiration du sang par des ven¬ 
touses ; est-ce que par leur longue suppuration; est-ce que certaines 
poudres vésicantes comme celles de cantharides; est-ce que le musc, le 
camphre ; est-ce que la méthode purgative, n’ont pas été tour à tour 
vantés comme suffisant seuls à prévenir la rage ? Est-ce que la cautéri¬ 
sation n’a pas, à toutes les époques, dans l’opinion du plus grand nom¬ 
bre des praticiens, depuis Galien et tous les médecins grecs, jusqu’à nos 
jours, été considéré comme le préservatif par excellence ? 

8 Que reste-t-il donc, après/ces considérations, de tout ce qui a été 
dit et écrit de l’évidence, et en quelque sorte de la spécificité d’action 
préservatrice qu’exerçaient les frictions mercurielles dans les cas de ^ 
morsures par des animaux enragés? On le voit, rien ou bien peu de 
chose. 

B Est-ce à dire que nous veuillions nier absolument que le mercure 
puisse être utilement employé soit seul, soit associé à d’autres moyens 
de traitement dans ces graves occurrences ? Telle n’est pas assurément 
notre pensée et tel n’a pas été notre but.'Nousne nous sommes proposé 
qu’une chose dans cette discussion, c’est d’établir qu’il est loin d’être 
aussi clairement démontré qu’on l’a prétendu, que les frictions mercu¬ 
rielles aient, dans l’espèce, une vertu particulière de préservation contre 
le virus rabique inoculé. 

8 En cet état de la question, pouvons-nous regarder les observations 
de M. Dezauneau comme propres à l’éclairer d’un nouveau jour? Nous 
ne le pensons pas, et l’Académie sera probablement de notre avis quand 
elle se rappellera : 

8 1“ Que l’existence de la rage sur le loup qui a occasionné les ac- 
cidens rapportés par ce médecin, n’a pas été assez positivement établie; 

8 2° Que sur les quatre personnes mordues par cet animal, une est 







mortè (ipi'ès n'avoir pas assez longlêmps, il est vrai, fait usage des fric¬ 
tions mercurielles ; 

» 3" Que les trois tjui ont été considérées comme préservées avaient 
préalablement, et peu d’heures après leurs morsures, été cautérisées; 

-, » 4° Que d’ailleurs parmi ces dernières, l’une n’a eu de morsures 

faites à nu que deu.v très petites ble.ssures au doiat. le.sqnelles ont sai¬ 
gné ahondmimml aussitôt après l’accident; — l’autre n’a également eu 
qu’une blessure grave, celle qui lui a été Suite h travers les cheveux, 
laquelle, avant d’étre cautérisée, a été immédiatement le siège d’une 
hémorrhagie considérable. 

1) Quoiqu’il en soit, l’Académie doit .savoir gré à M. Dezauneau de 
ses elTorts pour arriver à éclairer une que.stion de médecine aussi grave 
que celle de la prophylaxie de la rage. Et, pour cette raison, votre com¬ 
mission vous propose de lui adresser une lettre de remercîmens et de 
déposer honorablement son mémoire dans vos archives. » 

La lecture de ce rapport, écoutée avec un vif intérêt, est accueillie 
avec des marques unanimes d’approbation. 

Après quelques observations présentées par JMi\L Ricord, Villermé, 
J. Guérin et Delafond, les conclusions du rapport sont mises aux voix 
et adoptée.s. 

Sur la demande de plusieurs membres, le rapport de M. Renault est 
renvoyé au comité de publication. 

M. Marchand, pharmacien à Fécamp, dépose sur le bureau un mé¬ 
moire sur les eaux potables en général, considérées dans leur cons¬ 
titution physique et chimique et dans leurs rapports avec la physi¬ 
que du globe, la géologie, la physiologie générale et l'hygiène pu¬ 
blique, ainsi que dans leurs ^ applications à l'industrie et à l’agri- 
cidlure, et en particulier des eaux qui sont employées dans les deux 
arrondissemens du Havre et d’Yvetot. 

L’auteur, en déposant ce mémoire, donne lecture des propositions sui¬ 
vantes, qui le résument : * 

1. La constitution phy.sique et chimique des eaux varie pour chaque 
jour de l’année, pour chaque instant de la journée. 

2. Aux époques où la température est la plus élevée, la densité des 
eaux est aussi la plus considérable, une variation brusque dans cette 
température en amène une aussi dans cette densité. . 

3. Cette propriété physique des eaux est influencée encore par la 
pression atmosphérique, mais en raison inverse de ce qu’elle éprouve 
sous l’influence précédente. Plus la pression est grande, plus la densité 
est faible. Cependant, lorsqu’une augmentation de pression correspond 
avec une élévation de température, la densité se trouve fort souvent 
augmentée encore. 

4. La variabilité de la proportion des-principes gazeux dissous par les 
eaux, n’apporte pas seule des modifications dans leur densité, car les 
principes salins et terreux qu’elles tiennent en dissolution varient éga¬ 
lement dans leurs proportions, sous les influences que je viens d’iiidi- 

, quer. 

5. Les eaux de l’Océan contiennent du chlorure de lithium et 0 gr. 
0092 d’iodure de sodium par litre; mais elles ne contiennent aucune 
trace de nitrate, quoique ces sels soient versés en abondance dans le 
bassin des mers, par les courans d’eaux douces qui y affluent. 

La cause de ce singulier phénomène est due à deux actions différentes 
qui agissent simultanément : lisons l’influence réductive de l’hydrogène 
sulfuré excrété par certains mollusques vivant dans les profondeurs de 
l’Océan, l’acide nitrique de ces'sels est transformé en ammoniaque et en 
eau ; 2“ sous l’influence de l’acte respiratoire des poissons, un phéno¬ 
mène analogue se manifeste en donnant encore pour résultat final un 
produit ammoniacal. L’oxyde ammonique, formé dans ces circonstan¬ 
ces, éliminé à son tour du sein de l’eau, sous forme de phosphate am- 
moniaco-magnésien que l’on retrouve ensuite mélangé dans les dépôts 
vaseux qui s’accumulent au fond des mers et sur les bords des rivages. 

6. Les ea»x de pluies, cellesMes neiges, contiennent généralement des 
traces appréciables de tous les agens ininéralisateurs des'' eaux de l’O¬ 
céan. Les premières retiennent toujours aussi des indices d’hydrogène 
sulfuré. 

7. Les eaux des terrains anté-diluviens contiennent généralement de 
la lithine, et vraisemblablement amssi des phosphates ainsi que des fluo¬ 
rures provenant de la déeompusition du mica, dont on retrouve les 
traces plus ou moins abondantes dans tous ces terrains. 

8. Les eaux qui prennent naissance dans les terrains calcaires, con¬ 
tiennent toujours des traces appréciables de carbonate ferreux accom¬ 
pagné souvent par le carbonate de manganèse. 

9. L’iode et le brôme se retrouvent constamment aicssi, à moins de 
circonstances particulières que je vais indiquer, dans toutes les eaux 
naturelles. L’on peut facilement et rapidement, par un procédé que 
j’indique, en reconnaître la présence jusque dans les eaux de pluie et 
de neige. 

10. Ces deux principes peuvent disparaître du sein des eaux en pas¬ 
sant h l’état salin, sous l’influence des forces vitales, au nombre des 
principes minéraux fixés par les végétaux. — Les plantes terrestres, 
mais particulièrement les arbres de nos forêts, aussi bien que les plan¬ 
tes d’eau douce, contiennent de l’iode et du brôme. 


11. L’origine de ces deux corps dans les eaux atmosphériques et ter¬ 
restres, doit être attribuée surtout à la ditfusion de ces mêmes principes 
condensés aujourd’hui dans l’eau des mers, d’où ils sont enlevés, tant 
à l’état salin par les vapeurs et les particules aqueuses qui s’en échap¬ 
pent meessamment, qu’à l’état d’acides hydriques libres avec de l’hy- 
dl•og(ile sulfuré, qu^s’en exhale toujours aussi. 

12. L’endémicité du goître et du crétinisme ne saurait être attribué 
à l’usage des boissons calcaires, magnésiennes ou séléniteuses, mais 
uniquement à la disposition plus ou moins complète de l’iode, primiti¬ 
vement dissous dans les eaux dont les goîtreux et les crétins font usage 
pour leur alimentation, ce principe ayant été absorbé alors par les 
nombreux végétaux baignés par ces eaux. — L’ejigorgeraent de la 
glande thyroïde ne se manifeste d’ailleurs à l’état endémique que dans 
les pays excessivement boisés et particulièrement dans ceux dont les 
eaux potables arrosent ou ont arrosé des plantes en grand nombre. 

13. Que dans les centres populeux, l’arrosement des rues-et des 
places publiques en temps d’épidémie cholérique, doit être sévèrement 
prohibé, aussi bien que l’écoulement dans les ruisseaux ou h ciel ouvert, 
des'eaux versées par les bornes-fontaines ou les fontaines publiques. 

14. Que les eaux des sources, des rivières et des fleuves se purifient 
en circulant à la surface du sol, soit par la volatilisation de l’acide car¬ 
bonique, qui laisse séparer des carbonates insolubles ; soit par l’in¬ 
fluence de la vie végétative; soit encore par la vivification sous l’influence 
des rayons lumineuxî;desmatières organisées qu’elles contiennent, soit 
enfin par des redoublemens successifs de ces mêmes matières, redou- 
blemens qui s’opèrent alors en provoquant aussi la réduction des ni¬ 
trates des eaux douces, et leur conversion en ammoniaque. 

15. Que dans les terrains calcaires au moins, mais vraisemblablement 
partout, le volume d’eau des sources, contrairement à l’opinion reçue, 
est d’autant plus abondant, que la végétation est plus active, et qu’il dé¬ 
croît d’importance au fur et h mesure que la vie végétative s’éteint, sur¬ 
tout dans les pays où le soi supérieur est entièrement livré à la pratique 
agricole. Dans nos contrées, c’est vers le 15 août que les sources attei¬ 
gnent leur maximum de rendement, et elles s’abaissent à leur minimum 
vers la fin de janvier. 

16. Arrivant ensuite aux eaux naturelles des arrondissemens du Havre 
et d’Ivetot, je déduis de leur analyse que toutes ces eaux qui, sans 
exception, sourdent des terrains calcaires,, contiennent surtout du car¬ 
bonate de chaux, dont la proportion oscille 0 gr. 153 et 0,381 par li¬ 
tre, des sels de magnesie, du sullate de chaux, mais en proportion va¬ 
riable et correspondant avec la nature des terrains qui les produisent, 
de telle sorte que les eaux alimentaires de l’agglomération havraise sont, 
avec celles des puits de Fécamp, les plus séléniteuses de la contrée, ce 
qui s’explique, d’ailleurs, quand ou sait qu’elles sourdent dans les ter¬ 
rains infériem-s de la formation secondaire, tandis que toutes les autres 
eaux du pays prennent leurs sources dans l’étage supérieur de la craie 
ou à la limite des glauconies crayeuses. 

Toutes ces eaux contiennent au.ssi du nitrate de chaux, dont la pro¬ 
portion, oscillant de Og', 00081 à Og', 22625, devient surtout plus consi¬ 
dérable dans celles qui sont versées par les terrains inférieurs de la for¬ 
mation glauconietise. ’ 

Enfin, toutes ces eaux contiennent des traces appréciables de sel et 
de manganèse, des sels de potasse et de lithium, de l’iode et du brôme, 
du phosphate d’alumine, et peut-être, je le crois même, des indices de 
fluorure de calcium. 

L’auteur termine par des considérations sur les eaux ferrugineuses de 
celte contrée, dont il ij^liquepour quelques-unes la constitution, puis il 
démontre que le fer y existe toujours à l’état de crémale et de carbo-- 
nale; — que le manganèse y fait rarement défaut, et que le cuivre et 
l’arsenic se retrouvent aussi, et enfin , dai pl est t ! elles. 

Ce mémoire est renvoyé à l’examen d’une commissioiî' composée de 
MM. Orlila, Henry, Boulron et Boulay.- 

M. Lesauvage, de Caen, communique par l’entremise de M. Londe, 
qui en donne lecture, quelques remarques sur une observation de mons¬ 
truosité par inclusion, envoyée à l’Académie de médecine par le docteur 
Kulikowski. 

La séance est levée à cinq heures. 


NOUVELLES. — FAITS DIVERS. . 

— Par décret du président de la République, en date du 13 décem¬ 
bre, le service de santé de l’état.-major de la garde nationale de Paris 
vient d’être organisé de la manière suivante : 

MM. Déguisé, in.specleur-gépéral du service de santé ; 

Filhos, chirurgien principal ; 

Huguier, id, 

Conneau, id. 

Villelte, chirurgien-major. 

Letalenet, id. 

Puche, id. 

Chaillou, id. 

Philippeau, id. 

Parchappe, id. 

Blain des Cormiers, id. 

Tenain, id. 


AVIS A NOS coLLABOaATEüRS. — Le Cahier de janvier 1851 dos 
Annales d’hygiène et de médecine légale, manque aux collections de 
l’ÜNioN Médicale. Nous prions celui de nos collaborateurs à qui 
cahier a été prêté, de vouloir bien le rapporter. 

ERRATA. — En publiant dans un des derniers numéros la coinposi, 
lion du bureau de la Société médico-pratique pour 1852, nous avons 
omis le nom de M. Compérat en qualité d’archiviste. . 


Le gérant, Richelot. 


CERTIFICATS 

CONSTATANT l’eFFICACITÉ DE l’eMPLATRE ÉPISPASTIQUE DE M.MUGÜF.T 
Pharmacien à Muret (Haute-Garonne). 

5. Je soussigné, médecin et maire de la commune de Lherm, canton 
de Muret jHaute-Garonne), certifie avoir fait usage, pour mes malades 
de l’emplâtre épispastique de M. Muguet, pharmacien à Muret, et ciî 
avoir toujours obtenu de bons résultats dans les ophiha'mies chroniques, 
otalgies, surdités, migraines, etc., etc. — Signé Brun , médecin ci 
maire. Certifié légalement. 


6. Je soussigné, M“' V' Sophie Galantin, habitante de Toulouse 
certifie avoir fait usage, pour ma fille, et par ordonnance de M. le Doc^ 
leur Viguerie, de cette ville, dans l’année 1845, de l’emplâtre épispati- 
que de M. Muguet, pharmacien à Muret, pour une ophlhalmie chroni¬ 
que, qui fut radicalement guérie en très peu de temps, chez ma fille 
tandjs qu’elle avait résisté à toutes les ressources de la médecine. Je 
déclare, en outre, avoir vu produire les mêmes effets .par l’application 
du même remède, à deux filles de service , l’une du département de 
l’Ariége, l’autre du département du Gers, — Toulouse, le 9 février 
1851, signée Sophie V' Galenïin. Certifié par le maire et le préfet 
le 23 mai 1851. p 


7. Je soussigné , Louis-Gabriel Carrié, coiffeur, habitant de Tou- 
louse, certifie avoir fait usage, par ordonnance d’un médecin, de l’em-' 
plâtre épispatique de M. Muguet, pharmacien h Muret, et d’avoir été 
radicalement guéri, par l'application à la nuque de l’emplâtre précité, 
tandis que,tous les moyens que j’avais employés par ordonnance de phù 
sieurs médecins ne produisirent aucun bon effet. — Toulouse, le 9 fé, 
vrier 1851, signé Carrié, Certifié le 23 mai 1851. 


10, Je soussigné, chirurgien, domicilié dans la commune de Portel 
arrondissemenf de Toulouse, certifie avoir fait usage, dans ma pratique' 
de l’emplâtre épispastique de M. Muguet, pharmacien a Muret, et d’etî 
avoir constamment obtenu de très bons résultats depuis longues an¬ 
nées, surtout dans les surdités où j'ai eu de bons succès, ainsi que dans 
les ophthalmies chroniques, sciatiques, migraines, otalgies, etc,, etc., 
lors même que la médecine avait épuisé toutes les ressources de son 
art. — Signé Fauré, ch. Certifié légalement. 

11. Je soussigné, Paul Fuzeré , officier de santé , domicilié dans la 
commune de Saint-Clar, canton et arrondissement de Muret (Haute- 
Garonne) , déclare avoir fait usage dans ma clientèle de l’emplâtre 
épispastique de M. Muguet, pharmacien à Muret;j’ai constamment ob¬ 
tenu de son application, très souvent des guérisons, et toujours une 
grande amélioration dans les ophthalmies chroniques , surdités , chlo¬ 
rose (pâles couleurs) , otalgies , sciatiques , rhumatismes chroniques, 
etc., etc. Saint-Clar, le 9 mars 1851, signé, Füzeré. Certifié le 20 
mai 1851. 


12. Je déclare avoir fait usage, d'après l’avis de mon médecin, de 
l’emplâtre épispastique de M, Muguet, pharmacien à Muret, pour mon 
fils, le jeune, il y a trois ans, pour une ophthalmie chronique; il eu fut 
parfaitement guéri. — Toulouse, le 17 février 1851, signé Gisc.aro, 
tapissier, domicilié à Toulouse. Certifié le 23 mai 1851. 


15. Je soussigné, docteur-médecin , vaccinateur du canton de Car- 
bonne (Haute-Garonne), habitant la commune de LScasse , arrondisse¬ 
ment de Muret, certifie avoir fait usage, dans ma clientèle , de l’empl⬠
tre épispastique de M. Muguet, pharmacien à Muret, et d’en avoir oh- 
tenu de très bons résultats, principalement dans les maladies de la tête, 
et dans quelques névralgies, telles que la sciatique et les névralgies in¬ 
tercostales. — Laçasse, le 15 mai 1851, signé Labrou, d.-m. Certifié le 
diljour. 


16. Je soussigné, Ajon, bourrelier , Grand’-Rue Saint-Cyprien, à 
Toulouse, certifie avoir employé l’emplâtre épispastique de M. Muguet, 
pharmacien à Muret (Haute-Garonne) , pour moi. mon épouse et ma 
fille ürbine, pour des ophthalmies chroniques ; ma femme et ma fille 
furent guéries par une seule application ; pour moi, il_ en fallut deux, 
attendu que mà maladie était plus grave que les autres ; j’avais perdu 
la vue de l’œil droit depuis 8 ans, la 1" application me fit recouvrer la 
Ÿue, et la deuxième me guérit radicalement, après m’avoir fait couler 
une grande quantité d’humeür. Je connais aussi beaucoup d’autres per¬ 
sonnes qui furent guéries comme moi par l’application du même empl⬠
tre; dans ce nombre se trouvaient un sourd et un aveugle (1). Toulouse, 
le 20 avril 1851, signé Ajon père. Certifié le 23 mai 1851. 


(I) Pour de ptus amples reiiscignemens, voyez nos Numéros des 11 et 25 décem¬ 
bre dernier, et l’annonce de ce jour. 


niacien à Mui et (Haute-Garonne), à la suite du Rapport de 
demie de médecine de Paris, vient d’être autorisé par M. le mi¬ 
nistre de l’agriculture et du commerce. I.esvertiisde ce puissant 
dérivatif, sont de guérir, en très peu de temps, les oplillialmies, 
otalgies, surdités , migraines , chlorose (piles couleurs), rhu¬ 
matismes chroniques, artiiritesvertébrales, céphalalgies, etc , etc. 

Il n’est délivré que sur ordonnance de l’Iiomme de l’art. En 
envoyant un bon sur la poste, de 4 fr., I’emplatre et l’appareil 
nécessaire, ainsi que l’instruction seront envoyés aux domiciles 
des malades. 

Remise de 25 p. 100 pour les hôpitaux, l’homme de l’art, et 
les indigens. 

MM. les pharmaciens qui voudront des dépôts avec forte re¬ 
mise, s’adresseront à M. Muguet, pour traiter des conventions. 

Il n’a établi encore qu’un seul dépôt, chez M. Cassaud, pliar- 
macien, place Lafayetle, 9, à Toulouse. 

Afin de se livrer à sa spécialité, M. Muguet vendra sa phar¬ 
macie a de bonnes conditions pour l'acquéreur ; il vendra ou 
affermera sa belle et vaste maison de Muret, en bloc ou en par¬ 
celles, et donnera des facilités pour le paiement. Pour plus am¬ 
ples renseignemens. (Voir plus haut.) 


i DEROUET-BOISSIÈRE 
Un rapport de l’Académie, du 30 avril 1841, constate que, dans 
celte préparation, le sel-de fer n’est point altéré, et- que c’est le 
traitement le plus sûr et le plus commode. — Pharmacie Pre¬ 
mier, rue Saint-Honoré, 276, à Paris. 


En vente, chez VICTOR MASSON, libraire, plaee de l’Écote-de-Médecine, 17, à Paris. 

DES âcciDEMs DE DENTITION ss,.;r,.frrD'B',;.KrÆ 

denlislc de l’hospice des Etîfans-Trouvés et Orphelins de Paris. 

Un volume in-8 avec figures dans le texte. Prix : 3 fr. 


AVIS. 

D'après les jugements rendus par 
divers tribunaux, personne n’a le droit 
de prendre le nom de M. Vallet pour 
vendre les Pilules Ferrugineuses dont il 
est l’inventeur. 

Pour éviter toute méprise, et pour se 
garantir des contrefaçons, on devra 
s’assurer que les flacons portent bien 
l'étiquette, dont le modèle est ci-contre. 


AppiroMvées ptir l’Académie 
clc Médecine. 

. le rapport fait à l’Académie, c_ 

préparation est la seule dans laquelle le carbo¬ 
nate ferreux soit inaltérable. A"^"’ 
cins Ini donnent-ils la préfcrenc 
ca.s ottles ferrugineux doivent^ 

I parle cachet VALLEI iip 
I sur l'ctlquctte la slPTiattire «si 

MCass toutes lesWlesie lalütuxâdeiÉfnüjer. 
Pour les lenLindes en gros S’adresscnUne Jacob.lO 


Les Pilules de Vallet s'emploient prin¬ 
cipalement pour guérir les pâles couleurs, 
les pertes blanches et pour fortifier les 
tempéraments faibles. 


LE RGB ÂilTISVPHILITIOUE 

De B. liAFl?KCT'El!B j seul autorisé , se vend 15 francs 
le litre au lieu de 25 francs. Dix à douze bouteilles sont néces¬ 
saires pour un traitement. L’on accorde 50 p. 100 de remise 
aux médecins et aux liôpitaux qui s’adressent' au docteur 
CiREAUPEAu, 12, rue P.iclier, à Paris. 


maladies chirurgicales 
et aux opérations qui leur conviennent, ainsi qu’au traitement 
des maladies chroniques, dirigée par le d’’ RoenAun, rue de 
Marbeuf, 36, près les Champs-Elysées.— Situation saine et 
agréable, — soins de famille,'— prix modérés. 

Les maladesysont traités par les médecins de leur choix, 


, , . -J toral calmant 

de Johnson, préparé avec l’asperge, d’après la formule du pro¬ 
fesseur Broussais, le seul qui ait été employé dans les expériences 
de la commission de l’Académie île médecine, se vend actuellc- 
ment^rue CauHiartm, 6, à Paris. 

écrivit 

Un grand nombre de'l'ails atteslcRt les avàntagcrqîi'/a'prQl’ 
curés, à la même dose, dansi e tr.qtement des affcclions nerveu¬ 
ses, ainsi que les toux opiniâtres, les bronchites, les coqueluches, 
qui avaient résisté à tous les moyens préconisés. H est donc im¬ 
portant dene pas confondre le sirop Johnsoiiaveclescontrcfaçons. 

NOUVELLES CEINTURES ET APPAREILS ÉLASTIQUES 

de POUILLIEN , bandagiste. rue Montmartre , 68, à Paris. 

Rapport officiel 



— grossesse. 

Tissu caoulchouc-colon.'. 35 à 40 fr. 

Tissu caoutchouc-soie80 à 100 fr, 











































qrom® VI*— ï%“ 1 


StlXIËIHE AMMÉE. 


üamecfli M’t «laiivier 


/■ ■:■- ■ ■ ■ ' ' 


PRIX DE L’AMNNNEMENT : 

_ -paris et les Départemens : 

.32 Fr,: 

6 Mois. 

3 Mois. » 

«our l’Étranger, où le port est 
* double î 

6 Mois. 20 Fr. 

1 An. 

pour 1-Sspagoe et le Portugal 

4^^- 

Pour les pays d’outre-mer : 


L UNION MÉDICALE 

JOliMAl DES INTÉRÊTS SCIENTIFIQUES ET PRATIQUES, MORAUX ET PROFESSIONNELS 
DU CORPS MÉDICAL. 


BUREAUX D’ABONNEMENT : 

Bue du Paubours-aioutmartre, 
. S" 56, 

DANS LES DÉPARTEMENS! 
Chez les principaux Libraires. 

On s’abonne aussi. 

Dans tous les Bureaux de Poste, et des 
Messageries Nationales et Générales. 


Ce Jlournal paraît trois fols par semaine, le niARDl, le et le SAMKM. 

Tout ce qui concerne la Rédaclion doit être adressé aux Bureaux du Journal, à M. le Docteur Amédée catoc», Rédacteur en chef; tout ce qui concerne l’Administration, à M. le Gérant. 

les Lettres et Paquets doivent être affranchis. 


’maihC-— 1- Paris : Sur la séance de l’Académie des sciences.— II. Tra- 
IX OTieisAUR : Du retour de la sécrétiou laiteuse apiès un sevrage prolongé. 




I ArADÉMiES , SOCIÉTÉS .SAVANTES ET 
' . A I..- cinnro dil-IS .T.inviep : Rl 


iciATioNs. (Académie de méde- 


«nMémc côte.— Société de chirurgie de Paris : Rapport. — Tumeur de nattire 
, i!nse située dans l’épaisseur du voile du palais; examen anatomique; conside- 
sur les altérations des glandules salivaires.—Quelques considéralions sur les 
rmenrs développées dans le sinus maxillaire. — IV. Presse iheiiicai. ijoiir- 
i-rinnisl • Recherclies sur l’épaississement pseudo-membraneux de la tunique 
"“rinile dans l’iiydrocèle et l’hématofèlc, et sur son traitement. — Observation 
a^farcin chronique, avec guérison probable. — Du coussin bivalve, nouvel appa- 
lii contentif pour les fractures du membre inférieur. - V. Nouveiees et Faits 
nivERS — VI. FedielÉton : Causeries hebdomadaires. 


PARIS, LE 16 JANVIER 1852. 


I SDB GA SÉANCE DE L’ACADÉMIE DES SCIENCES. 

; effets Généraux de l’iode , par m. fourcault ; — conclusion des 

TRAVAUX SUR LA MÊME QUESTION , DE M. CHàTIN. 

Quand une question est soulevée et qu’elle présente quel- 
i que chose de neuf et de fécond, ce n’est jamais un homme 

I qui s’en occupe, mais plusieurs qui se jettent à l’envi dans 

f' cette voie nouvelle ouverte à l’exploration scientifique. La vé¬ 
rité y gagne toujours. Il est rare qu'un seul esprit ait le privi¬ 
lège presque divin de la voir tout entière. Il faut un concours 
d’intelligences et surtout de dévoûmens infatigables pour arri¬ 
ver à cet à peu près qui n’est pas la vérité absolue, mais qui 
s’en rapproche le plus. 

Ces réflexions se présentent à l’esprit à propos de tout, et 
surtout à propos de matières scientifiques. Dans la question 
du goitre et du crétinisme, autour de laquelle tant d esprit 
: se sont agités, on commence à voir clair, grâce à ce concours 

I de zèles, d’efforts, de savantes investigations dont nous avons 
pu suivre les périodes depuis deux ou trois années. 

On sait comment on a commencé. On se perdait dans l’in- 
ï fluence des conditions géographiques, de la profondeur des 
' vallées, de la qualité des eaux. L’iodation des milieux n’était 
■' nullement soupçonnée. On ne marchait pas à l’aventure, mais 

i on semblait suivre une voie qui ne pouvait pas conduire à la 

vérité. Quelques recherches furent faites à la suite , princi¬ 
palement par des membres du haut-clergé du Piémont; la 
pensée des influences chimiques commença à y poindre. 
M. Grange , parlant de ces idées nouvelles, et les élaborant 
de manière à les agrandir , se consacra pendant quelques an- 
I nées, à étudier le sol dans ses rapports avecle développement 
0 du goitre et du crétinisme, et à relever une carte topographi¬ 
que de ces deux infirmités. On sait ce qu’il trouva. Les ter¬ 
rains dolomiliques, gypseux, tous ceux enfin qui ne portaient 


pas de l’iode dans leur composition ou qui en contenaient des 
quantités minimes, correspondaient à des pays habités par 
des goitreux et des crétins. Quani.cçt ordre de terrains man¬ 
quait, les crétins elles goitreux manquaient aussi. PuisM. Cha- 
tin est venu, découvrant avec une grande science d’analyse 
chimique, que l’iode était un élément très répandu dans la 
nature, et à cause de cela, très utile aux conditions normales 
de l’organisation. Delà, à montrer les analogies qui existent 
entre l’affaiblissement des proportions d’iode et le dévelop¬ 
pement du goitre et du crétinisme, il n’y avait qu’un pas, et 
M. Chatin l’a fait, confirmant de cette manière , et avec des 
aperçus plus agrandis, parce qu’ils se portaient sur plus d é- 
lémens, les idées justes de M. Grange. Avec MM. Grange, 
Chatin et quelques autres, il faut compter enfin M. Fourcault, 

' qui a voulu, lui aussi, porter sa pierre à l’édifice, en disant par 
quel côté il avait vu la question. 

Il est impossible de ne pas être d’accord sur l’influence de 
l’iode dans le développement des difformités physiologiques 
propres à quelques pays. C’est un fait acquis à la science et 
désormais irrécusable. Dans sa Note envoyée à l’Académie, 
M. Fourcault, qui fait Thlstorique des efforts tentés dans 
différentes directions pour découvrir des analogies, obscures 
encore, reconnaît avec tout le monde que le goitre et le cré¬ 
tinisme dépendent de causes chimiques. Cette influencé de 
l’iode sur la santé de l’homme, date d’assez longtemps pour 
être surpris qu’on n’ait pas plus tôt soupçonné les effets qui 
lui appartiennent. Ainsi. M. Boussingault avait remarqué pen¬ 
dant un voyage déjà ancien, dans les Cordillères de la Nou¬ 
velle-Grenade, qu’à Sanson, dans la province d’Antiochia, la 
I population était préservée d’affeotions épidémiques, par 1 u- 
I sage d’un sel iodifère. La lumière est quelquefois allumée 
pour éclairer la marche de l’espèce humaine dans ses invesii- 
! gâtions difficiles. Il arrive fréquemment que l’homme n’est pas 
! assez clairvoyant pour en profiter, et même pour mettre cette 
lumière sous le boisseau. Le fait rapporté par M. Boussin¬ 
gault est en effet resté longtemps inaperçu; il a fallu que 
l’attention sè fixât sur l’iode et son influence, pour qu il y 
prît place au nombre des preuves invoquées pour la démons¬ 
tration. 

D’autres observations ont été rapportées par M. Fourcault, 

; elles donnent à l’iode une influence plus grande encore. En 
i voici deux qui méritent une attention toute particulière. 

I D’après M. Isidore Geoffroy-Saint-Hilaire, les races d’hommes 
i de la plus haute taille habitent les Archipels; on les cherche¬ 


rait vainement dans la profondeur des continens. D’apfès la 
même autorité, les animaux marins de grande taille ne se 
trouvent pas près des côtes maritimes ou dans les mers de 
l’intérieur des terres, comme la Mêditerrànnéé ôu''Ia mer 
Noire, par exemple, mais dans les grandes mers comme dans 
l’Atlantique et l’Océan pacifique. Comme les grandes mers 
sont très iodées, comme les atmosphères des rivages maritimes 
surpassent aussi en iodation les atmosphères continentales, 
ne se pourrait-il pas que l’iode fût pour quelque chose dans 
le développement physiologique constaté sur les hommes et 
sur les animaux ?Ge n’est qu’une indication. Un jour conduira- 
t-elle peut-être à des vues nouvelles et à des résultats intit- 
lendus. 

La conclusion du travail de M. Fourcault, c’est qu’on fasse 
de l’iodation le plus possible dans les lieux les moins iodés, 
et signalés par la coexistence du goitre et du crétinisme. Il 
veut que les populations ne consomment qu’un sel iodifère; 
il veut enfin qu’on iodifie les engrais, pour que les terres et les 
plantes acquièrent une dose plus forte de l’élément chimique 
qui ne s’y trouve pas représenté en quantité suffisante. Ces 
conclusions sont identiques à celles présentées par M. Chatin,' 
dans la dernière partie de son travail. 

M. Chatin veut, en effet, qu’on iodifie par les engrais, par 
les irrigations; en mettant à profit les sources minéralès qui 
portent de l’iode en dissolution, en iodifiant enfin les produits 
qui servent à alimenter les animaux contribuant à l’alimenta¬ 
tion de l’homme. Si celte dernière recommandation était sui¬ 
vie dans cette partie du Jura et du Doubs, où on élève des va¬ 
ches comme en Suisse pour la fabrication des fromttges, il est 
prqhajjle que le goitre serait moins répandu dans cette région. 
Il est vrai que les produits des laiteries sont consommés loin 
des lieux où on les fabrique; mais le lait est assez abondant 
dans ces montagnes, pour qu’il entre pour la plus grosse part 
dans la consommation. 

Ce qu’il y a de remarquable dans la dernière partie du tra¬ 
vail deM. Chatin, qui a voulu épuiser la question en ne laissant 
derrière lui ni faits ni preuves, c’est sa division de la France en 
zones plus ou moins iodées, avec les moyens de leur donner 
ce qui leur manque, en tirant des produits des zones voisines 
ou en utilisant ceux de leur propre sol. Celte élude prouve 
assurément des recherches consciencieuses et dirigées dans 
un but que tout le monde applaudira. Il y a sans doute des 
difficultés d’exécution dans ce plan , dont la réalisation ren¬ 
drait de si grands services. Ces difficultés peuvent êlré appla- 


Ferailletoe. 


I causeries hebdomadaires. 

j Moiuluairc. — Nouvelle ornementation du grand amphithéâtre de l’École de mé- 
’ deciue de Paris. — Les morls subites d'après les grands journaux. — Une anec¬ 
dote apocryphe. 

S’il faut en croire les journaux, l’ornementation du grand amphitliéâ- 
i tre de la Faculté de médecine de Paris subirait prochainement de gran- 
j des modiücations. A la place sans doute de ces grisailles ternes et fort 

I ' médiocres qui s’étalent sur le mur méridional de cet amphithéâtre, un 

peintre que les journaux appellent M. Matout, aurait été chargé de 
peindre trois grandes pages dont voici les sujets : le premier représen¬ 
terait Ambroise Paré opérant pour la première fois la ligature d’une ar¬ 
tère sur un gentilhomme blessé au siège d’Auvillers; le second, Lan- 
franc, et non Laufranc, donnant sa première leçon orale de chirurgie 
à l’hospice de Saint-Jacques-la-Boucherie; le troisième, Desault, et non 
Desattu, installant la clinique. 

' »J’ai peine à croire à cette nouvelle. D’abord, de ces trois hommes, 

: un seul, Desault, a appartenu à la Faculté de médecine de Paris, comme 

i professeur, et lorsque Desault fonda et installa la célèbre clinique chi¬ 

rurgicale de l’Hôtel-Dieu, en 1788, il n’était que membre du collège des 
chirurgiens. Il eut même à luiter contre certaines tracasseries de la part 
de la Faculté de médecine, qui forcèrent Desault à s’abriter sous le nom 
d’un docteur pour pouvoir continuer librement les cours particuliers 
I d’anatomie et de chirurgie, très avidement suivis par les élèves, et qui 
fondèrent sa réputation. Ce ne fut qu’en 179à, un an avant sa mort, lors 
delà création de l’École de Santé, à laquelle on restitua plus tard le nom 
de Faculté rte médecine, que Desault fut compris parmi les professeurs 
et institué professeur de clinique chirurgicale. La Faculté, comme on le 
. voit, a peu à revendiquer dans la gloire de Desault, qui était dans toute 
sa renommée avant de lui appartenir. 

Quant à Ambroise Paré, il fallut toute la protection de plusieurs rois 


de France pour le soustraire aux taquineries et aux petites vexations 
de la Faculté. 

Lanfranc n’est pas Français, il est de Milan, Il est vrai que c’est à la 
prière de Passavant, doyen de la Faculté de médecine, que cet exilé po¬ 
litique ouvrit à Paris des cours de chirurgie à une époque où celte par¬ 
tie de l’art était encore chez nous dans l’état le plus misérable. Mais 
enfin ce n’est pas là un trait si éclatant pour la Faculté, qu’il faille en 
glorifier le souvenir par la peinture. 

Et puis, pourquoi trois sujets d’orneraenlalion pris ex.clusivementdans 
l’histoire de la chirurgie? Je concevrais ces peintures sous le portique ou 
dans l’amphithéâtre de l’Hôlel-Dieu. Est-ce pour rappeler que le monu¬ 
ment où siège aujourd’hui la Faculté de médecine a été édifié pour les 
écoles de chirnigie? Mais j’ai idée qu’on ne pense pas à ramener la 
partie médicale de la Faculté à ses’écoles de la rue du Fouarre ou de la 
Huchelte, où la Faculté de médecine proprement dite professait encore, 
pendant que ses puissans rivaux du Collège des chirurgiens, sur les 
pressantes et aétives sollicitations deMareschal et de Lapeyronie, obte¬ 
naient du roi Louis XV l’édification du splendide monument qui abrite 
aujourd’hui médecine et chirurgie. 

En somme, si l’ornemenlalion du grand amphithéâtre doit être refaite, 
ce à quoi aucun homme de goût ne petit s’opposer, il me semble, c’est 
mon humble avis, que les murs de la Faculté de médecine peuvent trans¬ 
mettre aussi d’autres souvenirs que ceux des gloires chirurgicales, et 
que quelques illustrations médicales ne gâteraient rien. Je voudrais 
aussi, est-ce trop exiger, que ces peintures murales rappelassent quel¬ 
que grand fait spécial à la Faculté de médecine de Paris, à laquelle je 
puis me dispenser sans doute d’en indiquer les motifs. 

Je remarque d’ailleurs que, depuis quelque temp.s, nas confrères du 
grand format n’ont pas la main heureuse dans le récit ou l’exposé des 
faits qui se rattachent à notre art. Pas plus tard qu’anjourd’hni, outre 
celle affaire du grand amphithéâtre, je vois une petite nouvelle ainsi 
conçue : <• On remarque depuis quelques jours un grand accroissement 
dans les morts subites. Les apoplexies foudroyantés sont surtout très 
communes. On attribue ce résultat à la douceur de la température dont 


nous jouissons en ce moment. » D’abord, il n’y a ni plus ni moins de 
morts subites en ce moment qu’à toute autre époque de l’année. Puis, il 
n’y a pas d’apoplexies foudroyantes, les médecins savent cel,i, et par des 
raisons que je n’ai pas besoin de leur dire. Enfin, la douceur delà tem- 
pérature serait un motif pour qu’il y ait moins de morts subites en ce 
moment, car c’est précisément dans les grands extrêmes de tempéra¬ 
ture, froid et chaud, qu’on observe le plus fréquemment ces accidens. 

En voici une autre du grand format : « Il y a quelques jours M.Rolhs- 
child, de Londres, fit demander le célèbre chirurgien Liston — et non 
pasLisson — dont il avait à réclamer le ministère. Mais, à la vue de 
l’instrument tranchant qui devait servir à l’opération projetée, le cou¬ 
rage manqua au riche banquier, qui la renvoya à un aun e jour, priant 
d’abord Liston de remettre son couteau dans sa poche. Au jour fixé, il 
tint bon et se laissa bravement opérer sans souffler mot. La chose faite, 
le patient se retourna vers Liston et lui dit avec un grand flegme ; « Vous 
avez cru peut-être que j’allais vous payer pour m’avoii- fait souffrir ; 
•votre erreur est profonde, et vous n’aurez de moi que ce petit souve¬ 
nir. » Ce disant, il lui jeta au nez son bonnet de coton, qui n’était pas 
.de première blancheur. Le chirurgien s’en fut, riant de bon cœur de la 
façon adroite et peu onéreuse dont le banquier Israélite usait pour lui 
payer ses honoraires. Il descendait l’escalier, tenant en main le bonnet 
dont il était assez embarrassé, lorsqu’en le roulant, il sentit qu’il con¬ 
tenait un objet éiranger qui crépitait sous le doigt ; il fouilla la coiffe et 
en retira un billet de banque de mille livres sterling. Cette façon de 
s’acquitter est aussi spiriUielle que généreuse. » Non, certes ; celte façon 
de s’acquitter se rail fort impertinente. M. Rothschild ne commettrait pas 
certainement une pareille incongruité dé jeter son bonnet de nuit, fût-il 
bourré de billets de banque, au nez de son chirurgien, et M. Liston, 
qui était la dignité même, n’aurait pas souffert une pareille inconve¬ 
nance. Je dis était; en effet, il ne manque qu’une petite circonstance 
à la vérité de l’anecdote, c’est la possibilité. Or, l’Angleterre a eu le 
malheur de perdre le chirurgien éminent dont il est ici question, le 7 
décembre 1847. Du reste, cette anecdote a déjà couru dans les ana. 

Amédée Latour, 









































nies par le gouvernement. Quand il sera constaté que M. Cha- 
lin a bien observé, éf que les indications qu’il donne sont 
d’une exécution facile, rien n’est plus simple que de les faire 
passer à l’état de règlement. Lorsqu’il s’agit d’effacer de la 
liste des maladies endémiques le goitre et le crétinisme, ces 
difformités, l’une du corps et l’autre de l’intelligence, il n’y a 
pas d’efforts que l’autorité ne doive être prête à tenter. 

Les conclusions dernières de cette dernière partie du travail 
considérable deM. Cliatin, doivent être prévues. Elles ne font 
que corroborer ce qui est acquis, ce dont personne ne doute 
désormais, à savoir : que le goitre et le crétinisme sont incon^ 
nus dans les contrées normalement indurées, que ces maladies 
se montrent quand la proportion de l’iode diminue, et qu’en 
troisième lieu, l’iode est le spécfique du goitre. 

Il resteraità déterminer maintenant quelles senties quantités 
d’iode nécessaires dans le milieu habité par l’homme, pour 
que celui-ci ne devienne pas goitreux. La solution de cette 
question est extrêmement difficile. Des influences antagonistes 
peuveht à tel point modifier la cause, qu’elle devienne impuis¬ 
sante non seulement à produire, mais à faire pressentir les ré¬ 
sultats qui lui sont ordinaires quand elle s’exerce dans toute 
sa liberté. 

Dr Éd. Carrière. 


TRAVAUX ET MÉMOIRES ORIGINAUX DE MÉDECINE 
ET DE CHIRURGIE, 

DE THÉRAPEUTIQUE GÉNÉRALE ET APPLIQUÉE. 

DU RETOUR DE EA SÉCRÉTION LAITEUSE APRÈS UN SEVRAGE 
PROLONGÉ ; 

Par M. A. Gübler, chef de clinique de la Faculté, médecin du bureau 
centrai des hôpitaux. 

Tout le monde connaît aujourd’hui la déplorable influence 
du sevrage prématuré et de l’allaitement artificiel sur la vie 
desenfans. Dans son excellent Traité d’hygiène (t. n, p. 138), 
M. Michel Lévy déclare l’allaitement artificiel i désastreux 
» dans les hospices consacrés aux nouveau-nés, funeste dans 
» les grandes villes, proscrit par les médecins et condamné 
» par les résultats de la statistique. » 

Nous sommes tellement pénétré de cette vérité que, dans 
le service d’accouchemens dont nous étions provisoirement 
chargé à l’Hôtel-Dieu, nous insistions toujours auprès des 
femmes pour les engager à donner le sein, lors même qu’elles 
devaient confier, quelques jours plus tard, leur enfant à une 
nourrice étrangère, et malgré les inconvéniens que quelques 
personnes attribuent à un allaitement commencé. 

Aux yeux des hommes compëtens, la nourriture au biberon 
et au petit pot, dans les hospices consacrés aux enfans trou¬ 
vés, est donc la cause principale de la mortalité effrayante qui 
règne dans ces établissemens. On peut ajouter, sans crainte 
d’être contredit, que ce mode d’alimentation est toujours vi¬ 
cieux, quelles que soient les conditions au milieu desquelles 
on en fait usage. 

Ainsi, tandis que, dans l'a première année de la vie, la mort 
n’atteint que le quart des enfans nourris à la mamelle, elle 
frappe au contraire le plus grand nombre de ceux qui subissent 
un allaitement artificiel. Diminuer le nombre de ceux-ci, ce 
serait, par conséquent, affaiblir en proportion le chiffre de la 
mortalité dans le premier âge, et rendre un véritable service 
à l’humanité. 

Or, sans parler des obstacles qui rendent absolument im¬ 
possible l’allaitement maternel, il est pourtant d’impérieuses 
circonstances, telles qu’une maladie générale grave, des fissures 
des mamelons, des abcès mammaires multiples, qui forcent 
momentanément un grand nombre de femmes à cesser d’allai¬ 
ter; et toutes n’ont pas une nourrice à leur disposition. Pen¬ 
dant ce temps-là, les enfans dépérissent ; et quand leurs mères 
reviennent à la santé, elles ne songent même pas à leur ren¬ 
dre le sein, sous le prétexte qu’elles n’ont plus de lait. 

Depuis longtemps, M. le professeur Trousseau s’est élevé 
contre ce préjugé partagé par les médecins. Plusieurs fois il a 
réussi, soit en ville, soit dans son service d’hôpital, à faire re¬ 
prendre l’allaitement suspendu depuis plusieurs mois, et les 
résultats dont j’ai été témoin à l’hôpital Necker, me semblent 
assez heureux pour mériter d’être publiés. 

Voici, en substance,'quelques-uns de ces faits; 

Au n» 3 de la salle Sainte-Julie était une femme L..., ac¬ 
couchée pour la seconde fois vers le 20 mars 1847. Elle n’avait 
pas nourri son premier enfant; elle voulut allaiter le second; 
mais comme celui-ci devint fort malade dès les premiers jours 
de sa vie, et que la mère toussait beaucoup, un médecin l’en¬ 
gagea à le sevrer, ce qu’elle fit trois semaines après être ac¬ 
couchée. 

Les règles reparurent un instant dans tes premiers jours de 
juin, c’est-à-dire deux mois et demi après l’accouchement. 

Cette femme entra à l’hôpital Necker le 10 juin, avec son 
enfant : elle se portait elle-même très bien, à cela près de quel¬ 
ques étourdissemens. L’enfant était très chétif, très maigre, 
atteint de diarrhée chronique, et paraissait n’avoir pris aucun 
développement depuis sa naissance. 

Il était évident pour nous que ce malheureux enfant était 
condamné à périr s’il continuait à être nourri au biberon ; 
d’ailleurs, la compression exercée sur les mamelles de sa mère, 
faisait sortir une gouttelette d’un liquide lactescent. Aussi M. 


26 

Trousseau prescrivit-il, avant toute chose, le retour à l’allaite¬ 
ment naturel. 

Dès le IRlà^'mère essaya de donner le sein à son enfant, qui 
le prit très volontiers. Toutefois, le lendemain, il n’était venu 
encore que très peu de lait ; mais après le deuxième jour, la 
montée du lait se fit sentir des deux côtés d’une manière très 
manifeste. Le quatrième jour, le lait monta assez vivement pour 
que l’enfant pût s’en contenter, et déjà sa santé s’était amé¬ 
liorée. Le mieux se prononça tous les jours davantage, et la 
santé finit par se rétablir complètement, avec l’aide des moyens 
les plus simples. 

La sécrétion laiteuse s’est donc rétablie, dans ce cas, deux 
mois après avoir été suspendue. 

Chez une autre femme, couchée au n» 2 de la salle Sainte- 
Julie, nous avons vu l’enfant reprendre le sein et là sécrétion 
du lait se rétablir un mois après le sevrage. 

Enfin, nous avions, au n» 5 de la salle Sainte-Cécile, une 
jeune femme très bien portante d’ailleurs, qui avait sevré son 
enfant, âgé de six mois, pour je ne sais quel motif. L’enfant 
supporta malle sevrage et sa santé alla toujours déclinant jus¬ 
qu’au moment où il entra à l’hôpital. 

Il avait alors dix mois; il était sevré depuis quatre. 

Comme M. Trousseau faisait observer à cette femme que la 
cessation prématurée de l’allaitement avait été la cause des 
accidens qui existaient actuellement chez son enfant, elle es¬ 
saya à lui donner de nouveau à téter : l’enfant reprit le sein 
sans difficulté. Dès le premier jour il y eut un peu de sécré¬ 
tion laiteuse; huit jours plus tard, le lait était revenu aussi 
abondant qu’auparavant et la santé se rétablissait. 

A ces trois cas observés à l’hôpital, nous joindrons un fait 
dont MM. Trousseau et Pidoux ont été témoins en ville. Il s’a¬ 
git d’un jeune enfant qui avaitété sevré vers huit ou ncufmois 
et dont la santé s’était depuis lors gravement altérée. Deux 
mois plus tard, toutes les médications devenant inutiles, on 
conseilla aux pârens de recourir de nouveau à l’allaitement 
naturel. L’enfant éprouva, les deux premiers jours, beaucoup 
d’aversion pour le sein ; mais on lui refusa toute alimentation, 
et il se remit à téter. Bientôt la sécrétion du lait, qui n’avait 
pas été sollicitée depuis deux mois, redevint plus abondante 
même que par le passé, et la santé de l’enfant en ressentit la 
plus heureuse influence. Cette nourrice n’avait pas eu ses 
règles. 

Il reste donc prouvé que les glandes mammaires, après plu¬ 
sieurs mois de repos, peuvent recommencer à sécréter du lait, 
et que leur activité fonctionnelle peut alors égaler ou même 
surpasser celle dont elles étaient douées dans les premiers 
temps qui ont suivi la parturition. 

Pour quiconque a étudié l'histoire de la sécrétion mam¬ 
maire à un point de vue général, ce résultat, d’ailleurs si re¬ 
marquable, n’a rien de surprenant. Les femmes qui ont nourri 
beaucoup d’enfans, les médecins chargés des services de nour¬ 
rices dans nos hôpitaux, savent à merveille que les nouveau- 
nés, à quelque sexe qu’ils appartiennent, offrent constam¬ 
ment, dès les premiers jours de leur existence, un engorge¬ 
ment mammaire avec sécrétion lactée. Nous avons tous les 
jours l’occasion de constater ce phénomène dans le service 
des femmes en couche de l’Hôtel-Dieu. Quelquefois la quantité 
du liquide est telle, qu’on le fait jaillir à une grande distance, 

■ en comprimant la mamelle. Son opacité est plus ou moins 
grande. En l’examinant au microscope, j’ai constaté, après 
M. Donné, qu’elle était due aux globules gras caractéristiques 
du lait proprement dit. 

A une autre époque de la vie, à l’approche de la puberté, la 
même poussée se reproduit dans les deux sexes. Pour être in¬ 
complète et comme avortée chez les jeunes garçons, elle n’en 
est pas moins très réelle et s’accompagne parfois d’une tension 
douloureuse dans les organes qui en sont le siège. Le 12 
décembre courant, un jeune garçon de 14 à 15 ans s’est pré¬ 
senté à la consultation publique de l’Hôtel-Dieu pour un cas 
de ce genre. La mamelle droite, qui était la seule engorgée, 
avait au moins 3 centimètres de diamètre, et était le siège 
d’une sensibilité très vive accompagnée d’une nuance rosée.de 
la peau. 

Plusieurs d’entre nous ont eu sans doute, dans leur jeunesse, 
l’occasion d’observer ce curieux phénomène soit sur eux-mê¬ 
mes, soit sur quelques-uns de leurs camarades. Je dois ajouter 
toutefois que, dansde cas particulier auquel je fais allusion en 
ce moment, la glande ne lai.ssait pas suinter la moindre quan¬ 
tité de liquide, même sous une pression assez forte. 

Ces faits, purement physiologiques, apparaissant dans des 
conditions normales, servent pour ainsi dire de transition aux 
cas beaucoup plus extraordinaires, et presque merveilleux, de 
sécrétion laiteuse abondante, observés chez des vierges et 
même chez des hommes. Le hasard nous a fait rencontrer en¬ 
core dernièrrment, à l’Hôtel-Dieu, au n» 29 bis de la salle St- 
Louis, un homme de 45 ans environ, qui offrait un engorge¬ 
ment douloureux des mamelles, surtout de la gauche, dont on 
faisait sourdre par la pression de très petites gouttelettes d’un 
liquide séreux. C’est le second exemple dont je suis témoin ; et, 
pour le dire en passant, le dernier sujet ne présentait en au¬ 
cune façon cette atrophie des testicules, qu’un interne distin¬ 
gué, M. Gaillet, a vu coïncider, dans deux ou trois circons¬ 
tances, avec le développement exagéré des mamelles. 

En définitive, si la sécrétion laiteuse peut avoir lieu en de¬ 


hors de l’état puerpéral, si ellé peut apparaître exceptionnel^ 
lementdans le sexe masculin, à plus forte raison doit-on 
rappeler facilement chezdes femmes que quelques mois à peing 
séparent du moment où elles sont devenues mères. 

Dans nos observations, le terme de quatre mois, depuis le 
sevrage, a été le plus long; mais rien n’indique que la sécré 
tion du lait ne puisse se reproduire après un laps de temps 
plus considérable encore : la limite est impossible à prévoir 
Dans trois cas, les enfans n’ont fait aucune difficulté pouj 
reprendre le sein. Le quatrième a seul manifesté une aversion 
dont on n’a pas tardé à triompher, en lui refusant toute autre 
alimentation. Cet éloignement de la part de l’enfant ne Saurait 
donc jamais constituer un obstacle sérieux. 

Quant au rétablissement de la menstruation, il est probable 
qu’il ne s’opposerait nullement au retour du lait, puisque 
l’une des femmes chez qui nous avons observé ce retour avait 
eu ses règles quelques jours auparavant. • 

Ces faits portent avec eux leur enseignement; nous n’insis. 
terons pas sur leur importance au point de vue de la pratique 
médicale. Qu’il nous suffise de les avoir signalés à l’attentiou 
de ceux dont la mission est de prévenir le mal aussi bien que 
d’y porter remède. 


ÂCADaiES, SOCIÉTÉS SAVAIÎ ES ET ASSOCIATIONS. 

AGADÉIUIE DE MÉDECINE. 

Addition à la séance du 13 Janvier 1852. — Présidence de M. Méher. 

M. Marchai, (de Calvi) présente un malade sur lequel il a pratiqué 
la résection d’une notable portion de la septième côte : 

Un soldat du 53“' de ligne, étant à Orléansville en 1847, fit une chute 
de la hauteur de sept à huit pieds, et, dans cette chute, le côté droit 
de la poitrine, à trois travers de doigt au-dessous du sein, porta sur le 
bout d’un fort piquet de bois planté en terre. La douleur fut violente, 
et, pendant quinze jours, le blessé eut des crachemens de sang. On le 
saigna à l’hôpital d’Orléansville et on lui appliqua 120 sangsues en deux 
fois. Il se forma néanmoins une tumeur considérable qui fut ouverte un 
an après à l’hôpital militaire de Lyon, et de laquelle s’écoula environ un 
demi-litre de pus. 

Après plusieurs mois de séjour à l’hôpital militaire de Lyon, le ma¬ 
lade entra à l’hôpital d’Auxerre ; puis il vint à Paris, où il fut admis suc¬ 
cessivement à l’Hôtel-Dieu, à la Charité, à la Pitié, finalement à l’hôpital 
Saint-Louis. Partout on reconnut l’existence d’une lésion costale entrete¬ 
nant de nombreux trajets fistuleux, et l’on essaya un grand nombre de 
moyens qui n’eurent pas de bons effets. Ce fut 9lors que le blessé entra 
à l’hôpital du Val-de-Grâce, dans la division de M. Marchai (de Calvi). 
Après l’emploi infructueux de divers traitemens anti-diathésiques, par 
le mercure, l’iode et le soufre ; après avoir essayé de réduire rinflain- 
mation par les antiphlogistiques réitérés ; après avoir, sans succès, fait 
appliquer, aux limites de l’engorgement, huit cautères qui furent entre¬ 
tenus pendant deux mois ; après avoir enfin cautérisé la côte profondé¬ 
ment avec le fer rouge, toujours sans résultat avantageux, le chirurgien 
se trouva placé dans l’alternative suivante : ou bien laisser le malade 
livré, soit aux chances d’une intarissable suppuration, soif à l’éventualité 
d’une hépatite par propagation de l’inflammation de dehors en dedans, 
ce qui avait déjà eu lieu deux fois ; ou bien pratiquer une opération 
grave : la résection de toute la partie altérée de la septième côte. Le 
choix ne pouvait être douteux, et M. Marchai pratiqua cette opération. 
Deux pouces environ de la côte, extrêmement épaissie, furent enlevés, 
tant au moyen de la scie à chaînettes qu’à l’aide de la-gouge et du mail¬ 
let. Au bout d’un mois, la cicatrisation était parfaite; on voit, sur le 
malade soumis à l’examen de l’Académie, la paroi thoracique, réduite 
aux parties molles, s’élever et s’abaisser dans l’inspiration et l’expira¬ 
tion. 

Un point qui mérite d’être spécifié dans le procédé opératoire suivi 
par M. Marchai, c’est la séparation de la côte d’avec la plèvre sous- 
jacente au moyen de l’aiguille de Deschamps, glissée à plat sous l’os, 
quand celui-ci eût été scié en avant et qu’il s’agissait de le diviser en ar¬ 
rière. 


SOCIÉTÉ DE CHIRURGIE DE PARIS. 

Séance du 14 Janvier 1852. — Présidence de M. Urbev. 

Après la lecture du procès-verbal, M. Demarquay dit qu’un méde- 
cm de Paris, qui avait lu le compte-rendu que nous avons publié dans 
1 Union Médicale, iui a assuré avoir fait Tautopsie d’une femme morte 
subitement pendant les suites découches; la seule lésion qu’il ait trouvée 
consistait en un épanchement séreux très marqué dans le septum lu- 
cidum. 

M. Roux, nommé par acclamaiion membre honoraire de la Société, 
est présent à la séance. 

M. le professeur J. Cloquet demande également le titre de membre 
honoraire, en adressant un exemplaire de ses ouvrages. Cette demande 
est accueillie à l’unanimiié. 

Rapport. — M. Maisonneuve fait un court rapport sur trois obser¬ 
vations manuscrites envoyées par M. Fleury, chirurgien de marine, à 
l’appni de sa candidature comme membre correspondant de la Société, 

La première observation est relative à un cas de calcul salivaire dé¬ 
veloppé dans le conduit de Warthoii. L’extraction, qui fut très simple, 
fut suivie d’une prompte guérison. 

La deuxième offre un exemple intéressant d’un corps étranger (un 
morceau de verre ) qui séjourna huit mois dans la paume de la main. 
M. Fleury en a fait l’extraction. 

La troisième, enfin, est relative à une désarticulation de l’épaule, 
opérée avec succès par M. Fleury. Le procédé suivi par ce chirurgien 
se rapproche de celui de Larrey, tel qu’il a été modifié par M. Robert, 

Après une courte discussion sur les conclusions du rapport, M. Fleury 
est nommé membre cori’espondant. 

Tumeur de nature douteuse située dans l'épaisseur du voile dU 

palais; — examen anatomique; —considérations sur les alté¬ 
rations des glandules salivaires. 

Une discussion intéressante s’est engagée à la Société à la suite d’une 
















communication de M. Michon. — Nous allons d’abord reproduire le faij 
tel qu’il a été exposé par cet habile chirurgien, et nous essaierons de 
donner une rapide esquisse des opinions et des observations qui ont été 
croises consécutivement. 

Incidemment, M. le professeur Roux, payant pour ainsi dire sa bien¬ 
venue dans le sein de la Société, a communiqué plusieurs faits intéres- 
gans de maladies du sinus maxillaire. Nous dégagerons de la discussion 
générale cette partie de la séance qui ne se rattache pas absolument aux 
faits qui y avaient donné lieu. 

Observation. — Dans le service de M. Michon, se trouvait une ma¬ 
lade qui présentait une tumeur grosse comme un œuf de poule, logée 
presque en totalité dans l’épaisseur du voile du palais. Elle gagnait en 
arrière l’isthme du gosier et avait refoulé la face postérieure du voile du 
palais vers la paroi postérieure du pharynx. En haut, elle remontait vers 
Ijjpartie postérieure de la voûte palatine, et, soulevant la muqueuse, elle 
g’était glissée au-dessous d’elle et semblait tout à fait adhérente aux os. 
En bas et en dehors, elle s’appuyait sur l’apophyse ptérygoïde, et on 
pouvait craindre qu’elle n’y adhérât. Du reste, indolore, elle ne déter¬ 
minait par sa présence que des accidens purement mécaniques. Elle 
était dure, immobile, enchâssée et bridée qu’elle éta'it par la muqueuse 
nalatlne. Elle datait de dix ans. Un charlatan, consulté il y a quelques 
années, avait fendu cette tumeur et l’avait brûlé ensuite, sans qu’il en 
sortît du sang. De ces opérations était résultée une adhérence entre la 
face antérieure de la tumeur et la muqueuse. Quelle était la nature de 
cette affection ? Ce n’était évidemment pas une tumeur sanguine. L’opé¬ 
ration inintelligente qu’on avait faite aurait, dans ce cas, déterminé une 
hémorrhagie. Était ce un cancer? La malade était restée dans un état de 
santé tout à fait satisfaisant. Il n’y avait pas de douleur. La tumeur, lisse, 
égale, offrait partout la même consistance. Son Immobilité et sa dureté 
pouvaient faire croire à une tumeur de nature fibreuse ou fibro-plastique 
adhérente aux os. Restait à savoir sur quel point se trouverait son pédi¬ 
cule si elle en avait, et enfin si c’était un polype fibreux parti d’abord 
des fosses nasales qui se tronvaient obstruées en arrière. 

Ce fut donc au milieu de ces doutes que M. Michon, en présence de 
plusieurs chirurgiens, se décida à faire une opération qui devenait ur¬ 
gente. 

Une première incision verticale fut faite sur la tumeur, puis une autre 
transversale à sa partie la plus élevée. Et quand on fut arrivé aussi sur 
l’altération elle-même, on reconnut qu’il n’existait aucune adhérence, 
et le chirurgien put, avec le doigt, dégager la tumeur de toute part et 
l’énucléer. L’opération fut simple et rapide, et quoiqu’elle ne date que 
de quelques jours, la malade est en voie de guérison. 

Examen de la tumeur, — En examinant la tumeur à l’œil nu, on 
pouvait immédiatement reconnaître qu’elle avait l’aspect d’une glande 
hypertrophiée. Elle contenait quelques follicules remplis d’un liquide 
filant. L’étude microscopique permit de constater d’une manière positive 
la structure glanduleuse. On avait donc affaire ici à une de ces tumeurs 
comme on en a décrit depuis quelques années sur presque toutes les 
glandes, tumeurs prises, Jusqu’alors, pour des affections cancéreuses ; 
tandis qu’elles ne sont, en définitive, que le résultat d’une hypertrophie. 
Ces hypertrophies se sont montrées surtout sur la glande mammaire et 
et sur la parotide. 

Les nombreuses glandules salivaires, dites glandulœ minores, qui 
sont situées sous la muqueuse buccale, peuvent donc subir ces altéra¬ 
tions, et bien des tumeurs de nature douteuse se trouvent ainsi classées. 
Voici, du reste, que le jour se fait sur cette question, et si le microscope 
n’a pas en toutes choses rendu de grands services, dans cette circons¬ 
tance on en tirera grand parti. 

Le surlendemain de l’opération que nous venons de décrire, M. Mi- 
chtn fut consulté par une jeune fille qui portait à la lèvre une tumeur; 
déjà deux fois on avait opéré cette malade. Cette tumeur était dure, 
résistante, arrondie, située sous la muqueuse. M. Michon l’enleva; elle 
s’énucléa avec facilité et on reconnut encore des granulations et l’as¬ 
pect de glandules salivaires. 

M. Nélaton, comme M, Michon attache une haute importance à ces 
faits, qui, au point de vue de diagnostic et du pronostic, sont appelés à 
avoir une grande valeur. 

Du reste, ces tumeurs ne sont pas excessivement rares ; et maintenant 
que l’attention est éveillée, les faits se multiplieront. Pour son compte, M. 
Nélaton en a vu deux, et peut-être d’autres encore, qu’il n’a pas pu re¬ 
connaître. Un de ces derniers cas a été observé sur un malade admis h 
l’hôpitai des Cliniques. La tumeur, absolument semblable pour le vo¬ 
lume et pour la forme à celle que nous venons de décrire, avait été vue 
par plusieurs chirui giens , qui avaient pensé qu’elle était de nature 
fibreuse, adhérente aux os, et qu’elle pénétrait dans les fosses nasales. 

M. Nélaton, qui avait déjà rencontré et disséqué une tumeur de ce 
genre, ne partageait pas cette manière de voir; il se contenta d’une sim¬ 
ple incision, et la tumeur fut facilement énuclée, - 

Le premier fait qui s’offrit à l’observation de M. Nélaton est le sui¬ 
vant ; M. Michon a vu celte malade : 

Il y a environ quatre ans, ce chirurgien fut consulté pour une jeune 
religieuse portant également dans l’épaisseur du voile du palais une 
tumeur grosse comme une petite pomme. La nature de cette tumeur 
paraissait très suspecte, et M. Nélaton s’attendait à avoir une très grave 
opération h pratiquer; il était même assez disposé à inciser la commis¬ 
sure labiale pour se donner plus de facilité. Persuadé qu’il était néces¬ 
saire de sacrifier le voile du palais, qu’il considérait comme atteint de 
dégénérescence, il fît une première incision comprenant toute l’épais¬ 
seur de cet organe, et le divisant dans toute sa hauteur sur la ligne mé¬ 
diane. 

Une autre incision transversale partant de la partie supérieure de 
cette première incision et suivant du côté de la tumeur le bord posté¬ 
rieur de la voûte palatine, ne comprenait que la partie antérieure de la 
muqueuse du voile du palais. Ceci fait, l’opérateur reconnut que la tu¬ 
meur, ainsi débridée, était très peu fixée aux tissus voisins; passant alors 
le doigt en arrière d’elle, il acquit la conviction qu’elle n’adhérait ni aux 
os, ni à la muqueuse; il put dès lors^Ja dégager avec facilité et l’opéra¬ 
tion fut terminée. Le, voile du palais avait été divisé inutilement. Plus 
tard, M. Nélaton fut obligé de pratiquer la staphyloraphie. 

Quant à la tumeur, son examen ne pouvait laisser aucun doute sur sa 


27 

nature. Contre toute attente, on reconnaissait manifestement qu’elle 
était formée par une glandule hypertrophiée. 

Ce premier fait avhit dû mettre M. Nélaton en garde contre une nou¬ 
velle erreur de diagnostic, et c’est pour cela qu’il n’hésita pas dans le 
second cas à repousser l’idée d’une affection de mauvaise nature, et à 
se contenter d’une opération des plus simples. 

M. Maisonneuve, en quelques mots, rappelle que les hypertrophies 
des glandes salivaires ne sont pas très rares. M. Robert a réuni des faits 
assez nombreux, et pour son compte il a pu deux fois faire l’ablation de 
tumeurs de ce genre développées sur la glande parotide; les deux faits 
auxquels il fait allusion offrent ceci de remarquable, c’est que sur les 
deux malades une première opération avait été faite efque l’on avait cru 
avoir affaire à une affection squirrheuse, ce qui faisait considérer la re¬ 
production de la maladie comme cas de récidive. 

M. Michon insiste sur ce point, que les hypertrophies dans’les glan¬ 
des salivaires ne sont pas rares et sont actuellement suffisamment con¬ 
nues ; mais ce qui est encore peu connu, c’est le développement hyper¬ 
trophique aussi considérable des glandules ; et c’est là surtout ce qu’il 
faut signaler à l’attention du chirurgien. 

M. Huguier reconnaît toute l’importance des observations de MM. 
Michon et Nélaton. C’est une bonne voie qui sera fructueuse pour la 
thérapeutique chirurgicale ; il faut la suivre avec soin. Il a eu dernière¬ 
ment h enlever h la face interne des lèvres une tumeur grosse comme 
une noisette, qu’il prenait pour un kyste. A l’examen microscopique, il 
reconnut qu’elle était formée par une agglomération de grandules hyper¬ 
trophiées. 

Les glandules, qui se rencontrent très nombreuses, surtout sous la 
muqueuse qui tapisse le voile du palais, peuvent offrir une altération 
qui serait pour ainsi dire le premier degré de ces hypertrophies. Seule¬ 
ment, dans ces cas, toutes les glandules seraient malades en même temps. 
M. Huguier signale celte maladie qui acquiert quelquefois des propor¬ 
tions très marquées; alors le voile du palais a perdu sa coloration, 
il est jaunâtre, on le voit semé d’inégalités, et il se fait à sa surface 
une sécrétion muqueuse filante, tenace, dont la présence fatigue extrê¬ 
mement les malades. C’est, dit M. Huguier, une hypertrophie en masse 
des glandules du palais. Le voile du palais est gonflé, et il y a ceci de re¬ 
marquable que le gonflement n’envahit pas le raphé, qui alors fait une 
dépression médiane verticale. 

Dans tous les cas de tumeur de ce genre connus jusqu’à ce jour et 
opérés, nous ferons remarquer l’innocuité de l’opération, M. Demar- 
quay, qui dit avoir vu deux fois M. Blandin enlever des tumeurs aussi 
situées dans l’épaisseur du palais, a eu dans un de ces deux cas à com¬ 
battre une hémorrhagie très grave consécutive à l’opération ; ce fait est 
important et doit être signalé ; mais pour lui donner une plus grande 
valeur, il serait nécessaire de savoir s’il s’agissait bien de tumeurs glan¬ 
dulaires. 

M. Lenoir a vu dernièrement une dame qui portait sous la muqueuse 
buccale, au point où elle passe des joues sur le maxillaire, une tumeur 
grosse comme un œuf de pigeon; une dent mauvaise se trouvait à ce 
même niveau, si bien que M. Lenoir croyait à un abcès chronique en 
communication avec le fond de l’alvéole. Un dentiste avait appelé cette 
tumeur un ganglion, et avait engagé la malade à aller trouver un chi¬ 
rurgien pour la faire enlever. 

M. Lenoir, bien convaincu que c’était un abcès, fit une incision, 
mais il ne sortit rien, alors agrandissant l’ouverture, il enleva facile¬ 
ment la tumeur. Il n’y eut pas d’hémorrhagie ; la guérison fut rapide, 
et, comme dans les cas précédons, à l’œil nu et au microscope, on re¬ 
connut que la partie enlevée était formée par des glandules hypertro¬ 
phiées. 

Quelques considérations sur les tumeurs développées dans le sinus 
maxillaire. 

M. Roux ayant eu l’occasion, depuis une année, de voir quatre cas 
de tumeurs développées dans le sinus maxillaire supérieur, tumeurs qu’il 
a dû opérer, a reconnu que bien souvent ces maladies qui, consécutive¬ 
ment, altéraient les os et les déformaient ou les usant, n’étaient en défi¬ 
nitive, que des maladies de la muqueuse et, pour les détruire, on peut 
avantageusement se dispenser d’enlever une partie du squelette de la 
face. 

M. Roux donne une analyse des observations qu’il a recueillies de¬ 
puis ; il insiste sur la dernière, qui est relative à une jeune fille. Le si¬ 
nus maxillaire droit était envahi par la tumeur qui ofli-ait au dehors le 
volume d’un œuf; deux dents étaient ébranlées, un jet de la tumeur 
faisait saillie à la voûte palatine, en partie détruite. M. Roux éclairé 
par les faits précédons, diagnostiqua une tumeur fongueuse de la mu¬ 
queuse qui tapisse le sinus, sans altération organique des os. Il ne 
voulut donc pas amputer le maxillaire supérieur, il se contenta de se 
donner du jour pour pénétrer dans le sinus, et il parvint facilement à 
enlever la totalité des fongosités. A l’examen anatomique, on reconnut 
qu’il n’y avait pas de cancer. M. Roux signale l’importance de ces ob¬ 
servations qui démontrent que bien souvent on pourrait ménager les 
os qui restent sains au milieu de ces désordres, n’ayant subi qu’une vé¬ 
ritable usure mécanique. 

M. Libebt, à l’appui des observations de l’honorable chirurgien de 
l’HôtekDieu, dit avoir examiné l’année dernière un maxillaire supérieur 
enlevé en totalité comme cancéreux. A l’aide du microscope, il recon¬ 
nut qu’il n’y avait aucune trace de cancer, la tumeur était formée par 
une hypertrophie de la muqueuse, des glandules et des papulles. 

M. Roux cite, en terminant, une observation de tumeur fibreuse qu'il 
a extirpée sur le coude-pied. Le diagnostic n’avait pu être établi 
avant l’opération, 

A la fin de la séance, M. Demarquay présente un appareil ingénieux, 
construit par M. Garriel, pour remédier aux accidens et aux douleurs 
qui résultent pour les malades, dans'les cas de fractures de jambe, de la 
pression subie parle talon. Cet appareil est fait en caoutchouc vulcanisé. 

D' Ed. Laborie. 


PRESSE MÉDICALE, 

Arcklres {générales de médecine.— Décembre 1851. 
Recherches sur l'épaississement pseudo-membraneux de la tunique 
vaginale dans l’hydrocèle et l'hémalocèle, et sur son traitement; 


par le docteur L.^Gosselin, chef des travaux anatomiques et agrégé à 

la Faculté de médecine de Paris, chirurgien de l’hôpital de Lour- 

cine, etc. 

Dans ce mémoire, destiné à éclairer l’histoire de l’hydrocèle et de 
l’hématocèle, l’auteur a étudié surtout les fausses membranes dont la 
présence a été rapportée h des causes assez diverses. On trouve sou¬ 
vent, dit-il, des fausses membranes dans la tunique vaginale, et elles y 
présentent des variétés sous le rapport de leur situation, de leur degré 
d’oiganisation et de leur épaisseur. Les unes minces et complètement 
organisées, établissent le plus souvent des adhérences entre les deux feuil¬ 
lets de la séreuse. Ces adhérences sont générales ou partielles : dans le 
premier cas, la cavité vaginale disparaît; dans le second, il en résulte 
des modifications dans l’étendue et les dispositions naturelles de la po¬ 
che ; on les rencontre surtout au voisinage du bord externe de l’épidi- 
dyme, où elles se présentent sous forme de bandeleltes verticales, plus 
ou moins espacées, qui rétrécissent quelquefois d’une manière remar¬ 
quable la grande ouverture que forme la séreuse pour aller tapisser la 
face inférieure de l’épididyme. La présence des fausses membranes 
explique les arrière-cavités sous-épididymaires que l’on rencontre par¬ 
fois dans l’hydrocèle. Il est peu de sujets adultes et de vieillards sur 
lesquels on ne rencontre de ces adhérences partielles établies par de 
fausses membranes très minces, qui diffèrent peu du feuillet pariétal de 
la séreuse. Ces productions sont la conséquence de phlegmasies légères 
et souvent inaperçues de la tunique vaginale. Les autres, ou fausses 
membranes de la deuxième variété, celles qui sont épaisses et incomplè¬ 
tement organisées, sont plus rares que les précédentes ; mais elles sont 
beaucoup plus utiles à étudier parce qu’elles compliquent gravement 
l’hydrocèlè et l’hématocèle. 

Sous le point de vue anatomo-pathologique, ces dernières fausses 
membranes sont remarquables par leur situation et leur étendue ; elles 
tapissent tout le feuillet pariétal de la séreuse et se prolongent quelque¬ 
fois, mais rarement, sur le feuillet viscéral, ou, si l’on veut, sur le tes¬ 
ticule lui-même. Au lieu d’occuper, comme les précédentes, quelques 
points circonscrits, au niveau desquels elle établirait des adhérences 
anormales, la fausse membrane est ici comme un revêtement nouveau 
sur-ajouté aux tuniques naturelles, et double la séreuse à la manière 
d’une écorce. Sa face interne est ordinairement rugueuse, inégale, d’un 
aspect comme chagriné, en rapport avec le liquide contenu dans la ca¬ 
vité. Lorsque c’est du sang, elle est tapissée par les caillots fibrineux 
rouges ou blancs, qu’il est toujours facile de distinguer de la pseudo¬ 
membrane, parce qu’ils sont plus mous, plus faciles h détacher et qu’ils 
ne sont pas organisés. D’autres fois, on trouve, au lieu de caillots ou 
mélangées avec eux, des exsudations plastiques blanches et molles, La 
face externe est appliquée sur la séreuse et la double, unie qu’elle est à 
la séreuse par un tissu cellulaire lâche, assez facile à déchirer, excepté 
au niveau du testicule, où le décollement n’est plus possible. Tunique sé¬ 
reuse, au-dessous, habituellement un peu épaissie et dépourvue d’épi¬ 
thélium, assez facile à séparer d’un autre feuillet qui est en dehors et 
qui est la tunique fibreuse commune doublée par le crémaster. L’épais¬ 
seur et la consistance de la fausse membrane sont très variables : ainsi 
elles peuvent différer peu de celles de la tunique vaginale normale, 
c’est-à-dire que l’épaisseur n’atteint pas un millimètre et que le tissu de 
nouvelle formation est souple, flexible et revient aisément sur lui-même 
'après l’évacuation du liquide. D’autres fois, la pseudo-membrane est 
épaisse de plusieurs millimètres, est moins souple, ne revient pas faci¬ 
lement sur elle-même. D’autres fois encore, elle est très épaisse, très 
dense et inflexible à la manière d’une coque. A l’œil nu, l’aspect de la 
fausse membrane est celui d’un tissu fibreux très dense ^ ou d’un tissu 
fibro-caiTilagineux ; mais ce n’est qu’une apparence, car la couleur n’est 
pas tout à fait celle des flbro-cartilages, et la vascularisation est beaucoup 
plus abondante que dans ces derniers; en même temps il y a plus de dureté 
que dans les séreuses, une stratification et une couleur rougeâtre quj 
n’appartiennent pas aux membranes fibreuses. Au microscope, on ne 
découvre que des fibres courtes, étroites, non réunies en faisceaux, 
quelquefois très peu nombreuses et comme perdues au milieu d’une 
matière amorphe, et dans certains cas, par place, des élémens calcaires 
disséminés qui feraient croire à un commencement d’ossification. Les 
pseudo-membranes renferment enfin des vaisseaux sanguins qui se con¬ 
tinuent avec ceux de la tunique vaginale normale. 

Les enveloppes normales ne présentent rien de particulier : il n’en est 
pas de même du testicule, de l’épididyme et du canal déférent, dont les 
modifications ne paraissent pas avoir été suffisamment étudiées jusqu’à 
ce jour. Le testicule est le plus ordinairement situé à la partie supé¬ 
rieure et postérieure de la poche, mais on l’a rencontré quelquefois à 
la partie antérieure, disposition qui peut conduire à une lésion inévita¬ 
ble et imprévue de l’organe ; d’autres fois, il reste à la partie inférieure 
de la tumeur qui se développe au-dessus de Ini et paraît en être distincte. 
Le testicule n’est pas toujours saillant dans la cavité ; il est souvent aplati 
et refoulé dans l’épaisseur des autres enveloppes et ne fait plus aucun 
relief qui permette au doigt, porté dans l’intérieur de la poche, de cons¬ 
tater sa présence ; dans ces cas, il a presque toujours perdu sa forme et 
même de son volume.L’épididyme est quelquefois à sa place naturelle, le 
long du bord postéro-supérieur du testicule; d'autres fois, il s’en est éloi¬ 
gné de 2, 3, A,5 cent, et même plus, aux dépens du corps surtout, re¬ 
présentant par conséquent une courbe â convexité externe et supérieure, 
à concavité interne et inférieure ; cette disposition l’expose à être coupé 
et emporté dans les opérations par excision, telles que les ont conseil¬ 
lées et pratiquées le plus grand nombre des chirurgiens. L’épididyme 
est d’ailleurs modifié dans sa texture ; les flexuosités de son conduit sont 
moins serrées ; les groupes qu’elles forment sont plus espacés que dans 
l’état normal ; les cônes de la tête divergent, s’effacent en partie et se 
déroulent par suite de la distension ; les vaisseaux afférens s’allongent 
considérablement. Le canal déférent et les autres élémens du cordon 
spermatique peuvent s’écarter au loin et se dissocier, comme pour l’hy¬ 
drocèle ordinaire. 

Quant au liquide renfermé dans la tunique vaginale, il est quelque¬ 
fois séreux et citrin ; d'autres fois épais et mucilagineux, le plus souvent 
rouge foncé, semblable à une dissolution de chocolat cuit, à de la lie de 
vin, quelquefois noir comme une infusion de café ; dans d’autres cas 
verdâtre. Il peut renfermer une plus ou moins grande quantité de cris¬ 
taux cholestériques visibles à l’œil nu ; il est en général plus épais et 








moins coulant que la sérosité, mais cependant peut trouver une issue 
par la canule du trois-quarts. Quelquefois des grumeaux fibrineux et 
même des caillots rouges sont mélangés avec lui. 

Abordant ensuite la pathogénie, l’auteur établit que les causes de 
l’épaississement pseudo-membraneux sont toutes celles qui peuvent don¬ 
ner lieu à une vaginalite chronique sourde et longtemps inaperçue. La 
maladie est quelquefois spontanée ou de cause interne ; d’autres fois, 
elle est consécutive à une orchite ou à une épididymite chronique, la 
phlegmasie se propageant alors par continuité du tissu des organes aux 
enveloppes; ou bien enfin elle est d’origine traumatique, soit qu’elle ait 
été, comme on l’observe quelquefois, produite par l’injection d’une hy¬ 
drocèle ordinaire qui n’a pas provoqué une inflammation adhésive 
franche, soit que le scrotum ait été soumis h une contusion violente ou 
à une contusion légère, mais souvent répétée, comme celle qui résulte 
de l’équitation.^ 

Les symptômes de cette affection-sont les suivans ; tumeur à marche 
lente, de forme arrondie, souvent indolente, quelquefois douloureuse 
par instans ou même continuellement, plus lourde que l’hydrocèle or¬ 
dinaire, plus légère que le sarcocèle, non transparente, d’une fluctuation 
souvent obscure et douteuse, sans gonflement du cordon spermatique. 
Si l’épaississement est au premier degré, c’est-à-dire si la fausse mem¬ 
brane n’est encore ni très épaisse, ni très dure, la fluctuation est facile à 
trouver. Si en même temps le liquide est séreux, il y a quelquefois de 
la transparence. Lorsque l’épaississement est au deuxième et au troi¬ 
sième degrés, la tumeur peut quelquefois, en s’affaissant sur la pre¬ 
mière et revenant sur elle-même, donner la sensation de parchemin. 

Le diagnostic est souvent obscur ; il ne devient ordinairement positif 
qu’à la suite d’une ponction exploratrice qui, après avoir donné issue à 
un liquide brunâtre, permet de pincer les enveloppes entre les doigts, 
d’apprécier leur épaisseur et leur consistance ; on sent en outre qu’après 
l’évacuation la tumeur s’affaisse incomplètement ou ne revient que très 
lentement sur elle-même. Il vaut mieux, en général, ne faire cette ponc¬ 
tion exploratrice qu’au moment où l’on est sur le point de procéder à 
l’opération définitive. Abandonnée à elle-même, la tumeur fait des pro¬ 
grès plus ou moins rapides, suivant que la fausse membrane est plus ou 
moins dure et résistante. L’un de ses caractères les plus remarquables, 
c’est la facilité avec laquelle elle arrive à suppuration, h la suite des 
plaies les plus simples ; mais sa gravité principale est due à ce qu’elle 
réclame une opération plus compliquée et plus grave que Thydrocèle 
simple. 

Arrivant au traitement, l’auteur repousse d’abord la cure palliative 
comme inapplicable et même dangereuse dans ses conséquences. Les in¬ 
jections iodées lui paraissent pouvoir être essayées dans les cas douteux, 
lorsqu’après l’évacuation du liquide on ne trouve pas un épaississement 
bien évident. L'incision simple a l’inconvénient d’exposer à une inflam¬ 
mation de mauvaise nature, à des accidens gi aves et même à la mort, 
toutes choses d’autant plus à craindre que la tumeur est plus volumi¬ 
neuse et la pseudo-membrane plus mince. L'excision a sur l’incision 
l’avantage de faire disparaître l’organe dangereux, celui dont la phleg¬ 
masie est grave et quelquefois mortelle, celui dont la présence retarde 
la guérison ; mais son exécution est mal décrite et mal précisée. Les 
incisions multiples ne paraissent pas encore assez sûres dans leur exé¬ 
cution et dans leurs résultats.La casîratton ale grand inconvénient d’o¬ 
bliger les malades à un sacrifice pénible. Enfin l’auteur propose une 
opération nouvelle par ablation de la fausse membrane ou décorti¬ 
cation qui se compose de deux temps : 1“ Vouverture de la poche dans 
laquelle on divise les tissus couche par couche dans une incision verti¬ 
cale, et lorsqu’il n’en reste plus qu’une petite épaisseur, on plonge le 
bistouri au bas de l’incision ; le liquide écoulé, on agrandit l’incision de 
bas en haut avec un bistouri boutonné ; 2° le décollement de la fausse 
membrane que l’on opère avec les doigts ou un autre corps mousse ; 
3° Yexcision avec le bistouri ou mieux des ciseaux, de la fausse mem¬ 
brane décollée, au niveau du point où elle reste adhérente. Le panse¬ 
ment se fait comme à la suite de la castration. Les avantages principaux 
de cette opération sont, d’après M. Gosselin : 1° de ne pas exposer à la 
lésion des organes sécréteurs et excréteurs du sperme; 2° d’éviter les ac¬ 
cidens inflammatoires graves que l’on observe à la suite des incisions ; 
3" de procurer une guérison aussi prompte qu’à la suite de la castra¬ 
tion. 

Observation de farcin chronique , avec guérison probable ; par le 
docteur Ad, Richard, prosecteur de la Faculté de médecine de Pa¬ 
ris, et E. Foucher, aide d’anatomie à la même Faculté, interne à la 
Charité. 


Cette observation est relative à un palefrenier âgé de 28 ans, chez 
lequel, dans les premiers jours d’août, des boutons poussèrent au fon¬ 
dement ; plusieurs autres grosseurs se montrèrent successivement aux 
jambes, à la poitrine, au dos, à la face, etc. A son entrée à la Charité, 
dans le service de M. Velpeau, indépendamment d’un empâtement su¬ 
perficiel en haut et en dedans de la cuisse droite, violet à sa surface, 
couvert de quelques lamelles épidermiques et dont le centre était occupé 
par une petite escarrhe brune, peu saillante et peu épaisse, facile à dé¬ 
tacher et couvrant un enfoncement ou godet grisâtre, d’où suintait une 
substance glutineuse à peu près incolore, il existait deux tumeurs du 
volume d’un œuf de pigeon, fluctuantes, s’enfonçant dans la profondeur 
de la peau, occupant, l’une au-dessus de l’autre, la moitié interne de la 
fesse droite ; une troisième , située au-dessus de la base du sacrum du 
même côté, ressemblait à un anthrax ou mieux à une gomme prête à 
s’ouvrir. Elle se vida quelques jours après, en fournissant une faible 
quantité de pus mal lié, et laissa à sa place un petit noyau semblable à 
un gros tubercule d’acné. En même temps, le sommet des abcès de la 
fesse se perça, mais rien n’en sortit ; et ce futdix jours après queM.Vel- 
peau ponctionna le foyer le plus inférieur et donna issue à 30 grammes 
environ d’un pus épais , bien lié, mélangé à une grande quantité de 
sang. Trois jours après son entrée, on avait noté vers le milieu de, la 
face interne de la jambe droite une tache, comme une papule, rose pâle, 
dure, très peu saillante, comme plaquée dans le derme et entourée 
d’une sorte d’aréole mal limitée, festonnée et irrégulière, jaunâtre, à 
peine saillante, comme une plaque d’urticaire très dure. Après avoir 
crevé, cette papule fut remplacée par une bulle delà largeur d’une pièce 
de 1 franc, offrant à son centre une petite escarrhe un peu plus étendue 
que la papule elle-même, comme elle faisant corps avec le derme, 
noire et sèche. Le lendemain, l’escarrhe s’était étendue, et en cinq ou 
six jours elle avait remplacé entièrement la bulle. Rien du côté des 
autres fonctions. Les premières tumeurs étaient survenues au milieu de 
la santé la plus florissante, que le développement successif des tumeurs 
ultérieures n’avait en rien altérée. Les antécédens étaient complètement 
négatifs, relativement à des symptômes morbides antérieurs ou à la 
communication avec des chevaux morveux ou farcineux. Seulement, 
douze années auparavant, il avait soigné très probablement un cheval 
farcineux. En présence de ces renseignemens douteux, le pus provenant 
de l’abcès fut inoculé à un animal parfaitement sain qui succomba en 
cinq jours à une affection morveuse des plus aiguës. Néanmoins, le ma¬ 
lade quitta l’hôpital le 17 |septembre. Les abcès restaient dans le statu 
quo ; mais dès le commencement d’octobre, les abcès de la fesse dimi¬ 
nuèrent graduellement de volume et disparurent. Le 6 novembre, on ne 
reconnaissait même plus la place de l’abcès moyen; l’inférieur était re¬ 
connaissable à la cicatrice laissée par le bistouri ; la grosseur anthracoïde 
n’offrait qu’une cicatrice fort petite; au lieu de la phlyctène de la jambe, 
tache blanchâtre irrégulière. Cet homme avait eu trois ou quatre bains 
simples à la Charité. Depuis sa sortie, tisane amère, deux bains alcalin 
et sulfureux alternativement par semaine, affusions froides et bon ré¬ 
gime ; pas d’excès. 

Les deux auteurs ont fait suivre ce fait de quelques observations in¬ 
dispensables. Aussi, ils reconnaissent que les antécédens laissent une 
importante lacune, au point de vue du contact avec des chevaux ma¬ 
lades. Là conservation parfaite de la santé dans les jours qui ont pré¬ 
cédé la formation des abcès, et pendant leur durée, est aussi une cir¬ 
constance tout à fait exceptionnelle dans l’histoire du farcin chronique. 
De même, le malade n’a présenté que des abcès multiples, mais offrant 
tontefois les caractères habituels du farcin, paraissant et disparaissant 
avec une égaie rapidité, demi-aigus-, les uns profonds, les autres super¬ 
ficiels, pleins d’un liquide déjà comparé h la boue splénique ou au suc 
exprimé du poumon hépatisé par l’inflammation. II faut mentionner de 
plus la bulle gangréneuse de la jambe droite. Mais, ainsi que le font 
remarquer les deux auteurs, le trait le plus important de cette observa¬ 
tion, c’est évidemment la rapidité de la cicatrisation des abcès, et la 
guérison se confirmant depuis plus de deux mois, donnant par consé¬ 
quent l’espérance, presque la certitude, de voir le malade échappersain 
et sauf à la terrible maladie dont il a été affecté. 

Du coussin bivalve, nouvel appareil contentif pour les fractures du 

membre inférieur; par le docteur Laurencet, médecin en chef de 

l’hôpital civil de Feurs. 

Nous reproduisons les conclusions principales de ce travail ; 

1" Le coussin bivalve est un appareil d’une seule pièce, composé uni¬ 
quement de deux substances, toile et balouffe. Il est moins compliqué, et 
peut remplir les mêmes usages que le drap fanon, les attelles de bois et 


les coussinets dont se composent les anciens appareils. , 

2“ Sa forme se rapporte à celle de la gouttière. En raison de cela, \[ 
offre une assiette plus égale, plus solide et plus douce au membre 
fracturé. 

3“ Sa supériorité et sa simplicité, qui sont déjà bien évidentes dans le 
coussin de la jambe, le deviennent encore davantage dans celui de Ij 
cuisse, parce qu’il est toujours d’une seule pièce non seulement dans sa 
largeur, mais encore dans toute la longueur du membre ; tandis que les 
appareils anciens avaient une partie surajoutée ou séparée pour ia frac, 
ture de la cuisse, 

4“ Dans tous les anciens appareils, destinés à produire l’extensioa 
permanente dans les fractures du membre inférieur, il peut tenir lieu de 
tout ce qui était coussinets et remplissages formant des pièces séparées 
et sujettes à se disloquer et à se désunir entre elles. Dans ce cas, il n’y 
a besoin que d’ajouter deux attelles latérales en dehors des valves dq 
coussin, et de les relier entreelies par dessous lui; les autres disposi- 
tiens de ces attelles restant comme dans les appareils de Boyer et de 
la Charité. 

5° Il l’emporte encore sur tous les appareils précédens, parce que 
n’intéressant le membre que par dessous et sur une partie de ses côtés, 
il laisse toujours accès par la face supérieure pour porter l’œil et le doigt 
sur le siège de la lésion ; sous ce rapport, il peut lutter d’avantages avec 
la planchette de Sauter, modifiée par M. Mayor. 

6° En tant que gouttière, le coussin bivalve se rapproche de l’inven¬ 
tion de M. Bonnet (de Lyon) ; peut-être lui est-il égal ou même supérieur 
parla douceur de la couchette qu’il offre au membre, et pour l’exactitudq 
avec laquelle il en saisit ia forme, grâce à sa fitcilité h se laisser dé¬ 
primer par son poids. Il est peut-être encore supérieur dans le traite- 
tement des fractures à grande suppuration de la jambe, mais il lui est 
inférieur, dans les mêmes complications, quand il s’agit de la cuisse. Il 
lui est aussi inférieur pour les cas où il faut soulever le tronc et les ex- 
trémités inférieures en totalité et d'une seule pièce. Le coussin bivalve 
l’emporte constamment quand il s’agit du bon marché. Du reste, en se 
combinant avec la gouttière solide de M. Bonnet, il peut lui servir de 
revêtement interne et abaisser son prix déplus de moitié.... 
Observations d’ulcère chronique de l’estomac, suivies de quelques 
remarques; par le docteur Cathcart Lees. 

Ce travail, extrait du Journal de médecine de Dublin, pourra être 
consulté avec profit ; mais il est à peu près impossible d’en présenter 
une analyse complète, vu la multiplicité des détails auxquels l’auteur a 
touché. 


NOUVELLES. — FAITS DIVERS. 

GoncoDRS pour la chaire DTIYGIËIVE. — Aujourd’hui a com¬ 
mencé l’épreuve orale après vingt-quatre heures de prépar.''tion, et non 
après trois heures, comme nous l’avons dit par erreur. MM. Bouchar- 
dat et Béclard ont été appelés à subir cette épreuve. Le premier a en 
à traiter du lait, le second des vétemens. 

SOCIÉTÉ ROYALE DE LOSDRES. — Cette Société a tenu sa séance 
annuelle, sous la présidence du comte de Rosse, ces jours derniers. La 
médaille Copley a été décernée à M. le professeur Owen, pour ses im¬ 
portantes découvertes en anatomie comparée et en paléontologie, pu¬ 
bliées dans \ePhitosophical transactions-, une des médailles royales a 
été accordée à M. le comte de Rosse, pour ses observations sur les né¬ 
buleuses, et une autre à M. G. Newport, pour son mémoire sur l’impré¬ 
gnation de l’œuf. Le bureau est composé, pour l’année 1851-52, de MM, 
le comte de Rosse, président; le lieutenant-colonel Sabine, trésorier; 
Hunier, Christie et Thom. Bell, secrétaires; W. Smith, secrétaire pour 
les communications étrangères. 


BULLETIN BIBLIOGBAPHIQÜE. 

_ Manoei légal des pharmaciens et des élèves en pharmacie, ou Recueil des lois, ar- 
rélés, règlemens et instructions concernant l’enseignement, les études et l’exercice 
de lapliarmacie, et comprenant le programme des cours de l’Ecole de pharmacie de 
Paris, par J.-B.-G. Gdieoürt, professeur Utulaire de l’Ecole de pharmacie de Paris. 
— Paris, 1852. Un vol. in-12 de 230 pages. Prix ; 2 fr. 

ChezJ.-B. Baillière, libraire, rue Haiilefeuille, 19. 

Du CHARLATANISIIIE, OU Véritables moyens de parvenir dans la pratique de la mé¬ 
decine. Mémoire adressé aux jeunes médecins , aux étudians en médecine, et aux 
pharmaciens, contenant l’exposé fidèle et succinct de la conduite que le jeune prati¬ 
cien doit tenir dans le monde pour y réussir, d’après nos mœurs et les usages reçus 
de nos jours; par Arsène Goiev, d.-m., etc. Broch. in-12. Paris, 1852. Moquet, 
libraire-éditeur, 92, rue de le Harpe. Prix ; l fr. 25 c. 

Le gérant, Richelot. 


VIIVGT-TROISIËME AIÏMÉE DE PCBLICATIOIV. 

L’ALMAMCH GÉNÉRAL DE MÉDECINE POUR 1851 - 1862 . 

PAR DOMANGE-HDBERT. 

SE vend: 

Chez Victor Masson, place de l’Ecole-de-Médecine, 17. 

Et dans les bureaux de Vünion Médicale, rue du Faubourg-Montmartre, 56. 

PRIX : 3 FRANCS 50 CEN'riAIES. 

Nota. — Les personnes qui en feront la demande recevront leurs exemplaires à domicile. (Affranchir. 


Traité de rAiiiauroseouGoiitte-Sereme 

Par le docteur meval. 

Ouvrage contenant des faits nombreux de guérison de cette 
maladie, dans des cas de cécité complète. — Prix : 6 fr. 50 c. 
Victor Masson, libraire, place de l’Ecole-de-Médecine, 17. 

ÏWfÊ 

l'Alfeetioii calculeuse du Foie et du Pancréas 

(avec cinq planches litliographiées) ; 

Par V.-A. Fadconneau-Düfresne, 

Docteur en médecine de la Faculté de Paris, médecin des épidé¬ 
mies, des bureaux de bienfaisance et des crèclies, membre de 
la Société demédednc de Paris, chev. de la Légion-d’Honiieur. 
Un vol. format anglais. — Prix : i fr. 50 c. 

Paris, chez Victor Masson, libraire, rue de l’Ecole-de-Méde¬ 
cine, 17, et dans les bureaux de l’Union Médicale. 


PRINCIPES DE IVIÊDEGINE Bieling ; tra¬ 
duction française sur la 4= édition; par le docteur AchilleCnE- 
BEAu. — Un vol. in-8<>. Prix : 5 fr. 

Chez Victor Masson , 17, rue dcl’Ecole-dc-Médecine. 


LOCALISATION des fonctions GËRÉSMLES 

ET DE l,A FOLIE ; Mémoire sur le Tournis; Mémoire sur la 
Paralysie des aliénés; par le docteur Belhohiiie, directeur d’un 
Etablissement d’aliénés, etc., etc. 

Un fort volume in-S” de 850 pages. Prix : 15 fr. 

En vente chez Germer-Baillière,17, r. de l’Ecole-de-Médecine. 


TRAITÉ MALADIE VÉHÉREÎIIIE 

par J. Hdnter, traduit de l’anglais par le docteur G. Facn elot 
avec des notes et des additions par le ilorteur Pii. Ricord, chi¬ 
rurgien de l’hôpital des Vénériens, me i;bre de l’Académie de, 
médecine, etc., accompagnée de 9 planches.—Deuxième édition, 
revue, corrigée et augmentée. Paris, 1852. — Prix : 9 fr. 

Chez J.-B. Baillière, libraire de l’Académie de médecine. 


COURS DE PATHOLOÛiE INTERNE, 

professé à la Faculté de médecine de Paris, par M. le professeur 
Andral ; recueilli et publié par M. le docteur Amédée Latour, 
rédacteur en chef del’Fni'on médicale-, 2® édition entièrement 
refondue. — 3 vol. 111-8“ de 2076 pages. Prix : 18 fr. 

Germer-Baillière, libraire, 17, rue de l’Bcole-de-Médeclnc. 



les EXPÉRIENCES 
Koüsso est plus facile à prendre 
> et surtout plus etfiace que tous les autres moyens. 11 est 
I donc bien à désirer qu’il soit m'° ^ — 


la disposition de nos pra- 


A la pharmacie de PHILIPPE, successeur de Labarraqbe, 
rue St-Martin, 125, àParis.— {Documens officiels cl Instruc¬ 
tion avec chaque dose ; à part 1 franc. Expédition; affranchir.) 


» 13 août 1850) : « qnele procédé de conservation de res Pilules 
» offrant de grands avantages, serait publié daps le Bul- 
» letin de ses travaux. » 

Exiger le cacher d argent réactif cl la signature. 




MISON DE SANTÉ 00 DUEY, 

Avenue Montaigne, n" 45 (ancienne allée des Veuves). 

Cet établissement, fondé depuis 25 ans, est destiné aux trai- 
temens des maladies aiguës et chroniques, aux opérations chi¬ 
rurgicales et aux accoucliemens, vient d’ajouter aux bains de 
toute espèce que l’on y trouve, l’application de la méthode hy¬ 
drothérapique. MM. les docteurs pourront suivre et diriger 
comme ils le jugeront convenable l’emploi de ce moyen.— Vaste 
jardin. Le prix de la pension est modéré. Les malades y sont 
traités par les médecins de leur choix. 


deWlCKHAM et HART, chirurg.-her- 
niaires,brev.,r. St-Honoré, 257, à Paris, 
à vis de pression, sans soiis-cuisses, et ne comprimant pas les han¬ 
ches; ceintures hypogastriqueset ombilicales.— Suspensoirs, etc. 


ASSAINIS8EMEST HABITATIOKS 

On recommande à MM. les médecins qui connaissent tous les 
dangers de riuimidité dans les logemens, le Parquet sur bi¬ 
tume inventé par M. Godrguechon. Ce parquet plus durable, 
plus solide, moins coûteux et aussi bien fait que le parquet ordi¬ 
naire, garantit de riinmidile les logemens les [ilus insalubres. H 
convient surtout pour les bildiotlièques, pour les pliarmacies et 
laboratoires, pour toutes les pièces où l’on veut conserver des 
objets U l'abri de l’humidité, car ce sysième s’applique aussi sur 
les murs. On peut voir et apprécier ce parquet qui est breveté 
•.S-S-d g.) dans plusieursétablissemens publics, entre aiilres an 
rez-de-eliaiissée du no vel liôlel du timbre, à l’église de Pan- 
tliemont, dans plusieurs chapelles des églises de Paris, etc. — 
S’adresser, franco, rue d’Enfcr, n" lo2, à Paris. 


PARIS. — TYPOGRAPHIE EÉIIX MAITESTE ET COUP., 

Rue des Deiix-P-'vtes-St-Sauveur, 22i 


































Tome VI.— 8. 


SIXIÈME AXXÊË, 


Hardi danxier 


pRiX DE L’ABONMEMENT : 

itir'I'atîs et lej Départemens ; 

1 An. 32 Fr. : 

6 Mois. 17 

S.Mois. 9 

jir l’Étranger, où le port est 
double : 

6 Mois.20 Fr. 

„r l’Espagne et le Portugal 
6i Mois. 22 Fr. 


poui 


L UNION MÉDICALE 

JOURNAL DES INTÉRÊTS SCIENTIFIQUES ET PRATIQUES, MORAUX ET PROFESSIONNELS 
DU eOEPS MÉDICAL. 


BUREAUX D'ABONNElmV;| 

Bue da Paubaurg-Moia' ' ^ 
56. 

DAFS LES DÉPARTEM 
Chez les principaux Librairesr*^ 
On s’abonne aussi. 


Dans fous les Bureaux de Poste, et de* 
Messageries Nationales et Générales, 


Ce Journal paraît trois fol.s par semaine, le mARM, le JKCM et le SAMKBI. 

Tout ce qui concerne la Rédaction doit être adressé aux Bureaux du Journal, à M. le Docteur Amcdce k.atocb. Rédacteur en chef; tout ce qui concerne l’Administration, à M. le Gérant. 

Les Lettres et Paquets doivent être affranchis. 



— 1- Paris : De la population comparée des diêférens déparlemens 
et de Paris, d’après l’Anrawaire ■ du bureau des longitudes. —II. Travaux 
ORIGINAUX : Études nouvelles sur le Iraitement de l’asphyxie et de la faiblesse na¬ 
tive des nouveau-nés. — III. Bulletin clinique ; Cancer de la paupière supé¬ 
rieure; cctropion. — IV. Clinique des dépaetemens : Des rapports pathologi¬ 
ques qui semblent exister entre la manie aiguë et la fièvre intermittente. — V. 
Académies , sociétés savantes et associations : Compte-rendii des travaux 
de la Société médicale du premier arrondissement de Pai is, pendant l’année 1851. 

VI. Variétés : Expériences de physiologie expérimentale sur la nicotine.— 
VH. Mélanges : Instrument pour la mensuration de la force pulmonaire. — 
Puissance de simulation. — Traitement des aliénés dans les hôpitaux de Constan¬ 
tinople. — État de la médecine en Égypte. — Nouveau traitement de la fissure 
congéniale de la voûte palatine. — Professions libérales en Espagne.— VIII. Nou¬ 
velles ET Faits divers. — IX, Feuilleton : Concours pour la chaire d’hygiène 
à la Faculté de,médecine de Paris (f® épreuve). 



PARIS, LE 19 JANVIER 1852. 


BË LA POPDLATION COMPARÉE DES DIFFÉRENS DÉPARTEMENS ET 

de PARIS, D’APRÈS L*ANNUAIRE DD BUREAU DES LONGITUDES. 

Nous avons placé dernièrement, sous les .yeux de nos lec-- 
teurs, quelques considérations sur le mouvement de la popu¬ 
lation en France, tirées d’un travail de M, Mathieu, du Bureau 
des longitudes.- Nous aidons en ajouter d’autres non moins in¬ 
téressantes qui serviront à le compléter. 

Une surface étant donnée, et cette surface étant habitée par 
une population plus ou moins nombrjjjN, le ebiffre de cette po¬ 
pulation donne la ntesure de la rieb^^^l delà prospérité com¬ 
merciale et agricole desp-^ux ou elle est placée. Ainsi, avec un 
tableau qui pré en Kaipopulalion spécifique de chaque 
département, on aurait en quelque sorte, l’état financier de 
chacune de ces circonscripii^BÔ.territoriales. Nous n’avons 
pas besoin de dire que ce tJ#eau existe. Les travaux de 
statistique, faits sur le mouvement de la population en 
France, sont assez complets poar que la question ait été prise 
par tous ses côtés, et pour que rien n’y manque, ni sous le rap¬ 
port des chiffres, ni sous celui des principales conclusions 
qu’on peut en déduire. Pour donner un exemple de ce rap¬ 
port entre des départemens très différens sous celui de leur 
puissance de production, il y a une différence énorme entre le 
département des Basses-Alpes et celui de la Seine-Inférieure. 
Le nombre moyen delà population en France étant, en effet, de 
67,088 par kilomètre carré, le rapport de celle des Basses- 
Alpes avec celle de la Seine-Inférieure est pour la même sur¬ 
face comme 0,342 à 1,876; en d’autres termes, il y a près de 
126 habitans par kilomètre carré dans le département dont 


Rouen est le chef-lieu ; on n’en cojnp^e que près de 23 dans le 
département dont Gap est la principale ville. En parcourant le 
tableau dont nous avons extrait ces dèdf^^més dë comparai¬ 
son, l’état de prospérité relative de chaque département sé ré¬ 
vèle au premier coup d’œil. On peut en tirer quelques ré¬ 
flexions pour une autre question que celle dè la part dé ri¬ 
chesse dont chacun d’eux est en possession. 

Les départemens compris dans la série des moins populeux, 
relativement au chiffre de la moyenne de la population, sont 
les Alpes, hautes et basses, les Landes, le Loiret, l’Ain, l’Hé¬ 
rault, la Gironde, etc. Quelles sont les influences qui régnent 
dans ces contrées, où s’élèvent d’ailleurs des villes très popu¬ 
leuses et très florissantes sous le rapport-commercial ? Dans 
l’Hérault, la fièvre intermittente fait un grand nombre de vic- 
tlmes,-ainsi que dans le département de l’Ain et dans celui de 
la Gironde. On sait le nom du désert de sable qui s’étend au 
midi de la Loire, aux portes d’Orléans ; on connaît aussi la 
constitution du sol de ces landes, où l’agriculture est dans un 
si triste état. Il ne faut pas chercher d’autres causes différentes 
de celles-ci, pour expliquer pourquoi la population reste, dans 
ces divers départemens, au-dessous de la moyenne. L’activité 
qui fait produire à l’industrie et crée la richesse privée et pu¬ 
blique, n’existe que par la santé. Quand celle-ci décroît, l’autre 
déchoit ; quand la première s’altère profondément, la dernière 
est paralysée. Pour que la population augmente, il ne faut pas 
seulement l’encourager au travail, il faut s’occuper surtout de 
son bien-être physique, de sa santé. En France, c’est néces¬ 
saire plus que partout ailleurs. L’activité est si vivace dans la 
race, que lorsqu’elle ne se manifeste pas, il y a dérangement 
dans les ressorts de l’organisme. C’est là,,avaBt toutes choses, 
que l’attention et le remède doivent se porter. 

Le chiffre moyen delà population qui couvre les 527,686,19 
kilomètres carrés de la superficie du sol français, étant de 67 
habitans par kilomètre carré, la somme des départemens se 
subdivise ainsi dans ses rapports avec le chiffre moyen. Il y a 
35 départemens dont là population spécifique est plus grande 
que celle de la France entière ; il y en a 51 autres dont la po¬ 
pulation est plus petite. Au nombre de ces déparlemens, quelle 
place tient le département de la Seine, le plus petit de tous 
sous le rapport topographique, mais le plus important sous lè 
rapport de la population? 

La population absolue du département que Paris couvre dans 
une grande partie de son étendue, est 3 fois plus grande que 
celle d’un département moyen ; et l’espace sur lequel se presse 


cette multitude est 13 fois plus petit que celui d’un départe¬ 
ment de moyenne grandeur. Mais la population spécifique, 
' celle qui est calculée sur le terme moyen de 67 habitans par 
kilomètre carré, est autrement importante. Elle se présente 
avec ces proportions colossales qui donnent une idée juste du 
chiffre élevé de la population de Paris. Ainsi, la population 
spécifique du département est déjeà de 42 fois 1/2 celle de 
la France. Paris pris séparément donne, comme on le pense 
bien, un chiffre autrement considérable; sa population spé¬ 
cifique, y compris la population flottante, est de 30,779 habi¬ 
tans par kilomètre carré, ou de 308 par hectare : c’est plus de 
450 fois celle de la France. En prenant à part les'arrondisse» 
mens de Sceaux et de St-Denis, qui complètent le départe¬ 
ment, on trouve également pour eux, une population spécifi¬ 
que considérable : ils contiennent 704 habitans par kilomètre 
carré, c’est-à-dire une population 10 fois plus grande encore 
que celle de la France. 

Quand on pense que Paris embrasse une superficie de 34 à 
35 kilomètres carrés, dont chacun d’eux porte une population 
spécifique de 30,779 habitans, on se demande pourquoi la 
mortalité n’y est-elle pas plus grande, et comment la salubrité 
peut y être entrenue à ce point que les épidémies, en dehors 
du choléra (épidémie hors ligne), n’y sévissent pas avec plus, 
d’intensité qu’ailleurs. 

Pour répondre à cette question complexe, il faudrait com¬ 
parer le Paris ancien au Paris moderne, et étudier l’écono- 
I mie hi'giénique du Paris contemporain. Ce travail a été fait 
1 par fragmens ; il n’existe pas à l’état d’ensemble. Ce serait 
assurément une œuvre très curieuse, et qui jetterait une vive 
lumière sur l’histoire morale de Paris. En attendant que ce 
' travail se fasse, nous savons qu’une des grandes différences 
; qui séparent le Paris du passé de celui de nos jours, c’est le 
pavage. Du temps d’Henri IV, il n’y avait qu’une croisée de 
rues pavées ; elle consistait dans la ligne tracée par la rue 
Saint-Honoré, et celle qui, descendant la rue Saint-Denis, 
couperait le fleuve, et remonterait par la rue Saint-Jacques. 
Sur ces voies , les immondices ne manquaient pas, mais les 
boues n’y ressemblaient pas à des marécages, comme les rues 
dépourvues de pavés. Aujourd’hui, il n’y a pas de petit coin 
de la ville qui ne soit couvert de ce pavé solide et profond 
sur lequel lès eaux s’écoulent sans pénétrer le sol, et qui se 
dessèche au premier souffle du vent ou au plus petit rayon 
du soleil. Si le macadam a créé de la boue dans quelques» 
unes des artères de la circulation parisienne, on sait que ce 


FeîïîMefoii. 

CONCOURS POUR LA CHAIRE DIHYGifeNE A LA FACULTÉ DE DÉDECINB 
DE PARIS. 

I 

J’ai riiuenlion de rendre compte des épreuves du concours pour là 
chaire d’hygiène. Si je le fais à cette place du journal, cela tient à des 
convenances typographiques qu’il est inutile d’expliquer ; mon désir est 
de traiter sérieusement de choses sérieuses, et de parler avec gravité des 
hommes graves qui prennent parta cette lutte. 

Je n’ai pas h faire, je n'ai qu’à rappeler ma profession de foi sur le 
concours : je crois à la bonté, h rutililé de son principe ; je crois aussi 
que son application laisse beaucoup à désirer et que son fonctionne¬ 
ment est vicieux. Des nombreuses attaques auxquelles il est en butte, au¬ 
cune ne s’adresse à son principe, à sa raison morale d’être ; toutes sont 
dirigées contre des imperfections et des vices de pratique qu’une meil¬ 
leure organisation peut faire disparaître. Les sauvages abattent les ar¬ 
bres pour en cueillir les fruits, les adversaires du concours me parais¬ 
sent plus barbares èpcore, ils veulent abattre l’arbre avant qu’il n’ait 
fructifié, et ils se privent h la fois des fruits et de l’ombrage, ils perdent 
le présent et ruinent l’avenir. 

Le concours actuel me fournirait des argumens nouveaux et de plus 
d’un genre, — mais il en est que je ne veux pas employer, — pour^cor- 
roborer les convictions de ceux qui partagent les miennes. Il s’agit 
d’hygiène, c’est-à-dire de cette partie de la science qui n’est ni la chi¬ 
mie, ni la physique, ni l'histoire naturelle, ni la physiologie, ni la pa¬ 
thologie, mais qui est tout cela, ou plutôt la résultante de toutes ces 
sciences appliquée h l’amélioration, à la conservation de la santé de 
l’individu ou des masses. Ajoutons-y la connaissance et l’appréciation 
des mœurs, des habitudes, des lois et des religions des peuples, la topo¬ 
graphie, c’est-à-dire la connaissance des eaux, de Tair et des lieux ; et 
sur tout cela la pensée philosophique qui domine, générasse et systé¬ 


matise ces sciences diverses et fasse converger leurs éléinens vers le 
but, l’amélioration de l’homme, des aliraens qui le substantent, des vê- 
temens qui le couvrent, des demeures qui l’abritent, etc., etc. Voilà 
l’hygiène. 

Mais l’hygiéniste posséderait-il toutes les conditions et toutes les ap¬ 
titudes qui le rendraient un hygiéniste type et modèle, serait-il à la fois 
médecin comme Hippocrate, naturaliste comme Cuvier, physicien 
comme Dulong, chimiste comme Berzélius, philosophe comme Montes¬ 
quieu, faut-il encore, s’il aspire aux honneurs et à la mission du profes¬ 
sorat, qu’il sache enseigner ce qu’il sait. Il faut non seulement qu’il soit 
savant, mais encore vulgarisateur, et cela par le moyen le plus diffi¬ 
cile et le plus rare, par la parole. Si la mission du professeur dans sa 
chaire n’est pas d’enseigner et de transmettre, qu’est-ce donc? J’admire 
et je respecte le savant dans ses recherches, dans ses découvertes, dans 
ses livres, dans ses communications aux sociétés savantes, dans toutes 
les manifestations de son génie; mais si à ce savant Dieu a refusé le don 
de transmettre ce qu’il sait; si dans la chaire où il a été inintelligemment 
placé, sa voix hésite, son geste tremble, sa pensée reste captive dans 
les circonvolutions de son cerveau, si son exposition est embouillée 
et confuse, sa parole traînante et monotone; s’il fatigue inutilement l’at¬ 
tention à suivre le développement d’idées incohérentes sans lien et sans 
corrélation logique, je dis que ce savant, s’il m’inspire toujours le même 
respect, ne m’inspire plus la même admiration, et que c’est un triste et 
pénible spectacle de le voir luttant contre des diffficultés qu’il ne peut 
vaincre. 

Or, adversaires du concours, êtes-vous en possession d’un autre 
moyen pour apprécier l’aptitude d’un savant pour l’enseignement ? 
Croyez-Vous que cette condition soit insignifiante ou superflue ? 

Voilà pour 'un des points de vue sous lesquels on peut envisager, 
comme principe, l’inslitution du concours. 

Mais le concours a ses imperfections, et loin de les avoii' dissimulées, 
je ne sache pas qu’on les ait indiquées autrement que moi-même. Je 
vais en signaler une flagrante et à l’occasion même de ce concours : 


c’est l’épreuve de la- question écrite. Je ne connais aucune bonne 
raison pour la maintenir ; j’e'h vois d’excellentes pour la détruire. Le 
concours, à mon sens, ne diit être qu’une occasion ou une série d’oc¬ 
casions de manifester dans toute leur liberté, dans toute leur sponta¬ 
néité les aptitudes des compétiteurs, aptitudes essentiellement afférentes 
au but et à la nature de renseignement dont ils ambitionnent d’être 
chargés. 

Or, quand, dans quelles conditions le professeur est-il obligé à une 
improvision, au bout de la plume, d’une leçon écrite, sans livres, sans 
notes, sans secours d’aucun genre, et seulement à l’aide d’une mé¬ 
moire qui peut être capricieuse, infidèle, rebelle ou absente ? Évidem¬ 
ment jamais. Ce n’est là qu’un véritable casse-cou littéraire, un tour de 
force sur la corde raide de l’esprit, où le succès n’est souvent qu’une 
affaire d’adresse, où l’insuccès peut donner lieu à d’éclatantes revan¬ 
ches. 

Je borne là ces courtes réflexions, et j’arrive immédiatement an 
compte-rendu des épreuves de ce concours. 

II. 

PREMIÈRE ÉPREUVE. 

Leçon écrite. — Six heures ont été accordées aux candidats. — Le sujet de l’épreuve-^ 
égal pour tous, était de i’acclimatement. 

M. TARDIEU. . 

On doit entendre par acclimatement l’ensemble des modifications 
qui s’opèrent dans les conditions de la santé, sous l’influence du change¬ 
ment de climat, et par suite desquelles l’étranger acquiert la faculté de 
résister aux causes de maladie au même titre que l’indigène. L'accUma^ 
talion est le dernier terme et le résultat définitif de racclimatcraent, 

Il serait hors de propos d’insister longuement pour faire comprendre 
l’importance de cette question, qui, en même temps qu’elle pré.sente 
une étude des plus attachantes, au point de vue de l’ethnologie et de 
l’histoire naturelle de l’homme, touche aux plus graves intérêts de la 
politique et de la civilisalion. Elle tire, en outre, une opportunité singu- 





























'genre de pavage a une grande solidité, et qu’avec une admi¬ 
nistration vigilante, la surface qu’il forme est bientôt dessé¬ 
chée. Au pavage de pierre, qui mérite de servir de modèle, il 
faut joindre, comme moyen hygiénique de la plus grande 
puissance, le réseau d’égoiits qui courent sous toutes les rues 
de Paris, anciennesct nouvelles. Les Romains étaient de grands 
maîtres dans l’art de construire des cloaques. Mais , s’ils fai- 
‘ saient de ces grands ouvrages dans lesquels pouvaient passer 
des chars, ils ne leur donnaient pas cette étendue des égoûts 
de Paris, et ne les ramifiaient pas de manière à les faire péné- 
trerdans tous les points des villes. Sous ce rapport nous som¬ 
mes leurs maîtres, car nous comprenons mieux qu’eux tout 
le parti qu’on peut tirer d’une œuvre d’utilité publique. 

Il faut donc voir Paris tel qu’il est, depuis que la science a 
pu intervenir dans les questions d’hygiène et de salubriié, pour 
bien comprendre que le chiffre de la mortalité soit moins 
grand qu’il ne pourrait être, et que la salubrité puisse régner 
sans trop de variation. Nous l’avons dit dans un des numéros 
précédons : il y a encore beaucoup à faire pour l’amélioration de 
Paris, et les nouveaux comités d’hygiène pourront provoquer 
d’utiles réformes, car ils trouveront bien des vices à réformer. 
Mais nous savons aussi, que si un peu de mal existe encore, 
beaucoup de bien a été fait depuis moins de cinquante ans. 
'Quelques contrées de la France, celles qui sont occupées 
par des marécages, ou des steppes incultes, méritent avant 
la capitale les préoccupatipns du pouvoir. Du reste, il s’oc¬ 
cupe à corriger ces vices de la topographie qui créent des 
misères sur les populations ; des décrets viennent d’allouer 
des fonds pour l’amélioration des cours d’eau de quelques- 
"uns de nos principaux fleuves. 

Dr Éd. Carrière. 


TRAVAUX ET MÉMOIRES ORIGINAUX DE MÉDECINE 
ET DE CHIRURGIE, 

DE THÉRAPEUTIQUE GÉNÉRALE ET APPLIQUÉE. 

ÉTt’DES KOÜVELLES SDK LE TRAITEMENT DE L’ASPHYXIE ET DE 
LA FAIBLESSE NATIVE DES NODVEAD-NÉS5 

Par M. le docteur A. Marchant (de Charenton), médecin - adjoint à 
l’École nationale vétérinaire d’Alfort. 

DE l’asphyxie. 

D’après la théorie de Bichat, la seule admise dans toutes les 
écoles, l’asphyxie est la suite du passage du sang noir dans 
tous les organes, lequel les stupéfie et les rend incapables de 
continuer leur action. 

Le système nerveux et le système musculaire suspendent 
leurs fonctions; tous les deux président aux phénomènes mé¬ 
caniques de la respiration ; de sorte que lorsque la cause qui a 
produit l’asphyxie a disparu, ils sont encore dans l’impossibi¬ 
lité de recommencer leur action jusqu’à ce que le sang arté¬ 
riel vienne les animer de nouveau. 

L’indication principale à remplir dans le traitement de l’as¬ 
phyxie est donc de suppléer artificiellement à l’action des sys¬ 
tèmes nerveux et musculaire suspendue, pour envoyer dans 
les poumons un air suffisant qui artérialise le sang : l’insuffla¬ 
tion pulmonaire remplit parfaitement ce but. 

Cela est surtout vrai pour l’asphyxie du nouveau-né,' qui, 
pour être le résültat de circonstances différentes, n’en est pas 
moins identique à celle de l’adulte; cependant l’insufflation 
pulmonaire n’est placée qu’en seconde ligne dans l’ordre des 
moyens propices à combattre l’asphyxie, les auteurs recom- 


lière du mouvement universel qui entraîne des populations entières dans 
des migrations lointaines. Les détails qui vont être exposés auront pres- 
sque exclusivement trait à l’acclimatement dans des pays chauds où se 
portent surtout les masses d’hommes qui cherchent de nouveaux cli¬ 
mats. Les notions de climatologie et de minéralogie qui s’y rattachent 
doivent être supposées connues. 

Les problèmes difficiles et complexes que soulève l’acclimatation, ont 
reçu les solutions les plus opposées, et ce n’est pas sans étonnement que 
l’on volt nier d’une manière absolue jusqu’à la possibilité de l’acclimate¬ 
ment, tandis que les faits historiques, économiques et statistiques mon¬ 
trent, au contraire, l’homme fondant sous des climats nouveaux et divers 
des établissemens durables. Le candidat se propose de chercher où est 
la vérité entre ces opinions exü’êraes, et de montrer que cette diver¬ 
gence lient, comme il arrive souvent, h une confusion dans les idées plu¬ 
tôt qu’à la nature des choses. 

Si on jette un regard sur la pathologie spéciale des pays chauds, on 
€st frappé des différences qui existent entredes effets directs des condi¬ 
tions cliraatorlales et ceux des miasmes qu’y développent la saison chaude 
et humide et la végétation. C’est pour avoir confondu ces deux influences 
diverses que M. le docteur Boudin, appuyé à la tribune par M. Desjo- 
bert, et dans l’administration par plusieurs des plus éminens généraux 
de l’armée d’Afrique, a été conduit à nier la possibilité de l’acclimate- 
Djent. Mais si Chomme peut résister aux miasmes, il ne s’y accli- 
"Ihate pas; et l’on doit distinguer avec soin dans l’étude de l’acclimate¬ 
ment ce qui tient aux émanations miasmatiques de l’action propre des 
climats. 

Un grand fait physiologique domine toute cette question et montre 
ique l’homme peut se développer et vivre librement dans un climat nou¬ 
veau, c’est la merveilleuse aptitude de sa nature à se plier aux influences 
Jes plus opposées. Depuis les pôles jusqu’à l’équateur, du niveau de la 
mer jusqu’aux plus hauts sommets, on le voit supporter des difl’érences 
de température et de pression atmosphérique excessives. Comment ne 
s’accommoderait-H pas à des chaiigemens de climat dont les limites sont 


30 

mandent dem’y avoir recours que lorsque les excitations de la 
peau ont échoué. 

Par une de ces inconséquences'dont l’esprit humain donne 
souvent des preuves, ils prescrivent, pour combattre l’as¬ 
phyxie, les agens les plus propices à la provoquer, si elle 
n’existait pas déjà (ammoniaque, vinaigre radical, portés avec 
les barbes d’une plume dans les narines et la bouche, allu¬ 
mettes soufrées allumées sous le nez. Dans un traité encore 
entre les mains des élèves, on indique l’ail et l’ognon écrasés!) 
on veut, par des moyens si peu rationnels, faire entrer en ac¬ 
tion des organes qui sont dans l’impossibilité absolue de rem¬ 
plir leurs fonctions pendant tout le temps qu’ils sont impré¬ 
gnés de sang noir. 

Toutes ces considérations m’ont engagé à étudier le traite¬ 
ment de l’asphyxie, sous le seul point de vue qui me paraisse 
rationnel ; j’ai dû employer plusieurs années pour rassembler 
les faits qui ontformé ma conviction; aujourd’hui, elle est fer¬ 
mement arrêtée, et il n’y a pas dans toute la médecine une 
vérité mieux démontrée pou,r moi que celle que je formulerai 
en ces termes : 

L’insufflation pulmonaire, aidée des moyens propres à entre¬ 
tenir la chaleur du nouveau-né ou à le réchauffer s’il est froid, 
suffisent toujours à le ramener à la vie, s’il n’existe pas de lésion 
matérielle d’organes qui s’y oppose. 

Je renvoie aux traités d’obstétrique pour l’étude des causes 
de l'asphyxie et des divers états morbides qui s’y rattachent; 
je signalerai seulement un fait oublié sans doute dans ceux 
qui ont été publiés depuis quelques années ; c’est que les voies 
aériennes contiennent non seulement des mucosités, mais de 
l’eau de l’amnios; j’en ai rencontré il n’y a pas longtemps 
un exemple non douteux ; et Héroldt, de Copenhague, en avait 
déjà parlé en 1798. 

On distingue dans l’asphyxie des nouveau-nés deux périodes 
bien maïquées : 

Dans la première période, le sentiment et le mouvement 
existent encore. 

Dans la seconde, il n’y a ni sentiment ni mouvement. 

Cette distinction, facile à saisir, est surtout utile dans le 
traitement de cette maladie; elle sert à apprécier les divers 
moyens de traitement qui sont employés dans cet état mor¬ 
bide. 

C’est dans la première période de l’asphyxie que réussissent 
les divers moyens préconisés par les auteurs. Presque tous 
ont été vantés dans le but d’éviter l’insufflation pulmonaire, 
alors que l’on croyait cette opération dangereuse ou inutile. 
Ils supposent toujours la sensibilité de l’enveloppe cutanée peu 
altérée, et la contraction musculaire apte à être mise en jeu ; 
s’il en est autrement, toutes les excitations que l’on pourra 
employer seront sans résultat, et, après beaucoup de tenta¬ 
tives, l’enfant, quoique vivant, puisqu’il existe encore des 
battemens dans la région du cœur, ou sera abandonné comme 
mort, ou recevra des secours inutiles. 

Lorsque l’asphyxie est à sa seconde période, toute sensibi¬ 
lité, et tout mouvement sont abolis, la peau est pâle ou bleu⬠
tre, la circulation y est,complètement suspendue; si elle est 
pâle, elle ne conserve plus l’empreinte du doigt quand on la 
presse; le cordon a cessé de battre. L’enfant est presque un 
cadavre, et malheureusement il est abandonné comme tel par 
un grand nombre de praticiens. Cependant, en anscultant la 
région du cœur, on entend ses battemens; l’enfant n’est pas 
mort, 011 peut espérer de Ier sauver, si aucune lésion maté- 


loin d’être aussi étendues; D’ailleurs, un grand nombre d’espèces végé¬ 
tales et animales peuvent parfaitement ‘s’acclimater; et l’on ne doit 
pas oublier les curieuses observations de M. le professeur I. Geoffroy- 
Saint-Hilaire sur l’acclimatation et la domestication des animaux sauva¬ 
ges. On doit donc conclure à la possibilité de l’acclimatement. 

Mais, de ce que l’accliraàtement est possible, il ne faut pas tirer celte 
conséquence qu’il soit toujours facile. Il ne s’accomplit qu’à la condition 
de certaines modifications organiques dont il reste à étudier les lois. 

Les effets physiologiques et pathologiques du changement de 
climat méritent avant tout d’être étudiés ; ils portent à la fois sur les 
formes extérieures et sur les dispositions physiques et morales.’ 

Tantôt ils se font sentir par une brusque secousse à laquelle la santé, 
la vie ne résistent pas toujours et qui enfante ces affections suraigués 
des centres nerveux, ces phlegmasies des organes digestifs et de leurs 
annexes, ces convulsions si meurtrières pour les enfans. Tantôt l’in¬ 
fluence est moins violente mais non moins funeste ; des inflammations 
subaiguës du foie, des dyssenteries à formes paroxystiques, des hy- 
dropisies essentielles dont Bontius a donné la curieuse description, 
viennent aitérer profondément et à jamais la santé, h moins qu’un 
prompt retour ne vienne soustraire l’émigrant h l’épreuve de l’acclima¬ 
tement. Dans d’autres cas, au contraire, une sorte de révolution paci¬ 
fique s’accomplit en suivant des phases successives à travers lesquelies 
i’étranger revêt peu à peu les caractères de l’indigène, et d’où 
il sort avec une force de résistance aux causes morbifiques égale 
ou presque égale à celle de l’habitant du pays. La durée de celte ré¬ 
volution, qu’il serait fort intéressant de pouvoir fixer d’une manière 
précise, peut être évaluée en général h un ou deux ans. 

Des circonstances diverses font varier les conditions de l’acclimate¬ 
ment, ce sont : 1” l’âge ; 2“ le sexe ; 3" la constitution ; à” le tempéra¬ 
ment ; 5” la race ; 6" le lieu de séjou-r antérieur et ia durée du voyage; 
7“ l’époque de l’arrivée au lieu de destination ; 8“ ie choix de la loca¬ 
lité où se fait l’établissement; 9° la nature des travaux qu’il nécessite; 
10“ l’habitation, le genre de vie, l’alimentation, etc. 


rielle ne s’y oppose; et l’insufflation pulmonaire est le seul 
moyen thérapeutique auquel on doive recourir. 

II se présente ici une question à examiner, c’est celle de sa- 
voir combien de temps peut durer l’asphyxie du nouveau-né 
sans occasionner la mort? 

Les expériences faites sur les jeunes animaux, dans le but 
d’élucider la question, n’ont servi qu’à l’obscurcir, et puisque 
toute expérimentation directe est impossible, il faut avoir re¬ 
cours aux faits qui se présentent à notre observation. 

Le nouveau-né résiste à l’asphyxie plus qu’on ne le pense 
coriimunément; M. Depaul cite un enfant qu’on avait cru 
mort pendant vingt-ci.nq à trente minutes, et qu’on avait dé- 
posé sous une table (1). Le 10 décembre 1851, j’ai visité une 
femme qui était accouchée depuis une heure; l’enfant, qu’on 
croyait mort, était abandonné dans un coin de la chambre. J’ai 
demandé à le voir pour savoir s’il était mort réellement. U 
était flasque, décoloré et froid. Par l’auscultation, j’ai reconnu 
les battemens du cœur. J’ai pratiqué immédiatement l’insuffla¬ 
tion pulmonaire ; ma montre était devant moi pour apprécier 
rigoureusement le temps qu'e j’allais employer. Une première 
inspiration spontanée s’est faite après trente-cinq minutes, et 
l’enfant respirait seul au bout d’une heure dix minutes. Il a 
vécu trente heures.Au mois d’octobre dernier, j’ai ramené à la 
vie un enfant après deux heures et demiç de soins. Dugès cite 
Héroldt, qui a pu faire revivre un enfant après trois heures de 
soins d’abord infructueux (2). 

M. le docteur Grênet de Barbézieux,dans une lettre insérée 
dans la Presse du samedi 29 novembre 1851, s’exprime ainsi : 
« Voici un fait qui m’est personnel; en 1844, étant à Paris., 
ï j’accouchai une dame d’un enfant présentant les caractères 
» d’environ cinq mois de la vie intra-utérine. Chez cet enfant, 
» il y avait décoloration de la peau, immobilité, flaccidité, ab- 
î sence de respiration et de circulation. Malgré le peu de 
J chances que j’avais de le ramener à la vie, je lui fis des in- 
ï sufflations, des frictions, etc. ; tout fut inutile. Au bout de 
> quatre heures, on se préparait à l'ensevelir, lorsque la peaq 
» parut prendre une teinte rosée; on renouvela les soins ei il 
ï finit par respirer. Cet enfant vécut quarante-deux heures. >- 

Tous ces faits sont authentiques, aucune expérience faite sur 
les animaux ne peut les infirmer ; ils prouvent surabondam¬ 
ment que le nouveau-né est doué d’une très grande résistance 
aux effets de l’asphyxie; que dans l’état actuel de la science on 
ne peut pas poser au juste la limite de temps au-delà de la¬ 
quelle cette résistance peut s’étendre, mais que. tout porte à- 
croire qu’on se décide trop tôt à considérer comme mort un 
enfant qui n’est qu’asphyxié. 

Les cas cités.plus haut seront considérés comme exception¬ 
nels ; cela peut être, mais, encore une fois, il sera plus pru¬ 
dent et surtout plus humain , de se conduire comme l’ont fait 
les médecins qui nous les ont fait connaître. 

PROCÉDÉS OPÉRATOIRES. 

On pratique l’insufflation pulmonaire de trois manières dif¬ 
férentes, qui concourent toutes au même but, mais qui sont 
plus ou moins faciles à exécuter : 

lo Le procédé ancien, qui consiste à faire passer l’air res¬ 
piré dans les poumons de l’enfant au moyen d’un tube intro- 
duit dans une de ses narines. 


(1) Depaul. Mémoire sur l’insufflation pulmonaire, obs. VI, page 33, 1845. 

(2) Dugiiès Manuel d’obstétrique ; page 333 (1840). 


Chacune de ces conditions est passée en revue, et le candidat si¬ 
gnale la moi talité excessive qui frappe les enfans nouveau-nés ou 
en bas-âge soumis à racclimatement; les dangers d’une constitution 
débile; les avantages d’un tempérament mixte; l’influence de la 
race plus ou moins rapprodiée de celle qui peuple le pays et des 
croisemens qui peuvent faciliter l’établissement; l’importance de sta¬ 
tions successives dans des lieux de plus en plus voisins du climat 
vers lequel on se dirige, et du mode de voyager par la navigation à 
voiles, qui, durant plus longtemps, fait passer l’émigrant par des transi¬ 
tions ménagées jusqu’au terme du voyage ; l’avantage d’arriver au lieu 
de destination dans la saison la plus favorable, c’est-à-dire la moins ex¬ 
cessive et la moins opposée au climat moyen du lieu du départ ; les con¬ 
ditions capitales du choix de la localité où se fait l’établissement, et les 
moyens de corriger par une bonne exposition et par l’altitude les incon- 
véniens d’une latitude trop chaude ; les dangers des travaux de défri¬ 
chement qu’exige une première culture; enfin, l’influence qu’exercent 
sur l’acclimatement l’habitation, l’alimentation, le genre de vie, en un 
mot, l’observance plus ou moins scrupuleuse des préceptes de l’hygiène. 

M. Tardieu termine en faisant remarquer que si l’étranger acclimaté 
vient, après un séjour plus ou moins prolongé loin de son pays natal, 
revoir le ciel de sa patrie, il ne le trouvera pas toujours plus clément 
que celui auquel il aura dû s’accoutumer, et qu’au lieu du repos qu’il 
vient chercher, il rencontrera trop souvent une mort doublement cruelle 
due à la nouvelle épreuve qu’exigera ce qu’on peut appeler le réaccli- 
malement. 

III. 

Ce qui frappe et qui séduit dans ce travail, c’est le plan, ce sont les 
divisions adoptés par M. Tardieu. Il y a là le canevas d’un beau livre. 
Évidemment ce candidat a eu conscience de toutes les questions alfé- 
rentes au sujet, et il les a indiquées avec autant de développement 
qu’une composition de ce genre, faite dans les conditions imposées, pou ¬ 
vait le permettre. 11 faut reconnaître aussi que M. Tardieu a parfaite- 
















31 


20 Le procédé qu’on exécute en appliquant directement sa 
jjouche sur la bouche de l’enfant. 

30 Enfin le procédé de Chaussier, qui nécessite l’emploi 
(J’un tube appelé laryngien, que l’on introduit dans le larynx, 
et par lequel on fait passer l’air dans les poumons. 

PREMIER PROCÉDÉ. 

C’est le plus facile et surtout le plus conforme aux données 
fournies par l’anatomie. 

L’enfant étant couché en travers sur une table, la tête 
tournée vers la gauche de l’opérateur, on introduit dans la 
narine droite un tuyau de plume, un bout de sonde quelcon¬ 
que avec la main gauche, dont le bord cubital est appuyé sur 
le front, on maintient entre le pouce et l’index la sonde, et 
l’on ferme exactement l’autre narine en la pinçant entre ces 
deux doigts. La main droite est appliquée à plat sur la bouche 
^e l’enfant, pour s’opposer à la sortie de l’air insufflé ou soufflé 
nar l’autre extrémité du tube ou de la sonde. 

^ L’air poussé par les narines entre nécessairement dans le 
mon si l’enfant est vivant, puisqu’il ne rencontre aucun 
^stacle de,ce côté, l’épiglotte étant toujours relevée. On a 
beaucoup craint le passage de l’air dans l’estomac et les intes¬ 
tins, cela est Inévitable dans tous les procédés : mais cela a 
«eu d’inconvéniens ; car en pressant à la fois avec les deux 
mains, l’abdomen et les parois de la poitrine, on fait sortir 
l’air du‘poumon et des intestins. 

On recommence ces mêmes manœuvres toutes les huit ou 
dix secondes, de manière à simuler le jeu de la respiration 

naturelle. 

DEUXIÈME PROCÉDÉ. 

Dans ce procédé , on applique directement sa bouche sur la 
bouche de l’enfant. Il est défectueux en ce sens qu’il peut ins¬ 
pirer un dégoût insurmontable à beaucoup de médecins. On 
recommande, à la vérité, d’interposer un linge propre entre la 
bouche de l’opérateur et celle de l’enfant. 

(La suite au prochain numéro.) 


BULLETIX CLINIQUE. 

HOTEL-DIEU. — Service de M. Jobert (de Lamballe). 

CANCER DE LA PAUPIÈRE SUPÉRIEURE ; — ECTROPION. 

Le malade qui doit nous occuper, entré le 10 janvier 1852, 
-salle Saint-Côme, n» 40, est âgé de 54 ans. Il exerçe la profes¬ 
sion de cultivateur. Sa constitution est robuste. 

Il raconte que sa grand’mère est morte d’une tumeur qui se 
serait développée au cou et à la face. Ce renseignement est 
important, car on-sait que l’hérédité joue un grand rôle dans 
la production des affections carcinomateuses. 

Notre malade nous dit qu’il n’a jamais fait de maladie grave. 
Depuis son enfance, il a vu paraître trois ou quatre fois par 
an, et surtout sous l’influence de quelques excès de boisson, 
une petite tumeur inflammatoire ;à la paupière supérieure 
droite. Cette petite tumeur disparaissait au bout de quelques 
jours, après avoir suppuré à son sommet et ne laissait après 
elle aucune trace. C’était évidemment un orgeolet ; remar- 
.quons que ce n’est que par exception que l’orgeolet se montre 
à la paupière supérieure. 

On ne doit pas être étonné de ce que, chez un individu pré¬ 
disposé au cancer, la répétition d’une tumeur inflammatoire 
ait pu déterminer dans le même point la production d une tu¬ 


meur de mauvaise nature. Il n’y a qu’un an que’cette tumeur 
a commencé à se développer. Elle a débuté par là» face con¬ 
jonctivale de la paupière ; elle était parfaitement circonscrite,- 
elle acquit bientôt le volume d’un haricot, puis elle resta, sta¬ 
tionnaire. 

Au mois de mai dernier, un charlatan, mettant à profit 
l’horreur du malade pour le bistouri, lui conseilla l’application 
d’un emplâtre caustique. On renouvelait cet emplâtre tous les- 
huit jours. Au bout de trois ou quatre mois, le malade renonça, 
à l’emploi de ce topique. Il se forma alors une cicatrice qui, 
par sa rétraction, a produit une encoche au bord libre de la 
paupière, et par suite un véritable ectropion. 

Aujourd’hui, le bord libre de la paupière, comme bifide, est 
porté en haut et en dehors, immédiatement au-dessous du 
sourcil. Au-dessus de la perte de substance, il existe un point 
d’induration qui, évidemment est cancéreux et menace déjà 
d’une récidive. Au-dessous, on voit la muqueuse conjoncti¬ 
vale hypertrophiée et inégale; le reste de la conjonctive pal¬ 
pébrale offre une rougeur inusitée ; la conjonctive oculaire 
n’offre pas de vascularisation anormale. 

L’observation qui nous occupe nous présente un exemple 
rare de cancer de la paupière supérieure. C’est presque tou¬ 
jours à la paupière inférieure que se développe ce genre de 
tumeur; de même le cancer, si fréquent à la lèvre inférieure, 
est très rare à la lèvre supérieure. 

Dans la plupart des cas, l’affection débute par une tumeur, 
et presque jamais par une ulcération. Nous n’avons vu que 
deux cas dans lesquels il y eût ulcération primitive du bord 
libre de la paupière. 

C’est ordinairement dans l’épaissenr même de la paupière 
que débute la tumeur. D’abord mobile, elle ^devient adhérente 
à la peau, puis elle s’ulcère, fournit un ichor sanieux et se re¬ 
couvre d’une croûte. L’affection peut gagner rapidement le 
globe oculaire, aussi doit-on opérer de bonne heure. 

Nous n’avons jamais,observé le cancer de la paupière chez 
des hommes jeunes. Il se développe chez des sujets avancés en 
âge, et généralement après cinquante ans. 

Le traitement déjà mis en usage a détruit les tissus dans 
une grande étendue. La nécessité de porter le bistouri au-delà 
des limites du mal augmenta encore cette perte de substance. 
Pour la réparer, nous aurons recoursà l’autoplastie. Nous pré¬ 
férons la méthode française ou l’autoplastie par glissement ; 
elle estplus sûre dans les résultats et expose moins à l’érysi¬ 
pèle que la méthode indienne, qui consiste à aller chercher sur 
le front un lambeau de peau dont on tord ensuite le pédicule. 
Après avoir circonscrit la tumenr par deux incisions semi- 
elliptiques qui se réuniront en V à la partie supérieure, nous 
décollerons la peau du sourcil, des tempes et de la racine du 
nez, pour mobiliser toutes ces parties, puis nous réunirons les 
lèvres de la plaie par deux points de suture entortillée. 

L. Blin, 

Interne du service. 


CLINIQUE DES DÉPARTEMENS. 


DES RAPPORTS PATHOLOGIQUES QUI SEMBLENT EXISTER ENTRE LA 
MANIE AIGUE ET LA FIÈVRE INTERMITTENTE; par M. le dOCteUr 

Edouard Cazenave , médecin-adjoint à l’asile des aliénés de Pau. 

S’il estun point de pathologie mentale qui mériteau plus haut 
degré de fixer l’attention des médecins aliénistes, c’est bien 
certainement l’étude de ces efforts salutaires, spontanés, inat¬ 


tendus, dont la manifestation est en dehors de l’initiative dit 
médecin, et auxquels la nature a recours pour ramener l’équi- 
Kbre dans l’état mental du malheureux privé de raison : je 
veux parler des crises de la folie; car, comme tant d’autres 
maladies, l’aliénation mentale se juge aussi bien souvent par 
des crises. Cette partie de l’étude des maladies mentales n’avait 
point échappé à l’esprit profondément observateur d’Esqui- 
rol; car le chapitre qu’il consacre à l’exposé des modes de ter¬ 
minaisons critiques de la folie, est bien certainement un des 
plus remarquables de son ouvrage. 

Mon intention n’est pas de faire ici une énumération détail¬ 
lée de tous les genres de crises, dans le but de prouver une 
vérité aujourd’hui incontestable. Qui de nous, en effet, n a vu 
Taliénation mentale, quelle que fût sa forme, résister pendant 
des mois, des années entières, à tous les efforts de la médecine 
rationnelle, et se terminer brusquement, spontanément par 
une hémorrhagie,une éruption cutanée, une diaphorèse abon¬ 
dante, une phlegmasie gastrique, intestinale, des paro¬ 
tides, etc. ? 

L’impuissance du médecin à provoquer la manifestation de 
ces crises, dans le cours d’une maladie mentale, tient, ce me 
semble, en grande partie à l’ignorance dans laquelle il se 
trouve du mode de terminaison critique qu’affecte telle ou 
telle variété vésanique : du jour où l’observation aura mis eu 
lumière ce point fort obscur encore de l’étude des maladies 
mentales, le médecin aura fait un grand pas dans la thérapeu¬ 
tique de ce genre d’affections. 

J’ai cru remarquer, soit pendant mon internat à Charenton, 
soit à l’asile des aliénés de Pau, que la netteté des crises était 
en raison directe de l’acuité des symptômes vésaniques. La 
manie aiguë qui, de toutes les formes de l’aliénation mentale, 
résume au plus haut degré l’exaltation du délire, semblerait 
devoir confirmer cette appréciation. 

Observation I. — M‘" Virginie D..., âgée de 21 ans, entra dans 
mon service dans le courant de mai dernier. Tempérament lymphatique, 
sanguin. Constitution robuste. Menstruation très irrégulière. Absence 
d’antécédens héréditaires. 

Cette jeune fille est d’une beauté remarquable. Ses traits, fins et régu¬ 
liers, sont encadrés dans une magnifique chevelure blonde. Fiancée è 
un jeune homme dont elle était éperdûraent éprise, Virginie vit tout it 
coup s’évanouir ses plus chères espérances. Déçue dans son amour par 
l’inconstance de son futur époux, elle tomba dans une profonde raélan- 
. colie, à laquelle succéda bientôt le délire le plus violent. C’est dans te 
paroxysme de son accès, ([ue cette infortunée est conduite à l’asile. Pen¬ 
dant le trajet, un horrible accident a enlevé la vie à son père qui l’ac¬ 
compagnait. L’insouciance avec laquelle elle a contemplé cet affreux spec¬ 
tacle, prouve sinon une profonde lésion des sentimens affectifs, du moins 
la perversion fonctionnelle dusystème nerveux de cette malheureuse. Un 
■ traitement sédatif prolongé ne modifie en rien l’intensité du délire.. Les 
règles ne parurent point. Dans les premiers jours d’août, Virginie fut 
prise, sans cause appréciable, de voraissemens, de frissons, suivis bien¬ 
tôt de chaleur et d’une abondante transpiration. Le délire éprouva unet 
recrudescence marquée. Cet état morbide dura toute lîi journée du 5 
août, et ne cessa que le lendemain dans la soirée. La nuit suivante et la 
journée du 7 furent calmes. Le pouls redevint normal; les voraissemens 
cessèrent. 

Malgré le caractère alarmant et l’intensité des phénomènes morbides 
dont j’étais témoin. Je m’abstins de toute médication, persuadé que j’à- 
vais affaire h une crise qui, selon toute apparence, prendrait la forme 
d’une fièvre intermittente. 

En effet, mes prévisions ne tardèrent pas à se réaliser ; dans la soirée 
du 7 août, quarante-huit heures à peu près après la manifestation du 
premier accès, la fièvre reparut, mais avec un cortège syinptwnaîique 


ment compris le sujet de la leçon et que c’était bien de cela qu’il devait 
traiter et non pas d’autre chose. J’ajoute que la forme élégante et dis¬ 
tinguée qu’il a donnée à cet écrit trahit des habitudes littéraires qui ne 
nuisent pas, comme on a pule voir, à l’exposition sérieuse de la science. 
M. Tardieu lit d’ailleurs avec beaucoup de charme, ce qui ne gâte rien. 

Je ne regrette qu’une seule omission dans ce travail : au nombre des 
circonstances diverses qui font varier les conditions de l’acclimatement, 
j’aurais voulu que M. Tardieu indiquât les conditions morales de l’indi¬ 
vidu expatrié volontairement ou forcément, son état de liberté, d es¬ 
clavage ou de réclusion, en un mot qu’il indiquât l’influence que les 
causes de l’émigration peuvent avoir sur l’acclimatement. Ce point de 
vue, qui a été déjà indiqué par Monlesquieu, mériterait l’attention de 
nos hygiénistes, tous mes lecteurs sentent pourquoi. Ce qui n’empêche 
pas que ce travail de M. Tardieu ne soit très remarquable et n’ait été 
considéré comme une excellente épreuve. 

J’arrive à M. Marchai (de Calvi). 

(La suite au prochain n°,) Amédée Latour. 


MÉLANGES. 


INSTRUSIENT POUR LA MENSURATION DE LA FORCE hULMONAIRE. 

— Tel est le nom donné h un Instrument dont il est l’inventeur, par un 
mécanicien de Vienne, et qui est destiné par lui à servir pour le diag¬ 
nostic et la guérison des maladies de poitrine. Notre confrère du journal 
îa Gazette médicale sarde, auquel nous empruntons cette note, et qui 
considère cela comme une découverte, ignore probablement qu’il y a 
dix ou douze années, un médecin anglais, M. Hutchinson, a proposé et 
fait exécuter un instrument très parfait pour mesurer la quantité d’air 
expirée et inspirée, auquel il a donné le nom de spiromètre et avec 
lequel il a fait des expériences très curieuses qui ont été consignées dans 
les Transactions médico-chirurgicales de Londres, t. xxix, 1846. 

PUISSANCE DE SIMULATION. — Nous signalions dans ces derniers 
temps, d’après un journal italien, le fait d’un petit pâtre qui, sous le 


coup d’une accusation capitale, avait simulé l’aliénation et l’imbécillité 
au point d’avoir obtenu une condamnation à deux années d’emprison¬ 
nement seulement. Les journaux espagnols nous apportent un fait 
assez analogue. Un condamné à mort. Antonio Peres, au moment 
d’entrer en chapelle, tomba dans un état comme cataleptique dont ne 
purent le tirer les moyens connus de la science, même le cautère actuel, 
et dans cet état on lui donna l’extrême onction. Néanmoins il fut porté 
sur le lieu du supplice, et il venait d’être placé sur la fatale chaise lors¬ 
que voyant qu’il n’y avait plus rien à espérer, il se mit à crier et h de¬ 
mander qu’on le confessât, en avouant qu'il avait simulé la catalepsie, 
et en ajoutant que la cautérisation était un si grand supplice que, un 
bouton de feu de plus, et il eût crié. Deux minutes après, la justice des 
hommes était satisfaite. 

TRAITEMENT DES ALIÉNÉS DANS LES HOPITAUX DE CONSTANTI¬ 
NOPLE. — Nous lisons ce qui suit dans le Journal de médecine de 
Boston : « Deux salles sont consacrées aux aliénés, l’une pour les 
hommes, l’autre pour les femmes. J’entrai dans l’établissement, dit 
M. Smith, et je demandai à le visiter ; on me donna un petit garçon 
pour me montrer le chemin. Ce ne fut pas sans difficulté qu’il me 
conduisit h la salle des aliénés, je n’en trouvai pas plus de qua¬ 
rante, tous couchés sur des matelas étendus par terre, et portant au 
cou un collier de fer duquel partait une chaîne qui allait se fixer à 
un fort anneau scellé dans le plancher; mais ce moyen de contention 
était insuffisant pour les empêcher de se toucher les uns les astres. 
Un enfant de* quinze ans que j’aperçus attaché dans un coin, était, 
me dit-on, un maniaque furieux; il portait à la tête une plaie qu'il 
s’était faite dans un de ses accès. On m’accompagna ensuite à la salle des 
femmes, qui étaient traitées de la même manière que les hommes. L’au¬ 
teur ajoute que dans le voisinage de Beyrouth, les Maures ont une cuve 
qui jouit d’une grande réputation dans ce pays pour guérir les Aliénés 

I et qué l’on y conduit les malades de fort loin. Un pateil traitement 
des aliénés a de quoi surprendre au dix-neuvième siètie, mais il ne faut 
pas oublier que la France était dans les mêmes errciinens il y a soixante 


ans, avant que l’illustre Pinel eût fait tomber les chaînes de ces infor¬ 
tunés. 

ÉTAT DE LA MÉDECINE EN ÉGYPTE. — Nous lisons dans unc Série 
de lettres publiées par le docteur Smith dans \e Journai de médecine 
de Boston, que depuis le départ de l’illustre Clot-Bey, l’Ecole de mé¬ 
decine du Caire est entrée dans une voie profonde de décadence. Rien 
n’est comparable, dit l’auteur, à l’ignorance des prétendus médecins 
reçus par cette Ecole. J’en rencontrai un,, dit l’auteur, h El-Arish, la 
dernière ville d’Egypte, chargé de la station de la quarantaine, il m’as¬ 
sura franchement qu’il n’était pas médecin et même qu’il ne savait pas 
un mot de médecine. L’influence française est éclipsée, ajoute-t-il, c’est 
l’influence italienne qui l’emporte. 

NOUYEAU TRAITEMENT POUR LA FISSURE GONGÉNIALE DE LA 
VOUTE PALATINE. — M. Buciiring, neveu de l’illustre professeur ûief- 
fenbach, a inventé une pince à bords coupans dont il place une branche 
dans les narines et une autre dans la botiche, et de cette manière il 
coupe la voûte palatine dans toute sa longueurde chaque côté de la fis¬ 
sure, fait passer un fil métallique dans les deux ouvertures, le serre forte¬ 
ment tous les jours de plus en plus, et lorsque les deux bords de la fis¬ 
sure sont près de se joindre, il en avive lesboi-ds comme pour le bec de 
lièvre. M. Buchring n’opère pas avant 10 ons ni après 17 ans. Nous 
ignorons si son procédé a été employé sur le vivant et quel en a été te 
résultat. 

PROFESSIONS LIBÉRALES EN ESPAGNE. — La progression crois¬ 
sante des titulaires des professions libérales ne s’arrête .pas dans ce 
pays. En 1849, on comptait 3,631 individus ayant pris un titre quel¬ 
conque pour ces professions; en 1850, il y en a eu 4,326. L’augmenta¬ 
tion porte surtout sur l’instruction publique, sur les avocats, les théolo¬ 
giens, et aussi sur ceux qui exercent les professions médicates inférieu- 
res ; il y a eu an contraire un petit temps d’arrêt p our les titres médicaux 
supérieurs. 





























moins alarmant; elle dura environ toute la nuit et disparut avec le jour. 
Huit accès réguliers de fièvre intermittente, h type tierce, se manifeslè- 
fent. Au huitième, la fièvre se jugea jponrandmenr. A partir de ce 
jonr, du second accès, une notable amélioration se manifesta dans l’état 
mental de Virginie. Ses idées devinrent moins inrohérenies, son langage 
plus décent ; elle manifesta le désir de travailler, demanda des nouvelles 
de ses parons, et veisa d’abondantes larmes en racontant les tristes cir¬ 
constances dans lesquelles était mort son père. La convalescence mar¬ 
cha rapidement. Virginie sortit dans le mois de septembre dernier, 
• présentant tous les signes d'ime guérison radicale qui ne s’est pas dé¬ 
mentie. 

Observation II. — Louis D..., âgé de 35 ans, d’une constitution 
athlétique, d’un tempérament sanguin au plus haut degré. Deux de ses 
frères sont morts en donnant tous deux des signes non équivoques d’a¬ 
liénation mentale. La lecture presque exclusive d’ouvrages abstraits, 
unie aux violentes émotions du jeu, a porté la perturbation dans un or¬ 
gane qu’une influence héréditaire avait déjà fatalement prédisposé. 

Impossible de dépeindre l’incoJféi'ence d’idées, les gestes désordonnés, 
les déclamaiions excentriques auxquels ce malheureux s’est livré pen¬ 
dant les trois mois qu’a duré l’accès. C’est au milieu de cette exaltation 
que Louis D... fut atteint, le 28 juillet, d’un accès de fièvre avec vo- 
rnissemens, qui dura près de vingtHjuatre heures, et qui fut suivi le sur¬ 
lendemain d’un deuxième dont l’intensité fut moindre. Six accès consé¬ 
cutifs réguliers, à type tierce, se manifestèrent; comme dans l’observa¬ 
tion précédente', je les abandonnai aux efforts de la nature; ils furent 
suivis d’une,amélioration sensible. Le délire entra dans une période 
décroissante. Dn mois après, Louis D... sortait avec tous les signes d’un 
rétablissement complet. 

Observation III. — A la suite d’une violente contestation avec un 
de ses parens, relative à des intérêts pécuniaires, Jean X... est atteint 
d’un accès de manie aiguë des plus intenses. Il estconduità l’a.sile dans 
les premiers jours de mars. Agé de 30 ans, constitution grêle et délicate, 
tempérament lymphatique, ce jeune homme ne compte pas d’aliénés 
dans sa famille. A son entrée, l’acuité du délire est telle, qu’on est obligé 
de lui mettre la camisole et de le tenir enfermé dans la plus profonde 
obscurité. Le délire se maintient à ce niveau d’exaltation pendant tout 
le mois de mars et d’avril; à cette époque, il semble entrer dans une 
période décroissante pour reparaître dans le milieu de juin avec une in¬ 
tensité nouvelle. 

Le lA juillet, Jean, dont le délire est toujours aussi violent, est tout à 
coup atteint d’un accès de fièvre dans la soirée. Malgré la violence du 
délire, l’état congestif de la tête, la force et la fréquence du pouls, je 
me renferme dans les limites de la médecine expectante. La fièvre repa¬ 
raît le lendemain soir, moins violente, et disparaît dans la nuit. Huit 
accès quotidiens sont constatés ; au neuvième, la fièvre se juge sponta¬ 
nément, et comme dans les deux cas précédens, la disparition de cette 
affection intercurrente coïncide avec une atténuation notable dans les 
troubles des facultés mentales. Six semaines après, Jean X... quittait 
î’asile complètement rentré dans l’exercice de sa raison. 

Au moment où j’écris ces lignes, j’ai dans mon service une 
femme entrée il y a cinq mois avec tous les caractères d’une 
manie aiguë. Depuis huit jours, elle a été atteinte de deux ac¬ 
cès de fièvre bien caractérisés, à type quarte. Je ne doute pas 
qu’une guérison radicale ne suive la disparition de la fièvre. 

Loin de moi la folle prétention de résoudre un des problè¬ 
mes les plus difficiles de la pathologie générale, en cherchant 
à approfondir les mystérieuses lois qui président à l’évolution 
des crises; toutefois, qu’il me soit-permis de hasarder une ré¬ 
flexion que me suggèrent les observations 'que je viens d’é¬ 
baucher. 

Ne devons-nous voir dans cette sorte de tendance delà ma¬ 
nie aiguë à choisir la fièvre intermittente pour mode de ter¬ 
minaison critique, autre chose qu’une simple coïncidence pa¬ 
thologique due au concours de cjrconstances purement acci¬ 
dentelles? Telle n’est pas mon opinion. Pourquoi ne pas 
rattacher la raison d’être de ce fait d’observation aux rapports 
intimes qu’une identité de nature et de siège semble établir 
entre les deux maladies. 

^ En effet, si nous passons en revue les différentes opinions 
emises sur la nature de la fièvre intermittente, nous voyons 
qu il en est deux bien tranchées qui dominent toutes les au¬ 
tres ; l’une, défendue par M. le professeur Piorry, qui ratta¬ 
che cette affection à un engorgement de la rate ; et l’autre, 
et c est celle vers laquelle je me sens porté, soutenue par 
MM. Brachet et Rayer, qui considèrent cette maladie comme 
«ne névrose. Or, comme il est incontestable pour tous les 
pathologistes que la moins aiguë ne soit également une né¬ 
vrose, pourquoi, dès lors, l’identité de nature de ces deux 
affections n’expliquerait-elle pas, jusqù’à un certain point 
l’apparition de la fièvre intermittente , l’explosion du délire 
maniaque, et ne nous amènerait-elle pas ainsi à admettre une 
guérison par une sorte de voie de lubrituUon, où si l'on aime 
mieux de perturbation’} 


La doctrine des crises est fort ancienne. Esquirol l’a sur¬ 
tout défendue dans son mémoire des Terminaisons critiques 
de la folie (Mal. ment., t. 1, p. 336 ). Les auteurs du Compen¬ 
dium font observer que beaucoup de cas de folie se jugent 
sans crises. La plupart des phénomènes rangés au nombre 
des crises sont également placés au nombre des causes .; il est 
à craindre que l’on ait pris des folies intermittentes pour 
des folies jugées, et la cessation d’un accès pour une guéri¬ 
son complète.. Georget et 31. Foville soutiennent également 
une opinion contraire à celle d’Esqnirol. Nous ne saurions 
partager la manière de voir de ces auteurs ; sans être aussi 


généralisateur que notre maître, nous avons recueilli plusieurs 
faits où l’apparition de fuVoncles, d’anthrax, d’une forte sup¬ 
puration , ont eu une influence décisive et instantannée sur 
la terminaison heureuse de la folie. La force médiatrice de la 
nature est un fait incontestable ; malheureusement nous ne 
pouvons la diriger, mais ce n’est pas une raison pour la rejeter. 

Quant à la terminaison par les fièvres, elle a été notée par 
beaucoup d’observateurs. Galien rapporte la guérison d’une 
manie par la fièvre quarte. Le mémoire d’Esquirol contient 
plusieurs guérisons après l’apparition de fièvres inflamma¬ 
toire, gastrique, tierce intermittente, ataxo-adynamique. Le 
travail de notre zélé confrère vient ajouter de nouveaux faits 
à ceux que la science possédait. Jusqu’à quel point l’influence 
des localités a-t-elle pu agir ? C’est ce que M. Cazenave ne 
dit pas dans son travail. 

Approuvé par le comité de rédaction. 

A. Brierre de Boismont. 


ÂÛABaiES, SOCÏËT ËS SAVMÎS S ET ASSOGÏAÎIOIS. 

COMPTE-UENDÜ DES TBAVACX DE LA SOCIÉTÉ MÉDICALE DU 1” 
ARRONDISSEMENT DE PARIS, PENDANT L’ANNÉE 1851; 

Par M. le docteur Foissac , secrétaire général. 

Messieurs, 

Le principe d’association est si noble dans son but, si fécond dans 
ses résultats, que je craindrais, en faisant devant vous son éloge, d’être 
accusé de plaider une cause gagnée et jugée sans appel par l’opinion 
pubfique. Aussi, doit-on S’étonner que ' les médecins honorables ne 
fassent pas encore tous partie des Sociétés d’arrondissement. Quelles 
sont les causes d’une abstention aussi préjudiciable à l’intérêt profes- 
sioDHel? Nous les trouvons dans l’indifférence ou l’égoïsme de quel¬ 
ques-uns, et, (pourquoi ne pas le dite), dans la crainte pour quelques 
autres, de ce contrdle inévitable exercé par des gens d?honneur unis 
dans l’estime commune, et jaloux de là considération .de leurs collègues 
comme d’un patrimoine de famille. 

La plupart des arrondissemens étaient constitués en Sociétés médica¬ 
les; un seul n’en possédait pas encore, celui-là même au centre duquel 
se trouve la Faculté. Cette lacune vient enfin d’être comblée, et les mé¬ 
decins du onzième arrondissement se sont réunis en société sous la 
présidence de M. Paul Dubois. Le nom du savant professeur, ce nom 
que plusieurs d’entre nous ont honoré et chéri dans la personne d’An¬ 
toine Dubois, sera l’un des -éléraens de succès de la Société naissante, 
et ralliera les médecias instruits et consciencieux du onzième airoiidis- 
sement. 

Liés par une noble solidarité au succès de toutes les Sociétés, nos 
sœurs, félicitons-nous de ce.qu’après sept années d’existence, la nôtre 
conserve, dans sa maturité, l’ardeur et la force des convictions qui pré¬ 
sidèrent à sa fondation. Après le zèle de chacun de nous, sans lequel 
tout effort individuel serait impuissant, ce résultat est dû au mérite des 
collègues éminens que vous avez appelés h l’honneur de vous présider, 
au vénérable de Lens, le premier d’entre eux, à MM. Leroy-d’Etiolles', 
Mêlier, Fauconneau-Dufresne, Trousseau, Piorry et Leialenet ( à ces 
noms vous allez ajouter bientôt celui de M. Laiigierj, dont les travaux et 
les services honorent la science et notre profession. Dans son discours 
d’installation, M. Letalenet a pu vous rappeler, en connaissance de 
cause, le zèle infatigable que déployèrent un grand nombre de ses col¬ 
lègues pour la fondation de la société. Il est de mon devoir de signaler 
ce que la modestie de notre président a passé sous silence : c’est en 
grande partie, grâces à son initiative et à sa persévérante activité, que 
la Société du premier arrondissement parvint à se constituer. Nous,ne 
ferons pas difficulté de reconnaître avec lui, qu’il doit à ce souvenir de 
reconnaissance l’honneur de vous présider. Mais ajoutons toutefois que 
la Société a voulu également récompenser en lui ies qualités du méde¬ 
cin instruit, du collègue bienveillant, et du praticien toujours honora¬ 
ble. 

A l’exemple de ses prédécesseurs, M. Letalenet vous a signalé avec 
force les résultats heureux obtenus déjà par la Société au tHple point 
de vue qu’elle s’était proposé ; il a fait ressortir l’avantage d’établir en¬ 
tre les médecins d’un même arrondissement des relations qui, leur ap¬ 
prenant à s’estimer, à se connaître, leur font trouver des collègues, 
des amis, là où ils pouvaient craindre de rencontrer des rivaux e°t des 
envieux. M. Letalenet s’est rendu l’organe du sentiment universel qui 
pousse le corps médical à s’occuper des intérêts professionnels. Il a fait 
comprendre la nécessité de l’accord entre tons les membres pour la 
destruction des abus, la poursuite du charlatanisme et pour les récla¬ 
mations à faire an sujet de la patente. Sur ce dernier point, il invite 
chaque Société et la nôtre en particulier, à se concerter avec l’associa¬ 
tion générale des médecins de Paris, qui avait fai{ anciennement de 
nombreuses démarches pour l’abolition d’un impôt non moins injuste 
en droit que blessant pour notre dignité. Vous avez applaudi. Messieurs, 
à ces généreuses paroles, et la discussion engagée à vos deux dernières 
séances sur le mémoire de M. Boulu et le rapport de M. Despaulx- 
Ader nous fait espérer que vous poursuivrez sans découragement les 
abus qui vous ont été signalés. 

J’ai parlé. Messieurs, du zèle des sociétaires qui se pressent en si 
grand nombre à vos séances, et vous communiquent leurs travaux, 
préférant parfois à la publicité des académies les conseils ou l’appro¬ 
bation d’un auditoire modeste de quarante à soixante collègues attentifs 
et bienveillans. Je ne citerai personne, mais vous aurez remarqué tous 
l’assiduité du secrétaire particulier, M. Mouzard, qui enregistre avec 
tant de fidélité les détails' de vos séances, faisant ainsi revivre pour les 
absens les séances passées. Nous devons attacher un grand prix à nos 
procès-verbaux; sans eux la tradition de nos débats, de nos discussions 
serait bientôt perdue, comme tombèrent dans l’oubli tant d’événemens 
historiques avant la découverte de l’art merveilleux qui, suivant la belle 
expression de Corneille, appliquée aux lettres phéniciennes : 

Fixa sur le papier la parole qui fuit. 

En présence du zèle de tous, comment oser vous parler du mien? 


Secrétaire particulier des séances pendant les deux premières a^ 
de la fondation de la Sociélé, seerétaire-général pendaniles quatre de? 
nières, ne vous devais:je pas en retour, des efforts continuels pour 
tifier tant de confiance ? Dans une séance précédente, je vous ai exposa 
les raisons qui me forcent à résigner ces fonctions. Ma dette envers la 

Société ne finit pas; simple membre, mon dévoûment sans bornes n! 

suffira jamais à l’acquitter. ® 

L’année 1851 n’a pas été moins fructueuse pour la Société que les 
précédentes, Dn membre, M. Blol, ayant quitté l’arrondissement, a 
cessé d en faire partie. Après une absence de deux années, pour cause 
de service, M. Bonnafont, nommé chirurgien du Gros-Caillou, est venu 
reprendre sa place au milieu de ses anciens collègues. Vous avez prs, 
noncé Badmis.sion de sept nouveaux membres, tous honorablement cou. 
nus dans la science, soit par de brillans concours, soit par 
des ouvrages ou des découvertes remarquables; voici leurs noms • 
MM. Duchenne (de Boulogne), Barthez (Ernest) , Barthez (Fiian’ 
çois), Matiee, Chatin, Wollemier .et Leroy-d’ÉtiolJes fils. Pourouoî 
faut-il quà la joie de possédei* ces nouveaux collègues se mêl^ 
la douleur d’avoir perdu l’auteur du Traité des gastralgies et 
des entéralgies, l’honorable M. Barras. II . est mort à .Paris 1» 
21 février 1851, âgé de 73 aps; sa réception comme docteur en niéde- 
cine remontait h 1800; c’était donc l’un des vétérans de la science et de 
l’art. Praticien modeste, bon observateur, il dut à ces qualités une ré 
putation honorable et une clientèle nombreuse. La nature de son esprb 
le préservait des écarts dont tant d’hommes distingués ne furent point 
exempts pendant le premier quart de ce siècle. En praticien véritable 
il suivit sans: prévention côrame sans enthousiasme les progrès de là 
réforme entreprise par notre célèbre Broussais. Au début de son 
Traité des gastralgies, il proclamé les services éminens rendus à la 
médecine par la doctrine physiologique, mais il . signale en même temps: 
l’une des erreurs les plus dangereuses de la nouvelle méthode, celle qui 
consistait à regarder les névroses comme des phlegmasies, et à les trai¬ 
ter constamment par les ânli-phlogistiques. Comme tous les tissus orga¬ 
niques, l’appareil nerveux est, sans aucun doute, sujetà l’inflammation ; 
personne ne songe à nier le caractère inflammatoire de l’encéphalite, de 
la myélite, .etc. Dans un excellent Mémoire publié dans le numéro’ de 
juin 182A de la Bevue médicale, notre coHègue, M. Martinet, a fixé 
l’attention des praticiens sur les symptômes de la névrite,idonlil trace 
l’histoire avec un véritable esprit d’observation. Tout médecin judicieux 
reconnaît maintenant que la névralgie de nature inflammatoire est ex¬ 
cessivement rare, et suivant nous, Boerhaave avait raison lorsqu’il a dit : 
Nemo unquamvidifinflammationem in nervo; hoec vero si contiri- 
gat insold tunicâ vaginali hceret. Ces principes, familiers aujour¬ 
d’hui h la majorité des médecins, étaient presque des témérités dans une 
certaine école, il y a vingt-cinq ou trente ans. Cependant le règne de 
l’erreur est passager ; la raison un moment égarée se remet bientôt 
dans sa véritable voie, et fontenelle a dit avec justesse : Une vérité est 
connue dès qu'elle est nommée. Ces réflexions vous expliquent le suc¬ 
cès remarquable du Traité des gastralgies, de M. Barras. Cet ouvrage 
est jugé depuis longtemps ; je n’entreprendrai pas une tâche inutile en 
rappelant à votre souvenir les principes sages et le raisonnement solide 
donton trouve les preuves à chaque page. « 

M. Barras assistait assez fréquemment aux séances de la Société du 
premier arrondissement, il y prenait quelquefois la parole, maisJes 
soins d’une santé minée par le travail le tinrent bientôt éloigné de ses 
collègues dont il avait gagné l’affection par sa douceur et sa bienveil¬ 
lance. Si la Sociélé avait été prévenue à temps, une députation de ses 
membres se fût fait un devoir d’accompagner la dépouille mortelle de 
notre collègue à sa dernière demeure. Elle aurait uni son propre deuil 
h celui de la famille de M. Barras et honoré de ses regrets la perte de 
l’honnête homme et du savant médecin. 

Je vousprie de remarquer, Messieurs, que depuis sept années, la So¬ 
ciété, composée d’environ 80 membres, en a perdu trois seulement, de 
Lens, Blandin et Barras, C’est moins d’un décès annuel sur Î60 indi¬ 
vidus, tandis que d’après la statistique de Viliot, confirmée par M. Viller- 
mé et récemment encore par M. Reis, dans le premier arrondissement, 
l’un des plus favorisés de Paris, il meurt 1 habitant sur 58, 66, et dans 
tonte la France 1 sur 39, 7. Nous serions heureux de pouvoir signaler 
cette mortalité peu considérable comme un fait général dans la famille 
médicale. Il paraîtrait rationel de penser que les hommes voués h l’a.rt 
de guérir, fussent moins que les autres atteints de maladies ou d’infir¬ 
mités, et eussent le privilège d’une plus longue existence. Toutefois, il 
est loin d’en être ainsi, comme l’a prouvé Casper dans un article inséré 
dans la Gazette de Berlin du 3 janvier 1834. Ce savant a comparé la 
longévité des médecins à celle des théologiens, et il résulte de cet exa¬ 
men qu’à l’âge de 62 ans, sur 1,000 médecins, il en est déjà mort 601, 
et sur 1,000 théologiens 345 seulement. La table suivante fait ressortir 
avec plus d’évidence encore les désavantages de la profession de mé¬ 
decin : sur un nombre de 100, ont atteint ou dépassé 70 ans : 

Théologiens. ..42 

Agriculteurs... 40 

Employés supérieurs et commerçans.. . 35 
Employés subalternes et militaires.. . . 32 

Avocats. 29 

Artistes.'.. ....... 28 , 

Professeurs, instituteurs.27 

Médecins. ..24 

Casper eut soin d’attribuer au sybaritisme des médecins la courte 
durée de leur vie; il en trouvela cause dans les fatigues corporelles, les 
influences fâcheuses de l’atmosphère, le trouble du repos de la nuit, les 
vellles'prolongées, l’irrégularité des repas, les désordres de la digestion, 
et enfin les affections morales de toute espèce. Suivant Casper, parmi les 
médecins, un nombre plus considérable qu’on ne le pense périt victime 
de la contagion. Je n’insisterai pas. Messieurs, sur la signification et 
l’éloquence de ces chiffres; les tables de la mort elle-même attestent le 
noble dévoûment du médecin, et les sacrifices que ce dévqûment lui im¬ 
pose dans ce que l’homme a de plus cher : la vie et la santé. 

Je me hâte d’arriver au compte-rendu, ou plutôt à l’indication des 
faits scientifiques qui ont occupé vos séances. Les matériaux sont en si 
grand nombre, que non seulement je ne puis les mentionner tous, mais 
























«ne je dois même me contenter de vous donner, sans commentaire, une 
simple analyse des plus importans. 

JI. Shrimpton vous a rapporté une observation de fracture de l’is- 
cbion, dont quelques membres cependant contestent le diagnostic. Il 
s’agit d’un individu qui fit, du haufrd’.une échelle, uneThute sur le siège, 
regardée d’abord comme peu grave. Il éprouva une douleur légère ’a la 
région des muscles fessiers, mais il continua à marcher sans trop de 
difficulté. Au bout d’un mois seulement, cette douleur ayant augmenté, 
un médecin fut appelé et constata dans cette région une tumeur molle 
et fluctuante qu’il ouvrit. Le malade partit ensuite pour l’Allemagne, où 
la même tumeur s’étant reformée, nécessita une nouvelle ouverture. 
Plus tard, M. Shrimpton vit ce malade à Paris et iui pratiqua, à travers 
l’énaisseur des muscles fessiers, une troisième incision qui donna issue à 
litre de pus. En même temps il put constater lamobilité de l’extrémité de 
î’Vhiontune esquille même en fut extraite. D’après ces faits, M. Shrimp- 
'n ne doute point qu’il n’ait eu affaire à une fracture de l’ischion. M. 
Morel-Lavallée conteste le diagnostic porté par M. Shrimpton ; les dé- 
’ls de l’observation lui paraissent se rapporter à une nécrose occa- 
*’cinnée par la chute chez un sujet scrofuleux, aussi bien qu’à une frac- 
f .g • dans celle-ci, en effet, on éprouve sinon l’impossibilité, du moins 
n'e grande difficulté pour marcher. M. Boulu partage l’opinion de 
M Morel; il ajoute que,, dans certains cas, rien n’est plus difficile que 
le' diagnostic différentiel des deux affections. D’après M. Shrimpton, 
lenuis sa chûte, le malade, au moindre mouvement, ressentait des es- 
cères de déchiremens qu’il croit pouvoir attribuer au pincement des 
fibres musculaires entre les fragmens. Mais, ainsi que MM. Morel-Laval¬ 
lée et Boulu, M. Laugier ne trouve aucun des caractères’indiqués par 
M. Shrimpton suffisans pour justifler le diagnostic d’une fracture. 

Dans la séance de septembre, M. Bonnafont a fait une lecture sur le 
traitement des adénites. Suivant notre collègue, tous les praticiens re¬ 
commandent an début la méthode antiphlogistique ; les dissidences com¬ 
mencent lorsqu’arrive la période de suppuration. Il examine successive¬ 
ment les moyens employés à cette phase de la maladie et montre le peu 
de succès de la plupart d’entre eux; la compression, dit il, est doulou¬ 
reuse et augmente plutôt qu’elle ne diminue le foyer purulent; les vé¬ 
sicatoires réussissent rarement, il en est de même des frictions avec la 
pommade d’iodure de potassium. M. Bonnafont donne la préférence à 
l’ouverture du foyer purulent; mais il attache une grande importance 
au mode opératoire. Il emploie le caustique de Vienne quand leulécol- 
lementest considérable ; toutefois, on doit y renoncer quand les parois 
du foyer sont épaisses. Les caustiques, d’ailleurs, ont cet inconvénient, 
de laisser des traces indélébiles. A la suite des incisions avec l’insiru- 
ment tranchant, notre collègue a vu survenir des plaies ulcéreuses, 
difficiles h guérir. M. Bonnafont emploie avec plus d’avantage le séton 
aidé d’un pansement légèrement compressif pour favoriser l’écoulement 
du pus. Il n’a jamais vu d’ulcération survenir à la suite de ces petites 
piqûres, et ce mode opératoire lui a procuré les guérisons les plus 
promptes et les plus nombreuses. 

M. Leroy-d’Étiolles vous a fait plusieurs communications relatives à 
différens points de thérapeutique des maladies des organes urinaires. lia 
démontré les avantages des bougies tordues en spirale pour franchir les 
rêtrécisseraens qui refusent le passage aux bougies droites, même les 
plus fines. Dans certains cas, en effet, il y a non seulement diminution 
(lu calibre de l’urètre, mais encore inflexion en zig-zac et excentricité 
de l’orifice du rétrécissement. Avec la bougie droite, on vient presque 
tniiiours buter sur le même point, tandis que la bougie tordue dont la 
pointe est déviée, rencontre plus facilement l’ouverture excentrique du 
détroit et en parcourt les sinuosités. M. Leroy rapporte une soixantaine 
d’exemples à l’appui de l’utilité de cette manœuvre. 

La cautérisation directe des rétrécissemens ou cautérisation d’avant 
en arrière, a été l’objet ‘d’une seconde communication de M. Leroy- 
d’Etiolles; elle est applicable aux obstacles qu’aucune bougie, même 
tortillée, ne peut franchir. On pourrait craindre que l’occlusion com¬ 
plète d’iin passage aussi étroit ne fût la conséquence de la cautérisation; 
suivant notre collègue, l’expérience démontre qu’il n’en est rien, et 
qu’aprèsitn certain nombre d’applications des caustiques, dépassant ra¬ 
rement six, le rétrécissement détruit laisse pénétrer tout d’un coup les 
bougies et les sondes do plus gros calibre. Pour cautériser d’avant en 
arrière, M. Leroy se sert d’un tube ouvert à ses deux extrémités, aussi 
volumineux que peut l’admettre la partie libre du canal. Légèrement 
courbe lorsqu’on agit au-delà du bulbe, ce tube, fermé par un embout, 
est porté jusqu’à l’obstacle ; puis, l’embout retiré, une tige flexible, ter¬ 
minée par un petit porte-crayon de nitrate d’argent, est glissée dans le 
tube et vient appuyer contre le rétrécissement sur lequel on le laisse 
fondre en totalité. Ce procédé est celui que Loyseau employa pour 
guérir Henri IV, sauf le nitrate d’argent qui n’était pas connu et fut 
remplacé par l’alun. Il a été aussi appliqué par Hanter, puis par Home, 
mais d’une manière moins rationnelle ; car ils faisaient usage d’une bou¬ 
gie armée d’un morceau de nitrate d’argent porté rapidement à nu à 
travers la partie saine du canal. M. Leroy-d’Etiolles n’a donc ici d autre 
prétention que d’avoir fait revivre en le perfectionnant, un procédé dé¬ 
laissé depuis plus de vingt ans. 

L’extraction par l’urètre des corps étrangers tombés dans la vessie, 
doit être considérée comme un complément de la llthotritie qui, chaque 
chaque jour étend son domaine et rend de plus en plus rare l’opéra- 
tion de la taille. Cette nouvelle conquête est due en grande partie aux 
efforts persévérons de M. Leroy-d’Etiolles. Les brise-pierres ordinaires 
peuvent quelquefois réussir ; mais le plus souvent il est néœssaire de 
recourir à des instrumens particuliers. M. Leroy en a imaginé plusieurs 
appropriés à la forme et à la nature des corps. Est-ce une bougie de 
petit ou moyen calibre, une tige métallique d’une certaine grosseur 
comme une épingle à cheveux, etc., qu’il s’agit d’extraiie ? un instrument 
les saisit, les ploie en dirigeant en arrière leurs deux extrémités. Est-ce 
un fragment de sonde métallique, le mors détaché d’un brise-pierre? 
d’autres instrumens sont employés; si ces corps sont pris par le travers, 
de petits rafeaux üMne construction ingénieuse les font basculer, et les 
placent dans la direction du canal qu’ils doivent parcourir. Est-ce un 
cylindre de bois trop long pour pouvoir basculer ainsi ? un troisième 
instrument le coupe en deux, et chacune des exti'éraités n’a plus qu’un 
quart de rotation h exécuter pour s'engager dansi’urètre h la suite-de 
l’instrument qui l’y attire. M. Leroy-d’Etiolles en cite un cas fort cu¬ 


35 

rieux; il s’agissait d’un manche de cuillère de moutardier extrait par ce 
procédé de la vessie d’une femme. En présentant ces instrumens à la 
société, M. Leroy fait un grand éloge de M. Mathieu qui les a exécutés 
sur ses indications avec beaucoup d’intelligence. 

Dans le compte-rendu de 18ù9, vous avez lu avec tout l’intérêt que 
méritent les communications de M. Trousseau, plusieurs exemples de 
thoracentèse pratiquée dans la période aigue de la pleurésie. Vous 
avez écouté non moins favorablement une nouvelle observation d’em- 
pyème rapportée par M. Charruau. 

Le 17 décembre 1850, notre collègue fut appelé rue St-Georges, 52, 
auprès d’un enfant de 5 ans nommé Touvez, qui présentait l’état sui¬ 
vant : décubitus sur le côté droit, pâleur extrême, infiltration de la 
face, œdème des membres, peau sèche et terreuse; pouls faible à 130, 
135 pulsations par minute ; toux incessante, respiration anxieuse et pré¬ 
cipitée. L’examen de la poitrine fait découvrir une voussure manifeste 
du côté droit; la percussion y donne un son mat excepté en haut; le 
bruit respiratoire est nul dans les 4/5"'’ inférieurs, assez clair dans le 
5' supérieur. On reconnaît facilement (jue lé foie est refoulé dans l’ab- 
donicn et que le médiastim et le cœur lui-même sont déjetés à gauche, 
où Ton entend une respiration puérile. 

Indépendamment de ces symptômes,' l’enfant présentait une dyphthé- 
rite occupant toute la bouche et une. partie du pharynx. La faiblesse 
' était extrême, le sommeil presque nul. 

- La maladie était à son treizième jour. Le traitement employé jusqu’a¬ 
lors consistait en trois applications de sangsues, des bains généraux et 
la diète. Après le deniier bain l’étoulfement avait presque amené une 
syncope. Avant de tenter le traitement chirurgical, M. Charruau lit ap¬ 
pliquer un large vésicatoire sur le côté droit; il prescrivit en outre des 
frictions sur les membres avec la teinture de scille et de digitale, de 
l’eau de Bussang coupée avec du vin en boisson, de légers potages, et 
avant chaque petit repas- une cuillerée à café de sirop de quinquina. 
Plus tard, des frictions avec le vin aromatique; des vésicatoires volans 
successivement appliqués et des purgatifs répétés déterminèrent une 
amélioration sensible et dissipèrent sans retoar la dyphthérite. Toute¬ 
fois au vingt-huitième jour de la maladie, la suffocation était plus immi¬ 
nente que jamais ; M. Charruau résolut de pratiquer la thoracentèse 
comme moyen suprême de salut, mais il voulut auparavant avoir l’avis 
de M. Trousseau, qui, appelé en consultation, confirma de tout point le 
diagnostic et la nécessité de l’opération. M. Charruau la pratiqua le len¬ 
demain ; elle fournit un litre et un quart de pus. 

Immédiatement après l’opération, le pouls tombait à 115 pulsations, 
l’enfant respirait à l’aise et le poumon occupait la moitié du côté 
droit de la poitrine. La nuit suivante fut parfaite et de jour en jour 
Téiat s’améliora. Vers le septième, quelques nouveaux symptômes 
d’épanchement nécessitèrent l’application de deux vésicatoires qui suf¬ 
firent pour dissiper les accidens. 

Après la lecture de cette observation, M. Trousseau fait remarquer 
combien la formation du pus est prompte chez les enfans par suite d’un 
traitement anti-phlogistique exagéré; il fait également remarquer à la 
Société le développement rapide du poumon après l'opération de la 
thoracentèse. Il ne dissimule pas les inquiétudes que lui avaient laissé 
dans l’esprit les suites de l’opération dans un cas aussi grave, et c’est 
avec satisfaction qu'il vient d’apprendre de notre collègue que le jeune 
malade, échappé aux périls d’une maladie redoutable, est en pleine 
convalescence. Ajoutons toutefois que cet enfant mourut huit mois après 
avec tous les symptômes d’une phthisie pulmonaire. 

La science du diagnostic est portée aujourd’hui à un tel degré d’a¬ 
vancement chez les médecins de l’école de Paris, que dans certaines 
maladies caractérisées par des symptômes en quelque sorte évidens, une 
erreur de diagnostic est chose extrêmement rare, je dirai même très 
instructive; et c’est ainsi qu’en a jugé la Société en recevant communi¬ 
cation du fait intéressant rapporté par M. Moutard-Martin. 

Une jeune femme de 21 ans, bien réglée, peu maladive quoique d’une 
constitution délicate, entra à l’Hôtel-Dieu le 5 juillet 1850; Depuis 
quinze jours elle se plaint de courbatures et d’inappétence ; depuis trois, 
d’une céphalalgie fort intense. La veille, elle a été prise d’une douleur 
vive au-dessous du sein droit, accompagnée de quelques frissons irré¬ 
guliers. Examinée le matin même de son entrée, indépendamment des 
symptômes précédens, elle accuse de la dyspnée, sans toux et sans 
expectoration. Le pouls bat 96 fois à la minute. La poitrine n’offre au¬ 
cune déformation ; dans toute l’étendue du côté gauche la sonorité est 
normale, ainsi que dans la partie supérieure du côté droit ; mais la ma¬ 
tité est complète dans la moitié inférieure en avant et en arrière, presque 
complète sous l’aisselle. L’auscultation révèle une absence totale de 
bruit respiratoire dans la moitié inférieure du côté droit en arrière et 
même latéralement. On entend dans les mêmes points une égophonie 
très bien caractérisée. Partout ailleurs la respiration est naturelle. En 
faisant mettre la malade à genoux sur son lit, la matité ne change pas 
de position et les signes stétoscopiques restent aussi les mêmes. 

L’ensemble et l’anomalie de ces symptômes font croire à l’existence 
d’une pleurésie avec épanchement limité par d’anciennes adhérences. 
Tel fut le diagnostic porté par M. Moutard- Martiu et confirmé le lende¬ 
main par M. Chomel. Deux saignées de trois palettes pratiquées dans la 
Journée du 5 fournissent un sang couenneux. Le 6, tous les symptômes 
s’améliorent, mais les résultats de la percussion et de l’auscultation res¬ 
tent les mêmes. Vésicatoire. L’état général continuant à s’améliorer, la 
malade est en pleine convalescence le 22 juillet, quoique la matité, 
l’absence du bruit respiratoire et l’éphogonie n’aient subi aucun change¬ 
ment. 

Le 22 juillet la lièvre se rallume, et l’on voit paraître une variole 
discrète dont la dessiccation s’opère avec rapidité; quelques pustules s’ul¬ 
cèrent, la fièvre se maintient, les forces sont très déprimées. Le 3 août, 
nouvelle apparition du point de côté, dyspnée très forte, prostration 
considérable, douleurs articulaires très vives. Celles-ci augmentent en¬ 
core d’intensité au point de rendre tout mouvement impossible. 116 
pulsations, langue sèche ; érysipèle sur le nez et la joue gauche, bulles 
depemphygussur les membres inférieurs. Les jours suivans l’érysipèle 
s'étend au cUir chevelu et au cuu, le délire survient, le pouls s’affaiblit, 
et la malade meurt le 8 août. 

Voici le résultat de l’autopsie cadavérique : 

l'Absence totale d’épanchement dans la poitrine; 2° refoulement du 


poumon droit en avant et aDlaiissamcnt très prononcé de sa Lra pos¬ 
térieure; 3' refoulement de la partie postérieure du diaphra ne et 
sensation d’une tumeur fluctuante ayant son siège en arrière entre le 
diaphragme et les côtes jusque vers la quatrième côte; 4' le foie a 
éprouvé une sorte de mouvement de bascule, par suite duquel sa face 
supérieure est devenue antérieure, et. son bord antérieur se lr< uve 
rapproché de la colonne vertébrale. Le foie enlevé on voit une lumair 
située immédiatement au-dessus du rein droit, et se prolongea;)! par sa 
partie supérieure jusqu’au niveau de la quairiome côte et coillV'e par 
la capside surrénale comme l’est habituellement le rein. Cette tu¬ 
meur aplatie d’avant en arrière présente douze centimètres et dc;ui d’é¬ 
paisseur, dix de largeur et quinze au moins d’épaisseur, La tumeur 
ayant été ouverte, il s’en écoule un liquide filant, louche, conieniuit une 
grande quantité de fausses membranes analogues à celles de la pleuré¬ 
sie et sans aucune trace dlhydatides. On ne trouve rien dans tes articu¬ 
lations. 

Nous avons cru devoir t'etracer les principaux traits de cette intéres¬ 
sante observation; elle donne cependant une explication satisfaisante 
des symptômes observés pendant la. vie et fournit une nouvelle preuve- 
des erreurs inévitables auxquelles n’échappent pas même les praticiens 
les plus consommés.Toutefois, elle est loin d’être unique dans la science, 
ainsi que le prouve, entre plusieurs autres, le fait suivant, rapporté par 
M. Piorry. Une femme, atteinte d’une hypertrophie concentrique du 
cœur, succomba quelques jours après son entrée à rhôpital. A i’autop- 
sie, on tj'ouva h la vérité les parois du cœur fort épaisses, mais non le 
rétrécissement de l’aorte annoncé par rauscultation ; l’orifice aortique 
était même un peu dilaté ; mais il se trouvait comprimé par une tumeur 
hydatique du volume du poing ; c’est ainsi que môme dans ses erreurs 
la science fait admirer la justesse du diagnostic médical et l’exactitude 
de ses procédés d'investigation. 

Notre Société, l’une des premières. Messieurs, reconnut dans le chlo¬ 
roforme une découverte inappréciable qui marque une phase conso¬ 
lante dans les maux de l’humanité. Sur l’invitation de M. Trousseau, no¬ 
tre président d’alors, divers membres citèrent plusieurs exemples de 
l’emploi local du chloroforme dans , des .maladies diverses. Je vous rap¬ 
pellerai les communications, qui ont fixé, celte année, l’attention de la 
Société ; rime d’elles appartient à votre secrétaire-général. 

Il y a quelques mois, je fus appelé en toute hâte auprès de M. L..., 
représentant du peuple, que l’on croyait menacé d’une attaque d’apo¬ 
plexie. A son réveil, il.av^itétéprisdecrampesexcessivementdouloureu- 
sesdans la,partie latérale,gayche ducou. Ces douleurs revenaient par crises 
se rapprochant continuellement, et quoique M. L... soit d’un caractère 
très énergique, elles lui arrachaient des cris perçans. Assis dans un fau¬ 
teuil, n’osant faire aucun mouvement, il craignait même de parler, tant 
le retour des crises était affreux. Jamais pareille maladie ne s’était pré¬ 
sentée à mon observation; je la caractérisai de crampes névralgiques du 
muscle sterno-cléido-mastoïdien. J’envoyai chercher un linimeut ain.si 
composé : 

Chloroforme. 10 grammes. 

Huile ;CTainandes douces. 10, » 

La moitié fut répandue sur un gâteau d’ouate et appliquée sur la 
partie latérale du cou. Même application renouvelée dans l’après-midi. 
En moins d’une demi-heure, les crises avaient diminué d'intensité et 
s’étalent éloignées. A cinq heures du soir, il n’en restait qu’uile appré¬ 
hension pénible ; le malade craignait de les voir renaître s’il faisait le 
moindre mouvement ; mais il ne pouvait assez se féliciter d’un résultat 
aussi inespéré. Quoique le chloroforme n’eût aucunement provoqué le 
sommeil, je jugeai prudent de ne point le prescrire pendant la nuit. Il 
fut remplacé par une potion avec quelques centigrammes de codéine. 
Le lendemain, le malade put se lever, exécuter avec prudence des mou- 
vemens de tête et prendre de la nourriture. La guérison était complète, 
et depuis, la maladie ne s’est point reproduite. 

M. Laroche a combattu avec succès un cas de rhumatisme aigu par 
des applications locales de chloroforme et l’emploi intérieur du nitrate 
de potasse. Quoique , dans ce cas, il soit impossible de [révoquer eu 
doute l’efficacité du chloroforme, M. Martinet ne croit pas devoir lui at¬ 
tribuer exclusivement l’honneur de la guérison. Dans cette observation, 
ajoute notre collègue, il faut distinguer une action mixte ; le chloroforme 
a pu calmer la douleur locale, et le nitrate de potasse guérir les symp¬ 
tômes constitutionnels. 

Appelé auprès d’un malade souffrant d’un lumbago aigu, M. Boula 
appliqua sur la région douloureuse une serviette imbibée de 15 grammes 
de chloroforme ; quelques instans après, la peau rougit; il se déclara 
une douleur d’abord légère, qui augmenta graduellement, au point de 
devenir intolérable au bout de cinq minutes. La serviette fut enlevée ; le 
lumbago avait cessé ; il reparut un mois après, et céda au même moyen. 
Suivant M. Boulu, le chloroforme doit être employé pur, et exempt de 
tout mélange avec les corps gras. 

MM. Thomas et Trousseau sont d’avis que, dans le cas actuel, le 
chloroforme a agi par son action caustique ; d’après ce dernier, lors¬ 
qu’on le mêle h l’huile ou à la graisse, on ne conserve aucune incerti¬ 
tude sur l’action anesthésique. Mais, appliqué sur la peau, le chloro¬ 
forme est un corps fortement irritant ; il détermine une fluxion périphé¬ 
rique nuisible h l’absorption du médicament. Aussi, pour ces motifs, 
préfère-t-il, dans son emploi extérieur, le mêler avec des corps gras. 

Les membres de la Société spnt invités à faire connaître leur opinion 
et les résultats de leur pratique, relativement aux cautérisations de Thé- 
lix et du pharpx ; ils s’accordent tous à traiter cette méthode de bar¬ 
bare et d’irrationnelle. M. Gaffe l’a vue mettre en usage chez trois ma¬ 
lades, et chez un seul avec succès. Il rappelle qu’anciennemenî, un 
moine italien pratiquait dans la sciatique une cautérisation à l’extrémité 
du gros orteil, prétendant ainsi agir sur l’extrémité du nerf sciatique. 
Suivant M. Trousseau, cette dernière méthode est plus logique, tandis 
que la cautérisation de l’hélix ne s’explique pas. Il confesse cependaut 
l’avoir conseillée une fois à une.dame souffrant d’une sciatique rebelle; 
mais cette opération, horriblement douloureuse, ne fut suivie d’aucun 
bon résultat, et la maladie persiste encore. M. Trousseau a voulu aussi 
essayer de la caiitérisajâon.dàns un cas d’aphonie ; mais à peine le pin¬ 
ceau, légèrement trempédans l’ammoniaque liquide étendu d’eau, eut-iî 
touché le pharynx, qu’il survint une orthopnée épouvantable qui lui 









çausa (les craintes sÉrienses, mais fort heureusement passagères. Il vou - 
lut cependant cauiôriser avec pr(5caution le pharynx d’une dame atteinte 
d’un asthme (iiii avait résisté à tout. Elle fut presque suffoquée, mais non 
guérie ni soulagée. Depuis cette époque, il s’est abstenu de tout essai 
nouveau. Plusieurs membres de la Société n’ont pas été plus heureux 
<îue M. Trousseau; cependant M. Bonnafoat a eu recours quatre fois à 
îa cautérisation de l’hélix pour des cas de sciatique. Il a réussi deux fois, 
ta douleur fut suspendue chez le troisième malade ; il y eut insuccès pour 
îe quatrième. Il déclare qu’à l’avenir il n’hésitera pas à l’employer. 
M. Laugier ne veut pas qu’on rejette tout moyen extraordinaire, par 
■cela seul que le mode d’action est inexplicable. S’il lui était démontré, 
par un certain nombre de faits bien observés, que la cautérisation de 
l'hélix guérit des cas de sciatique rebelle, il ne balancerait pas à la con¬ 
seiller. Nous ne connaissons encore ni toutes les sympathies, ni les rap¬ 
ports secrets qui unissent dans l’économie tant de phénomènes dissem¬ 
blables. Il cite un exemple dont il n’est fait mention nulle part. Une per¬ 
sonne qu’il connaît parfaitement, éprouve, dans les fortes envies d’uri¬ 
ner, une douleur très vive dans les incisives, douleur qui disparaît aussi- 
tôtqite le besoin est satisfait. Ce phénomène, dont il atteste la réalité, ne 
lui semble pas moins extraordinaire que la guérison de la sciatique par 
la cautérisation de l’hélix avec le fer rouge. 

Il est peu de maladies dont la thérapeutique soit aussi précise, aussi 
certaine que celle des fièvres intermittentes ; car si un zèle louable 
pousse le praticien à chercher de nouveaux anti-périodiques, il sait du 
moins qu’il possède dans le sulfate de quinine un héroïque remède. 
Mais contrairement à ce qui arrive pour la plupart des maladies, la 
■question du siège des fièvres intermittentes est bien moins avancée que 
leur traitement. D’après une opinion fort accréditée, la fièvre intermit¬ 
tente réside dans quelqu’une des grandes divisions du système nerveux ; 
elle compte parmi ses partisans Bellini, Cullen, Boerhaave, Frank, 
MM. Rayer, Bouillaud, Nepple, Brachet, etc. ; suivant d’autres obser- 
Tateurs, la fièvre intermittente dépend d’une lésion des vaisseaux abdo¬ 
minaux. M. Audouard a indiqué la rate comme étant plus particulière- 
rement affectée dans cette maladie, et M. Piorry, dont les travaux Im- 
portans sont connus de tous les praticiens. Soutient qu’il n’y a pas de 
lièvre intermittente sans engorgement préalable de la rate. Enfin les 
partisans d’une troisième opinion assimilent la fièvre intermittente à un 
empoisonnement et voient dans l’infection des fluides le véritable siège 
de cette maladie. 

Pour M. Bonnafont, la question serait près d’être résolue si la théra- 
; peulique possédait des médicamens dont l’action subite se dirigeât 
’ spécialement soit sur la rate, soit sur le système nerveux. Aucun, sui¬ 
vant notre collègue, n’agit sur l’organe splénique, tandis que plusieurs 
•dont la science s’est enrichie, agissent directement sur le système ner- 
- veux, et c’est aux anesthésiques qu’il donne la préférence. 

Il y avait à l’hôpital d’Arras 17 militaires atteints de fièvres Intermit- 
' tentes, dont 5 à type quotidien et 12 à type tierce. 10 avaient la fièvre 
■pour la première fois, 2 pour la seconde et 5 pour la troisième, dont 
une contractée en Afrique. Pour mieux constater l’elHcacité de la mé¬ 
thode nouvelle, M. Bonnafont attendit que chaque malade eût, après 
son entrée à l’hôpital, depuis quatre Jusqu’à huit accès. 

Deux fiévreux furent soumis aux inhalations du chloroforme ; les au¬ 
tres témoignant de la répugnance à s’y soumettre, le chloroforme fut 
remplacé par l’éther. Le nombre des éthérisations nécessaires fut en 
raison directe de l’ancienneté de la maladie. Chez les 10 militaires at¬ 
teints pour la première fois, une seule suffît ; il en fallut depuis deux 
jusqu’à six chez les autres malades. 

Suivant M. Bonnafont, l’époque la plus favorable pour l’éthérisation 
est la sixième heure avant l’accès. Administrée plus tôt, l’accès avance 
d’une heure ou deux sans perdre beaucoup de son intensité ; plus tard, 
l’accès est seulement diminué. Chez tous les malades, l’éthérisation fut 
poussée seulement jusqu’à un commencement de résolution des mem- 
■Rres ; aussi l’état anesthésique ne durait point au-delà de 3 à A minutes. 
L’action de l’éther sur l’économie futsans inconvénient, et sauf une légère 
céphalalgie qui disparut très vite, les malades n’accusèrent aucun ma¬ 
laise. La plupart même en revenant à l’état normal se trouvèrent dans 
un état d’hilarité remarquable. 

Ces faits se passaient au commencement de 1850, et aucun des ma¬ 
lades ainsi traités n’eut de rechute dans le cours de Tannée, quoique 
quatre d’entre eux fussent entrés deux fois h l’hôpital dans le dernier 
semestre de 18A9. 

M. Bonnafont conclut de ses expériences que l’éthérisation agissant 
spécialement sur le système nerveux, et les accès fébriles cédant à l’é- 
îhérisalion, les fièvres intermittentes ont leur siège dans ce système, et 
non dans la rate dont la turgescence serait, dit-il, la conséquence et 
jamais la cause première des fièvres. Du reste, suivant notre collègue, 
aucun des quinze malades qu'il a traités ne ■présentait d^engor^e- 
ment splénique. 

La communication de M. Bonnafont provoque diverses observations 
soit sur le siège, soit sur la thérapeutique des fièvres périodiques. Dans 
«n voyage deM. Thomas en Italie, M. Capello, de Rome, et M. Salva- 
tore de Rengi, de Naples, ont remis chacun à notre collègue une note 
sur cette question importante. Il résulterait de leur longue pratique, 
i" que l’engorgement de la rate est toujours effet et jamais cause des 
fièvres intermittentes ; 2° que souvent ces lièvres existent sans la plus 
légère hypertrophie de cet organe. M. Grimaud prétend de son côté 
que non seulement la rate, mais encore le foie et tous les viscères ab¬ 
dominaux sont malades dans la fièvre intermittente. Il préfère à tous les 
■anti-périodiques connus le sulfate de cadmium, dont il a retiré les 
plus heureux résultats, même dans les fièvres d’Afrique, rebelles h 
tout traitement. 

M. Bessières convient qu’on peut enrayer un accès avec une potion 
êthérée et par d’autres moyens encore. Mais l’éther n’ayant aucune ac¬ 
tion sur la rate, les accès reviennent à coup sûr. Il s’étonne au dernier 
point que M. Bonnafont n’ait point rencontré l’engorgement de cet or¬ 
gane chez un seul de ses quinze malades. Quant à lui, il a constaté cette 
altération sur tous ceux qu’il a observés. M. Piorry témoigne sa sur- 
■prise plus vivement encore que M. Bessières; l’assertion de M. Bonna- 
font sq trouve démentie par les milliers de faits puisés dans sa prati¬ 
que. Partout où il y a fièvre d’accès, toujours et.sans exception, la rate 
présente de 7 à 8 centimètres de hauteur, et j’affirme, dit notre collè- 


34 

gue, que l’organe splénique est le seul qu’on trouve constamment ma¬ 
lade. M. Piorry désirerait savoir quelle est la méthode employée par 
M. Bonnafont pour constater l’état de la rate; ce n’est pas chose aussi 
facile qu’on le pense; les membres de la commission nommée par la 
Société, il y a un an, ont pu s’en convaincre. Il ne met point en doute 
l’habileté de M. Bonnafont, mais connaissant par une longue expérience 
les difficultés d’un diagnostic exact pour les personnes qui ne sont pas 
familiarisées avec la plessimétrie, il ne saurait admettre qu’il se soit 
rencontré quinze malades atteints de fièvres Intermittentes sans engor¬ 
gement splénique. 

M. Piorry ne nie point que l’éther, comme le café, ne puisse arrê¬ 
ter un accès de fièvre intermittente, mais on n’obtiendra jamais par ces 
moyens des guérisons aussi sûres qu’avec le sel marin. Depuis la com¬ 
munication faite à la Société, il a encore employé huit fois le muriaie 
de soude et constamment avec le résultat le plus satisfaisant. Cependant 
M. Bonnafont ayant guéri quinze fiévreux sans récidive par la seule 
éthérisation, ce résultat lui paraît digne d’attention, et suivant le vœu 
que lui expriment divers membres de la Société, il offre ses salles à M. 
Bonnafont pour y faire de nouvelles expériences. 

Dans la séance du 3 avril, M. Fauconneau-Dufresne vous a commu¬ 
niqué une observation sur un cas de rupture de la rate dans Cesto- 
mac ; en voici le résumé. M. D..., capitaine du génie, âgé de 50 ans, 
avait habité dans sa jeunesse Cayenne, le Sénégal, la Martinique, et 
payé son tribut aux maladies endémiques de ces parages, dyssenterie, 
fièvre jaune et fièvres intermittentes. Par suife de ces dernières, il por¬ 
tait une tuméfaction énorme de la rate. Le 28 mai 1851, après des 
courses fatigantes, il montait péniblement la rue Blanche et fut pris d’un 
léger vomissement de sang. Rentré chez lui, il rejeta en moins d’une 
heure une quantité de sang évaluée à 6 ou 7 livres au moins. Le sang 
se composait de caillots et d’une partie liquide ; sa couleur était assez 
rouge, et sa surface recouverte d’écume. Le docteur Gardet, appelé 
d’abord, avait prescrit une application de glace sur l’estomac, des mor¬ 
ceaux de glace à l’intérieur ainsi qu’une potion calmante, du tannin, et 
du sirop diacode. Lorsque M. Fauconneau-Dufresne arriva auprès du 
malade, il trouva ses traits décomposés, les extrémités froides, le pouls 
filiforme. La rate avait disparu, on en sentait seulement une partie as¬ 
sez dure et inégale au-dessous des fausses côtes. 

Le lendemain, un peu de réaction s’était établie, le pouls avait repris 
du volume et battait 84 fois par minute. Il ne s’était déclaré pendant la- 
nuit ni selles ni vomissemens, non plus que de la douleur ou du météo¬ 
risme du ventre. Les jours suivons, aucun nouvel accident ne se ma¬ 
nifesta. Les lavemens amenèrent pendant quelques jours des selles san¬ 
guinolentes, provenant sans aucun doute d’un peu de sang qui avait suivi 
le cours naturel des matières. Le malade fut maintenu par prudence 
dans la position horizontale, h l’usage du bouillon froid et de l’eau aci¬ 
dulée glacée. 'Vers le sixième jour, M. Fauconneau-Dufresne lui pres¬ 
crivit de légers potages, quelques laits de poule et de l’eau rougie; son 
pouls se remplissait notablement, l’appétit et les forces commençaient 
à revenir; mais déjà la rate avait repris du volume, et les inégalités 
mentionnées plus haut étaient descendues des fausses côtes au niveau 
de l’ombilic. Enfin le malade entra en convalescence et reprit des for¬ 
ces; M. Fauconneau-Dufresne le rencontra vers la mi-août à Vichy et 
trouva son état général assez satisfaisant. Mais la rate était revenue à 
ses anciennes dimensions, et si les eaux de Vichy n’én réduisent pas le 
volume, le malade restera sous le coup des mêmes accidens. Et d’ail¬ 
leurs, celui qui a fourni la matière de l’observation précédente n’est 
pas le premier de ce genre. Au mois d’août 1849, M. le capitaine D... 
s’embarquant pour la Martinique par un très mauvais temps, crut de¬ 
voir faire un repas copieux pour moins souffi'ir de la mer. Il n’en eut 
pas moins des vomissemens d’une violence extrême, suivis d’une hé¬ 
morrhagie effrayante. Suivant le malade, la quantité de sang rejetée par 
l’estomac et l’intestin était double de celle qu’il a perdu à sa seconde 
attaque. Le volume de la rate avait complètement disparu. A la suite 
de cette première hémorrhagie, il était survenu des désordres graves, 
une ascite et un œdème presque général, qui cédèrent difficilement à 
l’emploi de moyens variés, après plusieurs mois de traitement. 

Le pronostic porté par M. Fauconneau-Dufresne s’est promptement 
réalisé ; vers le milieu du mois d’octobre, M. D... éprouva une 3“' atta¬ 
que, en ciuelque sorte foudroyante, et vomit plusieurs litres de sang. Les 
détails que nous a fournis notre collègue M. Barthez, médecin en chef 
de l’hôpital militaire de Vichy, qui a vu le malade à plusieurs reprises, 
et en dernier lieu le 5 janvier dernier, montrent une analogie complète 
des symptômes avec ceux des attaques précédentes. Cependant, malgré 
leur gravité excessive, M. D... s’est rétabli. 

D’après ces détails, ajoute M. Fauconneau-Dufresne,!! est impossible' 
de ne point admettre que le sang produisant la tuméfaction de la rate 
ne se soit fait jour dans l’estomac; mais par quelle voie cette commimi- 
cation a-t-elle eu lieu? Ce n’est point assurément par l’intermédiaire des 
petits rameaux artériels et veineux renfermés dans l’épiploon gasüio- 
splénique; car, malgré le rôle important que les auceurs leur fontjouer 
sous le nom de vaisseaux courts., ainsi qu’on peut le voir dans quel¬ 
ques faits assez vagues rassemblés dans la lettre Sfî”” de Morgagjii, on 
comprendrait difficilement comment ces vaisseaux auraient pu donner 
passage, en aussi peu de temps, à une telle quantité de sang. Il est plus 
probable que la rate, gonflée depuis longtemps et altérée dans sa subs¬ 
tance, a dû contracter des adhérences avec l’estomac, et qu’uae perfo¬ 
ration a fait communiquer ces organes l’un avec l’autre. Ce résultat ne 
saurait surprendre le praticien quand on voit le pus se faire jour à de 
grandes distances, par exemple, un abcès hépatique se vider par les 
bronches. 

Pour montrer la possibilité de l’accumulation d’une aussi grande quan¬ 
tité de sang dans le parenchyme de la rate, notre confrère décrit rapi¬ 
dement les altérations qui constituent la splénomalaxie ; sous l’influence 
d’une active et énergique congestion sanguine, cet organe se remplit de 
sang noir liquide, se ramollit et se réduit en une bouillie rouge noirâtre 
où l’on ne trouve plus aucune trace d’organisation. Il résulte de plu¬ 
sieurs faits cités dans le traité des fièvres intermittentes de 'Bailly (de 
Bloisj, que dans ces circonstances J’enveloppe fibreuse s’e'jt crevassée 
en plusieurs endroits et dans une assez grande étendue. L’un de ces faits 
vient à l’appui de l’explication fournie par M. Faucontieau-Dufresne : 
« La membrane extérieure, dit Bailly, était adhérente au colon 


transverse elle ressemblait à une vessie vide, et la substance de 
viscère s’était échappée par un trou qui existait au centre de son 
adhérence avec le colon. 

M. Fauconneau-Dufresne fait remarquer en outre la rareté dans nos 
climats de ces ramollissemens extrêmes de la rate, de ces amas de san» 
qui prennent la place de cet organe, tandis que dans les pays intertro, 
picaux, dans ceux particulièrement où régnent les effluves marécageuses 
délétères, ces affections sont assez communes. Le foie lui-mêine 
peut alors en devenir le siège ; notre collègue rapporte à ce sujet une 
observation tirée de l’ouvrage de James Johnson, intitulé : De l’in, 
fluence des climats intertropicaux sur la santé des Européens, ofr, 
servation dans laquelle on voit ce viscère converti en un véritable cail¬ 
lot. Enfin M. Fauconneau-Dufresne provoque sur sa communication les 
réflexions de ses collègues, et particulièrement celles de M. Piorry, qnj 
s’est livré avec tant de suite h ^es recherches approfondies sur tout ce 
qui concerne les affections spléniques, 

M. Piorry s’empresse de répondre à l’appel qui vient de lui être fait. 
Il insiste sur la fréquence des hémorrhagies dans les splénopathies, et 
rappelle que dans les additions à SO'U travail sur ce sujet, insérées h la fiu 
du sixième volume du Traité de médecine pratique, il a cité plusieurs 
observations de cette nature. Parmi ces hémorrhagies, les unes se ma- 
nifestent avant que l’on ait fait prendre de fortes doses de quinine, les 
autres se sont déclarées après une diminution rapide de la rate, produite 
par l’emp'ol du sel de quinquina, de sorte qu’on ne saurait les attri- 
buer à l’action de ce médicament. Dans l’une des observations, l’hé- 
morrhagie s’était produite subitement dans le tissu cellulaire de fais- 
selle, où apparut une tumeur considérable, fluctuante, non entourée 
d’indurations, et qu’on aurait pu prendre pour un abcès. Le malade 
mourut. On trouva l’espace axillaire en quelque sorte disséqué par le 
liquide; aucun vaisseau n’avait éprouvé de solution de continuité. La 
rate était énorme, malgré les fortes doses de sulfate de quinine admi¬ 
nistré contre la fièvre. On y plongea un scalpel qui donna issue à un li- 
tre de sang à demi coagulé, tout à fait pur. Dans une autre observation, 
une hémorrhagie abondante s’était manifestée par l’estomac ;/e sang 
vomi était complètement coagulé, épais, boueux, brun-noirâtre, 
analogue à celui que, d'ordinaire, on trouve dans la rate. La. réfri¬ 
gération locale, le ratanhla , la compression locale , furent iinpuissans 
pour arrêter les accidens. L’autopsie montra une rate énorme, offrant 
sur quelques points des concrétions de fibrine décolorée, du volume 
d’une noisette ; l’estomac ne présentait aucune lésion morbide qui ait 
pu le faire communiquer avec la rate ; il contenait du sang à demi- 
coagulé de la même apparence que le liquide vomi. Les poumons étaient 
pâles, affaissés le long de la colonne vertébrale, le foie décoloré et vo¬ 
lumineux, le cœur pâle, petit et flasque ; le sang que contenaient celui-ci 
et les gros vaisseaux était analogue à celui de la rate et de l’estomac. 
Ces diverses circonstances font dire à M. Piorry que l’accident signalé 
dans le fait si intéressant de M. Fauconneau-Dufresne, peut se produire 
sans qu’il existe une communication fistuleuse entre la rate et l’estomac. 
Notre collègue cite encore plusieurs exemples d’hémorrhagies qui te¬ 
naient à des splénopathies ; il les attribue, ainsi que les précédens, à la 
gêne que cette dernière affection détermine dans la circulation générale, 
et s’abstient, du reste, d’en donner une explication plus précise. 

Depuis la découverte de l’électricité, et particulièrement du galva¬ 
nisme, il est peu d’observateurs qui n’aient manifesté la tendance d’ax- 
pliquer les fonctions vitales par l’intervention de cet agent. En considé¬ 
rant sa puissance et son analogie avec le principe animateur de nos 
organes, il était surtout naturel de croire à son efficacité comme agent 
tliérapeulique. Jallabert, de Genève, publia le premier des expériences 
sur l’électricité avec quelques conjectures sur la nature de ses ef¬ 
fets. La guérison d’un paralytique lui avait fait croire, comme à beau¬ 
coup de savans, que la médecine avait trouvé dans l’électricité un re¬ 
mède presque universel. La publication de cet ouvrage fut suivie de 
ceux de Louis, Dehaën, Brydone, Falconer, Thillaye fils, etc,, etc. ; 
mais il faut reconnaître que, préconisée dès l’origine avec enthou¬ 
siasme, l’électricité ne tarda pas h tomber dans un discrédit complet. 
Depuis, malgré les progrès de la science, malgré les efforts de quelques 
savans etune application plus intelligente et plus rationnelle de cet agent, 
il n’a pu prendre rang dans la thérapeutique, et n’â été employé de 
nos jours qu’à titre de méthode exceptionnelle. 

Je ne me propose pas. Messieurs, de reproduire avec détail les. deux 
communications de M. Duchenne, sur cette branche importante de la 
science. D’ailleurs, toutes les opinions de l’auteur se trouvent dans^les 
mémoires qu’il a présentés à l’Académie des sciences, et la presse a 
rendu justice aux faits principaux qui forment la base de sa méthode 
d’électrisation. M. Duchenne s’est efforcé de prouver que les appareils 
d’induction à double courant sont les seuls qui fournissent une électri¬ 
cité vraiment médicale. Ces appareils sont doués de propriétés qui lui 
permettent de diriger h son gré la puissance électrique dans chacun des 
nerfs, des muscles', de la limiter à la périphérie du corps, ou de la diri¬ 
ger au loin dans la profondeur des organes sans l’intervention de l’acu¬ 
puncture. Indépendamment des applications thérapeutiques nouvelles 
dans les lésions de la contractilité et de la sensibilité, M. Duchenne est 
parvenu à démontrer les fonctions de certains appareils musculaires à 
l’aide de l’électrisation localisée ; celle-ci lui a permis, selon l’heureuse 
expression de M, le professeur Bérard, de créer une sorte de myologie 
animée. La plupart de ces expériences ont été répétées devant vous et 
appréciées à leur juste valeur. Je passe donc sous silence les découvertes 
de notre collègue sur les fonctions des interosseux de la main, des mus¬ 
cles de l’épaule, des Intercostaux et du diaphragme, pour rappeler à 
votre attention les deux malades que M. Duchenne vous a présentés, et 
sur lesquels le traitement magnétique électrique a produit une amélio¬ 
ration vraiment remarquable. 

Le premier, appelé Bonnard, estun mécanicien, âgé de 30 ans, d’une 
vie régulière et sans antécédens maladifs. Mais, après les événemens de 
1848, ayant dû forcer son travail, il ne tarda pas à éprouver une grande 
faiblesse musculaire et moins d’habileté manuelle. Il prolongea dès loi'S 
les heures de travail et s’imposa des privations. En quelques mois ses 
membres s’amaigrirent, le membre supérieur gauche principalement, fl 
n’en continua pas moins son état jusqu’en 1850, époque à laquelle il 
dut renoncer h toute espèce de travail ; il déclare toutefois n’avoir jamais 
eu de douleurs musculaires. M. Duchenne le vit pour la première fois 









, ^ décembre. Il constata que le membre supérieur gaucbe était 
""coup plus atrophié que le droit. Les fléchisseurs de l’avant-bras sur 
avalent presque complètement disparu ; on ne retrouve plus ks 
des radiaux. Les troncs des grands pectoraux sont effacés; les 
é es n’offrent qu’un petit nombre de libres sur les bords externes 
moitié supérieure. Les grands dorsaux sont entièrement atro- 
Chose remarquable! à côté des muscles ainsi disparus, les mus- 
. Jnisins sont très développés. Ainsi, les deltoïdes, les sus et sous- 


^.''"'"nt-bras sur le bras est perdue depuis six mois; de sorte que ce 
^Jlheûreux, réduit à l’usage du bras droit, ne peutrien faire pour gagner 

**L’électrisation localisée h haute dose fut appliquée chaque jour sur 
scies du bras gauche, et à la fin de la seconde semaine le malade 
(ait déjà la main à la tête. Le biceps se développa à vue d’œil. Après 
moi® de traitement il put travailler quelques heures , et au bout 
® tre, il fut on état de pourvoir, par son travail, à la nourriture de 
® famille- Malheureusement, M, Dnchenne ayant peu de temps à donner 
f malade, concentra le traitement sur les muscles du bras; cepen- 
^ l’action qu’il dirigea par intervalle sur ceux du tronc, dans un but 
d’étude physiologique, rendit quelque activité au grand pectoral, aux in¬ 
costaux et au diaphragme; aujourd’hui, le malade peut faire de lon- 
courses et monter les escaliers sans la moindre gêne de la respira¬ 
tion, ce qui n’était point autrefois. 

Nous regrettons, avec M. Duchenne, que ce malade, forcé de repren¬ 
dre son travail pour soutenir sa famille, n’ait pu continuer son traite¬ 
ment jusqu’à la guérison complète de l’atrophie musculaire, combattue 
I gyce tant de succès par l’application de l’électrisation localisée, 
î La seconde observation est relative à un étudiant en médecine, qui, 
étant à la chasse, reçut une charge de plomb à bout pourtant. Celle-ci 
pénétra par la face palmaire de la main droite au niveau du carpe, et 
glissant obliquement au-devant de lui, alla s’arrêter sous la peau de la 
région antibrachiale postérieure, à six ou sept centimètres au-dessus du 


les rhomboïdes offrent une masse considérable, La flexion de 


*"^51. X*** éprouva dans la main blessée un grand engourdissement, 
mais peu de douleurs ; durant plusieurs heures après l’accident, il put 
mouvoir les doigts de la main et leur faire exécuter les mouvemens d’ex¬ 
tension, de flexion et d’abduction. Il n’y eut ni hémorrhagie, ni accidens 
consécutifs, et deux mois après, la cicatrisation était complète. Mais 
alors la main était considérablement amaigrie et peu apte à ses usages 
habituels. Aucun changement ne se fit jusqu’au moment où M. X*** s’a¬ 
dressa à M. Duchenne, et voici les particularités que présentait cette 
main ; veines dorsales à peine visibles , température notablement dimi¬ 
nuée, sentiment de froid, transpiration nulle ; sensibilité obtuse, princi- 
i paiement dans le tiers interne de la main. Les deux dernières phalanges 
[ de l’annulaire et de l’auriculaire sont constamment fléchies sur la pre- 
î mière, qui se trouve elle-même dans une extension forcée sur les méta¬ 
carpiens. Le tendon fléchisseur de l’auriculaire est adhérent à la peau du 
carpe et ne permet pas l’extension des dernières phalanges de ce doigt, 
tandis que pour l’annulaire ces mêmes phalanges peuvent être redressées 
immédiatement. Les autres doigts et le pouce jouissent de leurs mouve¬ 
mens; mais ceux de l’index et du médius sont assez difficiles pour que le 
I malade ne puisse s’en servir pour écrire etdessiner. 

L’excitation électrique dirigée sur les muscles de la main deux à trois 
fois par semaine, pendant un mois, y ramena presqu’à l’état normal la 
sensibilité, la température eth transpiration. M. X*** écrit maintenant en 
fléchissant et en étendant les doigs qui tiennent la plume; la force y re¬ 
vient rapidement. La main est moins décharnée, la première phalange 
(le l’annulaire moins renversée sur les métacarpiens ; les deux dernières 
phalanges s’étendent mieux. L’amélioration obtenue au moment où M. 
Dttchenneprésenta'ce malade à la Société est d’autant plus remarquable, 
que la lésion provenant d’une cause traumatique datait de 1846. Cette 
lésion, sans aucun doute, se rapporte au nerf cubital de la partie infé¬ 
rieure de l’avant-bras. Je me vois forcé. Messieurs, à cause de l’étendue 
de ce rapport, de passer sous silence des considérations physiologiques 
extrêmement curieuses présentées parM. Duchenne. La Société, captivée 
par l’intérêt de ses communications, vote des remercîmens h notre col¬ 
lègue, et l’engage à continuer des recherches qui font connaître une ac¬ 
tion nouvelle et une application rationnelle de l’électricité; les physiolo¬ 
gistes et les praticiens y puiseront d’utiles enseigneraens. 

M. Reis a communiqué à la Société une note sur la statistique des 
décès constatés dans le quartier des Ghamps-Élysées, du 1" mars 1850 
au 1" mars 1851. Vous connaissez sur cette question les travaux d’en¬ 
semble publiés par MM. Trébuchet et Villermé, dont les recherches 
contiennent, en outre, des indications hygiéniques fort importantes. 
Quoique borné à un seul quartier, et ne comprenant qu’une seule an¬ 
née, le mémoire de notre collègue montre toute l’exactitude des résul¬ 
tats obtenus par ces deux savans observateurs. Nous y voyons que sur 
une population de 24,000 habitans environ, la mortalité a été de 402, 
c’est-à-dire de 16 1/2 sur 1,000. Dans la statistique de M. Trébuchet, 
pendant la période décennale de 1839 h 1848, elle se trouve de 16,59 
pour le premier arrondissement tout entier. Jamais résultats statistiques 
n’avaient présenté une concordance plus remarquable. Les mois de 
septembre et de novembre ont offert le plus grand nombre de décès. 
Comme toujours, la phthisie figure au premier rang parmi les causes de 
■ la mortalité générale ; elle fournit à elle seule 79 cas : c’est la propor¬ 
tion effroyable de 1 décès sur 5, proportion déjà assignée par Sydenham 
pour les ravages de cette terrible affection. L’aphorisme d’Hippocrate : 
l'automne est fatal aux phthisiques, s’est trouvé en défaut dans la sta¬ 
tistique de M. Reis, comme dans la plupart des observations modernes; 
c’est le mois de mai qui a présenté le plus grand nombre de décès pour 
cause de phthisie. J’abrège, Messieurs, car il faudrait reproduire le mé¬ 
moire tout entier. En le rédigeant, M. Reis n’a pas prétendu enrichir 
beaucoup la statistique, dont lesdéductions.pourobtenirquelque valeur, 
ont besoin de faits nombreux et recueillis durant une longue période ; 
notre collègue a voulu démontrer, et la Société pensera comme lui, que 
l’étude de la mort elle-même n’est pas stérile pour le médecin, et que 
l’observation raisonnée du nombre et de la cause des décès présente 
des déductions précieuses au point de vue de la pathogénie et de l’hy¬ 
giène publique. 

La Société médicale de Chambéry vous a adressé le compte-rendu 


35 

de ses travaux pendant les années 1848, 1849 et 1850. M. Gaffe est 
chargé de vous en faire un rapport. L’un de vos anciens présidons, 
M. Piorry, vous a fait hommage d’un exemplaire de son atlas de plessi- 
métrie. En raison de l’importance de ce travail, représentant en 42 plan¬ 
ches tous les résultats de la percussion, vous avez désiré que M. Sée 
vous en rendît compte dans l’une de nos prochaines séances. Vous aviez 
renvoyé à mon examen le Traité de l'affection càlculeuse du foie et 
du pancréas, de M. Fauconneau-Dufresne. Le travail que je vous ai 
lu a été inséré dans I’Onion Médicale. J’ai rendu justice h l’auteur de 
tant de recherches importantes sur les maladies de l’appareil biliaire ; le 
corps médical a sanctionné le jugement que j’ai porté en votre nom sur 
un traité où se retrouvent à chaque page l’érudition choisie et les con¬ 
naissances du savant praticien. 

M. Moutard-Martin vous a présenté avec son esprit de judicieuse 
critique, une analyse de la dissertation de M. Sée sur la chorée. Suivant 
le rapporteur, cette dissertation est la monographie la plus complète 
que possède la science sur une maladie parfois si capricieuse et si re¬ 
belle. M. Sée avait surtout pour but de démontrer la coïncidence fré¬ 
quente de )a chorée avec le rhumatisme et les maladies du cœur, l’une 
de ces affections dérivant souvent de l’autre. L’Académie de médecine 
a couronné le mémoire de M. Sée ; un tel résultat me dispense de tout 
autre éloge, il suffit pour faire apprécier son importance pratique. 

Enfin, M. Gerise vous a fait un rapport sur la thèse inaugurale de 
M. Leroy-d’Etiolles fils, que vous avez admis dans la Société à votre 
dernière séance. C’est une bonne fortune pour notre nouveau collègue 
d’avoir eu pour appréciateur et pour juge un écrivain qui réunit au 
charme du style la richesse do l’imagination. La thèse de M. Leroy-d’E¬ 
tiolles méritait cet honneur ; elle a pour titre : De la paralysie pro¬ 
duite par les désordres des organes génitaux-urinaires. Stanley a 
vu sept fois cette sorte de paralysie survenir à la suite de néphrites ; 
M. Rayer a également appelé l’attention des praticiens sur cette maladie 
dont il cite des exemples remarquables. Aux observations de ces deux 
médecins, M. Leroy-d’Etiolles fils a réuni les siennes propres, et toutes 
présentent un véritable intérêt. Cette thèse est un heureux début pour 
notre jeune collègue ; il a su rappeler dans un sujet nouveau les décou¬ 
vertes qui ont valu au nom de son père une juste célébrité. 

Tel est. Messieurs, le résumé fort incomplet de vos travaux scientifi¬ 
ques pendant l’année qui vient de s’écouler. Mais tout en vous y livrant, 
vous n’avez pas perdu de vue les intérêts professionnels que vous avez 
en quelque sorte mission de sauvegarder. La Société du septième ar¬ 
rondissement a appelé votre sérieuse attention sur une question délicate 
dont il semble urgent de s’occuper. Un de ses membres a été traîné sur 
les bancs de la police correctionnelle pour n’avoir pas déclaré à la 
mairie le produit d’une grossesse très peu avancée. Les lois ne disent 
rien de l’époque où cette déclaration doit être faite. La Société du sep¬ 
tième arrondissement réclame le concours des autres Sociétés à l’effét 
d’adresser une requête collective au ministre de l’intérieur et au con¬ 
seil d’Etat pour faire juger une question si importante. 

Une courte discussion engagée sur cette communication n’a pas été 
dépourvue d’intérêt. M. Boulu vous a rapporté qu’appelé l’an dernier 
à donner des soins à une dame qui venait de faire une fausse couche, 
il était disposé à faire disparaître le.petit fœtus; mais par suite des con¬ 
seils d’un médecin de l’état civil, il changea d’avis, et les employés de 
la mairie lui dirent que la déclaration était nécessaire à toutes les épo¬ 
ques de la grossesse. M. Barthez, inspecteur des décès, fait remarquer 
combien la question est douteuse ; il a été membre d’une commission 
nommée pour l’examiner ; celle-ci se sépara sans avoir pu formuler une 
opinion capable de servir de guide aux praticiens. Je vous ai cité moi- 
même, Messieurs, l’exemple d’une jeune Américaine atteinte d’hémor- 
rhoïdestrès douloureuses pour lesquelles une opération lui fut pratiquée 
par l’un des premiers chirurgiens de la capitale. On ignorait son état de 
grossesse ; elle fit une fausse couche de trois mois et mourut de phlé¬ 
bite. Le fœtus ne fut point présenté; l’autorité avertie, dirigea des pour¬ 
suites contre le médetin qui fort heureusement ne fut pas condamné. 
Vous le voyez. Messieurs, il est indispensable que cette question liti¬ 
gieuse soit enfin jugée. La loi est muette, aucun règlement d’administra¬ 
tion n’en parle; mais en attendant que la législation ait prononcé, le 
médecin comprendra la nécessité de faire la déclaratien des produits de 
la grossesse à toutes ses périodes. La Société nomma MM. Barthez et 
Boulu ses délégués auprès de la commission centrale des Sociétés d’ar¬ 
rondissement. 

Un médecin qui avait formé le projet d’une association philanthropi¬ 
que sous le nom de Providence médicale, vous écrivit afin de vous in¬ 
viter à désigner deux jeunes praticiens du premier arrondissement 
pour en faire partie. Il vous fut en même temps donné connaissance du 
rapport et des conclusions d’une commission nommée par la Société du 
quatrième arrondissement pour juger l’utilité et la moralité d’une telle 
association ; rapport et conclusion défavorables. Après une courte dis¬ 
cussion, la Société ne voyant dans l’institution projetée qu’un système 
organisé de médecine au rabais, à l’unanimité passa à l’ordre du jour. 

Il me reste maintenant, Messieurs, à vous entretenir du mémoire de 
M. Boulu sur nos intérêts professionnels, et du rapport de M. Des- 
paulx-Ader sur ce mémoire ; vous avez encore présentes à la pensée 
les vives sympathies qu’ils ont rencontrées dans cette enceinte. Je re¬ 
grette qu’on n’ait pas encore voté sur les conclusions ; jusqu’à ce vote 
définitif, la plus grande réserve m’est imposée, car il ne m’appartient 
pas de devancer le jugement de la Société; je me bornerai donc à un 
petit nombre de considérations sur le travail de nos deux honorables 
collègues. 

Dans le mémoire qu’il vous a présenté, M. Boulu a fait ressortir tout 
le prix de vos séances au point de vue scientifique. Toutefois, suivant 
notre collègue, nos Sociétés ont rendu de plus grands services encore, 
en établissant entre les praticiens d’un même arrondissement des rapports 
de bonne et sincère confraternité. Il serait à désirer que tous, sans 
exception, en fissent partie. Mais au début de leur carrière les jeunes 
médecins devraient sentir plus particulièrement le besoin de se réunir à 
leurs confrères, auprès desquels ils trouveront toujours un bienveillant 
intérêt et de sages conseils, M. Boulu exprime le désir et le vœu de voir 
appelés au sein de la Société, non seulement les médecins honorables, 
mais encore les pharmaciens. 

Notre collègue, entrant ensuite dans le vif de la question, attaque de 


front le charlatanisme dont il signale les plus effrontés et les plus dan¬ 
gereux apôtres titrés ou non titrés. Si on calcule, dit-il, ce que gagnent 
chaque année tous les charlatans au détriment des médecins et non sans 
dommage pour la santé publique, on arrive facilement à plusieurs mil¬ 
lions. M. Boulu prévoyant d’avance les objections qui lui seront faites 
sur la difficulté de s’opposer à l’envahissement toujours croissant du 
charlatanisme, propose de nommer une commission qui se réunirait et 
se concerterait avec la commission centrale des médecins de Paris. Les 
journaux scientifiques seraient invités h refuser l’insertion de toute an¬ 
nonce suspecte. On engagerait les pharmaciens à cesser la vente des re¬ 
mèdes secrets et de certaines compositions prétendues spécifiques. Quant 
aux brochures, aux réclames et aux affiches indécentes, la commission' 
les signaleraità la justice, et si elle ne pouvait obtenir de condamnation 
contre un genre de culpabilité qui échappe trop souvent à la vindicte 
des lois, elle les dénoncerait courageusement à l’opinion publique» 
qu’elle tiendrait en garde contre des annonces fallacieuses et des pro¬ 
messes sans pudeur et sans foi. 

M. Boulu désirerait en outre que la commission s’occupât de la ques¬ 
tion des honoraires ; il signale diverses améliorations qui pourraient fa¬ 
cilement être introduites dans nos usages, sans que la dignité des méde¬ 
cins pût en souffrir : « Nous rendons assez de services gratuits, ajoute- 
M. Boulu, pour ne pas craindre d’adresser des réclamations h l’autorité- 
chargée de faire exécuter les lois relatives h l'exercice de la médecine. 
Dans ces derniers temps, nos plaintes se sont élevées avec plus de force; 
en échange de si nombreux services rendus avec tant de dévoûment» 
qu’avons-nous obtenu ? Le rétablissement de la patente une année après 
l’épidémie de 1849. » Notre collègue termine en formulant des conclu¬ 
sions pratiques qu’il soumet avec confiance aux délibérations de ses col¬ 
lègues. 

Je n’ai pas besoin de vous rappeler, Messieurs, l’impression que fit 
sur vos esprits le mémoire de M. Boulu. La Société, comprenant la né- 
nessité de donner une suite sérieuse aux questions soulevées, et de juger 
les moyens d’application, renvoya ce mémoire à l’examen d’une com¬ 
mission composée de MM. Piorry, Boulu, Gaffe et De.spaulx-Ader. Dans 
la séance du 6 novembre, cette commission vous fit son rapport par 
l’organe de ce dernier. Vous aviez le droit d’espérer que des questions 
aussi graves pour l’avenir professionnel seraient étudiées avec cet esprit 
d’élévation et d’indépendance dont ces membres ont donné des preuves 
multipliées dans le cours de leur honorable carrière. Je ne dirai pasque 
votre attente a été surpassée, mais elle a été pleinement justifiée, et cela 

• doit suffire. 

M. Despaulx-Ader remercie M. Boulu de sa courageuse initiative, an 
nom (le la Commission et de la Société tout entière. L’attitude de celle-ci, 
en entendant le vigoureux plaidoyer dirigé contre le charlatanisme, permet 
d’espérer que notre collègue ne sera pas seul à combattre les abus dont 
nous souffrons tous. Cependant, il faut en convenir, ajoute M. Despaulx- 
Ader, c’est l’indifférence qui tue notre profession, l’esprit de corps nous- 
manque complètement, et si jamais notre voix ne s’est fait écouter, 
c’est que jamais nous n’avons été unanimes. La détresse fâcheuse signa¬ 
lée dans presque tous les rangs de la famille médicale, doit être attri¬ 
buée à notre isolement, et plus encore aux transfuges de notre propre 
cause, aux détracteurs de nos efforts ; ils se taisent parce qu’ils sont 
heureux, les réformes leur sont indifférentes, parce qu’ils ne souffrent 
pas. L’honorable rapporteur invite les médecins qui comptent plu¬ 
sieurs années d’exercice, à faire un pas en arrière, à se rappeler les 
difficultés qu’ils ont rencontrées , les serremens de cœur qu’ils ont 
éprouvés en voyant s’évanouir tant de douces illusions, avant d’arriver, 
non pas à la fortune, mais h une position médiocre. En présence de ces 
souvenirs pénibles, ils n’hésiteront pas à joindre leurs efforts à ceux de 
leurs collègues moins hetire-jx, pour relever la profession médicale, et 
la débarasser de tous les pai asiies qui vivent à nos dépens, en es¬ 
comptant la crédulité, lui promettant sans cesse du merveilleux et du 
nouveau^ Si tant de médecins de mérite, après de longues et pénibles 
études, n’obtiennent qu’une position précaire en se produisant clans le 
monde, c’est que les places sont occupées par ces hommes qui desho¬ 
norent la profession, ces charlatans qui usurpent le titre de Docteur 
pour obtenir la confiance, ou qui le prostituent en participant à de 
honteuses spéculations. Mais je m’aperçois, Me.ssieurs, que contraire¬ 
ment à mes intentions, et entraîné par l’intérêt de la question engagée 
devant vous, j’allais vous présenter une analyse complète du rapport de 
M. Despaulx-Ader. Je m’arrête dès les premières pages; d’abord, parce 
qu’il est soumis h ia discussion et que vous n’en avez pas adopté toutes 
les conclusions. Et puis je pense , Messieurs , que si vous voulez que 
toute cette discussion porte quelque fruit, vous voterez l’impression du 
mémoire de M. Boulu et du rapport de M. Despaulx-Ader. Dans cette 
prévision, je craindrais, en prolongeant mes citations, d’affaiblir l’inté¬ 
rêt qui s’attachera infailliblement à la lecture de ces deux écrits remar¬ 
quables. En finissant, je me hâte d’ajouter que jamais la question des 
intérêts professionnels n’avait été abordée avec une Jelle vigueur, ja¬ 
mais le charlatanisme n’avait été attaqué avec des armes aussi fortes, 
jamais la société n’avait manifesté une résolution d’agir plus énergique 
et plus décidée. Que MM. Boulu et Despaulx-Ader reçoivent d’abord 
nos remercîmens ; le succès pourrait leur mériter ceux du corps médi¬ 
cal tout entier. 

11 serait dangereux. Messieurs, de fermer les yeux sur les maux de 
la profession ; h aucune autre époque , peut-être, ils ne furent aussi 
nombreux ni aussi grands. Ge malaise profond s’aggrave chaque année ; 
plusieurs d’entre nous peuvent attester qu’au début de leur carrière les 
voies étaient plus faciles, le chemin moins âpre. Geux d’entre nous qui, 
après des études sérieuses, avaient au cœur l’amour de leur art et la 
conscience du devoir professionnel, trouvaient une place honorable dans 
la société. Ne vous y trompez pas. Messieurs, l’encombrement est le vice 
radical qui nous dévore. Le nombre des médecins s’accroît et ajoute 
chaque année une nouvelle cause de malaise au malaise passé. En 1849, 
la Faculté de Pai is enregistrait 880 élèves ; cette proportion s’élevait 
en 1850 à 1223 ; elle a atteint le chiffre de 1300 en 1851. On parle sans 
cesse de bourgs et de villages où le service médical est insuffisant. 
Dans la plupart des localités que nous connaissons, le nombre 
des médecins est deux fois, trois fois plus considérable que ne l’exige- 

* celui des malades. Malheureusement alors, le médecin est conduit à 
chercher ailleurs que dans son art les moyens de pourvoir à l’existenca 








tiesa (iimille. Do là, une conrnrrence effrénée, l’avilissemenl des hono¬ 
raires, et celui de la pml'cssioii olle-ménie. L’esprit de corps se perd, et 
la soüdariié, dont le principe rlirétieu de la fraternité n’est qu’une ex- 
tcusinii, fait place aux rivaliié.s jalouses. Non .seulement le niveau des 
foric.s études s’abaisse, mais encore on arrive WeniOt à ne plus écou¬ 
ter !a voix sainte de la conscience. Etifin, la perspective et les premiè¬ 
res ariiorccs de la fortune dégi ndeni l’âme, comme les délices de Capoue 
anmiiircnî des courages Jusqu’alors invincibles. Certaines natures vi- 
cieu-es, rebutées par les obsttclesde la profession honnête, et impa¬ 
tientes de jouissances matérielles, sont presque fatalement entraînées 
Tei-.s le charlatanisme, cette hypocrisie de la scicnceet du mérite. 

Je n’ai pas l lntention, Mesdetirs, de suivre nos deux collègues dans 
leur courageuse attaque contre certains industriels qu’ils vous ont signa¬ 
lés ; il suffit que les deux mémoires, dont, j’espère, vous ordonnerez 
la piiblicatipn, appellent sur eux les justes sévérités de l’opinion publi- 
sque. Je ne me propose pas davantage de tracer l’histoire du charlata- 
iii'iitc ancien et moderne ; une simple notice ne suffirait pas à une telle 
eniic|)i iso ; car vous le savez, chaque siècle a produit des charlatans 
de vertu, de science, de philosophie, de courage, de désintéressement. 
Suétone désigne ainsi ces faux stoïciens qui s’attachaient aux riches 
pour recueillir les miettes de leurs festins. Ari.stophane se moque d’È- 
damus qui vendait des Itaguos pour préserver de la morsure des ser- 
peiis. Phèdre, Cicéron, Piaule et Térence signalent particulièrement les 
vendeurs de drogues sur les places publiques. Ménage enfin fait dériver 
le inot charlatan de circumlatanus, par corruption de ch-cutaior, car 
ces industriels couraient de ville en ville pour faire des diipe.s et débiter 
leurs droguc.s. Nous conviendrons, toutefois, que le masque emprunté 
Se plus ordinairement par ces imposteurs est celui du médecin. Le bien 
le plus cher à l’homme c’est la vie ; excitée par le désir de ia conserver, 
lacrédnlité publique est une mine inépuisable. Que d’efforts pour l’en¬ 
tretenir, la prolonger, la retenir encore, après l’avoir dissipée follement 
comme l’Enfant prodigue qui consume en un jour les joies et les trésors 
de plusieurs années ! Combien nous voyons de dupes et d’insensés cou¬ 
rir après cette mystérieuse fontaine que nul n’a pu atteindre, mais que 
l’on poursuit toujours sans se décourager de l’insuccès ! Que le triom¬ 
phe du charlatan cesse de nous surprendre ; on croit celui qui nous 
jette l’hameçon doré d’une fausse espérance '; l’honnête homme n’ose 
promettre plus qu’il ne peut tenir. Si l'on délaisse souvent le médecin 
pour risquer ce que l’on possède de santé à une loterie toujours rui- 
îieu,sc, on l’appeile constamment au chevet du lit des mourans et lorsque 
îqule illusion est détruite. 

A défaut de science, les charlatans possèdent au plus haut degré le 
génie de l’invention, et prennent tous les masques ; un écrivain voulant 
entreprendre leur histoire, se proposait de les ranger en groupes ré¬ 
guliers à l’instar des familles végétales dans la nomenclature de Linné. 
Toutefois, dans sa dissertation inaugurale, intitulée Essai sur te char¬ 
latanisme (1812), M. Rostan croit pouvoir renfermer les charlatans 
dans trois classes distinctes ; éclairé par l’expérience, le savant pro¬ 
fesseur ne jugerait-il pas à propos d’en adopter un plus grand nombre ? 
Quoi qu’il en soit, M. Rostan permet et prescrit meme une sorte de 
charlatanisme, celui qui consiste à tromper le malade dont la vie va 
s’éteindre, à lui promettre une guérison impossible, à jeter quelques 
fleurs sur le chemin qui mène à-la tombe, à lui cacher enfin cette heure 
suprême devant laquelle tremblent souvent les plus fiers courages. 
Cette médecine morale, ces charitables mensonges ne sont-ils pas pré¬ 
férables àl’atroçe austérité de Bouvard, qui disait aux malades : Vous 
guérirez, ou vous mourrez:. Quelques médecins enfin autorisent les 
pilules purgatives de mie de pain, inventées par Tronchin, et la robe 
de chambre de Montaigne pour dissiper certains enchantemens. Mais il 
est douteux que la plupart voulussent tolérer les hardiesses de Portai. 
Ce médecin célèbre, voulant éviter les commenceinens trop rudes de 
la profession, demanda à une habileté parfois risquée, une réputation 
qu’il devait sceller par de beaux travaux scientifiques, et la création de 
l’Académie de médecine. 

En invoquant l’appui du gouvernement pour réprimer des manœuvres 
préjudiciables à la santé publique, nous ne voulons pas qu’à l’exemple 


36 

du calife Aaroun-Al-Raschid, il punisse de mort les charlatans; nous lui 
demandons seulement de réprimer elBcacemenl l’exercice illégal de la 
médecine, de proscrire la vente des remèdes secrets, et de sauvegarder 
par quelques mesures disciplinaires la dignité de la profe.ssion souvent 
prostituée sur les murs et les places publiques. La science, Messieurs, 
n’a pas ijesoin de ma.sque, et si elle ne peui se passer entièrement de 
savoir-faire, accusons la société qui force le dispensateur d’un art cha¬ 
ritable à descen.ire des hauteurs de son minislère pour s’occuper des 
tristes mais iiidi.spensables nécessités de la vie. Il est des médecins fa¬ 
vorisés de la fortune, dont la pudeur s’effarouche, lorsque les Sociétés 
médicales agitent la question des honoraires. Je ne puis en vérité com- 
prentlre une délicatesse avec laquelle contrastent les habitudes et les 
mœurs de la plupart des profession.s libérales. Les charges ministerielles 
n’ont-elles pas leurs tarifs .^L’avocat ne stipule-t-il pas souvent d’avance les 
honoraires de la plus juste des causes ? Le sacerdoce, enfin, est-il avili 
parce qu’il assigne un prix aux plus saintes cérémonies de la religion ? 

Nous ne vivons plus dans les siècles où l’on prenait des dictateurs à 
la- charrue, où la couronne de chêne était la récompense la plus enviée, 
où le sénat dotait les filles des grands hommes avec quelques pièces de 
cuivre. Actuellement, la pauvreté, quelque honnête qu’elle soit, ins¬ 
pire, sinon Je mépris, du moins la défiance. On n’estime, on ne consi- 
; dère que le riche et le puissant. On n’irait pas consulter dans un gre¬ 
nier un Boerbaave, un Sydenham, un Dupuytren. Et cependant, il n’est 
pas un seul d’entre nous, qui voulût échanger une réputation intacte 
pour les trésors du charlatan ; fes-richesse.s mal acquises sont un tour- 
■ ment pour la conscience, et tous nous nous écririons avec un philo- 
: phe célèbre : il vaut mieux perdre que de faire un gain honteux. 

Dans le rapport qui a motivé ces réflexions échappées à ma plume, 
M. Despaulx-Ader vous a rappelé un passage de Hueland où il est dit : 
l’essence de la profession de médecin est de vivre pour les autres et 
non pour soi ; c’est-à-dire que le devoir des médecins est de se dévouer 
sans ce.sse au soulagement des souffrances physiques de l’homme, comme 
le prêtre se consacre au soulagement des souffrances morales. Mais, 
ainsi que notre collègue vous le fait remarquer, loin de défendre au 
médecin de s’occuper de ses intérêts matériels, Hueland pense que 
pour exercer utilement et consciencieusement son art, il doit se trouver 
à l’abri des premières nécessités de la vie. Et d’ailleurs, pour prix de 
tant d’études coûteuses et pénibles, de veilles prolongées au chevet du 
lit des mourans, pour prix des insomnies, des anxiétés que lui causent 
le spectacle de la douleur, la crainte de voir s’éteindre malgré ses soins 
des existences précieuses ; pour prix enfin de tant d’angoisses, de sa¬ 
crifices et de dévoûment, défendra-t on au médecin de désirer, non pas 
la fortune, mais du moins l’aisance pour sa famille ? Après les jouis¬ 
sances de l’étude, après la satisfaction religieuse du devoir profession¬ 
nel, c’est là cependant le seul but et la fin unique de sa modeste am¬ 
bition. 

En vous parlant ainsi. Messieurs, avec un complet abandon , il m’a 
semblé que j’étais l’inierprête de vos opinions, et que je m’inspirais de 
vos sentimens. L'habitude de se voir, de se réunir dans un môme lieu, 
nous a familiarisés avec les pensées de chacun ; il est doux et conso¬ 
lant de vivre et de sentir ainsi que le veut un grand apôtre ; Praires in 
unum. 'Votre désintéressement m’est connu ; notre ambition est de 
celles qui peuvent s’avouer ; et contens do peu, honorant la médiocrité 
dont parle Horace, nous répéterions tous sans arrière pensée celte 
maxime de Thaiès : Heureuse la famille qui n'a pas trop de riches¬ 
ses et qui ne souffre pas la pauvreté ! 


Avis à MM. tes Actionnaires de l’Union Médicale. 

MM. les Actionnaires de I’ünion Médicale sont prévenus que l’As¬ 
semblée annuelle aura lieu le lundi 2 février prochain, à 7 heures 1/2 
du soir, au siège de la Société, 56, rue du Faubourg-Montmartre. 

Cette Assemblée a pour but : 

1° D’entendre le compte-rendu du Gérant sur l’exercice de 1851 ; 

2° D’entendre le rapport du Comité de surveillance sur le rapport du 
Gérant; 

3° De nommer les membres du Conseil de surveillance pour l’année 

/IQKO 


VARIÉTÉS. 


EXPÉaiENCES DE PHYSIOLOGIE EXPÉRIMENTALE SUR LA NICOTUV». 

Par le docteur Gastaldi. ’ 

Les recherches cliniques publiées dans ces derniers temps sur la w 
coline, donneront peut-être quelque intérêt aux recherches microgra 
phiques faites sur les animaux empoisonnés au moyen de la nicotiuj 
par lé docteur Gastaldi. Nous en reproduisons les conclusions prinj!* 
pales : 

1» Les globules du sang de la grenouille et du lapin tués avec la nicQ. 
tine ne présentent pas, sous le microscope, la moindre altération date 
leur forme. Observée au microscope, la circulation capillaire de la 1^ 
giie de la grenouille offre les.phénomènes suivans: 

2° Si l’on verse sur une plaie pratiquée à la cuisse d’une grenouille 
une goutte de nicotine, quelques secondes après le cercle artériu 
commence à s’accélérer extraordinairement, et l’on vo-it les globules de, 
venir moins nombreux, tout en conservant leur forme, et se ramasscf 
en grand nombre dans les veines, spécialement dans celles qui sont,paf 
leur calibre, déjà visibles à l’œii nu. 

3° Si, au lieu de nicotine, on verse de l’acide hydrocyanique, la cireg. 
lation alors commence à se ralentir, et trois à quatre minutes après ellg 
a cessé complètement. 

4'? Si, au moment où le cercle est sur le point de s’interrompre, paf 
suite de l’acide hydrocyanique,-on verse dans une autre plaie un peudç 
nicotine, on voit de nouveau le cerde s’activer et se remettre hrusqug. 
ment en mouvement, et la grenouille succombe en trois ou quatre mi, 
mites. 

5" Si l’on fait l’expérience inverse, c’est-à-dire si on empoisonne d’g. 
bord la grenouille avec la nicotine et ensuite avec l’acide hydrocyanique 
celui-ci ne peut plus ralentir le cerde activé par celle là. 

6“ Les infusoires contenus dans l’inte.stin delà grenouille empoisonnée 
par la nicotine, furent toujours trouvés vivans, même quelques heures 
après la mort de ceile-ci. 

7» On chercha enfin si la nicotine exerçait quelque influence sur le 
mouvement ciliaire, et, dans ce but, on empoisonna des grenouilles et 
di;3 iiiulluaquos acéphales ; ie mouvbmenl de l’épithélium ciliaire ne fut 
nullement retardé, bien que les doses de nicotine eussent été très con- 
sidérables et que. l’examen n’ait eu lieu que plusieurs heures après la 
mort. {Gazetta med. sarda, septembre 1831.) 


NOUVELLES — FAITS DIVERS. 

UN heereexconfrère. —Les journaux, anglais parient d’un médedu 
qui a recueilli dans les placers une ma.sse d’or pesant 100 livres. Nous li¬ 
sons dans les journaux anglais que ce médecin est un Irlandais fort ins¬ 
truit, et neveu d’un praticien éminent de la ville d’Armogh. La fortune 
ne se trompe donc pas toujours. 

PRIX, — L’Académie chirurgicale de Madrid a décerné un deuxième 
prix au docteur V. ürquiola, de Deva, et un quatrième prix au docteur 
V. Martinez, de Vera, auteurs, le premier d’un travail sur les maladies 
syphilitiques, le second d’un travail sur les usages et les applications du 
forceps. 

HOMMAGES RENDES AEX-GRANDS HOMMES. — Le Collège des Chi¬ 
rurgiens de Londres vient de faire placer dans la salle du conseil les 
bustes de Samuel Cooper, de Liston, à côté de ceux de J. Hunter, de 
Poit, de Chéselden, de Lizard, d’Astley Cooper, d’Éverard Home. 


Le gérant, Richelot. 


Sirop de Garrigues contre la goutte. — Dépôt général chez M. Ro¬ 
ques, 166, rue St-Antoine. Pour donner la preuve de l’efficacité de ce 
sirop, M. Roques enverra gratis un flacon à tout médecin qui lui en fera 
la demande par écrit. — Dépiôts chez MM. Justin, pharmacien, rue du 
Vieux-Colombier, 36.— Debrault, rue St-Martin, 228. —. Dubianc, rue 
du Temple, 139.— Et dans toutes les pharmacies.— Prix : 15 fr. 


FABRIQUE SPÉCIALE DE TISSES PHARMACEUTIQUES. 

A. ANCELïNç 

PHARMACIEN , 

Rue Saint-Honoré, 274, à Paris. 

Marque de la fabrique. — Marque de la fabrique. 

On peut aussi adresser les demandes aux PYRAMIDES, dépôt général des produits de Vichy, rue St-Honoré, 295. 

xAïFETAS n’AAdi.ii'ffF.KiliJ. Qualités et couleurs assorties; Etiquettes variées, par douzaines, grosses et bandes. — 
SF-.iEïABttAPS. omolnal, diapalme ; Poix de Bourgogne; Vigo C. M». Ciguë ; Gélatineux; Yésieant; Adhésif pour former 
promptemciiî el avec certrlude 1rs vésicatoires. — papier a cautères. Boites rouges, boîtes vertes ordinaires, papier 
satiné, et boites vertes satinées. — papier epiSpaStïçee, numéros 1, 2 3. Ce papier, qui ne laisse rienà désirer 
comme préparation épispasliquc, présente un grand et réel avantage comme prix. 

Tous les produits indiqués ci-dessus sont d’une fabrication parfaite et d’une composition sanctionnée 
par l'expérience. 




IBSTITDT OPHTHALMIQÜE 

DE LYOIV. 

Maison de santé spécialementconsacréeaux Maladies 
des yeux et aux Opérations qui leur conviennent. — 
Situation saine et agréable. — Prix modérés. 

S’adresser , pour les renseignemens, au cabinet du - 
-docteurRiVAUD-LANDRAü,oculiste, 26, ruedu'Pérat; 
à Lyon. 


LE BAILLON-BIBEROM,‘zrxVdS^^ 

d’un Établissement d’aliénés, servant à l’alimentation forcée des 
aliénés, se trouve chez Charrière, rue de rEcole-de-Médecine, 6, 


LE MEILLEUR DENTISTE 

Est celui qui pose les dents aTÜflcielles'sans extraction, sans que dans aucun temps elles causent la moindre douleur et de manière à remplir les fonctions 
de la mastication et de la parole sans gêne, tout en trompant l’œil le plus exercé par la beauté et le naturel des dents. Il doit aussi poser les dents isolées sans 

accrocher celles | ^ D’IXPÎRÏENCE ET DE SUCCES qualités, réunies à la durée et à la modicité du prix, ont été obtenues 


Dents osanores indestructibles posées sans crochets ni ligatures, 

ROGEBSI, rue ISalnl-Honoré, 

Auteur du Dictionnaire des Sciences dentaires, prix : 10 fr.; — de l'Encyclopédie du Dentiste, prix : 7 fr. 50 c., ràïue par la Faculté de Médecine • 

— du Manuel de l’Hygïene dentaire, prix : 3 fr.; etc., etc. “ ’ 

Sous presse : LA BUCCDMAIVCIE, ou l’AliT de Deviner le Passé, le Présent et l’Avenir d’une Personne, d’après l’inspection 
DE LA BOUCHE, par le même auteur. 

Inventeur des nouveaux RATEI.IEBS orthophoniques, qui remédient complètement aux imperfections de là parole et anx vices de la prononciation; 
INVENTEUR DES PROCÉDÉS SUIVANS, QUI FONT QUE TOUT LE MONDE PEUT SE PASSER DE DENTISTE • 

EAD ANTI-SCORBÏÏTIQDE | CIMENT ROGERS - 

Gencives ; elle prévient la carie et détruit le tartre, les un flacon pour plomber six Dents : 3 francs. 

... -‘ '--pour embaumer les. Dents ca- 


elle 


les maux de Dents .sans retour. ’ 

I PRIX DD FLACON : 3 FRANCS. 

HOCHET DE DENTITION 


—- ,-- — - ioco ptti l’â-ge ou la maladie; 

guénson certaine dans hmt jours.— prix : 10 francs. 


Pour prévenir la contrefaçon, chaque article doit être revêtu de la signature de l'Inventeur. 

Dépôt chez SIL'VANT, pharmacien, 4, rue Karnhutean, et chez les principaux pharmaciens. (Affranchir^ 


rTTTT \ î/ \ GABiROL et g% fab", 

b U 1 lü. r fjlllît/i 6, rue Si-Marc, à Paris. 
Admis à l'exposition universelle de Loridres. 
Sondes, bougies et autres instrumens de chirurgie en Gutfa- 
Perka, inaltérables aux urines et autresagens destructeurs, ayant 
une supériorité sur ceux dits en gomme élastiques. 

Approuvés par les Académies des sciences et de médecine, et 
; généralement employés dans les hôpitaux et par nos prcmiersi 
praticiens, tels.que MM. les docteurs Civiale, Robert, Ricord, 
Atnussat, Ségalas, Pasquicr, Leroy-d’Etiolles, Pllillipps, Del- 


fp. 


la dosiet 



SEUL APPROUVÉ 

Parles Académies des Sciences et de Médecine de Paris. 
EXi«aiî« le cachet et la signature de BOGGIO, M“n-Phie", 
13, rue Nedve-pes-Petits-Chamfs. (Paris. Aff.) 


r^SIROF DE DIGITALE^ 

^ PJB liABElzOJiYE. ^ 

Ce Sirop présente le mode d’administration le plus rationnel 
et le plus commode de la digitale. Il est employé depuis 15 ans 
par un ti-ès grand nombre de raéilecins qui ont constaté qu’il 
jouit de toutes les propriétés de cette plante, soit qu’on l’em¬ 
ploie comme sédatif ou comme diurétique, et qu’il a, sur les au¬ 
tres préparations l’avanlage de ne jamais fatiguer l’estomac. 

Pharmacie rue Bourbon-Villeneuve , n” 19, place du Caire, 
à Paris, et danÿ presque toutes les pliarmacies. 

MAISON DE SANTÉ' maladies chirurgicales 

et aux opéraftons qui leur conviennent, ainsi qu’au traitement 
des maladies chroniques, dirigée parle d'' Rocdard, rue de 
Marbeuf, 36, près les Champs-Elysées. — Situation saine et 
agréable, — soins de famille, — prix modérés. 
üs maladesysont traités par les médecins de leur choix. 

PARIS. ~ TYPOGRAPHIE FÉLIX MALTESTE ET COMP., 

Rue des Deux-PMtes-Sl-Sauveur, 22. 




































«feiBdi «ïaiiviep 185®. 


rrome VI.- ».. 


SIXIÈME AMXÊE. 


PRIX DE L’AMNNNEMENT : 

Pourïar»etle«®ép^^^^^ 

bm"^.•;;;; ‘9 

toi réUnger, où le port est 

double • 

6 Mois 20 Fr. 

6 MOIS.49"' 

Pour les paysd’outre-mer:^^ 


L UNION MÉDICALE 

lOlIRNAl BES IdTlRÊTS SCmTIElBISS ET PBiTpES, BORilX ET TROFESSIOl» 

DtJ CORPS MÉDICAL. 



BUREAUX D’ABONNEMENT : 

Bue du Taubourg-MContmartre, 
»“ 56. 

DANS LES DÉPABTEMENSÎ 
Chet les principaux Libraires. 

On s’abonne aussi. 

Dans tous les Bureaux de Poste, et des 
Messageries Nationales et Générales. 


Ce Journal paraît trot» fols pai 

Tout ce qui concerne la Rédaction doit être adressé aux Bureaux du Journal, à M. le Docteur Amédée latocr 


uiiaine, le IHAKDI, le JECM et le SAM®»*. 

, Rédacteur en chef; tout ce qui concerne l’Administration, à M. le Gérant. 


Les Lettres et Paquets doivent être affranchis. 


a MM. tes Actionnaires de l’Union Médicale. 

uvr les Actionnaires de I’Union Médicale sont prévenus que l’As- 
Se annuelle-aura lieu le lundi 2 févi ier prochain, a 7 heures 1/2 
f soir au siège delà Société, 66, rue du Faiibourg-Montmarlre. 

fpite Assemblée a pour but ; . , 

i. irentendr&le compte-rendu du Gérant sur l’exercice de 1851 ; 
q« D’enlendre le rapport du Comité de surveillance sur le rapport du 


De nommer les membres du Conseil de surveillance pour l’année 
1852. _ 


I. Paris : Sur la séance de l’Académie de médecine. — Fin des 
^Travaux de la conférence sanitaire internationale. — II. Travaux'.originaux : 
Études nouvelles sur le Iraitement de l’asphyxie et de la faiblesse native des nou- 

eau-nés._tH- Académies , sociétés savantes et associations (Académie 

des sciences). Séance du 19 Janvier : Élimination de certains poisons ; comparaison 
des procédés proposés pour la reclierclic du plomb, du cuivre et du mercure conte¬ 
nus dans les substances organiques ; action de l’étylamihe et de l’amylamine sur 
l’économie animale. — Influence du chlore humide dans le traitement de la glu- 
cosurie. - (Académie de médecine). Séance du 20 Janvier : Correspondance. - 
Rapport relatif à un procédé d’application du forceps au détroit supérieur. — Dis¬ 
cussion, — IV. PRES.SE MÉDICAIE (journaux français) : De la valeur des maladies 
intercurrentes dans les maladies de la peau. — Du favus spontané du scrotum. — 
V, NouvEiiES et faits divers. - VI. Feoieieton : CoDCOurs pour la chaire 
d’hygiène à la Faculté de médecine de Paris (D' épreuve). — Décret sur le con¬ 
seil d’hygiène et de salubrité du département de la Seine. 


PARIS, LE 19 JANVIER 1852. 

SDK LA SÉANCE DE L’ACADÉMIE DE MÉDECINE. 

Une question de forceps a mis en émoi les accoucheurs de- 
l’Académie. Une modification proposée par M. F. Hatin , non 
pas à la construction de rinslrument, mais à son application 
dans les circonstances où il est necessaire de porter l’instru¬ 
ment jusqu’au détroit, supérieur, modification chaudement ap¬ 
prouvée par le rapporteur de la commission, M. Chailly-Ho- 
noré, a soulevé une discussion dans laquelle le sujet du rap¬ 
port a été pour ainsi dire effacé sous la question plus générale 
de remploi du forceps. On fait abus du forceps, ont soutenu 
les anciens et célèbres accoucheurs de l’Académie. Contre 
cette proposition vivement soutenue par MM. Moreau, Velpeau 
et P. Dubois, M. Gerdy seul s’est élevé en émettant et défen¬ 
dant la proposition contrairè ; on n’emploie pas assez le for¬ 
ceps. En lisant le compte-rendn, on se convaincra qu’en fait et 
en principe, aucune dissidence sérieuse ne divise nos accou¬ 
cheurs, et que malgré la discussion d’hier, ils sont tous d’ac¬ 
cord sur ce point, qu’il ne faut employer le forceps : 1» que 
lorsque son application est évidemment nécessaire ; 2» que 


lorsqu’on sait manier cet instrument. C’est à cette vérité un 
peu naïve qu’a abouti le débat. 

Quant au procédé de M. Hathi^’improuvé par M. P. Dubois, 
défendu par M. le rapporteur, il est sorti de la discussion avec 
une de ces conclusions peu compromettantes et qui laissent 
l’affaire, juste au point où elle en était. 

, . Amédée Latoür. 


PIN DES TUAVADX DE LA CONFÉRENCE SANITAIRE INTEK-NATIONALE. 

Lundi dernier, la Conférence sanitaire inter-nationale, 
après une session de six mois, a terminé ses longs travaux. 
MM. les ministres, des affaires étrangères, et de l’agriculture 
et du commerce ont voulu assister à cette dernière séance, et 
remercier les membres de la Conférence des longs, difficiles 
et pénibles travaux, dont le résultat, tout en sauvegardant 
les intérêts de la santé publique, aura ^une immense influence 
sur le commerce, l’industrie, le transit, et la circulation 
plus libre des hommes et des choses. Les deux allocutions pro¬ 
noncées par les deux ministres, ont eu pour but de rappeler 
les grandes conséquences de cette réunion toute pacifique, 
toute civilisatrice, qui, pour n’avoir eu ni grand retentisse¬ 
ment, ni cette gloire éphémère de la popularité, n’en doit 
pas moins être comptée par tous les hommes sérieux au nom¬ 
bre des faits considérables de cette époque. En se séparant, 
la Conférence a remis aux ministres un projet de convention 
et un projet de règlement inter-nationaux. La ratification des 
divers gottvernemens ne peut manquer d’être bientôt connue. 
Le gouvernement français; pour récompenser le zèle des mé¬ 
decins et des consuls des états étrangers qui ont pris part à la 
Conférence, leur a décerné la croix de la Légion-d’Honneur. 
Nous ne sommes pas encore autorisé à annoncer les récom¬ 
penses accordées aux délégués de la Lrance. 

A l’issue de cette séance de clôture, les membres de la Con¬ 
férence se sont réunis dans un banquet où ils ont échangé un 
cordial adieu. Une pensée pieuse et touchante a terminé cette 
fête, à laquelle le rédacteur en chef et le gérant de I’Union 
Médicale se trouvent heureux d’avoir été invités, puisqu’ils 
peuvent ainsi faire connaître cet acte honorable. Une sous¬ 
cription a été proposée et immédiatement ouverte pour faire un 
fonds de dotation à l’enfant le plus pauvre qui sera né à Paris 
le 19 janvier 1851, jour de la clôture de ta Conférence sanitaire 
inter-nationale. 

Un tel fait se raconte et ne se loue pas. 

Amédée Latoür. 


TRAVAUX ET MÉMOIRES ORIGINAUX DE MÉDECINE 
ET DE CHIRURGIE, 

DE THÉRAPEUTIQUE GÉNÉRALE ET APPLIQUÉE. 

ÉTUDES NOUVELLES SUR LE TRAITEMENT DE L’ASPHYXIE ET DE 
LA FAIBLESSE NATIVE DES NOUVEAU-NÉSj 

Par M. le docteur A. Marchant (de Charenton), médecin - adjoint à 
l’École nationale vétérinaire d’Alfort. 

TROISIÈME PROCÉDÉ (PROCÉDÉ DE CHAUSSIER). 

Ce procédé, le seul mis en usage maintenant, est bien loin 
de remplir le but qu’on se propose, à savoir : de faire pénétrer 
directement l’air dans les poumons sans aller dans 1 estomac et 
les intestins. Cependant, en y réfléchissant un peu, on voit 
qu’il a cet inconvénient comme les deux premiers ; en effet, le 
tube laryngien est garni, à sa petite extrémiié, d’un bourrelet 
en éponge ou en buffle qui ne s’applique pas exactement sur 
l’ouverture de la glotte. Pour faire parvenir l’air dans les pou¬ 
mons, il faut employer une certaine force et surtout fermer en 
même temps les narines et la bouche; sans cette précaution, 
l’air ne dilate pas les poumons. L’air presse donc sur tous les 
points, non seulement de la cavité pectorale, mais encore des 
parois de la bouche et des fosses nasales, en vertu du principe 
de physique de l’égalité de pression ; et si les côtes ne se sou¬ 
lèvent pas, il doit nécessairement passer dans l’oesophage. On 
recommande, il est vrai, d’appuyer fortement avec le tube sur 
le larynx pour le juxtaposer sur l’œsophage ; mais cette pré¬ 
caution n’empêche pas l’air d’entrer dans la cavité abdomi¬ 
nale. 

Ln résumé, ctf procédé doit être rejeté comme étant d’une 
exécution plus difficile que les autres, sans en éviter aucun 
dés inconvéniens. 

Le procédé ancien, qui l’emporte sur les deux autres en 
raison de son exécution facile et exempte de danger, doit être • 
préféré dans tous les cas. 

L’air expiré, qui n’a perdu qu’une faible partie de son oxy¬ 
gène, est suffisant pour artérialiser le sang du fœtus. 

Deux indications principales dominent le traitement de l’as¬ 
phyxie du nouveau-né : 

lo Faire respirer art’ficieUement le fœtus jusqu’à ce que la 
respiration vainreUe s.établisse, après avoir débarrassé préala¬ 
blement les voies aériennes des mucosités ou des eaux de l’am- 
nios qui les obstruent; 

(1) Suite et fin. — Voir le dernier numéro. 


Feuilleton. 

CONCOURS POUR LA CHAIRE D’HYGIÈNE A LA FACULTÉ DE MÉDECINE 
DE PARIS (’). 

PREMIÈRE ÉPREUVE. 

Leçon écrite. - Six heures ont été accordées aux candidats. — Le sujet de l’épreuve, 
égal pour tous, était de l’acclimatement. 

IV. 

M. MARCHAL (DE CALVl). 

Nous avons vu, dans la composition de M. Tardieu, un modèle et un 
type de bonne ordonnance, de méthode, de divisions logiquement et 
classiquement distribuées, un style sobre mais élégant et distingué; 
voyons par quelles qualités va se caractériser la composition de M. Mar¬ 
chai. 

Après avoir défini le sujet et signalé son importance, en montrant 
ses rapports avec la conservation des individus, avec la grandeur des 
empires, avec l’avenir de la civilisation, le candidat, se plaçant dès son 
début aux suprêmes hauteurs de son sujet, se pose cette question : celte 
Europe, dont Hippocrate au livre fameux De l air, des eaux et des 
lieux, établissait, il y a vingt-deux siècles, la suprématie sur l’Asie 
molle, luxuriante et asservie, est-elle destinée h épuiser son activité dans 
ses propres limites, ou doit-elle se subordonner le globe en y impor¬ 
tant son génie, ses mœurs, ses lois, sa religion libératrice, en un mot, 
tous les avantages de sa civilisation, bien supérieurs' aux inconvéniens 
inséparables de la nature humaine, même parvenue au plus haut degré 
de splendeur ? 

Pour résoudre cette question, M. Marchai trace un tableau de la ci¬ 
vilisation antique et moderne. Notre terre d’Afrique, dit-il, est toute 
semée de pierres qui se dressent en faveur du principe de l’acclimate¬ 
ment. Et ce ne sont pas seulement les temples, les aqueducs, les ins¬ 


criptions votives qui portent ce témoignage; il est écrit dans les cheveux 
blonds, dans les yeux bleus, dans le visage blanc de cette tribu vandale 
qui se maintient depuis des siècles avec les opiniâtres caractères de sa 
race dans le Sahara occidental. Le candidat trace ensuite l’esquisse de 
la conquête et de l’occupation de ITnde par les Anglais, et il ajoute : 
l’acclimatement a fait plus que de courber des peuples innombrables 
sous l’aune du marchand de la Cité, il a créé un monde, il a donné la 
vie européenne au vaste corps découvert par le génie puissant et reli¬ 
gieux de Christophe Colomb. Et il s'est trouvé un homme, s’écrie M. 
Marchai, qui, en présence de ces faits écrasans, pesant du poids des 
trois quarts de la terra, a Osé proclamer le dogme du non acclimate¬ 
ment! Cet homme, prenons-y garde ! mérite considération et respect; 
c’est le même qui a posé, chez nous, la loi d’antagonisme entre les fiè¬ 
vres paludéennes, d’une part, la phthisie pulmonaire et la fièvre ty¬ 
phoïde. C’est M. Boudin. Mais ce n’est pas une raison pour approuver 
cet esprit éminent, lorsqu’il ose se mettre en lutte ouverte contre le gé¬ 
nie expansif de l’Europe et contre la loi vitale de la civilisation. Partout, 
sous toutes les latitudes, au pôle nord avec les Samoièdes et les Esqui¬ 
maux ; au pôle sud avec les Boschismans ; au fort Reliance où Back, na¬ 
viguant h la recherche du capitaine Ross, constata une température de 
— 56* ; à Philæ, dans la Haute-Égypte, où Humboldt vit une belle végé¬ 
tation de graminées dans une couche de sable à la température de 
-1-63“; au bord de la mer, où la pression est de 0,760; à Anlisana, où 
elle n’est plus que de 0,470; partout l’Européen, type organique et 
psychique de son espèce, peut se développer et se survivre dans sa des¬ 
cendance. ' 

Après ces considérations préliminaires, M. Marchai entre dans les dé¬ 
tails du sujet. L’idée d’acclimatement suppose la notion de climat. Qu’esC 
ce qu’un climat? Il critique la définition généralement admise. Pour lui, 
le climat n’est pas un espace de la terre ayant des propriétés com¬ 
munes; mais le climat consiste dans ces propriétés mêmes; il est en 
quelque sorte comme le tempérament d’un espace donné de la terre. Il 
trace ensuite un tableau rapide des climats : climats de demi-heure et de 


mois des anciens cosmographes ; climats de latitude et d’altitude, qu’il 
compare ; climats de profondeur (mines) ; climats agricoles ; climats zoo- 
logiques; lignes isothermes, isotlières et isochimènes; climats continen¬ 
taux, des îles et des côtes; enfin, climats constans (Madère), variables 
(Paris), extrêmes (Pékin). Il fait remarquer, au sujet des climats mari¬ 
times et constans, l’avantage qu’il y aurait à commencer par eux l’accli¬ 
matement. 

Après quelques mots sur l’acclimatement dans les pays froids, le can¬ 
didat passe aux modifications physiologiques éprouvées par l’Européen 
qui passe dans un climat équatorial. La vie, dit-il, est une combustion 
réglée. Celte combustion est moindre dans les pays chauds, parce que 
le calorique produit par l’individu doit être moindre. L’air, raréfié, con¬ 
tient moins d’oxygène. Moindre est aussi l’alimentation. Le foie, par suite 
de la réduction de la combustion respiratoire, voit son action organique 
s’élever ; d’où l’idiosyncrasie hépatique. La respiration et ralimentation 
étant diminuées, les globules diminuent dans le sang; d’où la chloro- 
anémie des pays chauds, qui joue peut-être un rôle dans la pathogénie 
de la fièvre jaune. Les globules étant diminués, deux traits de l’orga- 
' nisme créolisé s’expliquent naturellement, à savoir : l’excitabilité ner¬ 
veuse [sanguis nioderator nervonim) et la langueur musculaire. Voilà 
l’effort multiple que les climats équatoriaux demandent aitx émigrans des 
pays tempérés. Cel effort, s’il est sagement dirigé, n’est pas au-dessous 
des ressources de l’organisme européen. Sans doute, il y a là, sous les 
rayons ardens du soleil moins oblique, trois grands laboratoires où la 
destruction distille ses plus sûrs poisons. Nommer les delta du Gange, 
du Mississipi et du Nil, c’est évoquer trois fomies redoutables de la 
mort : le choléra, la fièvre jaune, la peste; sans parler de ces pyrexies 
à formes innombrables, que la pseudo-continue de M. Maillot, spma 
conlinens de Torti, et une commune étiologie, rattachent étroitement 
aux trois terribles fléaux. Mais ce n’est point là le climat, et d’ailleurs 
pour les fièvres intermittentes, même pour la peste, la prophylaxie se 
complète de jour en jour. 

Passant ensuite à l’examen plus immédiat des objections élevées contre 


(t) Voir le numéro du 20 Janvier 1862. 












































2 » Entretenir la chaleur naturelle à- l’aide de linges de laine 
chauffés,ouréchauffer l’enfànt s’ils’estrefroidi. 

Lorsque l’enfant naît asphyxié, on constate aisément si 
l’asphyxie est à sa première ou à sa seconde période, en explo¬ 
rant l’état de la sensibilité générale, ce qui provoque des 
mouvemens quand elle n’est pas tout à fait abolie. Dans ce 
cas, il faut s’occuper d’enlever immédiatement tes obstacles 
qui siègent à l’entrée des voies aériennes et empêchent l’air 
de pénétrer dans le'poumon. Avec l’index recourbé en cro¬ 
chet, ou mieux avec une plume munie de ses barbes que l’on 
enfonce profondément à plusieurs reprises, après l’avoir es¬ 
suyée, on retire les mucosités fdantes qui s’amassent dans 
cette partie. Si ces mucosités sont en trop grande abondance 
et s’il y a en outre de l’eau de l’amnios, on place 1 enfant-sur 
le ventre, en ayant soin de lever lés pieds plus haut que la 
tête, et on presse en même temps avec les deux mains les pa¬ 
rois du ventre et de la poitrine. 

On répète deux ou trois fois la même manoeuvre et on dé¬ 
barrasse, par ce moyen, la trachée de tout ce qui s’oppose à 
l’entrée de l’air. » 

Ces précautions préliminaires sont de la plus urgente né¬ 
cessité. On doit les mettre en usage dans tous les cas sans 
exception. Elles suffisent très souvent à ramener les enfans à la 
vie. 

Si l’asphyxie est à sa première période, les moyens conseil¬ 
lés par les auteurs pourront, dans quelques circonstances, la 
dissiper, et si, après un. certain temps, ils ne réussissaient pas, 
on aura recours à l’insufflation pulmonaireT 

Dans la seconde période, il ne faut pas hésiter et perdre un 
temps précieux. 11 faut établir la respiration artificielle, c’est 
le seul moyen de sauver l’enfant. 

Après s’être assuré par l’auscultation de l’existence des 
battemens du cœur, on commence immédiatement l’insuffla¬ 
tion pulmonaire. 

Le choix du procédé n’est plus-douteux, c’est l’ancien dont 
on doit faire usage. 

L’enfant étant couché de la manière indiquée on introduit 
avec douceur dans sa poitrine une certaine quantité d’air, de 
manière à soulever un peu les côtes. L’air, en pénétrant dans 
la poitrine, produit un bruit particulier. Par une pression 
exercée à la fois sur l’abdomen et sur la partie inférieure des 
côtes, on chasse l’air introduit. On continue ainsi toutes les 
dix secondes, jusqu’à ce que l’on entende une première inspi¬ 
ration de l’enfant, ce qui a lieu souvent au bout de 30, 35, 40 
minutes, et quelquefois plus tard. Peu à peu ces inspirations 
se rapprochent et croissent en intensité. Onjj’a plus alors qu’à 
ralentir les insufflations de plus en plus, à mesure que la. res¬ 
piration de l’enfant se rapproche du type normal, pour lès 
cesser tout à fait lorsqu’il respire seul. 

Si on abandonne l’enfant trop tôt, la respiration devient de 
plus en plus lente, et l’asphyxie recommence. On doit alors 
revenir à l’insufflation, eton voit bientôt la respiration s’établir 
définitivement et l’enfant vivre. 

Voici maintenant la série des phénomènes qu’on observe dans 
leur ordre de succession. 

La pénétration facile de l’air dans la poitrine est d’un bon 
augure pour le succès de l’opération. Cela suppose un reste de 
vie dans les muscles inspirateurs. 

La face commence à rougir un peu ; la circulation de la peau 
se rétablit, la pression du doigt la fait pâlir; le cœur bat avec 
plus de force ; on aperçoit quelques contractions musculaires 


raccliinatement, le candidat demande si l’on est fondé à arguer des 
grandes mortalités observées, soit à Cayenne à une époque ou l’étio¬ 
logie et le traitement des fièvres intermittentes n’étaient pas connus, soit 
à Alger, dans les premières années de la conquête, à une époque de fa¬ 
tigues immenses et de privations journalières, à une époque d’ignorance 
pour tout le monde, pour les administrateurs comme pour les méde¬ 
cins, qui voyaient des inflammations dans les fièvres intermittentes et les 
traitaient par les antiphlogistiques, au grand et lamentable profit du re¬ 
gistre obituaire, dit M. Marchai. Le fait capital, le voici : c’est la morta¬ 
lité décroissante dans notre armée d’Afrique, depuis que la pathologie et 
l’hygiène de cette contrée ont été mieu.x étudiées. Voilà un témoignage 
éclatant en faveur de l’acclimatement. 

Toutefois, si l’acclimatement est possible pour l’Européen, il est fé¬ 
cond en dangers. C’est ici que l’hygiotechnie doit intervenir. Le can¬ 
didat établit donc dans la dernière partie de son travail les règles que 
l’émigrant doit suivre pour écarter ces dangers autant que possible, et 
il passe en revue ces règles relatives aux circiimfasa, aux applicata, 
aux ingesta, aux gesta, aux genitalia; et revenant à son premier 
point de vue, il se résume à peu près en ces termes : l’Européen est 
susceptible de s’acclimater partout, la terre lui appartient; il peut la 
parcourir et S’y introniser; c’est son devoir et sa loi de travailler au 
milieu des périls, à l’assainissement du globe tout entier, par la destruc¬ 
tion des espèces nuisibles, tant végétales qu’animales, et de leurs pro¬ 
duits. Des pôles à l’équateur et de l’équateur aux pôles, s’épandent sans 
cesse et en sens inverse, des courans d’air chaud et d’air froid, des cou- 
rans d’eau chaude et d’eau froide : c’est là comme un symbole de l’ac¬ 
climatement, comme un grandiose exemple donné à l’homme par la 
nature. 

V. 

Si cette analyse, dans laquelle j’ai cherché à conserver en plusieurs 
points le style même de l’auteur, si cette analyse est exacte, le lecteur 
çst en position d’apprécier à la fois et le fond et la forme de cette corn- 


sur les ailes du nez ; les lèvre^ se resserrent et la bouche re¬ 
prend sa forme naturelle ; l’expiration se fait par ks seules 
forces de l’enfant ; un peu plus lard, l’enfant fait une courte 
inspiration saccadée et suivie d’une expiration suspirieuse à 
peine sensible ; enfin, les mouvemens respiratoires augmen¬ 
tent en force et en fréquence, et l’enfant respire seul. Ce ri’est 
que plus lard, souvent au bout de deux ou troi? heures, qu’il 
fait entendre les premiers cris. 

La seconde indication, qui consiste à maintenir le corps de 
l’enfant chaud, ou-à le réchauffer s’il est froid, n’a besoin que 
d’être énoncée pour être comprise ; on couvrira donc la tête 
avec un petit bonnet de laine, et on entourera le corps de 
linges de laine qu’on fera réchauffer à mesure qu'ils se refroi¬ 
diront. 

L’enfant est quelquefois très lent à acquérir la température 
normale, surtout s’il est faible; en ce cas, le meilleur moyen à 
employer, c’est de le coucher auprès de sa mère dès que la 
respiration est tout à fait établie. 

Losque l’asphyxie de l’enfant s’est prolongée pendant quel¬ 
que temps, bien qu’il respire seul, il lui reste encore une 
grande faiblesse qui peut occasionner la mort; il faut alors 
recourir au moyen que j’indiquerai plus bas, en parlant de la 
faiblesse native. 

Il est difficile de comprendre comment l’insufflation pulmo¬ 
naire, si vantée par des autorités que nous-avons appris à res¬ 
pecter, a pu être aussi négligée par les accoucheurs mo¬ 
dernes. On ne trouve dans aucun traité d’obstétrique la 
relation d’accidens survenus à la suite de cette pratique ; Du- 
gès cite seulement deux cas où il a trouvé de l’air dans les 
gros vaisseaux de la poitrine, et un emphysème interstitiel des 
poumons; dans ces deux cas, l’air avait été poussé dans 
les poumons avec beaucoup de force et de persistance. D un 
autre côté, M. Depaul, dans un mémoire que je ne saurais 
assez louer, n’a rien observé de semblable, bien qu’il ait fait de 
nombreuses expériences pour s’en assurer, et qu’il se soit 
servi de la loupe et du microscope. 

DE LA FAIBLESSE NATIVE. 

. Les accoucheurs désignent sous le nom de faiblesse congé- 
niale ou native, d’établissement incomplet de la respiraiion,fai- 
â/esse des noMreau-nés, un état morbide dépendant de causes 
fort variables, qui est quelquefois primitif, d’autre^ fois con¬ 
sécutif, existant dès le début de la vie extra-utérine, et qui 
occasionne le plus souvent la mort des nouveau-nés. 

La faiblesse native est ; 

1» Accidentelle; 

2» Symptomatique ; 

3o Idiopathique. 

FAIBLESSE NATIVE ACCIDENTELLE. 

La grossesse est arrivée à son terme, le fœtus renfermé 
dans l’utérus a acquis un développement complet ; mais pen¬ 
dant son expulsion, il a beaucoup souffert, par suite des acci- 
dens divers qui compliquent l’accouchement (hémorrhagies, 
longueur du travail, asphyxie, etc.), et qui ont une influence 
fâcheuse sur l’enfant. 

Les nouveau-nés qui sont restés longtemps asphyxiés y sont 
plus particulièrement sujets. 

FAIBLESSE NATIVE SYMPTOMATIQUE. 

Les enfans venus au monde avec une maladie contractée 
pendant la vie intra-utérine, ou avec des vices de conforma- 


posilion. Ce ne sont pas les idées, comme on peut le voir, qui manquent 
à M. Marchai, ainsi que je crois l’avoir déjà dit de lui dans une^autre 
occasion, il est h cet égard sous l’imminence pléthorique ; heureuse 
pléthore toutefois, et qui contraste favonablement avec l’anémie intel¬ 
lectuelle, hélas, bien plus commune et bien moins curable ! 

Je suis parfaitement convaincu que libre de son temps et d’espace, 
M. Marchai eût fait un excellent travail sur l’acclimatement. Il a eu, 
plus que ses compétiteurs, le mérite d’envisager la question de son 
point de vue le plus élevé et le plus philosophique. Son début a été 
pompeux, trop pompeux peut-être, et il lui était difficile de se tenir h 
cette hauteur. Il n’a pas eu ce bonheur. Son style éblouissant n’a pas 
suffisamment dissimulé l’étrangeté de quelques idées, le peu de fon¬ 
dement de quelques autres. Sa définition du climat est ingénieuse, mais 
est-elle juste ? N’est-ce pas une erreur de dire que l’air, dans les pays 
chauds, contient moins d’oxygène? Le lien pathologique entre le cho¬ 
léra, la fièvre jaune, la peste et les fièvres pseudo-continues des pays 
chauds est-il aussi étroit que l’assure M. Marchai? Définir la vie par 
ces mots ; une combustion réglée, n’est-ce pas plutôt faire une anti¬ 
phrase qu’une définition, antiphrase fort h la mode, il est vrai, dont il 
ne faut pas rendre M. Marchai responsable, car elle date de Lavoisier, 
car elle se perpétue et Se corrobore de jour en jour dans nos écoles 
sous l’empire des théories chimiques qui asservissent à celte heure la 
physiologie et la pathologie ? 

Je prie le lecteur de voir que ce sont des questions que je pose, des 
doutes que j’expose plutôt que des critiques que j’adresse h M. Marchai. 
Je liens la composition pour l’œuvre d’un esprit élevé et distingué, ses 
défauts ne sont, après tout, que les défauts de ses qualités ; sa richesse 
se traduit quelquefois en exubérance, son style imagé a parfois besoin 
d’éviter la redondance, et sa diction solennelle doit de temps à autre 
prendre garde à l’enflure. Mais, somme toute,. M. Marchai est un com¬ 
pétiteur qui a le don merveilleux de se faire écouter et chaudement 
applaudir. 


lion des principaux organes, seront considérés commèalteints 
de faiblesse native symptomatique. 

FAIBLESSE NATIVE IDIOPATHIQUE, 

On comprendra enfin dans cette catégorie tous les enfans 
chez lesquels on ne trouve pas dans l’état pathologique des or¬ 
ganes une raison suffisante pour expliquer l’affaiblissement 
que l’on observe chez eux après leur naissance, les fœtus nés 
avant terme. 

La laiWesse native des nouveau-nés se traduit à l’extérieur 
par une respiration incomplète, et une tendance très grande 
au refroidissement. . 

L’imperfection de la respiration est une des principales 
causes du refroidissement des nouveau-nés ; mais elle n’est 
pas la seule ; il en est une autre dont il faut tenir compte, 
c’est l’abstinence à laquelle ces petits êtres sont soumis par 
sui té de l’impossibilité où l’on est de leur faire avaler la moin¬ 
dre quantité de nourriture. 

Cet abaissement de la température extérieure du corps a 
été souvent constaté chez les aliénés qui refusent de manger. 

Les enfans atteints de faiblesse native respirSSt seulement, 
et ils ne jettent que des cris faibles ou ne crient pas du tout ; 
les liquides que l’on verse dans leur bouche ne dépassent pas 
l’ouverture de la glotte; une partie s’y introduit et donne 
lieu à un accès de suffocation pendant laquelle la respiration 
se suspend', les yeux se tournent en haut, la face devient li¬ 
vide, les lèvres bleuissent ; l’autre partie reste dans la bouche 
ou se répand sur la face et le cou. Les enfans sont trop fai¬ 
bles pout exercer les mouvemens de succion. 

Ces suffocations se reproduisent toutes les fois que l’on veut 
faire prendre des alimens à l’enfant, et c’est souvent pendant 
une d’elles que l’enfant meurt. Le médecin assiste à l’agonie 
de ces malheureux sans pouvoir faire autre chose que ce que 
lui recommandent les auteurs, savoir de les frictionner et de 
les réchauffer!! 

C’est après avoir été témoin de beaucoup de faits de ce 
genre, que, dans im cas récent, l’idée m’est venue, trop tard, 
de recourir à la sonde œsophagienne , pour introduire direc¬ 
tement dans l’estomac les liquides destinés à alimenter l’en¬ 
fant. 

Pour parvenir au but qu’on se propose, il faufoseulement : 
lo une sonde à une seule ouverture au bout, et à bords émous¬ 
sés, du no II ou 12 (filière de M. Charrière). 

2» Une seringue no 1, piston à parachute, avec une canule 
ayant le bout en maillechort de M. Charrière. 

L’introduction de la sonde dans l’œsophage ne présente 
pas la moindre difficulté, ce conduit devenant presque droit 
lorsqu’on met la tête dans l’extension ; d’ailleurs les obstacles 
qui pourraient arrêter la marche de la sonde, se trouvent tous 
à sa partie antérieure, et en la dirigeant vers la partie posté¬ 
rieure, on peut toujours les éviter. 

Après avoir préalablement chauffé la sonde pour la ramollir 
un peu, on l’enduit avec de l’huile d’amandes douces pour fa¬ 
ciliter son glissement, et on l’introduit, par la bouche, dans 
l’œsophage, à une profondeur de huit à dix centimètres pour 
dépasser le larynx. On attend quelques minutes pour voir si 
la respiration est gênée par sa présence ; si la sonde est dans 
l’œsophage, on n’observe aucun trouble dans la respiration. 

Lorsque la sonde est bien placée, on n’a plus qu’à injecter 
doucement avec la seringue 40 à 50 grammes d’un liquide 
chaud approprié au but que l’on se propose. 


VI. 

M. BOUCHABDAT. 

Après avoir moniré combien est diflicile la définition rigoureuse des 
climats, après avoir établi qu’il était impossible de les déterminer et de 
les limiter par des lignes purement géographiques, le candidat a déve¬ 
loppé cette pensée, qu’en adoptant les divisions indiquées par la géo¬ 
graphie botanique, on arrivait à des indications réunissant un grand 
nombre de conditions climatériques de la plus haute importance. 

Le candidat énumère et développe les caractères propres à chaque 
climat, et il montre que sous le rapport de la question spéciale de l’ac¬ 
climatement, il suflit de diviser les climats en : 1“ chauds, 2“ tempérés, 
3“ froids, et enfin qu’il faut ajouter h cette division une quatrième classe, 
les climats à miasmes paludéens, qu'il a désignés sous le nom de cli¬ 
mats insalubres. 

Climats chauds. — M. Boiichardat expose que si les animaux elles 
plantes sont confinés sur des bandes limitées do globe, l’homme peut, 
avec le temps, en changeant ses habitudes, son régime, son genre de 
vie, se rapprocher, par une transformation graduelle, du type organi¬ 
que des indigènes du pays nouveau qu’il vient habiter. Mais la transfor¬ 
mation n’est possible , sans graves dangers, qu’en combattant par des 
soins hygiéniques bien entendus les fâcheuses influences du climat, quand 
il diffère d’une manière considérable par sa température moyenne. Se 
rapprocher le plus possible du régime bien étudié desjiaturels, telle 
est, pour le candidat, la règle la plus importante pour rendre moins 
désastreuses les chances de l’acclimatement. 

En comparant le régime des différens peuples qui habitent les régions 
tropicales, le candidat voit que parmi les alimens de la combustion, ce 
sont les féculens dont ils font un usage pour ainsi dire exclusif. Il mon¬ 
tre combien celte indication a d’importance. Les féculens, dit-il, sont 
dissous lentement dans les intestins et ne fournissent que peu à peu la 
somme d’élémens combustibles nécessaires pour entretenir la chaleur 
animale. La dépense étant très faible dans les climats chauds, il faut 












39 


Il sera utile de faire asseoir l’enfant sur son séant, ou de 
lui tenir la tête élevée sur l’oreiller, pour que le liquide 
tomlie par son propre poids dans la capacité de l’estomac. 

On répétera la même opération jusqu’à ce que l’enfant soit 
assez fort pour exercer lui-même les mouvemens de succion. 

L’alimentation artificielle à l’aide de la sonde œsophagienne 
que je propose, est destinée, je l’espère, à rendre de grands 
services à l’humanité, son exécution facile permettra même 
aux sages-femmes d’en faire usage ; dans les accouchemens 
prématurés, artificiels ou naturels, on pourra sauver la vie à 
des enfans qui, sans elle, ne pourraient pas vivre. Elle com¬ 
plétera, avec l’insufflation pulmonaire, la série des soins à 
donner aux nouveau-nés, et, si quelquefois elle ne réussis¬ 
sait pas, on ne devrait pas pour cela l’abandonner : on aurait 
du moins la certitude d’avoir fait tout ce qu’il est humaine¬ 
ment possible de faire pour conserver des enfans à l’existence 
desquels tant d’intérêts sont souvent attachés. 


iCABaiES, SOCIÉTÉS SAVANT ES ET ASSOCIATIONS. 

ACADÉMIE DES SCIEXGES. 
séance du 19 Janvier. — Présidence de M. Piobert. 

M. Augustin-Félix Orfila lifun mémoire qui a pour objet l’élude 
des trois questions suivantes de toxicolopie : 1“ l’élimination de cer¬ 
tains poisons; 2" comparaison des procédés proposés pour la recher¬ 
che du plomb, du cuivre et du mercure contenus dans les substances 
organiques; 3* l’action de l’élylamine et de l'amylamine sur [éco¬ 
nomie animale. 

Voici en quels termes l’auteur résume la première partie de son tra¬ 
vail relative à l’élimination des poisons ; 

Un grand nombre de poisons, après avoir été absorbés, passent dans 
les divers produits de sécrétion, urine, sueur, salive, sécrétion gastro- 
intestinale. Tous ne vont pas dans tous ces produits ; le plus grand nom¬ 
bre cependant se trouve dans l’urine. 

Il est retnarquable que l’arsenic et l’iode ne passent pas dans la bile. 

Ce sont les seuls que l’on y ait cherché jusqu’à ce jour, peut-être en 
séra-t-il de même pour d’autres corps vénéneux. 

C’est ainsi que les matières nuisibles sont petit à petit entraînées 
au dehors, quelques-unes, comme l’arsenic et le mercure, dans un as¬ 
sez court délai ; tandis que d’autres se retrouvent encore dans les orga¬ 
nes, quatre, cinq et huit mois après leur introduction. 

Il est évident que plus les sécrétions entraîneront de poison, plus 
l’élimination sera rapide. Or, comme l’urine est la principale voie par 
laquelle s’échappent les substances toxiques, on peut dire, d’uhe ma¬ 
nière générale, que plus l’urine entraînera d’un composé vénéneux, 
plus ce corps sera promptement expulsé. 

Cette idée, dit l’auteur, m’a été suggérée par quelques faits indiqués 
avant moi et par quelques-unes de mes expériences. 

Ainsi, l’arsenic et le mercure passent dans l’urine, même le septième 
jour après l’introduclijn; leur élimination se fait en quelques jours ; le 
plomb et le cuivre ne se retrouvent pas dans l’iirine, le quatrième jour 
après l’adrainistraiion de l’acétate de plomb et du sulfate de cuivre, 
leur expulsion n’est pas complète en huit mois. Ce qui arrive pour l’ar¬ 
gent n’est guère d’accord, il est vrai, avec cette manière de voir, mais il 
est probable que ce métal, après l’administration du nitrate d’argent, est 
expulsé par d’autres voies que la sécrétion urinaire. 

Lorsqu’un poison est absorbé, l’emploi des diurétiques, des purgatifs 
et des sudorifiques, en facilitant son expulsion, peut rendre les plus 
grands%ervices à la thérapeutique, même pour ceux des poisons qui ne 
sont pas facilement expulsés avec l’urine. 

La médication précédente peut et doit accélérer l’élimination. 

Les purgatifs peuvent être très utiles pour chasser quelques poisons 
après leur absorption. 

Un poison peut exister dans nos tissus, saris que nous puissions, par 


que l’alimentation bien réglée ne donne point d’excédant qui, h la lon¬ 
gue, pourrait déterminer les altérations les plus funestes dans les fonc¬ 
tions du foie et dans les autres parties de l’appareil cligestif. 

De celte indication générale ressort nettement le danger de l’abus des 
liqueurs alcooliques, élémens rapides de combustion qui ont fait tant 
de victimes dans les rangs des Européens transportés dans des climats 
chauds. 

Le candidat montre ensuite combien l’emploi régulier des bains est 
utile pour les hommes qui quittent un climaUempéré pour un climat 
chaud. Les religions de beaucoup de peuples des régions tropicales leur 
font un devoir des bains et des ablutions ; cette prescription religieuse 
est un excellent précepte d’hygiène. 

M. Bouchardat-aborde ensuite les questions qui se rapportent à l’exer¬ 
cice, aux travaux intellectuels, et parmi les conditions qui rendent l’ac¬ 
climatement plus fatal, il insiste sur le danger auquel sont principale¬ 
ment exposés les enfans. Si les femmes courent de moins grands périls 
à une certaine époque de leur vie, il en trouve l’explication dans l’exis¬ 
tence d’une fonction spéciale, la menstruation, qui permet h la nature la 
régularisation de la nutrition. Si les hommes d’une constitution fort 
vigoureuse ont plus à souffrir, c’est qu’habitués h un régime abondant et 
réglé pour les pays tempérés , ils ont oublié que les climats chauds ne 
donnent lieu qu’à une faible dépense. 

Climats froids. — Si, à l’aide de précautions très simples, les hom¬ 
mes des pays tempérés peuvent s’acclimater facilement dans les pays 
froids, si bien que pour eux on peut dire qu’il n’y a véritablement au¬ 
cune condition essentielle à noter, il n’en est pas de même pour les ha- 
bitans des pays chauds émigrant dans des climats froids. S’ils ne règlent 
pas convenablement leur régime, ils sont le plus souvent atteints par 
une maladie fatale, la tuberculisation. Le candidat insiste sur la nécessité 
pour eux de remplacer leur alimentation féculente par l’usage des corps 
gras qui Interviennent utilement pour une si large part dans l’alimenta¬ 
tion des peuples du nord. Le candidat développe avec détails- celte op¬ 
position des alimens de la combustion, féculens au midi, corps gras au 


l’analyse des urines, en soupçonner la présence. 

Un animal peut porter dans ses organes des élémens toxiques, sans 
qu’on puisse remarquer aucun trouble dans sa santé. 

Puisque la partie de poison absorbée va successivement diminuant 
jusqu’à un certain moment, il est impossible et absurde de' vouloir cal¬ 
culer la quantité de poison administrée d’après la quantité de poison 
trouvée dans les organes, cela en écartant même les mille autres causes 
d’erreur, telles que les vomissemens, les pertes d’expérience, l’inégalé 
répartition du poison. 

Il faut se garder de conclure de ce qu’un poison séjourne très long¬ 
temps dans l’économie animale, qu’il y reste indéfiniment, car, lorsqu’on 
administre du nitrate d’argent à des chiens, il est facile de retrouver 
l’argent dans leur foie au bout de cinq mois, tandis qu’on n’en découvre 
pas quand les animaux ont vécu sept mois après l’intoxication. 

Comment comprendre ce séjour ? 

D’après les faits connus jusqu’à présent et les idées physiologiques 
généralement admises, il me semble rationnel d’admettre qu’aprèsl’ex¬ 
pulsion d’une certaine proportion du toxique absorbé, là portion res¬ 
tante est tolérée par certains organes sans aucun accident, tandis que 
les autres réagissent et s’en débarrassent ; c’est dans le foie que les 
poisons paraissent séjourner le plus longtemps. 

Peut-on appliquer ies résultats obtenus avec certains poisons à d’au- , 
très qui offrent avec eux plus ou moins d’analogie de composition ou de 
propriétés ? Non. Je n’oserais même pas avancer que l’acétate de cuivre 
se comporterait de»inême que le sulfate du même métal au point de vue 
de l’élimination. 

Ne serait-il pas possible, comme l’a fait entrevoir mon oncle dans ses 
leçons à la Faculté, que des antidotes pussent neutraliser les actions 
délétères de certains poisons même après l’absorption, lorsque ceux-ci 
sont déjà dans lé sang, le foie, la rate, etc.; et cela de deux façons, soit 
en formant des composés moins vénéneux, soit en formant des combi¬ 
naisons plus faciles à éliminer. Deux sortes de preuves peuvent être in¬ 
voquées pour décider la question : la cessation ou l’amendement des 
symptômes alarmans, le, passage des nouvelles combinaisons dans les 
produits excrémentitiels. Ce dernier cas se rattacherait intimement à 
notre travail. 

M. Orfila termine par la relation de quelques expériences sur l’action 
de l’étylamine et de l’amylamine sur l’économie animale. Il résulte de 
cette élude une grande analogie entre ces corps et l’ammoniaque, au 
point de vue de l’action physiologique, analogie que leurs propriétés 
physiques et chimiques devaient faire prévoir. 

M. Adolphe Bobierre, de Nantes, adresse une note sur ['influence 
du chlore humide dans le traitement de la glucosurie, à propos des 
communications récentes de M. Alvaro Reynoso, sur la concordance 
qui existe entre certains phénomènes de l’acte respiratoire et la pré¬ 
sence du sucre dans les urines, et de M. Bouchardat sur l’influence fa¬ 
vorable des inspirations d’oxygène dans la glucosurie. 

L’auteur, après avoir rappelé un travail dans lequel il a établi lui-même 
que l’action spéciale du chlore humide dans certaines alfcctions du pou¬ 
mon doit être attribuée à l’oxygène mis en liberté par suite de la dé¬ 
composition de l’eau, s’exprime en ces termes : 

J’ai été conduit à me demander si l’emploi de l’oxygène naissant, ob¬ 
tenu par l’inspiration d’une faible quantité de chlore humide, ne pour¬ 
rait pas être utilement adopté dans le but de remédier aux inconvéniens 
signalés par M. Bouchardat. 

Le seul cas dans lequel j’ai pu faire une observation complète était 
caractérisé par un emphysème pulmonaire bien déterminé. L’urine, pré¬ 
cipitée par le sous-acétate de plomb, filtrée, puis débarrassée de l'excès 
de sel plombique par le chlorure de sodium, et enfin traitée par la le¬ 
vure de bierre d’une part, et la solution alcaline de tartrate de potasse 
et de cuivre de l’autre, fournissait les caractères d’un liquide manifeste¬ 
ment sucré. Sous l’influence du chlore, dont la dose a été graduelle¬ 
ment augmentée, le sucre a diminué jusqu’à ce que les conditions nor¬ 
males de la respiration fussent complètement rétablies. 

Si, ce qu’il appartient à la médecine de préciser, les inspirations 
d’oxygène pouvaient avoir quelque résultat utile dans le traitement de la 


nord, en s’appuyant sur les recherches sur la digestion, qui lui sont 
confmunes avec M. Sandras. 

Climats insalubres. — Un élément nouvean, le miasme paludéen, 
peut compliquer et rendre plus difficile et plus incertaine la question 
d’acclimatement. Le candidat, après avoir indiqué les causes principales 
de développement de ces miasmes, dessèchement des eaux stagnantes, 
mélange des eaux douces et des eaux salées, état particulier de certains 
sols d’origine marine, indique les travaux qui doivent être exécutés pour 
rendre les vhances de l’acclimatement moins désastreuses, énumère les 
précautions qui doiventêtre prises pour diminuer les dangers qui accom¬ 
pagnent les premiers travaux agricoles dans certaines localités, et il 
termine en insistant sur cette précaution importante prise par le gou¬ 
vernement anglais, de faire séjourner les troupes plus ou moins long¬ 
temps dans des climats intermédiaires avant de les exposer aux climats 
des tropiques. 

VIL 

Celte composiiion, sage et modeste, si elle ne brille pas par des qua¬ 
lités éclatantes, ne pêche pas non plus par des défauts signalés. Il y a 
même une partie tout h fait originale et que M. Bouchardat a présentée 
d’une manière piquante, c’est le contraste que doit offi'ir l’alimentation, 
au point de vue des élémens combustibles, dans les pays chauds et dans 
les pays froids. C’est avec un admirable instinct hygiénique que l’Hin¬ 
dou se nourrit presque exclusivement de riz, aliment féculent d’une 
digestion lente, aliment plastique bien plus que combustible; c’est avec 
une prévoyance non moins admirable que l’Esquimau se gorge d’huile 
de baleine, aliment riche en carbone, aliment éminemment combustible, 
qui lui permet de réagir par le calorique intérieur qu’il développe, con¬ 
tre l’abaissement extrême de la température extérieure. Celte excellente 
page de la composition de M. Bouchardat a fait impression. 

{La suite au prochain n”,) Amédée Latour, 


glucosui'ie, il serait à désirer flue des inspirations fussent de préférence 
effectuées à l’aide de l’oxygène naissant, c’est-à-dire obtenu par les fu¬ 
migations de Yapeur d’eau chlorée. 


' ACADÉMIE DE MÉDECINE. 

Addition â la séance du 20 Janvier 1852. — Présidence de M. Méuer. 

Le procès-verbal de la dernière séance est lu et adopté, 

La correspondance comprend : 

1° Diverses communications du ministre, relatives à des remèdes se¬ 
crets, 

2“ Un rapport de M, le docteur Barthez, médecin de l’hôpital mi¬ 
litaire de Vichy, contenant des renseigneraens sur les malades auxquels 
les eaux minérales ont été administrées pendant l’année 1851, (Comm. 
des eaux minérales.) 

3® Le relevé statistique des décès dans la ville de Paris, pour le 
mois de novembre dernier. 

A® Une lettre de M. Goupil, correspondant de l’Académie, à Ne¬ 
mours, qui fait part à l’Académie de la mort de M. Denarp, son cor¬ 
respondant à Bourges. 

5° Une lettre de M. Sédillot, de Strasbourg, qui fait hommage à 
l’Académie d’une brochure intitulée : Des règles de [application du 
chloroforme aux opérations chirurgicales. 

L’auteur indique dans celte lettre l’objet principal de sa brochure, qui 
est de démontrer que les accidens mortels survenus dans la pratique de 
l’art, sous l’influence du chloroforme, ne sont pas allribuab'es h celte 
substance, mais à la manière dont On en fait usage, et d’indiquer les 
moyens d’éviter à l’avenir de si regrettables malheurs. 

M. Gibert croit devoir contester ce que les propositions contenues 
dans la brochure de M. Sédillot ont de trop absolu, en ce qui concerne 
du moins la constatation de l’innocuité du chloroforme appliqué comme 
anesthésique. Il déclare que, pour son compte, il persiste dans les as¬ 
sertions toutes favorables au chloroforme, qu’il a émises dans son rap¬ 
port sur les anesthésiques, à l’occasion du prix proposé par l’Académie 
sur cette question. 

— M. LE Président annonce à l’Académie qu’elle possède dans son 
sein M. Reynaud, correspondant à Brest, M. Reynaud est invité à si¬ 
gner la feuille de présence. 

La parole est à M. CIiailly-Honoré pour un rapport, 

M. Chailly lit un rapport sur un mémoire de M. Félix Halin, relatif 
à un procédé d’application du forceps au détroit supérieur. 

Le procédé de M. Hatin consiste à introduire l’iine ou l’autre main 
tout entière et une partie de l’avant-bras dans l’utérus, et de guider, avec 
cette main, les deux branches du forceps ou du céphalotribe que l’autre 
main doit introduire. 

Par ce moyen, chaque cuiller glissant sur le poignet, puis, de là, dans 
la main de l’opérateur, ne peut ni se fourvoyer dans le cul-de-sac du 
vagin, ni perforer le cul-de-sac et déterminer la mort de la femme. Non 
seulement on devra nécessairement pénétrer avec sûreté dans l’utérus ; 
mais même, on le fera avec bien plus de facilité et dê promptitude. La 
main, en outre, s’assurera du placement régulier de chacune des cuil¬ 
lers, constatera qu’aucune des parties maleimelles n’est prise entre les 
mors de l’instrument, et que la tête seule est saisie et bien solidement 
prise. 

Cette méthode, ajoute M. le rapporteur, a encore pour avantage de 
permettre de commencer indifféremment par l’une ou par l’autre des 
deux branches, sans craindre de se trouver dans l’obligation de faire le 
décroisement. 

A l’appui de son procédé, M. F. Halin cite 18 observations, dont M. 
le rapporteur donne une analyse succincte, et il termine par la relation 
du fait suivant qui établit, suivant lui, mieux que tout autre, la supério¬ 
rité du procédé de M. F. Hatin : 

IW”® G... est d’une taille de 1 mètre 32 cent. Les membres inférieurs 
sont fortement incurvés, et le bassin ne présente, au diamètre antéro¬ 
postérieur du détroit supérieur, que 21 lignes de passage environ. 

Parvenue à terme, cette femme fut prise, le 21 octobre dernier, des 
premières douleurs de l’accouchement; mais le jeudi 23, malgré des 
contractions énergiques et soutenues, la tête restait fixée' au-dessus du 



DÉCRET SUR LE CONSEIL D’HYGIËNE ET DE SALUBRITÉ DU 
DÉPARTEMENT DE LA SEINE. 

Louis-Napoléon, 

Président de la République française. 

Sur le rapport du minisire de l’agriculture et du commerce ; 

Vu le décret du 15 décembre 1851, sur l’organisation du conseil 
d’hygiène et de salubrité du département de la Seine, 

Décrète : 

Art. l'L — Le nombre des membres titulaires du conseil d’hygiènè 
publique et de salubrité du département de la Seine, actuellement de 
douze, est porté à quinze, le nombre des membres adjoints restant fixé 
à six. 

Art. 2. — Provisoirement, et en attendant que le conseil municipal 
ait pourvu au paiement de l’indemnité ordinaire, ies fonctions des nou¬ 
veaux membres titulaires du conseil d’hygiène publique et de salubrité du 
département de la Seine seront gratuites. 

Art. 3. — Le secrétaire général de la préfecture de polict^ les pro¬ 
fesseurs et fonctionnaires désignés dans les arrêtés des 24 décembre 
1832, 1" mars et 7 septembre 1838, et 24 février 1844, approuvés par 
le ministre du commerce, seront, à raison de leurs' fonctions, membres 
du conseil d’hygiène publique et de salubrité du département de la 
Seine. 

Le titre de membre honoraire ne pourra être accordé qu’aux per¬ 
sonnes qui auront été membres titulaires. 

Art. 4. — Le décret précité du 15 décembre continuera de recevoir 
son exécution, en tout ce qui n’est pas contraire aux dispositions qui 
précèdent. 

Art. 5. — Le ministre de l’agriculture et du commerce est chargé de 
l’exécution du présent décret. 

Fait au palais des Tuileries, le 19 janvier 1852. 

Louis-Napoléon Bonaparte. 

Par le Président : 

Le ministre de [agriculture et du commerce, 

N. Lefebvre-Duruflé. 
















40 


détroit supérieur. Une bosse sanguine considérable proéminait seule 
dans ce détroit. 

Une sage-femme était auprès de la patiente. On en fit appeler une 
seconde, puis MM. le docteur Bialay et Poterin-Dumofel, puis enfin 
MM. Belin, Dequevauvillers et le docteur Schley, d’Augusta (États- 
Unis). 

Ces confrères, après avoir procédé à la mensuration du bassin, fu¬ 
rent d’avis que le rétrécissement devait faire exclure toute pensée d’agir 
sur l’enfant, et que l’opération césarienne était seule possible. 

Bien que, comme chacun le sait, l’opération césarienne soit des plus 
facile à pratiquer, cependant, ces messieurs me firent appeler pour me 
faire prendre ma part de responsabilité dans une opération aussi grave. 
Lorsque j’arrivai. Je constatai l’extrême étroitesse du bassin ; mais les 
battemens du êœur du fœtus étaient rares et faibles; l’eau amniotique, 
teinte de méconium, s’écoulait au-dehors; tout annonçait que si l’enfant 
conservait un reste de vie à cause des liens vasculaires qui l’unissaient 
encore h sa mère, sa viabilité était presque certainement compromise, 
et que, privé de ces rapports circulatoires après sa naissance, il suc¬ 
comberait très prochainement, si, même, il n’^vait pas cessé d’exister 
avant la fin de l’opération. Cette circonstance militait en faveur de la 
céphalotripsie ; mais comment espérer, môme parce moyen, extraire le 
fœtus d’un bassin îte présentant que 21 lignes? Chacun jugeait la .chose 
Impraticable. Cependant, je regardai comme un devoir de s’arrêter a ce 
parti, alléguant que llopération césarienne vouait, à Paris, les femmes à 
une mort certaine, et qu’il serait toujours temps d’y recourir, si nos 
tentatives étaient infructueuses. J’ajoutai, qu’à l’aide du procédé de M. 
Hatin, de quelques autres conseillés par M. P. Dubois, et de certains 
moyens qui me sont propres, j’espérais parvenir à délivrer la femme en 
lui laissant des chances probables de guérison. L’opération devant être 
longue et douloureuse, il fallait déterminer l’insensibilité de la patiente; 
M. le docteur Schley, très versé dans l’usage du chloroforme, se char¬ 
gea exclusivement de maintenir l’opérée dans un état d’insensibilité suf¬ 
fisant. 

Six applications de céphalotribe, faites suivant le procédé de M. Mar¬ 
tin, furent nécessaires pour briser la tête et la réduire en une sorte de 
pulpe, après quoi toutes les esquilles furent retirées, et une septième 
et dernière application du céphalotribe, toujours par le même procédé, 
permit d’extraire le fœtus ; l’opération avait duré une heure trois quarts. 
Les chirurgiens, auxquels la pratique des accouchemens est familière, 
peuvent seuls comprendre dans quel état d’épuisement moral et physi¬ 
que je me trouvais après cette extraction. 

L’enfant, sans la masse cérébrale, pesait cinq livres. 

La mère a eu les suites de couches les plus simples : elle a été 
exempte du plus léger malaise. MM. les docteurs Debout et Dop l’ont 
visitée le sixième jour, et, trois semaines après, elle-même venait me re¬ 
mercier. Depuis, elle n’a cessé de jouir de la santé la plus parfaite. 

Je ne fais ici que citer ce fait, ajoute M. le rapporteur, d’une manière 
très succincte, afin seulement de faire ressortir l’excellence du procédé 
de M. Hatin, Quel fait pourrait être, en effet, plus concluant que celui 
dans lequel, le céphalotribe ayant été appliqué sept fois, dans un bassin 
aussi rétréci, la femmes’est complètement rétablie?—Sans aucun doute, 
si je n’avais point eu à ma disposition le procédé de M. Hatin , j’eusse 
été dans la nécessité de pratiquer l’opération césarienne, et la femme 
serait morte, presque certainement. 

Frappé de l’utilité évidente de ce procédé pour l’application du for¬ 
ceps et du céphalotribe au détroit supérieur, les commissaires propo¬ 
sent d’adresser des remercîmens à l’auteur et de déposer honorable¬ 
ment son mémoire aux archives. 

M. Mobeau pense que l’application du forceps au détroit supérieur ne 
peut convenir que dans des circonstances exceptionnelles. Il regrette 
que M. le rapporteur n’ait pas indiqué ces circonstances. Pour lui, il n’a 
pas eu l’occasion de faire cette appliçation plus de quatre h cinq fois 
dans sa longue pratique. Il ne voit pas, en outre, la nécessité düntro- 
duire la main et l’avant-bras, la main seule doit suffire. 

M. Chailly : Les cas d’application du forceps au détroit supérieur 
sont plus communs que ne le pense M. Moreau. Ces cas se rencontrent 
surtout dans les classes pauvres, où les vices de conformation du bassin 
sont beaucoup plus fréquens que dans les autres classes. C’est probable¬ 
ment là la cause pour laquelle M. Moreau a eu rarement l’occasion de 
faire cette application. 

M. Velpeau : M, Moreau paraît d’avis qu'on applique le forceps plus 
souvent que cela est nécessaire ; M. Chailly est d’un avis contraire. M. 
Chailly, en outre, a émis cette autre proposition que les jeunes prati¬ 


ciens et' les médecins d’un ordre inférieur avaient plus fréquemment 
l’occasion de faire cette application. 

Ces deux propositions de M. Chailly sont très contestables. M. Vel-, 
peau est d’avis, comme M. Moreau, qu’on applique trop souvent le for¬ 
ceps, et qu’on devrait plutôt s’attacher h éviter les occasions de l’appli¬ 
quer, qu’a imaginer de nouveaux forceps ou de nouveaux procédés 
d’appiication. Un forceps, quel qu’il soit, est toujours une machine qu’il 
faut apprendre h manier, et qu’on n’emploie pas toujours impunément. 

M. Chailly s’associe à ce que viennent de dire MM, Moreau et Vel¬ 
peau des abus de l’application du forceps ; mais si ces reproches sont 
fondés en général, ils ne sauraient s’appliquer en particulier h l’applica¬ 
tion du forceps au détroit supérieur. 

M. P, Dubois regrette que M. le rapporteur n’ait pas cru devoir dé¬ 
crire le procédé de M. Hatin. On y aurait vu qu’au lieu du procédé très 
simple qui est habituellement en usage, M. Hatin propose un procédé 
d’une exécution très difficile, et qui peut même devenir dangereux, no¬ 
tamment dans certains des cas de rétrécissemens du bassin, pour les¬ 
quels l’auteur le propose précisément. 

M. Gerdy, contrairement à l’opinion émise par MM. Moreau et Vel¬ 
peau, croit qu’au lieu d’abuser du forceps, on ne l’emploie pas assez, et 
il s’étend longuement sur les inconvéniens qui résultent d’une trop 
grande temporisation, alors qu’à l’aide du forceps on eût pu terminer ai¬ 
sément l’accouchement. • 

M. Velpeau insiste sur la nécessité de restreindre, plus qu’on ne le 
fait généralement, l’usage du forceps. Hors les cas de certains vices de 
conformation du bassin, d’inertie de l’utérus et d’hémorrhagie, les seuls 
qui indiquent formellement l’application du forceps, il pensé qu’on doit 
s’en abstenir. 

— Plusieurs membres demandant la parole, M. le président les invite 
à vouloir bien se renfermer dans Ip point en discussion, qui est l’appli¬ 
cation du forceps au détroit supérieur. 

M. Malgaigne : Il résulte de la statistique de la mortalité des hôpi¬ 
taux, que la mortalité est beaucoup plus considérable dans les hôpitaux 
d’accouchement que dans les autres établissemens. Or, cette mortalité 
excessive tient à ce que les accouchemens sont livrés h des employés su¬ 
balternes et qu’on n’applique pas assez souvent le forceps. 

M. P. Dubois relève avec force l’assertion de M. Malgaigne, et dé¬ 
montre que le surcroît de la mortalité dans les hospices d’accouchemens 
tient à une autre cause que tout le monde connaît bien d’ailleurs ; et non 
à la manière dont sont faits les accouchemens, toujours confiés à des 
personnes parfaitement exercées. 

.La discus.sion est .close et les conclusions du rapport sont mises aux 
voix et adoptées. 

La séance est levée à cinq heures. 


PRESSE MÉDICALE. 


.annales flc.« maladies de la peau et de la syphilis. 

Numéro de décembre 1851. 

De la valeur des maladies intercurrentes dans les maladies de la 
peau ; par le docteur M. Ciiausit. 

Voici les conclusions de ce travail ; 

1“ Toute maladie aiguë, intercurrente, phlegmasie, fièvre essentielle 
accidentelle, indépendante de la maladie de la peau qu’elle traverse par 
sa nature, par sa marche, par sa durée, a sur l’éruption actuelle une 
influence évidente, immédiate, en vertu d’une action révulsive ou per¬ 
turbatrice. 

2" Cette influence ne semble pas, quant à ses résultats ou bons, ou 
nuis, ou mauvais, dépendre du degré d’intensité ou de la durée de la 
phlegmasie elle-même. 

3“ Elle varie, au contraire, selon certaines conditions d’état, de na¬ 
ture, afférentes h l’éruption. 

4” Elle peut être complètement heureuse et durable dans les affec¬ 
tions aiguës de la peau, quand celles-ci sont bénignes, on à leur début, 
ou de cause accidentelle. 

5” Dans les éruptions chroniques, elle est loin d’être toujours la 
même. 

6" Elle peut agir comme un modificateur puissant et heureux dans 
les cas où la puissance de l’affection cutanée tient à un état local ^dans 
certaines maladies de cause générale où les altérations de tissu jouent un 
grand rôle;- dans les maladies même spéciales, où le principe étanrdé¬ 
truit, le symptôme cutané n’est plus qu’un accident local. 

7° Elle n’est que passagère dans les cas où la maladie de la peau tient 


à une cause médiate, comme dans l’eczéma, dans le lichen, ou à un état 
constitutionnel de la peau, comme dans le psoriasis. 

8“ Elle est fâcheuse lorsque l’éruption chronique est causée ou entre¬ 
tenue par une débilitation profonde de l’économie, comme le rupia ; 
quand elle est caractérisée par une sécrétion abondante, commeJe pem- 
phigus; quand, enfin, la phlegmasie intercurrente peut être considérée 
comme un phénomène propre à la maladie de la peau elle-même : tel 
est l’éléphantiasis des Arabes. 

Du favus spontané du scrotum; par M. le docteur Cazenave. 

Après avoir établi qu’il est aujourd’hui impossible de contester la na¬ 
ture contagieuse du favus, et la facilité avec laquelle cette maladie se 
développe sous l’influence d’un contact, quelquefois même très léger, 
M. Cazenave ajoute qu’il ne doute pas cependant que cette maladie ne 
puisse se développer spontanément, favorisée d’ailleurs par toutes les 
causes qui altèrent profondément l’économie : la misère, le séjour dans 
des lieux malsains, la malpropreté, etc. Mais s’il est hors de doute, dit 
M. Cazenave, que, à lasuite d’une détérioration profonde de l’économie, 
ou d’une perturbation générale produite par des émotions morales vives, 
l’éruption faveuse puisse se développer en dehors de toute influence con¬ 
tagieuse, j’ai vu depuis plusieurs années des faits curieux de favus tout à 
fait local, à siège restreint, qui semblait se développer en l’absence de 
' tout moyen de contagion, comme aussi sans influence générale appré¬ 
ciable. C’est le plus souvent aux bourses qu’il a observé l’éruption fa¬ 
veuse dans ces conditions, c’est-à-dire sans qu’il y eût de favus sur un 
autre point du corps, en dehors de toute contagion possible, et aussi 
sans trouver dans des troubles généraux, ou dans l’état de l’économie, 
la raison de son développement. Il a pensé alors que, dans quelques 
circonstances, le favus pouvait être produit par certaines conditions 
locales particulières. Dir reste, dans la plupart de ces cas, la contagion, 
tout à fait improbable, pouvait h la rigueur être encore possible. 

Après avoir rapporté un fait de favus développé sur les bourses, dans 
les conditions particulières qui viennent d’être indiquées, M. Cazenave 
fait remarquer que le favus des bourses se développe ordinairement 
chez les adultes,, et sans qu’il y ait d’éruption faveuse spr aucun autre 
point. Il s’y présente d’ailleurs avec les mêmes caractères qu’au cuir 
chevelu ; les disques sont ordinairement plus petits, moins épais ; le poil 
manque souvent au milieu du godet, brisé qu’il se trouve de bonne heure 
par les progrès du disque faveux, qui, de bonne heure aussi, devient 
sec et pulvérulent. Tous ces caractères sont d’ailleurs en rapport avec 
les'conditions anatomiques locales. L’éruption est souvent accompagnée 
de cuisson, de douleur même, sans doute à cause du frottement et de la 
mobilité de la peau des bourses qui est offensée, tiraillée par la pré¬ 
sence de ces petits corps secs et durs qui ne se prêtent pas au mouve¬ 
ment. 

Développé dans cette région comme sur tous les points autres que le 
cuir chevelu, le favus est bien loin.'d’oil’rir la même résistance quel’on ren¬ 
contre toujours lorsqu’il occupe son siège de prédilection. Aux bourses, 
il disparaît avec une grande facilité, et sans qu’au bout de quelques 
jours on puisse retrouver la moindre trace de son passage. Il cède en 
peu de jours à des lotions alcalines faites matin et soir, à quelques 
bains. 


NOUVELLES. — FAITS DIVERS. 

CONGOUBS POUR LA chaibe D'HYGIÈNE. —MM. Tai'dieu et Mar¬ 
chai (de Calvi) ont fait lundi leur leçon après vingt-quatre heures de 
préparation. Le premier a eu à traiter des vélemens, le second du 
pain. 

M. Orfila, assez sérieusement indisposé, n’a pu assister à cette séance 
et ne peut plus, par conséquent, faire partie du jury de ce concours. 
Nous sommes heureux d’annoncer que l’état du célèbre professeur ne 
présentait hier rien d’alarmaut. 

CONCOBRS POUR QUATRE PLAGES DE MÉDEGINS AU BUREAU GEN- 
TRAL DES HOPITAUX. — Ce concoiii's s’est terminé lundi soir, à dix 
heures, par la nomination de MM. Oulmoiit, Frémy, Moutard-Martin et 
Bergeron. 

NOUVELLES DU GHOLÉRA. — Une dépêche de Boston-annonce que le 
choléra fait de grands ravages à la Jamaïque. Dans un quartier de l’île, 
la mortalité s’élève journellement de 30 à 40 personnes. La plus grande 
consternation s’est emparée de l’esprit des habitans. 


Le gérant t Richelot. 


En vente, chez VICTOR MASSON, libraire, piace de l'Écoie-de-Médecine, 17, à Paris. 

nce ADPincMC ne neMTiTin'ai 

HuIllUCiia Ut Utn I i I lUn battre; par M. A. DELABARRE FILS, docteur en médecine, médecin- 
dentiste de l’hospice des Enfans-Trouvés et Orphelins de Paris. 

Un voiume in-8 avec figures dans ie texte. Prix : 3 fr. 


AVIS. 

D’après les jugements rendus par 
divers tribunaux, personne na le droit 
de prendre le nom de M. Vallet pour 
vendre les Pilules Ferrugineuses dont il 
est l’inventeur. 

Pour éviter toute méprise, et pour se 
garantir des contrefaçons, on devra 
s’assurer que les flacons portent bien 
l'étiquette, dont le modèle est ci-contre. 


Approuvées par l’AcatléiDie 
d.e Médecine. 

D’après le rapport fait à l'Académie; celle 
préparation est ta seule dans laquelle le carbo¬ 
nate ferreux soit inaltérable. Aussi les méde¬ 
cins lui donnent-ils la préférence, d ' ’ 

cas oùlesfermginenxdoivent'"^ * 

QuiipiofluuillMltscelIiSj—'— 
par le cachet VALLET!» ^ ^ 

sur l'étlspeUeli slgmtoe d-cimire. / 

ItépOt me Gamnarii^AS, 


Les Pilules de Vallet s emploient prin¬ 
cipalement pour guérir les pâles couleurs, 
les pertes blanches et pour fortifier les 
tempéraments faibles. 


L’EMPLATRE ÉPISPASTIQUE 

inacien à Mm et (Haute-Garonne), à la suite du Rapport de l’Aca¬ 
démie de médecine de Paris, vient d’être autorisé parM. le mi¬ 
nistre de ragricullure et du commerce. Les vertus de ce puissant 
dérivatif, sont de guérir, en très peu de temps, les ophlhalmies, 
otalgics, surdités , migraines , chlorose (pâles couleurs), rhu¬ 
matismes clironiques, arthrites vertébrales, céphalalgies, etc ,elc. 

11 n’est délivré que sur ordonnance de l’homme de l’art. En 
envoyant un bon sur la poste, de 4 fr., I’emplatre et l’appareil 
nécessaire, ainsi que l’instruction seront envoyés aux domiciles 
des malades. 

Remise de 25 p. 100 pour les hêpilaux, l’homme de l’art, et 
les indigens. 

MM. les pharmaciens qui voudront des dépôts avec forte re¬ 
mise, s’adresseront à M. Muguet, pour traiter des conventions. 

Il n’a élahli encore qu’un seul dépôt, cliez M. Cassaud, phar¬ 
macien, place Lafayettc, 9, à Toulouse. 

Afin de se livrer à sa spécialité. M. Muguet vendra sa phar¬ 
macie à de bonnes conditions pour l acqiiéreiir ; il vendra ou 
affermera sa belle et vasie maison de Muret, en bloc ou en par¬ 
celles, et donnera des facililés pour le paiement. 



Ari-ROUVÉES PAR L'ACAUE.IIIE DE MEDECINE. 


« 11 n’est aucun de nos malades qui ne se soit bien trouvé de 
0 l’usage du lactate de fer, et tous, à leur sortie de l’hôpilal, 
» étaient dans un état des plus satislaisans. » 

(Extrait du rapport académique de MM. les profes¬ 
seurs Bouillaud, Fouquier et Bally.) 

Les Dragées de Gélis et Conté ne sont vendues qu’en boites 
carrées, revêtues du cacliet et de la signature des inventeurs.— 
Dépôt général à la pharmacie, rue Bout bon-Villeneuve, n» 19, 
place du Caire, à Paris ; et dans toutes les pharmacies. 


T Q A ITC D D A Tl n i IC DES MALADIES DES YEUX ; 
I nHI I i: rnM l ly UE; par W. Mackensie , profes- 
seurd’oplithalmologie à l’Université deGlascow; traduilde l’an¬ 
glais, avec notes et additions, par G. Richelot et S. Laugier, 
docteurs en médecine de la Faculté de Paris. Un fort volume 
n-8. Prix: 6 fr. 

Chez Masson, libraire, place de l’Ecole-dc-Médecine,n‘’17. 


LE ROB ANTiSYPHILITlQUE 

De B. I/AIFECTECB; seul autorisé, se vend 15 francs 
le litre au lieu de 25 francs. Dix à douze bouteilles sont néces¬ 
saires pour un traitement. L’on accorde 50 p. 100 de remise 
aux médecins et aux hôpitaux qui s’adressent au docteur 
Girëaudeau, 12, rue Ricber, à Paris. 


TRAITÉ MALADIE VÉNÉRIENNE 

par J. IluNTER, trad'uit de l’anglais par le docteur G. Rien elot 
avec des notes et des additions par le docteur Pli. Ricord, chi¬ 
rurgien de l’hôpilal des Vénériens, membre de l’Académie de 
médecine, etc., accompagnée de 9 planches.—Deuxième édition, 
revue, corrigée et augmentée. Paris, 1852. — Irix : 9 fr. 

Chez J.-B. Baillière, libraire de l’Académie de médecine. 


MAISON DE SANTÉ OU Q' LEY, 

Avenue Montaigne, n» 45 ( ancienne allée des Veuves). 

Cet établissement ..fondé depuis 25 ans, est destiné aux trai- 
temens des maladies aiguës et clironiques, aux opérations clii- 
rurgicales et aux accouchemens, vient d’ajouter aux bains de 
toute espèce que l’on y trouve, l’application de la méthode liy- 
drothérapique. MM. les docteurs pourront suivre et diriger 
comme ils le jiigoront convenable l’emploi de ce moyen. — Vaste 
jardin. Le prix de la pension est modéré. Les malades y sont 
traités par les médecins de leur choix. 


APPAREIL ÉLECTRO-MÉDICAL 

TIONNANT SANS PILE Ni LIQUIDE, de Breton frères.—Cet 
instrument,,déjà si connu par les services qu’il rend tous les 
jours dans les sciences médicales, vient d’être tout nouvellement 
.perfectionné. On peut, de la manière la plus facile, appliquer 
sans danger l’électricité galvanique dans les diverses et n om¬ 
breuses maladies qui nécessitent l’emploi de cet agent comœe 
moyenthérapenlique; car, avec l’intensilé des fortes commo¬ 
tions électriques, qui peuvent se graduer et devenir presque in¬ 
sensibles, on peut aussi maintenant en graduer le nomlire à vo¬ 
lonté. Cet appareil, qui vientd’être tout récemmeni présentéà 
l’Académie des sciences, et dont l’usage est adopté pour te ser¬ 
vice des hôpitaux, est du prix de 140 francs. Chez MM. Breton 
frères, rue Dauphine, 25. 

PARIS. — TYPOGRAPHIE EÉLIX MALTESTE El COHP., ^ 

Rue des Deux-P’vtcs-Sl-Saiiveur, 22, ’ 




























^ome VI*—lO. 


nixilkME Ai!invÉi:< 


iSamedi !^I dFaiiTier 1^59. 


PRIX DE L’ABONNNEMENT ; 

•Pour Paris et les Sépartemens : 

' 1 An. 32 Fr. : 

6 Mois. 17 

3 Mois. 9 

Pour l'Étranger, où le port est 

double : 

6 Mois. 20 Fr. 

1 An. ... 37 

«our l’Espagne et le Portugal 

6 Mois. 22 Fr. 

1 An. 40 

Pour les pays d’outre-mer : 

1 An. 50 Fr, 


L UNION MÉDICALE 

JOURNAL DES INTÉRÊTS SCIENTIFIQUES ET PRATIQUES. MORAUX ET PROFESSIONNELS 
DU CORPS MÉDICAL. 


Bue du Panbourg-Kontmartre. 
S» 56. 

DANS LES DÉPABTEMENS! 
Chez les principaux Libraires. 

M On s’abonne aussi. 

Dans tous les Bureaux de Poste, et des 
Messageries Nationales et Générales. 


Ce Jonrual parait trois fois par semaine, le BARDI, le JEC»! et le SABEDI. 

Tout ce qui concerne la Rédaclion doit être adressé aux Bureaux du Journal, à M. le Docteur Amédée Xiatovb, Rédacteur en chef; tout ce qui concerne l’Administration, à M. le Gérant. 

Les Lettres et Paquets doivent être affranchis. 


Avis à MM. tes Actionnaires de l’Union Médicale. 

mm. les Actionnaires de TUnion Médicale sont prévenus que l’As¬ 
semblée annuelle aura lieu le mardi 3 février prochain, à 7 heures 1/2 
du soir, au siège de la Société, 56, rue du Faubourg-Montmartre. 

Celte Assemblée a pour but : 

1» D’entendre le compte-rendu du Gérant sur l’exercice de 1851 ; 

2» D’entendre le rapport du Comité de surveillance sur le rapport du 
Gérant ; 

3» De nommer les membres du Conseil de surveillance pour l’année 
1852. 


gOMîMAm®.— t. Paris ; Sur la séance de l'Académie des sciences. — II.Tra- 
VAUX ORIGINAUX : Mémoire sur quelques difficultés de diagnostic, dans certaines 
formes de fièvre typhoïde, et notamment dans la forme dite pectorale. — III. 
Académies , sociétés savantes et associations. Société de chirurgie de 
Paris : Tumeur fibro-plaslique ; discussion sur le diagnostic des tumeurs répu¬ 
tées cancéreuses. — Bapport. — IV. Mélanges : Nouveau fait de transfusion , 
praliqné avec succès. — V. Nodveii.es et Faits divers. — VI. Feuilleton : 
Concours pour la chaire d’hygiène à la Faculté de médecine de Paris (première 
épreuve). 


PARIS, LE 23 JANVIER 1852. 

SUR LA SÉANCE DE L’ACADÉMIE DES SCIENCES. 

MÉMOIBE DE TOXICOLOGIE DE M. FÉLIX OBFILA ; — L’oXYGÈNE DANS LE 
TBAIÏEMENT DE LA GLUCOSUBIE. 

Un neveu de M. Orfila, suivant les traditions et l’exemple 
de son illustre maître, a lu à l’Académie un travail remarquable 
sur les poisons, et en particulier sur rétylamineetl’amylamine. 
La manière dont la plupart des.poisons se comportent dans l’é¬ 
conomie, a conduit M. Félix Orfila à établir que, plus les poi¬ 
sons sont éliminés par les voies ordinaires des sécrétions, et 
surtout par les urines, plus le toxique s’affaiblit dans l’écono¬ 
mie, et plus la tolérance parvient facilement à s’établir. Il n’y 
a rien que de connu dans cette affirmation, mais elle amène 
cette conséquence qui, sous le rapport thérapeutique, a une 
importance considérable : à savoir, qu’il faut éliminer en 
même temps qu’on s’efforce de neutraliser le poison par les 
réactifs en usage dans les cas variés d’empoisonnement. Ainsi, 
il faut agir par les sudorifiques pour déterminer la transpira¬ 
tion, par les purgatifs pour déterminer de fréquentes selles, 
par les diurétiques, enfin, pour déterminer une abondante 
sécrétion urinaire. On comprend qu’insister sur tous ces 
moyens d’action, c’est marcher vers la possibilité de cette 
tolérance qui peut être considérée comme la guérison. Lors¬ 
qu’on effet l’empoisonnement ne laisse après lui qu’un déran¬ 
gement qui ne trouble plus profondément les fonctions, l’élat 
pathologique ne tarde pas à s'améliorer, et l’équilibre à se 
rétablir. 


Nous n’entrerons pas dans d’autres détails qui sont du do¬ 
maine spécial des investigations chimiques. Nous nons borne¬ 
rons à dire que l’étude faite par l’autèur sur le mode d’action 
de l’étylamine et de l’amylamipe place ces deux agens chimi¬ 
ques à côté de l’ammoniaque. Celte analogie dans la compo¬ 
sition doit en faire prévoir une autre dans les propriétés thé¬ 
rapeutiques. L’expérience apprendra les services que ces 
substances peuvent rendre à l’art de guérir. 

Les inspirations d’oxigène excitent-elles quelque confiance 
dans le traitement de la glucoserie ? M. Corbière, de Nantes, 
a fait un travail sur cette question qu’il résout en faveur du 
traitement par l’oxigène. Il est sage d’attendre d’autres tra¬ 
vaux, d’autres expériences pour formuler une opinion sur une 
application thérapeutique qui vient seulement d’être entrevue. 

Dr Ed. Carbière. 


TRAVAUX ET MEMOIRES ORIGINAUX DE MÉDECINE 
ET DE CHIRURGIE, 

DE THÉRAPEUTIQUE GÉNÉRALE ET APPLIQUÉE. 

MÉMOIRE SOR ODELODES DIFFICDLTÉS DE DIAGNOSTIC, DANS CER¬ 
TAINES FORMES DE FIÈVRE TYPHOÏDE, ET NOTAMMENT DANS LA 

FORME DITE PECTORALE; par M. le ilocteur H. Thirial (*). 

(Deuxième partie.) 

Dans la première partie de mon travail, j’ai rapporté deux 
observations où la fièvre typhoïde avait été méconnue et prise 
dans le principe pour une phthisie aiguë. 

On a pu remarquer que cette erreur de diagnostic, assez peu 
admissible au premier abord, avait cependant sa raison d’être, 
son explication naturelle, et même jusqu’à un certain point 
son excuse. 

En effet, deux conditions pathologiques toutes spéciales 
avaient concouru à la produire. Et d’abord certains troubles 
fonctionnels de l’appareil respiratoire, en apparaissant des 
premiers sur la scène morbide, et en appelant sur eux toute 
l’attention de l’observateur, avaient commencé par faire pren¬ 
dre le change sur le véritable diagnostic ; et puis, d’autre part, 
l’absence à peu près complète de certains indices précieux, 
qui d’ordinaire mettent immédiatement sur la voie de la fièvre 
typhoïde, avait encore contribué à favoriser la méprise, en 
éloignant toute idée et tout soupçon de cette dernière ma¬ 
ladie. 

L’important ici était donc que cette idée vînt à percer, et ce 

(1) Voir les numéros des 11, 13 et 16 Décembre 1851. 


soupçon à se faire jour. Ce point obtenu, le reste allait de 
soi. En effet, de ce moment, on pouvait discerner sans peine 
ce qu’if y-avait d’insidieux dans les accidens thoraciques qui 
avaient eu l’initiative ; et la fièvre typhoïde, bien que nota¬ 
blement modifiée dans son expression symptomatique, ne de¬ 
vait plus échapper longtemps à des yeux attentifs et pré¬ 
venus. 

De ces exemples et de quelques exemples analogues que 
j’ai eu occasion d’observer, il y a lieu, ce me semble, de tirer 
une règle pratique, savoir : que toutes les fois qu’on se trou¬ 
vera en présence d’une maladie offrant au premier aspect 
certaines apparences d’une phthisie aiguë, ce qui n’est pas très 
rare surtout chez les jeunes sujets, il sera bon de ne pas per¬ 
dre de vue la fièvre typhoïde de forme pectorale. A la lumière 
de ce simple rapprochement, il sera généralement facile de re¬ 
connaître ce qu’il pourra y avoir de vrai ou de faux dans ces 
premières apparences. 

J’ajouterai toutefois, que si de prime-abord on ne trouvait 
pas là tout ce qu’il faut pour caractériser la fièvre typhoïde 
(j’entends la fièvre typhoïde classique), au lieu de conclure 
prématurément “en faveur de la phthisie aiguë, il serait pru¬ 
dent d’attendre et dë laisser à la maladie le temps de se mieux 
dessiner ; car ici une méprise ou seulement un peu trop de 
précipitation serait chose très regrettable, tant sous le rap¬ 
port du pronostic que sous le rapport du traitement. , 

Ceux pour qui le diagnostic n’a jamais ni difficultés ni mys¬ 
tères, et qui du premier coup d’œil croient pouvoir juger sû¬ 
rement de toute maladie, pourront se rire de ces recomman¬ 
dations. Pourtant j’ai la confiance qu’elles doivent être utiles. 
Je m’en réfère à cet égard à ces praticiens njodestes qui savent 
par expérience combien il est lacife, au lit des malades, de 
s’égarer par suite de la moindre inadvertance, et qui savent 
aussi que la plus simple indication suffit souvent .pour faire 
éviter une chute ou un faux pas. 

Est-ce à dire, toutefois, que même en se tenant sur ses gar¬ 
des, on sera toujours assez heureux pour échapper à l’erreur? 
C’est .ce que, pour mon compte, je n’oserais affirmer, surtout 
depuis qu'il m’est arrivé d’être témoin d’un certain fait qui 
suffirait à lui seul pour montrer que celte question, si simple 
en apparence, recèle parfois les difficultés les plus imprévues. 

Me voici donc amené à invoquer un nouvel exemple d’er¬ 
reur de diagnostic où je me suis trouvé encore personnelle¬ 
ment en cause. Mais cette fois, je dois le déclarer dans l’intérêt 
de ma thèse, c’est moins sur moi, peut-être, qüe sur deux de 


Fenilleton* 

CONCOURS POUR LA CHAIRE D'HYGIÈNE A LA FACULTÉ DE MÉDECINE 
DE PARIS {*). 

PREMIÈRE ÉPREUVE. 

Leçon écrite. — Six heures ont été accordées aux candidats. — Le sujet de l'épreuve 
égal pour tous, était de l’acclimatement. 

vm. 

M. RÉCLARD. 

On désigne ordinairement sous le nom d!acclimatement l’ensemble 
des changemens qui s’accomplissent dans l’organisme et dont la fin ou 
le but consiste dans l’équilibre qui s’établit entre les fonctions et le mi¬ 
lieu nouveau dans lequel l’homme est appelé à vivre. 

Telle est, dit le candidat, la définition des ouvrages d’hygiène ; mais 
comme d’une part, ces changemens organiques, personne ne les décrit, 
il dira plus, comme personne ne les connaît, et comme d’autre part, 
des médecins recommandables nient jusqu’à la possibilité de l’acclima¬ 
tement, le candidat croit devoir s’attacher à ce qu’on appelle l’hygiène 
de l’acclimatement bien plus qu’a l’acclimatement lui-même. 

11 définit donc l’hygiène de l’acclimatement, l’ensemble des précau¬ 
tions que l’homme qui passe d’un climat dans un autre climat doit pren¬ 
dre pour se mettre en garde contre les influences nouvelles du milieu 
dans lequel il se trouve transplanté. 

Ces précautions qu’il doit prendre, quelles sont-elles ? 

Il ne sulBt pas au médecin de se borner à les prescrire, il faut en¬ 
core qu’elles répondent pour lui h des données scientifiques précises. 
Or, c’est cette détermination que le candidat va s’efforcer de faire. 

Il se pose d’abord cette question : qu’est-ce qu’un climat ? Un climat 
résulte de l’ensemble complexe d’élémens divers, dont les uns sont es¬ 
sentiels et dont les autres ne sont qu’accessoires. Il prend dans ces élé- 

(1) Voir les numéros des 20 et 22 Janvier 1852. 


mens ceux qui Jouent dans la nature le rôle principal : la température et 
la quantité de vapeur d’eau suspendue dans l’atmosphère. Il montre 
comment ces deux élémens varient suivant les latitudes, et passant suc¬ 
cessivement en revue les diverses divisions proposées des climats, il 
montre que pas une ne répond complètement aux modifications an¬ 
nuelles, saisonnières, mensuelles ou quotidiennes de ces deux quantités. 
Cependant, les exigences de la composition veulent que le candidat 
choisisse une division quelconque, et il adopte celle qui, étant la plus 
générale, est par conséquent encore, dans l’état actuel de nos connais¬ 
sances, la plus précise. Il oppose donc les climats chauds aux climats 
froids ; et prenant l’hompie dans les conditions climatériques de la 
France et de l’Europe, il le dirige successivement vers l’équateur ou 
vers le pôle. 

Le candidat étudie l’influence qu’exercent sur l’homme les élévations 
et les abaissemens de température ; et prenant son point d’appui à la 
fois et surtout dans les expériences physiologiques et dans les relations 
des voyageurs, il cherche h montrer comment ces élévations et ces 
abaissemens agissent sur les diverses fonctions de l’économie, telles que 
l’innervation, la circulation, la respiration, la chaleur animaje, les sé¬ 
crétions, l’absorption, les fonctions de la génération. 

Il passe ensuite aux influences exercées par l’état hygrométrique de 
l’air, en insistant surtout sur les fonctions qui sont le plus immédiate¬ 
ment modifiées par cet état, c’est-à-dire les fonctions de la peau et celles 
des poumons. 

L’acclimatement est-il possible ? En supposant que cette question soit 
encore douteuse, les préceptes hygiéniques qui découlent des effets in¬ 
contestables des changemens de température et de l’état hygrométrique 
de l’air ne permettent pas au médecin de rester dans l’inaction. Il mon¬ 
tre que l’armée anglaise a conjuré, en partie au moins, l’influence f⬠
cheuse des pays chauds par trois grandes mesures : d’abord en dimi¬ 
nuant la durée du séjour de ses troupes dans les Indes, eq second lieu 
en les faisant passer par des stations intermédiaires, ce qui constitue un 
semi-acclimatement, et troisièmement enfin en corrigeant dans les re- 


tranchemens les funestes effets de la latitude par l’altitude des lieux. 

Le candidat termine en développant celte pensée physiologique à 
savoir que si l’homme s’acclimate difficilement et peut-êFre Jamais dans 
les pays chauds, tandis que cet acclimatement est moins difficile dans les 
pays froids, cela tient à ce que dans ces derniers l’homme trouve en 
dehors de lui des moyens artificiels de résistance qu’il peut gouverner 
à son gré, tels que feu, vêlemens, alimens, tandis que dans les climats 
chauds, au contraire, c’est par le jeu même de scs fondions qu’il doit 
perdre de la chaleur (évaporation cutanée et pulmonaire), et que par 
conséquent s’il est vrai qu’il ait aussi en lui ses moyens de résistance, il 
est vrai de dire cependant qu’il n’en est pas le maître. 

IX. 

La composition de M. Béclard est plutôt l’indication d’un travail à faire 
qu’un travail fait. Et cette indicatbn n’a pas toujours été suffisamment 
nette pour que la pensée du candidat pût s’y apercevoir. Il y avait une 
idée heureuse; au lieu de s’épandre en divisions et en définitions, M. 
Béclard avait annoncé que prenant un point de départ fixe et connu, les 
climats tempérés d’Europe, il allait faire passer l’Européen successive¬ 
ment de l’équateur au pôle, étudier les influences et les modifications 
qu’il allait subir, d’où le candidat aurait tiré une élude véritablement 
pratique de l’acclimatement. Mais ce plan n’a été que très incomplète¬ 
ment rempli, et si je le remarque, c’est moins pour en faire reproche au 
candidat que pour signaler encore une fois les impossibilités de toute 
nature accumulées sur les pauvres compétiteurs pour une semblable 
épreuve. 

Quant à la forme, la composition de M. Béclard fait un contraste 
complet avec la précédente. Ce candidat semble avoir fait ses efforts 
pour ne rien sacrifier au charme et à l’attrait du style ; cette extrême 
simplicité de la forme a jeté un peu de froideur sur ce travail, qui aurait 
gagné aussi à une lecture plus vive et mieux accentuée. 

X. 

M. SANSON. 

D’après la définition du candidat, l’acdifflatetnent est la modification, 
































îlos plus grandes autorités médicales que doit retomber la 
principale responsabilité. 

C’est, il. faut l’avouer, une tâche’ assez ingrate, que d’être 
condamné à venir étaler tour à tour ou mes propres méprises, 
ou les erreurs de mes confrères, ou les distractions de mes 
maîtres ; et il m*en coûte assurément d’adresser de telles con¬ 
fidences à un public qui oublie très volontiers qu’il n’est pas 
infaillible. 

Mais, d’autre part, est-il rien de plus instructif et de mieux 
fait pour former l’expérience, qu’une belle et bonne erreur 
de diagnostic, quand ell# est exposée'franchement et bien ap¬ 
préciée dans ses véritables causes, s’il se trouve surtout que 
ces causes accusent moins une impéritie de la part de l’obser¬ 
vateur, qu’elles ne révèlent une lacune de la science ou une 
difficulté de l’art. 

A ces titres, je me ferais presque scrupule de passer sous 
silence l’observation qui va suivre. On verra qu’elle n’est pas 
seulement très curieuse, mais qu’elle mérite de fixer Tattention 
sous bien des rapports. 

Cette observation, reproduite dans ses immenses détails, et 
telle que je l’ai recueillie, eût été nécessairement d’une lon¬ 
gueur démesurée et par suite très fastidieuse. Or, comme je 
tiens à n’être pas tout à fait illisible, je me bornerai à une 
simple esquisse , et toutefois cette esquisse elle-même ne lais¬ 
sera pas que de présenter encore, malgré moi, une certaine 
étendue. 

M"' Claire, âgée de 16 ans, réglée pour la première fois depuis deux 
ans environ, présentait dans l’ensemble de sa constitution certains traits 
caractéristiques de la diathèse strumeuse. Mais, en même temps, elle 
tenait de son père une disposition particulière du système nerveux, qui 
se reflétait aussi bien sur sa vie pathologique que sur sa vie physiologi¬ 
que, et qui déjà avait eu pour effet d’imprimer à quelques-unes de ses 
maladies antérieures un certain cachet d’anomalie. 

Dans l’impossibilité où je suis de m’étendre longuement sur ces anté- 
cédens, je me bornerai à noter que depuis près d’une année, la santé 
de M"' Claire avait subi plus d’pne atteinte ; ainsi, elle était sujette à 
une ^toux sèche, rude et sonore, revenant à la moindre cause d’excita¬ 
tion ou même sans cause appréciable ; cette toux avait plus d’une fois 
attiré mon attention du côté des organes pulmonairofi, et la famille sur¬ 
tout s’en montrait assez inquiète. Ajoutons que de temps à autre oh 
voyait cette jeune fllle perdre de sa fraîcheur et de sa belle apparence, 
se plaindre de maux d’estomac et de quelques palpitations, présenter, 
en un mot, certains troubles fonctionnels, avant-coureurs de la chloro- 
anémie. On avait dû, en conséquence, prescrire un traitement légère¬ 
ment tonique et quelques ferrugineux. 

Trois mois environ avant la grande maladie qui va nous occuper, 
M“' Claire avait été affectée d’une fièvre gastrique muqueuse, qui s’était 
annoncée avec des apparences assez graves : état fébrile très intense, 
"épistaxis répétées, troubles cérébraux, etc. ; cependant elle avait cédé 
en peu de jours à l’action d’un ,’éméto-cathartique, qui, d’ailleurs, je ne 
dois pas l’oublier, avait été immédiatement suivi d’accidens spasmodiques 
assez inqui^tans, mais heureusement de courte durée. 

Vers le milieu du mois de mai, M"' Claire était à Èâ pension, assez 
bien portante d’ailleurs, lorsqu’à l’approche de son époque menstruelle, 
elle fut prise, sans cause connue, d’une grande fatigue, avec mal de tête 
et diminution de l’appétit. 

Au bout de quelques jours, on la ramène chez ses parens, et je la vois 
pour la première fois le 19. Elle avait pris le lit ce jour-là. Je la trouve 
se plaignant d’un malaise général et profond, de frissonnemens et d’une 
céphalalgie frontale. Les règles n’avaient coulé que trois jours au lieu 
de six, et avec moins d’abondance que de coutume. (Tisanes légère¬ 
ment diaphorétiques.) 

Les deux jours suivans, état fébrile très véhément, avec douleurs très 


intenses dans les reins et surtout dans les membres inférieurs ; légère 
sensiblité dans le bas-ventre, avec constipation ; il survient, en outre, 
plusieurs épistaxis. 

A la même époque, la toux se déclare, toux sèche, sui generis, sur 
laquelle je reviendrai bientôt. Langue chargée d’un enduit blanc assez 
épais ; crachotement continuel ; bâillemens fréquens ; état habituel de 
nausées, avec tendance lipothyraique au moindre mouvement. Et cepen¬ 
dant, malgré la fièvre, l’état saburral de la langue et les nausées, la 
malade non seulement n’éprouve aucun dégoût pour les alimens, mais 
elle demande à manger. (Diète, tisanes pectorales.) 

Au 4"'jour, la fièvre redouble encore, et la poitrine se prend : on 
commence à entendrp quelques bulles de râle sous-crépitant au sommet 
du poumon droit, au niveau de la fosse sus-épineuse. Les deux jours 
suivans, ce râle devient plus nombreux, plus caractérisé; on constate dans 
le même point un peu moins de sonorité. En même temps, apparaissent 
des râles muqueux et sibilans, disséminés dans toute l’étendue de ce 
même poumon, et quelques-uns aussi dans le poumon gauche. 

Du au 9“' jour, les symptômes thoraciques vont croissant, et se 
dessinent déplus en plus; la toux sÿxaspère et devient incessante: par¬ 
fois elle amène quelques crachats mïfqueux ; la fièvre devient ardente ; 
les pommettes se couvrent d’une rougeur vive qui tranche sur le fond 
jaunâtre de l’ovale inférieur du visage (je veux pratiquer une petite sai¬ 
gnée; mais à peine le sang a-t-il commencé h couler, qu’une défaillance 
arrive ; je ferme la veine.) 

Cette maladie s’annonçait h mes yeux comme devant être grave : d’une 
part je ne pouvais me défendre de la crainte de la fièvre typhoïde, et 
d’autre part je n’étais pas sans arrière-pensée au sujet de ces symptômes 
thoraciques qui venaient réveiller les craintes dont nous ne pouvions 
nous défendre à l’égard de la poitrine. Dans le double but de m’éclai¬ 
rer, et de calmer les,inquiétudes trop légitimes des parens, qui, un an 
auparavant, avaient eu le malheur de perdre de la fièvre typhoïde une 
fille, sœur cadette de notre malade, je demandai une consultation. M. le 
professeur X... fut appelé. 

A la première vue, je dois le dire, il fut très vivement impressionné 
par le fades de la malade, rappelant assez exactement celui d’une per¬ 
sonne atteinte de la poitrine ; et puis cette toux incessante, la gêne de la 
respiration, ce râle sous-crépitant localisé dans le sommet d’un poumon, 
avec obscurité du son dans le même point, cette fièvre ardente qui s’ac¬ 
compagnait du désir des alimens, c’était à ses yeux autant de symptômes 
qui venaient militer en faveur de l’idée que le premier aspect de la ma¬ 
ladie avait fait naître. 

D’autre part, on ne trouvait pas là les signes qui servent le plus or¬ 
dinairement à faire reconnaître la fièvre typhoïde ; ainsi il n’y avait ni 
taches lenticulaires, ni météorisme, ni diarrhée, ni stupeur, ni hébétude 
de la face ; mais au contraire constipation, conservation de l’appétit, et 
intégrité à peu près complète des fonctions de relation, malgré la viva¬ 
cité de l’état fébrile. 

Bref, le consultant se croit autorisé tout d’abord à éliminer d’icltoute 
idée de fièvre typhoïde ; et il est d’avis qu’il existe au sommet du pou¬ 
mon droit un point d’inflammation, développé très probablement autour 
de quelques tubercules, restés latens jusque là ; en un mot, son dia-' 
gnostic est : phthisie aiguë avec pneumonie circonscrite, et bronchite 
dilfuse manifestée par ces divers râles disséminés dans les deux pou¬ 
mons. (On prescrit le calomel à doses réfractées, et le lait d’ânesse.) 

Du 9“' au 11“'jour, tous ces symptômes augmentent encore d’inten¬ 
sité : le pouls monte à 130 pulsations, il prend ,e caractère un peu re¬ 
doublé. L’obscurité du son, en arrière et à droite, se prononce encore 
davantage ; le râle sous-crépitant devient de plus en plus abondant et 
manifeste; la toux se fait entendre nuit et jour presque sans relâche. Il 
faut dire que cette toux est tout à fait singulière ; c’est une sorte de 
dangor, tenant à la fois de l’éternûment et de l’aboiement, qui se ma¬ 
nifeste par un seul coup ou un seul éclat très brusque et très criard, 
si souvent répété et si retentissant, que tout le voisinage en est incom¬ 
modé, tandis que la malade elle-même en paraît éprouver assez peu de | 
fatigue. (Dans la matinée du 10"' jour, saignée de trois palettes ; calo- j 
mel, 10 centigrammes.) 


compatible avec la santé, que subit l’organisme sous l’influence d’un 
climat nouveau. Les conditions diverses du climat, d’une part, la diffé¬ 
rence de l’état dans lequel se trouve l’individu soumis aux nouvelles 
influences climatériques, d’autre part, sont les premières données né¬ 
cessaires pour éclairer cette question complexe, et conduire à rationa¬ 
liser les règles d’hygiène applicables à l’acclimatement. 

La température, la lumière, l’électricité, l’état hygrométrique, le de¬ 
gré de pression, la composition de l’air, les conditions des eaux et du 
sol, l’action plus ou moins longue et continue de ces diverses influences 
constituent les premières causes par lesquelles les climats agissent dif¬ 
féremment sur l’économie. Les secondes causes sont : la constitution 
avec les nuances que lui impriment les tempéramens, les idiosyncrasies, 
le sexe, l’âge, les races, les habitudes, l’état de santé ou de maladie. 

Le candidat passe rapidement en revue les diverses conditions des 
climats, les divisions tracées entre eux sous le rapport de la latitude, de 
la hauteur au-dessus de la mer, du rapprochement ou de l’éloignement 
des mers, cours d’eau, eaux stagnantes, marécages; de l’exposition re¬ 
lativement au soleil et à la direction des vents ; de la nature du sol, 
toutes conditions exerçant des influences diverses, selon les constitu¬ 
tions, le topipérament, l’état de l’économie, etc. 

Le candidat examine ensuite les phénomènes physiologiques éprou¬ 
vés par l’habitant des zones tempérées qui émigre dans les payschauds. 
Il faut pour être acclimaté, dit-il, que l’individu épi'ouve un appauvris¬ 
sement du sang .qui donne à la peau une nuance jaune, puis brune, si 
à la chaleur se joint l’action de la lumière. Si à la chaleur se joint l’ac¬ 
tion de l’humidité, les modifications physiologiques sont plus marquées 
encore, et les influences modificatrices viennent se faire sentir de plus 
en plus par l’action des miasmes qui, selon les localités, pi-oduisent le 
choléra, la fièvre jaune, les fièvres pernicieuses, etc. Le candidat donne 
quelques résultats statistiques sur la mortalité des colons à Cayenne, de 
notre armée et des colons en Algérie, des troupes anglaises à Calcutta 
et à Bombay. 

Le candidat passe ensuite aux modifications physiologiques exercées 


par les pays froids, et il les examine comme il a fait des influences 
exercées par les pays chauds. 

Il examine ensuite la résistance des individus suivant la constitution, 
le tempérament, l’âge, le sexe, la race, etc. Il pense que les individus h 
constitution sèche, à tempérament nerveux, h médiocre développement 
musculaire comme leshabitans des provinces méridionales de la France, 
les Italiens, les Espagnols, sont ceux qui ont présenté le moins de mor¬ 
talité, soit dans la campagne de Russie, soit dans les colonies. Cette 
résistance varie selon les âges, le sexe, les habitudes, l’imminence mor¬ 
bide ou l’état de maladie, etc. La nature des alimens doit être en rap¬ 
port avec les effets physiologiques des climats, azotée dans les climats 
où une riche hématose doit réagir contre le froid, purement respira¬ 
toires , selon Liébig, daçs les climats chauds. 

Le candidat entre ensuite dans quelques détails relatifs aux effets de 
certains accidens de localité, et il termine par des conclusions dont voici 
les principales : 

L’acclimatement est en général dangereux ; 

Celui des pays chauds aux pays froids semble moins dangereux que 
l’acclimatement inverse, comme il paraît résulter des statistiques et des 
observations physiologiques établissant que les hommes ne peuvent 
éprouver une augmentation de chaleur au-delà d’un degré et demi, sans 
inconvénient pour leur santé; et que, comme il résulte des expériences 
de M. Magendie, les animaux meurent lorsque la température de leur 
corps s’est élevée de 5 à 6", tandis qu’ils peuvent supporter un abaisse¬ 
ment d’un tiers du nombre de degrés s’élevant de zéro à leur tempéra¬ 
ture normale, avec la possibilité d’être rappelés à la vie. 

L’acclimatement doit être établi d’une manière graduelle, et peut-être 
ne peut-on le faire, pour ne pas augmenter la mortalité, que de géné¬ 
rations en générations, en avançant chacune d’elles de 5 à 6 degrés. 

Pour ce qui regarde les troupes envoyées en Algérie, il ne peut être 
qu’utile de les faire séjourner quelques années à Toulon, 

Il convient de choisir, pour les régions voisines des tropiques, un lieu 
éloigné des effluves marécageuses, sur les bords de la mer autant que 


Dans la soirée de ce jour, la peau, jusque là très sèche,-se couvre 
d’une sueur générale. Le pouls est à 130, manifestement ondulant et re. 
doublé, (12 sangsues sur le sternum.) , 

Le 11“'jour, le pouls s’élève jusqu’à 144 pulsations; expectoration 
de quelques crachats épais, jaunâtres, visqueux, muco-purulens, sèche, 
resse des narines. Malgré tout, la malade continue toujours h demander 
à manger. 

Nouvelle consultation avec le même médecin et un autre professeur 
de la Faculté. 

Le nouveau consultant, après s’être fait rendre compte du passé, et 
avoir bien examiné l’état actuel de la malade, avoue que le cas lui pu. 
raît embarrassant; toutefois, après quelque hésitation, il déclare qu’ü 
penche pour une fièvre typhoïde mal caractérisée, et de forme anomale. 
Et puis, cédant aux objections qui lui sont faites par son collègue, et 
fortement influencé surtout par les symptômes spéciaux existant du côté 
de la poitrine, il se rallie au diagnostic exprimé plus haut. Pour ne 
rien dissimuler, je dois dire que j’y avais adhéré moi-même, peut-être 
plus par déférence que par véritable conviction. (On prescrit un large 
vésicatoire sur le côté droit de la poitrine, et un looch avec kermès, 30 
centig.) 

Les premières cuillerées de ce looch amènent des vomissemens, ac¬ 
compagnés de mouvemens convulsifs qui se répètent ultérieurement; 
dé sorte qu’on est forcé d’en suspendre l’usage. 

Le 12“'jour. Nuit assez bonne; toux modérée. Le matin, on trouve 
le pouls tombé à 124; chaleur moindre de la peau ; face meilleure ; be¬ 
soin d’alimens encore plus pressant. Deux selles copieuses dues au calo- 
mel et au kermès ; respiration un peu moins fréquente. En somme, 
amélioration générale assez marquée. 

13"' jour. Ce mieux ne se soutient pas. Le pouls s’élève de nouveau ; 
la peau redevient très sèche et très brûlante ;'et la toux prend une nou¬ 
velle violence. (Autre vésicatoire sur le thorax.) 

14“'jour. Chaleur ardente; pommettes très rouges; face vultueuse. 
Nouvelle consultation avec le premier médecin et un troisième pro- 
fesseur de la Faculté. 

L’un des phénomènes qui avaient le plus contribué à faire croire ici 
à une affection de nature tuberculeuse, c’était le râle sous-crépitant loca¬ 
lisé dans le sommet du poumon droit. 

Or, un grand changement s’était opéré à cet égard. En effet, dans ce 
nouvel examen, fait avec un soin minutieux, il fut permis de constater 
que ce même râle se faisait entendre actuellement dans les deux pou- 
mons h peu près au même degré, et qu’en outre il avait son maximum 
d’intensité non plus au sommet, mais à la base du poumon droit. Dès 
lors, ce phénomène perdait nécessairement la signification qui, jusqu’ici, 
lui avait été attribuée, et il devait en prendre une toute différente. 

Je me hâte d’ajouter, d’ailleurs, qn’autour de ce signe important ve¬ 
naient se grouper un certain nombre d’autres symptômes, ou tout à fait 
nouveaux, ou actuellement mieux appréciés, entre autres un léger gar¬ 
gouillement à la région iléo-cœcale, un enduit nacré aux gencives, et une 
certaine disposition à la somnolence. N’oublions pas non plus une tache 
lenticulaire qu’on venait de découvrir sur l’abdomen, et qui, tout unique 
qu’elle fût, méritait d’être prise en considération. 

En résumé, le nouveau consultant, en rapprochant ces différens 
symptômes de quelques autres qui avaient été constatés antérieurement, 
et notamment des épistaxis observées au début, crut pouvoir établir, sans 
s’embarrasser du reste, qu’on avait affaire ici à une fièvre typhoïde, qui, 
sans doute, avait pu être incertaine jusqu’alors, mais qui, pour lui, n’é¬ 
tait plus Jouteuse en ce moment. Quant h l’affection pulmonaire, il la 
considérait, avec raison, comme symptomatique, (Du reste, il conseille 
l’expectation, et il se borne à prescrire une potion légèrement opiacée.) 

15"'jour. Depuis la veille, l’état de la malade s’est assez notablement 
aggravé. 

Sur ma demande, le docteur Pidoux m’est adjoint pour suivre jusqu’à 
la fin cette difficile maladie. 

Il n’hésite pas non plus à se prononcer pour la fièvre typhoïde. 

Il faut d’ailleurs le reconnaître, si déjà les symptômes énumérés plus 
haut avaient dû ramener dans cette voie le diagnostic, cesinêmes symp- 


possible, boisé, ou un endroit élevé dont le terrain soit couvert de vé- 
. gétations. „ 

Les exercices doivent être modérés et aux heures les moins chaudes. 

Les habitations disposées de manière h éviter les vents qui pourraient 
brusquement changer les conditions atmosphériques. 

Le régime sera d’autant moins azoté et d’autant plus végétal, que l’air 
sera plus chaud et humide. 

XL, 

M. Sanson ayant, dans le précédent .concours, décliné la compétence, 
et contesté le droit de la presse en matière de concours, je- crois lui 
être agréable en m’abstenant de toute réflexion sur sa composition. 

XII, 

M. GÜÊRABD. 

Il y a lieu h acclimatement, dit le candidat, toutes les fois que les con¬ 
ditions physiques, au sein desquelles nous avons coutume de vivre, 
viennent à changer d’une manière durable et importante, soit que ce 
changement tienne à noti'e propre déplacement, soit qu’il résulte de mu¬ 
tations survenues naturellement ou accidentellement autour de nous. 

D’après cette définition, on voit que l’étude de l’acclimatement doit 
comprendre l’étude de la majeure partie des drcumfusa, c’est-à-dire 
les. climats, les saisons, les localités, etc. 

Afin d’avoir une unité de comparaison, le candidat prend l’homme 
d§ nos climats tempérés, et il indique les conditions physiologiques, 
physiques et chimiques, au moyen desquelles il se maintient à une tem¬ 
pérature constamment supérieure à celle du milieu ambiant ; et, par 
conséquent, les quantités de carbone et d’hydrogène brûlés par heure, 
celles d’acide carbonique et d’eau, ainsi que la chaleur produite. Le 
candidat reproduit ici la division des alimens en plastiques et en res¬ 
piratoires, qui en découlait nécessairement, et il indique la quotité de 
la ration nécessaire à l’entretien de la vie. Il indique enfin le refroidis¬ 
sement résultant des respirations cutanée et pulmonaire. 

Ces préliminaires posés, le candidat divise en cinq grandes classes les 













53 


tômfis on se prononçant de plus en plus, et quelques nouveaux carac¬ 
tères, en apparaissant un peu plus tard, vinrent prêter aide et appui à 
celte opinion, et lui donner sinon une complète certitude, au moins la 
plus grande probabilité. Et pourtant, à cet égard, on verra bientôt que 
tous les doutes n’étaient pas levés, et que toutes les dillicultés n’avaient 
pas disparu. 

^ (La suite à un prochain n».) 

académies, sociét és savante s et associations. 

SOCIÉTÉ DE CHIRDRGIE DE PARIS. 

■Séance du 21 Janvier 1852. — Présidence de M. L.vrbey. 

fumeur fibro-plastiqae; — discussion sur le diagnostic des tumeurs 
^ réputées cancéreuses, 

M. Larrey communique une observation intéressante de tumeur 
flbro-plastique de la région iliaque gauche. 

Il s’agit d’un homme âgé de 38 ans, qui portait depuis l’enfance une 
petite tumeur qui resta stationnaire pendant longtemps. A peine le ma¬ 
lade l’avait-il remarquée lorsqu’il dut entrer an service. 

Mais depuis lors, probablement sous l’influence mécanique de la 
pression du ceinturon et de la poignée du sabre, elle s’accrut, devint 
gênante et douloureuse. 

En 1851, M. Larrey reçut cet homme dans ses salles; la tumeur 
avait le volume du poing; sa forme était assez régulièrement arrondie; 
sa surface lisse, sauf une bosselure en avant. La peau était colorée avec 
injection veineuse, amincie, non altérée du reste. 

La consistance de la tumeur était ferme ; elle était mobile, et avait en 
somme l’apparence d’un kyste. 

Pas de ganglions engorgés dans la zone anatomique ; santé générale 
parfaite. 

M. Larrey diagnostiqua une tumeur de nature libro-plastique. Le 20 
mars, l’opération fut faite, et on put avec facilité énucléer la totalité du 
mal en moins de deux minutes, 11 y eut très peu de vaisiseaux à lier. 

La tumeur, qui est mise sous les yeux de la Société, est enkystée dans 
un sac mince cellulo-fibreux; elle présente dans sa texture une masse 
homogène consistante, ferme, élastique, luisante, non décomposable, 
jaunâtre, sans aucune vascularisation intérieure, sans exsudation du li¬ 
quide lactescent, sans ramollissement, n’ayant en aucun point l’aspect 
cancéreux. 

M. Lebert, qui a bien voulu se charger d’analyser la tumeui', expose 
ensuite les caractères qu’il a pu reconnaître par l’examen microscopi¬ 
que, Nous donnons ci-dessous, avec le plus grand soin, la communica¬ 
tion de M. Lehert. Nous dirons, pour terminer ce qui est relatif au ma¬ 
lade, qu’il n’y a eu à la suite de l’opération aucun accident ni primitif, ni 
consécutif, sauf une altération passagère de la plaie, ayant l’aspect de la 
pourriture d’hôpital. 

La cicatrisation, commencée dans les premiers jours d’avril, fut com¬ 
plète vers la fin du mois, et le malade put quitter l’hôpital le 5 mai. 

M. Lebert prend la parole, et entre dans les détails sulvans : 

Il montre d’abord un dessin qui représente le tissu de la tumeur enle¬ 
vée par M. Larrey. C’est du tissu fibro-plastiqiie dans sa forme typique, 
composé exclusivement de corps fusiformes allongés, terminés à l’une 
ou à leurs deux extrémités en pointe effilée, renfermant un noyau 
oblong, étroit, muni de une à deux nucléoles fusiformes ; beaucoup 
de ces noyaux existent à l’état libre, sans être entourés d’une membrane 
fusiforme d’enveloppe. Le tissu tout entier est formé par ces élémens, 
non seulement dans les endroits dans lesquels son aspect est d’un jaune 
pâle, homogène, élastique, mais aussi dans les endroits très vasculaires 
un peu moins consistons. La compression ne fait sortir de ce tissu qu’un 
liquide clair et transparent; on constate l’ahsence complète de tout 
élément cancéreux microscopique, et l’absence de pus cancéreux appré¬ 
ciable à l’œil nu. 

Ayant pu me convaincre que les idées de plusieurs membres de la 
Société m’étaient pas encore bien fixées au sujet des tumeurs fibro-plas- 
tiques, je vais rappeler les principaux traits anatomiques et cliniques de 


circonstances qui rendent l’acclimatement nécessaire : 

1” La latitude (climats tempérés, froids, chauds) ; 

2° La longitude (climats continentaux, insulaires) ; 

3" L’altitude (montagnes, vallées) ; 

k° Mouvement périodique de translation de la terre autour du soleil 
(saisons, lesquelles sont fixes, hiver,*été ; ou de transition, printemps, 
automne) ; 

5“ Localités (amphithéâtres, prisons, ateliers, mines, lieux maréca¬ 
geux, etc.) 

1“ Partant de nos climats tempérés, le candidat étudie l’action des 
climats froids, montre que l’homme peut y supporter une température 
de 57”, grâce à un régime approprié, rappelle les voyages des capitai¬ 
nes Ross et Franklin, indique l’influence d’une alimentation appropriée 
à ces basses températures, celle des vêlemens en rapport avec la rigueur 
du climat, et conclut que l’acclimatement dans les pays froids est possi¬ 
ble et facile, à la condition d’une activité plus grande des mouvemens 
interstitiels de décomposition et de recomposition. 

Revenant au point de départ et se dirigeant vers les pays chauds, le 
candidat établit que l’acclimatemen est ici plus difficile et souvent impos¬ 
sible. 11 rappelle les modifications physiologiques imprimées à l’économie 
par les climâts chauds, la langueur des fonctions de nutrition, l’exagé¬ 
ration de l’action de la peau et de celle du foie, etc. De là des consé¬ 
quences hygiéniques surtout pour l’alimentation qui doit se composer 
d’alimens plastiques et plus ou moins aqueux, pour les boissons parmi 
lesquelles on doit rejeter les alcooliques, pour le régime général qui doit 
éviter les dangers de toute action débilitante. 

Après avoir indiqué rapidement les traits propres à l’individu accli¬ 
maté, le candidat rappelle que l’acclimatement peut se perdre par le 
déplacement et doit s’acquérir de nouveau au retour. Il prouve par des 
exemples que la température propre de l’homme s’élève par le passage 
dans les contrées plus chaudes, et vice versa. La puissance de calo¬ 
ricité, d’ailleurs, est plus grande dans les pays froids que dans les pays 
chauds. 


ces produits accidentels, préparant d’ailleurs pour la Société un travail 
plus étendu, basé sur l’analyse de tous les fhits que j’ai reciieiliis depuis 
dix ans sur cette matière. 

J’ai donné dans le temps le nom de tissu fîljro-plastique au tissu con¬ 
nectif, fibro-cellulaire en voie de formation, soit pendant la vie em- 
bryonale, soit comme tissu accidentel. M. Robin a rencontré le tissu 
flbro-plastique à l’état permanent dans la membrane muqueuse utérine. 

Je ne m’occuperai dans ce moment de ce tissu que comme constituant 
un groupe particulier de tumeurs. 

Les tumeurs fibro-plastiques peuvent se former dans l’épaisseur de la 
peau même, où elles sont connues sous le nom bizarre de kéloïdes qui 
se développent tantôt spontanément, tantôt dans*des cicatrices, revien¬ 
nent avec opiniâtreté après des opérations, mais n’occupent qu’une 
région circonscrite lors même qu’il y en a un certain nombre groupés 
ensemble. 

Les tumeurs fibro-plastiques sont surtout fréquentes dans le tissu cel¬ 
lulaire sous-cutané et intermusculaire des membres'; la cuisse en 
est un des sièges de prédilection. Malgré le volume notable que peuvent 
y acquérir ces tumeurs , on est frappé de la facilité avec laquelle on 
peut les énucléer. Il serait trop long de décrire ici les divers aspects 
sous lesquels ce tissu peut se présenter ; on le distinguera ordinairement 
du cancer par l’absence d’un pus trouble et lactescent et par la pré¬ 
sence de ces élémens fibrq-plastiques dans lesquels on peut suivre 
tous les passages entre la fibre et la cellule. Ce fait n’offre rien d’extra¬ 
ordinaire pour celui qui a suivi les progrès de la physiologie moderne, 
d’après lesquels il est démontré que, tant dans le i-ègne animal que dans 
le règne végétal, pi-esque tous les tissus, quel que soit du reste leur as¬ 
pect fibreux, dérivent principalement de cellules. 

La tumeur fibro-plaslique n’est pas très rare dans les enveloppes sé¬ 
reuses et fibreuses du cerveau et y constitue le plus souvent le rtial dé ¬ 
signé sous le nom de fongus de la dure-mère. 

Les tumeurs fibro-plastiques sont habituellement uniques dans l’éco¬ 
nomie, et exceptionnellement elles sont multiples sur la région affectée. 
En général, une opération suffisamment étendue peut en triompher 
définitivement. Toutefois, les cas de récidives locales, au-dessous de la 
cicatrice, ne sont pas très rares, mais encore y observe-t-on ces deux 
faits à peu près consians, savoir : l’absence d’engorgement ganglion¬ 
naire circonvoisin, et l’état intact de la santé générale malgré la durée 
prolongée de la maladie. Vous avez tous encore présent à l’esprit. Mes¬ 
sieurs, le malade qui vous a été présenté h différentes reprises par M. 
Chassaignac, et qui porte depuis cinq ans environ une tumeur flbro- 
plastique 5 la région thoracique gauche, qui déjà trois ou quatre fois 
enlevée, revient toujours sous la cicatrice, mais laisse les ganglions de 
l’aisselle intacts et n’empêche pas le malade de jouir d’une santé générale 
parfaite. 

Dans des cas très exceptionnels, les tumeurs fibro-plastiques, d’abord 
locales, peuvent se généraliser et engendrer une véritable diathèse 
libro-plastique. J’ai pu en recueillir trois exemples dont je dois le plus 
curieux à l’obligeance de notre honorable président, M. Larrey, qui a 
communiqué aussi ce fait, dans le temps, à la Société. Mais notez bien 
que ces trois cas sont les seuls sur plus de cent cas de tumeurs fibro- 
plastiques sur lesquels j’ai pris des notes. Il est boii que le pathologiste 
et le praticien soient prévenus de cette possibilité, sans toutefois lui attri¬ 
buer une importance au-dessus de sa valeur réelle. Beaucoup de ma¬ 
ladies, strictement locales dans la généralité des cas, peuvent exception¬ 
nellement se généraliser. Qui de nous n’a pas rencontré des individus 
atteints d’une véritable diathèse lipomateuse, portant 20,30, AO tumeurs 
graisseuses h la surface du corps. J’ai vu, il y a un an environ, au Val- 
de-Grâce, dans le service de M. Marchai (de Calvi), un individu qui 
portait plus de 80 tumeurs enkyssées glandulaires à la surface du corps. 
J’ai vu, il y a plusieurs années, dans le service de M. Lenoir, à l’hôpi¬ 
tal Beanjon, un malade qui portait plus de 100 tumeurs fibreuses à la 
surface du corps, dont l’une, extirpée, a pu être examinée. 

Il résulte de toutes mes recherches sur les tumeurs fibro-plastiques 
qu’elles constituent une maladie locale qui, dans des cas rares et excep¬ 
tionnels seulement, peut se généraliser, mais qui ordinairement, lors 


2“ Le candidat donne une simple indication des climats continentaux 
et insulaires, les premiers étant plus froids en hiver, plus chauds en été, 
et pl’ü^secS qùe les seconds. 

3” Après^ avoir rappelé le chiffre moyen qui exprime la pression 
éprouvée au bord de la mer par l’action de l’atmosphère, le candidat 
donne en regard celui dequelques localités, Mexico, Quito, ferme d’An- 
tisana', et il montre que la différence est assez considérable pour que le 
chiffre des gaz dissous dans le sang en soit notablement modifié. 

A” Les saisons fixes ressemblent aux climats froids et chauds ; les sai¬ 
sons de transition sont celles où l’acclimatement tend à s’opérer, celles, 
par conséquent où les perturbations physiologiques étant les plus con¬ 
sidérables, sont suivies d’altérations plus sérieuses de la santé. Le can¬ 
didat en cite quelques exemples et en déduit quelques préceptes pour le 
régime et pour le vêtement. 

5” Énumération sommaire des observations et expériences de Bichat, 
sur les gaz absorbés par la peau dans les amphithéâtres, de Blagden, sur 
les conditions qui permettent de supporter une température élevée, de 
Triger, sur les effets d’un accroissement considérable de pression baro¬ 
métrique, de Gaspard, sur l’action des émanations putrides, sur l’immu¬ 
nité et l’insensibilité que donne l’assüétude, et à ce sujet, le candidat ter¬ 
mine en citant l’exemple des boyaudiers qui se plaignaient qu’on les in¬ 
fectait, quand on leur faisait faire des lotions chlorurées. 

XIII. 

On aura pu reprocher à cette composition une certaine confusion 
dans le plan et les divisions ; on n’a pas bien compris ce que M. Guérai d 
voulait dire par l’influence de la longitude sur les climats continentaux et 
insulaires; mais à part ces taches d’ordre et de précision dans les défini¬ 
tions, on a trouvé un caractère véritablement scientifique dans ce tra¬ 
vail, qui, s’il n’a pas augmenté la réputation justement méritée de ce sa¬ 
vant candidat, ne peut non plus lui rien faire perdre de la considération 
dont il jouit. 


même qu’elle récidive, ne revient que sur place, 

La portée pratique de ce résultat me paraît grande. Le véritable can- 
. cer est malheureusement, d’après mes nombreuses recherches, une ma¬ 
ladie toujours générale, infectieuse ; nos opérations n’ont sur lui qu’une 
prise palliative, le mal en lui-même est incurable. J’ai vainement cher¬ 
ché jusqu’à ce jour, dans la science, un fait irrécusable d’un cancer 
guéri. 

D’un autre côté, on a confondu avec le cancer beaucoup de maladies 
curables, hypeMrophies glandulaires, tumeurs épidermiques, tumeurs 
fibro-plastiques. Ges maladies étant de nature essentiellement locale, 
doivent être poursuivies avec persévérance dans leurs récidives,^et sou¬ 
vent le chirurgien éclairé aura raison d’iine maladie en apparence fort 
grave, qu’une erreur de diagnostic aurait rendue incurable. 

La connaissance approfondie de ces tumeurs est donc d’une égale 
importance pour l’anatomiste et pour le clinicien. 

M. Maisonneuve, à la suite de cette communication, prend la parole 
pour appuyer les opinions de M. Lebert. Il signale les différences fonda¬ 
mentales qui séparent le cancer du tissu fibro-plastique. Ces idées sont 
actuellememt en voie de progrès, et dès maintenant elles ont cours dans 
la pratique. Pour son compte, il a été assez heureux pour guérir des 
malades après avoir deux, trois et même quatre fois lutté par l’opéra¬ 
tion contre ces récidives. Ces affections ainsi prononcées lui paraissaient 
cancéreuses avant les travaux des micographes et il pouvait se faire illu¬ 
sion et croire à une guérison de cancer ; mais actuellement il ne lui pa¬ 
raît pas douteux qu’il avait affaire à des tumeurs qui n’étaient pas can¬ 
céreuses. 

M. Maisonneuve cite un malade sur lequel il a enlevé trois fois une 
tumeur prétendue cancéreuse de la langue, et il.y a enfin guérison ; de¬ 
puis dix-huit mois qu’il suit cet opéré, il n’y a rien eu de nouveau, et 
les récidives jusqu’alors n’avaient jamais manqué dé se montrer après un 
intervalle de quatre mois au plus. 

Les opinions exposées par M. Lehert auront donc une grande in¬ 
fluence sur la pratique. On ne peut nier, sans doute, que la science 
possède*des faits positifs indiquant que dos tuteurs considérées comme 
cancéreuses, poursuivies à outrance par le couteau du chirurgien, ont 
pu enfin disparaître sans retour. Mais ces faits sont exceptionnels, et 
beaucoup d’opérateurs restent timides devant une récidive qu’ils consi¬ 
dèrent comme le stygmate certain de l’affection cancéreuse. Mainte¬ 
nant l’analyse microscopique de la tumeur enlevée, permettra d’agir avec 
hardiesse et quasi-certitude de succès contre toute repullulation, lorsque 
sur la pièce examinée attentivement n’existeront aucune trace de cellu¬ 
les cancéreuses. 

M. Nélaton, revenant sur le fait de tumeur de la langue enlevée 
trois fois par M. Maisonneuve, demande quelques détails auxquels ce 
chirurgien répond immédiatement. Le malade est de ses amis et il ne 
se passe pas de semaines qu’il ne le voie et qu’il ne passe avec le plus 
grand soin l’inspection de la bouche, de telle façon que jusqu’à présent 
la non récidive est parfaitement avérée. 

Du reste, M. Maisonneuve possède une autre observation qu’il com¬ 
muniquera plus tard en détail. Il s’agissait d’une tumeur volumineuse 
de la cuisse. Cetc tumeur, déjà enlevée une fois, s’élail reproduite au 
même lieu; l’opération fut trèsgrave, il fallut pénétrer jusque dans la 
fosse iliaque pour enlever des ganglions engorgés. Pendant deux ans, 
le malade resta sous les yeux de l’opérateur sans présenter de récidive, 
mais depuis deui| années, M. Maisonneuve ne l’a pas revu, il doit avoir 
prochainement de ses nouvelles et s’empressera alors de revenir sur ce 
fait. 

M. Robert voudrait savoir ce que M. Maisonneuve a enlevé. Mal¬ 
heureusement les tumeurs n’ont pu être examinées au microscope, c’est, 
comme on le voit, une lacune bien regrettable, et la valeur de ces ob¬ 
servations devient nécessairement moindre. C’est sur ce point que 
M. Robert insiste surtout. , 

Il dit qu’il ne faut pas trop^s’abuser, et repousser comme non avenues 
les observations de tumeurs cancéreuses guéries par l’opération. 

L’habile chirurgien de Beaujon, à ce propos, signale un fait de tumeur 
qu’il qualifie de cancer encéphaloïde ramolli du testicule, tumeur qu’il a 


XIV. 

Je crois que dans l’analyse que je viens de faire, dans les courtes et 
sobres réflexions qui la suivent, je crois que là doit se borner le rôle 
de la presse en matière de compte-rendu de concours. Aller au-delà, 
tenter une classification, porter un jugement comparatif et assigner une 
prééminence, j’estime que c’est outrepasser les droits et les devoirs de 
journaliste et qu’il fout laisser au jury cette délicate ét difficile mission 
pour l’accomplissement de laquelle seul il est institué. Si le compte¬ 
rendu du journaliste est impartial et fidèle, si son appréciation est in¬ 
telligente et éclairée, le lecteur est mis en position de juger par lui- 
même et de contrôler au besoin la décision des juges. Ge rôle est assez 
beau pour que le journaliste n’en ambitionne pas un autre, Puissé-je 
l’avoir rempli, puissé-je le remplir encore dans les conditions que je 
viens d’indiquer, 

Amédée Latour. 

P. S. M. Marchai (de Calvi) me fait l’honneur de m’écrire pour me 
dire qu’en parlantdeladiminutiondel’oxygène dans l’air des pays chauds, 
ce n’est pas de la composition chimique de l’air qu’il a voulu parler. 
L’air, dans les climats chauds, est raréfié, si l’air est raréfié il» y a donc 
moins d’oxygène dans l’atmosphère j voilà comment il faut entendre 
cette proposition sur laquelle j’avais fait une remarque. 


Administration générale de l'assistance publique, à Paris. — 
Concours. —Le lundi 23 février 1852, à midi précis, un concours pu¬ 
blic sera ouvert dans l’amphithéâtre de l’administration des hospices, rue 
Nenve-Notre-Dame, n” 2, pour la nomination à une place de chirurgien 
au bureau central d’admission dans les hôpitaux et hospices, 

MM. les docteurs qui voudront concourir se feront inscrire au secré¬ 
tariat de l’administration, du samedi 2A janvier courant au samedi 7 fé¬ 
vrier suivant, et devront justifier qu’ils ont vingt-sept ans accomplis. 

L’âge est réduit de deux ans pour les docteurs qui ont exercé, pen¬ 
dant quatre années entières, les fonctions d’élèves internes dans les hô¬ 
pitaux de Paris. 

Le secrétaire général, L. Dubost. 
















enlevée sur un malade qui avait été mordu çar un chien. Cet homme, 
effrayé de l’idée qu’il devait devenir enragé, devint morose, taciturne, 
et ce fut dans ces conditions que l’opération fut pratiquée ii y a deux 
ans. 

Depuis lors, il n’y a pas eu récidive. Le malade vit toujours, mais il 
est fou. 

M. Robert ajoute que des ulcérations cancéreuses peuvent se cica¬ 
triser ; il a vu un individu portant sur la langue un ulcère qui lui parais¬ 
sait évidemment cancéreux, se cicatriser après quelques cautérisations 
avec le chlorure d’or. 

Deux ans après survenait une tumeur cancéreuse au cou et ce ma¬ 
lade se suicidait. 

^ Mais l’ulcération cancéreuse ne s’en était pas moins cicatrisée sans 
retour. 

M. Maisonneuve faitobserver que M. Robertn’avait pas plus de raison 
que lui pour considérer le diagnostic comme certain. En effet, dans ces 
deux cas cités par M. Robert, il n’y a pas eu d’analyse microscopique. 

M. Lebert, entrant dans quelques détails sur les tumeurs épidermi¬ 
ques, que l’on confond avec les cancei's, établit que dans ces tumeurs 
les ganglions voisins deviennent engorgés, et en les examinant, on re¬ 
connaît qu’ils sont remplis de tissu épidermique. Mais ce qui différencie 
cette propagation de celle que l’on lemarque dans le cancer, c’est 
qu’elle reste limitée à la zone anatomique. 

Comme conséquence pratique, M. Lebert insiste sur ce précepte, 
dans les tumeurs épidermiques, d’enlever avec soin tous les ganglions 
malades, 

M. Michon, revenant au point de départ de la discussion, dit que 
lorsque M. Maisonneuve a signalé, comme ayant cours dans la science, 
les idées exposées par M. Lebert, il n’a malheureusement pas été dans 
le vrai. Reaucoup d’esprits restent encore rebelles à ces connaissances 
nouvelles, et tous les jours on peut entendre encore des chirurgiens pro¬ 
fesser des idées tout à fait surannées. C’est à la Société de .chirurgie 
qu’appartiendra l’honneur d’aider de toute son influence à la propaga¬ 
tion des études microscopiques appliquées au diagnostic des tumeurs. 
Vouloir poser un diagnostic sans ce puissant adjuvant, c’est courir les 
plus grandes chances d’erreur ; et pour trouver un haut exemple à l’ap¬ 
pui de cette proposition, on n’a qu’à consulter les travaux publiés par 
un élève de Blandin. Le regrettable chirurgien de l’Hôtel-Dieu avait 
considéré comme des cancers guéris, des tumeurs enlevées par lui. Mais 
ces mêmes tumeurs, examinées par M. Broca, ont été reconnues non 
cancéreuses. Les formes cancéreuses les plus tranchées en apparence 
peuvent être méconnues. 

Une malade opérée par M. Michon offrait une tumeur énorme de la 
cuisse. Tumeur entourée de varices, fluctuante, ayant, en un mot, l’aspect 
d’une tumeur encéphaloïde. A l’examen microscopique seulement, on 
reconnut qu’elle était formée par de l’épiderme. La malade est bien gué¬ 
rie. Elle n’a pas eu de récidive. 

Quant à l’incurabilité du cancer, j’y crois, dit M. Michon, quant à 
présent; peut-être plus tard arrivera-t on h le guérir; mais jusqu’alors, 
je pense que la récidive aura toujours lieu tôt ou tard. 

Tl n’est pas nécessaire de rayer les faits actuellement acquis h la 
science, ils ont sans doute leur utilité ; mais aussi il ne faut pas négli¬ 
ger un moyen nouveau qui permet de mieux faire le diagnostic que nos 
devanciers. 

Si de véritables cancers ont pu être enlevés, avec siiccès pendant un 
certain laps de temps, c’est que les affections générales, quelquefois, 
n’infectent que lentement l’économie, et en opérant on éloigne le mo¬ 
ment de cette infection ; c’est pour cela que le cancer peut être opéré 
avec quelque avantage. 

C’est déjà un grand pas de fait, dit en terminant M. Michon, d’avoir 
pu séparer les tumeurs bénignes, même récidivant, des tumeurs qui 
contiennent la cellule cancéreuse. 

M. Demarquay, à propos du fait énoncé par M. Michon, relative¬ 
ment à Blandin, fait remarquer combien l’esprit de cet observateur avait 
déjà pressenti les différences qui sépareraient un jour les tumeurs que 
tout le monde appelait cancéreuses, car il avait rangé comme ne don¬ 
nant pas lieu à l’infection générale les tumeurs qu’il dénommait cancers 
ou kystes; et on sait que ce sont précisément ces formes qui ne sont 
généralemeni pas des cancers, 

M. J. Cloqüet rend toute justice aux savantes recherches de M. Le¬ 
bert, et partage complètement l’opinion émise sur la valeur de leur ap¬ 
plication au diagnostic des tumeurs. .Plusieurs fois, M. Cioquet a eu 


l’occasion d’enlever des tumeurs fibro-plastiques, et par l’expérience 
personnelle qu’il a acquise, il peut dès maintenant établir que ces tu¬ 
meurs sont généralement uniques et qu’elles paraissent une affection 
toute locale ; quelquefois elles repullulenl, et alors on doit les attaquer 
de nouveau sans crainte et sans relâche. 

Une fille, âgée de 28 ans, portait une tumeur située à la hanche, 
. comme chez le malade de M. Làrrey. On l’avait enlevée, une première 
fois; il y avait récidive; M. Cioquet l’enlève. La cicatrice était parfaite¬ 
ment saine et non adhérente; l’énucléation fut facile. 

Un an après, deuxième récidive. Toujours la cicatrice reste saine, et, 
chose remarquable, il n’y a aucun ganglion engorgé. Nouvelle opé¬ 
ration. 

Sept ou huit mois après, encore récidive. Encore opération et guéri¬ 
son qui paraît maintenant définitive. 

M. Cioquet insiste sur ces points, qu’il a toujours constatés sur les 
malades qu’il a opérés. Constamment après la récidive de][ces tumeurs, 
la cicatrice reste saine et non adhérente; complètement étrangère, par 
conséquent, à la repullulation. Jamais les ganglions voisins ne sont ma¬ 
lades. 

M. Lenoih pense que, au point de vue des indications fournies par les 
connaissances microscopiques, la science n’a rien gagné, quant à la 
première opération que l’on pratique. On opère donc une première fois 
sans autres règles que celles qui existent déjà dans la science. , 

Oivdit que le signe propre aux tumeurs non cancéreuses est la re¬ 
pullulation sur place. M. Lenoir ne croit pas que cela soit spécial aux 
tumeurs fibro-plasliques. Et il a opéré une femme douze fois en treize 
ans, et toujours la tumeur, évidemment cancéreuse,, repullulait sur le 
même point. La repullulation ne s’est faite que cinq ans après la pre¬ 
mière opération. La malade est morte par l’infection générale cancé¬ 
reuse. 

M. Lebert, à propos du fait de M. Lenoir, dit qu’il est tout à fait ex¬ 
ceptionnel; on ne peut lui donner une valeur trop grande; pour établir 
des proportions scientifiques, il faut une collection de faits, et il s’efforce 
actuellement d’en réunir. Aussitôt qu’il aura un nombre suffisant d’obser¬ 
vations, il donnera les résultats. 

M. Forget se range à l’opinion de M. Lenoir. Il n’est pas disposé, 
quant à présent, à reconnaître la valeur clinique des faits nouveaux. Il 
demande, en terminant, h M. Lebert s'il est parvenu, à l'aide de signes 
cliniques, à établir de prime-abord, et sur le malade, le diagnostic des 
tumeurs. 

M. Lebert répond que, comme il vient de l’annoncer, il s’occupe de 
cette questiou, et qu’il espère pouvoir avant peu satisfaire aux demandes 
qui fui sont adî'essées. 

En terminant cette discussion, qu’il nous soit permis, en quelques 
mots, de résumei' les faits qui en découlent. Nos lecteurs savent que 
nous n’avons jamais été disposé à exagérer les services que peut rendre 
le microscope appliqué aux études médicales ; aussi serons-nous h l’aise 
pour dire toute notre pensée : 

Dans l’histoire des tumeurs, les travaux microscopiques de M. Le¬ 
bert et de quelques autres microcraphes ont dès maintenant trouvé une 
féconde application. La possibilité de reconnaître après l’opération, 
d’une manière certaine, la nature intime d’une tumeur, permet de pré¬ 
juger avec certitude de la santé future de l’opéré. Quand les chirur¬ 
giens, plus familiarisés avec ce moyen d’investigation, auront pu suivre 
une série de faits rapprochés et analysés, il leur sera probablement 
facile d’arriver d’emblée à un diagnostic sans avoir besoin d’examiner 
les pièces sous le champ du microscope. 

Déjà même nous voyons surgir quelques ;dissemblances marquées entre 
les tumeurs cancéreuses et les tumeurs épithéliales et fibro plastiques. 
Ces dissemblances deviendront plus marquées avec l’étude.Nous pensons 
donc que l’on doit rendre justice aux travaux de M. Lebert, et avec 
M. Michon, nous appelons l’attention sur ce moyen adjuvant de diagnos¬ 
tic sans lequel il ne saurait y avoir de certitude, A l’appui des difficul¬ 
tés que présente le diagnostic à l’œil nu, nous pouvons, en terminant, 
rappeler un fait récent que nos lecteurs n’ont peut-être pas oublié, c’est 
celui de cette tumeur du testicule considérée par presque toute la Société 
de chirurgie comme de nature tuberculeuse, tandis qu’il s’agissait d’un 
cancer qui maintenant a récidivé. 

Rapport. — M, Maisonneuve donne lecture d’un rapport sur un 
travail présenté à la Société par M. Bonnet, de Lyon. Il a pour titre : 
Nomelle observation de rupture d'ankilose angulaire du genou, 
suivant la méthode de M. Palsiano, modifiée par M. Bonnet, de 
Lyon. 


L’espace nous manque malheureusement pour rendre compte de ce 
travail qui sera inséré dans les mémoires de la Société. Nous nous con¬ 
tenterons donc de donner les conclusions du rapport de M. Mbison- 
neuve, conclusions qui ont reçu l’unanimité des suffrages : 

« 11 n’était pas besoin de ce nouveau travail pour vous faire appré- 
» cler la valeur chirurgicale de M. Bonnet. Vous connaissez depuis 
» longtemps les œuvres qui l’ont placé à un rang éminent dans la 
» science, aussi votre commission vous propose-t-elle : 1» d’accorder à 
» M. Bonnet le litre de membre correspondant h la Société de chirur- 
» gie ; 2“ d’insérer son mémoire dans le recueil de vos travaux. » 

D' Ed. Laborie. 


MÉLANGES. 


nouveau fait de transfusion du sang, pratiquée avec 
SUCCÈS. — Nous trouvons dans le Ranking’s half yearly abstract de 
1851, vol. XIII, le fait suivant : Appelé auprès d’une dame de 38 ans 
qui avait fait une fausse couche de. deux mois, quelques heures aupa¬ 
ravant, et qui était réduite par la perte de sang à un état exsangue, avec 
faiblesse excessive, syncope à chaque instant et vomissemens continuels,' 
l’opération de la transfusion fut décidée immédiatement par M. Bella- 
sis-Masfen et pratiquée de la manière suivante : une seringue de quatre 
onces en étain fut plongée dans de l’eau à la température de 110” F. 
et l’on fit tomber dans cette seringue le sang fourni par une saignée 
pratiquée à une forte et robuste servante qui s’offrit volontairement. 
Cette injection fut faite dans une veine du bras gauche, en prenant 
toutes les précautions pour éviter la pénétration de l’air. A mesure que 
le sang pénétrait, la connaissance reparaissait et le pouls devenait légè- 
rement perceptible à l’autre bras ; mais une demi-heure après, nou. 
velle perle de connaissance et absence de pouls. Injection dans une 
veine du bras droit de trois onces de sang, retour du pouls et de la sen¬ 
sibilité, mais pour peu de temps. Une heure après, troisième injection 
de trois onces de sang; cette fois les bons effets furent plus persistans ; 
le pouls se releva graduellement à mesure que l’injection marchait, là 
face se colora et la malade demanda si on la saignait. Dans la soirée 
elle eut de la soif, mais ne put garder ni boisson ni alimens ; le pouls ' 
était redevenu, sensible. Le lendemain le pouls à 150 plus fort, langue 
brune, dure et sèche; à part les envies de vomir, son état était salis-: 
faisant. Dès le troisième jour, le pouls commençait à se ralentir et 
la malade pouvait prendre un peu de nourriture. Il y eut une ec¬ 
chymose considérable aux deux bras, autour des veines dans lesquelles 
on avait fait l’injection. Un mois après, la malade était parfaitement ré¬ 
tablie. 



NOUVELLES. — FAITS DIVERS. 


MM. les Actionnaires de I’Union Médicale sont priés de relire l’avis 
en tête du journal, qui fixe l’Assemblée annuelle au mardi 3 février, au 
lieu du lundi 2. 

— M. Mêlier, délégué du gouvernement français à la Conférence 
inter-nationale, vient d’être promu au grade de commandeur de la Lé- 
gion-d’Hohneur. 

CONCOURS POUR LA CHAIRE D’HYGIÈNE. — Mercredi dernier ont eu 
lieu les dernières leçons de l’épreuve après vingt quatre heures de pré¬ 
paration. M. Guérard a eu à traiter du vin; M. Sanson de Feau., , 

CONCOURS POUR LA NOMINATION DES ÉLÈVES EN PHAJIlsfACIE 
DES HOPITAUX ET POUR LES PRIX A DÉt^JlNER A' CES ÉLÊVEs! 
— Le concours pour la nom'ination des-,^^s'^ pharmacie des hôpi¬ 
taux et hospices civils ouvrira le vendj'édi 20 février prochain. 

Les inscriptions seront reçues'du 21 janvier au k février. 

Lé concours pour les prix aura lieu le mercredi 18 février. 

Les inscriptions seront reçues du 19 janvier au 2 février. 

— Par décret du 29 décembre 1851, a été nommé chirurgien aide- 
major de 2' classe, concours de 1849, M, Massy, chirui’gien-aide-major 
commissionné au 4' de dragons, en remplacement de M. Banquet, mis 
en non-activité. 

— Depuis deux mois, la fièvre typhoïde sévit avec une incroyable hi- 
tensité dans la commune du Gouray (Ille-et-Vilaine). Des maisons en¬ 
tières ont été frappées de mort par cette terrible maladie. 


Le gérant, Richelot. 


TRAITÉ 

l'iDccta caicnieuse du Foie et do Pancréas 

(avec cinq planches lilliographiées) ; 

Par V.-A. Fauconneau-Dufresne, 

Doctéur en médecine de la Faculté de Paris , médecin des épidé¬ 
mies, des bureaux de bienfaisance et des crèches, membre de 
la Société de médecine de Paris, chey. de la Légion-d’Honneur. 
Un vol. format anglais. — Prix : 4 fr. 50 c. 

Paris, chez Victor Masson, libraire, rue de l’Ecole-de-Méde- 
cinc, 17, et dans les bureaux de l'Union Médicale. 

ÉTUDES sur les SïlALADiES DES 

qu’on observe le plus Iréquemment dans la pratique ; par le df 
Alexis Favrot. — Un volume in-8® de 423 pages. Prix 6 Ir. — 
Librairie médicale de Germer-Baillière, rue de l’Ecole-de-Méde- 

Les maladies décrites dans le livre de M. Favrot sont : les 
affections des organes génitaux externes. — Le pidegmon.— Les 
éruptions de toutes sortes qui sont si communes et si rebelles. 
— Viennent ensuite les Eux divers du canal vulvo-utérin. — 
Quelques faits curienx d’introduction de corps étrangers. — Les 
granulations et les ulcérations du col de la matrice. — Une dis¬ 
cussion sur la question encore si obscure des engorgemens et des 
déviations.—Enfin une dernièresection estconsacrée à l’examen 
des kystes et des corps fibreux de l’ovaire. 

INFLUENCE DES ÉVÉNEiENS et des 

commotions politiques sur le développement de la folie; par le 
docteur Belhommb, directeur d’un établissement d’aliénés, etc. 

En vente, chez Germer-Baillière, libraire, rue de l’Ecole-de- 
Médccine, 17, Prix : 1 fr. 50 c. 


PRIMCIPES DE BJÉDECIHE trr;:- 

duclion française sur la 4= édition; par le docteur AcbilleCHE- 
REAu. — Un vol. in-8o. Prix ; 5 fr. 

Cliez Victor Masson , 17, rue de l’EcoIe-de-Médecine. 

Traité de FAmauroseouGoutte-Sereine 

Par le docteur UKVAli. 

Ouvrage contenant des faits nombreux de guérison de cette 
maladie, dans des cas de cécité complète. — Prix : 6 fr. 50 c. 
Victor Masson, libraire, place de l’EcoIe-de-Médecine, 17. 

JAISON DE SANTÉ OU D'LEY, 

Avenue Montaigne, n» 45 (ancienne allée des Veuves).' 

Cet établissement, fondé,depuis 25 ans, est destiné aux trai- 
temens des maladies aiguës et chroniques, aux opérations chi¬ 
rurgicales et aux accoucliemens, vient d’ajouter aux bains de 
toute espèce que l’on y trouve, l’application de la méthode hy¬ 
drothérapique. MM. les docteurs pourront suivre et diriger 
comme ils le jugeront convenable l’emploi de ce moyen.—Vaste 
jardin. Le prix de la pension est modéré. Les malades y soni 
traites par les médecins de leur choix. 

MÉDAILLE D’OU DD GOUVERNEMENT RÈLGE. 
MEDAILLE DE VERMEIL DU GOUVERNEMENT DES PAYS-BAS. 

.é,™. HUILEFOIEMORUE 

médecin-docteur, se trouve chez M. MÉNIER, rue Ste-Croix-dc- 
la-Bretonneric, n” 46, dépositaire général, et dans toutes les 
bonnes pharmacies de Paris et de la France. 

ASSAINISSEMENT „ HABITATIONS 

On recommande à MM. les médecins qui connaissent tous les 
dangers de Fliiimidité dans les logemens, le Parquet sur bi¬ 
tume imealé par M. Gourguechon. Ce parquet plus durable, 
plus solide, moins coûteux et aussi bien fait que le parquet ordi¬ 
naire, garantit de l’humidité les logemens les plus insalubres. 11 
convient surtout pour les bibliothèques, pour les pharmacies et 
laboratoires, pour toutes les pièces où l’on veut conserver des 
objets à l’abri de l’humidité, car ce système s’applique aussi sur 
les murs. On peut voir et apprécier ce parquet qui est breveté 
(s. g. d. g. ) dans plusieurs établissemens publics, entre autres au 
rez-de-chaussée du nouvel hôtel du timbre, à l’église de Pan- 
themont, dans plusieurs chapelles des églises de Paris, etc. — 
S’adresser, franco, rue d’Enfer, n» 102, à Paris. 

Par DÉCRET BINISTÉRIEL SUT les RAPPORTS 

Des Académies des Sciences et de médecine, le 

cesse d’être considéré comme remède secrett 

Les deux Académies ont déclaré que : « les expériences 
» ont eu UN plein succès. Le Kousso est plus facile à prendre 
n et surtout plus effiace que tous les autres moyens. Il est 
» donc bien à désirer qu’il soit mis à la disposition de nos pra- 
» liciens. » 

A la pharmacie de PHILIPPE, successeur de Labarraque, 
rue St-Martin, 125, àParis.— (Documens officiels el Instruc¬ 
tion avec chaque dose ; à part 1 franc. Expédition ; affranchir.) 

RAUnAOirC •*« WICKHAM et HART, cliirurg.-ber- 
DHilUHUtO niaires,brev.,r. Sl-Honoré, 257, à Paris, 
à vis de pression, sans sous-cuisses, et ne comprimant pas les han¬ 
ches; ceintures hypogaslriqueset ombilicales.— Suspensoirs, etc. 


lAlSOM DE SANTÉ 

tnaladies chirurgicales^ 
et aux oüéraaom qui leur conviennent, ainsi qu’au traitement 
des maladies chroniques^ dirigée par le Rochard, rue de 
Marbeuf, 36, près les Champs-Elysées. — Situation saine et 
agréable, — soins de famille, — prix modérés. 

^ maladesysont traitéspar les médecins de leur choix. 


PIIBLESdeBIAMABD 

a riôclui’e ferreux- ttiàUérable 

sans odeurni savetœ de fer ’uqlajiode 


MÉSVECÏIXIÎ a décidé (séan«?Ja 
» 13 août 1850) : « qucle procédé de conservation de res Pilules 
. offrant de grands avantages, serait publié dans le Bul- 
» letm de ses travaux. » 

Les principaux ouvrages de médecine indiquent l’iodure de 
fer contre la chlorose , la leucorrhée, Pamenorrhée, diffé- 
rens accidens de la SîPHiLiscoNSTiTETioNNEi.LE,les affections: 
scrofuleuses et tuberculeuses (M. Dupasquier et autres pra¬ 
ticiens distingués ont constaté son efficacité contre la phthisie.> 
C’est un excellent fortifiant pour les personnes faibles, lymplia 
liques ou épuisées. _ > j r 

• * /“’■ 0“ altéré est un médier,meht 

infidèle et quelquefois dangereux, par suite de la r,résenet 
de l iode libre Le médecin pourra toujours s’assuf^r du la 
pureté de ces pilules au moyen du caciiét D’AEcr-Nr réIctif 
qui est fixé à la partie inférieure du bouchon “ 

Exiger le cacher d argent réactif et la siguainre.. ■ 

^ ■ 4 FPu LE FLACON 

Chez nLAncABD, pliarma- 
cien,rue de Seine; n« 51, à Paris^ 
_ etdanstoutcslesbonnes pharmacies, 

. — TYPOGRAPHIE FELIX BALTESTE ET COBP 

Rue des Dcux-p-irtes-Sl-SaRveur, 22 . ’’ 
































riiome VI.—11. SIXIÈME IllaM»dl 2 ^ Janvier 

Ips l union médicale __ 

l’Étranger, où le port est BUREAUX D’ABONNEMENT 1 

double : jj, «■«uboiirg-MoutiuBrtre, 

WNii des intérêts sciestiïioiies et pêntpes. iioRiix et professioüis 

pour l’Espagne et le jrortugai * ^1,^2 les principaux Libraires. 

6 Mois. ift r On s’abonne aussi. 

1 An. *“ TVTT /^.rw-n-nC! iWK’Tbir'A ¥ Dans tous les Bureaux de Poste, et des 

TJ nr les navs d’outre-mer : iflJ Ldlttl*® Messageries Nationales et Générales. 

lAn... . . 50 Frr ___ ' 

Ce Journal paraît trois fols par semaine, le MARIPl, le acCIH et le SAMEOT. 

Tout ce qui concerne la Rédaclion doit être adressé aux Bureaux du Journal, à M. le Docteur Amédée CA-coiiK, Rédacteur en chef; tout ce qui concerne l’Administration, à M. le Gérant. 

» Les Lettres et Paquets doivent être affranchis. 


Avis à MM. les Aciionnaifes de l’Union Médicale. 

' MiW les Actionnaires de I’Union Médicale sont prévenus que l’As- 
inhlée annuelle aura lieu le mardi 3 février prochain, à 7 heures 1/2 
fu soici au siège delà Société, 56, rue du Faubourg-Montmartre. 

f, elle Assemblée a pour but : _ 

10 D’entendre le compte-rendu du Gérant sur 1 exercice de 1851 ; 

00 D’entendre le rapport du Comité de surveillance sur le rapport du 

^^3» De nommer les membres du Conseil de surveillance pour l’année 
1852.^_ 

arntt-WAM»®. — I. Travaux originacx : Mémoire sur quelques difficultés de 
** diaïUOStic, dans certaines formes de fièvre typlioïde, et notamment daus la forme 
J pectorale.— !I. Académies , sociétés savantes et assooi,vtions. Société 
médicoie des hôpitaux de Paris : De la variole et de la vaccine. — Discussion. 

Z -111 Presse médicaie tjonrnaux belges) : Nouveau mode d’emploi de la moi - 
nhine ctde la quinine dans le trailement de la fièvre intermittente. — IV. Jodr- 
DE TODS ■ Lettre de M. le docteur Belhomme. - V. Noiiveii.es et Faits 
nivERS. — VI. Fedilieton ; Leltrc à M. le professeur Rostan sur le mot Hypo¬ 
condrie. 

AIÉMOIKES ORIGîlVAU.Ï DE MÉDECINE , 
ET DE CHIRURGIE, 

de thérapeutique générale et appliquée. 


Mémoire sür obelobes difficultés de diagnostic, dans cer¬ 
taines FORMES DÇ FIÈVRE TYPHOÏDE, ET NOTAMMENT DANS LA 
foraie dite pectorale; par M. le docteur H. Thirial {*). 

(Deuxième partie.') 

Il serait assûrément hors de mon sujet de suivre désormais 
celte longue maladie jour par jour, et pour ainsi dire pas à 
pas, à travers ses phases nombreuses^et ses diverses péripé¬ 
ties. Mais le cas est trop intéressant, pour que je ne me dé¬ 
cide pas à retracer au moins sommairement les traits les plus 
saillans qui, par leur concours tout à fait inusiié, donnèrent à 
cette fièvre typhoïde le caractère le plus anomal qui se puisse 
imaginer. 

lo Nous avons déjà noté les nausées continuellesmse mon¬ 
trant presque au début de la maladie : elles persistèrent pen¬ 
dant presque tout son cours. Ces nausées avaient cela de par¬ 
ticulier qu’elles n’étaient accompagnées d’aucun dégoût, et 
qnelles ne paraissaient nullement tirer leur origine de l’état 
saburral. Elles se renouvelaient au moindre mouvement de la 
malade, et il s’y mêlait un état de semi-défaillance. 

2» A ces nausées se joignit dès le commencement un cra¬ 
chotement muqueux presque continuel, et un peu plus tard ce 
craehotement devint un véritable flux salivaire, qui persista 
jusqu’à la fin avec une assez grande abondance, et qui, dans les 


(1) Voir les numéros des M, 13, 16 Décembre 1851 et 24 Janvier 1852. 


derniers temps, prit le caractère' visqueux et même sanguino¬ 
lent. 

3» Malgré les nausées, l'état saburral de la langue et l’inten¬ 
sité de l’appareil fébrile, et ultérieurement malgré les acci- 
dens divers, les complications nombreuses, et malgré enfin 
l'emploi des'médicamens de toutes sortes qui auraient dû, ce 
semble, amener à leur suite l’anorexie, la malade conserva in¬ 
variablement de l’appétit; et, dans certains momens, cette 
sensation de besoin s’élevait jusqu’à la véritable boulimie. Ce 
phénomène, assez rare dans la fièvre typhoïde, surtout à ce 
degré, était évidemment le résultat d’une perversion du sens 
gastrique ; il commença avec la maladie, et il ne cessa qu’avec 
ia vie. 

4» Non seulementTl y eut ici absence de diarrhée dans les 
deux premiers septénaires, comme cela s’observe parfois dans 
certaines formes de fièvre typhoïde, mais persistance de la 
constipaiiotila plus obstinée du commencement à la fin, malgré 
tous les |médicamens irritans ou évacuans qui auraient pu 
produire l’effet contraire. 

5o Notons toutefois que, malgré cette-constipation, il exis¬ 
tait vers la région iléo-cœcale un gargouillement facile à per¬ 
cevoir à la pression, sans pourtant être aussi apparent que 
dans les cas ordinaires. Il ne se montra d’alileurs que vers le 
milieu du second septénaire, et n’eut pas une longue durée. 

6» Absence de véritable météorisme; seulement vers le troi¬ 
sième septénaire, il se fit pendant quelques jours un léger 
soulèvement de l’abdomen, dû peut-être moins à la maladie 
elle-même qu’aux remèdes employés. Mais à une époque un 
peu plus avancée, loin de présenter du météorisme, le ventre 
était tellement affaissé et aplati, qu’on sentait avec la plus 
grande facilité, et qu’on distinguait même à distance lesbatte- 
mens d’ailleurs très énergiques des artères de la région épi¬ 
gastrique, et même de l’aorte descendante. 

7® Nous avons signalé tout particulièrement cette toux stii 
generis qui s’était manifestée dès les premiers jours. On peut 
ajouter que cette toux fit le désespoir de tout le monde par 
son éclat et sa ténacité ; elle traversa, sans subir très peu de 
modification, toutes les phases de cette maladie, et elle ne sՎ 
teignit qu’avec la vie elle-même. 

8» Malgré l’intensité de l’état fébrile, il n’y eut jamais de vé¬ 
ritable délire, ou de trouble permanent et notable des facultés 
intellectuelles. Seulement, dans la période d’état de la maladie, 
et pendant les exacerbations de la fièvre la plus ardente, il 
existait un peu de somnolence et quelques rêvasseries qui ces¬ 


saient généralement avec le paroxysme. 

9» Jamais, à aucune époque de la maladie, on n’observa rien 
de celte sfupfiMr ni de cette hébétude de la face, regardées près» 
que comme caractéristiques dans la fièvre typhoïde. Il n’y eut 
pas non plus de véritableélat deprostraiion desforces, mais seu¬ 
lement un abattement plus ou moins notable, augmentant ou 
diminuant à l’unisson de la fièvre. Remarquons encore que 
chez cette jeune malade, les facultés intellectuelles et affectives 
conservèrent à peû près toute leur intégrité. Ainsi eM dehors 
des paroxysmes, elle aimait à s’entretenir avec ses parens et 
avec les personnes qui l’entouraient; elle prenait part volon¬ 
tiers à ce qui se passait autour d’elle. D’autre part, il lui arri¬ 
vait souvent de se préoccuper de sa position, et même de ma¬ 
nifester parfois des inquiétudes sérieuses sur l’issue de sa ma¬ 
ladie, toutes circonslances qui contrastent avec cet état d’apa¬ 
thie, detaciturnilé et d’indifférence, si ordinaire dans la fièvre, 
typhoïde. 

10® Dès les premiers temps, la malade s’était plainte à moi 
de ne pouvoir se servir librement de la main droite; mais 
comme je la savais naturellement un peu mignarde, je ne pre¬ 
nais pas la chose au sérieux. Pourtant, il se trouva qu’elle di¬ 
sait vrai. En effet, un peu plus tard, je constatai positivement 
un état de contracture qui retenait les doigts à demi-fléchis 
dans la paume de la main droite ; cette contracture persista 
jusque vers le 35"!® jour de la maladie. 

Il® Dès le milieu du 'deuxième septénaire, la sensibilité de 
toute la surface cutanée avait commencé à devenir un peu plus 
prononcée qu’à l’état normal, et peu à peu elle devint telle¬ 
ment vive, qu’on ne pouvait toucher ou remuer la malade dans 
son lit, sans lui arracher des plaintes et même des cris. Cet 
état d’hypéresthésie générale ne cessa que dans les derniers 
jours de la vie. 

12» A cette lésion du tact général vint s’ajouter, à peu près 
à la même époque, une lésion toute spéciale de la motilité, 
ayant son siège dans les membres supérieurs. II ne s’agissait 
pas ici de ce tressaillement court, saccadé et intermittent qui 
constitue'le vulgaire soubresaut des tendons; mais c’était plu¬ 
tôt un frémissement prolongé, presque continu, une sorte 
de trémulation incessante qui agitait toute la masse fibrillaire 
des muscles du bras et de l’avant-bras. 

13® Chaque jour, le plus ordinairement dans la soirée ou 
dans la nuit, la malade était prise d’une crise nerveuse, carac¬ 
térisée le plus souvent par des mouvemens spasmodiques avec 
contraction des mâchoires, renversement des globes oculaires; 


Feiillîef®!®. 


PREMIÈRE LETTRE 

A Monsieur le professeur Rostan sur le mot hypocondrie ; 

Par le docteur Dumont (de Monteux). 

Moiisieiii- et très honoré maîirh, 

<r Ce n’esl pas la vériié qui persuade les 
hommes, ce sont ceux qui la disent... » 
(Nicolle.) 

Je m’appuie sur ce texte, que me fournil l’une des grandes illustra¬ 
tions de Port-Royal, afin de vous prier de faire quelques efforts en vue 
de supprimer du langage médical, une expression que je considère 
comme fatale. Les mots, vous le savez, ont quelquefois une immense 
portée, et ce lie serait pas un livre sans intérêt que celui qui traiterait 
de leur puissance corticale. . 

Le mol que Je désire vous faire attaquer n’a rien de sonore, ni d ex¬ 
plosif; il ne dilate pas, tout au contraire il comprime, car il contient 
quelque chose de sinistre et de louche : Hypocondrie !.. Sous le rap¬ 
port scientifique cette dénomination, vous en conviendrez, Monsieur, 
n’est pas moins absurde'que ne l’est, par exemple, dans l’o.stéologie du 
bassin, celle de trou obturateur', mais ne l’envisageons point de ce 
côté; c’est une tâche que je laisse à M. le docteur Cerise, dans la crainte 
de ne pas lui rendre toute la part de savante critique qu’il a su mettre 
en cet endroit lorsque nous nous en sommes entretenus. Je prendrai 
la question sons un point de vue différent, et qui est tout à fait mien. 

Le mot hypocondrie, je vous le dénonce, Monsieur, à cause des 
fausses idées qu’il entraîne dans l’esprit des gens du monde; et parlant, 
des injustices auxquelles il donne lieu. En effet, que signifie-t-il dans la 
bouche des personnes étrangères à l’art de guérir, et même dans celle 
d’un bon nombre de médecins? un vice de l’âme, une aberration du 
caractère; l’homme qui se présente sous cette forme est considéré 
comme un égoïste qui, ne trouvant pas assez de causes de bien-être au¬ 
tour de lui, s’irrite, crie à la fatalité et se met en tête mille maux qu’il 
n’a pas!.. Nos classiques modernes ont écrit en ce sens. Boileau dit, 
dans sa huitième satire : 

* ) . . . . cent fois la bête a vu l’homme hypocondre 

Adorer le métal que lui-même il fit fondre !.. 

Et l’un de ses commentateurs, Brossette, si je m’en souviens, fait re¬ 


marquer à ce sujet, qu’il faudrait hypocondriaque, parce que ce mot 
signifie au figuré, un /'ofi.mélancolique et atrabilaire. La Fontaine, dans 
sa fable intitulée ; La chatte métamoi'phosée en femme, La Bruyère 
dans ses Portraits, Dufresny et bon nombre d’autres écrivains ont des 
touches du même genre. Quanta Molière,il lui était impossible d’éviter 
cette pente ; aussi, n’y a-t-il qu’à lire la XI' scène du 1" acte de Poar- 
ceaugnac, scène charmante du reste , pour voir la manière ample avec 
laquelle il pénètre dans l’erreur que je cherche à combattre. Cette er¬ 
reur, Monsieur,'est contenue dans nos dictionnaires français, depuis 
Richeiet jusqu’à nos jours. Et Richelet d’où la tenait-il ? Il est honteux 
de l’avouer, mais il l’avait prise dans le Glossaire médical de Degori. 
Ce qui me surprend, c’est qu’elle n’ait été relevée par aucun de nos au¬ 
teurs pathologistes, et qu’elle soit encore en pleine vigueiu' malgré les 
nombreux travaux qui ont paru sur la nature des affections nerveuses^ 

Vous, Monsieur, qui par vos principes antivitalistes, avez tant contri¬ 
bué à renverser les théories en vertu desquelles on admettait l’existence 
des maladies imaginaires; vous qui, pour l’honneur de la science et pour 
le vôtre propre, ne considérez pas l’hypocondrie comme une simple 
méditation morbide sur la santé, il vous appartient, plus qu’à tout 
autre, d’élever la voix en faveur des malheureux qui, livrés à d’invisi¬ 
bles tortures, sont encore accusés de produire eux-mêmes l’état contre 
lequel ils se débattent. Faites qu’on ne dise plus à l’avenir que leur mal 
n’est que dans leur esprit; que, pour s’y soustraire, il ne dépend que de 
leur volonté ; et cela, parce que les gens qui tiennent ce langage, ont lu 
dans un lexique ou ailleurs, y que les hypocondriaques étaient des êtres 
singuliers, des visionnaires, des mélancoliques, des capricieux, qui 
jouaient aux vapeurs comme il arrive de le faire à certaines coquettes 
lorsque leur diplomatie se trouve à toute extrémité. Il importait aux 
Romains de distinguer l’or de Néron d’avec celui de Trajan. Eh bien ! il 
importe à l’humanité de ne pas confondre le faux malade avec celui qui 
l’est réellement. 

N’est-il pas doublement à regretter, Monsieur, que l’une des affec¬ 
tions !es plus pénibles à supporter soit en même temps la plus révoquée 
en doute! Les douleurs sans nombre qu’elle impose, les perturbations 
qu’elle engendre dans l’être sensitif et intellectuel, ne doivent-elles inspi¬ 
rer que la négation et le dédain ? Quoi ! parce que ces désordres et ces 
douleurs se trouvent cachés, parce que le plus ordinairement il n’accu¬ 
sent aucun signe de manifestation et qu’ils ne font pas spectacle sous 
nos yeux, il faut les repousser comme un mythe?... Singulière philoso¬ 
phie, étrange médecine que celle-là ! Que les gens du monde n’aillent 
pas plus loin, c’est chose toute simple et qui leur est pardonnable ; en 
nous voyant nous-mème apporter si peti d’attention à nn pareil état et 


sembler . parfois le traiter comme sur la pointe du pied, il n’est pas 
étonnant que leur esprit, complètement dépourvu des données de la 
physiologie transcendante, méconnaisse les vérités morbides dont je 
parle. Et quelles sont les natures les pins enclines, les plus prédispo¬ 
sées à subir ces dures vérités, vous le savez. Monsieur, ce sont les plus 
impressionnables, les plus délicates, et généralement celles dont l’intel¬ 
ligence est le plus occupée, dont le développement est le plus marqué. 
La biographie universelle dépose en faveur de cette opinion bien vieille, 
puisqu’elle appartient primitivement à Aristote. En effet, se trouvèrent 
sur cette ligne de désolation, pour ne signaler que des hommes su¬ 
périeurs et près de nous, Tasse, Celiini, Simon Browiie, Johnson, 
Swift, Pascal^ Goldsmith, Sterne, Zimmermann, J.-J. Rousseau, Vauve- 
nargues, Goldoni, notre bon, spirituel et savant confrère Pierre Rous¬ 
sel; puis Ballancho, Léopold Robert, Lawrence, ce génie fécond de Ja 
peinture anglaise... qui sais-je encore? Car je ne prends ici que quel¬ 
ques noms au hasard et des plus aisés à retenir. C’est à la profonde 
érudition de M. lejdocteur Brierre de Boismont qu’il faut en demander la 
liste ; je suppose qu’elle doit être fort longue, 

L’hypocondrie, mon cher Maître, n’est pas seulement réservée aux 
personnes chez lesquelles il y a prédominence des facultés de l'esprit, 
elle est encore, selon moi, le fatal apanage de celles qui ont un cœur 
généreux, porté à la tendresse et à la pitié. L’a-t-on jamais rencontrée 
chez les Brunehaut et les Marguerite de Bourgogne, chez les Clotaire et 
lesBorgia? Non! Sainte-Beuve, parlant il y a trois ou quatre mois de 
l’une des femmes les plus charitables , les plus distinguées de ia fin du 
dix-huitième siècle, de M'"' Necker, disait que sa santé, en proie à des 
angoisses nerveuses et morales, accusait le travail de son âme ! Il 
avait raison, et Champfort n’est pas si éloigné du vrai qu’on a voulu le 
supposer lorsqu’il a écrit que quiconque n'était pas misanthrope à 
quarante ans n'avait jamais aimé ses semblables. Cette proposition, 
j’en conviens, a besoin d’être paraphrasée et je conçois qu’on la re¬ 
pousse à) première vue ; je vais essayer, par incidence, de lui donner 
le complément qu’elle comporte. 

Il ne suffit pas,Monsieur, d’avoir un cœur de nature compati.ssaïUe 
pour être touché des désordres et des souffrances d’autrui, il faut se 
trouver en position de les voir, de les loucher du doigt ; car si nous 
sommes poussés dans les courans du. plaisir, dans ceux des affaires et 
de la prospérité, des honneurs et de la gloire ; si nous n’avons jamais 
enduré ni la maladie, ni la misère, nous respirons à pleine poitrine, 
nous sentons le sol résister à nos pas ; nous portons la tête haute; fina¬ 
lement, nous dépassons le niveau commun par notre manière d’exister 
et de sentir, Alors, quelles sont les conséquences de cette situation for- 









































ou bien la crise se manifestait par des bâillemens, desétouf- 
femen^ de la strangulation, des cris aigus. Au sortir de cet 
état, la malade répandait des larmes, se laissait aller à des pa- 
' rôles attendrissantes, à des pressentimens funestes. En un mot, 
c’était une attaque d’hystérie plus ou moins complète, et reve¬ 
nant d’une mtoière presque périodique. 

14o Enfin après cette longue série de phénomènes nerveux, 
je ne dois pas omettre de noter la disposition singulièrement 
réfractaire de l’organisme envers les remèdes en général, qui, 
presque jamais ne produisaient exactement l’effet attendu ; et 
je signalerai surtout l’état d’intolérance très caractéristique de 
l’estomac, qui se manifestait par divers phénomènes spasmo¬ 
diques généraux, ou même par des vomissemens, chaque fois 
♦ qu’on avait recours à certains médicamens irritans, tels que 
les antimoniaux, le calomel, les purgatifs salins, etc. Tout à 
l’heure on verra une nouvelle preuve de cette intolérance, et 
ses terribles conséquences. 

Après avoir énuméré cette foule presque incroyable de phé¬ 
nomènes, presque tous accidentels, ou étrangers à la maladie, 
je ne dois pas non plus perdre entièrement de vue cette affec¬ 
tion pulmonaire, qui, dans le principe, avait été prise à tort 
pour l’affection fondamentale; mais qufbien que reconnue un 
peu plus tard comme purement symptomatique et secondaire, 
n’en constitua pas moins ici la lésion viscérale prédominante, 
et une complication très menaçante et très grave. 

En effet, pendant l’espace de plus trois semaines, à dater du 
IStne jour où le diagnostic avait été mieux établi, nous eûmes 
sous les yeux, M. Pidoux et moi, une succession non inter¬ 
rompue de pneumonies lobulaires, très superficielles, très mo¬ 
biles et pour ainsi dire volantes, passant en peu de temps du 
sommet d’un poumon à sa base, ou du centre à l’une des ex¬ 
trémités ; émigrant quelquefois d’un jour à l’autre du poumon 
droit au poumon gauche, pour revenir au bout de quelques 
jours au point de départ. Notons pourtant qu’au milieu de 
cette singulière mobilité, il y eut certains points où la phleg- 
masie se montra plus fixe et plus, profonde, notamment au 
sommet et à la base du poumon droit, là précisément où elle 
avait commencé à apparaître. 

Quoi qu’il en soit, cette redoutable complication, attaquée 
et poursuivie sans relâche par les remèdes internes et externes 
les plus rationnels, surtout par les vésicatoires et les purgatifs, 
aidés de quelques légères émissions sanguines, finit par céder, 
peu à peu ; et vers le 40 “'e jour environ de la maladie, la poi¬ 
trine, qui nous avait donné tant de soucis, se trouvait à peu 
près complètement dégagée. 

En ce moment tout faisait présager que la malade touchait 
à la convalescence. Ainsi, le pouls était descendu à 92 pulsa¬ 
tions, la fièvre était presque éteinte ; il régnait sur la face un 
air de contentement de bon augure : quelques-uns des phé¬ 
nomènes particuliers, décrits plus haut, notamment la con¬ 
tracture de la main droite, avait sensiblement cédé. Seule¬ 
ment, l’état hystériforme était plus prononcé que jamais, et 
cette aggravation tenait sans doute à l’état de faiblesse, et au 
besoin de réparation inséparables d’une longue abstinence et 
d’une aussi grave maladie. Du reste, il importe de noter que la 
malade demandait des alimens avec des redoublemens d’ins¬ 
tances. 

Déjà, commebien on pense, nous avions dû, même dans les 
premiers temps de la maladie, tenir compte de ces demandes 
' incessantes ; et pour nous assurer si c’était un pur caprice de 
malade, pu une indication de la nature, nous avions accordé 


tunée ? C’est de ne se trouver jamais, ou presque Jamais, en conjonction 
avec ceux qui gémissent, parce que ceux-là ont la taille rapetissée, parce 
que leur regard oblique constamment vers la terre, parce que leurs 
paroles non accentuées n’arrivent pas h nos oreilles, et qu’alors nous 
ne les voyons iioint !... Si, au contraire, nous sommes à même de vivre 
auprès d’eux, d’analyser leur condition, sijious nous rendons témoins 
de la lutte inéessaiite qu’ils soutiennent contre le sort; si notre pensée 
se met h mesurer cet océan d’amertume où les dix-neuf vingtièmes de 
l’humanité s’étiolent et s’étouffent; si, chaque jour, selon le conseil de 
Victor Hugo, elle fait le tour 

.des misères du monde, 

nous ne dépasserons guère l’âge précité sans arriver à la misanthropie, 
et Ghamfort sera victorieux par son théorème. Quant h l’expression de 
misanthropie, il ne faut pas se borner à.la prendre ici dans sa seule ri¬ 
gueur étvmologique, ce qui serait un non sens, il faut la faire synonyme 
de toutes celles qui indiquent une perturbation do la sensibilité morale, 
laquelle amène tôt ou tard des perturbations dans la matière propre¬ 
ment dite. 

Ainsi, Monsieur, l’hypocondrie a différentes sources; elle naît soit de 
l’abus intellectuel, soit de celui delà sensibilité, le plus ordinairement, 
j’en suis convaincu, de la combinaison de l’un et de l’autre, comme chez 
J.-J. Rousseau etBernardin de Saint-Pierre, comme... j’hésite à ajouter 
à ces noms celui qui l’emporte sur tous les autres, le nom du Christ. 
M. le docteur Beau, de l’île Saint-Louis, a cherché à démontrer l’alié¬ 
nation mentale dans la personne de Mahomet ; il serait plus aisé, ce me 
semble, de soutenir que le Rédempteur de la véritable liberté humaine 
a dû passer par toutes les tortures intimes de l’hypocondrie, car il 
réunissait cette double condition dans sa nature terrestre : le travail in¬ 
cessant, démesuré de l’esprit et du cceur ! Oh ! ce n’est pas h Gethsé- 
mané et sur le mont des Olives qu’il a dû se dire en lui-même pour la 
première fois ; anima mea tristis es usque ad mortem.... il a dû se 
le dire toujours. 

Cependant, je suis loin de croire que cette maladie n’ait pas d’autres 
causes que celles dont je viens de parler; sans doute il en est encore de 
moins intéressantes et de moins nobles. Telles sont, par exemple, celles 
qui naissent d’excès commis dans les jouissances d’une vie mal réglée, 
d’une personnalité orgueilleuse, de' l’ambition, de la rivalité, et généra¬ 
lement de toutes les passions viciées, mais je suis persuadé que celles-ci 
ont une action moins agissante. Quoi qu'il en puisse être de l’étiologie 
de celte affection et de son siégé, elle n’en est pas moins une affreuse 
réalité pour ceux qni en sont atteints. Or, il y a de la cruauté à ne point 


à plusieurs reprises quelques tisanes féculentes ou quelques 
boissons légèrement .alimentaires, telles que le lait coupé, le 
bouillon de poulet, etc,; mais chacfue fois l’augmentation de 
la fièvre, le rejet des substances ingérées, et quelques autres 
accidens noiis avaient fait repentir'de notre concession. 

Mais cette fois il était permis d’espérer qu’une nouvelle 
tentative devait être couronnée de succès. Et d’ailleurs, dût- 
il en résulter quelqu’inconvénient, l’éréthisme nehveux qui 
allait s’aggravant de jour en jour, au fur et à mesure que la 
fièvre baissait, nous faisait un devoir de ne plus différer, da¬ 
vantage l’alimentation. 

Nt'US prescrivons donc un peu de lait coupé. La malade 
prend cette boisson avec plaisir ; mais quelques heures après, 
elle la rejette, mêlée d’un peu de bile. Le lendemain, nouvel 
essai, même résultat. Chaque jour, on change, on varie la 
substance alimentaire, qu’on associe avec divers médicamens 
pour les faire mieux supporter ; mais toujours sans plus de 
réussite: l’estomac repousse opiniâtrement tout ce qui lui est 
offert, et chaque vomissement contient à peu près invariable¬ 
ment de la bile. Et cependant, je dois dire qu’il n’existait 
alors aucun des signes ordinaires de la phlegmasie de l’esto¬ 
mac, ni rougeur, ni sécheresse de la langue, ni soif vive, ni 
douleur épigastrique, etc. 

N’oublions pas d’ajouter que, depuis le début de la maladie, 
non seulement il n’y avait pas eu la moindre diarrhée, mais 
jamais on n’avait pu obtenir de garde-robes qu’à l’aide des la- 
vememens ou des purgatifs ; et pour peu qu’on s’abstînt de ces 
moyens pendant quelques jours, ces garde-robes consistaient 
en matières moulées, arrondies et noirâtres. Du moment où 
ces vomissemens quotidiens apparurent, la constipation, loin 
de ceder, devint encore plus prononcée^que jamais, et ne s6 
démentit pas jusqu’à la fin. ■* 

Comme la maladie datait à cette époque de plus de six se¬ 
maines, et que par suite,de ces vomissemens opiniâtres la ré¬ 
paration était nulle, la pauvre enfant allait s’affaiblissant de 
jouren jour. La fièvre s’était rallumée avec une intensité nou¬ 
velle ; cette inanition prolongée outre mesure avait amené 
après elle un état d’éréthisme excessif, la maigreur, les exco¬ 
riations au sacrum. C’était un specfacle vraiment déchirant que 
devoir cette infortunée implorer sans cesse des alimens, et 
sans cesse rejetant jusqu’à la dernière goutte du liquide in¬ 
géré. 

Et pourtant il n’était rien qu’on ne fît pour triompher de ce 
terrible accident. Médicamens de toute sorte à l’intérieur, ré¬ 
vulsifs à l’extérieur, vésicatoires sur la région épigastrique, 
saupoudrés de morphine, etc., glace intra et extra, bams frais, 
affusions; consultations avec les maîtres de l’art, recettes 
d’empiriques, moyens rationnels ou extra scientifiques , tout 
jusqu’au somnambulisme, aux passes magnéti(iues, aux in¬ 
fluences morales de tous genres, tout fut invoqué et mis à 
'contribution, mais tout échoua. 

Comme dernière ressource, on eut recours aux làvemens d(i 
bouillon, aux bains de matières animales, mais sans le moindre 
succès. La malade tomba dans la fièvre hectique et dans le 
marasme le plus complet. 

La tête, libre jusqu’alors, finit par se prendre ; une des pu¬ 
pilles se dilata outre mesurent il survint du strabisme. La sa¬ 
livation existant depuis le début devint épaisse, visqueuse, 
souillée 3e sang. Dans les derniers jours, la malade resta plon¬ 
gée dans un état d’affaissement et de somnolence, souvent 
entrecoupé de délire, de cris perçans et d’une jactitation au- 


compaiir a ce qu’ils endurent, à ne point s’ingénier pour l’amoindrir, et 
rien n’est capable d’arriver à ce résultat comuie la bienveillance et une 
sorte de participation sympathique:une conduite opposée peut amener 
de bien funestes conséquences'. Pour ma part, j’en connais un bon 
nombre, et, à ce pi-opos. je vous demande, Monsieur, de vous trans¬ 
mettre ce que j’appris de la femme d’un ancien capitaine de frégate, du¬ 
rant l’hiver de 1836. 

Me trouvant, par circonstance, dans l’un de nos portsmaritimes,je fus 
consulté pour celte dame, digne mère de famille, qui, durant toute sa vie, 
s’était tenue à l’écart des plaisirs qui énervent les habituées du monde, 
pour ne se livrer qu’à l’accomplissement de ses devoirs d’intérieur. A la 
suite de sa quatrième ou cinquième couche, elle fut atteinte de phéno¬ 
mènes hystériques très persistons et très inten.ses. Sous une telle in¬ 
fluence, le caractère le plus jovial, rhumeur la plus égale, la patience la 
plus étendue, le courage le plus robuste, se transforment nécessairement; 
c’est ce qui arriva chez elle. Au bout de quelques mois, les personnes qui 
l’entouraient se fatiguèrent du spectacle de ses accès ; elles furent impor¬ 
tunées de ses plaintes ; et, jieu à peu, leur pitié s’atténua. Oh ! la pitié ! 
Monsieur, elle n’est pas tenace de sa nature, elle aime à changer de 
sujet comme l’amour ; et, comme lui, elle est volage ; les mêmes traits de 
physionomie, les mêmes accens, les mêmes douleiu's la fatiguent et l’en¬ 
nuient, à moins qu’elle n’ailie se loger dans des cœurs d’une trempe 
extraordinaire !... Telles étaient les dispositions des parens et des amis 
de M"' de R..., dispositions que vint seconder le médecin traitant qui, 
arrivé au terme de ses ressources pharmaceutiques, prit l’épouvantable 
responsabilité de conseiller à l’assistance, surtout au mari, de traiter la 
malade avec indifférence, de ne plus céder aux écarts de son imagina¬ 
tion; et que, finalement, un semblable état devait être brusqué... Le 
capitaine, se laissant persuader, tenta de suivre cet avis, en faisant tou¬ 
tefois (je le dis à sa louange) de grands efforts sur lui-même. Mais, dès le 
premier essai de cette barbare thérapeutique, la malheureuse femme, se 
redressant convulsivement, et d’un ton de désespérée, lui tfit : « Et vous 
aussi, vous me traitez delà sorte! Oh! malheur! «Efelle s’élança vers l’une 
des fenêtres de sa chambre, dans le bot de s’y précipiter. Dès lors, elle 
tomba dans l’idiotisme, car elle n’avait pas sans doute une intelligence 
suffisamment étendue pour devenir folle. 

Voilà, Monsieur, un crime dû h l’ignorance de notre confrère. De 
semblables hommes ne sont pas plus médecins que ne serait algébrisie 
celui qui, en présence du problème le plus simple, n’arriverait pas à 
trouver l’inconnue de ce problème. Ce sont des gens auxquels il manque 
le sens philosophique; fricoteurs d’officine,selon l’expression de Guy- 
Patin, ils agissent auprès de leurs malades en herboristes et en reboii- I 


lomatique de la tête prescfue continuelle. 

Enfin, après soixante-cinq jours de maladie et après plus de 
cinq semaines du vomissement le plus désespérant, la pauvre 
enfant expira dans une lente et pénible agonie; et en rendant 
son dernier soupir, elfe exhalait une dernière gorgée de fi. 
quide bilieux, et elle faisait entendre un éclat étouffé de cette 
toux singulière qui, jusqu’au bout, ne lui avait laissé ni trêve 
ni merci. 

Voilà assurément une observation intéressante et qui sous 
plus d’un rapport pourrait fournir matière à bien des ré- 
flexions utiles. Mais pour ne pas m’écarter de mon sujet, je 
me bornerai à faire ressortir les difficultés qu’a présentées ici 
le diagnostic, et les singulières vicissitudes qu’il a dû subir 
dans les diverses phases de la maladie. 

On se rappelle en effet que si, dès les premiers jours, quel¬ 
ques symptômes avaient fait soupçonner la fièvre typhoïde, 
ces symptômes n’étaient ni assez nombreux, ni suffisamment 
caractéristiques pour asseoir un diagnostic; et on a vu d’ail¬ 
leurs qu’à côté de ceux-ci il s’en trouvait quelques autres qui 
paraissaient très peu compatibles avec l’idée de cette maladie, 
et qui tendaient par conséquent à diminuer de beaucoup la 
valeur qu’on avait été porté à attribuer d’abord aux premiers. 
Ajoutez encore que sur ces entrefaites on voyait apparaître 
du côté de la poitrine certains phénomènes morbides qui, 
considérés’soit en eux-mêmes, soit dans leurs rapports avec la 
constitution et les antécédens de la malade, étaient véritable¬ 
ment de nature à induire en erreur, au moins à cette époque 
de la maladie En effet, plusieurs observateurs habiles s’y 
étaient mépris, et la fièvre typhoïde, à peine entrevue, avait 
été presque immédiatement rejetée pour foire placeà la phthisie 
aiguë. 

Ainsi fourvoyé, le diagnostic avait désormais, pour se re¬ 
mettre, plus d’un obstacle à surmonter. 

Faire justice de cette prétendue phthisie, n’était peut-être 
pas le plus difficile. En effet, par le seul fait de la marche et 
de l’évolution de la maladie, l’erreur ne pouvait manquer de 
se trahir bientôt d’elle-même. Mais ici l’erreur reconnue, on 
n’était pas encore en possession de la vérité. On savait sans 
doute quelle maladie n’existait pas; mais enfin quelle était 
cette maladie? Voilà ce qui restait à déterminer. 

A cet égard, il y avait plus d’une cause d^bsQurité et d’em¬ 
barras. Ainsi, il fallait d’abord une certaine habileté pour 
discerner, recueillir et grouper entre eux les quelques symp¬ 
tômes assez mal caractérisés qui appartenaient en propre à la 
maladie, disséminés et perdus qu’ils étaient dans cette foule de 
phénomènes morbides qui lui étaient complètement étrangers. 
Et puis ce triage opéré, il fallait encore un esprit sagace et 
libre de toute servitude nosographique, pour apercevoir nette- 
mont, et pour affirmer avec confiance la fièvre typhoïde, alors 
qu’elle s* produisait sous une apparence si réduite et si effa¬ 
cée, en un mot dans un état si peu conforme à son type clas¬ 
sique. 

En face de pareilles difficultés, un accord unanime n’était 
guère possible , aussi vit-on se manifester jusqu’à la fin, rela¬ 
tivement à ce diagnostic, des doutes et des incertitudes, et 
même de véifltables dissidences. 

En effet, parmi les nombreux médecins qui furent appelés 
à être témoins de ce fait, il s’en trouva plusieurs qui, tout à 
fait déconcertés, se refusèrent absolument à reconnaître une 
fièvre typhoïde dans ce qui ne leur représentait qu’un amas 


leurs de village : « Ce n’est pas leur faute, ce n’est que leur coutume. » 

Je suis. Monsieur, en cet endroit, très peu disposé à l’indulgence con¬ 
fraternelle, car je tiens pour intrus ceux d’entre nous qui ne sont mé¬ 
decins que par la tête et non pas un peu parle cœur ; jone les aborde 
ici que d’une manière tengeniielle, me réservant de les attaquer plus au 
large dans un travail relatif à l’intuition médicale. Je retourne à mon 
sujet. 

On dit : » Les hypocondriaques exagèrent considérablement leurs 
maux ; ils les écoutent et ne les combattent pas avec assez d’énergie. » 
Et qui donc en est juge? Qui donc a le droit d’apprécier les sensations 
d’un système nerveux qui ne lui appartient point? Les causes qui produi¬ 
sent la douleur n’ont-elles pas un mode d’action relatif au degré d’irri¬ 
tabilité de chaque individu ? Y a-t-if deux idiosyncrasies qui se ressem¬ 
blent? Chacun de nous n’a-t-il pas la sienne comme il a sa physiono¬ 
mie, son son de voix et son écriture? Or, il nous est interdit de nous 
taxer réciproquement en fait d’impressionnabilité, car le doloromètre 
est et demeurera toujours au nombre des découvertes impossibles. On 
juge de l’honnêteté de quelqu’un par sa conduite; de son cœur, par ses 
actions charitables ; de son esprit, par sa conversation et par ses œu¬ 
vres, mais de ses souffrances, c’est impossible... «J’ai vu un homme, dit 
Marc-Antoine Petit, qui venait de se battre avec courage, trembler à la 
vue d’une lancette préparée pour le soulager. » Cette sorte d’inconsé¬ 
quence, pour qui veut en tenir compte, se rencontre à chaque pas. 

Je ne puis. Monsieur, terminer aujourd’hui, tout ce que j’ai à vous 
dire; je le suspends pour en faire le sujet d’une seconde et dernière 
leitfe. 

Je vous offre, comme toujours, mes salutations pleines de respect. 

D' Dümont (de Monteux). ; 

15 décembre 1851. 


HYGIÈNE PDBLiQDE. — Plusieurs personnes du sixième arrondisse¬ 
ment, qui font du cidre leur boisson habituelle, se trouvaient depuis 
quelque temps gravement indisposées, et ne savaient h quelle cause at¬ 
tribuer leur malaise. L’une d’elles eut l’idée de faire analyser par un 
homme de l’art le cidre dont elle faisait usage, et on reconnut qu’il con¬ 
tenait une quantité assez notable de sous-acétate de plomb. Sur la plainte 
qui a été faite à ce sujet, une enquête vient d’être ouverte par ordre de 
l’autorité, 













confus et incohérent de phénomènes morbides ; et comme 
(j’ailleurs il y avait de leur part impuissance complète d'expi i- 
jjjer rien de positif, ils se résignèrent linaletBent à ne voir là 
(tu’une maladie sans nom, et pour tout dire, une sorte d’é- 
jiigme ou de monstruosité pathologique. 

En définitive, c’était une fièvre typhoïde, mais d’une forme 
tout exceptionnelle. 

Une très courte analyse suffira pour le démontrer. 

( La suite au prochain numéro). 


acadéiies, sociétés savant es et associations. 

SOCIÉTÉ MÉDICALE DES HOPITAUX DE PABIS. 

séance du 24 Décembre 1851. — Présidence de M. le professeur Trousseau.’ . 

jl. HoRTELOup communique à la Société l’observation d’une jeune 
fille qui entra dernièrement dans son service, pour y être traitée d’une 
variole confluente très grave. Cette malade n’avait pas été vaccinée. 
Elle était coiivalescente depuis trois semaines environ, et M. Horteloup 
rengageait tous les jours à sortir de l’hôpital, lorsqu’elle fut prise d’une 
fièvre typhoïde à laquelle elle faillit succomber. 

jj. Bayard ayant dit qu’en semant la vaccine, on récoltait la fièvre 
typhoïde, M. Horteloup a cité cetté observation, dans le but de savoir 
si ses collègues avaient observé beaucoup de faits de ce genre ; car on 
pourrait alors se demander si, en semant la variole, on ne révolterait 
pas la fièvre typhoïde. Il croit, d'ailleurs, que cette question est digne 
d’attirer l’attention de la Société, et que ses membres seraient à môme 
de recueillir en peu de temps un nombre de faits siiffisans pour l’élu- 
cider. 

M. Becquerel a vu il y a quelques mois, dans le service de M. 
Serres, qu’il remplaçait à cette époque, un homme convalescent d’une 
fièvre typhoïde, être pris d’une variole confluente très grave. M. Bayard, 
qui suivaitalors ce service, prétenditque ce malade n’avait pas eu de fiè¬ 
vre typhoïde ; et cependant le diagnostic n’avait jamais otfert le moindre 
doute. Celte circonstance le mit en garde contre les assertions de M. 
Bayard. 

M. Bouvier a observé un tait semblable à celui que vient de citer 
M. Becquerel ; mais le malade mourut à la suite de la variole. Il est 
vrai que la convalescence de la fièvre typhoïde n’avait pas été franche, 
et qu’il existait encore de la diarrhée à l’époque où la vai-iole se mani¬ 
festa. 

M. Horteloup rappelle que M. Carnot a prétendu que la vaccine, 
en préservant de la variole, ne faisait que retarder la mort, et qu’au 
lieu de mourir h un an ou deux de cette fièvre éruptive, on mourait à 
seize ou dix-huit ans de la fièvre typhoïde. 

M. Trousseau fait remarquer que cette assertion a peu de valeur, 
attendu que M. Carnot est étranger à la médecine. Sans cela, il aurait 
su qu’avant la découverte de la vaccine, on mourait de la fièvre pu¬ 
tride, qui n’est autre chose que notre fièvre typhoïde. D’ailleurs, celte 
opinion n’est pas neuve, c’est un de ces nombreux préjugés tradition¬ 
nels qui se propagent dans la classe populaire. Peut-être pourrait-on 
se demander avec plus de raison si l’extension des manufactures n’est 
pas une cause plus efiicace de mortalité que la vaccine. Mais ce n’est 
pas le moment de soulever cette question. Dans le cas où la Société ju¬ 
gerait à propos de s’occuper de la question qui a été posée par M. 
Horteloup, M. Trousseau demande qu’elle veuille bien porter également 
son attention sur la revaccination que l’on pi-aiique aujourd’hui dans 
bon nombre de pays, et qui est peut-être trop négligée en France. A 
l’hôpital des Enfans, il a vu mourir de la variole un certain nombre 
d’enfans qui avfient été vaccinés ; un d’eux, entre autres,,ravait été par 
lui sept semaines avant l’invasion de la variole. Il y a quelques jours, 
il a observé une variole confluente très grave chez un jeune homme de 
24 ans, qui avait aussi été vacciné. 

M. Horteloup dit que selon M. Bousquet, un individu qui, après 
avoir été vacciné, serait affecté de la variole, aurait moins.de chances 
de mort que celui qui, après avoir eu la variole, en serait affecté une 
seconde fois. S’il en était ainsi, la vaccine préserverait donc plus effica¬ 
cement d’une variole mortelle que la variole elle-même. 

M. Viola cite un fait de variole suivie de mort, chez un individu qui 
avait été affecté antérieurement de celte fièvre éruptive. 

M. Trousseau fait remarquer que les médecins qui pratiquent aujour¬ 
d’hui la revaccination, obtiennent souvent nn résultat favorable. Pour 
sa part, sur quatorze demoiselles qu’il a revaccinées dans un pension¬ 
nat, onze ont eu l’éruption vaccinale. Mais il désirerait savoir si ses col¬ 
lègues ont revacciné avec succès des personnes âgéesde plus de 40 ans. 

M, Horteloup en cite deux exemples. 

M. Trousseau ajoute qu’il fait cette question, parce que la variole 
paraît atteindre plus souvent, aujourd’hui, les personnes vaccinées que 
cela n’avait lieu il y a vingt ans. Ainsi, il n’est pas rare de voir les enfans 
de 4 à 5 ans, bien que vaccinés, être pris de la variole, et peut-être un 
jour faudra-t-il revenir îi l’inoculation, 

M. Bouvier s’est inoculé la variole il y a quelques années, et il l’ino¬ 
cula en même temps à M. Tessier, qui, à cette époque, était interne 
des hôpitaux. Celte double inoculation ne fut suivie d’aucun résultat. 
M. Bouvier avait été vacciné au commencement du siècle. 

M. Horteloup et M, Trousseau disent qu’ils ont été inoculés en 1824 
ou 1825, parM. Husson, sans aucun résultat. 

M. Trousseau regarde comme incontestable, d’après le nombre des 
varioles que l’on observe actuellement chez les individus vaccinés, que 
la vaccine a moins d’.efficacité qu’elle n’en avait au commencement de 
ce siècle. 

M. Valleix pense que M. Trousseau pose une conclusion très grave, 
lorsqu’il propose de revenir à l’inoculation. Pour que celte opinion pût 
prévaloir, il faudrait, à son avis, posséder un nombre considérable de 
faits propres h démontrer, sans réplique, l’inefficacité de la vaccine. 11 
est possible, à la rigueur, que les cas de variole soient plus fréquens au¬ 
jourd’hui chez les personnes vaccinées qu’ils ne l’étaient il y a vingt ans; 
mais il ne faut pas oublier que le plus souvent ces varioles, bien que 


très graves en apparence à leur début, se terminent néanmoins d’une 
manière heureuse, attendu que la fièvre de suppuration n’a pas lieu. Il 
pense que les faits analogues à ceux qui ont été cités par M. Trousseau 
sont enœre assez rares, et que, pour arriver à la solution de celte 
question, il resterait à rechercher ; 1° si les individus vaccinés atteints 
de variole ont eu une bonne vaccine ; 2“ dans quelle proportion la mort 
a lieu par le fait de la variole chez les individus bien vaccinés ; 3° dans 
quelle proportion les individus bien vaccinés sont atteints de variole 
bénigne. Ce qui, jusqu’à plus ample vérification, lui paraît exister dans 
la majorité des cas. Il ne croit pas que l’inoculation puisse équivaloir à 
la vaccine, car souvent elle dépassait»le but et engendrait une variole 
mortelle. Eu égard à la revaccination, il est d’avis qu’on peut s’abstenir 
d’y avoir recours, sans courir pour cela aucun danger, lorsqu’il n’existe 
pas d’épidémie de variole; mais que, néanmoins, le médecin ne doit ja¬ 
mais refuser de la pratiquer lorsqu’elle lui est demandée. 

M. Trousseau ne prétend pas que, dans l’état actuel des choses, il 
faille recourir à l’inoculation. Seulement, il lui est démontré que 
la revaccination réussit* facilement, puisque dans l’armée prussienne, 
par exemple, plus du tiers des soldats a été revacciné avec succès. De 
plus, comme la variole, très rare chez les hommes de 40 à 50 ans qui 
ont été vaccinés, est au contraire assez fréquente chez les hommes d’un 
âge moins avancé et même chez les enfans très jeunes, également vac¬ 
cinés ; tout eu admettant que la variole soit, en général, plus bénigne 
après vaccination, on peut craindre néanmoins, selon lui, que dans un 
certain nombre d’années, la vjccine n’ait plus la môme efficacité; et 
qu’à une époque plus ou moins éloignée, on soit obligé de revenir à l’ino¬ 
culation. D’ailleurs, selon M. Trousseau, celle inoculation n’est pas 
aussi grave par elle-même qu’on le suppose ; il l’a pratiquée environ 
cent fois, dans des circonstances déterminées ; et il n’a pas eu à s’en 
repentir, 

M. Horteloup se demande si, avant de songer à l’inoculation, il ne 
serait pas utile de revenir de nouveau à la vaccine primitive, au cow-pox, 

M. Valleix : Selon M- Trousseau, il y aurait aujourd’hui plus d’in- 
vidtis vaccinés atteints de variole que dans les premières années de notre 
siècle; mais il ne fantpas oublier qu’aiijourd’hiii le nombre des indivi¬ 
dus vaccinés est bien plus considérable' qu’il ne l’était à cette époque. 
Dès lors, il est tout naturel que les cas de variole soient eux-mêmes 
plus nombreux. Quant h la difficulté que l’on éprouve h revacciner avec 
succès les individus âgés de plus de quarante ans, cela peut tenir h ce 
que l’aptitude à contracter la variole, diminue à mesure que l’on avance 
en âge. 

M. Harût a observé, depuis cinq à six ans, au moins quinze cas de 
variole chez des enfans de 2 à 5 ans; aussi, est-il disposé à admettre un 
affaiblissement probable dans la vertu préservatrice du vaccin ; toute¬ 
fois, CCS varioles étaient toutes bénignes. Quant à l’inoculaiion, il la re¬ 
garde comme très grave. Ily a quelques années, il eut l’occasion de con¬ 
sulter l’ouvrage de M. Thompson. Cet auteur établit qu’à Londres, dans 
une période de dix ans, pendant laquelle on avait pratiqué l’inociilatioii, 
la mortalité causée par la variole, avait été plus considérable que dans 
une autre période de même durée, antérieure à l’époque où l’inocula¬ 
tion fut mise en honneur. 

M. Bouvier fait remarquer que l’on publie aujourd’hui beaucoup 
plus d’observations qu’au commencement du siècle, et que, par cela 
même, les faits doivent se produire en plus grand nombre ; que de plus, 
à cette époque, on était disposé à cacher les faits de variole qui surve¬ 
naient après la vaccine. Pour juger la question de la revaccination, il fau¬ 
drait aussi tenir compte du vaccin que l’on a employé pour la première 
vaccination, car il y aaujourd’hui dqux vaccins : l’ancien, qui avait passé 
par un grand nombre de générations; et lenouvean, ou vaccin renou¬ 
velé, qui suit dans son évolution une marche différente, et dont les pus¬ 
tules sont plus larges. M. Trousseau affirme que, depuis la rénovation 
du vaccin, la variole est pins fréquente ; mais on ne peut trancher cette 
question qu’a l’aide d’une statistique très étendue. Il ne taudrait pas 
non plus accorder une trop grande valeur aux faits observés à l’hôpital 
des Enfans, car cet établissement se trouve dans des conditions spé¬ 
ciales d’infection, et la variole y règne endémiquement. M. Bouvier a vu 
à l’hôpital Beaujon un homme de 45 ans, qui portait les marques irrécu¬ 
sables d’une première variole, mourir d’une seconde variole dont il 
avait été atteint pendant la convalescence d’une pneumonie. Il est con¬ 
vaincu que des faits analogues ont existé à une époque antérieure, et 
que, faute de publicité, ils ont été perdus pour la science. 

M. Boughut a vu, en 1843, à l’hôpital de la Charité, où il régnait 
alors une épidémie de variole, une jeune femme qui portait à chaque 
bras trois cicatrices de bonne vaccine, mourir d’une variole confluente 
au septième jour de l’éruption. L’année suivante, il vit également un 
bomme qui avait été vacciné, mourir de la variole. Enfin, cette année, 
il eut encore l’occasion d’observer nn malade qui offrait des cicatrices 
très apparentes de vaccine et qui mourut de la variole pendant la pre¬ 
mière période de l’éruption. Ces faits ne lui laissent aucun doute sur 
l’affaiblissement du virus-vaccin; ce résultat concorde, d’ailleurs, avecla 
manière dont se comportent les autres virus après de nombreuses trans¬ 
missions. 

M. Trousseau insiste sur ce que, en 1830, quarante ans environ 
après la découverte de Jenner, il était extrêmement difficile de pratiquer 
la revaccination avec succès, tandis que depuis huit ans, c’est-à-dire 
depuis l’emploi du nouveau vaccin, la revacciiiation est facile et que de 
plus la variole est beaucoup plus fréquente. Il en conclut que le vaccin 
a moins d’activité aujourd’hui qu’il n’en avait il y a un certain nombre 
d’années. 

• M. Bouvier rappelle que l’Académie de médecine, avant le renouvel¬ 
lement du vaccin, s’est beaucoup occupée des faits qui semblaient dé¬ 
montrer que les cas de variole, après vaccine, devenaient de plus en 
plus fréquens. Il croit que celte question ne pourrait être tranchée qu’à 
l’aide de statistiques très étendues, et qu’il faudrait distinguer avec soin 
les époques auxquelles la vaccination a été pratiquée. Mais, selon lui, 
la vaccine n’a pas encore été employée pendant un laps de temps assez 
long, pour que l’on puisse retirer tout le fruit possible d’unVavail aussi 
considérable. 

M, Trousseau dit qu’il ne faut pas oublier que c’est surtout chez les 


enfans que l’on observe aujourd’hui la variolé. Cependant, depuis 1802» 
la vaccine a été universelleraent appliquée. Pourquoi donc les adultes 
sont-ils plutôt exempts de la variole que les enfans? Pourquoi, pen¬ 
dant l’épidémie de 1825, par exemple, cherchait-oii des individus vac¬ 
cinés qui eussent la variole ? 

Le secrétaire 3 Qii. IAger. 


PRESSE MÉDICALE. 


I.a Presse médicale belge. — 18 Janvier 1851. 

Nouveau mode d’emploi de la morphine et de la quinine dans le 
traitement des fièvres intermittentes; par le docteur J. Hannon, 
professeur à l’ünlversité de Bruxelles. 

Ce qu’il faut pour la quinine, c'est de produire le plus d'effet possi¬ 
ble aux moins de frais possible. Or, c’est ce qui n’a pas lieu aujour¬ 
d’hui, le sulfate de quinine est généralement donné à dej doses trop 
fortes, on semble ne plus craindre la surdité, l’amaurose, les gastral¬ 
gies, les diarrhées, et cependant toutes les fois que ces accidens se pro¬ 
duisent, le médicament reste sans effets. 

On extrait des quinquinas de première qualité, quatre grains .environ 
de sulfafe de quinine par gros; or, des fièvres intermittentes très déci¬ 
dées s’arrêtent d’une manière radicale avec six gros de quinquina cali- 
saya, administré chaque jour à la dose d’un gros, délayé dans un verre 
de vin immédiatement après l’accès. A cette dose correspondent en 
sulfate de quinine, 24 grains à prescrire par 4 grains après chaque ac¬ 
cès, mais on en ordonne ordinaire.raent de 10 grains à 20 grains, renou¬ 
velés aux mêmes doses pendant deux ou trois jours. C’est le triple de ce 
que la méthode de Sydenham exige. 

Ces considérations, jointes à l’élévation sans cesse croissante du prix 
du sulfate de quinine, m’ont depuis longtemps déjà fait rechercher la 
solution du problème que je posais plus haut et qui consiste à produire 
le plus d’effet possible aux moins de frais possible. 

Pour mieux faire comprendre la méthode à laquelle je me suis arrêté, 
citons une observation remarquable : 

M. G..., qui jadis avait eu dans les Flandres des accès fréquemment 
répétés de fièvre intermittente, habitait Bruxelles depuis longtemps déjà, 
et plusieurs fois, vers l’automne, il avait senti ses accès lui revenir. Le 
sulfate de quinine était son remède habituel, il en prenait chtffjue jour 
h doses très fortes (de 20 à 25 grammes) ,.et nonobstant la fièvre pour¬ 
suivait son cours. Le malade, h force de prendre 1» quinine, avait fini 
par être insensible à son action, et la fièvre se renouvelait malgré les 
doses qu’il prenait chaque jour avant l’apparition de l’accès. 

M. G... me fit appeler et j’essayai immédiatement ma méthode. Sa 
lièvre était tierce, et deux paroxysmes s’étaient déjà passés avant qu’il ne 
me fît appeler. Je prescrivis : • 


1” Sulfate de quinine. 1 grain. 

Sucre.q. s. 

Pour faire cinq paquets.- 

2“ Extrait gommeux d’opium. . . 25 ceniig. 

Hydrochlorate de morphine.. 5 centig. 

Extrait de valériane. 1 gram. 50 centig. 

Mêlez exact, f. s. a. pii. n° 15. 


Voici comment ces médicamens furent employés : 

Le 29 septembre, accès à dix heures du matin, frisson suivi de cha¬ 
leur et de sueur, une pilule au début de l’accès, immédiatement après 
l’accès un paquet de sulfate de quinine. 

Le 30, apyrexie, trois pilules, une de quatre en quatre heures. 

Le 1“' octobre, accès à six heures du soir, trois pilules, une au matin, 
une à midi, une au moment du début de l’accès; immédiatement après 
l’accès, un paquet de quinine. 

Le 2, apyrexie, trois pilules. 

Le 3, accès très faible vers sept heures du soir ; même traitement que 
le 1" octobre. 

Le 4, apyrexie, trois pilules. 

Le 5, pas d’accès, un paquet vers huit heures du soir. 

Le 6, apyrexie, pas de traitement. 

Le 7, pas d’accès, pas de traitement. 

Tous les jours suivons, absence de fièvre. 

Cette aflèction ne présenta pas de récidive, comme elle en présentait 
sans cesse par la méthode vicieuse suivie antérieurement par le malade, 
pour l’emploi du sulfate de quinine. 

En suivant celle que j’ai employée, il est rare de voir les fièvres in¬ 
termittentes se prolonger au-delà du troisième ou du quatrième accès ; 
il est plus rare encore de les voir récidiver. 

Il convient donc, pour guérir plus sûrement et vile que par aucune 
autre méthode, de donner : 

1'' Au début de l’accès, une pilule composée comme nous l’avons dit, 

2“ Immédiatement après l’accès, de quatre à cinq grains de sulfate de 
quinine en une seule dose. 

3° Pendant l’apyrexie, et jusqu’au moment de l’accès, un nombre de 
pilules opiacées en rapport avec la constitution du malade. 

Pour s’expliquer le mode d’action plus elBcace du sulfate de quinine 
administré de cette façon, on doit se rendre compte : l^ de la nature 
de la fièvre intermittente ; 2“ de l’action physiologique du sulfate de 
quinine ; 3° de l’action des opiacés. 

La fièvre intermittente peut être h juste titre considérée comme une 
affection fébrile due aux miasmes marécageux absorbés. L’action de cette 
matière loxiijiie s’exerce directement sur le .système ganglionnaire, 
chargé spécialement de régler les sécrétions internes et la circulation. 
Tous les symptômes de la fièvre intermittente prouvent cette action di¬ 
recte du miasme sur le nerf sympathiquu. 

Ces sécrétions sont arrêtées, d’autres sont interverties ; la circula¬ 
tion est perturbée. La sécrétion biliaire est presque nulle ; de là la cons¬ 
tipation, le teint jaune, l’anorexie (comme on le voit surtout dans la fiè¬ 
vre jaune) ;—l’engorgement de la rate ne résulte-t-irpas d’un trouble 
dans la circulation? Les hydfopisies qui accompagnent certaines fièvres 
intermittentes ne prouvent-elles pas une altération profonde dans les 
fonctions des reins? La sécrétion cutanée n’est-elle pas perturbée com¬ 
plètement? Or, le système nerveux ganglionnaire préside à toutes ces 
fonctions, et la fièvre intermittente n’est autre chose que la réaction du 















S3'Stèraé cérébro-spinal contre l’état de prostration du système gan - 
glionnaire. 

Le système cérébro-spinal sera d’autant plus affecté que le système 
ganglionnaire fonctionnera moins. Moins le foie pourra éliminer de 
miasmes par sa vésicule biliaire, pltiff les réactions cérébro-spinales se¬ 
ront intenses, et plus la flèvre sera aiguë. Plus le torrent circulatoire 
charriei-a de miasmes, et plus ceux-ci prostreront le système ganglion¬ 
naire pour exciter davantage le système cérébro-spinal. 

Or, comment se comporteront les préparations opiacées et cincho- 
niques en cette circonstance. 

Nous avons vu les miasmes marécageux prostrer le système nerveux 
de la vie végétative et surexciter consécutivement le système cérébro- 
spinal. L’opium, au contraire, prostré tout à la fois ces deux systèmes. 
Pris à certaine dose, il rend insensibles tous les centres nerveux aux 
agens extérieurs, comme il les rend insensibles h l’action dea-substances 
toxiques qui pourraient se rencontrer dans le sang. Par son action, le 
miasme marécageux reste sans effet sur les centres nerveux qui ne per¬ 
çoivent plus leur pernicieuse influence. Mais l’opium ne suffit pas pour 
guérir la fièvre, il faudrait pour cela qu’il stimulât les fonctions végéta¬ 
tives, Or, il exerce sur elles une action sédative bien prononcée, et pour 
guérir il faudrait un médicament qui stimulât ces fonctions. Ce médica¬ 
ment, nous le trouvons dans le sulfate de quinine. 

Le sulfate de quinine, administré à la dose de quatre ou cinq grains, 
excite les fonctions du nerf sympathique. Ce nerf se distribue aux vais¬ 
seaux sanguins et aux viscères du ventre et de la poitrine. Or , après 
l’administration de la quinine, tous les, oi’ganes où ce nerf se rend sont 
excités et leurs fonctions dé sécrétion augmentées. Qu’observe-t-on, en 
effet, dans le traitement de la fièvre intermittente ? Au bout de quel¬ 
ques doses de quinine, les fonctions de sécrétion se rétablissent, tous 
les désordres fonctionnels disparaissent si la quinine ést administrée con¬ 
venablement. Mais comme le nerf sympathique communique avec la 
plupart des nerfs cérébraux, et surtout avec les nerfs spinaux, si les 
doses de quinine sont trop fortes, l’excitation du premier de ces nerfs se 
transmettra aux centres nerveux de la vie de relation, et la fièvre, loin 
de guérir, ne fera que s’aggraver. D’où résulte que, dansde traitement 
des fièvres iutermittentes, il sera, donné à trop forte dose, plutôt nuisi- 
sible qu’utile, puisque venant en aide à l’action des miasmes, il ne fera 
qu’irriter davantage l’encéphale. A petites doses, au contratre (de qua¬ 
tre ou cinq grains), il rétablit tout simplement les fonctions du sympa¬ 
thique sans réagir sur le 'cerveau et la moelle épinière., 

L’opium, et la quinine, administrés comme nous l’avons dit, agiront 
donc favorablement dans le traitement des fièvres miasmatiques. L’opium 
empêchera l’action irritante du miasme sur le cerveau par sa puissance 
sédative, — il rendra le miasme inerte; le sulfate de quinine excitera 
le système sympathique, provoquera les sécrétions internes et favori¬ 
sera l’élimination des miasmes. Il est donc de toute évidence que dans 
le traitement des fièvres intermittentes, il faudra, pour obtenir les meil¬ 
leurs résultats, administrer simultanément l’opiùm et la quinine. 


JOURNAL DE TOUS. 

A Monsieur le rédacteur en chef de i’ünion Médicaie. 

Mon cher confrère, 

Je viens vous prier d’insérer dans un prochain numéro de votre 
journal la note suivante, à propos du mémoire de M. Edouard Cazenave, 
sur les rapports qui semblent exister entre la manie aiguë et la fièvre 
intermittente, mémoire inséré dans I’ünion Médicale du 20 janvier de 
celte année. 

Dans mon cinquième mémoire sur l'étude de la folie au point de 
vue des localisations, j’ai rapporté, à la page 788, des faits qui prou¬ 
vent que la folie aiguë se termine par des crises comme les autres ma¬ 
ladies, et quelquefois par des accès de fièvre intermittente. 

Esquirol était de cet avis, et mon mémoire adressé à la Société mé¬ 
dicale de Tours, en 1847, vient corroborer celte opinion. M. Edouard 
Cazenave a publié de nouveaux faits qui sont venus après les nôtres. 

Voici ce que j’ai écrit : « Parmi les crises qui terminent la folie , on 
» peut signaler la fièvre intermittente ; dans ce cas, la folie présente 
» dès le principe un type intermittent qui ne disparaît que sous l’in- 
» fluence de moyens anti-périodiques, ceux-ci réussissent d’autant 
n mieux, que la folie a une forme aiguë ; ils ne font rien si l’on s’adresse 
» à une maladie mentale déjà ancienne. » 

M. Edouard Cazenave avance aussi que la netteté des crises est en 
raison directe de l’acuité des symptômes vésaniques ; la manie aiguë. 


qui, de toutes les formes delà folie, résume au plus haut degré l’exalta¬ 
tion du délire, semblerait devoir confirmer cette appréciation. 

Ainsi plus de doute que le type intermittent accompagnant le délire 
aigu, soit une condition favorable à la guérison de la folie, et que des 
accès de fièvre tierce ou quarte viennent quelquefeis terminer cette 
maladie. 

Galien rapporte la guérison d’un accès de manie par la fièvre quarte; 
Esquirol, dans son mémoire sur les terminaisons critiques de la folie, 
rapporte également plusieurs guérisons après l’apparition de fièvres in¬ 
flammatoires, gastriques, et fièvres tierces ; moi-même, en 1847, j’ai cité 
plusieurs faits de guérison de folies plus ou moins aiguës, qui se sont 
terminées par des’ accès de fièvre tierce et par l’usage du sulfate de 
quinine. 

Si j’ai pris la plume, mon cher rédacteur, c’est pour rappeler mes ob¬ 
servations; il est utile de fairé un résumé des faits que notre laborieux 
confrère, M. Edouard Cazenave, a si bien confirmées par les siennes. 

Agréez, etc. Beluomme, d.-m. p. 


NOUVELLES. — FAITS DIVERS. 

cotVGODits POU» LA CHAIRE D’HYGiËiVE. —Aujourd’hui a comiiiencé 
l’épreuve de la leçon orale après trois heures de préparation. MM. Gué- 
rard et Marchai (de Calvi) ont eu h traiter de la contagion. 

laiSTMiCTiON SUPÉRIEURE. — Par arrêtés du 13 janvier 1852, M. 
Maissiat, docteur en médecine, agrégé libre, conservateur adjoint des 
collections de la Faculté de médecine de Paris, est nommé conserva¬ 
teur des collections de ladite Faculté, en remplacement de M. Thillaye, 
démissionnaire, ipii rentrera en jouissance de la pension liquidée à son 
profit le 15 octobre 1844. 

M. Oppermann, professeur de pharmacie à l’École supérieure de phar¬ 
macie de Strasboui^g, est nommé directeur de ladite École, en rempla- 
cernent de M. Persoz. 

HYGIÈNE PUBLIQUE. — On assure qu’il est question d’établir, dans 
la banficue de chaque chef-lieu d’arrondissement, des ateliers d’équar¬ 
rissage sur le modèle des établissemens de ce genre situés dans les envi¬ 
rons de Paris'. Cette mesure ne profitera pas seulement à la santé publi¬ 
que, gravement compromise par les émanations fétides des cadavres 
qu’on a la funeste habitude de jeter dans nos campagnes, où ils séjour¬ 
nent jusqu’à ce qu’ils soient devenus la proie des corbeaux; la spécula¬ 
tion y trouvera aussi son compte. 

— La ville va prochainement mettre en vente les terrain^vagues si¬ 
tués sur le boulevard du Temple, entre la rue de Ménilmontani et celle 
de Crussol. Elle a aussi le projet d’établir sur une partie de l’emplace¬ 
ment de l’ancien jardin du couvent du Temple, un établissement de 
bains et lavoirs publics, création éminemment utile à la classe laborieuse 
de ces populeux quartiers. 

Cet établissement aura son entrée principale sur la rue de la Ro¬ 
tonde. Le pavillon de droite sera occupé par 50 baignoires pour hom¬ 
mes, dont 25 de première classe et 25 de seconde.’ Le pavillon de gau¬ 
che contiendra pareil nombre de baignoires à l’usage des femmes. Dans 
l’une et l’autre seront disposés des cabinets pour bains médicaux, ba- 
rège, vapeur et douches. Ces deux pavillons seront séparés par une 
cour plantée avec jet d’eau au milieu. Au fond sera établi le lavoir, con¬ 
tenant 100 places de laveuses, buanderie et bassin à rincer, esso¬ 
reuses, emplacement de cuves et chaudières, et de chaque côté les sé¬ 
choirs, d’après le système employé à Westminster, tables à repasser et 
fourneaux pour les fers. 

Une salle d’asile pour les enfans trouvera aussi place dans l’établisse¬ 
ment. 

Dans un second projet, l’entrée du lavoir est sur la rue de la Ro¬ 
tonde. L’installation de ce lavoir est calculée pour 100 places de la¬ 
veuses. bureau d’administration, salle d’asile, bassin à rincer le linge et 
essoreuses, emplacement des chaudières et réservoirs, deux séchoirs, 
tables h repasser et fourneaux pour chauffer les fers. 

Deux établissemens de bains comme dans le premier projet; celui des 
hommes ayant son entrée sur la place de la Rotonde, avec 104 baignoi¬ 
res, dont 52 de première classe au rez-de-chaussée , et 52 au premier 
étage. Dans celui des femmes, dont l’entrée serait rue de Bretagne, mê¬ 
mes dispositions et même nombre de baignoires ; bains de b^èges, de 
vapeur et douches dans les deux ; au premier, lingerie ; au rez-de-chaus¬ 
sée, cabinet de médecin et logement de l’administration. Les cours 
plantées avec jet d’eau. 


BIENFAISANCE. — La vilIc de Lyon va s’enrichir, grâce h la munifi¬ 
cence de l’un de ses concitoyens , d’un nouvel établissement de bienfai- 
sance. M. Richard a fait, dans son testament, un legs qui s’élève, dit-on, 
à près ti'iin million, pour la fondation d’un hospice d’incurables; placé 
sous la direction dq l’autorité ecclésiastique. Cette fondation comblera 
une regrettable lacune. 

— M, A. Devergie commencera un cours complet de maladies de la 
peau, samedi 31 janvier, à 9 heures 1/2, à l’hôpital Saint-Louis, et le 
contiuuera les samedis suivans, à la même heure, jusqu’au 31 juillet. — 
La visite des malades a lieu à huit heures. 


BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE. 

Revue-phakmaceotique de 1851, supplément à l’Officine fom 1852. Recueil 
annuel présentant le résumé complet de ce que les journaux spéciaux ont publié d’in¬ 
téressant pour les pharmaciens, les médecins et les vétérinaires, pendant l’année qui 
vient de finir; en pharmacotechnie, chimie, pliysiotogic, thérapeutique, histoire na- 
lurelle, toxicologie, hygiène, économie industrielle, économie dfimeslique, etc.,aHg. 
menté cette année des articles suivans : 1» De i’organisation de la pharmacie en 
France dans ses rapports avec la propagation des sciences d’application ; 2” La phar¬ 
macie en' Angleterre; 3“ Voyage pliarmaceutique à l’exposition unive*elle de Lon¬ 
dres. — Prix : 1 fr, 50 c. 

En vente, chez Labé, libraire, 23, place de l’Ecole-de-Médecine. 

Du PRONOSTIC et du traitement curatif de I’épiiepsie , par le docteur T.-J. Hrji. 
PIN, membre de plusieurs Sociétés savantes; ouvrage couronné par l’Institut de 
France. Un vol. in-S de 620 pages. — Prix ; 7 fr. 50 c. 

A Paris, 1852, chez J.-B. Baillière, libraire, 19, rue Hautefcuille. 

Ess.ii sur la vie et la mort, les maladies, leurs causes et leui' traitement déduits 
d’une moyenne thermométrique normale de l’organisme; par le docteur Wanneb, 
In-8. Pari?, 1851, chez Labé. 

Cours d’hygiène fait à la Faculté de médecine de Paris, par Louis Fleury, pro¬ 
fesseur-agrégé, etc. (première livraison). — In 8, cliez Labé. — Prix : 2 fr. 

Lettres sur les maladies du cœur, à M. Ehrmann, professeur à la Faculté de 
Strasbourg (première lettre), par M. Forget, professeur, etc. 

Doctrine des élémens basée sur les exigences de la pratique; par M. Forget, 
professeur, etc. — In-8, Strasbourg, 1852. 


Le gérant, Richelot. 


M. le docteur Delabarre fils et M. Accault, pharmacien, étaient cités, 
le 3 de ce mois, devant la 8' chambre du tribunal de la Seine, sons la 
prévention ; 1° de composition d’un remède secret ; 2” d’annonces et 
avis imprimés; 3“ de vente au poids médicinal. 

M. le docteur Delabarre a composé un sirop connu sous le nom de 
sirop de dentition, et qui est destiné à éviter aux enfans les maladies 
graves souvent causées par la première dentition. 

Les annonces et le débit de ce sirop ont donné lieu à la prévention, 
qui est soutenue h l’audience par M. le substitut Valentin. 

M" Langlois, avocat de MM. Delabarre et Accault, a présenté la dé¬ 
fense. M. le docteur Delabarre, a-t-il dit, n’hésite pas à assumer sur lui 
seul toute la re.sponsabilité de la composition qui est dénoncée h votre 
justice. Cette composition se fçittaehe, en effet, pour lui, à une décou¬ 
verte scientifique dont il doit revendiquer l’honneur; c’est que la pre¬ 
mière dentition, chez-les enfans, n'est pas une maladie; elle est, selon 
lui, et il l’a démontré dans une publication hautement appréciée par les 
savans et les praticiens, une fonction naturelle des organes dentaires, 
qui ne demande, pour s’opérer sans douleur et sans accident, que des 
soins propres à entretenir la santé de ces organes durant les premières 
années de l’enfance, et faciliter leurs fonctiins. 

Aussi, la préparation qu’il a trouvée a-t-elle toutes les propriétés odon- 
talgiques désirables, les plus propres h prévenir les maladies des or¬ 
ganes de la dentition et des accklens morbides qui peuvent en être la 
suite; c’est ainsi qu’il est essentiellement anticonvnlsif; il ne faut donc 
pas confondre une œuvre de science et de pratique éclairée avec ces 
procédés de guérison vulgaire qu’on offre trop souvent au public. 

L’avocat soutient ensuite que le sirop de dentition est corapo.sé de 
substances alimentaires indigènes et exotiques, dont l’innocuité est in¬ 
contestable ; que ses propriétés sont h la fois hygiéniques et odontalgi- 
ques, et que les médecins dentistes ont toujours eu le droit d’en com¬ 
poser de cette nature. Enfin, que le mode d’emploi du sirop de dentition 
est externe, et consiste seulement à frictionner plus ou moins souvent 
les gencives des jeunes enfans. 

Quant à l’annonce de ce sirop par avis imprimés, il soutient qu’elle ne 
saurait être un délit, puisqu’il est établi qu’il n’est pasuiî remède secret 
dont la publication soit défendue. 

« Le Tribunal, 

I) Considérant que le sirop de dentition du docteur Delabarre ne pré¬ 
sente pas le caractère de remède secret, qu’il ne s’emploie pas à l’inté¬ 
rieur du corps humain, mais que l’on s’en sert pour frotter les gencives 
des enfans h l’époque de la.dentition et comme préservatif des accidens 
qu’elle occasionne, 

» Renvoie les prévenus des fins de la poursuite, sans dépens. » 


Sirop de Garrigues contre la goutte. —Dépôt général chez M. Ro¬ 
ques, 166, rue St-Antoine. Pour donner la preuve de l’efficacité de ce 
sirop, M. Roques enverra gratis un flacon à tout médecin qui lui en fera 
la demande par écrit. — Dépôts chez MM. Justin, pharmacien, rue du 
Vieux-Colombier, 36.— Debrault, rue St-Martin, 228. — Dublauc, rue 
du Temple, 139. — Et dans toutes les pharmacies. — Prix : 15 fr. 


COURS DE PATHOLOGIE SHTËRHE, 

professé à la Faculté de médecine de Paris, paî M. ic professeur 
Andral ; recueilli et pubiié par M. le docteur Amédée Latour, 
rédacteur en chef del’ Union médicale ; 2e édition entièrement 
refondue. — 3 voi. in-8“ de 2076 pages. Prix : ■ 18 fr. 

Germer-Baiiiière, libraire, 17( rue de l’Ecole-de-Médecine. 


MAISON DE SANTÉ DU D'LEV, 

Avenue Montaigne, ne 45 {ancienne allée des Veuves). 

Cet établissement, foniié depuis 25 ans, est destiné aux trai- 
temens des maladies aiguës et chroniques, aux operations chi¬ 
rurgicales et ihix accouchemcns, vient d’ajouter aux bains de 
toute espèce que l'on y trouve, l’application de la métliode liy-i 
drothérapique. MM. les docteurs pourront suivre et diriger 
comme ils le jugeront convenable l’emploi de ce moyen.—Vaste 
jardin. Le prix de la pension est modéré. Les malades y sont 
traités par les médecins de leun choix. 


ASSAINISSEMENT des HABITATIONS 

On recommande à MM. les médecins qui connaissent tous les 
dangers de l’humidité dans les logemens, le Parquet sur bi¬ 
tume inventé par M. Codrgüecbon. Ce parquet plus durable, 
plus solide, moins coûteux et aussi bien fait que le parquet ordi¬ 
naire, garantit de l’Iiuipidité les logemens les plus insalubres. Il 
convient surtout pour les bibliothèques, pour les pliarinacics et 
laboratoires, pour toutes les pièces où l’on veut conserver des 
objets à l’abri de l’humidité, car ce système s’applique aussi sur 
les murs. On peut voir et apprécier ce parquet qui est breveté 
(s. g. d. g. ) dans plusieurs établissemens publics, entre autres au 
rez-de-chaussée du nouvel hôtel du timbre, à l’église de Pan- 
themont, dans plusieurs chapelles des églises de Paris, etc.— 
S’adresser, franco, rue d’Enfer, n" lü2, à Paris. 


VINGT-TROISIÈAIG ANNÉE DE PUBLICATION. 

L’ALMNACH GÉNÉRAL DE MÉDECINE POUR 1851 - 1852 . 

PAR DOMANGE-HUBERT. 

SE vend: 

Chez Victor Masson, place de l’EcoIc-de-Médecinc, 17. 

Et dans les bureaux de l’Union Médicale, rue du Faubourg-Montmartre, 56. 

PRIX : 3 FRANCS 50 GENTIltlES. 

Nota. — Les personnes qui en feront la demande recevront leurs exemplaires à domicile. (Affranchir. 

En vente, chez VICTOR MASSON, libraire, place de l’École-de-Médecinc, 17, à Paris. 

DES AGCIDE^S DE DENTITION buttre; par M.'A. DELABARRE Elis, docteur en médecine, médecin- 

dentiste de l’iiospice des Enfans-Trouvés et Orplielins de Paris. 

Un volume in-8 avec figures dans le texte. Prix : 3 fr. 


APPAREIL ÉLECTRÛ-MÉDICAL fonc¬ 
tionnant SANS PILE NI LIQUIDE, de Breton frères.—Cet 
instrument, déjà si connu par les services qu’il rend tous les 
jours dans les sciences médicales, vient d’être tout nouvellement 
perfectionné. On peut, de la manière la plus facile, appliquer 
sans danger l’électricité galvanique dans les diverses et nom¬ 
breuses maladies qui nécessitent l’emploi de cet agent comme 
moyen thérapeutique; car, avec l’intensité des fortes commo¬ 
tions électriques, qui peuvent se graduer et devenir presque in¬ 
sensibles, on peut aussi maintenant en graduer le nombre à vo¬ 
lonté. Cet appareil, qui vient d’être tout récemmenl présenté à 
l’Académie des sciences, et dont l’usage est adopté pour le ser¬ 
vice des hôpitaux, est du prix de 140 francs. Chez MM. Breton 
frères, rue Dauphine, 25. 


ANATOMIE CLASTIQUE modèle, entièrement 

neuf, à vendre d’occasion l,500francs,avec facilités. S’adresser 
à M. Antoine, rue St-Germain-des-Prés, iff 2. 


fr. i 


KOUSSO 

VER SOLIl 


la do^e. 

afii 


SEUL APPROUVÉ 

Paries Académies des Sciences et de Médecine de Paris. 
EsaeieK le cachet et la signature de BOGGIO, Mc>a-Ph'e», 
13, rue Neuve-des-Petits-Chahps. (Paris. AIT.) 


flSfîieflüî ne ûilhlTÉ spécialementconsacréeaux 
IVsMIdUSI Uë OAn I c maladies chirurgicales 
etaux opérations qui leur conviennent, ainsi qu’au traitement 
des maladies chroniques, dirigée parle d'' Roghard, rue de 
MarOeuf, 36, près les Champs-Elysées. — Situation saine et 
agréable, — soins de famille, — prix modérés. 

Les maladesysont traitéspar les médecins de leur ohoiçe. 


TRAITÉ .... iVIALÂDIE VÉNÉRIENNE 

par J. Hunter, traduit de l’anglais par le docteur G. Richelot 
avec des notes et des additions par le docleur Pli. Ricord, chi¬ 
rurgien de l’hôpilal des Vénériens, membre de l’Académie de 
médecine, etc., accompagnée de 9 planches.—Deuxième édition, 
revue, corrigée et augmentée. Paris, 1852. — l'rix : 9 fr. 

Chez J.-B. Bailliere, libraire de l’Académie de médecine. 


TRAITÉ PRATIQUE ^‘^arri UTÉRUS, 

de son col et de ses annexes; par le docteur Jl-H. BenNet, an¬ 
cien interne des liôpilaux de Paris, membre du Collège royal des 
médecins, et médecin-accoucheur du dispensaire général de 
l’Ouest à Londres ; traduit de l’anglais, sur la seconde édition, 
par le docteur F.-A. Aran, ancien intcrne-laiiréat des liôpilaux. 
1850. Un volume 111-8“ de plus de 400 pages, avec des gravures 
sur bois, intercalées dans le texte, et un formulaire Iliérapculi- 
que spécial. — Prix : 6 fr. 

Table des chapitres .Anatomie et pliysiologie de lulérus; bu 
et division de l’ouvrage. — Inflammation du corps de l’utérus, 
hors l’état de gestation (mélrile aiguë, cliroiiique, interne). — 
Inflammation et abcès des annexes de l’utérus. — Pathologie 
générale de l’inflammalion, de l’ulcération et de l’hypertrophie 
du col de l’utérus. — Inflaramalion et ulcération du col de l’ulé- 
rus, chez les filles vierges. — Pendant la grossesse. — Pendant 
et après l’acconcliemcnt. — Dans un âge avancé. — Dans le cas 
de polypes et de tumeurs fibreiisrs. — Inflammation du vagin 
et de la vulve. — Rapports entre l’inflammiation et les troiibles 
fonclionncls de l’utérus. — Diagnostic du cancer de l’utérus.— 
Trailement de l’inllammalion de l’utérus, de son col et de ses 
annexes Appendice : mélliodcs d’exploration de l’utérus et 
de ses annexes. — Formulaire tliérapeutique. 

Chea Labé, libraire, place'de l’Ecole-de Médecine, 4. 


' PARIS. — TYPOGRAPHIE FELIX UALTESTE ST GOMP., 

Rue des Deux-pirtes-St-Sauveur, 22, 



























Ü^IXIÈME AMXÊE. 


«leiidi SSO danviep iS5^« 


rfontci VI*— ]¥“ 1». 


PRIX DE L’AMNNNENIENT : 

6 Mois. 17 

3 Mois. » 

- ur l’Étranger, où le port est 
* double : 

. 6 Mois. 20 Ff- 

P J vLpagoe et le Portugal 
Pour les pays d’outre-mer 


L UNION MÉDICALE 

JOIRNAI DES INTÉRÊTS SCIENTIFIQUES ET PRATIQEES, M0R41X ET PROFESSIONNELS 
DU CORPS MÉDICAL. 



BUREAUX D’ABONNEMENT ; 

Bue du VanbourR yiontBiar re, 

DANS LES DÉPARTEMENSî 
Chez les principaux Libraires. 

On s’abonne aussi. 

Dans tous les Bureaux de Poste, et des 
Messageries Nationales et Générales. 



Ce Journal paraît trois fois par seiiiaine, le IlIARni, le JKCBI et le «AMIî®I. 

Tout ce qui concerne la Rédaction doit êlre adressé aux Bureaux du Journal, à M. le Docteur Amédée catoc», Rédacteur en chef; tout ce qui concerne l’Administration, à M. le Gérant. 

Les Lettres et Paquets doivent être affranchis. 



Avis à MM. les Actionnaires de l’Union Médicale, 

mM les Actionnaires de I’ünion Médicale sont prévenus que l’As- 
comblée annuelle aura lieu le mardi 3 février prochain, à 7 heures 1/2 
du soir, au siège delà Société, 56, rue du Faubourg-Montniarlre. 

Celte Assemblée a pour but : . 

1 » D’entendre le coinple-rendu du Gérant sur 1 exercice de 1851 ; 

2» D’entendre le rapport du Comité de surveillance sur le rapport du 

^^3» De nommer les membres du Conseil de surveillance pour l’année 
1852. 


gO.tlMAIB®. — I- Pabis : Sur la séance de l'Académie de médecine. — II. 
Travaux originaux ; Mémoire sur quelques difficultés de diagnostic, dans cer¬ 
taines formes de fièvre typhoïde, et notamment dans la forme dite pectorale. — 
111 Responsabilité médicale (tribunal de première instance de Sliuabouig) . 
Mort par le chloroforme ; accusation d’Iioinicide par imprudence; inobservation 
()es règlemcns, défaut de précautions, clc. — IV. Académies, sociétés savantes 
ET ASSOCIATIONS. (Académie de médecine). Séance du 27 Janvier ; Correspon¬ 
dance. — Rapport sur l’emploi du sel marin dans les fièvres Intermittentes. — V. 
Nouvelles et Faits divers. — VI. Feuilleton : Deuxième lettre à M. le pro¬ 
fesseur Roslaii sur le mot Hypocondrie. 


PARIS, LE 28 JANVIER 1852. 

SCK LA SÉANCE DE L’ACADÉMIE DE MÉDECINE. 

Un rapport très, étendu de M. Piorry, sur l’emploi du chlo¬ 
rure de sodium dans le traitement des fièvres intermittentes, a 
occupé la plus grande partie de la séance,d’hier, à l’Académie 
de médecine. Nous publions ce travail, nouveau témoignage 
du zèle toujours ardent de M. le professeur Piorry ; mais nous 
ne croyons pas devoir le faire précéder de quelques réflexions. 
La discussion qui doit s’ouvrir mardi prochain sur les conclu¬ 
sions de ce rapport, nous fournira sans doute l’occasion d’ex¬ 
primer notre opinion sur cette oeuvre de l’honorable profes¬ 
seur, qu’il faut avant tout, et pour être juste, envisager sous 
deux points de vue, sous celui de la doctrine et sous celui des 
faits; le premier toujours discutable et contestable; le second 
seul intéressant la pratique, et digne par dessus tout de l’at¬ 
tention des praticiens. 

M. Chatin a continué la lecture de son savant et intéressant 
mémoire sur la présence de l’iode dans les diverses produc-, 
fions de la nature. Il est à désirer que M. Chatin réunisse ces 
derniers travaux en corps d’ouvrage ; alors seulement il sera 
possible d’apprécier toute la valeur, toute l’importance et l’in¬ 
térêt élevé que présentent ses premières recherches. 

Amédée Latodr. 


TRAVAUX ET MÉMOIRES ORIGIIVAUX DE AIÉDECIIVE 
ET DE CHIRURGIE, 

DE THÉRAPEUTIQUE GÉNÉRALE ET APPLIQUÉE. 


MÉMOIRE SUR QUELOUES DIFFICULTÉS DE DIAGNOSTIC, DANS CER¬ 
TAINES FORAIES DE FIÈVRE TYPHOÏDE, ET NOTAAIMBNT DANS LA. 

FORME DITE PECTORALE ; par M, le doctcur H. Thikial P), 
(Deuxième partie.') 

C’était, disais-je, une fièvre typhoïde tout exceptionnelle. 

Il y avait là une double anomalie. D’une part, cette fièvre 
typhoïde, ainsi que cela s’observe le plus ordinairement dans 
la véritable forme pectorale, se montrait dépouillée d’une 
partie de ses caractères les plus importans, et notamment de ce 
groupe symptomatique qui constitue, à proprement parler, 
Vétat typhoïde ; — d’autre part, cette maladie se trouvait en¬ 
vahie et comme surchargée par une foule de phénomènes ac¬ 
cidentels, parasites, et, jusqu’à un certain point même, contra¬ 
dictoires à sa nature, qui imprimaient à sa physionomie quel¬ 
que chose d’insolite, et comme un cachet d’invraisemblance. 

Mais cette double anomalie, à quoi tenait-elle?Car enfin rien 
dans la nature, même dans la nature déviée de l’état normal, 
n’arrive sans cause et au hasard? 

Question difficile, téméraire peut-être, mais dont la solution 
comblerait certainement une importante lacune de la méde- 

II fut un temps (et ce temps n’est pas encore loin de nous) 
où les anomalies de l’ordre physiologique passaient pour autant 
de mystères, ou pour des jeuxtlela nature qui devaient être à 
jamais au-dessus de toute explication. Aujourd’hui, la térato¬ 
logie, science toute nouvelle, est dj# parvenue à pénétrer 
quelques-uns de ces mystères, et à soumettre à des lois un 
certain nombre de ces aberrations. 

Or, a-t-on fait, a-t-on eu seulement la pensée de faire pour 
la pathogénie quelque chose d’analogue? Et cependant, est-ce 
que les anomalies morbides, sortes de monstruosités de l’ordre 
pathologique, ne doivent pas avoir aussi leurs raisons d’être, 
leurs conditions de manifestation, en un mot, leurs lois? Car 
qui peut nier qu’il n’y ait encore de l’ordre jusque dans le 
désordre de la nature? La pathologie, comme science, ne re¬ 
pose-t-elle pas tout entière sur ce fondement? 

A Dieu ne plaise que je m’aventure incidemment dans cette 
voie scabreuse et encore inexplorée. Mais sans songerie moins 
du monde à aborder la théorie tératologique des maladies, 

(1) Voir les numéros des 11, 13, 16 Décembre 1851, 24 et 27 Janvier 1852, 


qu’il me soit permis d’indiquer simplement dans quelle direc¬ 
tion doit être cherchée la source de la double anomalie que 
nous avons reconnue dans notre fièvre typhoïde. 

'fout bien considéré, ne se trouverait-elle pas dans la cons¬ 
titution même de la malade, c’est-à-dire dans la double condi¬ 
tion qui en formait le caractère, en même temps qu’elle en était 
le vice? je veux parler de cette complexion lymphatique et 
strumeuse, qui, chez notre jeune fille, se trouvait associée à 
un système nerveux mal équilibré, que je ne saurais mieux ca¬ 
ractériser qu’en le qualifiant de système nerveux ataxique. 

Essayons en quelques mots de faire leur part ici à chacun 
de ees élémens. 

II est une remarque qui n’a pas échappé sans doute aux bons 
observateurs, c’est que la fièvre typhoïde, à forme pectorale 
bien tranchée, n’apparaît pas d’une manière indifférente dans 
tous les temps et dans tous les lieux, ni chez tous les individus 
indistinctement. En d’autres termes, elle ne se manifeste que 
dans certaines conditions qu’il est utile d’étudier. 

D’abord, il est incontestable que dans la saison froide et hu¬ 
mide, la fièvre typhoïde présente plus souvent que dans la 
saison chaude et sèche des complications du côté de la poi¬ 
trine; ici, il est entendu que je veux parler de complica¬ 
tions véritables, et non pas seulement de ce léger engoûment 
bronchique ou pulmonaire qui fait comme partie intégrante ou 
habituelle de la maladie. 

Mais peut-être, sous ce rapport, les constitutions atmosphé¬ 
riques ont-elles une action bien moindre encore que les cons¬ 
titutions dites médicales, c’est-à-dire l’ensemble des influences 
très positives, quoique très peu connues au fond, d’où résulte 
tel ou tel règne épidémique. 

A ce sujet, je dirai, sans toutefois pouvoir m’étayer sur des 
résultats statistiques, qu’il m’a semblé que depuis quelques 
années, et notamment dans le cours de l’année dernière, ces 
complications graves et prédominantes s’étaient montrées avec 
plus de fréquence dans la fièvre typhoïde ; et j’ajouterai que 
d’autres observateurs, quoique non prévenus comme je pou¬ 
vais l’être moi-même, n’ont pas laissé de faire la même remar¬ 
que. Ce fait, d’ailleurs, n’aurait rien que de rationnel, car il 
serait la conséquence de cette influence générale qui s’est ma¬ 
nifestée à la même époque par une grande épidémie de 
grippe. 

Mais, tout enuccordanl aux circonstances extérieures l’im¬ 
portance qui leur est due, je n’hésite pas, pour mon compte, à 
attribuer ici le principal rôle à des causes d’un tout autre or- 


Feiiilietoai, 


deuxième lettre 

A Monsieur le professeur Rostan sur le mot hypocondrie (I); 

Par le docteur Dumont (de Monteux). 

Monsieur et très honoré maître, 

11 est une vérité pathologique dont généralement on n’est point assez 
pénélré, c’est que les hypocondriaques ont des termes de comparaison 
qui leur apparliennent d’une manière pre.sque absolue. Je veux dire par 
l'a, que connaissant les douleurs communes à tous, ils peuvent les mettre 
en regard avec celles qui leur sont propres, et en sentir toute la diffé¬ 
rence. En effet, tout le monde a l’idée des angoisses que laissent dans 
le cœur la perte d’une personne aimée, celle d’une fortune acquise ; 
celles de la déception, de la jalousie ou de la haine : celles surtout 
d’une contusion, d’une brûlure profonde, d’une névralgie, d’un rhuma¬ 
tisme, etc., parce que chacun a pu en faire l’expérience, mais les phé¬ 
nomènes morbides qui se passent chez les gens névrosés de la tête aux 
pieds, sont sans analogues; c’est pourquoi on les traite de billevesées... 
et qu’on accable de ridicule, ou tout au moins d’indifférence, les infor¬ 
tunés qui en sont la proie ! Cependant la compassion et la médecine ne 
doivent se retirer dc.ant aucune souffrance, toutes y ont droit, et celles 
dont il est question le commandent d’autant plus qu’elles sont un com¬ 
posé particulier, une sorte d’amalgame, pardonnez cette figure, de dou¬ 
leurs organiques et intellectuelles. Il faut que ces douleurs soient bien 
terribles, puisque, parvenues à un certain degré, elles portent ceux qui 
en sont le siège, h se débarrasser de l’existence ! Vous, Monsieur, si je 
suis bien informé, n’êtes-vous pas, en ce moment, comme au nombre 
des exécuteurs testamentaires de l’un de nos bons et vénérés confrères, 
lequel a succombé, avant l’heure marquée par la Providence, sous le 
poids de ce qu’il appelait ses tourmens ganglionnaires!.. 

On dit que les hypocondriaques ne réagissent pas, ou ne réagissent 
que peu, envers leur état ; mais c’est encore là une usurpation, une il- 
léplité médicale, car il y a h objecter ce que je soutenais touchant le 
premier chef d’accusation.’ Qui est-ce qui peut déterminer le degré dyna¬ 
mique auquel s’élève tel ou tel individu dans une circonstance donnée ? 
Ou rencontrera-t-on une mesure et un moyen quelconque d’apprécia- 
bon ? Un cheval est attelé h une voilure extrêmement lourde, la roule 

(i) Voir le numéro du 27 Janvier 1852. 


est difficile ; le cheval s’arrête, de grands coups de fouet ne peuvent le 
faire avancer. Que fait en ce cas son conducteur? Il s’avise d’allumer une 
poignée de paille sous ses parties génitales, et le pauvre animal trouve im¬ 
médiatement, dans l’action d’une douleur nouvelle et plus violente, la pos¬ 
sibilité d’entraîner son fardeau ! Alors le charretier de s’écrier ; « Ah fai¬ 
néant, je te ferai bien aller... » Y a-t-il au monde quelqu’un qui puisse 
prononcer avec certitude que ce cheval n’avait pas dépensé tonie sa 
réaction possible avant d’étre soumis à la cruelle expérience du misé¬ 
rable dont il dépend ? Et le paralytique qui, à l’approche d’un incendie, 
se redresse et court... peut-on dire de lui aussi que, s’il l’eût bien 
voulu, il ne serait pas resté jusque là dans le repos et l’inaction? A en¬ 
tendre certaines gens—gens parfaitement équilibrés en toute chose — 
, on peut se tirer de tout, et presque guérir de tout, par le secours de la 
volonté. Sans doute on peut beaucoup par cet agent, mais chacun en a 
sa dose propre, comme il a celle du bon sens, de la mémoire, de l’in¬ 
telligence. Or, la question est toujours de savoir quelle est au juste cette 
dose. 

L’homme qui va se battre en tremblant, mais qui se bat néanmoins, 
met en œuvre plus d’énergie que celui qui y est allé en pleine gaîté et 
sans la moindre émotion. Voilà où conduit l’analyse vraiment physiolo¬ 
gique ; à des conclusions qui heurtent singulièrement les idées de la 
foule, et c’est à ceux qui ont mission de nous initier dans les mystères 
de la pathologie à appuyer, plus qu’ils ne le font, sur ces hautes consi¬ 
dérations qui renferment de si nombreuses inconnues vitales. 

D’ailleurs je ferai remarquer, au profit des hypocondriaques, que, 
chez eux, le système ijui dessert l’activité morale n’étant plus dans sa 
normalité, il est logique d’admettre que leurs efforts de volonté doivent 
avoir moins de succès que chez les personnes en qui les centres nerveux 
demeurent intacts. Ils réagissent, et comme ils sont obligés de le faire 
constamment, ils finissent souvent par se lasser du combat avant d’a¬ 
voir dépensé tout leur moyen d’action ; mais je répète encore : cdïnment 
s’assurer que celte dépense totale a été faite ? 

J’ai sous les yeux une femme remplie d’intelligence, de cœur, et 
d’une énergie peu commune ; elle est douée d’une constitution extra-ner¬ 
veuse, constitution qui vient d’être perturbée sous l’inffaence d’une opé¬ 
ration chirurgicale importante, l’ablation du sein, h laquelle elle ne s’est 
décidée que par dévoûment pour son mari. Elle est,, à cette heure, aux 
prises avec des phénomènes dits hypocondriaques, et ne cesse de me 
répéter que les souffrances matérielles qu’elle a subies. De sont rien en 
comparaison de celles qui leur ont succédé. C’est parfois quelque chose 
de déchirant que de voir cette pauvre malade en lutte avec elle-même, 
c’est-à-dire la raison se débattant à outrance contre l’aberration!... 


Nous, médecins, nous sommes à même d’observer assez souvent ce com¬ 
bat de la dualité humaine ; mais franchement, mon cher Maître, y ap- 
j)ortons-nous toujours toute notre attention ? Persuadés que le patient 
exagère son récit et ses plaintes; n’ayant, du reste, aucune idée des 
maux qu’il accuse, n’en connaissant ni l’étiologie; ni la vraie nature, 
nous passons outre en disant : « Cest nerveux; il faut ne pas se laisser 
abattre, allons, allons, un peu de courage, cela dépend de vous. » C'est 
nerveux]... Cela équivaut à la réponse de l’un des personnages de 
Molière : pourquoi l’opium fait-il dormir? Parce qu’il a une propriété 
dormitive. Belle réponse, et très satisfaisante en vérité. Dans les nom¬ 
breuses maladies de l’enfance, noBs avons encore une'expression sacra¬ 
mentelle’'qui, le plus souvent, nous tirer d’embarras à l’endroit du 
diagnostic et du traitement : c'est la dentition... Convenons que, ptmr 
couvrir l’insuffisance de notre savoir, nous avons admis des formules 
bienheureuses, des mots élastiques et commodes, au moyen desquels 
nous nous échappons par la tangente. S’échapper, cela est permis lors¬ 
qu’on se sent convaincu; mais en fuyant, il ne faudrait pas jeter, quel¬ 
quefois d’une manière aussi assurée qu’on le fait, une condamnation in¬ 
considérée, et dir